SAINT MARTIN DES NOYERS




NOTES sur SAINT MARTIN DES NOYERS

réunion des communes de St-Martin-des-Noyers et de la Trinilé-du-Mesnil-Oury, réunies par ordonnance royale du 19 décembre 1831.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

St-Martin-des-Noyers, Sanctus Martinus de Nucibus.
Cette commune est formée par la réunion des communes de St-Martin-des-Noyers et de la Trinilé-du-Mesnil-Oury, réunies par ordonnance royale du 19 décembre 1831.
L’église de St-Martin-des-Noyers n’a pas été démolie. Elle offre un intérêt tout particulier pour l’archéologue; elle est construite en bois, sauf le portail, flanqué de deux contreforts à retraites et percé d’une porte ogivale qui paraît dater du XIIIe siècle. Les vantaux sont du XVIe, à panneaux plissés.
Le porche qui précède est plus ornementé qu’on ne le trouve ordinairement. Des anges, à longue robe, portant des instruments de musique, sont sculptés sur l’un des poteaux corniers (Notes de M. Ch. Vasseur).
La sablière du nord a reçu l’inscription suivante:
Ce fut fait l’an mil Dc et xx un par nos Michelle Noel et Jha Moley.
Les deux murs latéraux sont construits en bois, avec remplissage en argile, sauf un contrefort plat qui fait retour auprès du portail, et le patin, peu élevé au-dessus du sol, où l’on constate la disposition des pierres en arêtes de poisson.
Les fenêtres sont carrées.
Le choeur, plus large que la nef, appartient à la même construction et offre les mêmes caractères.
En présence d’un édifice rustique si peu caractérisé, il est permis d’hésiter avant de fixer une date. Lorsque, dit M. Ch. Vasseur, nous avons visité St-Martin-des-Noyers, en compagnie du docteur Billon, excellent juge en pareille matière, nous sommes tombés d’accord pour n’attribuer cette église qu’au XVIe siècle. Cependant le vocable, qui doit remonter jusqu’aux temps carlovingiens; l’usage, bien constaté par Grégoire de Tours et autres chroniqueurs des premiers siècles, de faire à cette époque les basiliques, comme les palais, tout en bois, peuvent donner lieu à réfléchir.
D’un autre côté, le patronage appartenait à l’abbaye de St-Pierre-sur-Dive, et l’on doit se demander si cette riche abbaye aurait pu élever, à la veille de la Renaissance, une si mesquine bâtisse pour une paroisse d’une certaine importance, puisque le revenu de la cure est estimé dans les pouillés anciens à 700 ce qui représente près de 2,000 fr. de nos jours.
Le maître-autel du choeur n’a pour retable qu’une peinture de décoration sans valeur. Le tabernacle est en forme
de pavillon hexagonal, avec dôme et colonnettes torses : type propre à la fin du XVIIe siècle, rencontré déjà bien souvent.
Les statuettes de l’entrecolonnement représentent le Sauveur, saint Martin et sainte Barbe.
Aux petits autels de la nef on a employé quelques panneaux à traceries flamboyantes. Les deux statues qui les ornent
datent aussi du moyen-âge.
Le clocher, en charpente, n’offre rien de particulier ; il contient une petite cloche de 58 centimètres de diamètre,
dont voici l’inscription :

LAN 1734 IAY ETE BENITE PAR Me NOËL LENOIR PRÊTRE CVRE DE ST
MARTIN ET NOMMEE LOVISE FRANÇOISE PAR Mre LOVIS IOVRIJAIN CHEVALIER
SGT F.T PATRON PRESENTATEVR DV PONTALERY HONORAIRE DE ST MARTIN
DES NOYER ET SEVL SEIGL POSSEDANT FIEF DANS LA DITTE PAROISSE SGt
DES NOBLES FIEF TERRE ET SGr DE ST MARTIN BANVILLIÈRE CASTILLON ET
AVTRES LIEVX ET DAMOISELLE FRANÇOISE RENEE FROVDIERE DE LA CONTRIE.

On voyait naguère à St-Martin un ancien manoir seigneurial du XVIe siècle, composé d’un corps-de-logis en bois et d’un pavillon, élevé en brique et pierre, offrant les caractères propres à l’architecture du temps des derniers Valois.
Ce manoir, dit de Mézerai ou de Saint-Martia, a été récemment remplacé par une jolie habitation moderne qu’a fait
construire le propriétaire actuel, M. le comte de Létourville.
La terre de St-Martin était, au XVIIe siècle, la propriété de Gabriel de Neufville, seigneur de Mazet, qui y résidait et y fit preuve d’ancienne noblesse dans la recherche de 1666. Passée par vente, dans la première moitié du siècle dernier, entre les mains des Jourdain, seigneurs de St-Martin et de Viette, cette terre a été de nouveau vendue par les héritiers, de celte famille, il y a environ trente ans; et après avoir été possédée par divers acquéreurs, elle est enfin échue à M. le comte de Létourville, par son mariage avec Melle d’Osmoy (Renseignements communiqués par M. le vicomte de Neuville ).
L’église de la TRINITÉ-DU-MESNIL-OURY a été rasée il y a trente ans. Le patronage en appartenait au seigneur qui, au siècle dernier, était un membre de la famille de Nonant.
D’après les recherches de M. le vicomte Louis de Neuville, une partie des terres du Mesnil-Oury était tenue en francaleu, circonstance très rare dans nos contrées.
La paroisse était comprise dans l’élection de Falaise.
Gabriel Le Loutrel, sieur de Haut-Mesnil, et Jean Totrel, sieur de Bocquencey, s’y présentèrent lors de la Recherche de
la noblesse en 1666; mais ils furent l’un et l’autre condamnés par de Marie.
La population actuelle de cette commune est de 104 habitants.
Au dernier siècle, la Trinité-du-Mesnil-Oury en comptait à elle seule 195.

2 – Pièces Justificatives:

Recherches de 1666
Gabriel de Neufville, sieur de Meret, ancien noble
Louis Costard issu de Louis anobli en 1652 et restabli en 1665
Guillaume Costard sieur de Ruvigny, même famille.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE :

Carnets de Charles Vasseur : « doyenné de Mesnil-Mauger » :
41 – SAINT MARTIN DES NOYERS
S. Martinus de Mucibus

Patronage :
XVIe et XVIIIe : Abbas St Petri super Divaù

Curés:
Le Noir 1764
Dumesnil 1766/1787

Insinuations:

Cette cure du doyenné de Mesnil Mauger archidiaconé d’Auge, était à la nomination de l’abbé de St Pierre sur Dive et d’un revenu de 700 livres.
Elle est actuellement réunie à St Michel de Livet

Description de la Cloche
L’an 1734 j’ai été bénite par Messire Le Noir prêtre curé de St Martin et nommée Louise Françoise par Messire Louis Jourdain, chevalier seigneur et patron présentateur du Pontallery, honoraire de St Martin des Noyers et seul seigneur possédant un fief dans ladite paroisse, seigneur des nobles fiefs terre et seigneur de St Martin, Banvillière Castillon et autres lieux et Damoiselle Françoise Renée Froudière de la Contrie.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *