SAINT DENIS de MAILLOC




NOTES sur SAINT-DENIS-de-MAILLOC

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome III, page 834.

CHAPPET Alain : Avec ceux de Lisieux et alentours tombés à la bataille d’Austerlitz. BSHL n°58, juin 2005. ( François Drouet )

Editions FLOHIC : Le Patrimoine des communes du Calvados page,1243.

PAUMIER Henri : Pour l’histoire du papier. Les moulins des papetiers du Pays d’Auge. Bulletin du Foyer rural du Billot, n°82, juin 2003.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
St-Denis-de-Mailloc., Sanctus Dionisius de Maillot, Sanctus Dionisius de Valle-Auribecci, St-Denis de Mailloc, St-Denis du Val-d’Orbec.
St-Denis est réuni, pour le culte à St-Julien de Mailloc.

Il dépendait aussi du doyenné d’Orbec. Le patronage appartenait au seigneur du lieu.
L’église est conservée avec soin par les habitants. Elle est assez petite. Le pignon de l’ouest, où s’ouvre le portail, date du XVIe siècle dans la partie inférieure. Le haut a été refait au XVIIIe. La porte est précédée d’un beau porche en charpente vigoureusement taillé, qui a les caractères de la fin du XVe siècle.
Les deux murs latéraux sont inégalement percés. Chacun est flanqué par deux contreforts placés aux extrémités, dont les profils accusent le XVe ou le XVIe siècle. Les murs sont romans, bien que les moellons dont ils se composent n’affectent pas d’une manière bien distincte l’opus spicalum. Les fenêtres datent en partie du XVIe siècle, en partie du XVIIIe.
Le clocher est assis sur le pignon oriental de la nef; il appartient au XVIe siècle : ses évents se composent d’une série de trilobes. Du reste, il n’offre rien de remarquable.
Le choeur est petit et sa construction doit remonter à l’époque romane, comme celle de la nef. Le chevet a été reconstruit, probablement au XVIe siècle. Les ouvertures sont encore plus modernes. Une petite sacristie cache en partie le mur septentrional,
L’intérieur est assez obscur. Le maître-autel, dans le style du règne de Louis XIV, se compose d’un entablement soutenu par six colonnes corinthiennes, avec une niche cylindrique au centre ; mais cet encadrement a dû renfermer autrefois un tableau. Cet autel, comme le reste du mobilier, a peu de valeur. Six belles torchères en bois tourné servent de chandeliers. La voûte du choeur est plâtrée ; les entraits en ont été coupés, ce qui a fait pousser les murs au vide et a occasionné une lézarde profonde dans le mur du chevet.
Au sous-faite sont sculptés trois blasons : le premier du chapitre de Lisieux, le second de France, et le troisième de gueules à trois maillets d’or, 2 et 1, qui est de Mailloc.
L’arc triomphal est à moulures prismatiques portées sur deux piliers semi-cylindriques.
Les deux petits autels de la nef, du XVIIe siècle, comme celui du choeur, sont sans intérêt artistique. L’autel du nord est dédié à la Vierge, selon l’usage constant : l’autel du sud a pour titulaire saint Hubert ; on trouve à côté un Tableau des Fondations de la Confrérie de St-Huhert, érigée de temps immémorial en l’église de St-Denis de Mailloc. Cette confrérie s’acquitte des mêmes devoirs que les Charités instituées dans la plupart des paroisses de l’évêché de Lisieux.
La base du clocher, comprise dans la clôture du choeur, qui n’a pas varié depuis la Révolution, a été disposée au centre en une sorte de dôme pour ne point cacher la pointe de l’arc triomphal. La voûte de la nef est en lambris; elle n’a point subi, comme celle du choeur, l’outrage d’un horrible plâtrage. La charpente, indépendante des murs, porte sur des poteaux très-forts posés sur le sol. Elle n’est aucunement ornementée, mais d’une conservation parfaite.
On retrouve dans le pavage quelques restes de carreaux émaillés, et sur les murs des traces de peinture à l’ocre rouge.
Plusieurs fenêtres possèdent encore quelques fragments de vitraux du XVIe siècle. Il faut mentionner une Vierge assise, ayant à ses pieds trois donateurs, deux hommes et une femme. Cette Vierge est charmante, peinte en grisaille avec les hachures les plus fines. Les draperies sont bien étudiées.
L’enfant Jésus, debout sur les genoux de sa mère, tend ses bras vers les trois personnages agenouillés à ses pieds. Ces donateurs n’ont point les costumes brillants de la noblesse, et il n’y aurait rien d’étonnant à ce que ce fussent des paysans du lieu. L’un est vêtu d’un sarrau bleu, semblable à la blouse portée encore de nos jours par les cultivateurs normands; le second est en brun. La femme porte le bonnet pyramidal Lexovien, qui vient de disparaître devant des modes parisiennes.
La cloche est ancienne, voici son inscription :
L’AN 1758 IAY ESTE BENIE PAR Mrs IAOQVES VALLEE PBRE CVRE DE
CE LIEV ET NOMMEE CLAVDE, PAR Mre ABRAHAM DARCOVRT DOYEN DE
LEGLISE METROPOLITAINE DE PARIS ABBE COMMENDATAIRE DE SIGNY ET DE
SAINT-TAVRIN DEVREUX ET PAR PVISSANTE DAME CLAVDE LIDIE DARCOVRT
MARQVISE DE MAILLOC DAME DV CHAMP DE BATAILLE ET AVTRES LIEVX.
(Voyez Épigraphie campanaire, par M. le docteur Billon.)

Cassini indique, à St-Denis-de-Mailloc, un château dont je n’ai pu découvrir le moindre vestige.
Le châtelain était tenu de faire 40 jours de garde à la porte d’Orbec, à Lisieux, en temps de guerre. On trouve comme possesseurs de ce fief: en 1447, Guillaume Fouquet, dont la fille et unique héritière épousa Gueroudin de Franqueville, sieur de Collandon ; en 1532, Charles de Mailloc qui, avec François de Fontenay, le seigneur du Mont-à-la-Vigne et d’autres gentilshommes, maltraita fort les bourgeois de Lisieux; en 1562, Jehan de Mailloc; enfin, en 1601, Hamon de Mailloc, l’un des plus turbulents gentilshommes auxquels le roi Henri IV ait eu affaire, et qui, comme son ancêtre, ne se fit pas faute de rançonner les habitants de Lisieux. Il épousa Madeleine de Melun, qui lui donna une fille, mariée le 18 octobre 1618 à Charles-François de Lyée, seigneur de Tonnancourt.
Deux autres fiefs avaient leur manoir sur le territoire de cette paroisse : la Masselinaye, appartenant au chapitre de Lisieux, et le Hameau-Chouque.
La paroisse de St-Denis-de-Mailloc dépendait de l’élection de Lisieux, sergenterie d’Orbec. Elle comptait 67 feux, environ 335 habitants. La population actuelle n’est plus que de 207.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives.

1343, 9 octobre (Saint-Denis) ( ??? )
Travaux faits au moulin de Neuville(sur-Touques) et au Sap, sur l’ordre du vicomte d’Orbec, par Jehan du Bois-Bernard, fermier de la ferme de Neuville et de la prévôté du Sap.
= B.N Fr. 25996, 177
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources… Le fonds français du département des manuscrits « , Suppl. Ann. de Norm, Octobre 1962, n° 175.

c. 1370
Sergenterie de Mouard (Moyaux ?)
Fierville, Le Fauq, Saint-Jean-de-Lyvet (Saint-Jean-de-Livet), Brévedent, Esparfontaines (Eparfontaines), Saint Ligier d’Ouillie (Saint-Léger-d’Ouilly), Fierfol (Firfol), Fumichon, Hermival, Saint Martin d’Ouillie, Asnières, Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, Saint Pierre, Saint Hippolyte de Canteloup, Saint Léger de Glatigny, Fontenelles, Fauguernon, Nouerolles (Norolles), Saint-Philbert-des-Champs, Escorcheville, Sainte-Croix de Cormeilles, Saint-Seveistre de Cormeilles, Mouard (Moyaux), Le Pin, L’Ostellerie (L’Hôtellerie), Saint-Martin-de-la-Lieue
= BN Fr. 26.010, N° 1087
+ IND. AD 76 16 F 7. Fonds de FRONDEVILLE.

1480, 12 juin – Courtonne-la-Meurdrac
Robert Gouscelin, de la paroisse de Glos, vend à Jehan Le Boctey, écuyer, 10 sols tournois de rente à prendre sur Colin Bouteiller, de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec..
= Arch. SHL. 9 FA. Fonds Et. Deville.

1524, 26 juillet – Courtonne-la-Meurdrac
Thomas Le Bouteiller, de Courtonne-la-Meurdrac, vend à Michel Desjardins, une pièce de terre labourable à Saint-Denis-du-Val-d’Orbec
= Arch. SHL. 9 FA. Fonds Et. Deville.

1532, 2 avril – Courtonne-la-Meurdrac
Me Christophe Le Boctey, prêtre, demeurant à Villers, fieffe à rente à Michel Desjardins, une pièce de terre à Saint-Denis-du-Val-d’Orbec
= Arch. SHL. 9 FA. Fonds Et. Deville. Parch.

1554, 30 novembre – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Michel Laillier et Pierre Delannay, tabellions, Laurent Forart, de la paroisse de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, vend à Denis Larcher, demeurant à Lisieux, une pièce ou portion de terre, d’une vergée ou environ, sise à Courtonne, moyennant 12 livres tournois. Témoins Jean Martel et Etienne Poullain.
= Arch. SHL. Parch. Analyse Et. Deville.

1554, 30 novembre – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Michel Laillier et Pierre Delannay, tabellions, Laurent Forart, de la paroisse de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, vend à Denis Larcher, demeurant à Lisieux, une pièce ou portion de terre, d’une vergée ou environ, sise à Courtonne, moyennant 12 livres tournois. Témoins Jean Martel et Etienne Poullain.
= Arch. SHL. Parch. Analyse Et. Deville. Archives SHL 1F346

1555 : 22 juin 1555
SHL : 1F254 : 22 juin 1555 : par devant Michel Laillier et Olivier Carrey, tabellions, Jehan Pasquet, Jehan Friart et Guillemette Boutiller femme du dit Pasquet avouent avoir reçu de Berthe veuve de Jean Boutiller et de Jean Boutiller leur fils la somme de 25 livres tournois pour divers héritages sis dans la paroisse de Saint Denis du Val d’Orbec.

1567, 4 mai – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Jehan Le Telier et Raoul Dumoulin, tabellions, Marguerite et Louise, dites Foyard, filles et héritières de feu Guillaume Foyard, de la paroisse de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, vendent à Fiacre Guilleboult, de la paroisse de Courtonne, une petite pièce de terre sise à Courtonne, moyennant 12 livres tournois. Témoins: Jehan Foyard, de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec et Adrien Delannay, de l’Hôtellerie.
= Arch. SHL. Parch. Analyse Et. Deville.

1568 24 juillet 1568 Courtonne la Meurdrac
Archives SHL : 1F424 : 24 juillet 1568 : Guillot Fréart de St Denis du Val d’Orbec vend à Jacob du Houlley une vergée de terre à Courtonne._

1568, 24 juillet – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Olivier Carrey et Jacques Cueillechien, tabellions à Lisieux, Guillot Fréart, de la paroisse de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, vend à Jacob du Houlley, procureur fiscal de la vicomté de Lisieux, une vergée de terre, à Courtonne, moyennant 40 sols tournois. Témoins: Guillot Noullin, broquetier de Lisieux, et Thomas Collet.
= Arch. SHL. Parch. Analyse Et. Deville.

1589, 3 mars – Courtonne-la-Meurdrac
Me Adrien Le Boctey, sieur de Grasmesnil, conseiller en l’Election de Pont-L’Evêque, y demeurant, reconnaît avoir reçu de Nicolas Desjardins, de Courtonne-la-Meurdrac, à l’acquit et décharge de Raulin Le Bouteiller, de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, le franchissement de 40 sols tournois de rente.
= Arch. SHL. 9 FA. Parch. Analyse Et. Deville.

1598, 31 mars – Courtonne-la-Meurdrac
Paulin, Pierre et Jacques Bouteiller, de Saint-Denis-de-Mailloc, vendent à Nicolas Desjardins, de Courtonne-la-Meurdrac, un écu sol. de rente.
= Arch. SHL. 9 FA. Parch. Fonds Et. Deville.

1598, 31 mai – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Jehan Le Telier et Nicolas Delannoy, tabellions au siège de L’Hôtellerie, Paulin, Pierre et Jacques Bouteiller, de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, s’engagent payer à Nicolas Desjardins, de Courtonne, la somme de 10 écus sol. pour une obligation passée entre eux. Témoins;: Martin Le Chien et Charles Alabarbe.
= Arch. SHL. Parch. Analyse Et. Deville.

1603 : 26 juillet.
Archives SHL : 1F278 : 26 juillet 1603 : Pierre Leboutelle de St Denis du Val d’Orbec baille en échange à Nicolas Desjardins de la paroisse de Courtonne la Meurdrac une rente et une pièce de terre.

1603, 26 juillet – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Jehan Le Telier et Nicolas Delaunnay, tabellions, Pierre Le Bouteiller, de la paroisse de saint-Denis-du-Val-d’Orbec, baille en échange à Nicolas Desjardins, de Courtonne-la-Meurdrac, une rente sur une pièce de terre. Led. Desjardins donne en contre-échange une pièce de terre contenant une acre, sise à Courtonne. Témoins: Jehan Guéroult, de Marolles et Jehan Masselin,, de Courtonne.
= Arch. SHL. Parch. Analyse Deville.

1604, 12 février – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Jehan Le Telier et Nicolas Delaunnay, tabellions, Pierre Le Bou-teiller, de la paroisse de saint-Denis-du-Val-d’Orbec, vend à Nicolas Desjardins, de Courtonne-la-Meurdrac, une pièce de terre en bruyère contenant une acre, sise à Courtonne. Témoins: Robert Fresnel et Colas Doynel, de Courtonne.
= Arch. SHL. Parch. Analyse Deville.

1626, 28 juin – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Jean Le Telier et Philippe Delannay, tabellions, Marin Loysel et Olive Le Licquerre, sa femme, de Courtonne, reconnaissent avoir vendu à Jacob du Houlley, sieur d’Anfernet, une pièce de terre en bruyères, moyennant 30 livres. Témoins: Jean Bouteiller, de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec et Sébastien Lignol, de Courtonne.
= Arch. SHL. Parch. 2 ff. Analyse Deville.

1647, samedi 6 avril.
Saisine et mise en la main du roi par Maistre Pierre (?) de Courthonne, Receveur des deniers du diocèse de Lisieux des plusieurs termes des deniers dus sur le bénéfice de Saint-Denis-de-Mailloc montant à la somme de hui quatre vingt quatre livres cinq sols neuf deniers. Sont cités Raulin Perier (?) et Pierre Le Licquerre
= SHL. 1 F. 5.6

1647, samedi 6 avril.
Saisine et mise en la main du roi par Maistre Pierre (?) de Courthonne, Receveur des deniers du diocèse de Lisieux des plusieurs termes des deniers dus sur le bénéfice de Saint-Denis-de-Mailloc montant à la somme de hui quatre vingt quatre livres cinq sols neuf deniers. Sont cités Raulin Perier (?) et Pierre Le Licquerre
=Archives : SHL. 1 F69

1670, 29 mai – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Jacques Lenepveu et Jean Legendre, tabellions au siège d’Orbec, furent présents Louis Chouart, prêtre, Pierre Chouart, écuyer, sieur de la Grasserie, son frère, maître François Lailler, prêtre, Jean Jumel, sieur de Lespine, ratifient une transaction faite entre eux pour terminer le procès pendant au Parlement de Rouen, entre Pierre Chouart, sieur de la Ransonnière et Me Thomas Boissel, prêtre, curé de Bienfaite, plaintifs, d’une part, et Me Louis Chouart, faisant fort pour Pierre Chouard, sieur de la Grasserie, son frère, et Me François Lailler, défenseurs, d’autre part.
Ledit sieur de la Ransonnière a vendu par ces présentes audit Louis et Pierre Chouard, tous les héritages sis aux paroisses de Courtonne-la-Meurdrac, Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, consistant en 25 acres de terre ou environ, masures, maisons, près, terres labourables, bois, taillis et pâturages, pour le pris de 6000 livres. Fait et passé à Orbec, le 29 mai 1670. Témoins Louis Daule, le jeune et Pierre Millecent, demeurant à Orbec.
= Arch. SHL. Parch. 6 ff. Analyse Et. Deville.

1672, 4 mai – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Nicolas Davy et Jean Boscher, tabellions, arrangement entre Pierre Chouart, sieur de la Ransonnière et Sébastien Morel, de la paroisse de Saint-Denis-du-Val-d’orbec, au sujet de paiement d’arrérages de rentes dues sur quatre pièces de terre.
Témoins: François Desvaux et Jean Blondel.
= Arch. SHL. Parch. 2 ff. Analyse Et. Deville.

1761-1847 – La Chapelle-Yvon, Saint-Denis–de-Mailloc. Papiers divers concernant les familles Cantrel et Cuillier, fabricants de frocs.
Voir Archives SHL Fonds 11FA

3 – Archives ShL.

9c – SAINT DENIS DE MAILLOC

Insinuations

Sous l’invocation de St Denis

Curés: Bautier 1764/1774
Laillier 1780/1787
Extrait des chartres de L’Echaudé d’Anisy : Henry de Mailloc, recteur de St Denis du Val d’Orbec, donne au Prieuré de Friardel 25 sols tournois de rente à prendre sur la vavassorerie des Rosselins dans le Val d’Orbec

Description de l’église 1859

Description de la cloche: l’an 1758 j’ai été bénie par Messire Jacques Vallée prêtre curé de ce lieu et nommée Claude par Messire Louis Abraham d’Arcourt doyen de l’église métropolitaine de Paris, abbé comandataire de Siny et St Taurin d’Evreux et par Puissante Dame Claude Lidie d’Arcourt marquise de Mailloc, Dame du Champ de Bataille et autres lieux.

En 1541 leva la fierté (?) François de Fontenay écuyer, seigneur de St Rémy, homme d’armes de la compagnie du Comte de Brienne, âgé de 29 ans demeurant à Fontaines les Rouges du comté de Falaise.
Il servait depuis l’âge de 16 ou 17 ans. On lui reprochait 41 méfaits. Plusieurs ont été commis de complicité avec le Sieur Charles de Mailloc dit St Denis, le seigneur du Mont de la Vigne, Jean de Mailloc, St Aubin etc.… « Lui et plusieurs gentilshommes de ses amis avaient battu d’épées les habitants de Lisieux et il y eut des blessés à bras et cuisses … et advint à raison de ce, grande émotion à ladite ville. Depuis, plusieurs fois ils épièrent sur les chemins les habitants de Lisieux qui allaient et venaient à leurs affaires et marchandises, et les battirent et outragèrent de plats d’épées et de bâtons de bois»
Le 21 mai 1610: Saint Denis de Mailloc de son autorité avec gens armés vient de se jeter dans la ville et château de Conches pour tenir garnison contre l’intention du Roy et les édits de pacification. Il en est arrivé un grand trouble et commotion dans la ville de Conches en sorte qu‘un des habitants a été tué.
17 décembre 1615 Un Saint Denis de Mailloc (celui dont Conches avait naguère vu les prouesses) de la Tour d’Exmes dont il s’était saisi et où il tenait fort, avec les troupes qu’il avait levées, faisait delà de fréquentes sorties, commettant de grands excès, extorsions, violences sur les pauvres habitants du pays.
En 1447 Guillaume Fouquet écuyer était seigneur de St Denis du Val d’Orbec
25 Mars 1532 Charles de Mailloc, seigneur de St Denis
6 août 1601 Messire Hamon de Mailloc, seigneur de St Denis, Monteilles et Mezeré épousa Madeleine de Melun d’où sortit une fille Madeleine de Mailloc mariée le 18 octobre 1618 à Charles François de Lyée seigneur de Tonnancourt.
Le Sieur de St Denis de Mailloc était tenu à 40 jours de garde à la porte d’Orbec à Lisieux en cas de guerre (aveu du 23 août 1551)

5 août 1590 Délibération des habitants de Lisieux accordant un subside de 150 écus pour aider le seigneur de St Denis de Mailloc, maître de camp, colonel de 20 compagnies françaises et gouverneur pour le Roy … en cette ville de Lisieux ayant fait son retour de Paris où il aurait été prisonnier de guerre.

Recherches de 1524: néant

Arrière ban de 1562: le hoir de feu Jehan de Mailloc, le jeune seigneur de St Denis du Val d’Orbec
Le fief du Hameau Chouque assis à Thiberville dépendait de celui de St Denis de Mailloc.
La Masselinaye fief appartenant aux chanoines de Lisieux était assis dans les paroisses de St Martin et St Denis du Val d’Orbec.
Lettre de Monsieur de Villeroy à Monsieur de Frosny
Monsieur, depuis vous avoir écrit mon autre lettre nous avons su que ce traître s’est noyé en la rivière de Marne auprès du bac de Fay, se voyant poursuivi du prévost des maréchaux. Il avait avec lui un espagnol qui a été pris et amené à Paris avec le corps de l’autre dont il est raisonnable de faire un exemple public, étant bien marri qu’il n’a été pris en vie. Aussi bien étant découvert il ne pouvait plus faire de mal au Roy et sa mort ainsi advenue apportera peu d’avantage et de consolation à ceux qui espéraient par sa prise faire voir clair en ses intelligences et l’innocence d’autrui. Le Roy m’a commandé aussi vous avertir que celui qui est en Flandres pour le servir nous a écrit que Saint Denis de Mailloc a envoyé s’offrir aux archiducs par l’adresse de Monsieur d’Aumale pour lui servir non seulement de sa personne mais encore avec lui nombre de gentilshommes qu’il promet y mener, afin que vous y fassiez prendre garde et employer l’autorité et créance qu’il sait que vous avez sur lui pour rompre ce dessein.
De Fontainebleau le 24 avril 1604 Signé de Neufville
(Mémoire de Sully)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *