SAINT EVROULT 61



NOTES sur SAINT EVROULT – 61
Saint-Evroult l’Abbaye ou Saint Evroult Notre Dame du Bois.

1 – Bibliographie :
2 – Références historiques :
3 – Carnets de Charles Vasseur :

1 : Bibliographie:

Archives départementales de l’Orne : Abbaye de Saint-Evroul: 553-937 (Cf. également t. II: 3340-3341) Abbaye de Saint-Evroult: 5370-5417 et 5570;

« Excursion dans la région de Vimoutiers », AAN, pp. 80-89, ill. (vase trouvé à Saint-Evroult, vue de l’abbaye)
Ticheville, Le Sap, Le Douet-Arthus, Saint-Evroult, église de Notre-Dame-du-Bois.

BOURGET dom Jean, « Histoire de l’abbaye royale du Bec par…traduite de l’anglais par M. Victor-Emmanuel Pillet », MSAN, XII, 1840-1841 (1841), pp. 366-404
Grandmesnil, Saint-Evroult,

CHRETIEN 1842, Légende: Saint Evroult et le diable jeté dans un four chaud – Sobriquet: Les Musards.

DEVILLE Etienne, Essai de Bibliographie de l’Ab¬baye de Saint-Evroult, Alençon, Imprimerie Alençon¬naise, 1912, p. 18

GERMAIN Dom M., Monasticon Gallicanum, éd. Peigné-Delacourt, Paris, 1871, t. 1, pl. 111

DU BOIS Louis, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Evroul d’Ouche dans Archives annuelles de la Normandie, t. II, 1826

DU BOIS Louis, Histoire de Lisieux, Lisieux, Durand, 1848, t. II, pp. 5-40

LAMOUROUX Jean-Marie, L’Abbaye de Saint-Evroult au XIe siècle in La Normandie Bénédictine au temps de Guillaume le Conquérant (XIe siècle), Lille, 1967, pp. 249-262

LUNEL Lise, L’abbaye Saint-Evroult Notre-Dame-du-Bois, Communication à la SHAO, 4 mai 1991, résumé dans BULL. SOC. HISTORIQUE ET ARCH. DE L’ORNE, CX, N° 1-2, Mars-Juin 1991, pp. 16-17

Orderic Vital et l’abbaye de Saint-Evroult. Notices et travaux publiés en l’honneur de l’historien normand, Alençon, 1912

ROSTAND André, « Quelques documents inédits concernant l’abbaye de Saint-Evroul conservés dans les papiers et les correspondances de Montfaucon », BULL. SOC. HISTORIQUE ET ARCH. DE L’ORNE, XXXII, 4e bulletin.

ROSTAND André, « L’œuvre architecturale des Bénédictions de la congrégation de Saint-Maur en Normandie (1616-1789) », BSAN, XLVII, 1939 (1940), pp. 130-134

VEUCLIN E., « Abbaye de Saint-Evroult », AAN, 1885, pp. 90-104

Bibliographie voir :
Lettre d’Arnoul, évêque de Lisieux à l’abbé de St Evroul p.104-228.
Antiquaires de Normandie V.320 – XVII p.182.
Bulletin Monumental 1861 p.425.
Mémoires des Antiquaires de Normandie Tome XXIII p.216 n°1232 ; IIe partie p.106/107
Delisle – Echiquier p.181 n°795 – p.99 note 2 – p.34 n°131 – p.100 n°396- p.146 n°659 – p.31 n°120 – p.99 n°2 – p.66 n°258.
Carrel – histoire de la Barbe p.20.
Annuaire Normand 1865 p.50.
Musée des Antiquaires de Caen p.94 n°505.
Bulletin des Antiquaires de Normandie 1860 p.235 – 1864 p.101 – Tome VI 1e fascicule p.53 art 65
Revue Normande – janvier 1830 Tome I p.114 ; janvier 1831 Tome I p.172.
Amplissima Collectio Tome I Col.255.
Bulletin monumental 1872 n°8 p.705 à 707
Lolybiblion juin 1873 2e partie p.187 art 3131.
Formeville II 20-22-34-42-69-211.
Archives Normandes I p.132 ; II p.5bis à 36.
Extraits de la Ste Historique de Lisieux 23
Catalogue de la Ste Historique de Lisieux 1872 p.17 n°18.
Archives de l’Orne – Abbaye de St Evroult de 1224 à 1780 – _ plans 32 liasses
Annales bénédictines de Mabillon.
St Evroult – Mabillon – Annales bénédictines Tome III p.307-694-506.
Charte de fondation de St Evroult – Baluze Tome 54 p.431.
Le Magasin pittoresque Tome XVIII
Louis Dubois a écrit une « Histoire de l’Abbaye Royale de St Evroul d’Ouche » dans les Archives annuelles de la Normandie, historiques, monumentale, littéraires et statistiques – Caen Mancel 1824-1826 2 volumes 8° tome II p.5 à 36
St Evroult – Bibliothèque de l’Ecole des Chartres
Remy Cellier – XXII p.237 – Orderic Vital – Histoire littéraire de la France Tome XII
Jean de St Evroult – Histoire de la France Tome XI.

2 – Références historiques :

1380
« Le compte de Jean de Wys pourrait faire supposer qu’au début du règne de Charles VI il y avait fusion complète au point de vue administratif entre les vicomtés de Pont-Authou et de Pont-Audemer. En réalité, rien n’est moins certain. La Bibliothèque Nationale possède en effet deux fragments de compte qui remontent l’un aux environs de l’année 1380 (Frnç. 26017, n° 68) et l’autre au mois d’août 1382 (Franç. 26019, n° 344) La distinction entre les deux vicomtés y est nettement établie. Dans le compte de 1382, le plus complet, qui s’intitule: Compte de l’aide ordonnée a estre levée sur les menus breuvaiges et les draps en Normandie, la vicomté de Pont-Authou se compose des sergenteries des arrières-fiefs de Moyaux, de l’exemption de Bernay, de saint-Evroult, des arrières-fiefs de Préaulx et de Montfort; dans la vicomté de Pont-Audemer sont rangées les sergenteries du Mesnil, de Préaulx et d’Epaignes. Le compte de 1380, complet pour la vicomté de Pont-Authou, est entièrement conforme au compte de 1382. On voit que l’un et l’autre présentent de notables différences avec le compte de Jean de Wys et les fragments des comptes de 1495-1496. Dans le même ordre d’idée, il convient de signales un mandement de Richard de Houdetot, bailli de Rouen, et de Gisors, adressé au vicomte u Pont-Authou et daté de Rouen, le 14 mars 1388 (n. st.). Le bailli fait remarquzer que le bailliage de Pont-Audemer, récemment enclavé dans celui de Rouen, en a été de nouveau séparé, et il ordonne au vicomte de ne plus rzenir à Montfort les plaids de la sergenterie de Romois et de la Londe, mais d’n reporter le siège au Bourachard, où il était fixé précédemment (B.N. Franç. 26022, n° 1158. Original).
= dans M. LE CACHEUX, Compte de la vicomté de Pont-Authou pour la rançon d’Olivier Du Guesclin dans Mélanges publiés par la Société de l’Histoire de Normandie, 6e série, 1906, pp. 307-330

Archives SHL : voir « Lieux M à Z »
39 – excursion association « Le Pays d’Auge » : Gacé, Cisay Saint Aubin, Saint Evroult.

Voir Fonds Boudard : 2FA44 à 2FA56 :
2FK44 : Abbaye de Saint Evroult : 1772-73 : prébendes, bénéfices de Notre Dame du Hamel.
(abbé de Gruel chanoine)
2FK45 : Abbaye de Saint Evroult : 1779 : lettres et comptes.
2FK46 : Abbaye de Saint Evroult : 1761-78 : mémoires et comptes de réparations de bâtiments dépendant de l’abbaye.
2FK47 : Abbaye de Saint Evroult : 1765 : lettres.
2FK48 : Abbaye de Saint Evroult : 1765 : procès au sujet de la dîme de Montreuil l’Argilé.
2FK49 : Abbaye de Saint Evroult : 1789 : comptes des années 1777 à 1779 entre Verger et Boudard.
2FK50 : Abbaye de Saint Evroult : mémoire pour la ferme de Saint Pierre de Boisregard dépendant de la baronnie du Hausey.
2FK51 : Abbaye de Saint Evroult : 1773 : forges de Saint Evroult.
2FK52 : Abbaye de Saint Evroult : Comptes de réparations du chœur de l’église de Montreuil l’Argilé.
2FK53 : Abbaye de Saint Evroult : 1776 : Chœur et granges de N.-D. du Hamel.
2FK54 : Abbaye de Saint Evroult : 1773 : réparation de la grange dimière de Touquette.
2FK55 : Abbaye de Saint Evroult : Réparation du chœur de Saint Martin d’O.
2FK56 : Abbaye de Saint Evroult : 1776 : comptes et reçus.
2FK44 : Abbaye de Saint Evroult : 1772-73 : prébendes, bénéfices de Notre Dame du Hamel. (abbé de Gruel chanoine)
2FK45 : Abbaye de Saint Evroult : 1779 : lettres et comptes.
2FK46 : Abbaye de Saint Evroult : 1761-78 : mémoires et comptes de réparations de bâtiments dépendant de l’abbaye.
2FK47 : Abbaye de Saint Evroult : 1765 : lettres.
2FK48 : Abbaye de Saint Evroult : 1765 : procès au sujet de la dîme de Montreuil l’Argilé.
2FK49 : Abbaye de Saint Evroult : 1789 : comptes des années 1777 à 1779 entre Verger et Boudard.
2FK50 : Abbaye de Saint Evroult : mémoire pour la ferme de Saint Pierre de Boisregard dépendant de la baronnie du Hausey.
2FK51 : Abbaye de Saint Evroult : 1773 : forges de Saint Evroult.
2FK52 : Abbaye de Saint Evroult : Comptes de réparations du chœur de l’église de Montreuil l’Argilé.
2FK53 : Abbaye de Saint Evroult : 1776 : Chœur et granges de N.-D. du Hamel.
2FK54 : Abbaye de Saint Evroult : 1773 : réparation de la grange dimière de Touquette.
2FK55 : Abbaye de Saint Evroult : Réparation du chœur de Saint Martin d’O.
2FK56 : Abbaye de Saint Evroult : 1776 : comptes et reçus.
2FK57 : Abbaye de Saint Evroult : Comptes rendus à Mgr l’Evêque de Rennes, abbé de St Evroult.
2FK58 : Abbaye de Saint Evroult : 1775 : factures, comptes et lettres.
2FK59 : 1774 : Abbaye de Saint Evroult : actes.
2FK60 : Abbaye de Saint Evroult : 1737, 1769, 1772 : Forêts.
2FK61 : Abbaye de Saint Evroult : 1765 : Revenus.
2FK62 : Abbaye de Saint Evroult : 1766 : Baux et lettres.
2FK63 : Abbaye de Saint Evroult : 1766-70 : procurations au receveur Boudard.
2FK64 : Abbaye de Saint Evroult : 1777 : ferme de Norrey.
2FK65 : 1774-75 : Abbaye de Saint Evroult : comptes présentés à Mgr l’Evêque de Rennes.
2FK66 : Abbaye de Saint Evroult : 1778 : notifications de gradués. (grades Université de Caen)
2FK67 : Abbaye de Saint Evroult : 1765 : comptes et baux.
2FK68 : Abbaye de Saint Evroult : 1767 à 74 : lettres et comptes de réparations.
2FK69 : Abbaye de Saint Evroult : 1765-69 : comptes et lettres (Hugresse, notaire et receveur de l’Abbaye)
2FK70 : Abbaye de Saint Evroult : 1765 : dixmes.
SHL. Fonds BOUDARD : ABBAYE de Saint Evroult.
2FK71 : Abbaye de Saint Evroult : 1777 : procédures
2FK72 : Abbaye de Saint Evroult : 1777 : réparations.
2FK73 : Abbaye de Saint Evroult : 1771 : fourneau, forge et fendrye de Saint Evroult.
2FK74 : Abbaye de Saint Evroult : 1764 à 66 : recette et dépenses arrêtées par Le Grand. Procès intenté à Hugresse pour faux en écritures.
2FK75 : Abbaye de Saint Evroult : 1769 : lettres de Cellier.
2FK76 : Abbaye de Saint Evroult : 1770 : état des réparations de Saint Evroult et dépendances.
2FK77 : Abbaye de Saint Evroult : 1765-78 : documents financiers.
2FK78 : Abbaye de Saint Evroult : 1764 à 70 : relations et différends entre l’abbé et les religieux.
2FK79 : Abbaye de Saint Evroult : étude sur les chartes de fondation et constitution d’aumônes.
2FK80 : Abbaye de Saint Evroult : 1774 : ferme du SAP.
2FK81 : Abbaye de Saint Evroult : Correspondances de 17765 à 1788.

3 – Carnets de Charles Vasseur : Doyenné de Montreuil

– 22 – Saint Evroult. (Saint Evroult l’Abbaye ou Saint Evroult-Notre Dame du Bois) 14 km à l’est de Gacé)

Insinuations

S. Ebrulfus – texte en latin

Notitia Galliarum texte en latin

St Evroult – Bourg de France, dans la forêt d’Ouche à 3 lieues de l’Aigle, 8 de Lisieux. Belle et riche abbaye de Bénédictins de la congrégation de St Maur, qu’un étang sépare de l’église de la paroisse qui est dédiée à Notre Dame. Elle fut fondée par St Evroult, son premier abbé. Son église bâtie en croix est grande et très claire. Elle a 16 piliers de chaque côté avec une galerie qui règne tout autour du chœur et de la nef. Cette église a 3 clochers. Le cloître, la sacristie, le chapitre, la salle des Conférences, le réfectoire et la bibliothèque sont des lieux dignes d’être vus. Il y a plusieurs grands ouvrages de menuiserie. (Thomas Corneille).

St Evroult fondé par St Evroult dans le pays d’Ouche sous le règne de Childebert, qui vient le visiter avec la reine. Il meurt en l’an 596.
Le monastère est pillé par les Normands et ensuite par les Français en l’an 946.
Il est rétabli par Guillaume Gyroie et ses neveux Hugues et Robert Grentemesnil en 1050
Suit une liste des abbés en latin

Abbés de St Evroult
01 – St Evroult, mort le 29 décembre 595 ou 596 âgé de 80 ans
02 – St Evremond
03 – Rogingaire 765
04 – Ascelin 946
05 – Ascelin II
06 – S. Thierry de Matouville – 1050/1058
07 – Robert Ie de Grentemesnil – 1059
08 – Osbern – 1063/1066
09 – Mainier – 1066/1089
10 – Serlon d’Orgères, gouverna pendant 2 ans
11 – Roger Ier du Sap – 1090/1126
12 – Guerin des Essarts – 1123/1137
13 – Richard Ie de Leicester – 1138/1140
14 – Ranulphe – 1140/1159
15 – Bernard déposé en 1159
16 – Robert II de Blangis – 1159/1177
17 – Radulphe Ie de Ste Colombe – 1178/1188 ou 1189
18 – Richard II mort en 1190
19 – Raginald déposé et mort en 1214
20 – Herbert mort en 1217
21 – Golfrid ou Geoffroy Ie mort en 1218
22 – Roger II de Salmouville mort en 1233
23 – Nicolas Ie – 1233/1247
24 – Richard III mort le 7 octobre 1269
25 – Nicolas II de Villers abdique en 1274.
26 – Guillaume Ie de Montpinçon – 1274/128…
27 – Goffroy II de Girouard abdique en 1303
28 – Thomas du Douet Artus mort en 1039
29 – Nicolas III de Pontchardon abdique en 1316
30 – Radukphe II de Grente 1316
31 – richard IV de Tiestelin mort en 1334.
32 – Nicolas IV Hebert de Morainville abdique en 1347
33 – Elie en 1353
34 – Jean Ie du Boisgencelin mort en 1366
Philippe le Breton mort en 1392
Guillaume II de Verdi, cardinal – 1392/1395
Robert III Le Tellier mort en 1408
Michel de Philippe – 1408/1439
Robert IV l’Apostale – 1439/1466
Guillaume III Seyllet – 1459/1466
Jacques de l’Espinasse – 1466/1484.

Commendataires :
Auger de Brie – 1477/1503
Félix Ie de Brie – 1503
Jean II le Veneur, cardinal évêque de Lisieux mort en 1543
Gabriel le Veneur, évêque d’Evreux 1546
Antoine Ie Ebrard de St Sulpice 1575
Louis Ie d’Este, cardinal mort en 1586
Antoine II de Roquelaure 1588/1595
François Ie Sacespée de Selincourt 1596/1615
Charles Ie Chaliveau de la Bretonnière 1615/1625
Nicolas V d’Aligre 1625/1636
Antoine III Barberini 1639/1671
Guillaume IV Cigou cardinal de Furstemberg 1671/1704
Félix II Cigou prince de Furstemberg renonce en 1689
François II Gobert, comte d’Apremont mort en 1704
Charles Ie Philippe Gobert 1705/1719
Charles II de St Albin 1721
Louis II Henri René des Nos mort en 1764
François III Bareau de Girac mort en 1769

Prieurs depuis la Réforme de 1628
Ambroise Louet 1628
Philibert Cotelle 1630
Joseph Taillandeau 1636
Maur Ragor 1642
Victor Maréchal 1648
Siméon de la Venne 1653
Marc Rivard 1661
Pierre Lhuillier 1664
Sébastien Chrestien 1666
Pierre Vieillechèse 1669
Joseph Aubrée 1675
Jean Baptiste Houssaye 1681
Charles François Rostaing 1684
Pierre Longigneur 1687
Guillaume Hue 1693
Jean Baptiste Jouault 1693
Philippe Rousseau 1699
Jean Baptiste Jouault 1702
Michel Briant 1705
Pierre Chevillard 1708
Jacques Yvrebert 1711
François Charles du Jardin 1711
Jacques de Proussac 1723
René Rigault 1726
Charles du Bosc 1729
Jacques Veytard 1733
Pierre Vallée 1736
Thimotée Vérel 1738
Etienne le Picard 1744
Benoît Gouget 1745
Augustin le Gault 1745
Gilbert de Ste Affrique 1749
Louis Barbe 1750
Jacques Delaunay 1755
Etienne Robbe 1755
Jacques Cassaux 1760
François Follin 1762
Thomas Pardessus 1764
Jean Baptiste Morène 1765
Placide de Leyris 1776
Pierre Aubin Joseph Henneton 1778
Ferdinand l’Evêque 1789 : dernier prieur.

Antoine Barberini, cardinal neveu du pape Urbain VIII, grand aumônier de France, abbé de St Evroult en 1655 : d’azur à 3 abeilles d’or (Etat de la France)
Portrait du cardinal Barberini dit le Cardinal Antoine (Archives curieuses de l’Histoire de France 2° série, tome VIII p.407-408)

Abbas S. Ebrulfi
Sous l’invocation de St Pierre
Blason : burelé d’or et d’azur : chargé d’escarboucles en fasce et des fleurs de lys d’or en pointe (Gallia Christiania de 1656)

Eglises à la collation de l’abbé de St Evroult au diocèse de Chartres
Maulia – le prieuré de Maule
Archidiaconé de Pincerais
Marchevilla – Marchainville
Mons Letentis – Moulicent
Malum-Stabulum – Malétable
Doyenné de Brézolles
(Cartulaire de S. Père de Chartres pouillé Passim)

St Evroult avait d’abord était fondée par les Grandmesnil à Norrey, canton de Couliboeuf près Falaise – voir Statistique Monumentale Tome II p.405, la citation qui est faite du récit d’Ordéric Vital.
Elle possédait un prieuré à Noron près Falaise, Orderic en a aussi raconté la fondation, fort curieuse -Voir Statistique Monumentale Tome II p.528
Il serait trop long d’énumérer les diverses donations faites aux moines d’Ouche dans tous les cantons de la Normandie, et par tous les seigneurs Normands. L’église de St Nicolas de Bauquencey leur fut donnée par Foulques de Bonneval, qui avait épousé Elisabeth, fille de Baudrie de Bauquencey, qui avait reçu cette terre en dot. Cette donation fut faite pour servir de dot au fils du donateur qui se fit moine à St Evroult. (Orderic Vital Tome II p.70).St Evroult fut réformée par la congrégation de St Maur en 1628.

Résumé de la vie de St Evroul et fondation de son monastère – Orderic Vital Livre VI Traduction Guizot Tome III p.4 et suivantes

Evroul sorti d’une très noble famille, naquit à Bayeux. Il fut élevé avec les plus grands soins et instruit de la foi catholique, et il ne tarda pas à surpasser en science ses propres maîtres. Clotaire ayant su ce qu’était Evroul et à quelle noblesse il appartenait, ordonna qu’on le lui présenta sans retard ; et bientôt préféré aux autres seigneurs, il obtint la première place dans le palais. Toutefois il s’occupait des affaires séculières de manière à ne jamais détourner son esprit de l’amour intérieur de Dieu. Comme c’était sur lui que reposait dans la maison de son père l’espérance d’obtenir de la postérité, il chercha une épouse digne de sa naissance. Il la trouva ; mais bientôt ne se bornant pas à vivre comme il l’avait fait d’abord, il vendit tous ses biens et donna aux pauvres tout ce qu’il pouvait avoir. Consacrant sous le voile sacré la femme qu’il avait épousée, pour avoir le nom de frère, il la remit au céleste époux et se retira lui-même au monastère des Deux-Jumeaux qu’il avait aidé à fonder et y prit la robe monacale. Mais se voyant honoré par ses frères à cause de sa sainteté et craignant d’être exposé aux malheurs de l’orgueil, il s’empressa de courir au fond d’un ermitage avec trois moines qu’il s’était attachés, pour ne se livrer désormais qu’à la contemplation de Dieu seul. Ils vinrent dans le territoire d’Exmes et se fixèrent à Mont-Fort, lieu agréable et tout couvert de forêts et de fontaines.
« Mais comme il y avait dans le voisinage deux châteaux, Exmes et Gacé, où beaucoup de personnes étaient appelées par des affaires judiciaires, les serviteurs de Dieu étaient souvent exposés à beaucoup de désagréments de la part de cette multitude de voyageurs. On raconte que ces place fortes existaient du temps de César, qu’elles lui résistèrent courageusement et que pendant plusieurs siècles elles furent la résidence de plusieurs princes » Il en résultait que le grand nombre de seigneurs et d’hommes du commun qu’Evroul avait connus autrefois, ne cessaient de le visiter. En conséquence les vénérables solitaires abandonnèrent ce lieu, où par la suite on bâtit en l’honneur de St Evroul une église qui subsiste encore.
Ils s’en furent dans la forêt d’Ouche, sombre repaire de brigands et de bêtes féroces. Là Dieu leur envoya un ange … « et guidés par lui ils arrivèrent à des fontaines très propres à servir de breuvage et qui se rassemblant peu à peu dans leur cours formaient un grand étang. » après avoir rendu à Dieu des actions de grâce ils construisirent une chaumière avec des rameaux et des feuillages et l’entourèrent d’une petite clôture semblable.
Pendant qu’ils tachaient d’acquérir à force de vigilance tout le mérité de l’homme intérieur, un des brigands qui habitaient la forêt se rendit auprès d’eux. Les discours d’Evroul lui firent quitter sa vie licencieuse et il fut le premier à faire dans ses lieux sa profession monastique. D’autres voleurs suivirent bientôt son exemple, et la renommée s’étendant à l’alentour, bientôt, à cause du grand nombre des survenants, la forêt perdit le nom de solitude. Un couvent en règles s’établit sous la direction d’Evroul.
Un jour qu’un pauvre demandait l’aumône à la porte, comme il n’y avait plus que la moitié d’un pain qu’on réservait aux enfants, le moine de service le refusa Le mendiant s’en fut ; mais Evroul fit courir après lui pour le lui donner, jusqu’à un stade du couvent. Cet homme enfonça son bâton dans la terre pour recevoir à deux mains ce qu’on lui donnait … « lors qu’il arracha de la terre son bâton, le porteur de l’aumône étant encore présent, soudain une fontaine abondante suivant la pointe du bâton, vint à jaillir, et n’a pas, jusqu’à ce jour, cessé de couler en bouillonnant. Il s’est opéré là de nombreuses guérisons de malades » qui viennent des pays lointains boire l’eau qui coule de la fontaine de St Evroul.
Peu à peu grâce aux bontés du seigneur les biens temporels d’Ouche commencèrent à s’accroître. Evroul y institua régulièrement 15 couvents. Lui-même fut le chef du monastère qu’il avait auparavant bâti et dans lequel il resta constamment pour le service de Dieu.
La réputation du Bienheureux Evroul se répandant au loin, le roi Childebert, désirant le voir, se rendit à Ouche avec sa femme et plusieurs personnes de sa cour Il y demeura trois jours et donna à St Evroul 99 métairies puis plein de satisfaction il retourna dans son palais.
Cependant une fois encore Evroul ne put résister à son amour pour la solitude, il quitta son monastère et se retira dans une crypte, placée sur les bords d’un ruisseau sous une montagne couverte de bois épais et éloignée du monastère d’une demi-lieue. Il y resta trois ans ; et n’en sortit que pour apaiser une sédition que le diable avait soufflée parmi ses moines. Le diable voyant venir le saint prit la figure humaine et s’enfuit. Evroul poursuivit Belial … »quand il fut parvenu au village que les habitants appellent maintenant Echaufour, Satan qui n’avait pas le pouvoir d’aller plus loin, fut forcé de s’arrêter. Alors le bienheureux Evroul l’aborda hardiment et le jeta dans un four tout chaud qui était disposé pour recevoir le pain et en ferma aussitôt le bouche avec l’étouffoir de fer que par hasard il trouva là. C’est depuis cet événement que ce lieu d’est appelé Echaufour. »
Il y avait 22 ans que le monastère était fondé quand la peste vint y faire des ravages. Dans cette occasion Evroul ne fit pas comme le mercenaire qui prend la fuite, il chercha à soulager ses frères. Il mourut 78 moines, la perte de domestiques ne fut pas moindre. Il vécut encore jusqu’à l’âge de 80 ans et mourut le 29 décembre l’an 12 du règne du roi Childebert. Il fut enseveli le 2 janvier dans un admirable tombeau de marbre au sein de l’église de St Pierre, que lui-même avait bâtie en pierre. Et il s’y opère jusqu’à ce jour beaucoup de miracles.
Dans les temps qui suivirent la mort d’Evroul les incursions des Danois et des Normands commencèrent ; les moines furent contraints, pour sauver leur vie, de quitter leurs monastères.
Les guerres avec les Français pendant la minorité du duc Richard, fils de Guillaume Longue Epée, furent funeste au monastère qui fut pille par Herluin le Chancelier et Raoul de Traci (chevaliers au service d’Hugues le Grand, duc d’Orléans et depuis roi de France) qui tirèrent de leurs mausolées les corps de St Evroul, St Evremont et St Ansbert, dont ils emportèrent les ossements dans du cuir de cerf avec d’autres saintes reliques. Les moines se dispersèrent. Un seul moine nommé Ascelin resta dans l’ermitage d’Ouche ; après sa mort Ouche redevint solitude, le lierre et les buissons envahirent les murs. Au bout de 50 ans un taureau fit découvrir ces ruines qu’on avait oubliées.
Un noble chevalier, nommé Guarson de Montfort, restaura à ses frais l’ancienne église de St Pierre en l’honneur de Marie toujours Vierge C’est vraisemblablement celle de Montfort.
« Dans ce temps là Guillaume, fils de Giroie, était seigneur de la Fontaine de St Evroul, dans la forêt, et de l’ancienne église de l’apôtre St Pierre sur la petite rivière de Charentonne » Il restaura ces ruines et l’an 1051 Thierri, moine de Jumièges, prit l’administration de l’abbaye d’Ouche.
Les moines ne purent recouvrer que des parcelles des reliques de leur patron.

Trois textes en latin

Lettre de sauvegarde pour l’abbaye de St Evroul – Philippe de Valois 1337 – (Ord des Rois de France Tome VI p.458)

Deux textes en latin

Odon Rigault
St Evroult
6 et 5 des kalendes de février 1249
32 moines presque tous prêtres
2700 livres de revenu – 700 livres de dettes et 16 livres de pensions (p.63)

17 des kalendes de février 1254
33 moines dont 18 prêtres
9 prieurés en dépendent,

7 des ides d’avril 1257
31 moines
2000 livres de revenu et
9 prieurés en France

3 des ides de janvier 1267
37 moines dont 25 prêtres.

Note sur Ordéric Vital moine d’Ouche en tête de ma traduction de son histoire ecclésiastique par M. Guizot, dans la collection des mémoires relatifs à l’Histoire de France ; Tome 25.26.27.28 de la collection.
Extraits
Ordéric était né le 15 février 1075 en Angleterre à Attingham sur les bords de la Severn ; là vivait son père Odélir, natif d’Orléans, mais qui au moment de la conquête avait suivi Roger de Montgommery, devenu comte de Shrestsbury et lui est resté arraché à titre de conseiller.
A 5 ans on l’envoya à l’école de Shrestsbury où il apprit à écrire, la grammaire et le chant d’église. Son père qui était clerc et prêtre étant devenu veuf, consacra son fils et lui-même à la vie religieuse, et pour arriver à la perfection, il se retira dans un monastère de la Grande Bretagne, et envoya son fils avec une dot de 30 marcs d’argent à l’abbaye d’Ouche.
Jean, sous-prieur du monastère, fut chargé de son éducation. Il était entré à l’abbaye en 1085, le 22 septembre 1086 il reçut la tonsure et changea son nom saxon d’Ordéric pour celui de Vital. Le 15 mars 1091 Guilbert Maminot, évêque de Lisieux lui conféra le sous-diaconat et deux ans après le 26 mars 1093, Serlon, abbé de St Evroult, devenu évêque de Sées, l’éleva au diaconat, il avait alors 18 ans. Ce fut seulement 15 ans après, le 21 décembre 1107, que Guillaume Bonne-Ame, archevêque de Rouen lui imposa le fardeau de la prêtrise.
Ordéric ne quitta son monastère que pour assister au chapitre général de l’Ordre de St Benoît, convoqué par l’abbé de Cluny, Pierre le Vénérable, et pour deux voyages, l’un à Worcester, l’autre à Cambrai, vraisemblablement pour se procurer des renseignements nécessaires à ses travaux, qui furent l’unique empli de sa vie.
Parvenu à sa 67e année, la 24e se son ministère de prêtre, il fut contraint par l’âge et la maladie de mettre un terme à ses veilles ; il est probable que sa mort suivit de près la cessation de son travail. C’est donc vers 1141 ou 1142 qu’il faut placer sa mort.
Son ouvrage ne comprenait d’abord que les 7 derniers livres où l’Histoire des Normands tient la principale place. Il y ajouta plus tard quatre livres 3.4.5 et 6 pour donner sur certains événements de plus amples détails et raconter le commencement et les progrès de l’abbaye d’Ouche. Enfin dans l’espoir de léguer à la postériorité une histoire universelle et complète de Jésus Christ jusqu’à son temps il écrivit les livres 1.2 qui sont de longs extraits des Evangiles, des Actes des Apôtres, des légendes etc. et qui se terminent par une nomenclature des évêques et des papes.
Alors Ordéric Vital crut son œuvre accomplie et lui donna le nom d’Histoire Ecclésiastique. « Aucun livre ne contient sur l’histoire des e et 2e siècle, sur l’état politique, civil et religieux de la société en Occident, sur les mœurs féodales, monastiques et populaires, tant et si précieux renseignements ». La traduction est l’œuvre de Monsieur Louis Du Bois de Lisieux.
Le manuscrit original qui appartenait à l’abbaye de St Evroult et que l’on croit écrit de la main de Ordéric lui-même se composait de 4 volumes d’un format in4° sur parchemin, dont on fit une copie aussi en 4 volumes au commencement du XVIe siècle, écrite par un moine de St Evroult ; mais quand les moines le firent relier au commencement du XVIIe siècle il n’en restait plus que :
Livre VII : 4 feuillets
Livres IX, X, XI, XII et XIII complets à l’exception des 4 à 5 derniers feuillets
En 1619 André du Chesne publia Ordéric Vital dans sa collection Historia Normannorum scriptorer antiqui p.319 à 926.
D. Martin Bouquet, dans sa collection des Historiens de France, a donné des extraits
des Livres 1.3.5.6 et 7 dans le tome IX p.10 à 18,
des Livres 1.3 et 7 dans le tome X p.234 à 236,
des livres 1.3.4.5.6 et 7 Tome XI p.221 à 248,
des Livres 1 et 4 Tome XII p.585 à 770
Voici les manuscrits existants de cette histoire à la Bibliothèque du Roi :
n° 5122 – manuscrit provenant de Bigot, dont se servit Duchesne,
n° 5123 – id provenant de Colbert 2 volumes,
n° 5124 – id provenant de Baluze 2 volumes contenant seulement les 5 premiers livres (tous in folio, sur papier du XVIe siècle),
n° 5506 – id sur parchemin, 2 volumes in°, fond Colbert ne renferme que les six premiers livres
n° 4861 – in4° manuscrit sur parchemin, fond Bigot contenant un fragment intitulé : fragmentum ex Orderic Vitalis historia libro tertio de novis monachorum cistercensim et aliorim illius seculi institutis – copie du XIIIe siècle.
A la bibliothèque de l’Ecole Centrale de l’Orne les fragments qui restent de l’Autographe,
A la bibliothèque de Rouen, 2 volumes provenant de St Ouen contenant les 7 derniers livres, commencement du XVIe siècle.
Monsieur Auguste Le Prevost vient de donner une édition du texte latin en 4 volumes in 8°.

On peut voir ce qu’Ordéric Vital dit de lui-même Livre V – Traduction de Guizot Tome II p.293

Ordéric Vital Livre III – Traduction Guizot Tome II p.12 et suivantes
Hugues de Grandmesnil et Robert, vivement zèles, firent vœu de construire un couvent aux dépens des biens qu’ils possédaient héréditairement non seulement pour leur propre salut mais aussi pour le salut des âmes de leurs prédécesseurs.
En conséquence, comme ils avaient résolu de placer cet établissement près de Grandmesnil dans leur terre de Norrei (Nuceretum) et que déjà ils faisaient commencer le travail, on rapporta à leur oncle Guillaume, fils de Giroie, qu’ils avaient entrepris la construction d’une couverture …
Guillaume Giroie aima toute sa vie l’église de Dieu, il honora beaucoup les moines, les clercs et les autres hommes voués à la religion. Il avait fait deux fois le voyage de Jérusalem pour visiter le sépulcre du Seigneur : la première fois lorsqu’il jouissait de la santé et du bonheur, la seconde après l’outrage que nous avons rapporté (Guillaume … Talvas… invita à ses noces Guillaume Giroie qui s’y rendit sans soupçonner aucune perfidie. Sans autre forme de procès, il lui fit crever les yeux et porta la cruauté jusqu’à lui faire enlever … les tendons des oreilles et les organes de la génération). Ce fut au retour de son second pèlerinage qu’il abandonna le siècle et qu’il se rendit au Bec pour y prendre l’habit monacal. Il fit pieusement don à cette abbaye de l’église de St Pierre d’Ouche.
L’abbaye du Bec en fit un prieuré et l’abbé Herluin y envoya Lanfranc avec trois autres moines.
Quelques temps après Guillaume de Giroie qui, comme nous l’avons dit, connaissait le vœu que ses neveux avaient fait de bâtir une abbaye, alla les trouver et leur dit : « Mes chers enfants je me réjouis grandement de ce que Dieu tout puissant a daigné inspirer à vos cœurs le désir de bâtir une maison en son nom. Vous voyez que ce lieu où vous avez commencé à bâtir n’est pas propres à être habité par des moines puisque l’eau y manque et que les bois en sont éloignés. Assurément sans ces deux objets, il ne peut y avoir de monastère. Si vous voulez écouter mes avis, je vous ferai connaître un lieu dans le pays d’Ouche, qui jadis fut habité par un saint abbé, par Evroul, l’ami de Dieu, qui y réunit un nombreux troupeau de moines, et de là, après avoir opéré beaucoup de miracles, passa heureusement dans le sein du Christ. C’est là qu’il faut rétablir son couvent qui fut détruit par les païens. Vous y trouverez une grande abondance d’eau. Je possède dans le voisinage une forêt à l’aide de laquelle je fournirai en suffisance tout ce qui peut être nécessaire à l’église. Venez, voyez cet emplacement, et s’il vous plaît, bâtissons-y ensemble une maison à Dieu ; réunissons-y des hommes fidèles qui intercèdent pour nous et donnons-leur de nos biens et de nos revenus légitimes, de quoi pouvoir toujours vaquer librement aux louanges de Dieu…
L’emplacement d’Ouche convint aux deux frères. Mais comme ce lieu avait été cédé à l’abbaye du Bec, et que quelques moines de ce couvent, ainsi que nous l’avons dit, y étaient établis, ils donnèrent en échange à l’abbé Herluin et aux moines du Bec une terre nommée Rousserie et par ce moyen affranchirent le local d’Ouche.
L’an 1050 de l’Incarnation du Sauveur le projet de rétablir le monastère d’Ouche étant arrêté, Guillaume et Robert, fils de Giroie, Hugues et Robert, fils de Robert de Grandmesnil, allèrent trouver Guillaume, duc de Normandie, lui firent part de leur volonté, et le prièrent de les seconder de son autorité prépondérante dans l’entreprise salutaire qu’ils tentaient … Ce fut avec un grand plaisir que le duc accueillit ce témoignage de leur bonne volonté et qu’il confirma la charte qui contenait les donations faites à St Evroul par ces seigneurs et la fit souscrire de Mauger, archevêque de Rouen et des évêques ses suffragants …
L’église d’Ouche s’élevait ainsi pour les mérites du saint père Evroul et croissait de toutes parts pour l’honneur de Dieu, grâce au zèle et aux travaux des Giroie (p.20).

Ordéric Vital Livre III – Traduction Guizot Tome II p.99-100.
Robert de Gacé, fils de Rodolphe qui était fils de l’archevêque Robert, mourut sans enfant ; le duc Guillaume, son cousin, réunit son héritage à son domaine. Alors il donna à Geoffroy le Mancel, frère du vicomte Hubert, la terre de Robert de Guitot qui était exilé à cause du meurtre du comte Gislebert/ C’est de ce Geoffroy que le seigneur Osbern, abbé de St Evroult, acheta les terres que l’on appelle le Douet Artus (Ductus Ertu), le Tronquet et le Mesnil-Rousselin…

Orderic Vital Livre III Traduction Guizot Tome II.
Voici quelles sont les propriétés que Robert, Hugues et Ernault, fils de Robert de Grandmesnil donnèrent à l’église d’Ouche pour le salut de leurs âmes :
… le bénéfice du prêtre Foulcoin, savoir l’église et la dîme de Grandmesnil et la dîme du moulin d’Olivet… en outre la terre que l’on appelle Noyer Menard … à Cirfontaine, du moutier et du tiers de la dîme avec les prémices et cinq jardins potagers…
Guillaume, fils de Giroie donna le moutier d’Echaufour, la dîme du droit de péage de cette terre avec la terre du prêtre Adelma et la dîme de toute la forêt d’Echaufour tant en argent qu’en porcs, et l’usage de la forêt pour toutes les choses nécessaires à la maison ; en outre tous les moutiers de son domaine dont un en l’honneur de St Georges se trouve à Montreuil ; deux à Verneuces, l’un en l’honneur de Ste Marie, l’autre en l’honneur de St Paul, deux au Sap, l’un en l’honneur de St Pierre et l’autre en l’honneur de St Martin … un autre à Roiville en l’honneur de St Léger … le moutier à Monney en l’honneur de Ste Marie … le moutier de Ternant et dans les Essarts un moutier en l’honneur de St Pierre ; un autre aux Augerons avec toute sa ferme et un autre au Bois-Hébert.

Itinéraire de Jean sans Peur – St Evroult 23-23 mars 1203.

Henri V supprime en Angleterre les prieurés appartenant à l’abbaye de St Evroult (Monasticon Anglicanum)

Il y a une rue St Evroult à Angers – Quel rapport peut-il y avoir avec le Saint Abbé d’Ouche ?

St Evroult – Les enceintes d’Angers par G. d’Espinay p.20.

St Evroult – Maury – Forêts de la Gaule p.293-294.

Mémoires de la Société des Antiquaires Tomer 23 p.216
7 février 1419 de Serment de fidélité (texte en latin).

Chapelle de St Michel du Val-Boutri près St Evroult, au-delà de la Charentonne, sur Notre Dame du Bois au diocèse d’Evreux.
Réunie à l’hôpital de Bernay par arrêt du Conseil privé du 24 janvier 1698 et lettres patentes de mars suivant (Lechaudé d’Anisy – Mémoires des Antiquaires de Normandie Tome XVIII p.167).

Doyenné de Montreuil – St Evroult – Eglise et Monastère
L’église de l’abbaye fut fondée vers 575 par St Evroult lui-même, et la dédicace en fut faite le 25 octobre 591 sous l’invocation de St Pierre, le prince des apôtres. Mais le saint fondateur n’avait pas vu achever son œuvre car il était mort le 29 décembre 587 âgé de plus 80 ans.
Il fut néanmoins enterré dans l’église sous un tombeau de marbre. Les incursions des Normands pendant les VIIIe et IXe siècle, chassèrent de leur retraite les moines de St Evroult comme ceux d’autres monastères ; et ils ne laissaient derrière eux que des ruines.
Ils revinrent cependant dans leur retraite, après la cession faite par Charles le Simple et la conversion de Rollon ; mais de nouveaux désastres les chassèrent une seconde fois.
Pendant la minorité du duc Richard, fils de Guillaume Longue Epée, le roi de France se mit en tête de recouvrer la province cédée par son prédécesseur à Rollon. Il en résulta une guerre longue et terrible.
Herluin le Chancelier et Raoul de Traci, chevaliers au service de Hugues le Grand qui fut depuis Roi de France, pillèrent affreusement le monastère, arrachèrent les corps des saints des tombeaux et les emportèrent. Ensuite St Evroult devint une solitude où le lierre et les buissons envahirent les murs.
Ce ne fut que 50 ans après que le hasard fit découvrir ces ruines que l’on avait oubliées. Un chevalier Guarzon de Montfort les restaura à ses frais. A son tour Guillaume Giroie, seigneur d’Eschaufour entreprit de leur rendre leur ancienne splendeur. Ces faits sont racontés avec beaucoup de détail par Ordéric Vital, presque contemporain.
Voici les divers fragments qui y ont rapport :
Vers 1125 la reine Mathilde se rendit à Ouche pour y faire ses dévotions. Elle fit les frais d’un réfectoire commun dont elle ordonna la construction en pierres et la division en trois pièces (Orderic Vital Livre VI traduction Guizot Tome III p.22)
L’église fut augmentée par l’abbé Richard Tiercelin en 1330 et par Robert le Tellier en 1396.
Dans son dernier état, elle ne comprenait pas moins de 278 pieds de long, 72 de large. Le chœur avait sous voûte 70 pieds d’élévation, la nef 76, la lanterne centrale du transept 100.
Le réfectoire avait lui 130 pieds de long, 38 de large et 56 de haut. Le cloître mesurait 442 pieds sur ces quatre faces. Le grand dortoir avait 196 pieds de long, 30 de large ; le petit dortoir qui comprenait deux étages mesurait 90 pieds sur 18.
On a trouvé à St Evroult un remarquable vase du XIIIe siècle. (Abécédaire Tome I p.366)

Orderic Vital Livre III traduction Guizot Tome II p.73-74.
… « Considérant que l’ancienne église qui avait été bâtie par St Evroult était trop petite et d’un travail grossier, l’abbé Robert se détermina la première année de son gouvernement à bâtir une grande et belle église en l’honneur de Marie, sainte mère de Dieu ; et il voulut qu’elle fut décorée de beaucoup d’autels en l’honneur des saints. Les reliques de plusieurs saints du temps de St Evroult avaient été déposés dans l’ancienne église ; mais par l’effet d’un grand laps de temps on ignorait leurs noms, leurs gestes et le lieu où ils étaient placés ; c’est qui porta Robert à comprendre tout le vieil édifice dans la nouvelle église qu’à cet effet il fit assez grande pour pouvoir ainsi contenir toujours honorablement les ossements ou les mausolées des bienheureux qu’elle recèle. La tempête des tribulations s’étant élevées, il fut forcé de suspendre son entreprise, qu’aucun de ses successeurs n’osa continuer dans la proportion, l’ordre et l’emplacement qu’il avait adoptés. »

Orderic Vital Livre III traduction Guizot Tome II p.120 et suivantes.

Mainier, abbé de St Evroul, successeur de l’abbé Osbern
Mainier commença la nouvelle église en l’honneur de Marie, mère du Seigneur, de l’apôtre St Pierre et du saint confesseur Evroul ; on y voit sept autels consacrés à la divine majesté, en l’honneur des saints. L’ancienne église qu’Evroul avait construite en l’honneur du prince des apôtres, dans le temps où le sceptre des Français fut aux mains de Chilpéric et de son neveu Childebert, avait été en grande partie détruite par le temps ; et elle ne suffisait plus à la réunion des moines qui s’augmentait journellement. Un édifice en pierre est un travail fort difficile à Ouche parce que la carrière de Merlerault, d’où on transporte la pierre de taille, en est éloignée de six milles. C’était donc pour les chefs de l’entreprise une très grande difficulté que de réunir les chevaux, les bœufs et les charrettes pour le transport de tant de pierres et d’autres matériaux nécessaires à un si grand ouvrage.
L’abbé dont il est question, pendant tout le temps de son gouvernement n’eut pas un moment de repos ; par sa constante sollicitude pour toutes choses il rendit beaucoup de services à ses subordonnés et à la postérité.
Avec l’aide de Dieu et avec les secours et les largesses de ses frères et de ses amis, il termina une église belle et vaste, propre à célébrer fort à l’aise le service de Dieu, un cloître, un chapitre, un dortoir et un réfectoire, une cuisine et un cellier, et les autres pièces nécessaires à l’usage des moines.
L’archevêque Lanfranc, assistant à la dédicace de l’église de Caen, douze ans après la guerre d’Angleterre, remit à l’abbé Mainier quarante quatre livres de monnaies anglaises et deux marcs d’or ; il lui envoya ensuite de Canterbery quarante livres sterlings par Roger du Sap, dont il connaissait la science et qui était son ami.
Ve fut avec ces dons que l’on éleva la tour et que l’on construisit le dortoir des moines. La Reine Mathilde donna une précieuse mitre et une chape pour le service de Dieu et cent livres rouennaises pour faire un réfectoire.
Guillaume de Ros, clerc de Bayeux, qui y jouissait d’un triple honneur (car il était chantre, doyen et archidiacre) donna quarante livres sterlings aux moines d’Ouche…
C’est ainsi qu’avec les dons de plusieurs personnes s’éleva la construction de la nouvelle église et que le travail commencé, tant de cet édifice que des autres bâtiments, se termina honorablement du temps du gouvernement de l’abbé Mainier. »

Orderic Vital Livre V traduction Guizot Tome II p.417.
Guillaume Pantol (ou Pantal) vécut longtemps … Il fit don de soixante marcs d’argent pour commencer la construction de la nouvelle église d’Ouche ; il entreprit ce bel ouvrage à la louange de Dieu mais la mort l’empêcha de la terminer. Ce doit être vers l’en 1112.

Orderic Viatl Livre X Traduction Guizot Tome IV p.50
… « et avec l’aide de Dieu la basilique d’Ouche fut dédiée le jour des ides de novembre 1099. Cet office fut célébré par trois évêques, car Gislebert, évêque de Lisieux, consacra le maître-autel en l’honneur de Sainte Marie, mère de Dieu, de St Pierre, prince des apôtres et du confesseur St Evroul ; Gislebert, évêque d’Evreux fit la consécration de l’autel du midi en l’honneur de tous les
apôtres et Serlon celle de l’autre autel en l’honneur de tous les martyrs.
Le jour suivant Serlon bénit le Crucifix et son autel, en l’honneur de St Sauveur et de St Gilles, confesseur Gislebert, évêque d’Evreux, en fit autant à l’autel de la messe du matin en l’honneur de tous les saints. Enfin le 17 des calendes de novembre (16 octobre) l’évêque d’Evreux sanctifia un autel vers le midi, en l’honneur de tous les confesseurs ; puis ayant terminé la célébration de la messe, il se rendit au chapitre et par de saintes exhortations, de pieuses prières et des bénédictions, fortifia les frères dans l’adoration de Dieu ; A la fin de la même année le 2 des calendes de Janvier (31 décembre) Serlon, évêque de Sées, dédia l’autel de la chapelle du nord en l’honneur de toutes les vierges.
Ainsi ces tris évêques dédièrent avec respect à des jours fixés, sept autels qui, à la louange de Dieu, furent, suivant l’usage ecclésiastique, consacrés aux ordres glorieux des bienheureux qui, dans une joie éternelle, entourent le Saint des Saints au royaume des cieux.
Plusieurs grands seigneurs de la Normandie assistèrent à cette dédicace…
… Alors … Robert de Grandmesnil fit don à Dieu de la Grande église de St Sanson à Mont Chauvet ».
Orderic Vital Livre V traduction Guizot Tome II p0393.
“Lors de l’Incarnation du Seigneur, 1099, Guillaume de Breteuil, fils de Guillaume fils d’Osbern, assista à la dédicace de l’église d’Ouche, et ajouta cent sous du revenu du cens de Glos, aussi cent sous qu’il avait auparavant donnés à St Evroul. Il déposa cette donation sur l’autel encore humide de la sainte consécration, en présence de trois évêques, de cinq abbés et de tout le peuple avec le clergé qui assistaient à la cérémonie ».

Orderic Vital Livre XII traduction Guisot Tom IV p.385/386.
“ A la mort de Serlon, le jeune Jean, fils de Hardouin et neveu de l’évêque de Lisieux, obtint l’évêché de Sées. Comme il était moins avancé en âge, il l’était moins aussi en érudition que son prédécesseur. Lors de l’Incarnation du Seigneur en 1124, il fut consacré après Pâques et par l’ordre de son oncle, il commença à célébrer les offices pontificaux dans l’évêché de Lisieux. En effet, il dédia le 4 des nones de mai (4 mai) l’église de St Aubin à Cisei et de là se rendit le même jour à Ouche. Ensuite le 3 des nones du même mois (5 mai), jour du lundi, il bénit le Crucifix neuf et dédia la chapelle et l’autel de Ste Marie Madeleine qu’Ernauld, noble et ancien cénobite, avait bâtie à ses frais et avec les largesses des fidèles ».

Plans topographiques – Abbayes I (W.390) Atlas Grand in folio
Eglise d’architecture rayonnante, toutes les fenêtres à deux meneaux. La nef a 7 travées avec bas-côtés de même style, contrefort, clochetons et arcs boutant. Elle était précédée de 2 tours semblables percées d’une fenêtre comme celle de la nef sur les 2 faces latérales, sauf qu’elle avait 3 meneaux contreforts à pinacles sur les angles. Etage du beffroi 2 fenêtres géminées 1 meneau rayonnant sur chaque face ; toit en double épi. Pignon précédé d’un porche de 3 travées dans sa largeur.
Tour centrale, partie supérieure semblable à St Pierre de Lisieux. En outre, 2 fenêtres ouvertes sur chaque face de chaque côté des triangles des toits, 1 meneau et une rose au dessus Transept de 2 travées semblables à la nef au pignon large baie qui embrasse toute la superficie ; 6 meneaux trasserie rayonnante. Le chœur semble se décompose en deux parties 4 travées comme la nef. La dernière et le pan coupé percés de fenêtres plus larges probablement d’époque postérieure, contreforts sur l’angle ; galerie autour du toit. La première partie seule a des bas côtés, de sorte que l’on ne pouvait faire le tour du sanctuaire. La sacristie également gothique s’appuyait sur le centre du bas-côté sud. L’église formait le côté sud de l’enceinte. Il n’y avait derrière que les jardins des religieux, clos de murs avec une tour ronde à leur angle nord-ouest.
Le cloître était accolé à la nef, du côté du midi et s’étendait dans toute sa largeur. Il paraît avoir été carré régulier ; 4 travées sur chaque face. Impossible d’en déterminer le style ; mais il était gothique. Au centre du préau était une fontaine jaillissante. Vers l’ouest il donnait accès au bâtiment de l’infirmerie qui paraît du Moyen-Age et au logement des hôtes. Vers l’est, il s’appuie sur le dortoir. Au midi s’étend dans toute la largeur, le réfectoire magnifique, bâtiment de 8 travées rayonnantes, fenêtres à 3 meneaux avec une belle chaire de lecture à 5 pans, vitrée formant tourelle avec pyramide et gâbles sur les fenêtres. La partie du dortoir qui fait saillie au-delà du réfectoire, doit être gothique ainsi que toute la léproserie qui fait retour vers l’est te comprend 6 travées.
Le pignon du réfectoire à l’ouest est percé d’une magnifique fenêtre dans le genre de Bon-Port.
La salle capitulaire est derrière le dortoir ; on devait y accéder par le transept de l’église. Elle était gothique deux fois aussi longue que large.
La grande porte était gothique ; 2 … ogives contreforts, chambre au dessus. Le logement du procureur à gauche, vers l’église même style. L’abbatiale qui formait l’angle vers l’ouest devait être aussi gothique.
Derrière le chevet de l’église s’étendant sur le bord des étangs qui occupent tout le côté est de l’ancienne infirmerie, en bois avec galeries extérieures.
L’enceinte, très vaste, était flanquée irrégulièrement de tours rondes.
Plan de l’église de St Evroult dressé par Bouet

Dimensions de St Evroult selon Louis Dubois et De la Sicotière dans l’Orne pittoresque
Communiqué par le Docteur Billon.

Reliquaire trouvé à St Evroult, département de l’Orne et autres objets de la même trouvaille – Ste des Antiquaires de Normandie – F. Galeron 1829/1830 pp.1112 n° p.321 et suivantes

Vases de St Evroult – Bulletin Monumental 1871 Tome 37 p.501.

Note sur un reliquaire et quelques débris anciens trouvés dans les ruines du monastère de St Evroult par M. François Galeron

Etat du bétail de l’abbaye de St Evroul 18 septembre 1274 – Delisle – Agriculture p.692)
Texte en latin

Delisle – Agriculture p.665 – texte en latin.

St Evroult
Recherche de 1666
Nicollas de Nollent, seigneur de Champeaux
Pierre de Nollent, sieur de Montfort son frère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *