Tous les articles par administrateur

Le Déjeuner du casseur de pierres


Pierre Coftier, chercheur en histoire sociale.

Le Déjeuner du casseur de pierres

Le Déjeuner du casseur de pierres (Guillaume Fouace, 1885), Les Casseurs de pierres (Gustave Courbet, 1849) et d’autres tableaux, sculptures, photographies des XIXe siècles ont permis à des travailleurs de sortir de l’invisibilité. Que représentent leurs visages, leurs corps, leurs gestes ? Pourquoi d’autres demeurent-ils dans l’ombre ?
Il est des métiers partout nécessaires mais peu montrés. Ainsi en est-il du casseur de pierres dont l’existence recule avec le degré d’industrialisation d’un pays. Hommes, femmes, enfants travaillent dans une carrière ou sur le bord des routes, isolés ou en groupe. L’image qui en est donnée oscille entre réalité et caricature. Le pittoresque domine.
Ce petit geste des milliers de fois répété est toujours d’actualité au XXIe siècle.

L’auteur Pierre Coftier, chercheur en histoire sociale, est l’auteur de L’Éveil d’un monde ouvrier (1789-1919), Mineurs de charbon en Normandie (XVIIIe XXe siècles), L’Amiante en Normandie (1886-1960) et L’Apothéose de la canaille.

Contact auteur : pierre.coftier@wanadoo.fr

Beau livre,
112 pages 21 x 26 cm
22 € TTC
En vente en librairie
ou chez l’éditeur :
www.cahiersdutemps.fr

Bulletin ShL n° 91


Sommaire du numéro 91 – Premier semestre 2021.

Nos amis ont publié

  • Activités de la Société historique – 2021.
    Daniel Deshayes
  • Marin Bourgeoys,« painctre et ingénieux du Roy Henri IV à Lizieux ».
    Benoît Noël
  • Les légendes de saint Ursin, du IIIe siècle à Bourges à sa légende presque millénaire à Lisieux : fêtes religieuses, foires commerciales et festives d’avant la Révolution jusqu’en juin 1985.
    Daniel Deshayes
  • Mémoire et Imagination : la Normandie dans l’oeuvre et la correspondance d’Astolphe de Custine.
    Samantha Caretti
  • Auguste Guilmeth (1807-1869), un historien mitrailleur en Normandie.
    Laurent Ridel
  • 6 juin 1944 Sursis de quelques heures pour Lisieux.
    Jean Tariel

Pour l’acheter :

  • En attente de reprises des permanences du mercredi
  • Librairie « Les Grands chemins » Place de la République – Lisieux.
  • Maison de la Presse Rue Pont Mortain – Lisieux.
  • Sur commande à l’adresse Email: deshayes.daniel14@gmail.com

Règlement par chèque à l’ordre de « Société historique de Lisieux »
22,70 € (soit 17 € + 5,70 € pour frais d’envoi).
Envoi après réception de Chèque à l’ordre de : Société historique de Lisieux

Henry Chéron – le Gambetta normand


Cédric Le Cannelier.

Henry Chéron, le Gambetta normand

Henry Frédéric Chéron vit le jour le 11 mai 1867 à Lisieux, au domicile de ses parents, issus de la petite bourgeoisie de province. Élève studieux et brillant, il fut avocat et homme de presse. Il occupa nombre d’éminentes fonctions au sein de la IIIe République, en y effectuant une grande carrière ministérielle. Il fut également l’un des hommes politiques les plus ridiculisés et moqués par ses contemporains, alors qu’il ressemblait au peuple, et qu’il aura été l’un des hommes politiques les plus populaires et les plus intègres de sa génération. Fondateur du Progrès lexovien, propriétaire du Journal de Caen, il cumulait plusieurs fonctions électives locales (maire de Lisieux, conseiller général, puis président du Conseil Général de 1911 à 1936) et nationales (député de Caen, sénateur, rapporteur de la Commission des finances, sous-secrétaire d’État à la Guerre puis à la Marine, ministre du Travail, de l’Agriculture, des Finances, et de la Justice). Il fit partie des prétendants à la présidence de la République. Républicain de gauche, athée et franc-maçon, il a évolué doucement vers le centre droit. Chéron était un homme politique de premier plan, qui s’intéressait aux questions économiques et financières, mais aussi sociales et sociétales. Personnage truculent, Chéron ne pouvait laisser indifférent. C’est pourquoi, Henry Chéron mérite donc, que l’on remette en perspective ce que fut sa vie publique et comment il parvint à se hisser depuis sa Normandie natale jusqu’aux cimes du pouvoir. C’est ce qu’a fait, après de nombreuses recherches, Cédric Le Cannelier, dans cet ouvrage.

OREP, 24.50 €
Retirer en librairie.

Gaétane Bouffay – Une combattante sans uniforme


Thierry Marchand, diplômé de l’EHESS mention histoire et civilisations, a publié trois autres ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale.

Gaétane Bouffay (1906-1988) Une combattante sans uniforme

Biographie de Gaétane Bouffay, résistante de Lisieux en Normandie : une personnalité droite et courageuse, nourrie par sa foi chrétienne protestante.

« Résistante lexovienne », peut-on lire sur le panonceau de la rue qui lui est dédiée à Lisieux. Mais ce que ce panneau ne peut pas dire, c’est combien Gaétane Bouffay a été, avant, pendant et après la Guerre, portée par sa foi chrétienne. Son éducation dans une famille protestante et son implication dans la petite communauté protestante de Lisieux ont nourri son engagement, contre l’occupant et ses exactions.
La personnalité de Gaétane Bouffay est frappante d’humilité, de droiture, de courage et de conviction. Le contraste avec sa modestie personnelle est d’autant plus flagrant que les circonstances sont exceptionnelles.
Découvrez cette personnalité hors du commun et pourtant si discrète, si bien présentée par Thierry Marchand à l’issue d’un méticuleux travail de recherche.

16,00 € TVA comprise
Éditions La Cause