DRUVAL



NOTES sur DRUVAL

Réunie à BEAUFOUR

Douvallis
Druval, canton de Cambremer.
Druvallis, XVI siècle (pouillé de Lisieux, p. 50).
Par. de Notre-Dame,
patr. l’abbé du Bec.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Beuvron.
Génér. de Rouen,
élect. de Pont-l’Evéque,
sergent. de Beuvron.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie

Louis COLLET- « La Charité de Druval », BSAN XLVII, 1939 (1940) pp. 310-331

2 – Pièces Justificatives:

1768 20 juin
Maistre Charles Louis Labbey, escuyer, seigneur de Druval contre Maistre Esprit Gabriel Gamare sieur de Dozuley
p.191
1747 14 octobre
Aveu rendu à Messire Jacques Labey, chevalier seigneur de Druval et autres lieux, pour une aînesse nommée la Vavassorie qui fut Thomas Becquemont, contenant 13 acres, assise aux paroisses de Saint Aubin-Lebisez et Druval, sujette à payer des rentes seigneuriales pour chaque an au terme de Saint Hilaire et Saint Jean-Baptiste 14 sols avec foy, hommage, reliefs, treizièmes, aides coustumières, service de prévosté tournoyante, regard de mariage, prière de charue et de herse deux fois l’an, pourvu qu’il y est bestes trayantes et rugissantes sur ledit fief, aider à charier le tournant du moulin dudit lieu de Druval, pris en la Vicomté d’Auge, suivre du baou dudit moulin, aider à curer le bien d’iceluy, comme les autres hommes, attenant en icelle sieurie pourvu qu’il y est un moulin sur le grand fief, aider à faner les foins de la sieurie contenant 11 vergées, sans être garant de l’injure du temps, ensemble les emmuloner les charrier et tasser, au manoir seigneurial dudit lieu.

1318 14 juin – Druval
 » C’est la lettre de mariage monsieur Robert Bertran, chevalier, seigneur de Fontenay – Comme noble et puissant monsieur Jehan de Tilly, chevalier, seigneur dudit lieu, et noble dame madame Johanne de Beau Fou, fame, eussent donné et otroié à noble homme monsignor Robert Bertan, chevalier, sire de Fontenoy le Marmion, ovec madame Jehanne sa femme, fille dudit monsieur Jehan et de ladite Jehane sa fame, en contract et es convenanz den mariage ; c’est asavoir sis vinz livres de rente a asser et assigner moitié en la terre dudit monsieur Jehan et moitié en la terre de ladite madame sa fame.. pour lassiette de la rente dessus dite, toutes les choses qui ensuivent…
Itm, a Boissey et environ : premierement en la main Jehan des Eiz, trente solz, une geline, dix oez, deux deniers ; par la main Richard de Fourquette à la Saint-Michel, cinq solz ; par la main Richard de la Court, à la Saint Michel pour vingt deux acres de terre vint soulz ; par la main Thomas le Franchois, pour sept acres de terre, cinq sols, une mine daveine trois capons, trois deniers, trente oez, trois den,iers à la Saint Michel ; par Denis Pinchon, pour Richars Gosce, pour une masure, cinq solz ; par Thome Alechire, pour une acre de terre, deux solz… (la suite de l’acte concerne également Boissey )
Item a Heauville…. (= Hiéville ? )
Item pour les choses qui sont assises en la terre de la fame dudit monsieur Jehan : premièrement en le fieu de Mouieaux (Moyaux ) que ledit monsieur Jehan et lasdite dame sa fame, ont baillé, solz et assigné audit monsieur Robert et a ladite dame..
Item à Druval, par Guillaume Lenglois, poiur iii acres et demi de terre, II sextiers, II quartiers d’aveine, II gelines, II deniers, XX oez, II deniers ; par Johan le Boutcour, pour III acres et demi, pour une vavassourie, xii sols viii deniers…. (la suite de l’acte concerne en partie Druval !!! )
= Gustave SAIGE- Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco Monaco, Imprimerie de Monaco, 1885, in-4°, XXXIX-230 p.; pp. 165 sq.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Druval, Druvallis, ecclesia de Druvalle.
L’église de Druval montre encore, dans ses parties les plus anciennes, la même origine que la plupart de celles que nous avons signalées dans la contrée, c’est-à-dire le XIIIe. siècle ou la fin du XIIe. Ainsi, un des piliers qui délimitent le choeur et le séparent de la nef, offre des têtes de clou sur le tailloir qui lui sert de chapiteau. Une fenêtre en lancette existe encore dans le mur du nord et, chose remarquable! elle est encore garnie de grisailles qui me paraissent du XIIIe. siècle. Toutes les autres fenêtres de la nef et du choeur sont modernes. il y avait, dans le chevet, des fenêtres ogivales qui sont bouchées.
On remarque, sur deux pierres de taille employées à l’encadrement d’une des fenêtres modernes de la nef (côté sud), des fragments d’inscriptions latines en lettres majuscules, ce qui prouve que ces pierres ont eu d’abord une autre destination.
Ces inscriptions, quoique tronquées, mériteraient un nouvel examen.
La porte occidentale, protégée par un porche, est garnie de tores qui paraissent du XIVe. siècle ; elle est surmontée d’une ouverture en lancette.
Des fonts baptismaux en forme de cuve , mais sans moulures, existent près de cette entrée.
Les deux petits autels, entre choeur et nef, ont leurs contre-retables ornés de tableaux, dont un porte l’inscription suivante:
M. ESPRIT-GABRIEL GAMAR , SEIGNEUR DE DOZULÉ, M’A FAIT DORER ET
PEINDRE EN 1756. CE TABLEAU A ÉTÉ DONNÉ PAR DEMOISELLE COLLET, VEUVE
DE FEU SIEUR DE BERNIÈRES, AVRIL 1702.
Sur l’autre, on lit cette inscription :
M. QUESNEL DE BERNIÈRES, CONSEILLER DU ROI AU GRENIER A SEL DE
DARNÉTAL, M’A FAIT DORER ET PEINDRE EN 1756.
Ce tableau avait été donné, en 1702, par Gabriel Gamar, advocat, ainsi que l’indique la suite de l’inscription.
La tour est établie entre choeur et nef.
L’église de Druval est sous l’invocation de Notre-Dame.
L’abbaye du Bec nommait à la cure.
La paroisse faisait partie du doyenné de Beuvron. On y comptait 3 feux privilégiés et 23 feux taillables.
La maison seigneuriale de Druval, située au nord-est de l’église, était, dit-on, très-ancienne. Elle a été démolie il n’y a pas long-temps, mais avant ma visite.
La famille qui la possédait il y a quelques années a vendu cette terre à Mme. veuve de Mézières, de Caen.

DRUVAL. – Au lieu dit «Les Catelets» ou «La Butte», un cimetière mérovingien a été découvert 1892 (1). Le lieu dit  » Le Castel « , dont parle M. Mocin (2), semble devoir se confondre avec les Catelets.
(1) La Valette, Notice sur div. obj. anc. découv. aux envir. de Pont-l’Evêque et de Cambremer de 1890 à 1893, Caen 1912, in-8.
(2) Bull. S.A.N., XXXIV, p. 367.

3 – Archives ShL:

Par. de Notre-Dame,
patr. l’abbé du Bec.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Beuvron.
Génér. de Rouen,
élect. de Pont-l’Evéque,
sergent. de Beuvron

Sous l’invocation de Notre-Dame

Curés:
Maris 1764
Maris 1775-1787

Charité de Druval érigée le 17 juillet 1731
Note sur la cloche de Druval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *