BOURGEAUVILLE



NOTES sur BOURGEAUVILLE – 14091


Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Archives du Calvados.
Bourgeauville (Calvados)
Canton actuel : Cabourg
Arrondissement actuel :Lisieux
Code INSEE : 14091

Bourgeauville, canton de Dozulé.
Borguealvilla, Borguelvilla,
Borgelvilla, 1198 (magni rotuli, p.86, 2).
Burgeelvilla 1269 (cart. norm. n° 767, p 175).
Burgevilla, 1270 (livre blanc de Troarn, 5° ch. de fondation).
Bolgevilla, Bourgeauvilla
Bourgueauvilla, XIV siècle (pouillé de Lisieux, p. 53).

ANNALES DE NORMANDIE:
Les Noms des Communes de Normandie.
440. — Bourgeauville (Dozulé, C.) :
Burgeelvilla [1155-1157 : Chartrier blanc Troarn, n° 3, fol. 6 v° ;
— Delisle et Berger, R.A. Henri II, n » 28, t. I, p. 128.
Le premier élément semble bien être le surnom roman (dérivé de bourg) du premier ou de l’un des premiers seigneurs.

Hameaux de BOURGEAUVILLE:
BELLE-EPINE (LA), CALVAIRE (LE), Côte-Hieuville (La), Courais (LE), Fontaine-Hue (La), Grainvilliers (Les), Hameau-de-l’Église (LE), Herbage-du-Colombier (L’), Quartier-de-l’Église (LE), VALLÉE (La), Varannes (Les),

Par. de Saint-Martin,
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Beaumont.
Gêner, de Rouen
élect. de Pont-1’Evêque,
sergent, de Beaumont

Histoire de l’ancien évêché comté de Lisieux : par H. de Formeville
Bourgeauville, quart de fief, assis en la paroisse de Bourgeauville, relevant des fiefs de la Chapelle-Bayvel, vicomté d’Orbec, bailliage d’Evreux, possédé par la puis sante dame Aimée de Chastemay, comtesse de Montgommery, dame dudit Bourgeauville.

Dudit fief de Bourgeauville relève :

  • – Le fief de Clairmont, 8e de fief, assis à Clermont, appartenant aux héritiers de Jehan Lucas, écuyer.
  • – Le fief de Barneville.
  • – Le fief de La Roque-Baignard, plein fief, assis audit lieu de la Roque, tenu du comté de Lisieux, appartenant aux héritiers de feu Labbey.

Dudit fief de la Roque relève : voir LA ROQUE BAIGNARD

Quart de fief relevant de la vicomté d’Orbec.
Autre quart de fief relevant de la Chapelle-Bayvel, 1620 (fiefs de la vicomté d’Auge).

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de: Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome IV page 68

Editions FLOHIC: Le patrimoine des communes du Calvados, page 706.

HUET A., « Annebault et Bourgeauville aux XVII° et XVIII° siècles. Contribution à l’étude démographique du Pays d’Auge. Préface de Pierre Chaunu », Ann. de Norm., 22, N° 4, 1972, pp. 277-300, cartes, graphiques

CHRETIEN B., Monographie communale de Bourgeauville, Ms. 1885, 15 p.
= Arch. Départ. du Calvados, Br. 9359

2 – Pièces Justificatives.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Bourgeauville, Bourgeauvilla, Borgauvilla, Burgevilla.

L église de Bourgeauville est d’une certaine importance, en forme de croix.
La nef, la partie la plus ancienne, doit dater du XIIe. siècle; les murs latéraux, assez épais, sont couronnés d’une corniche à modillons dont le style est parfaitement caractérisé; une porte cintrée servait autrefois d’accès à cette nef, du côté du midi; elle a été bouchée, mais on peut toujours en voir l’archivolte. Le mur le mieux conservé est celui du nord. Du reste, on a percé partout des fenêtres modernes carrées.
La tour, dont la partie inférieure forme la façade occidentale de la nef. est évidemment une addition que je crois du XVIe. siècle. Cette tour, flanquée de contreforts très—saillants, s’élève jusqu’au-dessus du toit de la nef; elle sert de support à un étage en bois, lequel est couronné d’une flèche en charpente très-élancée, couverte en ardoise.
Le transept, entre le choeur et la nef, forme deux chapelles éclairées l’une et l’autre par une fenêtre ogivale. La fenêtre méridionale offre des compartiments flamboyants ; celle de la chapelle du nord paraîtrait un peu plus ancienne : rien ne prouve cependant qu’elle ne soit pas contemporaine. Les voûtes en bois de ces deux chapelles ont été remplacées par des voûtes en plâtre établies sur des lattes, et l’on distingue très-bien les traces des sablières et des entraits. Plusieurs statues de grandeur naturelle, ornant les autels de ces deux
chapelles, devraient être conservées ; je crains qu’on n’ait le projet de les remplacer par d’autres.
Le choeur, terminé par un chevet à pans et éclairé par huit fenêtres carrées légèrement arquées au sommet, appartient à la période moderne aussi bien que la porte occidentale, sous la tour, qui a peut-être été refaite et agrandie en même temps qu’on a refait le choeur.
Toute l’église (sauf les chapelles des transepts) a des voûtes en bois qui ont été blanchies à la craie et n’offrent aucun intérêt.
L’église de Bourgeauville est sous l’invocation de saint Martin. Le seigneur du lieu nommait à la cure (Voir le Pouillé du diocèse de Lisieux, publié par MM. Le Prevost et de Formeville).
Bourgeauville faisait partie de l’élection de Pont-l’Évêque et de la sergenterie de Beaumont. On y comptait 4 feux privilégiés et 68 feux taillables.

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux

664. — Le 19 fév. 1703, vu l’attestation du sr Piédoux, curé de Bourgeauville, et du sr Perchey, vicaire de Pierrefitte, dispense de bans pour le mariage entre Guillaume Ameline et Marie De la Taille.

226. — Le 12 mai 1704, vu l’attestation du sr Piédoue, pbfë, curé de Bourgeauville, dispense de bans pour le mariage entre Me Olivier de la Place, chirurgien royal, fils de M* François de la Place et de Barbe Blot, d’une part, et Charlotte Bréard, tous deux de lad. parr.

292. — Le 9 août 1704, vu l’attestation du sr Pouchin, vicaire de Bourgeauville, dispense de bans pour le mariage entre Jean Letellier et Charlotte Couraye.

383. — Le 23 juin 1704, noble et discrète personne, Me Pierre-Daniel Piédoue, pbre, chanoine prébende de St-Martin en la Cathédrale de Bayeux et curé de Bourgeauville, diocèse de Lx, résigne led. bénéfice de Bourgeauville entre les mains de Mesr.Gilles Clément, chevr, seigr et patron de Bourgeauville.
Le 9 doc. 170 rt, led. seigr. nomme à cette cure, ainsi vacante, la personne de Me Pierre de Gémare, pbrë, curé de Pierrefitte.
Le même jour, le seigr évêque donne aud. sr de Gémare la collation dud. bénéfice.

543. — Le 29 mars 1705, Mesre Pierre de Géniare, pbrë, curé de Pierrefitte, pourvu de la cure de Bourgeauville, prend possession de ce bénéfice, en présence de Me François Pouchin, pbrë, desservant lad. parr.

37. — Le 17 mars 1706, Me Pierre de Gémare, pbrë. curé de Pierrefitte « et encore curé de la parr. de Bourgeauville », remet purement et simplement led. bénéfice de Pierrefitte entre le mains de Mr Le Conte de Nonant de Pierrecourt, seigr de Pierrefitte et autres lieux ; seigneur présentateur dud. bénéfice-cure de Pierrefitte.

Curés. — D. Piédoux – P. de Gémare.
Vicaire. — Pouchin.
Patron. — Le seigneur du lieu. — G. Clément.
Notables. — P. de la Place. — O. de la Place.

355. – Le 29 mars 1709, reçurent la tonsure et les ordres mineurs:
François Halley, fils de Martin et d’Elisabeth Thillaye, de la parr. de Bourgeauville

258. – le 18 oct. 1711, reçurent la tonsure et les ordres mineurs :
François Halley, fils de Martin et d’Elisabeth Thillaye, de la parr. de Bourgeauville ;

352. – Le 20 août 1712, Me. Georges de Gémare, demeurant à Heulland, constitue 150 livres de rente en faveur de son frère, Me. Jean de Gémare, Esc, acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés.
Cette rente est cautionnée par la dame Vve de Gémare, sa mère, et par Me. Pierre de Gémare, Esc, pbfë et curé de Bourgeauville.
Led. acolyte était fils de feu Me. Robert-Bertrand de Gémare, Esc, et de noble damll. Anne de Cavelande.

152.- Le 23 sept. 1713, Me. François Halley, acolyte de Bourgeauville, rité dimissus, reçoit le sous-diaconata à Evreux.
Le 20 avril 1715, i! est ordonné diacre à Lx.
Le 19 sept. 1716, il est ordonné prêtre.
Le 28 fév. 1716, il est reçu Me. ès-arts en l’Université de Caen.
Le 4 mars 1716, il obtient des lettres de quinquennium du recteur de lad. Université.
Le même jour, il est nommé par icelle sur les archevêchés et les chapitres de Paris et de Rouen, sur les évêchés et les chapitres de Bayeux, Lisieux, Coutances, Avranches, Evreux, Séez et Chartres, ainsi que sur un grand nombre des abbayes et prieurés de ces divers diocèses.
Le 8 mars 1717, led. sr. Halley, vicaire de Danestal, fait signifier ses noms et grades aux religr. de Beaumont, en parlant à Dom Thomas Lefebvre, prieur claustral dud. prieuré.

180. – Le 17 mars 1717, Me. François Halley, pbrë, originaire de Bourgeauville et vicaire de Danestal, Me. ès-arts en l’Université de Caen, fait signifier ses noms et grades au seig. évêque et au Chapitre de Lx.

65. – Le 30 avril 1722, Me. Pierre-Augustin Lenoir, pbrë, demeurant à Bourgeauville, Me. ès-arts en l’Université de Paris, fait signifier ses noms et grades aux dames de St-Léger de Préaux en parlant à Madame la princesse de Montbazon, abbesse de lad. abbaye.

445. -Le 4 avril 1724, Mesr. Jean-Baptiste de Gémare, pbfë du diocèse de Lx, demeurant à Paris, représenté par Me. Pierre de Gémare, pbrë, curé de Bourgeauville, fait réitérer ses noms et grades au seig. évêque de Lx, en parlant au Sr.Scelles, son secrétaire, trouvé au secrétariat dans le palais épiscopal.

Curé. – P. de Gémare.
Vicaire. – R. Mioque.
Prêtres de la paroisse. – J.-B. de Gémare – F. Halley.
Clerc. – F. Halley.

651. – Le 10 mars 1729, la nomination à la cure de St-Martin de Bourgeauville appartenant au seig. du lieu, noble dame Marie-Anne Senot de la Pintrerie, dame de Morsaline et autres lieux, héritière en partie de feu Mesr. Gilles Clément, chev, seig. et patron de Bourgeauville, Me. Pierre-Augustin Bosran, cher, seig. et patron de Castilly, Liste, Mestry, la Bretonnière et autres lieux, ayant épousé noble dame Thérèse-Elisabeth Senot, soeur de lad. damlle. Marie-Anne et aussi héritière en partie dud. seig. de Bourgeauville, agissant de l’agrément de noble dame Hélène de Lescours, veuve dud. seig. de Bourgeauville, nomment à lad. cure, vacante par la mort de Me. Pierre de Gémare, Esc, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. Guillaume Bayeux, pbrë, curé de St-Christophe de Bénerville.
Le 17 mars 1729, les vicaires généraux du seig. évêque donnent aud. sr. Bayeux la collation dud. bénéfice vacant par la mort dud. sr. de Giemare.

764. – Le 8 juillet 1729, Me Guillaume Bayeux, pbrë, curé de Bénerville et pourvu de la cure de Bourgeauville, remet led. bénéfice de Bénerville entre les mains de Mesr. Armand de Madaillan de Lespar, marquis de Lassay, comte de Madaillan, baron de Boisfroux, Le Horps, Lambourg et autres seigneuries, chevalier des Ordres du roy, et son lieutenant général dans les provinces de Haute et Basse Bresse, Bugey, Valromey, Gex, seig. et patron de Bénerville, demeurant ordinairement en son hôtel à Paris, et se trouvant présentement en son château de Madaillan, parr. St-Arnoult.
En conséquence de cette démission, led. seig. de Madaillan nomme à la cure de Bénerville la personne de Me Robert .Mioque, pbrë du diocèse de Lx.
Le 9 août 1729, le seig. évêque donne aud. sr. Mioque la collation dud. bénéfice.
Le 10 oct. 1729, le sr .Mioque prend possession de la cure de N.-D. de Bénerville, en présence dud. sr. Bayeux, curé de Bourgeauville; Jean Hommet, marchand, greffier au grenier à sel de Danestal, demeurant à Bourgeauville.

1527. – Le 27 mars 1734, François Ameline, marchand, demeurant à Bourgeauville, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, Me. Robert Ameline, acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés.

5. – Le 10 nov. 1744, vu l’attestation du sr. Bizey, vicaire de Bourgeauville, dispense de bans pour le mariage de Jean-Pierre Durozey.

209. – Le 13 novembre 1745, vu l’attestation de Me. Jean-Baptiste Pillon, pbrë, vicaire de St-Etienne-b-Thillaye, et du sr. Bizey, pbrë, vicaire de Bourgeauville, dispense de bans pour le mariage entre Michel Thorel et Marie Benard.

Curés. – P. De Gémare – G. Bayeux.
Vicaire. – Bizey.
Clerc.- R. Ameline.
Patron.- Leseigneur du lieu. – M.-A. Senot. – P.-A Rosran.
Notable.- J. Hommet

174 – Le 16 déc. 1761, la nomination à la cure de Bourgeauville appartenant au seig. du lieu, Mesr. Jean Paris de Montmartel, cons. d’Etat, marquis de Brunoy, comte de Sampigny, baron de Dagonville, seig. de Châteaumeillan, seig. et patron de Bourgeauville et autres lieux, demeurant à Paris, rue Neuve-des-Petits-Champs, parr. St-Roch, nomme à lad. cure de Bourgeauville, vacante par la mort de Me. Guillaume Bayeux, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. Jacques
Bizey, pbrë du diocèse de Bayeux, vicaire de bd. parr. Fait et passé à Paris un la demeure dud. seig.
Le 22 déc. 1761, le seig. évêque donne aud. sr. Bizey la collation dud. bénéfice.
Le 28 janv. 1762, le sr. Bizey prend possession de la cure de St-Martin de Bourgeauville, en présence de Me. Salomon-Jules-César Girard, curé de Branville ; Me. Jean-Baptiste Badouis, pbrë, demeurant à Villers sur-la-.Mer ; Me Jean-Pierre Girot, curé de Glanville; Me. Jean-Baptiste Feral, receveur de Me. de Montmartel, demeurant à Villers, et autres témoins.

Curés. – G.Bayeux- Jq. Bizey.
Vicaire. – Jq. Bizey.
Patron.- le seigneur du lieu. J.P. Paris de Montmartel.
Notable. – Jn. de Hommet.

66. — Le 10 janv. 1775, dame Framboise Bayeux, Vve de Me Jean
Hommet, en son vivant greffier en chef au grenier à sel de Danestal, demeurant à Bourgeauville, constitue 150 livres de rente en faveur de Me Louis-François Trinité, acolyte de la pair, de St-Nicolas-de-Bosc-L’abbé, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Fait et passé à Bourgeauville, par le ministère de Me Jean-François Pérat, notaire à Beaumont, et en présence de Me Jacques Bizet, curé dud. lieu de Bourgeauville, et de .Me Jean-Pierre Giret, curé de Glanville.

84. — Le 7 mars 1780, la nomination à la cure de St-Martin de Bourgeauville appartenant au seigr. du lien, Mes. Nicolas-Antoine de Giverville, seig. et patron des parr. du Torpt et de Bourgeauville, nomme à lad. cure, vacante par la mort de Me Jacques Bizey, dernier titulaire, décédé la veille, la personne de M. Pierre-François Brette, pbre du diocèse de Lx et vicaire du Torpt. Donné à la Chapelle-Bayvel, au château dud. seig.
Le lendemain, le seig. évêque donne aud. Sr Brette la collation dud. bénéfice.
Le 5 avril 1780, le Sr Brette (1) prend possession de la cure de Bourgeauville, en présence de M. Pierre Foulon, pbre, desservant lad. parr. M.Jean-Baptiste Morin. vicaire du lieu, et autres témoins.

25. — Le 10 décembre 1782, Marin Cardinne, marchand et laboureur, demeurant à Bourgeauville, constitue 150 livres de rente en faveur
de son fils, le Sr Jean-Jacques-Philippe Cardinne, acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Fait et passé à Bourgeauville par le ministère de M. Jean-Baptiste Ferai, notaire royal à Beaumont.
(1) M. Cardînne était en 1791 chapelain de la Charité de St. Loup-de-Fribois. Il prêta le serment schismatique et fut élu curé constitutionnel de Mouteilles le (?) mai suivant. Mais le corps électoral de St Loup l’avant aussi choisi pour son curé, il opta pour cette dernière paroisse. C’était un joyeux compagnon que les viveurs de ce pays-la se disputaient. En l’an II, il remit ses lettres de prêtrise et renonça à l’état ecclésiastique. Il fut nommé, en 1803, percepteur de Crèvecoeur et remplit cette fonction jus’qu’à la chute de l’Empire. Avant fait sa soumission a l’évêque de Bayeux vers 1817, il resta à St Loup-de-Fribois en qualité de prêtre habitué. Il demeurait dans le bourg de Crévecoeur et il y mourut le 27 avril 1811, à lâge de 81 ans. [Arch du Calvados. — Archives de la mairie de Crévecoeur.)

200. — Le 14 avril 1785, Me Pierre Foulon, pbre du diocèse de Lx (parr. de Daubeuf), Me ès-arts en l’Université de Caen, vicaire de Bourgeauville, fait réitérer par procureur ses noms et grades au seig. évêque et au Chapitre de Lx.

101. — Le 3 avril 1790, M.Pierre Foulon, pbre, Me ès-arts en l’université de Caen, vicaire de Bourgeauville, fait réitérer par procureur ses noms et grades au seig. évêque et au Chapitre de Lx.

BOURGEAUVILLE (St Martin)
Curés—J. Bizet — P.-F. Brette.
Vicaires. —J.-B. Morin — P. Foulon.
Clercs. — J.J.-Ph. Cardine — J.G. Roques.
Patron. — Le seigneur du lieu. — N.A de Giverville.
Notables. — J.Hommet.

Biometrika Vol-XXI (1929).
– Le premier ascendant certain de Laplace est Olivier de Laplace, qui vivait à Bourgeauville en 1645, et qui appartenait certainement à une famille notable, car nous le voyons, en cette même année, 1645, assister à Bourgeauville, au mariage de Pierre Lambert…. avec Angélique de Montgommery.
– Olivier de Laplace avait épousé Anne Follebarbe, qui appartenait à une vieille famille du Pays d’Auge, toujours représentée. Ils moururent l’un et l’autre en 1680. De ce mariage naquirent an moins six enfants.

La Maison de Faudoas, Gascogne, Maine et Normandie – par l’abbé Ambroise Ledru et Eugène Vallée…
– 1679, 27 juillet, Caen. — Contrat de mariage entre François-Taneguy Senot, chevalier, seigneur de la Pintrerie, Morsalines, Montmirel, etc., fils et héritier de feu René Senot, chevalier, seigneur de la Pintrerie, et de dame Barbe d’Emery, d’une part; et d lle Anne Clément, fille de Philippe Clément, écuyer, seigneur de Bourgeauville, Saint-Clément et Fontenay-le-Marmion, et de dame Anne Graindorge, d’autre part.
– 1698, 15 août, Francfort-sur-le-Mein. — Contrat de mariage entre Gilles Clément, chevalier, seigneur de Bourgeauville, trésorier de France à Caen, ci-devant envoyé extraordinaire de Sa Majesté en Allemagne, fils de feu Philippe Clément et d’Élisabeth Graindorge, d’une part, et dlIe Hélène de Lescours, fille de feu Louis de Lescours, seigneur de Chastenet, et de dame Hélène Le Coq. 1700, 9 janvier. — Vente de 200 livres de rente par François de Boran, abbé de Castilly, conseiller au parlement de Rouen, comme procureur de Philippe de Boran, chevalier, marquis de Castilly, son frère, aux religieuses de l’abbaye de Saint-Laurent-de-Cordillon.
– Dlle Marie-Anne Senot de la Paintrerie, dame de Bourgeauville, tante maternelle de la future, (Marie-Thérèse de Boran de Castilly, fille de messire Pierre-Augustin de Boran, chevalier, marquis de Castilly, et de dame Thérèse-Élisabeth Senot de la Paintrerie, marquise de Castilly) lui assure la tierce partie de sa succession comme elle se trouvera lors de son décès ou 8.000 livres à prendre sur ladite succession.
– 1740, 1 er novembre. — (A. C. Pap.) Partages en trois lots des immeubles restés du décès de dlle Marie-Anne Senot de la Paintrerie, dame de Bourgeauville, échus à messire Pierre-Augustin de Boran, marquis de Castilly, seigneur et patron de Maistry etc., héritier de ladite dlle au droit de dame Thérèse-Elisabeth Senot, son épouse, sœur de ladite dlle de la Paintrerie, et à messire Marie-Charles-Antoine de Faudoas, marquis de Canisy, seigneur de Tripehou, Pont-de-Varennes, en Anjou, et autres lieux, capitaine-lieutenant des chevau-légers de Bretagne, lieutenant de roi en Basse-Normandie, gouverneur d’Avranches, à cause de dame Marie- Thérèse de Boran, son épouse, donataire, par son contrat de mariage, de la tierce partie de la succession de ladite demoiselle.

Armorial général de France : … vertu de l’édit royal du 20 novembre 1696. – Charles d’Hozier.
– Gilles Clément, chevalier, seigneur de Bourgeauville, conseiller du Roy en ses conseils, et son envoyé extraordinaire en Allemagne, PORTE: de gueules; à un chef dantelé d’or.

Recherches nobiliaires en Normandie – A. Du Buisson de Courson.
Extrait:
Suzanne Lamendey, mariée en premières noces, selon contrat du 10 mai 1581, avec Gilles ou Guillaume Angot, conseiller assesseur eu la vicomte de Caen, dont Robert Angot, sieur de La Drouinière, qui épousa, le 16-21 novembre 1621, noble damoiselle Marguerite de Trihan,
fille de noble Jean de Trihan, sieur de Bourgeauville, et de delle Françoise de Grente ; — mariée en secondes noces avec Me. Guillaume Bosquet, avocat à Caen.

Monographie communale – Archive Calvados.
Il y avait à Bourgeauville un château qui a été rasé il y a 150 ans (vers 1735) il ne reste plus que les fossés assez profond qui entouraient et qu’on a moitié remplis. C’est un grand jardin qui en occupe l’emplacement. On a bâti un peu plus loin une maison de maître qu’on appelle le château.

Les témoins normands du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc – article – Michel Mollat du Jourdin.
Le curé de Bourgeauville, Pierre Bouchier, exagère manifestement quand il parle de 10.000 personnes en larmes.

Etat nominatif des pensions sur le trésor royal, septième classe, en annexe de la séance du 21 avril 1790.
BOURGEAUVILLE (Demoiselle Louise-Marie Goupil de Préfelne, veuve du sieur de), 59. G. 1780 – 200 Sans retenue; en considération des services de feu son mari, brigadier des mousquetaires.

Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Calvados. Archives civiles. Série E supplément – Archives du Calvados.
– 8 déc. 1687. bapt. de Marie-Daniel-Eulalie, fille de Pierre-Louis Le Petit, sgr des Ifs, née le 6, parr. : Pierre-Daniel de Piédoue, licencié aux droits, c. de la paroisse de Bourgeauville, marr. : Marie-Madeleine Blondel de Tilly, en présence d’Eustache-Laurens Eudine, de Brucourt, de J.-B.- Josepli de Piédoue.
– 1689. Philippe Clément, éc, sgr. de Bourgeauville et de Fontenay, cons, .sec. Du Roi et président au Bureau des Finances de Caen.
– 1697. — Quittance donnée devant Jacques Andrev et Pierre Cauvet. notaires à Caen, par Gilles Clément, chevalier, seigneur de Bourgeauville, héritier d’Élisabeth de Graindorge, sa mère, fille de Charles de Graindorge, a Pierre Esnault, bourgeois de Caen, fondé de procuration de Paul Février, bourgeois de Paris, tuteur onéraire des enfants mineurs de Philippe de Vallois, comte de Mursay. seigneur d’Hérouvillette et autres lieux, lieutenant général des armées du Roi, inspecteur général de la cavalerie, de la somme de 386 livres 13 sols 4. deniers pour amortissement de 40 livres de rente au denier 14 et prorata de la constitution des frères Eve envers led. Graindorge.
– 1649 – Copie du contrat de mariage fait devant Drieu et Jelianne, tabellions à Annebault, de Jacques Lépée, fils de Guillaume et d’Antoinette Lépée, de la paroisse de Bourgeauville avec Jeanne Tautet, fille de Jean et de Jeanne Bellot.
– 1697 – Marie-Anne Le Chevallier, partie de 60 L. de rente et jouissance d’une petite terre à Bourgeauville, et partie de 10 L. de rente sur Guillebert, en tout 103 L. de rente viagère.

Dictionnaire de la noblesse. – Aubert de La Chesnaye-Desbois, François-Alexandre.
Gabriel des Hais, Seigneur desdits lieux fut Capitaine au Régiment de Saint- Denis, ensuite Guidon des Gendarmes de M. de Montpensier, & fut tué au siège de Bernay. Il épousa, en 1581, Ambroise de Trihan, fille de Jean, Seigneur de Bourgeauville.

Recherche de 1540.
40. — On trouve des Georges, à cette époque, à Bourgeauville, dans le Pays-d’Auge. Cette famille paraît originaire des Moutiers-Hubert, paroisse où elle possédait le fief des Maignans.

Labbey de La Roque, Pierre Élie Marie
Recherche faite en 1540, par les élus de Lisieux des nobles de leur élection

BOURGEAUVILLE.
218. Jean Georges, Sr. de Hieuville, a dit être descendu de noblesse ancienne, et que Guillaume Georges , son bisael, vivoit noblement en 1436, et étoit Sr. du dit lieu de Hieuville , à cause de damoiselle Jeanne Pigache, sa femme , selon qu’il a fait apparoir par plusieurs lettres et écritures justificatives de sa descente, dont la copie est demeurée au greffe. Le procureur du Roi a requis qu’il vérifie être fils légitime de … . Georges et de damoiselle Jeanne de Port, qu’il a dit être ses père et mère, autrement qu’il soit assis.

Cette famille paraît avoir occupé un rang très notable dans la noblesse normande; car, outre Douville, les Trihan étaient encore seigneurs de la paroisse voisine de Bourgeauville, et y ont conservé leurs propriétés jusqu’au XVIIIe siècle.
En 1540, les élus de Lisieux maintinrent noble Jean 1er de Trihan, escuyer, seigneur et patron de Douville et Bourgeauville, qui déclara descendre par plusieurs degrés de Nicolas Trihan, seigneur de Douville en l’an 1306.

François Labbey fit bâtir, en 1577, le château de la Roque-Baignard. Huit ans après, il épousa Aime de Trihan, fille du seigneur de Bourgeauville. Il en eut quatre enfants.(CAUMONT Arcisse de).

Histoire de Lisieux : ville, diocèse et arrondissement.
Tome 1. par M. Louis Du Bois.
1547:17 mars. Le même grand-vicaire (Michel Labbey) en prononça une autre contre quatre individus, accusés aussi d’hérésie et qui furent livrés aux bras séculier pour être brûlés vifs: c’étaient un cordonnier d’Anglêqueville-la-Forêt, un meunier de Heurtevant, un maréchal de Bourgeauville nommé Jean Labbé, et un particulier de Glos-sur-Orbiquet, nommé Bence.

3 – Archives ShL:

Archives PANNIER Arthème:
– NE12, 1er carton Communes.
– Carnet Non Numéroté C 128 – Bourgeauville. Notes de Mlle Morin.

Archives NEDELEC COMMUNES.
Com.8.7 – Bourgeauville

An IV, 9 thermidor (1796, 26 juillet) – Beaumont-en-Auge
Procès-verbaux des visites des moulins du canton de Beaumont-en-Auge:
Bourgeauville: andré le houx
= A.D. Calvados – L Administration IV Police 41

Archives SHL:
1F439: 12 mars 1742: Elie Le Coq de Houlland (Heuland) et François Godefroy de Bourgeauville; se désistent du bail passé entre eux au sujet d’une ferme sise à Bourgeauville moyennant 27 livres.

1F582: 4 vendémiaire An XII: Duval prêtre de Glanville achète à Bougon Cordonnier à Annebault une pièce de terre à Bourgeauville.

1763 – 1768 – Formentin
Pièces relatives à des baux à ferme de pièces de terre à Formentin, Le Fournet, Saint-Eugène et Saint Ymer (Saint-Hymer), consentis par Jean Labbé, demeurant à Bourgeauville et François Hauvel, à Jean-Baptiste Bellanger, laboureur à Formentin.
= Arch. ShL. 9F Deville. A. Dossier Formentin – 12 pièces papier

Archives SHL: carnets de Charles Vasseur:
– carnet « Analyses et transcriptions… »:
p.10 -7 mai 1485
Acte par lequel Jacques de FRANCQUEVILLE et sa femme reconnaissent avoir reçu la somme de 100 livres tournois pour capital d’une rente de 20 livres tournois constituée par contrat de mariage du 17 septembre 1481 par Maistre….. MYEE (?) seigneur de GUYESPREE curé de BOURGEAUVILLE chanoine de LISIEUX au profit de sa sœur Guillemette MYEE devant épouser Noble Homme Jacques de FRANCQUEVILE escuyer seigneur de COLLANDON, plus reçu par le même au droit de sa femme de 100 livres tournois remis au traité de mariage par défunt Guillaume MYEE oncle de la dite demoiselle.
– page 218, n° 616, 26 octobre
Madame de Giverville, représentant Madame de Brevedent d’Ablon, née Decourseulles
Monsieur Gabriel François Léonor DeTholmer d’Allicourt, 26 janvier 1741 Annnebault et Bourgeauville
– page 225: 1768 11 janvier
Maistre Bizey, curé de Bourgeauville
– page 245: 1743 7 octobre
Maistre Guillaume Bayeux, prestre curé de Bourgeauville
– page 246: 1739 7 janvier
Damoiselle Senot de la Peinterie dame et patronne de Bourgeauville
– page 250: 1743 30 janvier
Messire Pierre Augustin de Boreng, chevalier, seigneur marquis de Castilly et autres lieux, demeurant à Bayeux, héritier de la damoiselle de la Painterie, dame et patronne de Bourgeauville à cause de la dame son épouse.
1743 23 octobre
Maistre Guillaume Bayeux, prestre curé de Bourgeauville

Document n°5 : fonds ShL 6F3 Acte authentifiant une signature en 1740.
Cet acte authentifie la signature de Jacques Bizey, prêtre vicaire de la paroisse de Bourgeauville, le 12 avril 1740. Ce vicaire signa l’extrait mortuaire de Maître Jean Hommet.
Cet écrit est au dos de l’extrait mortuaire, daté du 11 avril 1740, du registre de Baptêmes, Mariages et Sépultures de la paroisse de Bourgeauville concernant le décès de M. Hommet de Danestal.
La chronologie d’exécution des actes fut la suivante, le 11 avril rédaction de l’extrait mortuaire, le 12 celle de l’acte d’authentification.
Les apports sont, la transcription de cet acte par Mme de la Bretèche, Mme Coëffic-Pesin et M. Raveaux, et de nous apprendre cette authentification ne fut rédigée que pour valider cet extrait.

Voir: Montfaut p 26
Recherches des nobles de Lisieux p 85 et 88
D’Hozier 347
Mémoires des Antiquaires de Normandie Tome XXVI p.247

La Roque Baynard, fief relevant du fief de Bourgeauville, 1620 (av. dela vicomté d’Auge).

Sous l’invocation de St Martin
Patronage:
14e dominus loci

Curés:
Bisey 1764/1774 Brette 1780/1787

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *