Archives de catégorie : Publications

Le canton de Cambremer en photographies et en cartes postales

Association Le Pays d’auge
Françoise Dutour, Maud Thielens.

Après la station balnéaire (Cabourg), la cité ouvrière (Dives-sur-Mer), l’Association Le Pays d’auge publie, un 3e ouvrage dans la collection « en photographies et cartes posta­les » consacré, cette fois-ci au monde rural à travers le canton de Cambremer. Le canton de Cambremer existe de 1790 à 2015. Canton augeron par excellence, il réunit trois bourgs emblématiques du Pays d’Auge, Cambremer, Beuvron et Bonnebosq, et des villages à l’habitat souvent dispersé. Les auteurs consacrent quelques pages à chacune de ces communes, on y trouve des informations historiques, anecdotes et notices sur le monument aux morts. Le livre met en avant l’illustration en reproduisant les premières représentations iconographiques de ces villages. Des photographes se sont intéressés à ces communes dès 1875, en particulier aux châteaux et manoirs, si nombreux dans cette région. Avec le développement de la carte postale, c’est le monde rural qui s’offre à nous : scènes de rues ou de la vie quotidienne, villages, animaux, fermes… Les cartes postales, réunies dans cet ouvrage, invitent à la découverte du monde rural à la Belle époque.

Association Le Pays d’auge, 24 €.

BULLETIN N° 92


Sommaire du numéro 92 – Deuxième semestre 2021.

– Nos amis ont publié
– Nos prochaines activités.

  • Société historique de Lisieux – Assemblée Générale – 3 juillet 2021
  • – Résultats du diagnostic archéologique effectué de l’Avenue Victor Hugo jusqu’à l’église Saint-Jacques à Lisieux. (Calvados)
    Lydia Guérin.
  • – La vie de la commune de Moyaux durant la Révolution (1789 -1795).
    Alain Corblin.
  • – Notes pour servir l’histoire des orgues de l’ancienne église Saint-Jacques de Lisieux.
    Etienne Delahaye.
  • – Une approche de la ville de Lisieux.
    Christian Carle.
  • – Le peintre Steel : de Tourcoing à Lisieux, le cheminement d’une vie.
    Emmanuel Ruault.
  • – La saga des Bières Pousset (1879-1978) de Paris à Touques et d’Alphonse Allais à Marcel Proust.
    Benoît Noël.
  • -Saint-Martin-de-Bienfaite-La-Cressonnière – Le 6 juillet 1944 – Perte du Typhoon MN 766 – 257Sq et de son pilote.
    Mémoire de Jean-Claude Janvier.
    Patrick Bossard.

Ouvrage à retirer:
Le Mercredi de 15h00 à 18h00 au siège de la
Société Historique de Lisieux
1, rue Paul Banaston
Tour Saint Laurent
14100 Lisieux
17 euros.

Pour l’acheter :

  • Librairie « Les Grands chemins » Place de la République – Lisieux.
  • Maison de la Presse Rue Pont Mortain – Lisieux.
  • Sur commande à l’adresse Email: deshayes.daniel14@gmail.com

Règlement par chèque à l’ordre de « Société historique de Lisieux »
22,70 € (soit 17 € + 5,70 € pour frais d’envoi).
Envoi après réception de Chèque à l’ordre de : Société historique de Lisieux

Fernand Léger _ Un Normand planétaire


Benoît Noël.

Fernand Léger – Un Normand planétaire
Nouvelle édition augmentée.

Depuis la première édition de ce livre en 2015, les événements autour de Fernand Léger se sont multipliés en Normandie. En juillet 2019, un nouveau musée consacré à Fernand Léger et à son ami le peintre André Mare, a été inauguré à Argentan (Orne), ville dont ces deux artistes sont natifs.
La ferme Fernand & Nadia Léger de Lisores (Calvados) a été réhabilitée par son propriétaire, Jean du Chatenet. Dominique Thiery lui a consacré un beau documentaire de la série “Une maison un artiste” sur France 5, en septembre 2019. Jean du Chatenet, Benoît Noël, Dominique Wallard, Nathalie Samoïlov et Aymar du Chatenet, spécialiste de Nadia Léger, y présentaient en majesté le couple Fernand et Nadia Léger.
Toujours en Normandie, le musée des Beaux-Arts de Saint-Lô et le musée Richard Anacréon de Granville se sont associés en 2018 afin de présenter une double exposition sur l’architecture et la littérature : “Léger, le cercle” et “Léger, à la lettre”. Par ailleurs, Pierre Kastelyn a présenté l’exposition les “Affiches de Fernand Léger” au Centre culturel des Dominicaines de Pont-l’Évêque en 2019.
Hors la Normandie, une vaste rétrospective “Fernand Léger – Le beau est partout” s’est tenue au Centre Pompidou de Metz, en 2017 grâce aux généreux prêts du Musée Fernand Léger de Biot. Elle fut reprise au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en 2018.
L’exposition “Fernand Léger – Paysages de banlieue” est également prévue l’été 2020 au musée des Beaux-Arts de Caen, lequel établissement a présenté des Fernand et Nadia Léger en sa salle cubiste en 2017. Des rétrospectives Fernand Léger ou Nadia Léger sont également programmées, l’été 2020, à Rodez et à Saint-Tropez.
La nouvelle édition intègre cette riche actualité avec des textes enrichis et de nouvelles images.

Résumé
La place de la Normandie dans l’œuvre et la vie de Fernand Léger (1881-1955) est un axe inédit de recherche. Fils d’un maquignon d’Argentan, Fernand Léger est marqué dès l’adolescence par la personnalité de Charlotte Corday. En 1922, il hérite de sa maman d’une ferme à Lisores (Calvados) où il viendra le plus souvent possible peindre des gouaches d’après des silex, des racines de poirier ou des feuilles de houx. Ces herbages sont le vivier des formes naturelles, contrepoints plastiques des formes de la vie moderne le fascinant : voitures, trains et avions.

Épris des sinusoïdes du design scandinave comme d’art nègre et de jazz, Fernand Léger, rouquin taillé en Viking, mène une carrière planétaire d’Athènes à Honolulu. Dès 1911, son tableau Essai pour trois portraits est exposé, en l’espace de trois ans, à Moscou, Paris et New-York. En Normandie, sa mosaïque pour l’Hôpital Mémorial France États-Unis de Saint-Lô (1955) est l’exemple éclatant de cette dimension internationale. Elle représente deux jeunes femmes offrant une branche de pommier, symboles du renouveau et de la gratitude envers l’American Aid to France pour son concours à la reconstruction.

Régulièrement, Fernand Léger va à Lisieux admirer le diorama coloré de sainte Thérèse, croquer le port de Trouville dont il apprécie les estivants populaires ou discuter affaires avec les marchands d’art du Bar du Soleil de Deauville. À Lisores, la mosaïque : La fermière et la vache rend hommage à sa mère et sur sa dernière toile, un veston posé sur une barrière suggère la présence immanente du père trop peu connu. Peu avant son propre décès, Fernand Léger exprima le souhait qu’on érige ses sculptures en céramique : La fleur qui marche (1952) et Le jardin d’enfants (1954) au bord de la mer et qu’on y laisse jouer librement les petits comme sur un toboggan des rêves…

Cet essai est riche de témoignages, de reproductions d’œuvres et de photographies inédits. Il suit Fernand Léger et les trois femmes de sa vie : Jeanne Lohy, Simone Herman et Nadia Khodossievitch pas à pas en Normandie : Argentan, Trun, Caen, Mortrée, Les Andelys, Rouen, Ménil-Gondouin, Lisores, Lisieux, Vernon, Évreux, Giverny, Sainte-Foy-de-Montgommery, Livarot, Le Havre, Cabourg, Trouville-sur-Mer, Deauville, Cherbourg, Vimoutiers, Dieppe, Saint-Valery-en-Caux, Varengeville-sur-Mer, Touques, Saint-Lô, Conches-en-Ouche, Flers ou Vascœuil.

Vous pouvez acheter ce livre aux Éditions BVR avec PayPal.
Frais de port offerts. L’envoi du livre se fait dès réception du règlement.

Vous pouvez également le commander sur :
EDITIONS BVR
107 impasse du Moulin
Sainte-Marguerite-des-Loges
14140 Livarot Pays d’Auge
T : 02 31 31 15 78
editions-bvr@orange.fr

Éditions BVR


Beuvron-en-Auge Livre


Françoise DUTOUR.

Beuvron-en-Auge
Histoire d’un des plus beaux villages de France
Héritier d’un riche passé depuis le XIe siècle, Beuvron-en-Auge offre un patrimoine architectural qui lui a permis de faire partie des plus beaux villages de France. Les façades restaurées autour de la place présentent un éventail du pan de bois augeron du XVIe au XVIIe siècle, dont le Manoir est un exemple remarquable. La grande halle a retrouvé sa place au centre. Boutiques, restaurants, crêperies, chambres d’hôtes et gîtes retiennent le visiteur…

21€.