ROCQUES



NOTES sur ROCQUES – 14540

Roques canton de Lisieux, (1° section ).
Roquoe, XIV° se;
Roquioe, XVI se (pouillé de Lisieux, p. 18).
Les Rocques (ibid. p. 23).

Ancien fichier ROCQUES.SPR complété.

1 – Eglise XIIIe – XVIe siècles.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.
4 – Bibliographie.

Michel COTTIN
1993.

1 – Eglise XIIIe – XVIe siècles

– Beau mobilier cultuel
– Tableaux
– Statues
– Charité fondée 1503
– « misérable retable dans le fonds du chœur 1854. »
– inscription 1664 Pollin curé.
– porches c. 1515-1525
– prébende de la Pluyère
– Saint-Ouen,

2 – PIECES JUSTIFICATIVES:

1020-1218.
BUON XV 1202-1218
Christian de Rocques vend aux Lépreux de Lisieux divers biens à Rocques.
(voir à 1020)
= AD. 14. Maladrerie, Hsuppl.III.B.1

1226 mai.
BUON XXXV 1226 , mai
Simon du Mont vend à l’Hôtel-Dieu plusieurs revenus à Rocques.
Voir à 1226.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1294 19 septembre.
BUON CX 1294 , 19 septembre
Drouet Jozienne vend au prêtre et aux Lépreux des rentes sur diverses propriétés situées à Rocques et aux Vaux. (rentes payables à la Foire du Pré)
= AD 14. Maladrerie, H suppl III.B.2

1349 , 24 janvier – Rocques
Jehan Durant, demeurant en la paroisse de Roques confesse que Richier de Biéville lui avait laissé afin d’héritage 70 soulz d’annuel rente, dus et rabattus sur six livres qu’il devait pour les héritages dont il est tenant.
= Arch. SHL 9F Dossier Rocques. Parch.

1390 , 26 août – Rocques
Guillaume Le Potier, de Rocques, gage à Messire Raoul Descamps, curé de Rocques, une somme de 72 sols tournois
= Tabell. de Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1390 , 16 octobre – Rocques
Guillaume Le Potier, et Guilette sa femme, de la paroisse de Rocques, vendent à Messire Raoul Descamps, curé de Rocques, une pièce de terre à Rocques, moyennant VIII livres tournois
= Tabell. de Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1391 , 12 octobre – Rocques
Messire Raoul Descamps, curé de Rocques, baille à rente à Robert Maseline, une pièce de terre à Rocques.
= Tabell. de Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1392 , 16 juin – Rocques
Jehan Le Petit, dit Godin, de la paroisse de Rocques, qui congnut que pour la somme de 60 sols ts. il avait vendu à Messire Raoul Descamps, prestre, curé de Rocques, 5 sols ts. une gueline de rente par chacun an, les 6 sols à la Saint Jehan et la gueline à Noël sur une pièce de terre à Rocques.
= Tabell. de Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1416 , 20 mars – Rocques
Robert Osmont, escuier, vend et transporte à Robert de Boessay, écuyer et à ses hoirs, les rentes qui ensuivent: 50 sous sur Richart Durant de la paroisse de Rocques; item 30 sous sur les cabocles d’icelle paroisse; item les deux pars d’une livre de poivre, sur Guillaume de Chirieul, de Lisieux, sur la maison où il demeure; item 7 sous ts. sur Robert Pinchon, sur la maison où il demeure, lesquelles rentes estre assise en fieu nommé Bonne Orme. La venter faite par 30 livres tournois.
= Arch. SHL. 9f Dossier Rocques. Parch.

1452 , 20 janvier – Rocques
Robin Gobie et Colette sa femme, confessent avoir pris à fieffe de Guillaume Legrant une pièce de terre sise à Rocques, jouxte d’un côté les hoirs Thomas de caumont, d’autre côté la voie tendant de Caumont à la Maroserie, et d’autre bout plusieurs. Cette vente faite par 10 sous tournois et ung cappon de rente par an, l’argent au terme Saint Michel, le chapon à Noël, un boisseau d’avoine, un chapon, dix oeufs de rente allans à Monseigneur de Lisieux.
Témoins Pierre Dupont, Guillaume Durant et Michel Lepelletier.
= Arch. SHL. 9F Dossier Rocques. Parch.

1477 , 4 juin – Rocques
Guillaume Legrant, de la paroisse de Rocques, vend à Guillaume Le Prévost, avocat et conseiller en court laie, dix sols tournois et un capon de rente que icelui vendeur disoit avoir droit de prendre sur Robin Gobie et sa femme à cause de la prise par eux faicte dud. Legrand d’une pièce de terre à Roques. La vente faite par 110 sols 7 deniers. Témoins Charlet Fortin et Guillaume Legrant fils dudit vendeur.
= Arch. SHL. 9FDossier Rocques. Parch.

1517 , 8 février – Rocques
Testament de Guillaume Gobie, de la paroisse de Rocques. Il donne 10 sols à l’église de Rocques; deux au trésor; deux à la confrérie Notre-Dame, deux à la confrérie de Monsieur Saint Ouen, deux à la confrérie Monsieur Saint Fiacre et deux à la confrérie Monsieur Saint Gourgon. Item, 12 deniers à l’église d’Ouilly-le-Vicomte; 12 deniers à l’église de Norolles, 12 deniers à l’église des Vaux; quarante sols à Robert Levavasseur et Jehan Gruchet.
= Arch. SHL. 9F Dossier Rocques. Parch.

1528 – Prêtreville
Cosme de Querville, curé de Rocques, frère de Jacques de Querville, écuyer
= Notes extraites du tab. de Lisieux par Et. Deville

1540
p. 50
VILLE ET BANLIEUE DE LISIEUX
Rocques
124.- Jean de Goutimesnil a dit estre de la maison de Goutimesnil au pays de Caux, noble de toute ancienneté, et que les chartes et écritures d’icelle maison étaient aux mains de Nicolas, son frère aîné, Sgr du lieu de Goutimesnil et de Billy; et néanmoins, pour justifier de sa généalogie, il a produit 4 traités de mariage, dont la copie est restée au greffe; le (?)er desquels, de l’an 1402, est celui de dame Marie de Bully avec Pierre de Goutimesnil, qu’il a dit être son bisayeul. Le procureur du Roi a requis qu’il vérifie sa descente, autrement qu’il soit imposé.
= LABBEY de LA ROQUE .- Recherche faite en 1540 , par les Elus de Lisieux des nobles de leur Election , Caen, Poisson, 1827, In-8°, 170 p.

1565 , mercredi 2 mai – Rocques
Me Thomas Trinité, chanoine prébendé de la prébende de Rocques, vend, tant pour lui que pour ses successeurs prébendés de lad. prébende de Rocques, à Christophe Merieult sergent hérédital en lad. vicomté de Lisieux, six boisseaux de blé froment de rente seigneuriale et foncière, à prendre sur Guillaume et Nicolas Trouppelin, de Rocques, à cause de certains héritages par eux possédés dépendant de lad. prébende de Rocques. La dicte vente faite par 18 livres.
= Tabell. de Lisieux (détruit). Analyse Et. Deville.

1587 , mardi 24 mars – Rocques
Thomas Delafosse boulanger à Rocques, Catherine Drugeon, sa femme, vendent et transportent à Pierre Lespée marchand bourgeois de lad. paroisse, une pièce de terre en court et plant, une maison à usage de four, sise à Rocques, jouxte d’un côté le chemin tendant de l’église à la Marescallerye, d’autre côté les héritiers Jehan Pollin, d’un bout ledit Lespée et d’autre bout ledit chemin, tenue du comté de Lisieux par deux boisseaux d’avoine. La vente faite moyennant six écus sol.
= Arch. SHL. 9F Dossier Rocques. Parch. 2 ff..

1588 , 13 avril – Rocques
Révérend père en Dieu, messire Anne de Givry, évêque et comte de Lisieux, baille à ferme, pour six ans, à Jehan Racqueray, demeurant en la paroisse de Rocques, le moulin à bled. dudit lieu de Rocques, moyennant 12 boisseaux de blé, mesure de Lisieux que le preneur s’engage à livrer chaque année au palais épiscopal.
= Tabell. de Lisieux (détruit). Analyse et copie Et. Deville.

1667 , 24 octobre – Rocques
Jehan Lepetit, à l’intention de Jehanne Morisset, veuve de Me Jean Baptiste Bonnan, avocat, fonde à la charité de l’église de Rocques douze messes basses à célébrer par les chapelains de lad. charité, à perpétuité, aux jours et fêtes de Saint Martin, Saint André, Saint Thomas, Saint Etienne, Saint Jean l’Evangéliste, Saint Mathias, les mardis de Pâques et Pentecôte, Saint Jacques le Grans, Sainte Anne, Saint Lambert, et Saint Mathieu apôtre, à huit heures du matin, et sonnées à plain vol par l’une des cloches de l’église l’espace d’un quart d’heure. Elle lègue à cet effet une somme de cent livres tournois.
= Arch. SHL. 9FA. Paroisse. Dossier Rocques. Pap.

1687 , 13 mai – Rocques
Gilles Doisnard, prévost, Pierre Grouard, eschevin, Robert Pollin, Pierre Boudard, Hélie Dunot, François Lebrosessois, Jehan Deschaufour, Eustache Bougon, Guillaume Le Roy, Mathieu Pinchon, Pierre Bounots, Guillaume Prevost tous frères servants en la charité de l’église de Rocques, et autres paroissiens, baillent et fieffent à rente foncière, à Charles Vimont, sieur de la Valette, bourgeois de Lisieux, deux aistres de maison faisant partie d’un plus grand corps de logis sis à Rocques, dans la cour de Charles et Guillaume Trouplin moyennant 23 livres de rente foncière. Copie collationnée le 19 octobre 1687.
= Arch. SHL. 9FA. Paroisses dossier Rocques. Parch. 2 ff.

1698 , 21 novembre – Rocques
Enregistrement en la Cour des Aides de Normandie des provisions de la charge de piqueur au vol pour corneilles en la grande fauconnerie du roi, données à Olivier Vimont, demeurant à Rocques.
= Arch. SHL. A 236.

1719 – Rocques
Brevet du roi Louis XV nommant Olivier Vimont piqueur en la grande fauconnerie.
= Arch. SHL. A 128.

1768 , 28 avril – Rocques
Messire François Gallot, chanoine prébendé en la haute justice et prébende de Rocques, et curé d’Hollendon, baille à ferme à Guillaume Coudrey, laboureur à Rocques, la ferme et haute justice de la prébende dudit lieu, consistant en trois pièces de terre, moyennant 350 livres de fermage par an.
= Arch. SHL. 9FA. Lisieux. Dossier chanoines. Pap. 4 ff.

3 – Archives ShL :

Par. de Saint-Ouen,
patr. le chanoine de la Pluyère.
Dioc. de Lisieux,
doy. de la ville et banlieue.
Génér. d’Alençon,
élect. et sergent. de Lisieux.

Carnets de Charles Vasseur
Carnet « Banlieue de Lisieux » :
IV – ROQUES
Différents dessins et croquis :
1 pavé du Pré d’Auge
2 paysages
1 détail d’une étole de chariton
1 dessin d’une encoignure en cuivre
1 dessin de l’église et détails
1 plan de l’église

Sous le patronage de Saint Ouen

Insinuations

Curés:
Nicole Polin 1574 1587
Jehan Maillet 16O5
Guillaume Dubois 1633
Antoine Pottier
Louis Henri Troussevache Duclos 19 août 1694
Bourdon 14 avril 1696
Jacques Vimont
Michel Sonnet 1711
André Morin 1713 qui refuse
Jean Lefebvre 3 juillet 1713
Jean Leprévost 1722
Jacques Daufresne 1724
Michel Groult 1741
Raoul Brière 1743
François Le Saulnier 6 août 1715
Jean Baptiste Paulmier
Rebut 1764/1774
Lamarie 1784/1787

CAUMONT Arcisse de, Statistique monumentale du Calvados,1867, t. V

Rocques,ecclesia de Roquiis.

L’église de Rocques est située dans un vallon sauvage, au milieu de collines boisées. Deux chapelles en transept donnent à son plan la forme d’une croix. Les parties les plus anciennes remontent au XIII ». siècle ; ce sont les murs en
blocage du chœur, tant au nord qu’au midi, les murs de la nef, seulement du côté du nord, et la tour carrée qui forme
avant-corps à l’occident. Cette tour est fort massive et peu élevée ; elle est couronnée par un clocher en ardoise qui date,
du XVI’. siècle. Les autres parties, comme toutes les ouvertures, datent aussi de ce dernier siècle. Cependant on peut
les diviser en deux catégories : le style gothique et la Renaissance. A la première appartiennent les deux grandes et belles fenêtres flamboyantes qui éclairent les pignons du transept.

Toutes les autres fenêtres sont cintrées, avec moulures en forme de doucine, et rentrent dans la seconde période,
la Renaissance, excepté les ouvertures du chœur que leur forme et leur laideur font bien reconnaître pour modernes (1).

Deux porches juxtaposés d’une manière singulière, précèdent la porte d’entrée. Cette position s`explique difficilement. Le premier, qui est le moins orné, a dû occuper primitivement la porte du cimetière. L’autre, qui adhère à la construction, a ses principales pièces sculptées de délicates torsades, d’imbrications avec rageurs ou engoulements aux extrémités.
Les deux pieds-droits portaient des écussons, dont un montre encore une bande avec une crosse posée en pal derrière l’écu. On reconnaît parla les armoiries du cardinal Le Veneur, qui portait d’argent à la bande d’azur chargée de trois croisettes d’or. Le cardinal Le Veneur occupa le siège de Lisieux entre les années 1505 et 15113. Combinant ce blason avec l’énorme salamandre qui se détache du poinçon au milieu du gable, on ne trouve plus que 28 ans de latitude pour fixer la date de la construction de ce porche. Ou sait que la Salamandre est l’emblème adopté par François 1°, qui commença in régner en 1515.

L’inventaire de l’intérieur est rapidement fait : deux autels du XVIII°. siècle dans les chapelles ; un misérable retable sans intérêt, au fond du chœur: voilà l’ameublement. Ce dernier retable n’a été posé qu’en septembre 18511. Celui dont il a pris la place, sans être une œuvre d’art, datait du règne de Louis XIII. Le centre était occupé par un tableau, dont le cadre était orné, aux angles, de légers rinceaux dorés, dus certainement ä une main habile. Au bas on lisait : CE TABLEAU A ESTÉ FAICT FAIRE DES DESPENS DE LA CHARITE DE CEANS. 1639. le tableau a été relégué dans un coin obscur. La première marche de l’autel était formée de fragments d’une pierre tumulaire, où l’on voyait deux grands écussons accolés sous une couronne de comte et entourés d’une cordelière et d’un ruban rappelant le cordon de la Jarretière. Le premier est chargé de trois croissants, posés 2 et 1; le second, d’une croix cantonnée de quatre étoiles ou molettes. A qui attribuer ces armoiries? 0u ne connaît point de résidence seigneuriale sur le territoire de la paroisse, dont le domaine temporel, acquis en 1267 par l’évêque Foulques d’Astin, est toujours resté depuis dans la mense épiscopale. Cette pierre, d’après la forme des écussons, date du XVII’. ou du XVIII°. siècle. Je serais porté à croire que ce fragment vient d’une autre église.

Dans le mur sud du chœur est pratiquée une piscine ogivale assez grossière, garnie d’un tore. Elle a deux cuvettes, dont
La voûte du chœur est plâtrée; celle du transept septentrional est ogivale, à lambris; le sous-faîte est garni d’une série de rosaces. On a conservé dans le mur méridional de la nef une pierre sur laquelle est gravée la fondation suivante :

Cy) DEUANT REPOSE LE CORPS DE VÉNÉR(able et)
DISCRETTt: PERSONE Me. MARIN PO(llin. pbre)
(curé) Dit CESTE PAROISSE LEQUEL A (fondé)

(à per)PÉTUITÉ AU TRÉSOR DE CETTE ÉGLISE 14 MESSES
C’EST ASÇAVOIR LE JOUR DE SO DÉCÈS 15 JUIN…
(le jou) R S. MARIN 4 SEPTEMBRE ET LES 12 AUTRES LES
…NIÉS VEDIS DE CHAQUE MOIS A LA FIN DESQLS
(on) DIRA LE LIBERA DEPFUDIS ET LES ORAISOS INCLIA
(Deus; VENIAE ET FIDELIU SUR SA SÉPULTURE. ITEM
LE JOUR DE PETECOSTE LES LITANIES DE N.- DAME ET AU
RETOUR UN DEPFUDIS SUR SA SÉPULTURE AUEC LES
ORAISOS SUSDZ EN SUITE DE QUOY 0 DISTRIRUERA CIQ
SOLS AUX PAUURES QUI DIROT PATER ET AUE. ITE
LE Sr CURÉ RECOMEDERA LAME DU FUDATEUR
AUX PRIERES DU PEUPLE TOUS LES DIMACHES
APRES LEAU BENITTE. ITE LE JOUR S. OUE ON
CHATERA APRES LES VESPRES LA SEQUECE DU JOUR
ALA COHORS ETC. LE VERS ET L’ORAISO DEPFUDIS
ET LES ORAOS CYDZ JOUXTE LE COTRAT PASSÉ
DEUAT LES TABELLIOS ROYAUX DE LISIEUX LE
4 AOUST 1664.
PRIEZ DIEU POUR SON AME.

Rocques possède encore une confrérie de charité qui fut érigée en 1503. Cette Société a conservé, malgré le torrent
des révolutions, un petit trésor qui ne manque pas d’intérêt. ll consiste en une paix d’argent massif dans le style de la Renaissance, en dix-huit méreaux ou jetons d’assistance, aussi en argent; en douze torchères ou porte-cierges en bois sculpté datant de la fin du règne de Louis XIII, dont l’exécution ne laisse rien à désirer et dont la composition est vraiment artistique. Enfin nous signalons aux généalogistes un registre volumineux appartenant à la même Charité ; c’est le registre d’inscription des confrères, entre les années 1616 et 1758. On y voit figurer la plupart des ecclésiastiques de la ville épiscopale, beaucoup de curés des paroisses environnantes et une foule de gentilshommes. Toutes ces richesses indiquent assez l’importance qu’avait cette Charité : aussi n’y a-t-il point à s’étonner de la voir en possession d’un blason en bonne forme qu’elle conserve religieusement sur les chaperons des frères servants, où j’en ai pris un calque.

Dans le mobilier de sacristie il faut citer une chasuble qui ne remonte pas, dans son ensemble, au-delà du règne de Louis XIV, mais dans la confection de laquelle on a fait entrer une bande de broderie, du moyen-âge, représentant deux évêques dans le costume antique.

La cloche est du XVIII°. siècle. En voici l’inscription :

Mgr Jacques Marie de CARITAT DE CONDORCET
Evêque et comte de LISIEUX. IAY ETE BENIE
PAR Me
F.HEBERT BACHELIER EN LUNIVERSITE
DE CEAN (Caen) CVRE N.DAME RT DE ST LEONARD DE HONFLEUR ET ANCIEN
CURE DE CE LIEV ET Me JEAN REVT CVRE DE ROCQVES ET Me JEAN BUNEL VICAIRE
DE CE LIUV ET NOMMEE
ST OVEN PAR Me PIERRE LOVIS DE NEVVILLE
NEGOTIANT A LISIEVX ET DEMOISELLE JEANNE RICQVIER FILLE
DE Mr JACQVES RICQVIER MARCHAND A LISIEVX. FRANCOIS LAMY TRESORIER.
I DES MOVSSEAUX AGEE DE 88 ANS DESPVTTEE A VV FONDRE CETTE CLOCHE.
A LA VILLETTE DE LISIEVX MA FAITE EN 1767. F.LAVILLETTE.

On a déjà vu que l’église de Rocques est sous l’invocation de saint Ouen ; c’était au prébendé de La Pluyère qu’appartenait le patronage, cependant c’était le titre d’une prébende du Chapitre.
Je ne connais point de fief sur le territoire de cette paroisse, bien que quelques gentilshommes y aient fait leur résidence.
On trouve, en 1540, Jean de Goustimesnil, de la maison de Goustimesnil, au pays de Caux ;
En 1616, damoiselle Marguerite Ainfray ;
En 1623, noble dame Françoise de La Vigne, dame de Fleurimont ;

En 1687, Gaspard Le Petit, sieur de Campront, et maistre Jean Le Petit.

(1) Ces fenêtres étaient primitivement carrée, avec linteau en bois; M. le Curé a cherche à les rendre moins laides en leur donnant une forme arrondie. Ce travail est tout récent.

2 Descriptions de l’église et du mobilier de 1853

Description de la cloche
Bénie par Mgr Jacques Marie de Caritat de Condorcet évêque et comte de Lisieux.
Pierre Louis de Neuville, négociant à Lisieux et Damoiselle Jeanne Ricquier , fille de Monsieur Jacques Riquier à Lisieux, parrain et marraine
I. des Mousseaux âgée de 88 ans …. a vu fondre cette cloche
Fondue par Lavillette de Lisieux qui m’a faite en 1767
REGISTRE DES FRERES DE LA CHARITE (1613 – 1785)

Bien que l’on connaisse point sur le territoire de Roques de terres considérables ou de manoirs qui aient pu devenir une résidence seigneuriale on trouve dans la recherche de la noblesse de 1540 que Jean de Goustimesnil, de la maison de Goustimesnil du Pays de Caux y faisait alors sa résidence. C’était un cadet.

Un ancien registre de la Charité qui date de 1616, mentionne le nom de Dame Marguerite Ainfrey.

Un acte original de 1623 mentionne le nom de Noble Dame Françoise de la Vigne dame de Fleurimont demeurant en la paroisse de Roques.

Il y a des pièces à reprendre au chapitre les litres funèbres.

Fonds Boudard :
2FA89 : 2 août 1767 : lettre concernant l’exploitation du bois de Roques.
2FB50: 1784, fragment de lettre (affermages)
2FB59 : Bois des Loges, d’Assemont et de Rocques et état de Paiements divers.
2FB80 : Prébende de Rocques.

4 – BIBLIOGRAPHIE :

BEZIERE, Monographies communales d’Ouilly-le-Vicomte; Rocques et Norolles, Ms. c. 1885, 12 p.,

= Arch. Départ. du Calvados, Br. 9457.
= Archives SHL – Dossier NE 000 (NE 44), photocopie.

Arcisse de CAUMONT, Statistique monumentale du Calvados. T. V. Arrondissement de Lisieux , Caen, Le Blanc-Hardel, 1867, pp. 16 sq.
CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome III, page 16.

Me DELARUE, (don d’archives: Corbin, à Bernay et Thiberville; Chauvel, La Pommeraye; du Houlley et Mottey; Herier et Fauquet, N.D.-des-Vaux; Augustines, N.D. de Bernay; déport de Prêtreville, 1774; construction de la route de Livarot; comptes des charités de Saint-Jacques et d’Orbec, XVIIIe siècle; prébende de Roques et sa vente comme bien national), BSHL, N° 23, 1918, p. 25

DESCOURS-DESACRES, Ouilly-le-Vicomte et Rocques in La Normandie Monumentale et Pittoresque , Le Havre , Le Male et Cie. , réédit. Corlet, t. II , pp. 91-102
(charité , méreaux d’argent, paix Renaissance)

Editions FLOHIC : Le Patrimoine des Communes du Calvados page 1071.

PANNIER Arthème : voir Archives SHL, NE12, 2e carton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *