CASTILLON en AUGE


NOTES sur CASTILLON-en-AUGE – 14141.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Castillon-en-Auge (Calvados)
Canton actuel : Mézidon-Canon
Arrondissement actuel :Lisieux
Code INSEE : 14141

CASTILLON-EN-AUGE. Retranchements anciens sur les hauteurs boisées qui couvrent une partie de la commune. (De Caumont: Stat. mon., t. V, p. 513.

– Castillon – Castellion – Castellon – Castello – Casteillon, Castelo, Castellio
– CASTILLON-EN-AUGE. – Le nom de cette commune est dû à une enceinte antique située dans les bois (7).
(7) Caumont Id., d. S., 1849, P. 158; Stat . mon., V, p. 513. – Doranlo. Camps,p. 805.
– CATILLON-EN-AUGE. Castilio; castellio dans une charte de Henri I, roi d’Angleterre, vers 1188 (Du Bois Louis-François – Histoire de Lisieux).

Les noms des communes de Normandie – XII Jean Adigard des Gautries, Fernand Lechanteur
Castillon [la prononciation traditionnelle kâtiyon est fâcheusement en régression] (Balleroy, C.) :
Casteillun [1185-1189] : Cartul. de Longues, n° 17, fol. 6 v°;
— Delisle et Berger, RA Henri II, n° 757, t. II, p. 409.
Le terme est très répandu en toponymie et attesté dès le haut Moyen Age sous la forme latine castillio, « petite forteresse » (v. Vincent, Topon. de la Fr., n° 721, p. 282). On relève en Normandie sous des aspects normanno-picards.

594. — Castillon-en-Auge (Mézidon, C.) :
[Abl.] Castellione 1108 : vid. 1270 n. st., Arch. Calv., H 7033;
— R.N. Sauvage, Dipl. de Henri Ier pour St-P.-s-D., dans Mél.
Soc. Hist. Norm., 12e série, p. 126.

Castillon-en-Auge, canton de Mézidon.
Custeillun, 1180 (ch. de l’hospice de Lisieux, n° 2).
Casteillon, 1222 (cart. norm. n° 1005, p. 260).
Castellon, XIV° siècle;
Castallio, XVI° siècle (pouillé de Lisieux, p.46).
Castillion, XVI° siècle (taxat, decim. dioc. Baioc.).
Castilo, 1571 (pouillé de Lisieux, p. 46, note).
Câtillon-en-Auge 1844 (ibid. p.47).

Par. de Notre-Dame,
patr. l’évêque de Lisieux.
Dioc. de Lisieux,
doy. du Mesnil-Mauger.
Génér. d’Alençon
élect. de Falaise
sergent, de Saint-Pierre-sur-Dive..

Lieux-dits de CASTILLON:
Bergerie (La), [Bois (LE) Bois du Roy ?], Boiserie (LA), Bruyère (LA), Calais (Le), , [Gendrerie (LA), Gendernie, 1847 (stat. post.)], HOULBECQ,Noë (LA), Touzerie (LA).

– Le fief de Castillon, les fiefs de Montchamps et Cartel rassortissaient à la vicomté de Falaise et à la sergenterie de Saint-Pierre-sur-Dive.
– De la Baronnie de Cambremer relèvent les fiefs qui ensuivent:
Les fiefs du Fresnay et Castillon, assis à Cambremer, possédés par Guillaume Cappel, Ecuyer, Avocat.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – BIBLIOGRAPHIE

BOURRIENNE abbé, « Le dénombrement du Temporel de l’Eveschié de Bayeux (1460) », Baiocana? 2? 1910? pp. 3-15; 49-56; 145-154
Crévecoeur: pp. 145-146 (Victot, Pontfol, Castillon, Cambremer; Honneur de Manerbe: pp. 147148 (Fief de l’Espée au Pré-d’Auge, Mont-Rosty, La Planque, Bers, Brette, Grandouet; Saint-Laurent-du-Mont: pp. 148-149 (fieu Jean Gosse, Denis Guérin; Montreuil; Cambremer, Saint-Ouen-le-Pin).

DARTHENAY Jean-Jacques : Découvertes de quelques sites de hauteur en Pays d’Auge Bulletin du Foyer rural du Billot n°59 – Sept. 1997.

DETERVILLE Philippe : Le Manoir de la Touzerie, CDMPA ? pp. 197-199; XVIe -XVIIIe siècles, pavillon en charpente avec lisse d’allège et croix de Saint-André sur soubassement de brique.

FOURNIER Dominique : les références à la justice dans la toponymie et l’anthroponymie noirmandes; BSHL n°61, décembre 2006. p 34.

GUILMETH Auguste, Notices sur diverses localités du département du Calvados – Bourg de Mézidon? Rouen, Berdalle La Pommeraye, s.d., In-8°, 48 p.
= M.C. Ex. E.D., provenant de la Bibl. de Guillemare. 48 p. imprimées comporte un cahier ms. de 16 p.; incomplet contenant une suite de la notice sur Sainte-Barbe-en-Auge; p. 51: Saint-Aubin-sur-Algot? Les Authieux-Papion? Biéville-en-Auge, Bissières; p. 52: Le Breuil, Canon; p. 53: Canteloup, Câtillon (Castillon-en-Auge);

FOURNIER DOMINIQUE : Toponymie de Castillon en Auge. Bulletin Foyer rural du Billot n°63, septembre 1998.
FOURNIER DOMINIQUE : Toponymie de Castillon en Auge. (II) Bulletin Foyer rural du Billot n°64, décembre 1998.

MANEUVRIER Christophe : les manoirs de Castillon en Auge – Bulletin Foyer rural du Billot n°43, page 56.

MANEUVRIER Jack : Petite histoire de Castillon en Auge, son église, ses manoirs; Bulletin Foyer rural du Billot n°63, septembre 1998.

Maneuvrier (Jack). – Castillon-en-Auge. – Histoire et traditions populaires du canton de Saint-Pierre-sur-Dives, 63, septembre, 1998, p. 59-73 : ill…., 25 x 27 cm (BU Caen). 988.

Maneuvrier (Christophe). – Les manoirs de Castillon-en-Auge.

NEDELEC Yves : Tableau récapitulatif des seigneurs de Castillon et Vieux-Pont et des propriétaires de trois manoirs (La Touzerie, Le Lieu-Rocher, Houlbec). (SHL NE26).

Revues Le Pays d’Auge:
A propos du manoir de Castillon 1980-juillet-Arch. manoirs, châteaux…

Le Manoir de la Roquette est une importante et intéressante construction en pans de bois qui a fait l’objet d’une récente monographie.

2 – Pièces Justificatives.

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux
146. – Le 16 nov. 1694, dispense de parenté du 3° au 4° degré pour le mariage entre Mesr. Jacques Le Maignen, Escr. sr. de Grandval demeurant à Vieuxpont et damll. Marie-Magdeleine Le Maignen, de la parr, de Castillon, après nouvelle enquête faite par Me. Pascal Mesnier, pbrë, curé de la 1ère portion de Vieuxpont.
Vu l’attestation du sr. Cappetain. curé de la 2° portion de Vieuxpont et du sr. Hurel. vicaire de Castillon, dispense de bans pour led. mariage.

87. – Le 24 sept. 1695, Mesr. Jean de Parey, pbrë, obtient en cour de Rome des lettres de provision, dites de per obitum, de la cure de N.-D. de Castillon, vacante par la mort rie M. Legros, dernier titulaire.
Le 1er décembre 1695, led. sr. de Parey, ayant appris qu’il y a d’autres prétendants à lad. cure et qu’il y a grand intérêt à en prendre possession de suite, supplie le lieutenant-général civil et criminel de l’autoriser à faire la cérémonie de prise de possession dans une des chapelles de N.-D de Paris ou autre église; ce qui lui est accordé.
Le 12 décembre 1695, le seigr. évêque de Lx, étant à Paris, donne son visa aux lettres de provision obtenues par le sr. Parey, afin qu’il puisse prendre possession ad conservationem juris, attendu que la place est remplie.
Le 14 décembre 1695, le sr. de Parey prend possession de la cure de Castillon par l’accomplissement des cérémonies ordinaires, dans la chapellerie N.-D. de l’église St-Eustache.
Le 16 décembre 1695, il donne une procuration pour faire prendre, en son nom, possession dud. bénéfice à l’église même de Castillon.

181.- Le 18 avril 1696, Me. François Legrip, pbrë, Me ès-arts en l’Université de Caen, pourvu de la cure de Castillon et non paisible possesseur d’icelle, ayant élu domicile pour le présent en la maison de Pierre Legrip, son frère, demeurant à Lx, fait réitérer ses noms et grades au seig. évêque et au Chapitre de Lx.

228. – Le 13 avril 1696, Msre. Gabriel Hébert, pbrë, recteur et vicaire perpétuel de St-Jacques de Lx, y demeurant, donne sa procuration pour résigner lad. cure entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de Mre Philippe de la Croix, pbrë, Me. ès-arts, pourvu de la cure de Castillon.
Le 3 mai 1696, led, sr. de la Croix obtient en cour de Rome des lettres de provision dud. bénéfice.
Le 22 juin 1090, Me. Audran, vic. gl. donne son visa auxd. lettres de provision.
Le même jour, le sr. de la Croix prend possession de la cure de St-Jacques.

399. – Le 3 août 1696, Me. Philippe de la Croix, Me. ès-arts en l’Université de Caen, pourvu de la cure de N.-D. de Castillon, doyenné de Mesnil-Mauger sa procuration pour résigner lad. cure entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de Me. François Legrip, pbre du diocèse de Bayeux, titulaire de la chapelle St-Romain on la cathédrale de Lx, aussi pourvu delad. cure; et ce sans préjudice du droit de sr. Legrip, mais pour ajouter droit sur droit en conservant le premier.
Fait et passé à Rouen.
Le 24 août 1696, led. sr Legrip obtient en cour de Rome des lettres de provision dud. bénéfice.
Le 29 nov, 1696, il requiert le visa desd. lettres de provision; mais Mre. Le Nepveu, vicaire général, lui fait dire qu’étant malade il ne peut donner sa réponse. Le sr. Legrip protesta se pourvoir devant qui de droit.
Le 1er décembre 1696, il adresse au bailliage de Caen une requête dans laquelle il expose qu’à la suite de la plainte qu’il avait formée aud. bailliage, d’avoir été troublé par les srs. de la Croix et Soyer en la prise de possession de la cure de Castillon, dont ils se prétendaient titulaires, une sentence de récréance avait été rendue au profit du sr. de la Croix; que le sr. Legrip avait interjeté appel de cette sentence en la cour de parlement de Rouen où toutes les parties étant à procéder led, sr. de la Croix subrogea led. sr. Legrip, en son droit pour jouir dud. bénéfice. Néanmoins le sr. Soyer s’est pourvu devant M. l’évêque de Lx, de qui le bénéfice dépend, et a surpris de l »évêque une ordonnance de séquestre des fruits de lad, cure au préjudice dud. suppliant; le sr Moncel est nommé pour commissaire et gardien des fruits et revenus; celui-ci se dispose à s’en saisir en faisant lever les serrures des granges et celliers qui renferment les grains et «boires » (cidres), ce qui causera un préjudice notable aud. suppliant, lequel a intérêt à renouveler sa prise de possession pour la conservation du nouveau droit qui lui est acquis par la subrogation du sr. de la Croix. Le sr. Legrip termine en suppliant M. le bailly de l’autoriser à une nouvelle prise de possession : ce qui lui est accordé par le lieutenant général au bailliage de Falaise.
Le 2 décembre 1696, en conséquence de cette autorisation, le sr. Legrip prend de nouveau possession de la cure de Castillon, en présence de M. Pierre Hurel, pbre, desservant lad parr. Pierre Lefebvre, sr. du Moncel, et autres témoins.

491. – Le 3 avril 1697, Me. François Legrip, pbrë, Me. ès-arts en l’Université de Caen, pourvu de la cure de Castillon, dont il n’est pas paisible possesseur, fait réitérer ses noms et grades au seig. évêque et au Chapitre de Lx.

242, – Le 15 févr. 1700, vu l’attestation du sr. Lecoq, curé du Mesnil-Bacley, et du sr. Leroux, vicaire de Castillon, dispense de bans pour le mariage entre Pierre Lefebvre et Marguerite Saimin.

713. – Le 17 déc. 1705, vu l’attestation du sr. Gervais, curé de St-Julien-le-Foulcon, et du sr. Soyer, curé de Castillon, dispense de bans pour le mariage entre Jean Mesière et Marguerite Lecavelier.

Curé. – R. Logros P. de la Croix – F. Le Grip – J. Soyer.
Vicaires. – P. Hurel (D) – N. Réaultey – Leroux.
Patron. -L’évêque de Lisieux.
Seigneurs et notables. – Jacques Le Maignen de Grandval – J, Deschamp – P. Lefebvre.

209. – Le 24 avril 1712, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Antoine de Fresnel, chev. seig. de la Pipardière, fils de feu Mesr. César de Fresnel, aussi chev. seig. de la Pipardière et autres lieux, et de feue noble dame Marie de Saffrey, demeurant en la parr, de Magny, diocèse de Bayeux, d’une part, et damll. Françoise-Elisabeth Leboucher, fille de feu Mre Jacques Leboucher, chev. seig. de Sassy, Pontollin, trésorier de France et trésorier général des finances au bureau d’Alençon, et de feue noble dame Catherine Georges, demeurant depuis dix-huit mois environ en la parr. de Castillon, diocèse de Lx. – On lit en note à la marge du registre des Insinuations : « Dispense de 2 bans por. la niepce de Mr. l’abbé Dumesnil.

265. – Le 20 février 1715, Me. Guillaume-Antoine Laugeois, pbrë, ayant exposé en cour de Rome que Me. Jacques Soyer, curé de Castillon, est en même temps titulaire de la chapelle Ste-Magdeleine et St-Gatien fondée en la cathédrale de Lx, malgré l’incompatibilité qui existe entre les deux titres, puisque lad. chapelle requiert aussi la résidence, obtient en lad. cour de Rome des lettres de provision de lad. chapelle Ste-Magdeleine et St-Gatien.
Le 6 avril 1715, la collation de lad. chapelle appartenant au chanoine de semaine, mais celui-ci se trouvant absent, le doyen et les chanoines de la Cathédrale reçoivent led. sr. Laugeois et lui donnent tous les droits inhérents à sond. bénéfice.
Le 6 avril 1715. le sr. Laugeois est mis en possession de la chapelle St-Gatien par le ministère de Me. le doyen. – Le sr. de Montargis, l’un des claviers de la Cathédrale, reçoit du nouveau chapelain la somme de huit livres pour droit de chape.

118. – Le 3 juillet 1719, la nomination à la cure de St-Bazile appartenant au seig. du lieu, Msr. Paul Gautier, Esc. seig. et patron de St-Bazile, nomme à lad. cure, vacante par la mort de Me. Charles Gautier, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. Guillaume Bazire, pbrë, vicaire de Castillon.
Le 21 juillet 1719, le seig. évêque donne aud. sr Bazire la collation dud. bénéfice de St-Bazile.

173. – Le 12 déc. 1719, Me. Guillaume Bazire, pbre, vicaire de Castillon, pourvu de la cure de St-Bazile, prend possession dud. bénéfice, en présence de plusieurs habitants du lieu.

118. – Le 3 juillet 1719, la nomination à la cure de St-Bazile appartenant au seig. du lieu, Msr. Paul Gautier, Esc. seig. et patron de St-Bazile, nomme à lad. cure, vacante par la mort de Me. Charles Gautier, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. Guillaume Bazire, pbrë, vicaire de Castillon.

173. – Le 12 déc. 1719, Me Guillaume Bazire, pbre, vicaire de Castillon, pourvu de la cure de St-Bazile, prend possession dud. bénéfice, en présence de plusieurs habitants du lieu.

401. – Le 16 août 1723, la nomination à la cure de N.-D. de Castillon, appartenant aux chanoines de la collégiale du St-Sépulcre de Caen, ceux-ci nomment aud. bénéfice, vacant par la mort de Me. Jacques Soyer, la personne de Me. Jean-Jacques Goubert. pbrë du diocèse de Bayeux.
Le 9 février 1724, led. sr. Goubert requiert du seig. évêque de Lx la collation dud. bénéfice, en présence de Me. Nicolas David et de Me. Nicolas Vattier, pbfës de St-Germain Msr. Dumesnil, vicaire général, auquel led. sr. Goubert a été renvoyé, répond qu’il ne peut lui accorder l’institution canonique de lad. cure, attendu qu’elle se trouve remplie. Le sr. Goubert déclare qu’il se pourvoira devant qui de droit.

457. – Le 28 mars 1724, Me. Jean-Baptiste Goubert, pbrê, en vertu de la collation obtenue des sieurs vicaires capitulaires de l’église métropolitaine de Rouen, sur la nomination faite par les chanoines du St-Sépulcre de Caen, prend possession de la cure de N.-D. de Castillon, en présence de Me. Jean Jollain, curé de St-Martin-de-Fresné; Msr. Jacques de Montesquiou et Pierre Gilles, demeurant au château du Robillard, et autres témoins.

812. – Le 22 fév. 1724, les vicaires capitulaires de Rouen, vu le refus du seig. évêque de Lx, en date du 9 courant, donnent a Msr. Jean-Jacques Goubert, pbrë du diocèse de Bayeux, la collation de la cure de Castillon à laquelle il a été nommé par les chanoines du St-Sépulcre de Caen, en conséquence de la mort de Me. Jacques Soyer, dernier titulaire.
Fait à Rouen, en présence de Me. Jean le Signerre et Jacques Leroux, pbrës, demeurant en lad. ville.
Le 25 sept. 1707, led. sr. Goubert, fils de Gabriel et de Marguerite Gosselin, de la parr. de Donnay, diocèse de Bayeux, avait reçu la tonsure à Bayeux, et, le 15 avril 1713, il avait été ordonné prêtre par Mg. Jacques de Matignon, ancien évêque de Condom, dans la chapelle
du séminaire de Bayeux.

1006. – Le 29 nov. 1725, vu l’attestation du sr. Jobey, vicaire de Castillon, et du sr. de la Pille, vicaire de Ste-Marguerite-de-Viette, dispense de bans pour le mariage entre Nicolas Leboulanger et Marie Fleuriot.

Curés. – J. Soyer – G. Véron – J. Goubert – C. Le Maignen d’Houlbec.
Vicaires. – G. Bazire – G. Le Court.
Prêtres de la paroisse. – J -G. Bosné – G. Leroy.
Patron. – L’évêque de Lx. – Le chapitre du Saint-Sépulcre de Caen.
Notable. – F.-E. Leboucher.

432. – Le 22 nov. 1727, Jean-Jacques Goubert, pbrë, curé de Pont, diocèse de Séez, et pourvu de la cure de Castillon, représenté par Me. Jacques Crevel, avocat à Caen et docteur professeur de droit français en lad. ville, résigne lad. cure de Castillon entre les mains des chanoines du St-Sépulcre de Caen qui l’en avaient pourvu. Fait à Caen devant le notaire royal-apostolique.
Le même jour, les srs. chanoines de lad. collégiale nomment à la cure de Castillon la personne de Me. Pierre-François Caignard, pbrë du diocèse de Bayeux.
Le 9 déc. 1727, led. sr. Caignard s’étant présenté au seig. évêque de Lx pour requérir la collation dud. bénéfice, Sa Grandeur lui fait répondre par son vicaire général qu’il ne peut lui accorder l’institution canonique qu’il réclame, lad. cure étant remplie depuis plusieurs années par led. seig. évêque.
Le 30 déc. 1727, le sr. Caignard, en vertu de la collation obtenue de M. l’abbé Ridel, grand vicaire de Mgr. l’archevêque de Rouen, prend possession de lad. cure de Castillon. Me. Charles Le Maignen, pbrë, curé de lad. parr. intervient et s’oppose à lad. prise de possession pour raisons qu’il déduira en temps et lieu. Led. sr. Caignard proteste de nullité lad. opposition. Fait en présence de plusieurs témoins, tous de la ville de Lx.

662. – Le 17 mars 1729, la nomination à la cure de N.-D. de Villerville appartenant au seig. évêque, les vicaires généraux nomment aud. bénéfice, vacant par la mort de Thomas Moutier, dernier titulaire, la personnel de Me. Charles de la Pille, pbrë, vicaire de N.-D. de Castillon.
Le 31 mars 1729, led. sr. de la Pille prend possession de la cure de Villerville, en présence de Me. Nicolas Godillon, pbrë, curé de Trouville; Me. Pierre Gueroult, pbrë, desservant lad. pair, de Villerville, et autres témoins.

199. – Le 23 avril 1742, dispense de bans pour le mariage entre Michel Groualle, sr. du Boscage, ancien président, maire et lieutenant général de police de la ville de Caen, fils de feu Gilles Groualle, sr. du Boscage, consr. du roy, commissaire aux revues des troupes, et de feue dame Marie Legrand, demeurant en la parr. de Magny-le-Freulle, diocèse de Bayeux, d’une part, et Geneviève Le Bourgeois, fille de feu Gilles Le Bourgeois, et de feue damll. Jeanne de Couvert, de la parr. de Castillon.

Curés. -J.-J. – P.-F -C. Le Maignen – P.-A. de Rivière de Baudrieux.
Vicaires. – C. De la Pille – S. Ricquier – J. Lautour.
Prêtres de paroisse. -S. Ricquler – J. Lautour.
Patron. – L’évêque de Lx – Prétentions des chanoines du Saint-Sépulcre de Caen.
Notable. – M. Groualle – G. Le Bourgeois.

132. – Le 1er sept. 1749, Gabriel-François Castillon, marchand, demeurant à Lx, parr. St-Germain, au nom et comme porteur de pouvoirs de dame Marie-Anne Cocquerel, Vve. de Joseph Castillon, demeurant en lad parr. de Croissenville, et dame Catherine Bertre, Vve. de Jean Cocquerel, demeurant à Lx. pair. St-Germain, et se trouvant à St-Germain-la-Campagne, constituent 150 livres de rente en faveur de M. François Cocquerel, acolyte de St-Germain de Lx. afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Fait et passé en lad. pair, de St-Germain-la-Campagne.

136. – Le 24 mai 1753, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Guillaume Rioult, Esc. seig. et patron des Champeaux, Castillon, et autres lieux, chev. de l’Ordre militaire de St-Louis, fils de feu .Mesr. Jacques Rioult, seig. et patron des Champeaux, et de noble dame Marguerite Flambard, originaire de Champosoult, et demeurant en b parr. de Castillon, d’une part, et damll. Marie-Louise du Houlley, fille de Mesr. Nicolas du Houlley, Esc. seig. de Gouvis et de la Roque, et patron présentateur à la 1° portion de Courtonne-la-Meudrac, et de noble dame Marie-Louise de Giverville, de lad. parr. de Courtonne.

233 – Le 3 févr. 1758, la nomination à la cure de Castillon appartenant au seig. évêque de Lx, Sa Grandeur nomme aud. bénéfice, vacant par la mort de Me. Pierre-André de Rivière de Beaudrieux, pbre, dernier titulaire, décédé le mois précédent, la personne de Me. Jacques
Monsaint, pbrë de ce diocèse, Me. ès-arts en l’université de Caen. Cet acte est contresigné par Me. Fréard.
Le 10 févr. 1758, led. sr. Monsaint prend possession de lad. cure de Castillon, en présence de Msr. Bernard-Evremond de Bressac, chevalier de l’Ordre royal et militaire de St- Louis, « lieutenant du roy es villes et châteaux d’Honfleur, Pont-l’Evesque, Pays-d’Auge », seig. et baron de Vieuxpont, Castillon et autres lieux : .Mesr. François-Evremond de Bressac, son fils; Me. Jean Lautour, pbrë, desservant la parr. de Castillon; Me. François Marescot, pbrë, demeurant aud. lieu, et autres témoins.

28. – Le 1er janv. 1759, le seig. évêque dispense de la résidence pendant huit mois Me. Jacques Monsaint, curé de Castillon. Pendant ce temps, Sa Grandeur fera desservir cette paroisse par un prêtre capable et le sr. Monsaint ne jouira pas des revenus de son bénéfice.

198. – Le 27 nov. 1750, le seig. évêque nomme au canonicat et prébende de Touques, 1° portion, vacants par la mort de Me. Jean de Pierres, dernier titulaire, la personne de Me. Jacques Monsaint, pbrë, curé de Castillon. Fait au palais épiscopal en présence de Gabriel Mallière, sous-diacre, et de Nicolas Gaillard, acolyte, tous deux demeurant à Lisieux.
Le lendemain, led. sr. Monsaint est mis en possession du canonicat de Touques, 1° portion, par le ministère de M. le doyen.

86. – Le 17 févr. 1763, Mesr Jean-Baptiste-le-Rémy Le Bas de Fresne, pbre. chanoine prébendé de St-Pierre-Adzifs et de Formentin, haut-doyen en la Cathédrale, vicaire général du diocèse de Lx et conseiller au parlement, donne sa procuration pour résigner lad. prébende de Formentin entre les mains de N-S.-P. le pape en faveur de Me. Jacques Monsaint, pbrë, titulaire du canonicat simple de Touques, qui est de nulle valeur, et curé de Castillon, de la valeur de 1,200 livres de revenu, et de plus chapelain de la chapelle simple de St-Eloy en la parr. des Moutiers-Hubert, de la valeur de 30 livres de rente. Fait et passé à Lx, parr. St-Jacques, au logis dud. sr. de Fresne.
Le 7 mars 1763, led. sr. Monsaint obtient des lettres de provision du canonicat de Formentin.
Le 6 avril 1763, le seig. évêque donne son visa auxd. lettres de provision.
Le 8 avril 1763, le sr. Monsaint est mis en possession des canonicat et prébende de Formentin par le ministère de M. le doyen.

144. – Le 17 févr. 1763, Me. Jacques Monsaint, pbrë, curé de Castillon, donne sa procuration pour résigner sad. cure entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de Me. Jean-Baptiste De Lahaye, pbrê, vicaire de Ste-Croix de Cormeilles. Fait et passé à Lx.
Le 17 juill. 1763, led. sr. Monsaint annule la précédente procuration et en donne une nouvelle dans les mêmes termes.
Le 4 juillet 1763, led. sr. De Lahaye obtient en cour de Rome des lettres de provision dud. bénéfice.
Le 12 août 1763, Mr Mery, vic. gl, donne son visa auxd. lettres de provision.
Le 3 oct. 1763, le sr. De Lahaye prend possession de la cure de Castillon, en présence dud. sr. Jacques Monsaint, chanoine de la Cathédrale, demeurant encore à Castillon; Dom Nicolas-Charles-Benoit Le Mignon des Mares, pbrë, religr. bailly de l’abbaye de Cormeilles; Me. Jean Lautour, vicaire de Castillon; Me. Alexis-Bernard Delamare, avocat en parlement, demeurant à Ste-Croix de Cormeilles, et autres témoins.

270. – Le 12 mai 1766, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Joseph-François-Evremont de Bressac, fils de feu Mesr. Bernard- Evremond de Bressac, seig. baron de Vieux-Pont, Castillon et autres lieux, lieutenant pour le roy au gouvernement d’Honfleur, Pont-l’Evêque et Pays d’Auge, chevalier de l’Ordre royal et militaire de St-Louis, et de noble dame Amable-Françoise de Bailleul, de la parr. de Castillon, d’une part, et damll. Suzanne Coquart Chéry, fille de Jean-Baptiste Louis Coquart Chéry, ancien officier au régiment de Richelieu, et de dame Marie-Catherine Perrier, demeurant à Paris, parr, de St-Germain l’Auxerrois.

45. – Le 12 janv. 1767, dispense de bans pour le mariage entre Msr. Joseph-François Evremond de Bressac, fils de feu Msr. Bernard-Evremond de Bressac, seig. baron de Vieux-Pont, Castillon et autres lieux, lieutenant pour le roy au gouvernement d’Honfleur, Pont-l’Evêque et Pays d’Auge, chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis, et de noble dame Amable-Françoise-Elisabeth de Bailleul, de la parr, de Castillon, d’une part, et damll. Suzanne Coquart-Chéry, fille majeure de Jean-Baptiste-Louis Coquart-Chéry, ancien officier au régiment de Richelieu, et de dame Marie-Catherine Parrin, de la parr, de St-Germain- l’Auxerrois de Paris.

135. – Le 4 mai 1767, vu le certificat du sr. Héroult, vicaire de Castillon, dispense de bans pour le mariage de Jacques Cauvigny.

156. – Le 22 Juin 1767 dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Joseph-François-Evremont de Bressac seig. baron de Vieux-Pont, Castillon et autres lieux, lieutenant pour le roy au gouvernement d’Honfleur, Pont-l’Evêque et Pays d’Auge, chevalier de l’Ordre de St-Louis, et de noble dame Amable-Françoise de Bailleul, de la parr. de Castillon, d’une part, et damll. Suzanne Coquart-Chéry, fille majeure de Jean-Baptiste-Louis Coquart-Chéry, ancien officier au régiment de Richelieu, et de dame Marie-Catherine Parrin, de la parr, de St-Germain- l’Auxerrois de Paris.

Curés. – P.-A. de Rivière – J. Monsaint – J.B. De Lahaye.
Vicaire.– J. Lautour – Héroult.
Prêtres de la paroisse. – J. Lautour – F.Marescot
Patron. – L’évêque de Lx.
Seigneurs. – B.E. de Bressac – J.F.E de Bressac – G.Rioult des Champeaux.

222. — Le 9 févr. 1770, Msr. Jacques Juliette, pbrë, curé de Ste-Foy-de-Montgomraery depuis quarante-trois ans, étant devenu infirme, donne avec l’autorisation du roy sa procuration pour résigner lad. cure entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de Me. Louis Héroult, pbrë, vicaire de N.-D. de Castillon. Il se réserve toutefois une pension viagère de 350 livres à prendre sur les revenus de ce bénéfice.
Fait et passé au manoir presbytéral dud. lieu.

350. — Le 4 sept. 1779, dispense de bans pour le mariage entre Me. Jacques Moutier, notaire de St-Julien-le-Foucon(Le Faucon), fils de Mathieu et de .Marie-Anne Boursin, originaire de la pair, de Castillon et demeurant en celle de St-Julien, d’une part, et Magdeleine-Catherine Hafley, fille de Gabriel et de feue Magdeleine Cauvin, de la de Beuvron.

Curé. -J.-B De Lahaye.
Vicaire. — L. Hérault.
Notable. — M. Meutier.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

Castillon, Castillio.
Ce nom semblerait indiquer qu’un campement, une enceinte fortifiée existait sur les hauteurs boisées qui occupent une partie de la paroisse. Les personnes que j’ai interrogées, à ce sujet, ont fini par trouver les retranchements que je supposais exister : je n’ai pu encore en lever le plan.
L’église de Castillon est peu intéressante; elle se compose d’un choeur h chevet droit, sans ouvertures. Les fenêtres sont carrées et modernes dans le choeur et dans la nef : le portail est moderne, à plein-cintre; mais quelques parties des murs peuvent dater du moyen-âge.
Le clocher est moderne, couvert en ardoise et couronné d’une flèche à six pans. Il renferme deux cloches : la plus grosse porte l’inscription suivante :

J’AI ÉTÉ BENITE PAR Me JEAN BAPTISTE DE LA HAYE CURÉ DE CE LIEU
ET NOMMÉE MARIE CHARLOTTE. PAR MESSIRE CHARLES ROSÉE DINFREVLLE
SGr ET PATRON DE LIEURY, TOTES, LAMOTTE ET MONTCHAMP, ASSISTÉ DE
NOBLE DAME MARIE. ANNE VICTOIRE DE BERVILLE EPOUSE DE MESSIRE JEAN
ALEXANDRE DUNOT DE SAINT MACLOU CHEVALIER BARON DE VIEUX PONT
SGr DE CASTILLON , HOULBEC ET GRANDVAL, CHEVALIER DE. L’ORDRE. ROYAL
ET MILITAIRE DE St LOUIS.
ALEXIS LAVILLETTE DE LISIEUX MA FAITE EN 1774.

La seconde cloche porte la date 1884
L’église, sous l’invocation de Notre-Dame, était comprise dans le doyenné du Mesnil-Mauger. Le patronage appartenait à l’évêque de Lisieux. Il lui avait été donné par Robert de Castillon, fils Robert, en l246. Deux ans plus tard, Nicolas de Castillon, fils du donateur, confirma la charte de son père; il vivait encore en 1252.
Les évêques ne jouirent pas sans contestation de leur droit. Il leur fut d’abord disputé par les chanoines du Sépulcre de Caen: on transigea en 1325. Alors le seigneur laïque revendiqua, à son tour, le droit de présenter à la cure, malgré la donation formelle de son prédécesseur. Ce procès se termina encore par une transaction, en 1340. L’évêque accordait à Jean de Villers, son contendant, la faculté de présenter à la cure alors vacante, un sujet de son choix nommé Pierre Dufour; mais à la condition de reconnaître pour l’avenir le droit du prélat.
On trouve, aux archives du Calvados, trois provisions délivrées en conséquence par les évêques de Lisieux, ou leurs vicaires, le 18 juin 1359, à Rainulphe Baudouin; le 25 juin 1407, à Jean Bazire; le 12 janvier 1420, à Philippe de La Pallu.
Au XVIIIe siècle, les chanoines du Sépulcre firent revivre leurs prétentions; mais un arrêt du Parlement de Rouen, du 10 mars 17-33, les débouta et maintint dans le bénéfice Charles Le Maignen, sieur de Houlbec, pourvu par l’évêque de Lisieux.
En 1463, Guillaume d’Anisy était seigneur de Castillon.
Le dernier possesseur de ce fief fut Me Jean-Alexandre de Dunot, baron de Vieux-Pont, né en 1733 à Marie-Galante(V. les notes manuscrites de M. Charles Vasseur sur les anciennes familles de l’arrondissement de Lisieux.)

Role du ban et de l’arrière-ban du bailliage de Caen en 1552 – Emile TRAVERS.
Aydes.
411. Henry de Vieulchasteau, pour le fief Malherbe et le fief Castillon, assis en la dicte parroisse, vallant c 1. t.
412. F. Malherbe et f. Castillon, ass. en ladicte par. Castillon-en-Auge, cant. de Mézidon. F. rel. de la vic. de Falaise.

La deportation du clerge orthodoxe pendant la revolution – Emile SEVESTRE
Luc [Calvados).
3655 Godes, Thomas, cure de Castillon [Calvados].

Insinuations
– 25 juin 1407 – provision des vicaires généraux en faveur de Jean Bazire , prêtre.
– 12 janvier 1420 – Provision donnée par le vicaire général de Monsieur le Cardinal de Plaisance, administrateur de l’évêché de Lisieux, en faveur de Philippe de la Pallu, prêtre. (Archives du Calvados)
– Samedy après St Laurent 1340
Vidimus des lettres du Bailly de Falaise terminant un procès entre Messire Raoul de Busc, procureur de l’évêque et Jean de Villers, au sujet du patronage de Notre Dame de Castillon, accordant au dernier le droit de nommer à la cure actuellement vacante Monsieur Pierre Dufour, prêtre, mais en se désistant en faveur de l’évêque de ce droit.
Acte de 1325 des chanoines du Sépulcre de Caen pour ledit patronage en faveur de l’Evêque de Lisieux (Archives du Calvados)
– 18 juin 1359 – provision de l’évêque de Lisieux en faveur de Rainulphe Baudouin, prêtre.
– Provision des vicaires généraux 25 juin 1407 en faveur de Jean Bazire, prebtre.
– 10 mars 1733 – arrêt du Parlement de Rouen condamnant François Caignard, prebtre, muni de la cure par les chanoines du Sépulcre et maintenant Charles le Maignen, sieur du Houbier,-(Houlbec) pourvu par l’évêque de Lisieux (Archives du Calvados)
« Analyses et Transcriptions … » – « Transcriptions.doc »
Aveux de fiefs :
– Messire FRABIN de CASTILLON

3 – Archives ShL:

Archives SHL : FONDS ANCIEN 1F.
1F352.: 29 novembre 1617 : Guillaume Montiel vend à Simon Lévesque une portion de terre à Castillon.

Carnets de Charles Vasseur :
« Doyenné de Mesnil-Mauger »
21 – Castillon – Castellion – Castellon – Castello – Casteillon, Castelo, Castellio.

Sous l’invocation de Notre Dame
Patronage:
XIVe, XVIe et XVIIIe Episcopus Lexoviensis

Curés:
Montsaint 1764
De la Haye 1763/1787.

Curé. -J.-B De Lahaye
Vicaire. — L. Hérault
Notable. — M. Meutier

Nicolas de Castillon, fils de Robert de Castillon en 1252.
Donnée à l’évêque par Robert de Casteillon, fils de Robert en 1246 et confirme deux ans plus tard par Nicolas, son fils.

90 – Nicolas de Castillon, fils de Robert de Castillon donne en 1252 à St Pierre sur Dives rentes et redevances que lui faisait Robert Tubold de Lambertivalle, et il reçoit 100 sols tournois pour cette concession.

Archives Nédélec – Communes.
com.14. 1 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Notes historiques
com.14. 2 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Manoirs : La Roquette, la Touzerie, le Lieu Rocher
com.14. 3 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Les manoirs de Castillon : la Roquelle, la Touzerie, Montchamps, Presbytère
com.14. 4 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Manoir de la Touzerie
com.14. 5 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Histoire de Castillon, Eglise, les Curés, le Presbytère, la Touzerie
com.14. 6 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Toponymie
com.14. 7 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Vieux-Pont. Les lieux
com.14. 8 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Famille de Vieux-Pont
com.14. 9 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Familles diverses :Dunot, Le Maignen, Bressac, Lebreton,etc.
com.14. 10 Castillon-en Auge – Vieux-Pont Vie de la commune

Inventaire cartons Etienne Deville.
Carton n°1
Extrait du Carton 6/16
CONTRATS DE MARIAGES 1564-1749
1692 2 octobre – Contrat de Mariage de Charles Pointel sieur du Taillis de la paroisse de Castillon et Catherine Lindet, fille de Gabriel et de Marguerite Mulot de St Jacques de Lisieux.

Inventaire coopérative de reconstruction de Lisieux.
CARTON 33: Ilot 10 Divers.
5 Ilot 11 – Société Immobilière du Centre de Lisieux 91/93/95 rue Pont Mortain 19 rue d’Ouville 16, rue du Héron représenté par M. Georges Paris 16 rue du Héron – 12 Bd Jeanne d’Arc avec propriété de M. le curé Crèche curé de Castillon en Auge 13 rue Hardy.

Analyses et transcriptions de documents originaux, aveux de fiefs.
Parchemins communiques par monsieur Pannier 27 mars 1860
1605 14 septembre
Vente par Thomas Inger, fils de défunt Jehan Inger de la paroisse de la Boissière demeurant à Castillon, à vénérable personne Maître Pierre Inger prêtre chapelain de la Chapelle Saint-Thaurin en l’église cathédrale de Lisieux et Robert Inger son frère demeurant en la paroisse Saint-Germain de Lisieux, de demie vergée de terre en cour, sise en ladite paroisse de la Boissière, tenue de la sieurie dudit lieu de la Boissière au fief de la Nogerette.
A la fin est le reçu du treizième par le seigneur de la Boissière daté du 15 mai 1607 et signé : Jean.

Fonds STURLER – Photos et Pellicules.
30 I
Ferme et manoir de Castillon avril 1964 – Extérieur avant restauration 5 pellicules.

F 17 FB – Fonds iconographique Goupil.
– 417 1954 Pose 1re pierre Oblates – Noce Lebailly – Décoration Lerévérend – Castillon.
– 584 1949 Course Mesnil-Germain – Fête Castillon – Communion St- Jacques – Confirmation St-Pierre – Médaille d’or famille.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *