RONCHEVILLE – 14



NOTES sur RONCHEVILLE – 14

Cf. Roncheville – Primitia Villa

La commune de Roncheville fut supprimée par ordonnance du 1er juin 1828 et réunie à SAINT MARTIN AUX CHARTRAINS

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

BEZIERE,
BUREAU Dr Jean, « Les douets de Roncheville », PAR, 31, N° 8, Août 1981, pp. 10-12

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome IV, page 226.

GUIDECOQ Paul, « Voies de Roncheville. Topographie d’une baronnie médiévale », PAR, 38, N° 10, Octobre 1988, pp. 27-29; 38, N° 11, Novembre 1988, pp. 17-28; 38, N° 12, Décembre 1988, pp. 3-13

LEONARD E.-G., « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia, 8, 4-1935, pp. 427-493
cf. table: Bonneville-sur-Touques, Le Breuil (Mézidon), Cheffreville, Cormeilles, Englesqueville-sur-Touques, Gonneville, Lieuvin, Montgommery, Pont-Audemer, Roncheville, Saint-Julien-sur-Calonne, Ticheville, La Touque.

MOURADIAN Georges, Répertoire numérique des archives départementales antérieu¬res à 1790. Seine-Inférieure. Archives ecclésiastiques. Série H. Tome IV (Fascicule 2). Abbayes de Saint-Ouen-de-Rouen (14 H 927 à 14 H 1534). Introduction et index général par Alain ROQUELET, Rouen, Imprimerie administrative, 1980. In-4°, 185 p.
Beaumont-en-Auge, Bertran, Roncheville, 14 H 188, 278 bis, 758, 797-802, 1521
PAUL Jean : Le pouvoir judiciaire dans la Baronnie de Roncheville. BSHL n° 34 Déc 1995

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Roncheville, Ronchevilla, Runtiavilla, Rocheville-la-Bertrand.

L’église de Roncheville, qui a été démolie, était sous l’invocation de saint Nicolas ; elle faisait partie du doyenné de Beaumont. Le patronage appartenait au seigneur du lieu.
La commune a été supprimée et réunie, par ordonnance du 1er. juin 1828, à la commune de St.Martin-aux-Chartrains,
canton de Pont-l’Évêque; autrefois, elle dépendait de l’élection de Pont-l’Évêque, sergenterie de Beaumont, et comptait 3 feux privilégiés et 34 feux. taillables.
Il y avait à RoncheviIle, dans une prairie désignée sous le nom de clos Bertrand, dit M. La Butte, dans son Essai historique sur Honfleur et l’arrondissement de Pont-l’Évêque, un château, dont la fondation remontait à une époque fort éloignée ; quoiqu’il n’existe plus aujourd’hui aucune trace de ce château, la tradition doit être fondée. En effet, Roncheville, une des plus petites localités de l’ancienne sergenterie de Beaumont-en-Auge, eut cependant une grande importance au point de vue féodal ; elle porta le titre de baronnie, puis de comté. Elle est encore appelée burgus, dans un aveu du XVIe. siècle.
La famille le plus anciennement en possession de ce fief est la famille Bertran, vieille souche normande que l’on peut faire remonter, sans interruption dans la filiation, jusqu’à Auslec, seigneur de Briquebec, qui vivait en 938. Son fils Toustain Bertran, seigneur de Bastembourg (ou Basbourg) et de Montfort-sur-Risle, figure le premier dans la généalogie donnée par l’auteur des Grands-officiers- de la couronne ; il faut descendre ensuite jusqu’à la septième génération pour trouver mention de la terre de Roncheville. C’est Robert V, Bertran, seigneur d’Honfleur et de Fauguernon, connétable de Normandie, qui vivait de 1240 à 1250, que l’on trouve d’abord en possession du titre de vicomte de Roncheville. Il avait épousé Alix de Tancarville, qui lui donna trois enfants, dont l’aîné, nommé Robert, comme son père, fut aussi vicomte de Roncheville. On voit, par l’énumération des terres qu’il possédait, que la vicomté de Roncheville s’étendait sur les paroisses de Beaumont, Barneville, Branville, Angerville et autres environnantes. Le connétable de Normandie eut six enfants. Le troisième, Jean, fut vicomte de Roncheville ; cependant son frère aîné Robert, septième du nom , qui se maria, le 3 mai 1318, à Marie de Sully, fille d’Henri de Sully et de Jeanne de Vendosme, porta aussi le titre de vicomte de Roncheville. Il devint maréchal de France en 1326.
Il laissa sa seigneurie de Roncheville à son second fils, nommé Guillaume, mort sans enfants en 1351.
Jeanne, la plus jeune des soeurs de Guillaume, devint dame de Roncheville et porta cette terre à Guy de La Roche-Guyon, son mari, grand chambellan de France.
On sait combien l’invasion anglaise amena de perturbations dans les tenures féodales de la Normandie. Les barons du pays , qui avaient, jusqu’au bout, résisté à l envahisseur , furent dépossédés de leurs terres, que le vainqueur donna à des courtisans ou à des capitaines d’aventuriers, destinés à maintenir le pays dans la dépendance du nouveau souverain.
C’est ainsi que, le 12 juillet 1421, le roi Henri V fit don à Raoul-le-Sage, chevalier, son conseiller, et à ses hoirs mâles,
de la terre et seigneurie de Roncheville, avec tous ses fiefs nobles, leurs appartenances et dépendances, occupée autrefois par le fils et héritier du seigneur de la Roche-Guyon et de sa mère, rebelles (Voyez Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XXIII, p. 179).
Après que Charles VII eut reconquis la Normandie, les anciens seigneurs dépossédés rentrèrent dans leurs droits. Le sire de la Roche-Guyon reprit sa terre de Roncheville ; mais il n’eut, de son mariage avec Catherine de Turpin-Crissé,
qu’une fille unique, Marie, qui la porta, avec sa main, à Michel d’Estouteville, sieur de Vallemont qui avait vaillamment combattu à Falaise, à Caen, à Cherbourg.
De la maison d’Estouteville, Roncheville passa, toujours par les femmes, dans la maison de Bourbon Saint-Pol, puis dans celle d’Orléans qui la posséda avec Pont l’Évêque et la vicomté d’Auge, jusqu’à la fin du XVIIIe. siècle (V. Notes de M. Ch. Vasseur sur les anciennes familles de l’évêché de Lisieux..)

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 Pièces Justificatives:

Les possessions du chapitre de Chartres au pays d’Auge.
Roncheville figure en première ligne dans la donation de 1014, nous ne pensons pas que le chapitre de Chartres y ait longtemps maintenu sa possession.
Dès 1060, en effet, nous trouvons en cette paroisse de puissants seigneurs, les Bertrand, barons de Briquebec et de Roncheville ; en cette année même Robert 1er Bertrand et Suzanne sa femme fondent, à une lieue de là le célèbre prieuré devenu au XVIII° siècle l’Ecole militaire de Beaumont-en-Auge (1>.
Petit-fils de Toustain de Bastembourg, 1er seigneur et châtelain de Montfort-sur-Risle issu lui-même au second degré de Hrolf Turstan, vivant en 920. et de Gerlolte de Blois, petite-fille de Robert le Fort, duc de France. Robert Bertrand, de même que Rollon le conquérant de la Normandie, comptait parmi ses ancêtres ces terribles rois de mer.
Roncheville, réunie à Saint-Martin en 1828. comptait en dernier lieu 37 feux: au siècle dernier, ses pêcheries et le service de bateaux plats — les gabarres — qui se faisait sur la Touques, peut-être jusqu’au Breuil, au moins jusqu’à Pont-l’Evêque. lui donnaient une certaine importance, à la fin du XVIII° siècle il y avait encore un gabarrier en chef de la paroisse de Roncheville.

(I) Généalogie des familles issues des Rois de mer familles Bertrand et de Montfort. (Archives de Lierremont).
Nous possédons dans notre bibliothèque la charte d’érection en 1742 de l’Ecole militaire de Beaumont où sont relatées les chartes de fondation.
(2) Généalogie Bertrand, (Archives de Lierremont) le père Hrolf Turstan Hrollager était frère naturel de Rollon.

1014, 21 septembre
Richard II pour réparer les graves dommages causés par lui dans le voisinage de Notre-Dame-de-Chartres donne à cette église….

« in Lisvino aecclesiam solam de Bona Villa, et in eodem territorio Angliscam villam totam cum aecclesia, et Runciam villam totam cum aecclesia, et aecclesiam de Sancto Juliano cum duobus menbris appendentibus. Haec itaque donum pro qualitate quidem peccatorum nostrorum modica, excellentia vero Sanctae Mariae fere nulla… (Bonneville, Roncheville, Englesqueville, Saint-Julien).
= FAUROUX M. 1961, n°15, p. 95

avant 1063
« Le duc bannit Adam de Saint-Brice et confisqua son petit fief de Roncheville, à Bavent, qui fut aumôné à l’abbaye de Saint-Julien-lès-Tours en 1063 ».
= Voir L. DELISLE, Actes de Henri Ier, p. 17; cité par NAVEL, 1951-1952

1138
« Malgré une trêve de deux ans, jurée entre le roi Etienne et le Comte d’Anjou, ce dernier vient de nouveau avec son armée, pour s’emparer de notre Basse Province. …..
Là les deux partis en viennent aux mains; on se bat avec acharnement; les Sires de Roncheville et de Briquebec et le Seigneur de Jort sont tués; un grand nombre d’autres Chevaliers sont blessés, et le Comte de Meullent, après cette perte, est forcé de se retirer de la ville sans aucun succès.
= Abbé DE LA RUE, Nouveaux essais historiques sur la ville de Caen, 2 vol., Caen, Mancel, 1842, T. II, pp. 120-122.

Août 1177 / Juin 1181 – Tours
Confirmation par Henri II d’Angleterre, à la cathédrale de Chartres, de tout ce que Richard II avait donné à celle-ci tant dans le comté d’Evreux, à Vraiville, dans la forêt de Bord, à Hauville-en-Roumois, que dans le Lieuvin, à Bonneville(sur-Touques), Englesqueville (sur-Touques), Roncheville et Saint-Julien-sur-Calonne.
= A.N. Latin, nouv. acq. 2231, n° 2.
¸ DELISLE et BERGER, n° DLXIII, t. II, p. 142.; Fac sim. dans l’Atlas de DELISLE, pl. XXI.
+ LEONARD, « Les plus anciennes chartes… », Normannia, 4-1935, n° 59, p. 439; NORTIER Michel, Sources de l’histoire de Normandie au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale – Fonds des Nouvelles acquisitions latines, Nogent-sur-Marne, 1959; p. 52, n° 8.

1221
Robert Bertran confirme à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen les donations que Robert le Tort et Suzanne, femme de celui-ci, avaient faites pour doter le prieuré de Notre-Dame-de-Beaumont-en-Auge.
…..et in prefectura de Ronchevilla (Roncheville) quadraginta solidos, et in censibus de Penna Pice (Pennedepie) decem solidos, et in prefectura de Honeflue (Honfleur)…..
=¸ EDIT. Charles BREARD, Cartulaire de la baronnie de Bricquebec, n°19, pp. 205-207
+ IND. AD 76 14 H 797 (1680) A revoir !!!!!

1228-1574 – Roncheville
Baronnie de Roncheville. Coutume et travers à Honfleur. Procédures et pièces diverses.
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 529), Paris, 1976, p. 208.

1238 – Roncheville/Vicomté
« Inquisitio utrum pater Robini Bertran saisituo erat die et anno quando obiit, de vicecomiatu inter aquam de Touqa vel non juratores… Dicunt omnes quod nunquam habuit saisinam de dicto vicecomitatu. Judicatum est quod dominus rex habeat saisinam suam in pace, et dictus Robinus remanet in misericordia pro super demanda sua.
= DELISLE L, Recueil des jugements de l’échiquier, n°658, p.146

1255
Confirmation par Robert Bertran des biens appartenant à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. (ce qui n’apparait pas dans celle de 1221 est souligné), et in prefectura de Ronchevilla (Roncheville) quadraginta solidos, et in censibus de Penna Pice decem solidos, et in prefectura de Honeflue (Honfleur)
=¸ EDIT. Charles BREARD, Cartulaire de la baronnie de Bricquebec, n°33, pp. 220-224,
+ Léopold DELISLE, Cartulaires de Briquebec, (n° 6 et 127)

1274, mars – Honfleur, Fauguernon
Confirmation par Philippe III, roi de France, de la donation pour partage faite par Robert Bertran, seigneur de Roncheville et de Briquebec, de la baronnie de Fauguernon, à son frère Guillaume Bertran. La terre de Fauguernon ayant été par le précédent partage détachée de la baronnie de Roncheville, le roi Philippe Le Hardi autorise Robert Bertran, seigneur de Roncheville et de Briquebec à réunir sa terre de Honfleur à sa baronnie de Roncheville.
= ED: SAIGE G., Additifs au Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion, 1895, n°2, pp.176-177
IND: BREARD C., cart. de Briquebec, n°42, p.231 (Notes: Bréard date cette charte de 1275, Saige de 1274; Léopold DELISLE, Les cartulaires de Briquebec, p. 10. (N° 6 et 127)

1312.
(36) De la terre du Torquesne que Robert Trihan tien fe, pour tout l’an….. V s. Le Torquesne, paroisse de la Sergenterie de Beuvron, au Nord de la route de Lisieux à Annebaut. Cette ferme fut ensuite tenue par Colin de Grainville, Colin Le Vicomte, puis, en 1461 par Thomas Moulin.- Les Trihan possédaient à Douville un fief mouvant de la Baronnie de Roncheville. Dans l’aveu que Colin Le Vicomte fit au roi le 15 juin 1395 du fief entier du Torquesne, il est mentionné que l’hommage en est réclamé par Pierre Trihan à cause de sa seigneurie de Douville et qu’il y a procès (A.N. P19221, n° 46.229).
= Henri de FRONDEVILLE, Le Compte de Gautier du Bois, vicomte d’Auge pour la Saint-Michel 1312 in Mélanges publiés par la Société de l’Histoire de Normandie, 15e série, p. 35.

1381
« Dans un procès au Parlement de Paris, Philippe Bertran, fille du maréchal Robert de Bricquebec, produisit en 1381, la descendance des Clisson de Guillaume Bertran, seigneur de Thury et de Tuit. Cette note contient des inexactitudes, elle omet notamment un degré, celui du père du maréchal, elle mérite pourtant d’être reproduite ici:
« Cest la déclaration baillée en gros et en substance par Jehan de Bethisy, procureur de madame Phe Bertran, dame de rays et de Roncheville, à maistre Nicolas de Lespoisee, procureur de M. le comte d’Alençon.
= A.N. Xic 43
=¸ EDIT. Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco, Monaco, 1885, note 3, p. XXX.

1382, 1er décembre
Transaction entre l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen, et Philippe Bertran, dame de Rais et de Roncheville au sujet de la nomination du prieur de Beaumont-en-Auge
= AD 76. 14 H 798

1393
Transaction entre Jeanne de Rais et de Roncheville et Bertrand Paynel, chevalier, au sujet de la terre de Sahurs.
= A.D. 14. 2 E 64.

1398, 16 janvier
Johan du Mont, écuyer, donne quittance à Marot le Grant receveur du duc d’Orléans dans les vicomtés de Caen, Vire, Falaise et Auge, d’une remise de 16 l.t. accordée par le duc sur le 64 l.t. dues pour la pêcherie de Roncheville, au terme de Pâques et de Saint-Michel 1397.
Acte de Jehn Letournel, garde du sceau des obligations de la vicomté d’Auge, passé devant Guillaume Philippe, tabellion en la vicomté. Scellé.
= Bibl. mun. de Rouen, Y 29, t. I, n° 104.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XIII, fasc. 2, 1964, p. 76.

1402, 2 septembre
Aveu de la seigneurie de la Bouteillerie rendu à Guy de La Roche, chevalier, seigneur de La Rocheguyon et de Roncheville, chambellan du roi, par Geoffroy Le Bouteiller.
La sergenterie s’étend sur Saint-Cloud(-sur-Touques), Roncheville, Honfleur, briqueboe (?), Tourgéville et Saint-ETienne-la-Thillaye et est tenue par un 1/3 de fief de chevalier avec le Moulin Morel, moyennant le service de la boiteillerie du seigneur.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., Ms. 1462, t. III, 108.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources… Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm, Juillet-Septembre 1973; p. 109.

1402-1789 – Vicomté d’Auge
Compte de recette de la terre de la terre de Saint-Clair–en-Auge (1473-1477)
Comptes du domaine du roi en la vicomté d’Auge (1527-1531); Livres des plaids de la sergenterie de saint-Clair-en-Auge appartenant à Madame d’Estouteville (1528 et 1537-1543); Lettres de Marie, duchesse de Longueville, et de Léonor, duc de Longueville concernant Saint-Clair et Barneville (1564-1567) Livre des assises de la vicomté d’Auge, relevant du duc de Longueville, pour son droit de présentation à des églises (1565); Gage-pleige du fief de Saint-Clair (1570); Journal de recette du domaine d’Auge (1585); Livres des plaids de Pont-l’Evêque et déclaration de fiefs (1666); Bordereaux pour servir au paiement des fermes des domaines et marais de la vicomté d’Auge (1689); Journal des recette des fermes du domaine d’Auge (1691-1695); Aveux de Daenétal (1736) Administration d’Herval: état des rentes domaniales, pièces justificatives de la régie du domaine d’Auge, fournitures et travaux pour les prisons des bailliage de Honfleur (1751-1783) Beuvron, Honfleur, Saint-Julien-sur-Calonne – Jean-Philippe-Antoine Herval – Saint-Clair-en-Auge, Roncheville, Valsemé, Goustranville, Valsemé, Clarbec, Danestal, Darnétal, Cambremer, tabellionnage de Saint-Julien-le-Faucon, sergenterie de Bonnebosq, Saint-Clair-en-Auge, Barneville, Devoitine, Le Pelletier
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 383 à 388), Paris, 1976, p. 171-174

1406, 10 janvier
Procuration de Hue d’Oinville, seigneur de Jambeville, chargé par Gui de la Roche-Guyon, baron de Roncheville, d’élire à sa place un prieur de Beaumont-en-Auge
= AD 76. 14 H 798

1412-1696 – Vicomté d’Auge
Comptes, livres de plaids des sergenteries de Pont-l’Evêque, Bonneville et Ca¬napville et de la baronnie de Roncheville, gage-pleige de Saint-Clair-en-Auge
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 524), Paris, 1976, p. 207.

1447, 28 mars – Lisieux
Ordre donné par l’évêque et Durant de Thieuville, lieutenant particulier du bailli de Rouen, (en la vicomté d’Auge et de Pont-Audemer) à Me Pingrenon (ou Pigrenon), commis à la recette des deniers ordonnés pour le payement à Roger Rotro et à ses 3 compagnons pionniers la somme de 230 l.t. et 20 l. suivant marché fait plus une indemnité supplémentaire pour les travaux de dragage faits tant dans le cours de la rivière (pour la rendre navigable de Touques à Lisieux) que sur les berges depuis la pêcherie de Roncheville jusqu’au pont de Perroy près Lisieux, soit 4 lieues.
= B.N Mss. français 25968, 616.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources… Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm, Déc. 1959. p. 30.

1451, 14 juillet – Roncheville
Aveu rendu à la baronnie de Roncheville, et à Guy de la Roche-Guyon, vicomte et baron de ce fief pour un pré à Roncheville.
= Arch. SHL. FL 7.

1454 et 1484, 14 octobre – Roncheville
Extraits des registres de l’Echiquier contenant les convocations des ecclésiastiques nobles et officiers du bailliage de Rouen, en tête desquels figure le baron de Roncheville.
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389), Paris, 1976, p. 175.

1481, 5 mai – Roncheville
Adjudication de la garde noble des enfants mineurs de Robert du Mont, écuyer, tenant du fief de heulland, dit de Silly, mouvant de Roncheville.
= Arch. SHL. FL 8.

15..-16. – Roncheville
Fragments de censiers, rentiers et livres de comptes
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 524), Paris, 1976, p. 207.

1542-1790 – Roncheville
Documents divers
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 529), Paris, 1976, p. 208.

1686-1744 – Roncheville
Registre des rentes du domaine de la vicomté et baronnie de Roncheville – 7 registres in-4°, reliés en parchemin.
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 530), Paris, 1976, p. 208.

1691
Table alphabétique des noms des fiefs, vavassories ou tènements de la Baronnie de Roncheville.
= AD 14. A 152. Cahier pap. 10 f.

1739, 5 janvier – 1741, 20 novembre
Registre des minutes du greffe de Pont-l’Evêque et Roncheville.
= Arch. SHL. BC 124.

Après 1755
Aveux des fiefs nobles
Liasse 35: Baronnie de Roncheville.
Baronnie de Fauguernon. M. de Rarey.
M. le vicomte de Fauguernon étois enfin d’aoust 1755 emeprynt approuver de satisfaire à la reddition de l’aveu.
= AD. 14. A. 288. 7 p.

1770, 7 janvier – Roncheville
Arrêt du Conseil d’Etat maintenant le duc d’Orléans dans la propriété et jouissance des droits de coutume dans la seigneurie de Roncheville.
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389), Paris, 1976, p. 175.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR : « Doyenné de Beaumont (2) »

Election de Pont l’Evêque, sergenterie de Beaumont
3 feux privilégiés, 34 feux taillables

Sous l’invocation de St Nicolas

Patronage:
XVIe Baronus loci
XVIIIe le Duc d’Orléans

Curé:
Pellon ou Pilon 1758-1787

Carnets de Charles Vasseur :
Analyses et transcriptions :
EXTRAIT DE NOTES RECUEILLEES PAR MONSIEUR CATHERINE, INSTITUTEUR A GONNEVILLE SUR HONFLEUR.
En 1202 le seigneur de Roncheville possédait tout le canton d’Honfleur, les seigneurs de Roncheville élisaient les maires d’Honfleur après l’affranchissement de la charte vers 1205.
Roncheville est une ancienne commune réunie à Saint-Martin-aux-Chartrains. (Rectification de cet article dans Thomas)

Robert Bertrand, baron de Roncheville et de Briquebec, avait donné en 1221 au prieuré de Beaumont, le tiers de la dîme des quatre fiefs qui relevaient de la baronnie de Roncheville dans les communes de Pennedepie et de Barneville. Ces fiefs étaient Pennedepie, Blosville, Meautrix et Bouttemont et dans une nouvelle charte de 1255 revenant sur ce qu’il avait précédemment accordé il donna aux religieux la totalité de la dîme sur les quatre fiefs.

Après les seigneurs Bertrand le patronage de ces quatre fiefs passa à la duchesse de Longueville, qui en 1517 attaqua les religieux de Beaumont réclamant les deux tiers de la dîme sur les quatre fiefs. La charte de 1255 portait en termes formels que le vicomte de Roncheville accordait en totalité les fourrés, pailles et revenus des dîmes des quatre fiefs ne se réservant que les seuls pailles et dîmes de la commune de Bricquebec.

Les seigneurs de Longueville prétendirent que la dotation des seigneurs de Roncheville n’avait un entier effet que pendant que ces seigneurs possédaient ces fiefs, mais que leur seigneurie était aliénée, les nouveaux seigneurs en maintenant la charte de 1221 se réservaient à leur profit celle de 1255, qu’ils ne regardaient que comme facultative. En vain, les religieux invoquèrent le droit de possession depuis l’origine et les nouveaux seigneurs malgré les religieux de Beaumont prirent les deux tiers de la dîme ne laissant aux dits religieux que le tiers accordé par la charte de 1221.

Autres mentions :
1678 3 janvier
Maître Pierre Lancement sieur de Pierrefitte, conseiller du Roy, receveur en cette élection de Pont-l’Evêque, receveur des domaines d’Auge et baronnerie de Roncheville

1672 28 avril
Au gageplège de la terre et seigneurie de Saint Cloud, tenu sur les fiefs sous la grande porte du manoir sieurial dudit lieu, par nous François Froger, licencié aux lois, avocat, séneschal de ladite sieurie, en présence de Gilles Le Cornu, tabellion à la vicomté de Roncheville, pour le siège dudit lieu et Beaumont, pris pour greffier, à l’instance et requête de Nicollas Dabost escuyer, seigneur de ladite terre, présent en personne, ont été appelés…
p.168
1731 11 juin
Décès de Maistre Jacques Train, prestre curé de Roncheville

Page ??
Mémoire de luminaires que j’ai (?) fournis pour Monsieur le Curé de Roncheville
– 8 cierges de demi livre chaque…
– 4 livres de cire à 45 sols la livre… 9 livres
– 3 douzaines de petits cierges de demi carteron
chaque fons (?)…… 10 livres 21
– 1 gros cierge de livre et demi….. 3 livres 15
– pour la croix…… 4 livres

26 livres 36

Reçu de Monsieur Train avocat, la somme contenue au mémoire ci-dessus, pour le luminaire de Monsieur le Curé de Roncheville ce 17 juillet 1731

Je soussigné Jacques Bellangé, trésorier servant de la paroisse de Roncheville; confesse avoir reçu de Me Train avocat, la somme de 40 sols, pour avoir sonné et fait la fosse de feu Maistre Jacques Train, curé de ladite paroisse, dont le tiens quitte.
Fait ce 22 juillet 1731 en présence de Guillaume Couvrens et Guille Gamare, témoins.

1726 29 novembre
A la suite est une requête par Maistre Jacques Train, curé de Roncheville pour recouvrer des rentes sur ses puînés. Il y explique que le fief de Saint Cloud appartenait à Monsieur de Classy

p.179
1716 4 septembre
Extrait d’un inventaire dressé un mobilier de Maître Jacques Train avocat, exerçant la juridiction de Roncheville :
3 chariots garnis chacun de leur matelas « enfant que de deux »(?)
et le troisième d’un petit lit de plume avec leur paillasse, traversins, et couvertures, le tout estimé à 45 livres.

p.186
1727 29 juillet
Charles Thierry, escuyer, sieur du Bucquet, conseiller du Roy, maître des Eaux et Forets du Vicomté d’Auge et Maistre Jacques Train prêtre curé de la paroisse de Roncheville

Insinuations

Roncheville était une des plus petites localités de l’ancienne sergenterie de Beaumont en Auge, et cependant elle eut une grande importance au point de vue féodal ; elle eut même le titre de baronnie puis de vicomté.
La famille que l’on en trouve le plus anciennement en possession est la famille Bertran, vieille souche normande qui l’on fait remonter jusqu’à Anslec seigneur de Briquebec, qui vivait en 938.
Son fils, Toustain Bertran, seigneur de Bastembourg et Montfort sur Risle, figure le premier dans la généalogie donnée par l’auteur des Grands Officiers de la Couronne ; mais il faut descendre jusqu’à la septième génération pour trouver la mention de la terre de Roncheville. C’est Robert V Bertran, seigneur de Honfleur et de Fauguernon, connétable de Normandie qui vivait de 1240 à 1250, que l’on trouve en possession du titre de vicomte de Roncheville. Il avait épousé Alix de Tancarville, qui lui donna trois enfants dont l’aîné, nommé Robert comme son père, fut aussi vicomte de Roncheville. On voit par l’énumération des terres qu’il possédait que la vicomté de Roncheville s’étendait sur les paroisses de Beaumont, Barneville, Branville, Angerville et autres environnantes.
Le troisième, Jean, fut vicomte de Roncheville, cependant son frère aîné, Robert, septième du nom, qui se maria le 3 mai 1318 à Marie de Sully, fille d’Henry de Sully et de Jeanne de Vendosme, porta aussi le titre de vicomte de Roncheville. Il devint maréchal de France en 1326.
Jeanne, la plus jeune des sœurs de Guillaume devint Dame de Roncheville et porta cette terre à Guy de la Roche-Guyon, son mari, Grand Chambellan de France.
On sait combien l’invasion anglaise amena de perturbations dans les tenures féodales de la Normandie. Les barons du pays qui avaient jusqu’au bout résisté à l’envahisseur furent dépossédés de leurs terres qui furent données à des courtisans ou a des capitaines aventuriers destinés à maintenir le pays.
C’est ainsi que le 12 juillet 1421, le roi Henry V fit don à Raoul le Sage, chevalier, son conseiller, et à ses hoirs mâles, de la terre et seigneurie de Roncheville, avec tous ses fiefs nobles, leurs appartenances et dépendances, occupée autrefois par le fils et héritier du seigneur de la Roche-Guyon et de sa mère, rebelles. (voir Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie Tome 23 p.179)
Après que Charles VII eut reconquis la Normandie, les anciens seigneurs dépossédés rentrèrent dans leurs droits. Le sire de la Roche-Guyon reprit sa terre de Roncheville ; mais il n’eut de son mariage avec Catherine de Turpin-Crissé, qu’une fille unique Marie, qui la porta avec sa main, à Michel d’Estouteville, seigneur de Vallemont, qui avait vaillamment combattu à Falaise, à Caen, à Cherbourg.
De la maison d’Estouteville, Roncheville passa, toujours par les femmes, dans la maison de Bourbon St Pol, d’où elle passa à la famille d’Orléans qui la posséda avec Pont l’Evêque et la vicomté d’Auge, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Mémoires de la Société des Antiquaires – tome 23 p.179
12 juillet 1421
Concession faite par Henry V à Raoul Le Sage, chevalier, homme lige et conseiller du roi et à ses hoirs mâles, de sa terre et seigneurie de Roncheville avec tous ses fiefs nobles leurs appartenances et dépendances quelconques dans le duché de Normandie ; occupé autrefois par le fils et héritiers du seigneur de la Roche-Guyon et de sa mère, rebelles, lors de la descente du roi à Touques, et que ce prince concéda ensuite à Thomas, duc de Clarence sa vie durant, avec exception de la ville de Honfleur et des tous droits en icelle, dans son port et dans l’étendue d’un quart de lieue dudit passage, avec concession toutefois dudit Raoul d’un tènement dans ladite ville, dit communément l’Hospice de Roncheville, et appartenant ci-devant à la seigneurie de Roncheville, dont le produit est de MCC écus par an ; aux charges d’hommage et d’une redevance annuelle envers le roi d’un bouquet de roses rouges ainsi que des gardes de nuit et de divers autres services militaires dans ladite ville. Donné à Mantes le 12 juillet. Per ipsum Regem

La vicomté de Roncheville appartint à la famille Bertran depuis Robert III de Briquebec qui épousa Alix de Tancarville jusqu’à Jeanne la Jeune, vicomtesse de Roncheville, femme de Guy de la Roche-Guyon, grand chambellan de France et 6e enfant de Robert V Bertran, baron de Briquebec. (Lachesnaye Tome II p. 397).

Vicomté de Roncheville
Un titre original de l’an 1594 qui prouve que les Vicomtes de Roncheville à cause de leur vicomte, ont le droit de présentation au Doyen dans les églises paroissiales de St Etienne et de Ste Catherine de Honfleur, Diocèse de Lisieux. (Dictionnaire de Titres originaux tome II p.109)

Lettres patentes du Roy portant union de la Terre, Justice, Fief et Seigneurie de la Baronnie de Roncheville à la Terre du Vicomté d’Auge avec toutes ses dépendances, pour ne composer à l’avenir qu’un même corps de terre, fief, justice etc. –
Du mois de septembre 1726
Louis par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre. A tous présens et à venir, Salut ; Notre très cher et très aimé Oncle le Duc d’Orléans, Nous a exposé qu’il est propriétaire de la Terre du Vicomté d’Auge, située en la Province de Normandie, dont la Justice et Seigneurie s’étend sur une partie de la ville de Honfleur. Le Vicomté d’Auge est composé de différentes Juridictions ordinaires qui ont conservé la qualité de Justices Royales par une clause expresse du Contrat d’échange, du mois de décembre 1529, en sorte qu’il y a actuellement un siège royal de Vicomté en ladite Ville de Honfleur, pour la partie qui dépend du Vicomté d’Auge et une Justice seigneuriale exercée dans la même ville, pour une portion de la Baronnie de Roncheville, l’autre partie étant exercée par les mêmes Officiers, dans le bourg de Beaumont, distant de plus de trois lieues de la ville de Honfleur. Ces différentes juridictions dans une même ville occasionnent continuellement des contestations, qui ont donné lieu à une infinité de procès, toujours à charge aux habitants. D’ailleurs les officiers se dispensent souvent pendant l’hiver de se transporter au bourg de Beaumont pour y administrer la Justice, sous prétexte que les chemins sont impraticables ; ce qui constitue en frais les justiciables. Ces raisons ayant fait souhaiter à notre dit Oncle, d’éviter la multiplicité des officiers en réunissant ces deux terres ; il Nous aurait à cet effet, supplié de vouloir réunir et incorporer la Terre, Fief, Justice de la Baronnie de Roncheville, ses circonstances et dépendances au Vicomté d’Auge, pour ne composer à l’avenir qu’un seul corps de Terre, Fief, Justice, un même fief et être la Justice de toutes les paroisses qui composent ladite Baronnie exercée partie par les officiers de la Vicomté royale d’Honfleur et le surplus par ceux de la Vicomté de Pont l’Evêque. Les motifs de justice qui font agir notre dit oncle, Nous déterminent à lui accorder une réunion utile aux habitants de ladite Baronnie. A Ces Causes et autres à ce nous mouvant de notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale, Nous nous joint, uni et incorporé et par ces présentes signées de notre main, joignons, unissons et incorporons la Terre, Justice, Fief et Seigneurie de la Baronnie de Roncheville à la Terre du Vicomté d’Auge, avec tous les droits qui en dépendent, sans aucune exception, pour ne composer à l’avenir qu’un seul et même corps de Terre, Fief et Justice, et au milieu de ladite réunion, la portion de Justice de la Baronnie de Roncheville dont le siège était établi à Honfleur, demeurera réunie et incorporée au siège du Vicomté d’Auge séant à Honfleur, ensemble les paroisses de Barneville, Penne-de-Pie, Saint Benoist, le Vieux Bourg, Le Teil, Tonnetuis, Geneville, Quetteville et Ficqueville et le siège de ladite Baronnie, qui se tenait à Beaumont, demeura pareillement réuni au siège du Vicomte de Pont l’Evêque avec les paroisses de Roncheville, St Mélaigne, St Etienne le Thillaye, Saint Clou, St Arnoul, Reux, Vauville, Tourgeville, St Pierre Azifs, Branville, St Vaast, St Ymer, Drubec, Clarbec et Valsemey, le tout en ce qui appartient seulement à notre dit oncle, dans l’étendue desdites paroisses, et dans que la présente réunion puisse nuire ou préjudicier aux seigneurs particuliers, qui pourraient prétendre quelque droit de justice dans l’étendue des paroisses ci-dessus exprimées ; à la charge par notre dit Oncle de rembourser les officiers de la Baronnie de Roncheville, des Finances par eux payés pour leurs offices et à condition que les droits de Greffes et de notariats, ne pourront être exigés sur les justiciables de ladite Baronnie de Roncheville que sur le même pied qu’il payaient avant la présente réunion.
S L Donnons en mandement à nos armes et féaux Conseillers les Gens tenant notre Cour de Parlement à Rouen et autres nos officiers et justiciers qu’il appartiendra que ces Présentes ils aient à faire registrer purement et simplement et du contenu en icelles, jouir et user notre dit Oncle le Duc d’Orléans pleinement et paisiblement, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements quelconques, normalisant toutes ordonnances et règlements à ce contraire, auxquels Nous avons dérogé et dérogeons par ces présentes ; Car tel est notre Plaisir : et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, Nous y avons fait mettre notre Scel.
Donné à Fontainebleau, au mois de septembre, l’an de grâce 1726 et de notre Règne le douzième.
Signé ; LOUIS
Et plus bas Visa Fleurian, pour réunion de la Terre, Justice et Baronnie de Roncheville à la Vicomté d’Auge
Et scellés du grand sceau de cire verte
Lues, publiées et registrées la grande audience de la Cour séante ; A Rouen en Parlement le 21 novembre 1726
Signé : Auzamet
(Recueil des Edits, Déclarations, Lettres, Patentes, Arrêts et Règlements du Roy – Rouen – Richard Lallemant 1774 40 p.35)

Bacheley, né à Roncheville près de Pont l’Evêque, graveur à Rouen où il est mort en 1781.

Voir :
Recherches de Nobles de Lisieux p. 79
Histoire des Grands Officiers de la Couronne p. 126 499
Fauguernon – Généalogie des Bertran
Armorial de Normandie de Canel p. 398
D’Estaintot – Histoire d’Estonteville p. 9 – 11 – 18
Antiquaires de Normandie Tome IIe partie p. 9 n°17 – p. 179 n°1005
Catalogue du Musée de Caen p.86 n°462
Roncheville – Formeville I
Société Historique 1872 p.13 n°7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *