MESNIL BACLEY




NOTES sur MESNIL BACLEY Le

– Mesnillus Baccalecrii – Mesnillum Baccarii – Maisnil Bachelarii

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III, page 622.

Editions FLOHIC : le patrimoine des Communes du Calvados page1112.

Le Mesnil-Bacley, Le Manoir de la Saminière, CDMPA, pp. 187-188

Le Mesnil-Bacley, Le Manoir du Rouy,CDMPA, pp. 189-190; manoir à 5 travées + ajout de 5 travées avec lisse d’allège,chronogramme 1676

Gouhier, seigneurs du Mesnil-Bacley, d’Ectot, de Saint-Clément, etc., en Normandie, In-8°, 36 p. (Extrait des Archives généalogiques par LAINE)
= Bibl. municipale de Pont-Audemer

FOURNIER Dominique : notes de toponymie normande (Mesnil-Bacley) Bulletin du Foyer rural du Billot n°76, Décembre 2001.

MANEUVRIER Jack : L’église de Mesnil-Bacley, Bulletin du Foyer rural du Billot n°76, Décembre 2001

MANEUVRIER Jack : Le manoir de la Harderie à Mesnil-Bacley, Bulletin du Foyer rural du Billot n°76, Décembre 2001

MANEUVRIER Jack : Les saints réputés guérisseurs du canton de Saint Pierre sur Dives. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 91, septembre 2005.

PAUMIER Solange et Henri, « Contribution à l’histoire du textile normand – 1572-1861 », BULLETIN DU FOYER RURAL DU BILLOT,, Décembre 1993, N° 44, pp. 55-57
Contrats d’apprentissage de toiliers et tisserand: Mesnil-Bacley (23 mars 1681; 8 novembre 1683; 14 octobre 1685; Saint-Martin-de-Fresnay (1665).

2 – Pièces Justificatives:

Insinuations

Description de l’église – 10 août 1853

L’abbé de St Pierre dur Dive nommait à la cure d’un revenu de 700 livres, doyenné de Mesnil Mauger, archidiaconé d’Auge (Archives du Calvados –Bénéfices)

Description de la cloche
En l’an 1777 j’ai été bénite par Pier Cosme, nommée Françoise Torsille, par Messire Antoine Thomas Moulin, chevalier de l’ordre royal et militaire de St Louis, lieutenant colonel de cavalerie, seigneur de Mesnil Basclez … et par Demoiselle Françoise Torcille Deshais, Pierre Duchesne trésorier.

L’an de l’Incarnation de notre Seigneur Jésus Christ 1074 … le chevalier Guillaume, surnommé Pantol …donna à St Evroult … la terre d’un vavasseur et deux gerbes de la dîme de sa propriété et de tous ses hommes du Mesnil Bacley et toute la dîme du moulin de Rouville … et les hôtes de l’aumône de St Germain d’Aubri (Aubri le Pantou) Sa sœur Helvis donna à St Pierre tous ses droits sur Aubri que le même Guillaume concéda alors …
(Ordéric Vital Livre V – Traduction Guizot Tome II p.411 – 412)

Quelques biographes font mention de deux seigneurs d’Ifs sur Laizon, Favières et Mesnil Bascley dont le nom de famille était Costard. Tous deux eurent de la réputation dans les lettres.
Frédéric Costard a publié la vie de Jacques de Thou.
Frédéric Eugène son fils né le 12 mars 1713 fut membre de l’Académie des belles lettres de Caen, il est l’auteur de poèmes et de dissertations

Le Mesnil Bascley appartenait au commencement du 18e siècle à la famille de la Ménardière d’où il passa dans celle d’Acher puis dans celle de Croisille de Bretteville.

La cure de Mesnil de Bascley fut occupée par l’Abbé Hébert homme instruit qui a laissé des notes historiques et chronologiques pour servir à l’histoire du diocèse de Sées. MS () déposé à la bibliothèque de Falaise où il était né en 1728. Elevé à la prêtrise en 1752 il mourut au commencement de ce siècle au château du Val Hébert, après avoir été vicaire général de l’Evêque constitutionnel Claude Fouchet.
Le Val Hébert est situé sur la commune de Mézières (canton de Bretteville sur Laize)
Les documents cités en italique ne sont plus dans le cahier repris 6 mars 2006.

En 1463, Montfaut assis à la taille à Mesnil Bascley, Jean de Neufville vivant noblement, mais Girard, fils dudit Jean dudit lieu Mesnil Bascley, fut maintenu par sentence des élus de Falaise confirmé par le Cour des Aides le 30 mai 1482.
Un de leurs descendants, Philippe de Neuville qualifié écuyer, sieur de Cares et de Mesnil Bascley, avocat au Grand Conseil, fils de Gabriel de Neuville et Madeleine Piquot de Magny, épousa Catherine de Waumesle, fille de Jean de Waumesle, écuyer, sieur de Survie et seigneur et patron de St Michel de Livet le 13 juin 1630.

Dans les montres de la noblesse de 1469 on trouve que Benest Houssaye se présenta et fut reçu pour lui Jehan Eschaillant, seigneur du Mesnil Haquelle, en abillement d’archier bon et suffisant.

Robert de Marguerie, écuyer, sieur de Mesnil Bascley fit un transport à Jacques le Lasseur, écuyer, sieur de la Coquardière, suivant un acte signé le 10 septembre 1657 entre Dame Marie de Colmesnil, veuve dudit le Lasseur, tutrice de ses enfants, et Charles et Jacques de Marguerie, écuyers, sieurs de Montpinçon, enfants de Robert et de Catherine Maillard, sa femme.
de gueules au chevron d’argent accompagné de 3 coqs d’or.
(de Courcelles tome III)

Le Rouil ou Rouy au Mesnil Bacley.

Recherche de 1666 :
Robert de Neuville, sieur du Mesnil Baclé, ancien noble.
Pierre de Neufville sieur de la Brasserie. Ancien noble.

PRIEURE DU VAL BOUTRY

Insinuations

Gros manoir d’une grande tournure, en bois, avec bases en pierre et moellons, où l’on voit des ouvertures en accolade fin XVe ou XVIe siècle.
Les parties supérieures paraissent plus récentes, tout au plus de la fin du XVIe siècle. Toit d’une dimension exagérée. Pas de sculptures, ni de caractères bien tranchés.
Entouré de fossés profonds remplis d’eau.
Non loin vers l’ouest, fontaine vénérée, objet d’un pèlerinage.
Vers l’ouest, en dehors de l’enceinte, petite chapelle en moellons, sans valeur monumentale, avec cependant vers le midi, deux jolies fenêtres du XIIe et XIIIe siècle, une cintrée, l’autre à lancette, fortement ébrasées à l’intérieur. Le nord sans ouverture. Chevet droit effondré par une porte de cave.
La partie occidentale a conservé sa destination religieuse. Voûte en merrain ; petit autel multicolore Louis XIV ou Louis XV, autant qu’on peut l’apprécier, vu par la fenêtre.

Sur le sommet du coteau au pied duquel est établi le Val Boutry, est un camp romain rectangulaire régulier, à moitié détruit, dont les fossés n’ont pas une profondeur considérable (Vu le 16 septembre 1869).

Claude Clément, prêtre chanoine de Lisieux prieur du Val Boutry et conseiller ecclésiastique au Parlement de Normandie, légua 300 livres aux pauvres enfermés. Il était mort avant 1662. (Archives de l’Hospice)

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE LE MESNIL MAUGER.

Election de Falaise, sergenterie de St Pierre sur Dive
102 feux

Patronage :
XVI et XVIIIe : abbas St Petri super Divam

Sous l’invocation de St Pierre

Curés :
de Launey 1764
Cosme 1774
Le Manissier 1782/1787

Capella de Val Bouteri
Invocation ; Notre Dame
Patronage : XIVe : abbas St Petri super Dyvam
Revenu : 20 livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *