GENNEVILLE



NOTES  sur GENNEVILLE – 14299


voir aussi : Saint Martin le Vieil ou Saint Martin le Vieux, réuni à GENNEVILLE 1813

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – BIBLIOGRAPHIE :

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome IV, page 331.

Editions FLOHIC : le patrimoine des Communes du Calvados page 921

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE. Serv. dep. d’Archéologie 1999. pages 262, 283.

2 – REFERENCES HISTORIQUES :

– 1215 , sept. – Courson, Bellou, Bellouet, Genneville, Familly, etc.
Jourdain du Hommet, évêque de Lisieux donne au chapitre toute la dîme des blés des deux prébendes de Nonant, deux gerbes dans la paroisse de Lasson, le patronage et les grosses dîmes des deux portions de Notre-Dame-de-Monnay, de Notre-Dame-de-Courson, de saint Léger, de Saint saturnin de Réville, de Saint-Pierre-de-Bellouet, de saint Sulpice de la Goulafrière, de Saint Ouen de Genneville, de Sainte Marguerite des Loges, de Saint-Jean-de-Familly, de sainte Cecile de Beuvillers et de Notre Dame de Villerville, en se reservant le droit d’instituer dans ces paroisses les vicaires perpétuels, et oblige le chapitre à donner, sur le revenu de ces bénéfices, 100 livres par an aux dits clercs ou chapelains de la cathédrale, nommés Douze-Livres, sous la condition qu’ils y assisteraient à tout l’office. Il donne au chantre, 10 livres par an en deux termes, sur le revenu de l’église de Saint Aubin de Canapeville, au doyenné de Vimoutiers, avec ce qu’il avait retiré des moines de Jumièges, tant en vassaux qu’en terres, bois et pâturages; et accorde au trésorier le patronage de l’église de Notre-Dame-de-Bellou.
= Cart Lexov. (?) cité par Noël DESHAYES, Mémoire pour servir dans FORMEVILLE, t.II, p.91

– 1483 , 23 octobre – Saint-Etienne-la-Thillaye, Clarbec, Cresseveulle
Titres concernant des fonds à saint-Etienne-la-Thillaye, Clarbec, Cresseveulle et les familles Prunier, Gallot, Auber, Crevin, Le Cordier, Cordier de Genneville, et autres. Autres actes 18 novembre 1584; 4 août 1591; et 1723-1726.
= Arch. SHL. FL 483. 10 pièces.

– 1760 , 7 juin – Le Coudray
Le 7 juin 1760, la nomination à la cure de Saint-Pierre de Coudray appartenant au seigneur du lieu, Messire Claude-Pierre Estièvre, chevalier, seigneur et patron de Geffosses, Magneville, Courcy, Trémauville, Genneville, le Doyen, Coudray et autres lieux, conseiller honoraire en la cour du parlement de Rouen, demeurant en son hôtel, rue des Bonnetiers, à Rouen, paroisse Saint-Etienne-la Grande-Eglise, maintenant en son château de Trémauville, nomme à lad. cure vacante par la mort de Me Guillaume Vauchel, prêtre dernier titulaire, la personne de Me Adrien Anger, prêtre du diocèse de Rouen, vicaire de Sainte-Croix de Fécamp. Fait et passé à Trémauville, au château dudit seigneur en présence de Me Jacques-Raoul Léger, curé de sainte-Marguerite et de Me Nicolas-Jacques-François Mouquet, prêtre, curé de Trémauville, diocèse de Rouen.

Le 7 juin 1769 (sans doute pour 1760), le sr Anger fait demander aux vicaires généraux du chapitre de Lisieux la collation dud. bénéfice. Me Regnault répond qu’il ne peut accorder lad. collation avant que celui-ci ne se soit présenté en personne pour subir l’examen requis, et qu’il lui donne jusqu’au mois d’octobre, pour qu’il ait le temps de préparer cet examen.
= abbé PIEL, Inventaire historique … , t. IV, p. 431, N° 325 .

– 1799 XVIIIe siècle – Genneville
 » Livre servant d’indication aux Plans des Fiefs situés sur la Paroisse de Genneville et sur lesquels Messieurs de l’Illustre Compagnie du Vénérable Chapitre de Mizieurx ont droit de percevoir les deux tiers des grosses dîmes  »
= A.D. Calvados G 378 – Registre plein velin 5 nerfs 290 x 445 avec marque de DESETABLE , de Lisieux

Dans une charte du Jourdain du Hommet, évêque de Lisieux, en faveur de son chapitre, datée de 1215, cette paroisse est appelée Guinequevilla, dans une autre charte accordée par Robert Bertrand et Robert de Tibouville, en 1220, Guinevilla, enfin dans une charte de 1287 Sanctus Audoenus (St Ouen) de Guignevilla.
En 1314 on écrivait indifféremment Guynevilla et Guinevilla, en 1569 Cynevilla.
Au 14e siècle le patronage appartenait à l’évêque de Lisieux (Dominus Lexoviensi), au 16e et au 18e siècle au Chapitre de la cathédrale.
L’église bâtie au milieu d’une plaine bien cultivée, à 6 km environ du chef lieu de canton présente aujourd’hui peu d’intérêt.
Suit la description de l’église.

Il y avait à Genneville deux fiefs importants : le fief du Plessis et le fief du Bocage. Le premier de ces deux fiefs est indiqué sur la carte de Cassini, publiée de 1744 à 1793. Le fief du Plessis qui s’étendait sur les anciennes paroisses de St Martin le Vieil et de St Pierre du Thiel fut acquis en 1561 de Jacques Deschamps, fils de François Deschamps en son vivant écuyer, sieur d’Yritos ( ?) par Richard de Thieuville, lieutenant pour le Roy au siège de Honnefleur, Quilleboeuf ainsi qu’il résulte d’un acte passé devant Jacques Leroy et Guillaume Robinet.
Dans un aveu rendu en 1562 par Jean de Thieuville, Jean Lucas, fils d’Eustache Lucas, écuyer seigneur de St Martin est qualifié seigneur de Genneville et portait le titre d’écuyer ordinaire du Roy.
Monsieur Catherine, instituteur à Gonneville sur Honfleur à l’obligeance duquel nous devons les notes historiques qui précèdent , a trouvé sur les registres de St Martin le Vieil dont l’église a été démolie, un sieur du Bois l’Evêque écuyer , seigneur et patron de St Martin le Vieil et des nobles fiefs, terres et seigneuries dudit lieu qui s’étendent sur les paroisses de Quetteville, Manneville la Raoult et Genneville.
La commune de Genneville est arrosée par la Morelle qui va se jeter dans la Seine près de Fiquefleur. Sa population actuelle dépasse 700 habitants.
L’ancienne paroisse de St Martin le Vieil est réunie pour le spirituel et le civil à la commune de Genneville.
Sanctus Martinus Veter avait pour patron au 14e siècle Jean Tourgot, au 16e le sieur de Tournetuyt , au 18e le seigneur de la localité. (A.Pannier – Journal de Honfleur du 5 janvier 1862).

L’an 1523 le jour St Etienne, Damoiselle Philippine Benard, veuve de Jehan Mauvoisin, en son vivant écuyer et sieur de Genevylle se rend à la Charité … St Martin et donna à ladite Charité pour employer en…. de rente la somme de quarante soulz. (Registre de la Charité de Surville folio 37)
Dans un aveu rendu en 1562 par Jean de Thieuville, Jean Lucas, fils d’Eustache Lucas, écuyer seigneur de St Martin est qualifié seigneur de Genneville et portait le titre d’écuyer ordinaire du Roy.
Monsieur Catherine, instituteur à Gonneville sur Honfleur à l’obligeance duquel nous devons les notes historiques qui précèdent , a trouvé sur les registres de St Martin le Vieil dont l’église a été démolie, un sieur du Bois l’Evêque écuyer , seigneur et patron de St Martin le Vieil et des nobles fiefs, terres et seigneuries dudit lieu qui s’étendent sur les paroisses de Quetteville, Manneville la Raoult et Genneville.
La commune de Genneville est arrosée par la Morelle qui va se jeter dans la Seine près de Fiquefleur. Sa population actuelle dépasse 700 habitants.
L’ancienne paroisse de St Martin le Vieil est réunie pour le spirituel et le civil à la commune de Genneville.
Sanctus Martinus Veter avait pour patron au 14e siècle Jean Tourgot, au 16e le sieur de Tournetuyt , au 18e le seigneur de la localité. (A.Pannier – Journal de Honfleur du 5 janvier 1862).
– L’an 1523 le jour St Etienne, Damoiselle Philippine Benard, veuve de Jehan Mauvoisin, en son vivant écuyer et sieur de Genevylle se rend à la Charité … St Martin et donna à ladite Charité pour employer en…. de rente la somme de quarante soulz. (Registre de la Charité de Surville folio 37)
– Recherche des nobles de 1540
Robert Langlois, pour justifier sa noblesse fondée sur la charte des francs-fiefs, a produit un arrêt de nos dits sieurs les généraux, donné à son entente le 28 janvier 1519.
Robert Toutsage, pour justifier sa noblesse fondée sur la charte des francs-fiefs, a produit un arrêt de la cour desdits généraux donné à l’entente de Pierre, son père, le 20 février 1519.
Pierre Cécyre, sieur du Boccaige, avocat du Roy notre sire, à la Vicomté d’Auge et la Demoiselle sa femme se rendirent à la Charité de ……le 6e jour de mai de l’an de grâce 152…. (Registre de la Charite de Surville folio 88).

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE HONFLEUR – 14

Election de Pont Audemer – Sergenterie du Ménil
3 feux privilégiés 90 feux taillables.

Sous l’invocation de St Ouen

Patronage:
14e Dominus Lexoviensis
16e Capitulum Lexoviense
18e

Curés:
le Vavasseur 1764
Amory 1771/1787

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *