MALOUY – 27



NOTES sur MALOUY – 27

Malouy – Malouis – Maloe – Malo auditu – Mallogne- Maie Oyen. –
Malus Auditus. Malouy.

DICTIONNAIRE TOPOGRAPHIQUE DU DÉPARTEMENT DE L’EURE
COMPRENANT LES NOMS DE LIEU ANCIENS ET MODERNES
MALOUY commune du canton de Bernay;
fief relev. du duché de Broglie.
Mallogioe, 102 5 (ch. de Richard II).
Maloe, 1180 (M. R.). — Malus Auditus, 1229;
Mah Oyen, 1260 (cart. de Saint-Wandrille).
Maloei, Malogium (Neustria pia).
Maloia (gr. cart. de Jumiéges).
Mallouy, v. 1610 (aveu de Charlotte des Ursins).

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

voir :
Montres du Bailage d’Evreux
Chevillard
D’Hozier 444
Bernay – Le Prevost
Exposition d’ Evreux p.52
Ferrières
Formeville II p.97.

2 – Pièces Justificatives:

MALOUY
Le 2 octobre 1673, à Bernay, devait les tabellions de la vicomté de Montreuil, furent présents Georges Dutertre, escuier, sieur de la Morandière, Mallouy, Le Rossey et le Moullin-Noël, et noble dame Marie-Anne Néel, son épouse, demeurant en la paroisse de Tourcqueville en Cotentin et présentement en sa terre de Mallouy lesquels, portés de dévotion pour obtenir la miséricorde de Dieu, satisfaire à sa justice pour la peine de leurs fautes et de celles de leurs amis vivants et trépassés, ont volontairement et libéralement donné au trésor et fabrique de la dite paroisse de Mallouy, le dit seigneur de la Morandière la somme de 50 livres tournois de rente par chacun an, et la dite dame son épouse la somme de 100 livres tournois de rente. Et a été la dite fondation faite à condition que par un chapelain nommé et toujours choisi par les seigneurs de Mallouy il sera dit et célébré quatre messes chaque semaine. Elles serviront de premières messes aux dimanches et fêtes pour les paroissiens. Le dit chapelain aura seul et à son profit les dites 150 livres de rente sans que la fabrique en puisse rien retenir, parce qu’il sera obligé de tenir Escolle et « de monstrer gratis aux enfants de lad. paroisse; que s’il y envient d’autres lieux, Ledit prestre en pourra prendre rétribution raisonnable, et fera le catéchisme tous les dimanches et festes de l’année. Déclarant ledit seigneur de Mallouy que comme il fait la présente fondation en principale considération et satisfaction des torts et dommages qu’il peut avoir faits aux particulièrs pendant qu’il était dans les armées au service du roi et dont il ne peut reconnaître le détail en particulier, son intention est que les âmes des dits particuliers qui auront souffert l’action aient les premiers et principaux mérites du saint sacrifice qui sera offert par le dit sieur chapelain et prières par lui-dites.

86. — Le 2 mai 1781, la nomination à la cure de St-Pierre de Malouy appartenant, de droit alternatif, aux seigneurs du lieu, noble dame Cécile-Thérèse-Elisabeth Ledanois, veuve douairière et usufruitière de Mesre. Robert Jouvin, Esc., seigr. et patron alternatif de Malouy, cons. du roy, greffier en chef aux requêtes du Palais à Rouen, lad. dame demeurant à Rouen, rue des Maillots, parr. St.Patrice, nomme à lad. cure, vacante par la mort de M. Gilles-François-Benoist de Corday, pbre, dernier titulaire, la personne de M. François Houssaye, pbre du diocèse de Lx et vicaire de St-Léger-sur-Bonneville. Donné à Rouen en la maison de lad. dame.
Le 15 mai 1781, le seigr. évêque donne aud. Sr. Houssaye la collation dud. bénéfice.
Le 2l mai 1781, le Sr. Houssaye prend possession de la cure de Malouy. en présence de plusieurs habitants de la parr.
M. Houssaye, originaire de Boissy, prêta le serment schismatique en 1701. Agée alors de
44 ans, il resta cure institutionnel de Milouy. En l’an II. il se retira à Benay ou il passé
toute la révolution y touchant la pension des prêtres assermentés. Aprés le concordat il rétracta ses serments et l’évêque d’Evreux lui rendit sa cure de Malouy. Il y meurt le 28 Juillet 1831 l’âge de 85 ans. (Archives de l’Eure ).

27. — Le 17 févr. 1780, Pierre Quérey, marchand, demeurant à Bernay, pair. Ste-Croix, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, M.Jean-Baptiste-Augustin Quérey (1), acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur une cour, nommée l’Enclos du presbytère, sise a Mallouy, près du chemin du village tendant à l’église du lieu. Elle est de plus garantie par M. Pierre- Nicolas Quérey, pbre, chapelain de l’hôpital général de Bernay, demeurant parr. N.-D. de la Couture, et autres cautions.

BAILLIAGE SECONDAIRE DE BERNAY.
De Bonnechose, Sgr de Malouy,
— de Pinterville.
— le marquis d’Hérenville. Darantot (d’Arantot), Sgr de Malouy,
— de Fumechon.

MALOUY.
235 habitants.
Avant la~Révolution, le clocher abritait 2 cloches celle épargnée porte cette inscription:
EN 1782 J’AI ÉTÉ BÉNIE PAR M.FRANÇOIS HOFSSAYE CURÉ DE CE LIEU ET MOMMEE MARIE LOUISE PAR Mr G F. DE BONNECHOSE ANCIEN CHEVEAU LÉGER DE LA HARDE ORDINAIRE DU ROY, CHEVr. SEIGr. DE LA BOULAYE SEIGNr. ET PATRON ALTERNATf DE St-PIERRE DE MALOUYS ET PAR NOBLE DAME M. L. E. V. D. DE HUDEBERT DAME DES LI6NERITZ ET DE GOUTIEER ÉPOUSE DE Mre F. A. H. DE BONNECHOSE CHEVr SEIGr CHATELAIN DE LA BOULAYE, LA VALLÉE, DES LOGES. ANCIEN OFFICIER AU REGT. DE POITOU. Mrs. LES DEPUTÉS LOUIS ET QUEREY, JOSEPH QUEREY TRÉSORIER EN CHARGE.

Ornements de cette cloche Un cartouche fleuronné renfermant la marque et !e nom du fondeur: Jean-Charles Cavilier; un caLvaire fleur delysé; les armoiries accolées du parrain et de la marraine.

Monsseigneur Robert d’Estouteville , chevalier , pour les fiefz de la Mote et Malouy. Il est prévost demourant à Paris.

Malouy. — 240 habitants, école, céréales, lins, fabrication de rubans, tissage de toiles.

Eglise de BERNAY. Les belles boiseries de la sacristie elles sont de l’époque de Louis XIV et proviennent de l’ancien château de Malouy (Eure).

Insinuations:

Malouy
On trouve dans Orderic Vital un Guillaume de Maloi, parmi les vassaux de Guillaume Pantoul en 1074.
Suit un texte en latin

Les noms des seigneurs et des paroisses
Jean Carrey, sieur de Gauville

Etat des Gentilshommes
La damoiselle de la Morandière, dame dudit lieu
Jean Escallard, escuyer, garde de la porte du Roy, vétéran
La veuve de M. Louis Escalard, vivant élu

MALOUY – Saint Pierre.
Curés. G.-F.-B. de Corday – F. Houssaye.
Vicaire. N.-A. Réville
Patronage alternatif entre les seigneurs du lieu. C-T-F. Ledanois Vve Jouvin.

Recherche de 1666
Jacques et Alexandre du Tertre seigneur de Mallouy, anciens nobles, issus de Jacques, ennobli en 1386 : de gueules au chevron écoté et brisé d’argent, accompagne de 3 colombes d’or.
(Chevillard – S.Allais)

L’enclos du château borne le cimetière. Je n’ai pu l’approcher, je n’en ai vu que les couvertures d’ardoise, dont celle d’un gros pavillon est très aiguë. Cette partie pourrait remonter au XVIe ou XVIIe siècle.
Le reste m’a semblé moins ancien.
Il appartient à Madame Prétavoine de Bernay.

3 – Archives ShL:

Carnets Charles Vasseur
Doyenné de BERNAY

Election et sergenterie de Bernay
44 feux

Sous l’invocation de St Pierre

Patronage:
XIVe Abbatissa de Pratellis
XVIe
XVIIIe le seigneur alternativement

Curés:
De Cordey 1764/1774
Houssaye 1781/1787
Déclaration de 1751 –
Patron : MMs Gervais et de Paix de Cœur, héritiers de Messire François de Carrey, seigneur de Goville
L’abbé de Bernay et le curé partageaient les dîmes
Curé :
Robert, Charles Pinel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *