SAINT OUEN le PIN




NOTES sur SAINT-OUEN-le-PIN – 14639
SAINT-OUEN-le-PEINGT, SAINT OUEN LE PAINGT.
Abbaye du Val-Richer.

Anciens fichiers : SOUENLPI.SPR et VALRICHE.SPR complétés.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Sources Manuscrites.
4 – Notes sur l’abbaye du VAL-RICHER à SAINT-OUEN-le-PEINGT.
5 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Almanach de Lisieux, 1869, p. 155

Amplissima collectio, t. I col. 1325, ex. ms. Colbertino – Anno 1254 confirmation de la donation de Robert d’Argences par Louis IX

AAN, 1864, p. 126; 1865, p. 48 ; 1868, p. 526

BILLON Jean-Baptiste-Benjamin, « Campanologie. Etude sur cloches et les sonneries françaises et étrangères », AAN, 1865, pp. 48-50; et t. à p.: Campanologie. Etude sur cloches et les sonneries françaises et étrangères par… avec une notice biographique, par Charles Vasseur, Caen, Blanc-Hardel, 1866. pp. 14-16.

BSAN, 1860, p. 102; 1861, pp. 322 sq.; 1er tr. 1866, p. 84

BONDELLE-SOUCHIER Anne, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale: répertoire des abbayes d’hommes. Préface de André Vernet, Paris, CNRS, 1991, XXXV-381 p., cartes h.t. et fac-similés (Documents, études et répertoires publiés par l’Institut de recherche et d’histoire des textes)
= Saint-André-en-Gouffern, Le Val-Richer.

BOUTHIER dom, Histoire du Val-Richer par… moine du lieu
à vérifier Histoire du Val-Richer, p. 59, 98, 187, 271

BUFFIER Père, La vie de M. l’abbé du Val-Richer, restaurateur de la discipliner régulière de ce monastère, Paris, Jean Boudot, 1696, in-12, 212 p. + table et 5 ff. prél.

CAUMONT Arcisse de, Statistique monumentale du Calvados réédition Floch, tome IV, page 155.
CAUMONT Arcisse de, (Sur les origines de l’abbaye du Val-Richer, cf. l’article Souleuvre) in Statistique monumentale du Calvados, t. III, Caen, Hardel, 1857, p. 194
CAUMONT Arcisse de, « De Caen à Bernay. Par monts et par vaux », AAN, 30, 1864, pp. Le Val-Richer, pp. 126-128 – de Witt

C. B., Guizot et le Val-Richer, Art de Basse-Normandie, Numéro spécial, N° 42 (1967) pp. 37-44

COTTIN Michel : Louis de Neuville et le Château de Saint Michel de Livet BSHL n°31 1991-1992

DETERVILLE Philippe, Richesse des châteaux du Pays d’Auge, Condé-sur-Noireau, Corlet, 1989, 25 x 33, 301 p.; pp. 237-241

DU BOIS Louis-François, Histoire de Lisieux, Lisieux, Durand, 1848, t. II, pp. 115-128

DUPONT Gustave, L’Abbaye du Val-Richer – Etude historique, Caen, Le Blanc-Hardel, 1860, In-8°, XVIII-286 p.
DUPONT Gustave, « Le château des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte par M. Léopold Delisle », AAN, 1868, p. 526 (lettres closes adressées au Val-Richer pour levées d’impôts)

Editions FLOHIC : Le Patrimoine des communes du Calvados page 539,

Extraits de la SHL, 14 – 33

ENGERAND Roland, En Pays d’Auge…. Au Val-Richer – François Guizot, ou la dictature du juste milieu, ouvrage orné de 44 gravures, Tours, Arrault, 1937, In-8, 182 p.

FIERVILLE Ch., Histoire généalogique de la maison et de la baronnie de Tournebu d’après les archives inédites de cette famille dans MSAN, t. XXVI, pp. 170-367
p. 190, 191, 193, 199, 201, 226,

Histoire du Val-Richer, p. 59, 98, 187, 271

FLOQUET, Histoire de l’Echiquier de Normandie, I, pp. 186 sq.

FORMEVILLE Henri de, Histoire de l’évêché-comté de Lisieux, I, dxxxvj; II, 68 – 90 – 122

Gallia christiana, XI, Instrumenta, col 81 XIV, et col. 94

GEORGE Dominique dans Biographie Universelle, t. 17, pp. 154-156

GRILLON Louis, Dom Louis Quinet (1596-1665), abbé de Barbery dans Constitutiones et Acta capitulorum strictoris observentiae ordinis cisterciencis (1624-1687). Editiones curavit Julius Donatus Leloczky, Rome, Editiones cistercienses, 1967. (Bibliotheca cisterciensis, 4), pp. 220-221
= Lettre de Dominique George à tous les monastères de la Réforme de Citeaux (6 avril 1684). Original conservé à la Bibliothèque municipale de Troyes, ms. 1796, f° 283.

HENRY Jacques, L’abbaye du Val-Richer jusqu’à la Révolution, Art de Basse-Normandie, Numéro spécial, N° 42 (1967) pp. 31-36

HERMANT Jean, Histoire du diocèse de Bayeux. Première partie, contenant l’histoire des évêques avec celle des saints, des doyens et des hommes illustres de l’église cathédrale ou du diocèse, Caen, Pierre-F. Doublet, 1705, In-4°, de 20 ff. prélim. et de 564 p.
= BM de Caen: DUPONT: « Manuscrit de la Bibliothèque municipale de Caen, en 3 vol. in-f° – Le 1er seul e été imprimé.- L’article relatif à l’abbaye du Val-Richer se trouve dans le second ». – LAVALLEY: « Notes mss. marginales. la 1ere partie seule a été imprimée. La suite fait partie des manuscrits de la Bibliothèque de Caen. Voir le n° 61 dans Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque municipale de Caen par G. Lavalley, et le n° 297 dans la 2e édition de ce Catalogue publié dans le Catalogue général des Manuscrits des Bibliothèques municipales de France. Départements, t. XIV.

LA VARENDE Jean de, Par monts et merveille de Normandie

LECHAUDE d’ANISY, Abbayes du Calvados dans MSAN, t. II, p. 186 – 575 – 576 et Atlas, sceau

LE COURT Henri, Abbaye du Val-Richer – Règlement d’une conférence ecclésiastique spirituelle et cléricale; establie en la campagne par messieurs les curés tant de l’exemption de Cambremer diocèse de Bayeux, sous l’autorité et avec la bénédiction de nos seigneurs les illustrissimes et révérendissimes prélats des diocèses susdits. Fait au manoir presbytéral de la paroisse Saint Ouen du Pré d’Auge le 14 Aust. 1650 – par le Très Révérend père Dom Dominique Georges Abbé Régulier de Notre. Dame du Val Richer de l’étroite observance de l’ordre de Citeaux & de sa propre main, lequel est décédé le 8 novembre 1693 en odeur de grande vertu et de sainteté, 1 vol. in-12, contenant 411 feuillets écrits, reliés en parchemin communiqué par M. Le Court le 5 octobre 1869 à la Société Historique de Lisieux – suit la composition du ms. notes très intéressantes 7 pages extraites de ce ms. sur la tenue des églises – mériteraient d’être publiées….!!!), BSHL, Nos 1 et 2, 1869, n° 36, pp. 34-35 et BSHL, 1872, p. 21, N° 45

LOIR abbé, « Epitaphe de Dom Dominique Georges communiquée par… » dans Catalogue des archives – Manuscrits, BSHL, n° 3, 1872, p. 15, n° 3

MABILLON, Annales Bénédictines, tome VI, p. 456

MAUPEAI, Vie de Rancé, t. I, pp. 494-506; 529-529.

MERCIER Pascal : Jean SCHLUMBERGER face à l’Histoire. (Le Val Richer, octobre 2004) 1 volume 16×24, éditions de l’Association Le Pays d’Auge2005.

« Notes pour servir à l’histoire de Lisieux au XVe siècle (concerne la maison de la Grande-Rue à Lisieux; requête à Th. Bazin) », BSHL, N° 5, pp. 44-45

MSAN, XXVCI, p. 190, 191, 103, 199, 201, 226,

MOISY (Henri),  » Notes pour servir à l’histoire de Lisieux au XV° siècle « , BSHLx, N° 5, 1874, pp. 1-53; Le Val-Richer : pp. 44-45

Normand 13 février 1869
Normand, 6 et 13 février 1869; 6 mars, 2O mars et 4 avril 1869

PANNIER Arthème : voir Archives SHL, NE12, 2e carton.

PENAULT Pierre-Jean, P.A., 9-1963
PENAULT Pierre-Jean, Du Val-Richer à la Roque-Baignard, Pont-L’Evêque, Ed. du Pays d’Auge.

PIEL Emile, Notice sur Guizot, Lisieux

PIEL abbé, Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien diocèse de Lisieux analysés pour servir à l’histoire du personnel de l’évêché, de la cathédrale, des collégiales, des abbayes et prieurés des paroisses et chapelles ainsi que de toutes les Familles notables de ce Diocèse, LISIEUX, Piel, 1895, 5 vol., in-4°, pl. h.t.; t. I, p. 16, 22, 72, 136, 264, 265, 385.

Dom ROUTHIER, Histoire du Val-Richer par D. ROUTHIER, moine du lieu

PIGEON Michel, « Où se situait l’abbaye de Souleuvre ? », Citeaux. Commentaires cisterciens, XXVIII, 1976, fasc. 3-4, pp. 286-289 – photocopie
PIGEON Michel, « L’esprit monastique de Dom Dominique Georges, abbé du Val-Richer (+ 1693) », Collectanea Cisterciensia, fasc. 2, 1994, pp. 200-214; et t. à p.
t. à p.

RAULT Fernand, « Les revenus de l’abbaye du Val-Richer à la veille de la Révolution », PAR, 19, N° 6, Juin 1969
RAULT Fernand, « Les derniers jours de l’abbaye du Val-Richer », PAR, 19, N° 7, Juillet 1969

Revue « Le Pays d’Auge », numéro spécial, Août-septembre 1987, M. GUIZOT et le VAL-RICHER.

RICHARD ROSSIGNOL Elisabeth : Vie Agreste au Val Richer, Bulletin du Foyer rural du Billot n°76, Décembre 2001

RIVIERE (de la) Roger : Trois siècles de procès (1387 à 1688) entre les moines du Val Richer et les seigneurs du Preydaulge. (archives SHL – Lieux M à Z – 41)

SIMON Georges-Abel, « Le mobilier de l’église abbatiale du Val-Richer », BSAN, XXXIV, 1919-1920, pp. 282-291
SIMON Georges-Abel, « La bibliothèque de l’abbaye du Val-Richer », BSAN, XLIII, (1935), pp. 317-324
SIMON Georges-Abel, « Dom Mabillon et l’abbaye du Val-Richer », BSAN, XLI, (1934), pp. 244-257

VUAGNEUX Henri, A travers le Pays d’Auge, Paris, Dentu, 1889, In-8°, 243 p.

VANEL Gabriel, L’abbaye du Val-Richer in La Normandie Monumentale et Pittoresque, Le Havre, Le Male et Cie.; réédit. Corlet, t. II, pp. 247-251

VASSEUR Charles, (notes conservées à la SHL) : 57 g 2 – 201 hi – 73 hh – B 133-167

« .. Déjà, avant 1155, Gislebert de Brucourt lui donnait sa terre de Fervaques. Le roi Henri II à son tour affranchit les biens de l’abbaye de tous droits et services séculiers. En 117O l’abbé Robert Ier acquérait des vignes à Airan et neuf ans plus tard, Arnoul, évêque de Lisieux, lui accordait franchise dans la ville et marché de Lisieux.

« … Tout ce que les annales du monastère nous en font connaître, c’est qu’elle fut consacrée par l’évêque de Bayeux, le 21 avril 1220, et dédiée à la Vierge sous le titre de sa Présentation. Pierre Ier gouvernait alors l’abbaye et c’est également sous son administration qu’on place la consécration d’une chapelle comprise dans l’enceinte du monastère, non loin de la grande porte d’entrée sous l’invocation de Saint Jean-Baptiste et de Saint Jacques. Elle était destinée aux femmes auxquelles les statuts de l’ordre interdisaient l’entrée de la grande église…. Au mois de mai 1248, Roger d’Argences don-nait tout ce qu’il possédait dans les paroisses Marolles, Courtonne et L’Hôtellerie… Après la mort de Jean Richier, un certain Jean de Mannoury, seigneur de Chaumont, prêtre cependant et chanoine de Lisieux, parvint par des intrigues de cour à se faire nommer commendataire… (résistance des moines…) Mais pourtant le grand coup était porté et la manse abbatiale fut désormais une proie que les commendataires se transférèrent et que tous les favoris des cours se disputèrent à l’envi. De ce nombre il faut compter Nicolas Le Roux, Conseiller en Parlement de Rouen qui permuta en 1548; Jean-Baptiste Jouvenel des Ursins….Une femme même eut part à ces faveurs peu coûteuses pour la cour et son nom mérite d’être conservé; elle se nommait Antoinette de Libec. Il faut croire cependant qu’un jour elle fut prise de honte, car elle fit cession en 1577 à Pierre Chouart, chanoine de Lisieux et de plus chapelain et aumônier de Catherine de Médicis, en même temps qu’il était précepteur du prince de Lorraine ».

2 -Pièces Justificatives:

1155 –
Arnoult, évêque de Lisieux confirme la donation faite par Gilbert de Brucourt (Bruelcourt) à l’abbaye du Val-Richer, d’une terre sise à Fervaques (Favarcae).

1179 – Lisieux / Val-Richer
Arnoult, évêque de Lisieux accorde aux moines du Val-Richer des franchises dans la ville et les marchés de sa ville.
= DU BOIS L. (1845), t.II, p.118, d’après Gallia Christiana, IX

1186 – Saint-Ouen-le-Pin
Alvared, abbé de Saint-Pierre-sur-Dives échange avec Robert, abbé du Val-Richer l’église de Saint-Ouen-le-Pin contre celle de Quatre-Puits et sa vavassorie.
= DU BOIS L. (1845), t.II, p.118, d’après Gallia Christiana.

1215
Dans une charte de 1215, (Jean de Tournebu confirme à l’abbaye les dons que lui ont faiy Nicolas de Puenc, Philippe de Musière et Nicolas d’Espins comme ils sont mentionnés dans leurs chartes spéciales »
+ IND.: FIERVILLE Ch., Histoire généalogique de la maison et de la baronnie de Tournebu d’après les archives inédites de cette famille dans MSAN, t. XXVI, p. 193
= Cartulaire de Tournebu, p. 69.

1254
« Anno 1254…  » (transcription de la confirmation par Louis IX de la donation de Robert d’Argences)
Arch. SHL. Ch. VASSEUR. – Dossiers bleus – Saint-Ouen-le-Peingt.

1267, 27 avril. – La Roque-Baignard
Fouques évêque de Lisieux donne aux chanoines de Lisieux et aux clercs de chœur, pour l’obit de son frère Nicolas Datin, chevalier, 10 livres (aux chanoines) et 100 sous tournois de rente (aux clercs du chœur) à prendre sur son moulin et ses hommes de la Roque-Baignard.

 » in redditibus nostre, molendini et hominum nostrorum de Roqua, prope Valle Richerii, que predicta acquisivimus et habuimus a Roberto de Roqua et petro ejus fratre (…) quas quindecim libras volumus et precipimus quod predicti canonici et clerici percipiant et habeant, singulis annis, in festo Exaltationis sancte Crucis, per manum prepositi seu furnarii ejusdem loci, qui pro tempore fuerit, volentes et concedentes quod, nisi dicto termino de dictis qundecim libris dictis canonicis et clericis fuerit plenarie satisfactum, quod (sic) ipsi possint in predictis locis, tam in hominibus, redditibus quam étiam molendino, plenariam suam justiciam exercere pro predictis quindecim libris, absque contradictione nostri vel antecessorum nostrorum.
= René-Norbert SAUVAGE, 1928, Cartulaire de Lisieux dans Etudes lexoviennes, IX. p.336-338

1312
p. 35
(14) Du moulin Gybellene qui soulloit estre compté oles dis cens et eschaiètes que Monsr Johan de Bruiecourt tient fe pour moitié….. xxj l. (Le moulin Gibelin se trouvait au Coudray-Rabut, au nord de Pont-L’Evêque. Cf. Strayer, p. 208.
La maison de Brucourt a possédé d’assez nombreux fiefs dans la Vicomté d’Auge. Sous Philippe-Auguste, Henri de Brucourt tenait deux fiefs à Brucourt, Asseville et Saint-Martin-le-Vieil et un fief au Torquêne, dans la Baronnie de Coquainvilliers. Hugues de Brucourt tenait un 1/7e de fief au Ham dans la baronnie de Beaufou. Jean de Brucourt tenait de l’évêque de Bayeux cinq fiefs à Crèvecoeur (MSAN, XV, p. 185, 186 et 188.).
En 1364, Robert de Brucourt, évêque d’Evreux, donna à l’abbaye du Val-Richer la terre de Rumesnil et cette donation fut ratifiée par Jean de Brucourt, frère aîné dudit évêque, ainsi que par Jeanne de Brucourt, femme de Gérard de Tournebu, seigneur d’Auvillars (G. Dupont, Histoire de l’abbaye du Val-Richer, p. 128, et Ch. Fierville, Histoire de la Maison de Tournebu dans MSAN, XXVI, p. 211).
Plus tard, le moulin Gibelin fut affermé par la famille noble du Mesnil qui le tint avec son fief noble du Coudray (A.N. P 19223, n° 46.535). En 1396, Pierre du Mesnil, écuyer, obtint du duc d’Orléans une modération de fermage (B.N. Mss. Coll. de Bastard, n° 272). Le 5 juillet 1443, Delle Guillemette d’Anfernet, veuve de Jean du Mesnil, écuyer, ayant la garde des enfants sous-âgés de feu Pierre du Mesnil, son fils, et de Jeanne Le Chambellan, femme de celui-ci, obtint du roi d’Angleterre une remise de quatre ans d’arrérages dus par eux sur la fiefferme du Moulin Gibelin, sis au Coudray, qui était des propres du Mesnil, et sur les près de Bonneville qui étaient des propres Le Chambellan (Voir l’art. 144 de ce compte) (A.N. P. 19142, nos 28.237 à 239). En 1461, le Moulin Gibelin est toujours aux du Mesnil et la rente est la même qu’en 1312.).
= Henri de FRONDEVILLE, Le Compte de Gautier du Bois, vicomte d’Auge pour la Saint-Michel 1312 in Mélanges publiés par la Société de l’Histoire de Normandie, 15e série, p. 35.

1444
Compte de Jean Le Muet
pp. 128-129 (10) – De rente achettée sur le tènement au seigneur de Tordoit par Henry du Buisson pro toto anno xxiij l.

p. 267 (367) – Aux moines de Farvaques, pour moictié à ce terme par quittance servant pour ix termes v s.
L’abbaye du Val-Richer (Vicomté d’Auge) possédait un fief qui s’étendait sur Fervaques et La Croupte. L’aveu de son temporel du 29 avril 1452 s’exprime ainsi: « Item nous tenons et pure et franche omosne noblement et franchement à court et usaige en basse justice ung fief ou membre de fief assis ès paroisses de la Croutte, Farvaques et illec ou environ en la vicomté d’Orbec auquel nous avons manoir, domaines, terres labourables et non labourables, pasturaiges et plusieurs fonds déritage avecques deux pièces de bois l’une nommée le bois de Sédouit et l’autre le bois de Mongnerie, lesquelles, se vendues estoient sont à tiers et danger du Roy nostre dit seigneur. Et en icelui fief ou p. 268 membre de fief avons prévost hommes, hommaiges, rentes, revenues et plusieurs devoirs de fiefs. Item nous prenons et avons droit de prendre par chacun an x sols sur la recepte de ladite vicomté dudit lieu d’Orbec (A.N. P., 305, Auge, f° 23 v°).
= EDIT.: Henri de FRONDEVILLE, Le Compte de la Vicomté d’Orbec pour la Saint-Michel 1444. Jean Le Muet, Vicomte et receveur dans Etudes lexoviennes, IV.

Colin Le Couturier, Alice, sa femme, veuve de Guillaume Vesdiee, et Jeanne, fille dudit Guillaume, vendent au prêtre et aux Lépreux un hébergement avec des maisons, des arbres, un clos entouré de fossé et d’autres clos adjacents, situés entre le chemin du Val-Richer et celui qui va de Bourguignole à Fariniêre.

Universis presentes litteras inspecturis, decanus Lexov. judex_ordinarius civitatis et banleuce Lexov., salutem in Domino._Noveritis quod in jure coram nobis personaliter constitutis,_Colinus dictus Le Coustour et Aelicia quondam relicta Guillermi_Vesdiee nunc uxor dicti Colini, cum auctoritate ipsi mariti sui_eidem prestita prout decet, et Johanna quondam filia dicti_Guillermi cum auctoritate dicti Colini curatoris sui sibi a nobis_dati facta primitus juris solennitate que super hoc a jure_requiritur confessare fuerunt et in ventate recognoverunt cum_auctoribus predictis pro se et suis heredibus quitasse et_perpetus dimississe presbytero et leprosis leprosarum Lexov._suisque successoribus, quoddam herbergamentum cum domibus et_arboribus quibuscumque in eodem excrescentibus una cum quodam_clauso et fossatis et aliis clausuris eidem adjacentibus, sicut_continentur in longum et latum, situm in parrochia Sancti_Desiderii Lexov., inter campum heredum Petri Torel ex uno latere_et campum heredum Olivarii Le Bollengier ex alio, et haboutat ad_queminum quod ducit apud Vallem Richerii ex uno capite et ad viam_per quam itur de Bourgaignoles ad Fabrarina ex alio, pro_sexaginta decem et novem solidis Turon. de quibus dictus Colinus_et ejus uxor predicta cum auctoritate ipsi pro rata sua de_predictis herbergamento clauso et aliis, et pro sexaginta decem_et septem solidis Turon. de quibus dicta Johanna cum auctoritate_predicta pro rata ipsum contingente de premissis se tenuerunt ab_eisdem presbytero et leprosis plenarie pro pagatis, tenendum,_habendum et jure hereditario possidendum de cetero eisdem_presbytero et leprosis eorumque successorum absque reclamatione_aliqua super premissis ab ipsis conjuconibus et Johanna suisque_heredibus de cetero facienda. Et juraverunt dicta uxor et Johanna_cum auctoritibus predictis tactis sacrosanctis evangelie, dicta_vidua uxor quod in premissis amodo nichil reclamabit seu_reclamari faciet per se vel per alium ratione dotis, dotalis,_donationis, propter nuptias aut alia ratione quacumque, dictaque_Johanna quod ratione minoris etatis vel alias contra quitationem_et dimissum premissorum per se vel per alium non veniet in_futurum, et quod ipsos presbyterum et leprosos non molestabunt_seu molestari facient coram aliquo judice ecclesiastico vel etiam_stla(ta)ri? occasione premissorum. Et nos ipsos uxorem et_Johannam cum auctoritibus predictis ad omnia premissa tenenda_penitus et implenda eisdem presbytero et leprosis suisque_successoribus et ad juramentum suum prestitus in premissum_observanda in hiis scriptis comdempnes in quorum omnium et_singulorum testimonium sigillum curie nostre una cum sigillis_ipsorum conjugum ac Johanne presentibus litteris duximus_apponendum. Actum anno Domini millesimo tricentesimo decimo_septimo die veneris ante hiemis festum Sancti Martini, qua die_nos ad requisitionem et supplicationem dicte Johanne dedimus_dictum Colinum quo ad premissum eidem Johanne curatorem facta_primitus juris solennitate que super hec regnum itur et ea die_dictus Colimus prestitit auctoritatem uxori sue predicte ad_premissa Actum ut supra.

Scellé de quatre sceaux disparus.
= AD. 14. Maladrerie, H suppl. III.B.1

1444
Compte de Jean Le Muet
pp. 128-129 (10) – De rente achettée sur le tènement au seigneur de Tordoit par Henry du Buisson pro toto anno xxiij l.

p. 267 (367) – Aux moines de Farvaques, pour moictié à ce terme par quittance servant pour ix termes v s.
L’abbaye du Val-Richer (Vicomté d’Auge) possédait un fief qui s’étendait sur Fervaques et La Croupte. L’aveu de son temporel du 29 avril 1452 s’exprime ainsi: « Item nous tenons et pure et franche omosne noblement et franchement à court et usaige en basse justice ung fief ou membre de fief assis ès paroisses de la Croutte, Farvaques et illec ou environ en la vicomté d’Orbec auquel nous avons manoir, domaines, terres labourables et non labourables, pasturaiges et plusieurs fonds déritage avecques deux pièces de bois l’une nommée le bois de Sédouit et l’autre le bois de Mongnerie, lesquelles, se vendues estoient sont à tiers et danger du Roy nostre dit seigneur. Et en icelui fief ou p. 268 membre de fief avons prévost hommes, hommaiges, rentes, revenues et plusieurs devoirs de fiefs. Item nous prenons et avons droit de prendre par chacun an x sols sur la recepte de ladite vicomté dudit lieu d’Orbec (A.N. P., 305, Auge, f° 23 v°).
= EDIT.: Henri de FRONDEVILLE, Le Compte de la Vicomté d’Orbec pour la Saint-Michel 1444. Jean Le Muet, Vicomte et receveur dans Etudes lexoviennes, IV.

1444-1452 – Fervaques, La Croupte, Le Val-Richer
p. 217 (294) – Des amendes et explois du verdier d’Orbec et des Moutiers-Hubert, taxées à ce présent terme Saint Michiel par Jehan des Planches, lieutenant de GJehan Puillois, verdier desdits lieux, comme par le rolle cy rendu appert lxxvij s. t.
(Au XVe siècle les recettes de l’administration des eaux et forêts étaient prises en compte par les vicomtes receveurs suivant des états qui devaient être remis par les verdiers cinq semaines avant chacun des termes de Pâques et de la Saint->Michel. Tout le fonctionnement de l’exploitation et de la surveillance des forêts à la fin du Moyen Age est décrit dans l’étude de S. Beck, L’administration des forêts dans le domaine royal en France au XIVe et au XVe siècles (Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, année 1922).
Il y avait deux verderies dans la sergenterie d’Orbec, l’une pour le massif boisé de Meulles et des Moutiers-Hubert, et l’autre pour celui qui s’étendait au Nord-Ouest d’Orbec. ces forêts ont eu tantôt deux verdiers différents, tantôt un seul verdier. Au dénombrement du Comté de Beaumont en 1320, les bois d’Orbec sont évalués à 209 livres de revenu annuel et ceux des Moutiers-Hubert à 120 livres, non compris les amendes et exploits estimés à 100 sols par an pour les premiers et à 50 sols pour les seconds. En 1335, Pierre de Gascourt était verdier des Moustiers-Hubert et Hennequin de Holingres, verdier d’Orbec; leurs appointements étaient de 2 sols par jour plus 100 sols par an pour la robe (L. Delisle, Actes normands de la Chambre des Comptes, p. 121). En 1379, le verdier des Moutiers-Hubert, Jehan Le Boulenger, et celui d’Orbec, Pierre de La Rue, ayant pris le parti du roi de Navarre, leurs offices leur furent enlevés et le roi Charles V les donna tous deux à son sommelier, Jean Vaillant (L. Delisle, Mndements de Charles V, n° 1831). Pierre de Paissy, chevalier lui succéda en 1384 (Caen, Coll. Mancel, n° 1, 104). Pendant le XVe siècle, les verdiers dont les noms nous sont parvenus, furent: Raoul Mellin (B.N. F. fr. 26.041, n° 5.172, avril 1417), Colin Raison (Coll. Bréquigny, n° 1.009, Lettres de provision du 7 août 1421), Pierre de la Mondière, (Coll. Bréquigny, n° 1.085, Lettres de provision du 23 février 1422.- En fonctions le 2 janvier 1426: Arch. du Calvados. Coll. Danquin, n° 251), Jean Puillois (en fonctions au moins de 1444 à 1447) (B.N. F. fr, 26.077, n° 5.867, 22 décembre 1447 et P. O 2.138, Oldhalle, 20 juin 1445). Les gages de Jean Puillois sont les mêmes que ceux des verdiers de 1335.
Il existe encore des comptes des verdiers d’Orbec: Pâques 1397, B.N., F. fr, 26.022, n° 1.012. – Pâques 1408, B.N. F. fr. 26.036, n° 4.083. – Amendes de la verdeerie d’Orbec: Pâques 1384. Bibl. de Caen, Coll. Mancel, n° 1, pièce 104). Pâques 1417 (B.N. F. fr. 26.042, n° 5.172).
Jehan Puillois avait été clerc tabellion à Orbec au moins de 1409 à 1416 (B.N. P. O. 2.465, Le Renvoisié; P.O. 339, Bienfaite, et A.N., P. 308, aveu du fief du Vivier). Il possédait en 1448 le fief de la Fosse, voisin de celui de Gouvisq à Marolles (B.N. P.O. 1380, Gouvis). En compensation de la perte qu’il avait subie à cause de la démolition de maisons lui appartenant à Conches et à Orbec, maisons qu’il avait dû raser pour établir des fortifications, Jean Puillois obtint en octobre 1449 de fieffer la sergenterie d’Orbec au prix de 20 livres par an. Il fut mis en possession de son office le 17 novembre (A.N., P. 19151, nos 30.732 et 30.733).
Jehan des Planches était tabellion à Vimoutiers (cf. l’art. 262). On trouve en 1455 un lieutenant du bailli d’Evreux en la vicomté d’Orbec, du même nom (A.N., P. 308, Aveu de La Lande).
= cité par Henri de FRONDEVILLE, Le compte de la vicomté d’Orbec pour la Saint-Michel 1444. Jehan Le Muet, vicomte et Receveur dans Etudes lexoviennes, IV, 1936, pp. 267-268

1469, 9 juin
Dom Pierre Le Maignen, bailli de l’abbaye du Val-Richer, fieffe à Colin Huet, de Corbon, une demie acre à Notre-Dame-d’Estrée joignant le chemin allant « au vieu des vallos », moyennant rente annuelle de 20s. une géline et demie, 10 œufs et 1 denier.
Acte de Guillaume Lambert, vicomte d’Auge, passé devant Jean Thorel et Jean Faroult, tabellions (signé Thorel et Lemonnier)
= Bibl. mun. de Rouen. p. 165, n° 6.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVI, 3-4, p. 219, n° 680

1473 – Le Pré-d’Auge
Cest le Roulle du Fouage de la paroisse du Pré-d’Auge eschue au terme Saint Jehan mil iiiicc lxxiij

Robin Lescornard Collecteur
Robin du Boscaige  »
Laurent Le Roy
Guill. Lecloustel
Masson daubin
phill tropelin
colin le bourquin
Raoul Lebourquin
Colin Le Marnier
Laurens Le Routier
Jehan paynel
Jehan huard
Jehan Le Marnier
guill. Campion
Jehan Le Heribel
Jehan Levesque
denis hesbert
jehan Labbey
Jehan corquetot (?)
yauchim Varier
jehan brusse (?)
Guillot Le Roy
Jehan Huchon
Jehan renoulin
Loys Lebarbier
Jehan Brusse
Jehan Guillar
Pierre Tropelin
Jehan Levesque
Guill. Regnault
Estienne Satis
Jehan de Riviere
Robin Hermine
Rene (?) Sevestre (ou Raul)
Michel Lemoigne
Notin (?) Painel
Mychault Levesque
Colin du Boscaige
Jehan Paynel
(incomplet)

Cest les non payant

Guill. Campion prévost du sr. de l’Espée
Jehan Lesuffleur prévost du Valricher
Jehan… dict le Brument osmone dud. Valricher
Jehan Lesuffleur osmone dud. lieu
Pierre Vatier….c pauvre
= Bib. nat. Ms. franç. 25916, f° 201

1493, 18 août
Bail fait par Richard de Saint-Gervais et Pierre Le Maignen, prieur et sous-prieur de l’abbaye du Val-Richer, à Jean Philipes, natif de « Criseveulle » (Cresseveuille).
Acte passé devant Jean et Louis Thorel, tabellions à Cambremer.
= Bibl. mun. de Rouen. p 165, n° 6
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 50, n° 873

1529, samedi 29 mai – Le Pré-d’Auge, Meulles
Noble homme Claude Le Louveulx, seigneur de La Lozière et de Soussay et maistre Guillaume Le Louveulx, seigneur de Formentin, vendent à noble homme Robert de La Rivière, seigneur du Pré-d’Auge, le fief, terre et seigneurie de l’Epée, sise au Pré-d’Auge et paroisses de Manerbe, Saint-Désir, La Boissière et Saint-Ouen-le Pain, moyennant 1300 livres ts. en principal, et dix écus d’or de vin. Passé à Lisieux, en l’Hostellerie du Beuf. Le même jour, les frère Le Louveulx achètent le fief de Lyvet, à Meulles.
= Arch. SHL. 9F. Deville. B. Copie dossier Achats de fiefs.

1571, Samedi 5 mai – Le Pré-d’Auge

Fut présent Jehan LOGRES, fils Andrieu, thuilier demeurant en la thuillerye de Val-Richer, lequel vend et promet fournyr, rendre et livrer, dessécher sur le four de lad. thuillerye dedans la Saint-Michel prochain venant à honneste homme Me Charles Levesque de la paroisse de Manerbe, présent achapteur pour et en nom de noble homme Joachim Gosselin, seigneur de Martigny et de Manerbe, duquel il est recepveur fermyer ne lad. seigneurie de MANERBE, le nombre de vingt milliers de thuille fournir bonne marchandise et loïalle, assavoir dix huit milliers du grand moulle et deux milliers du petit moulle; lesquels deux milles seront plombés par les boutz, moictié de vert, et aultre moitié de rouge, selon le poultrt et devys par led. seigneur faict faire et baillé aud. Logres. Ceste vente faite dud. nombre de vingt milliers de thuille, par le prix et somme de cent livres tournois, sur quoy par forme davance, led. Logres confesse avoir eu et receu dud. Levesque vint livres tournois, dont il s’est tenu et tient pour et a bien content. Et l’outreplus et reste montant) quatre vingtz livres tournois, icelluy Levesque gaige et promect paier aud. Logres ainsy que lad. livrée de thuille se faira, qui sera prinse et levée par led. Levesque ainsy qu’il sera advertypar icelluy Logres, de la cuisson d’icelle. Et pour ce que icelluy Logres disoit lad. thuille estre pour couvrir la maison naguère faict édiffier par led. seigneur en sad. seigneurie de Manerbe. S’il esconvenoit mpoins de thuille à lad. couverture, led. vendeur demeurera deschargé de l’exedent; et par le moïen de lad. vente et sans augmentation de prix, le vendeur promect bailler, fournir et livrer, oultre la fourniture de lad. thuille, tous les festiers et cormiers qu’il esconviendra pour lad. couverture de maison faire. Et a ce tenir, en obligèrent tous leurs biens et héritages présens et à venir. Passé à Lisieux, à l’escriptoire, présent Jacques Morin, fils Robert, d’Ouilly-le-Vicomte et hamon Le Roullier de Coquainvillier, tesmoings
Carrey.
= Arch. SHL. 9F Deville. B. 3 Dossier Manerbe.

1578 – An II –
Familles Sevestre, à Caen, La Caine, Hotot-les-Bagues, Lisieux, Pierrefitte-en-Auge, Le Pré-d’Auge, Saint-Ouen-le-Pin, Tournay-sur-Odon; Alençon, Orne),
= AD 2E 889 (103 p.)

1580, 24 janvier – Formentin
Accord entre Me Jean Lambert, curé de Formentin et Me François Chouart, prêtre, chanoine, prébendé de Formentin, représenté par son neveu Pierre Chouart, prêtre, chanoine de Lisieux, abbé du Val-Richer, au sujet de la perception des dîmes de Formentin.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Dossier Chanoines.

1582, vendredi 30 novembre – Formentin
Accord entre frère Julien Laisné, licencié en théologie, curé de Formentin, et vénérable et discrète personne Me François Chouart, prêtre, chanoine prébendé de la prébende de Formentin en la cathédrale de Lisieux représenté par son oncle Pierre Chouart, prêtre, chanoine de Lisieux, abbé du Val-Richer, devant l’official de Lisieux, au sujet de la portion congrue par lequel le prébendé s’oblige faire bailler audit Lazisné, outre les menues dîmes et oblations ordinaires avant la pension dud. prébendé, le nombre de 28 écus d’or au soleil et un tiers sol, faisant la somme de 85 livres par chacun an, en deux termes Noël et Saint-Jean Baptiste, à prendre sur les grosses dîmes de la paroisse de Formentin.
= Tabell. de Lisieux – Analyse Et. DEVILLE

1604, 25 juin
Aveu par Charlotte des Ursins, de la baronnie de Ferrières…
…..
 » Item, les représentants le roict des religieux, abbé et couvent du Val Richer y tiennent un quart de fief nommé le fief de Sedouet, assis en la dicte paroisse de Notre Dame de Courson.
…..
 » Item, le dict sieur mareschal de Farvacques, tient comme dessus ung huitiesme de fief assis en la dicte paroisse de Prestreville, nommé le fief de Sedouet, qui fut aux religieux du Val Richer, subject de me faire rentee au terme Sainct Michel seize reez de bleyd et seize reez d’avoynne, avecques touttes les aultres charges et subjections dessus dictes, ainsi que les aultres hommes tenantz noblement en la dicte branche d’Aucquainville, comme dict est.
= Auguste LE PREVOST, Mémoires et notes, t. II, p. 83 sq.

1611
Fragment d’un aveu rendu par l’abbaye du Val-Richer à Mademoiselle de Montpensier…. » quant aux fiefs terres et domaines situés à Corbon, Estrez, Le Torquesne et autres lieux en la vicomté d’Auge.
= Archives SHL. 1 F68

1604, 25 juin
Aveu par Charlotte des Ursins, de la baronnie de Ferrières…
p. 84
« D’icelle ma baronnie il y a un membre dépendant appelé terre et seigneurie d’Auqueinville, scitué et assis en ladicte vicomté d’Orbec, audit bailliage d’Evreux, lequel fief est dépendant et du corps d’icelle baronnie, qui s’estend en la paroisse dudit lieu d’Auquainville, Saint-Aubin-sur-Auquainville, Notre-Dame-de-Courson, Fervaques, le Croutte, Saint-Pierre-de-Courson, Thonnencourt, le Mesnil-Germain, Prestreville, Saint-Jehan-de-Livet, Bellouet, Notre-Dame-des-Loges, et autres paroisses illec aux environs…
p. 99
« Tenures nobles en la branche d’Aucquainville »
 » Item, du dict fief de Courson sont tenus plusieurs fiefz:
….
 » Item, les représentants le droict des religieux, abbé et couvent du Val-Richer y tiennent un quart de fief nommé le fief de Sedouet, assis en la dicte paroisse de Notre Dame de Courson.
dicte branche d’Aucquainville.
… » Item, le dict sieur mareschal de Farvacques, tient comme dessus ung huitiesme de fief assis en la dicte paroisse de Prestreville, nommé le fief de Sedouet, qui fut aux religieux du Val Richer, subject de me faire rentee au terme Sainct Michel seize reez de bleyd et seize reez d’avoynne, avecques touttes les aultres charges et subjections dessus dictes, ainsi que les aultres hommes tenantz noblement en la dicte branche d’Aucquainville, comme dict est.
= Auguste LE PREVOST, Mémoires et notes, Evreux, 1869, t. II, p. 99 sq.

1619-1809 – Saint-Ouen-le-Pin
Pièces relatives au paiement d’une somme de 100 # tournois par Jacques Capelles.
Vente de deux pièces de terre à Philippe Martin.
= Arch. SHL. Fonds Cailliau. 2 p. papier, 2 p. parchemin.

1643, 14 février – Saint-Ouen-le-Pin
Germain Guesnet, fils et héritier en partie de feu Jean Guesnet, demeurant à Saint-Ouen-le-Pin, vend à Pierre Satis, passementier, demeurant à Lisieux, trois vergées de terre à Saint-Ouen-le-Pin.
= Tabell. Lisieux. Etude Delarue. Minutier N° 95- Analyse Et. Deville.

1654, 7 novembre – Le Pré-d’Auge
Jean Le Forestier, demeurant au bourg de Cormeilles, vend à Louis Ricquier, de Saint-Ouen-le-Pin, le droict et effet sur deux pièces de terre nommées le Blanc-Buisson, au Pré-d’Auge.
= Tabell. Lisieux. Etude Delarue. Minutier n° 277. Analyse Et. Deville.

1743 – Archives SHL 1F389 :
9 mars 1743 : Guillaume Le Héribel de St Ouen le Pin, tuteur des enfants mineurs de feu François Le Héribel son frère -reconnaît avoir reçu de Jacques Taupin la somme de 254 livres 6sols revenant aux mineurs.

1743, 9 mai – Saint-Ouen-le-Pin
Guillaume Le Héribel, demeurant à Saint-Ouen-le-Pin, tuteur des enfants mineurs de feu François Le Héribel, son père, reconnaît avoir reçu de Jacques Taupin, la somme de 234 livres 6 sols revenant aud. mineurs.
= Arch. SHL. Papier, 2 ff. Analyse Et. Deville

1743, 12 novembre – Saint-Ouen-le-Pin
Par devant Pierre Formage, notaire à Lisieux, Louis Duclos, demeurant en la paroisse de Saint-Ouen-le-Pain, reconnaît devoir à Nicolas Jannot, la somme de 22 livres pour le rachat d’une pièce d’étoffe.
= Arch. SHL. Papier. Analyse Et. Deville
= Archives SHL 1F-418

1775. Archives SHL. 1F474 :
1775 : dépenses faites par l’abbé de Colbert sinistré à la suite d’un ouragan. (Région de Lisieux) (Val Richer ?)

1786, 10 août – Le Pré-d’Auge
Par devant Jean Sevestre, notaire au siège de Saint-Julien Le Faucon, fut présent Me Louis Le Chevrel, prêtre curé de la paroisse du Pré d’Auge, y demeurant, lequel a volontairement et par ce présent a reconnu avoir donné à ferme à prix d’argent pour l’espace et temps de six ou neuf années au choix et option du sieur bailleur et du preneur cy après nommé En s’avertissant un mois avant l’expiration des six premières années qui ont commencé au jour de Noël dernier jour de l’expiration du bail que ledit sieur curé fait au preneur cy après nommé devant maître Quetel notaire à Cambremer le quinze mars mil sept cent soixante dix sept contrôlé audit lieu le vingt cinq des mêmes mois et an pour finit à pareil jour desdites six ou neuf années A Jean Chauvel fils Gabriel demeurant en la paroisse du Pré d’Auge a ce présent et acceptant preneur pour lesdites six ou neuf années… C’est a Scavoir la dixme tant grosse que menue qui appartient au sieur curé dans le trait nommé Morainville faisant partie des dixmes de la dite paroisse du Pré d’auge des Bornes et limites duquel trait ledit preneur a dit avoir connaissance et a ce moyen n’estre besoin d’en faire plus ample déclaration pour par luy en faire pendant ledit temps et percevoir ladite dixme de la même façon que le fesoit ou pourroit faire ledit sieur curé, à la charge par ledit preneur de conserver les droits et possessions dudit trait de dixme de façon qu’il n’en soit entrepris ny usurpé aucune chose et de donner chaque année audit sieur Curé un état de luy certifié véritable de toutes les terres qui pourroient etres défrichées pendant la durée du présent Bai qui a été fait aux charges cy dessus et en outre moyennant le prix et somme de Soixante six livres de fermages que ledit preneur promet Et s’oblige de payer audit sieur Bailleur en son manoir presbytéral au jour Saint Michel de chaque année… Etoit présent et Est intervenu François Miolle laboureur demeurant campagne Saint Désir De Lisieux lequel après avoir entendu la lecture du présent s’est volontairement rendu et constitué Caution et garant répondant…Fait et passé présence des sieurs Gabriel Le Bret et Etienne Buffard, demeurant à Saint-Ouen-le Peint…
= AD 14 G 1179/2

1811 an IX-1811 – Amayé sur-Orne, Manerbe, Saint-Ouen-le-Pin
Famille Valette
= AD 14 2E 941 (4 p.)

c. 1913 – Manerbe

 » Il existait à Manerbe une importante fabrique de poterie qui prit naissance dans le XIVe siècle et qui eut son épanouissement au XVIe et XVIIe siècles. Il est bien indiscutable que c’est à Manerbe, et non au Pré-d’Auge, que se fabriquaient ces vases merveilleux que l’on a décoré souvent du nom du célébre saintongeois Bernard Palissy, et ces épis d’une dimension si remarquable, et qui décoraient les faîtes, les lucarnes et les pignons de nos châteaux et manoirs.
 » Gabriel Dumoulin, curé de Menneval, près Bernay, au diocèse de Lisieux, vers 1630, dans son Histoire de Normandie, les comparait aux produits de l’industrieuse Venise; il dit: « On fait à Manerbe, près Lysieux, des vaisselles de terre, qui ne cèdent en beauté et en artifice, à celle qu’on nous apporte de Venise ».
 » Ces artistes, qui créèrent et exécutèrent ces épis dit M. Potier, ancien conservateur de la Bibliothèque et du Musée d’Antiquités de Rouen, avaient assez d’habileté pour imiter même à s’y méprendre, les oeuvres du maître Saintongeois, et pour en inventer au besoin de nouvelles ».
L’un des plus beaux épis sortis de Manerbe, et qui couronnait le faîte du manoir de la Vigannerie, à Ponfol. Ce magnifique épi est décrit dans le 4e volume de la Statistique monumentale de M. de Caumont, qui en offre un charmant dessin, représentait un vase élégant de forme allongée, garni dans la partie supérieure de têtes de lion reliées par des draperies; des têtes semblables, mais sans draperies, décorent la partie inférieure du vase, qui est monté sur un gracieux piédestal, dont les trois faces sont ornées de têtes d’ange en haut relief, entourées d’une collerette en forme de coquille, et sur les angles, des consoles terminées par une tête d’animal. De la partie supérieure du vase s’élancent quatre tiges qui se terminent par des têtes d’artichaut, la tige est surmontée d’une pomme sur laquelle est posée un pélican qui se saigne pour nourrir ses petits. Les couleurs dominantes de la couverte métallique, sont le bleu, le vert et le jaune, qui ont conservé tout leur éclat.
« Toutes les pièces qui composaient ces épis, étaient creuses, posées les unes sur les autres, et maintenues par une longue tige en fer placée au centre.
 » Du goulot du vase, sortait un gracieux bouquet composé de fleurs et de fruits du pays parmi lesquels on distingue des poires et des pommes et le lis de nos jardins (Lilius candidum). Charles VASSEUR.
 » Outre l’épi dont parle Charles Vasseur, il en existe un autre au château de Manerbe, dans une de ses salles, il fut découvert vers 1863 par Charles Texier, Membre de l’Institut, il est un peu plus petit que celui de Pontfol, au lieu d’un pélican c’est un pigeon qui le surmonte.
 » Il en existe aussi plusieurs au Musée des Antiquités de Rouen.
 » En 1870, le prince Handjéry ayant fait exécuter des travaux dans les greniers des communs, j’ai trouvé les restes d’un épi, malheureusement trop peu nombreux pour le reconstituer; il y a principalement une tête d’ange entourée d’une collerette, une pomme, des fragments de draperie émaillés bleu et jaune pâle, des fragments de moulure et corniche avec denticules provenant d’un piédestal quadrangulaire, et un morceau de col du vase émaillé en vert; ces différents morceaux sont d’un fini très remarquable.
 » On veut copier actuellement pour les chalets normands que l’on construit sur les plages du littoral de prétendus épis de la fabrique de Manerbe ou du Pré-d’Auge; quand on a vu ceux que je viens de décrire, ils sont simplement affreux.
 » Lors de la construction du Grand Trianon, à Versailles, les vases et les carreaux qui ornaient ce palais, provenaient des fabriques de Lisieux (C’est-à-dire de Manerbe ou le Pré-d’Auge (Arthur Mangin.- Histoire des jardins anciens et modernes Tours, Mame, 1887, p. 194.)
 » Les potiers ne faisaient pas seulement des épis; on peut voir dans l’église de Saint-Ouen-le Paingt, un groupe en terre cuite représentant Ste Anne instruisant la Ste Vierge, groupe ayant environ 1 mètre de haut sortant sûrement de la même fabrique et provenant de l’église du Val-Richer, démolie en 1802. Ainsi que la Vierge dite à Brou dont l’ai parlé plus haut (Page 21:  » On voit encore une bonne vierge sur le chemin gaulois de Bonnebosq à Lisieux, près le Lieu Boessay; elle est en poterie émaillée de la fabrique de Manerbe, elle date de la bonne époque, c’est-à-dire du XVIe ou XVIIe siècle; malheureusement un peu mutilée, mal réparée et badigeonnée d’une couche de blanc d’Espagne »).
 » La fabrique de Manerbe s’était transportée au Pré-d’Auge ce qui est naturel, cette commune possédant une grande étendue de terrain renfermant de la terre propre à cette fabrication, mais l’art s’était tellement abâtardi, que les derniers potiers ne trouvaient plus à se débarrasser de leurs produits, qui d’ailleurs étaient devenus informes. Depuis 1880, il ne reste plus un seul four à potier, ni un ouvrier.
« On fabriquait à Manerbe, de la vaisselle de cuisine, dont la faïence ordinaire actuelle n’approche pas comme légèreté et finesse d’après les fragments que j’ai pu recueillir près le village de la Closetterie; en tas au pied d’une haie avec des restes de terre à:pot apportée sûrement à cet endroit ce qui donne à penser que cette fabrique se trouvait dans ce village ou dans les environs. Non loin de là se trouve le hameau aux Fiquets, actuellement démoli qui avait de très anciennes maisons, qui auraient pu servir de demeures aux ouvriers potiers. On trouve dans les actes des baptêmes, mariages et inhumation de la paroisse, à la date du 26 avril 1652, l’inhumation de Guillaume Fiquet dit Montroussel, potier, ce qui confirmerait une légende disant qu’un seigneur de Manerbe avait ramené les premiers ouvriers potiers d’Italie en revenant des croisades et que à l’origine la seigneurie de Manerbe se trouvait à la Closetterie. Ce n’est qu’une légende, mais elle est très vraisemblable.
 » Le point sur lequel il convient d’insister, c’est que ce n’est pas au Pré-d’Auge, mais bien à Manerbe, au plus tard vers le XIVe siècle que cette fabrication a pris naissance. Gabriel Dumoulin aurait aussi bien écrit le Pré-d’Auge comme Manerbe. Le Pré-d’Auge s’est associé à Manerbe et a produit à la fin du 17e siècle des choses remarquables soit, mais déjà c’était l’industrie s’associant à l’art et finissant par mourir dans le marasme, faute d’ouvriers intelligents et de perfectionnements dans l’outillage, en s’encroûtant de plus en plus dans la routine.
 » Il faut admirer ces ouvriers, sans instruction, qui avec leurs seuls doigts, car on remarque encore les empreintes sur leurs ouvrages, arrivaient à produire ces chef-d’œuvres que, actuellement avec un outillage perfectionné, et une instruction bien supérieure, on arrive à peine à surpasser. »
= E. Colleville.- Notice historique sur Manerbe, Arch. SHL. 9F Deville. B. 3. Dossier Manerbe

3 – Sources Manuscrites:

Cartulaire de Tournebu
+ FIERVILLE Ch., Histoire généalogique de la maison et de la baronnie de Tournebu d’après les archives inédites de cette famille dans MSAN, t. XXVI, pp. 170-367
p. 190, 191, 103, 199, 201, 226,

Extraits mortuaires du Val-Richer
+ FIERVILLE Ch., Histoire généalogique de la maison et de la baronnie de Tournebu d’après les archives inédites de cette famille dans MSAN, t. XXVI, p. 226,

VASSEUR Charles,
« .. Déjà, avant 1155, Gislebert de Brucourt lui donnait sa terre de Fervaques. Le roi Henri II à son tour affranchit les biens de l’abbaye de tous droits et services séculiers. En 117O l’abbé Robert Ier acquérait des vignes à Airan et neuf ans plus tard, Arnoult, évêque de Lisieux, lui accordait franchise dans la ville et marché de Lisieux.

« … Tout ce que les annales du monastère nous en font connaître, c’est qu’elle fut consacrée par l’évêque de Bayeux, le 21 avril 1220, et dédiée à la Vierge sous le titre de sa Présentation. Pierre Ier gouvernait alors l’abbaye et c’est également sous son administration qu’on place la consécration d’une chapelle comprise dans l’enceinte du monastère, non loin de la grande porte d’entrée, sous l’invocation de S. Jean Baptiste et de S. Jacques. Elle était destinée aux femmes auxquelles les statuts de l’ordre interdisaient l’entrée de la grande église…. Au mois de mai 1248, Roger d’Argences donnait tout ce qu’il possédait dans les paroisses Marolles, Courtonne et L’Hôtellerie… Après la mort de Jean Richier, un certain Jean de Mannoury, seigneur de Chaumont, prêtre cependant et chanoine de Lisieux, parvint par des intrigues de cour à se faire nommer commendataire… (résistance des moines…) Mais pourtant le grand coup était porté et la manse abbatiale fut désormais une proie que les commendataires se transférèrent et que tous les favoris des cours se disputèrent à l’envi. De ce nombre il faut compter Nicolas Le Roux, Conseiller en Parlement de Rouen qui permuta en 1548; Jean Baptiste Jouvenel des Ursins… Une femme même eut part à ces faveurs peu coûteuses pour la cour et son nom mérite d’être conservé; elle se nommait Antoinette de Libec. Il faut croire cependant qu’un jour elle fut prise de honte, car elle fit cession en 1577 à Pierre Chouart, chanoine de Lisieux et de plus chapelain et aumônier de Catherine de Médicis, en même temps qu’il était précepteur du prince de Lorraine ».
= Arch. SHL. Ch. VASSEUR. – Dossiers bleus – Saint-Ouen-le-Peingt. D’après DUPONT ?

4 – Notes sur l’abbaye du VAL-RICHER à SAINT-OUEN-le-PEINGT:

Michel COTTIN

Selon le Pouillé publié par FORMEVILLE (T. I, pp. lix-lxj et LONGNON, p. 128..) les paroisses suivantes auraient été à la présentation de l’abbé du Val-Richer:

XIVe siècle XVIe siècle XVIe siècle

– CRESSEVEULLE =
– GRANDOUET 50 lb.
– LE PRE d’AUGE 80 lb.
– RUMESNIL =
– SAINT-GILLES-de-LIVET=
– SAINT-OUEN-le-PIN b.

Mobiliers.

Note communiquée par Madame Elisabeth RICHARD, le 24 mai 1993

« Notes sur les divers endroits qui ont hérité du mobilier garnissant l’église et le monastère de Notre-Dame-du-Val-Richer

1° L’église de St-Aubin-sur-Algot possède 7 tableaux achetés lors de la vente, par M. Guillaume Fleury-Mallard, alors maire de ladite commune, qui en fit don à la fabrique: 1 tableau représentant St Bernard en habit de moine Benardin. Ce tableau servait de retable à l’autel droit dédié à ce saint.
Un christ d’un mérite distingué; une Notre Dame noire, peinture fort curieuse au dire des amateurs; une Visitation; une Annonciation; un Saint Pierre.
2° L’église de Montreuil possède l’autel de la chapelle Ste Anne, beau travail, dont la sculpture et le fouillis dénotent l’œuvre d’un maître; Le tableau formant le retable est d’une valeur dit-on de trois à quatre mille francs; un parement de devant d’autel en peinture sur toile d’un fini et d’une richesse d’ornementation vraiment fort curieux: le centre se compose d’un médaillon contenant enfant Jésus en miniature. De chaque côté se déroule des guirlandes de fleurs, de fruits et de rinceaux annonçant que ce travail remonte à l’époque dite de la renaissance. C’est dit-on l’œuvre d’un moine du Val-Richer. Le tabernacle et les chandeliers en bois sculpté sont de style dit de Louis XIV. Les deux petits autels sont formés des débris de l’autel dit de St Jean; mais ils ont été tellement mutilés qu’on a peine à reconnaître leur première forme; une admirable boiserie haute de 2 mètres formée de panneaux en chêne sculpté entoure le chœur; ces panneaux formaient l’abosse des riches lambris du réfectoire. Dans la sacristie une chasuble dont les broderies en or et argent sur velours cramoisi sont d’une grande richesse d’exécution. a appartenu au Saint. Là, c’était la légende. Ne pourrait-on point l’attribuer à la présence de St Thomas de Cantorbéry qui résida dit-on, un an au Val-Richer ou à Dom Dominique Georges, mort en 1693 qui a laissé un souvenir de sainteté.
4° A St Loup-Loup-de-Fribois, les 2 ventaux de la porte de l’église qui vient d’être restauré, proviennent d’une des portes du réfectoire du Val-Richer; ils furent achetés par feu M. de Genteville, alors maire de Crève-Coeur. Malheureusement ces belles portes ont été peintes couleur de bois de chêne neuf tandis que la belle couleur qu’ils avaient acquise par le temps était mille fois préférable.
5° La grosse horloge fut achetée par un habitant de Cambremer et fut établie sur une habitation servant d’auberge sur le bord de la route de Paris à Caen au lieu de jonction du chemin vicinal du bourg de Cambremer. Ce carrefour appelé Cantepie a pris depuis le nom du Cadran. Le large cadran qui servait d’enseigne existe encore au fronton de la maison. En 1846 le petit-fils de l’acquéreur vendit cette horloge à la fabrique d’Auvillars pour un très modique prix, afin qu’elle retrouvât un gîte digne d’elle et qu’elle ne fut point profanée davantage. Restaurée, elle orne la belle église romane d’Auvillars.
6° Le retable ou tableau du maître-autel de St Denis de Cambremer actuellement relégué au bas de la nef, tableau d’un grand mérité représentant la présentation au temple; il servait de retable au maître-autel de l’abbaye qui comme on sait était dédiée sous le vocable de la présentation de la Sainte Vierge.
7° Les magnifiques stalles qui se voient dans le chœur de l’église St. Jacques de Lisieux se trouvaient au pourtour du chœur de l’abbaye et servaient de siège aux moines. On pourrait se rendre compte de la longueur de ce chœur en prenant la mesure de ces stalles.
8° A St Ouen-le-Peing on transporta en grande pompe en 1792 la statue de Ste Anne seconde patronne de l’église de l’abbaye que l’on voit encore dans une niche au côté nord de la nef. Le maître-autel et les deux petits sont ornés de parements en peinture sur toile qui comme celui de Montreuil sont d’une grande richesse d’exécution.
9° L’église de Surville, près de Pont-l’Evêque possède des stalles provenant de la chapelle Ste Anne.
10° Une cloche se trouvant aujourd’hui dans le clocher de Méry-Corbon provient de la fameuse sonnerie de l’abbaye.
11° Deux autres cloches étaient dans le clocher de Méry-Corbon mais viennent d’être refondues pour la 2e fois depuis leur départ de l’abbaye.

Une pierre tombale servant aujourd’hui de pierre d’évier dans la laiterie du Val-Richer exploitée par M. de With. Cette pierre creusée pour sa nouvelle destination ne présente plus que quelques mots en écriture gothique où l’on peut lire le mot: Georges; ne serait-ce point la pierre tombale qui recouvrait les cendres de Dom Dominique Georges qui d’après l’histoire fut enterré au milieu du chœur le 8 novembre 1693 ».

5 – Archives ShL:

Archives NEDELEC Communes

Voir Fonds BOUDARD :

2FK9- abbaye du Val Richer. (1 carton)
2FK114 : Abbaye du Val Richer : 1772-77 : Remise de 100 livres par an sur les fermages du curé de Montreuil pour les gages du garde de l’abbaye.
2FH115 : Abbaye du Val Richer : 1784 : lettres.
2FK116 : Abbaye du Val Richer : 1768-77 : bail fait par M. de Colbert à G.-J.-F. Boudard des biens, droits et revenus du Val Richer pour 9 ans.
Etat des lieux de la ferme de Braffy.
2FK117 : 1760-69 : baux.
2FK118 : : Abbaye du Val Richer : 1765-74 : terres du Foupendant. Lettres avec sceau de Don Dominique-Georges.
Procès des religieux pour les limites avec le sieur Donnet.
2FK119 : Abbaye du Val Richer : ferme de Beauvais, sise à Colleville, Beuville et Périers.
Procès et correspondance entre Monseigneur de Chabannes et l’abbé de Colbert.
2FK120 : Abbaye du Val Richer : 1768-78 : comptabilité, ferme de Beauvais.
2FK121 : Abbaye du Val Richer : lettres et reçus de M. Fontaine-Lainé.

Journaux :
« Le Lexovien » 109e année n°74 du 13 septembre 1924 : « Le cinquantenaire de la mort de Guizot », Union française pour le suffrage des femmes.
«Le Lexovien» du 29 octobre 1924 et du 1er novembre 1924 : décès de Madame Witt-Schlumberger petite fille de Guizot.

Carnets de Charles Vasseur : Exemption de Cambremer.

4 – SAINT OUEN LE PAING – ABBAYE DU VAL RICHER

Voir :
LE VAL RICHER :
Annuaire Normand 1864 p.126
Mémoires des Antiquaires de Normandie tome 26 p.190, 191, 193, 199, 201, 226, 329, 332.
Annuaire Normand 1865 p.48
Annuaire Normand 1868 p.526
Normand des 6 et 13 février 1869, 6 mars, 20 mars et 4 avril 1869
Almanach de Lisieux 1869 p.155
Extrait de la Ste Historique de Lisieux 14-33
Formeville II 68-90-122
Notice Guizot par Piel p.41, 42, 43
Bulletin de la Ste Historique p.44, 45.
Hue 1873 p. 21 n) 45
Calvados – Archives de 1756 à 1783 – 8 registres 61 chartes.
Le Père Buffier – La Vie de Mr l’Abbé du Val Richer, restaurateur de la discipline régulière de ce monastère.
Paris, Jean Boudot 1696 in-12 de 212 pages plus la table
Dominique Georges né à Cuttry près Longwy en 1613, mort en 1693.
Pièce sur Dominique Georges, communiquée à la Ste Historique de Lisieux par M. Le Court le 2 août (Catalogue de la Ste Hist. De Lisieux 1872 p.15 n°3.
Voir pour les commencements de l’abbaye du Val Richer à Souleuvre, paroisse de Carville Tome III p.194 (Stat Monumentale).
Bulletin des Antiquaires 1860 p.102 – 1861 p.322 – 1er trimestre 1866 p.84.
Annales Bénédictines de Mabillon tome VI Liber LXXIX p.456
Gallia Christiana tome XI
Histoire du Val Richer par D. Routhier, moine du lieu
Vie de Dominique Georges, abbé du Val Richer par le Père Buffier de la Compagnie de Jésus

Curieux détail sur des troubles et des assauts qui eurent lieu au Val Richer en 1386 par suite de compétitions entre deux moines pour la charge d’abbé. (Floquet – Echiquier I p.186…)

Insinuations:

Catalogue des Abbés du Val Richer

Notes historiques sur l’Abbaye du Val Richer

Vers l’année 1146 un chevalier Normand Robert Fitz Erneiz avait donné à St Bernard, abbé de Clairvaux et à l’église Ste Marie de Soleuvre un domaine situé sur le territoire de ce même lieu de Soleuvre, près de la ville de Vire au diocèse de Bayeux. Cette terre portait le nom de Vaux de Soleuvre et l’on a conclu d’une donation confirmée par Algare, évêque de Coutances, que Nivard, l’un des frères de St Bernard et comme lui religieux de la grande congrégation cistercienne, fut le premier abbé de ce nouveau monastère. Mais Soleuvre était un lieu trop peu vaste et trop peu commode pour y élever une abbaye dans les proportions qu’exigeait la vigueur d’un ordre religieux presque naissant et dans un siècle où la foi était encore pleine de l’énergie que lui avait apportée l’élément barbare.
L’évêque de Bayeux Philippe de Harcourt doit songer à chercher dans l’étendue de son diocèse un autre lieu plus propice à l’exercice de la vie religieuse et au but spécial que se proposait l’ordre renouvelé par St Bernard, le défrichement des terres et l’amélioration des classes agricoles.
C’est sur vallon boisé, appelé le Val Richer, situé à deux lieues de la ville épiscopale de Lisieux, et qui cependant par bizarreries dont on ignore l’origine avait Bayeux pour métropole, que l’Evêque Philippe arrêta son choix.
Ce lieu était si propice à un établissement religieux que l’abbé de Mortemer l’avait déjà obtenu de l’évêque, mais probablement pour y élever un monastère secondaire.
L’abbé de Mortemer se laissa désintéresser moyennant 10 boisseaux de froment et 60 livres angevines, des travaux qu’il avait entrepris pour la fondation de son établissement et l’échange fut ratifié en 1150 par Hugues, évêque de Rouen.
Cependant les moines de Soleuvre ne prirent possession de leur nouvelle abbaye que le 8 des calendes de juillet de l’année 1167. Ils étaient alors sous l’administration de l’abbé Thomas qui figure le premier dans le catalogue des abbés du Val Richer. Thomas avait été moine de Clairvaux et disciple de St Bernard. Thomas céda à Philippe, Soleuvre qui fut depuis donnée aux chanoines réguliers de Plessis-Grimoult.
Philippe de Bayeux ne fut pas le seul à doter le nouveau monastère. Les gentilshommes normands s’empressèrent à l’envi d’apporter leur tribu. Déjà avant 1155, Gislebert de Bruelcourt lui donnait sa terre de Fervaques. Le roi Henri II à son tour affranchit les biens de l’abbaye de tous droits et services séculiers.
En 1170 l’abbé Robert I acquérait des vignes à Airan et 9 ans plus tard Arnoul, évêque de Lisieux lui accordait franchise dans la ville et marché de Lisieux. Mais les biens temporels ne faisaient pas oublier aux abbés les avantages spirituels : un contrat d’échange conclu avec Alvared, abbé de St Pierre sur Dives, faisait entrer dans le domaine de l’abbaye l’église de St Ouen le Paingt, paroisse sur le territoire de laquelle elle était assise.
Toutefois son accroissement de richesses lui suscita bien des embarras. Si beaucoup de chevaliers se dépouillaient en faveur de Dieu, de la Vierge et de l’abbaye du Val Richer, d’autres, comptant sur la faiblesse et l’humeur pacifique des moines livrés tout le jour à la prière, faisaient irruption sur leurs terres et y exerçaient de telles déprédations que la suprême intervention du Pape et les terribles conséquences qu’elle entraînait, étaient seules capables d’y mettre un terme.
Ernauld, qui gouvernait l’abbaye du Val Richer à la fin du 12e siècle, fut obligé de solliciter une bulle du pape, Célestin III, qui est datée de l’an 1196, pour réprimer la turbulence d’un proche voisin, Hugues, chevalier de Grandouet.
Dans ce même temps s’élevait l’église abbatiale. Nul document ne peut faire connaître précisément en quelle année et par quel abbé furent jetés les fondements de cette basilique qui ne devait pas le céder en grandeur et en sentiment religieux aux autres églises du même ordre, bien qu’elle dut participer de la sévérité de style et d’ornementation prescrite par St Bernard depuis trop peu de temps pour qu’on put y déroger.
Nulle trace n’en subsiste aujourd’hui. (Il est présumable qu’elle fut entièrement reconstruite au 18e siècle sous l’Abbé Dominique Georges)
Tout ce que les annales du monastère nous en font connaître c’est qu’elle fut consacrée par l’évêque de Bayeux, Robert d’Ablayel, le 21 avril 1220, et dédiée à la Vierge sous le titre de sa présentation.
Pierre I gouvernait alors l’abbaye et c’est également sous son administration qu’on place la consécration d’une chapelle comprise dans l’enceinte du monastère, non loin de la grande porte d’entrée sous l’invocation de St Jean Baptiste et de St Jacques. Elle était destinée aux femmes auxquelles les statuts de l’ordre interdisaient l’entrée de la grande église.
Pendant le 13e et le 14e siècle les dons et les acquisitions continuèrent à augmenter les richesses de l’abbaye. En 1240 l’abbé Gislebert achète à l’abbé de Ste Marie du Vœu diverses terres à Englesqueville et Bonneville-sur-Touques. Huit ans plus tard au mois de mai 1248 Roger d’Argences donnait tout ce qu’il possédait dans les paroisses de Marolles, Courtonne et l’Hôtellerie. Mais ce n’est pas seulement dans les paroisses voisines du monastère ou sur le sol continental de la Normandie que s’étendent les possessions de l’abbaye du Val Richer. Pierre de Pratel lui donnait en 1203 L’Ile d’Escrehou à charge d’y élever une église. L’Ile d’Escrehou est située sur les côtes du Cotentin et dans le voisinage des grandes îles normandes de Guernesey et de Jersey.
Les longues guerres qui surgirent ne durent pas augmenter la prospérité du Val Richer, les abbés, fidèles au Roi de France, se virent dépouillés par les envahisseurs
L’un d’eux cependant, Jean Frougier, obtint d’Henri V la restitution des biens de l’abbaye qui avaient été séquestrés. Cet acte est daté de la septième année de son règne. Néanmoins son successeur eut encore à éprouver les malheurs de la guerre Les armées de Charles VII assiégèrent Lisieux à deux reprises différentes et il est présumable que le peu d’espace qui le séparait de la place attaquée, permit aux gens d’armes de rançonner le monastère.
Jusqu’alors la discipline ecclésiastique s’était strictement conservée et l’histoire des vingt premiers abbés ne relate guère que des actes d’administration intérieure et des acquisitions ou échanges favorables à la prospérité matérielle du monastère (on peut citer en outre des précédentes celle de la terre de Rumesnil par Robert de Brucourt, évêque de Bayeux).
Mais au 16e siècle, après tant d’années de guerres, le relâchement et le souffle désorganisateur de la Réforme changea tous les monastères en autant de champs clos où l’on se disputait les dignités ou plutôt les richesses qui leur étaient attribuées.
Après la mort de Jean Richier, un certain Jean de Mannoury, seigneur de Chaumont, prêtre cependant et chanoine de Lisieux, parvint par des intrigues de Cour à se faire nommer commendataire. Les moines peu habitués à une violation si flagrante de leurs privilèges ne voulurent point le recevoir. Il s’en suivit une longue procédure qui se termina par une composition amiable. Thomas Aubert, le candidat des moines, fut confirmé par le Roi François 1e le 17 juillet 1517.On ignore s’il fut tranquille possesseur de son siège abbatial, mais à peine était-il mort que son compétiteur Mannoury recommença ses tentatives d’envahissement. Il trouva encore une résistance énergique dans Michel Godefroy, qui mourut en 1539, avec le titre d’abbé. Mais pourtant le coup était porté et la manse abbatiale fut désormais une proie que les commendataires se transférèrent et que tous les favoris des Cours se disputèrent à l’envi. De ce nombre il faut compter Nicolas le Roux, conseiller au Parlement de Rouen, qui permuta en 1548; Jean Baptiste Jouvenel des Ursins qui lui succéda, puis on voit figurer Jean l’Amy, un Dominique le Long, un Robert et un Jean Petit qui tous ne furent que les prête-noms des fils de N de Castellan, premier médecin de la Reine-Mère. Une femme même eut part à ces faveurs peu coûteuses pour la Cour et son nom mérite d’être conservé, elle se nommait Antoinette de Libec. Il faut croire pourtant qu’un jour elle fut prise de honte car elle fit cession en 1577 à Pierre Chouard, chanoine de Lisieux, et de plus chapelain et aumônier de Catherine de Médicis en même temps qu’il était précepteur du Prince de Lorraine.
On comprend qu’avec de tels excès les biens de l’abbaye se soient trouvés annihilés au commencement du 17e. Sa première moitié fut remplie par trois abbés commendataires qui firent peu de chose pour la prospérité de l’abbaye qu’ils continuèrent à regarder comme un bien de produits. Leur successeur Jean Baptiste de la Place s’efforça d’introduire une réforme parmi les religieux, la tâche fut pour lui trop pesante, mais il eut le talent de le sentir et de laisser sa mission à un homme capable de la continuer et de la faire réussir. Cet homme est le fameux Dominique Georges. Il naquit à Trèves. Après avoir fait ses études à Louvain et à Pont-à-Mousson, il embrassa l’état ecclésiastique et fut nommé curé de Circour au diocèse de Toul. Les malheurs de la guerre le contraignirent à se réfugier à Paris où il trouva à s’employer au séminaire de St Nicolas du Chardonnet. C’est là que son prédécesseur le connut et put l’apprécier. Devenu abbé du Val Richer Jean de la Place lui donna la cure du Pré d’Auge à laquelle il avait droit de présentation. Sa prudence, sa sagacité, sa piété dans l’administration de sa paroisse confirmèrent les vues que Jean de la Place avait formées sur lui et il le chargea de continuer son œuvre et d’affermir la stricte observance. Dominique prit possession le 21 décembre 1652 et 6 jours après il fut consacré par l’évêque de Sées dans l’église des religieuses de Canivet. Les qualités qu’il avait déployées précédemment ne firent que briller d’un plus vif éclat dans sa nouvelle dignité et lui valurent une foule de distinctions de la part des évêques de Normandie. Il n’oublia pas cependant l’amélioration de son abbaye, il trouva moyen de la reconstruire en entier : église, dortoirs, cloîtres; bibliothèque, bâtiments ruraux. Il ne faut cependant pas l’accuser d’avoir céder en cela au goût dominant de son siècle, il ne fit que relever des ruines. Tant de travaux n’affaiblir point sa santé non plus que les austérités de vie cénobitique. Il s’endormit paisiblement le 8 novembre 1693 à l’âge de 80 ans et après avoir gouverné pendant 42 ans.
Depuis sa mort et jusqu’à la révolution de 1793 il ne se trouve rien à enregistrer qui soit intéressant pour l’abbaye du Val Richer. Ses deux successeurs immédiats durent à leurs grands noms de mourir évêques. Le troisième était encore à son poste quant vint le surprendre la terrible folie populaire.

Texte en latin année 1254

Sceau de l’abbé du Val Richer – 12e siècle
Sceau ovale sur lequel est figuré un moine debout en pied, revêtu sur sa robe d’une chape ou manteau antique. Sa main gauche tient un livre, sa droite une crosse. Il a la tête couverte d’une sorte de bonnet rond ou grande calotte qui lui couvre le front
Autour on lit : SIGILLUM : ABBATIS : RICH II VALLIS (Lechaude d’Anisy – Atlas)

La première conférence eut lieu le 26 septembre 1650 dans l’église St Vigor, exemption de Cambremer, mais il fut décidé de la tenir désormais dans l’église de Cambremer, le jour de réunion étant le jeudi de quinzaine en quinzaine. Personne n’était reçu s’il pouvait être seulement soupçonné d’hérésie janséniste.
La séance durait 2 h ½ et commençait à 11 h en été et à 10 h en hiver.
(Conférences ecclésiastiques dans le diocèse de Rouen – Mémoires des Antiquaires de Normandie Tome XXVI p.584 note 3)
Règlement d’une conférence ecclésiastique spirituelle et cléricale établie en la campagne par Messieurs les Curés tant de l’exemption de Cambremer, diocèse de Bayeux que des environs diocèse de Lisieux sous l’autorité et avec la bénédiction de nos seigneurs les illustrissimes et révérendissimes prélats des diocèses susdits.
Fait au manoir presbytéral de la paroisse de St Ouen du Pré-d’Auge le 14 août 1650 par les très Révérend Père Dom Dominique Georges abbé régulier de Notre Dame du Val Richer, de l’étroite observance de l’ordre de Citeaux et de sa propre main, lequel est décédé le 8 novembre 1693 en odeur de grande vertu et de sainteté.
(suit le détail des chapitres du règlement.)
(suit également des extraits détaillés de certains chapitres)

SAINT OUEN LE PAINGT

Voir
Histoire du Val Richer p.59, 98, 187, 271.
Normand du13 février 1869
Formeville I

St Ouen le Paing – Le patronage appartenait à l’abbaye du Val Richer.
Election de Pont l’Evêque, sergenterie de Cambremer
1 feu privilégié – 44 feux taillables
voir St Pierre sur Dives n°3.

Description de l’église

Description des cloches
1er cloche – L’an 1844 j’ai été bénite par Monsieur Frémont, supérieur du séminaire de Lisieux, chanoine honoraire de la cathédrale de Bayeux et nommée Aline, Antoinette par Madame Aline Louise Elisabeth, comtesse de Meulan et par Monsieur Antoine Labbey, receveur général à Lisieux.
F.Bailly et fils
(le mot général a été mis pour particulier)

2e cloche – L’an 1844 j’ai été bénite par Monsieur Valbrun, curé de St Ouen le Paingt et nommée Marie Françoise par Madame Marie Jeanne épouse de Monsieur Victor Letarvernier, maire et par Monsieur Pierre François Valette, adjoint de St Ouen le Pin. P.Grière, J. Conard, C.Martin, L.Bloche, J.Cantrel, fabriciens.

3e cloche – L’an 1841 j’ai été bénite et nommée Charlotte Augustine par Monsieur Charles Augustin Valbrun, curé de St Ouen le Pin, Victor Tavernier, maire, François Valette, adjoint, Michel Lerebourg, Pierre Grière, Conard, Lindos Bloche, Charles Martin, fabriciens.
F.Bailly fondeur à Caen.

On montre dans la sacristie une chasuble à deux faces rouge et blanche, couverte de broderies en soie jaune. Cette chasuble a été donnée en 1837 par la Reine Marie Amélie.
Près du portail est un bel if qui forme un magnifique bouquet de verdure. Il a 3m68 de circonférence. La croix du cimetière est dans le style Louis XV. Le fût est formé d’une colonne cannelée rudentée. (A.Pannier)
Le Val Richer
L’ancienne abbaye du Val Richer, située à km environ de l’église, domine un vallon sauvage et pittoresque entouré de bois.
Le bâtiment que l’on voit, élevé sous Louis XV appartient à Monsieur Guizot, ancien député de Lisieux et ancien ministre, qui l’a fait restaurer.
Dans le tympan du fronton cet homme d’état a fait graver la devise suivante si peu d’accord avec sa politique : « Omnium brevissima la ligne droite est la plus courte »
(A.Pannier)

On a trouvé il y a quelques années chez un chiffonnier de St Ouen le Paingt un petit volume in-18 imprimé contenant l’Histoire du Val Richer par Dominique Georges, prieur de cette abbaye avant la Révolution. Ce volume doit se trouver entre les mains de Monsieur le Curé du Pré d’Auge ou de Monsieur le Curé de Rumesnil (A.Pannier)

LE VAL RICHER :

Les pouillés de l’évêché de Bayeux signalent que les moins du Val-Richer possédaient les patronages de Saint-Ouen-le-Pin (acquis en 1186) et de Grandouet. Dans le diocèse de Lisieux, ils possédaient également ceux de Cresseveuille, Rumesnil et Saint-Gilles-de-Livet. Si les deux premiers ne sont pas signalés par le pouillé du XIX e siècle (l’église de Rumesnil est alors en la possession du seigneur de Brucourt, le patronage de Saint-Gilles-de-Livet est déjà entre les mains de l’abbaye au XIV e siècle. Il fut même disputé par les seigneurs de Roncheville en 1386 (FORMEVILE, pouillé, t.I, p.lix note 7).

AVANT 1000: –
1000-1049: –
1050-1101: –
1102-1149: –
1150-1200: 15
1201-1250: 2
1250-1300: 1
TOTAL: 18

1/ décembre 1150 – VAL-RICHER
Charte de fondation de l’abbaye. Hugues, archevêque de Rouen notifie et confirme la convention faite en sa présence entre Philippe de Harcourt et les moines de Citeaux pour la fondation du val-Richer.
… Philippo vero, … dedit sexaginta libras andegavensis monetae, et decem modios annonae scilicet quadraginta sextarios frumenti et quadraginta sextarios ordei et quadraginta sextarios pisorum….
ED:Livre noir de l’évêché de Bayeux, Antiquas cartularius ecclesiae Baiocensis, ed. V. Bourienne, 1902, t.I (/II) nøLIX, p.77

2/ vers 1143-1148. (En fait après 1150 ?)
Accord entre l’abbé du Val-Richer, le chantre et l’archidiacre de Lisieux, délégués du pape Innocent II d’une part et l’abbé de Saint-Pierre-sur-Dives Haimon et Jean d’Ouilly, au sujet d’une rente de 10 sols que l’abbaye prélevait sur la cure de Morteaux.
IND.: LECHAUDE d’ANISY, nø1, p.251-252.
PEPIN et CHATEL, nø34
DATATION: HAIMO figure sur une charte de 1143 en faveur de Saint-André-en-Gouffern. Figure encore en 1148 sur une charte de l’abbaye du Bec. Mort un 4 décembre, certainement 1148 puisque son successeur (Warin est signalé en 1148 -vieux style).
La datation ne convient pazs. S’agit-il de l’abbé Simon (signalé en 1207,1210 et 1214 ?)

3/ 1155 – FERVAQUES
Arnoult, évêque de Lisieux confirme la donation faite par Gilbert de Brucourt (Bruelcourt) à l’abbaye du Val-Richer, d’une terre sise à Fervaques (Favarcae). D’après HIPPEAU (D.T.C., p.113) il s’agirait des fiefs du Verger, des Casselets et de la Maignerie.
DUBOIS L. 1845, t.II, p.117, d’après Gallia Christiana, t.IX

4/ 1164
Bulle d’Alexandre III du 3 juin 1164.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, II p.118

5/ 1165.
Charte de l’évêque de Bayeux pour l’abbaye.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, II p.118

6/ 1168.
Charte de l’évêque de Bayeux pour l’abbaye.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, II p.118

7/ 1170 – AIRAN.
L’abbé Robert fait l’acquisition d’un vignoble à Airan
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, II p.118

8/ 1177 –
L’abbé Robert traite des dîmes de Bosville (76 ?).
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, II p.118

9/ 1179 – LISIEUX / VAL-RICHER
Arnoult, évêque de Lisieux accorde aux moines du Val-Richer des franchises dans la ville et les marchés de sa ville et exempte de tous droits et coutumes des choses qu’ils achèteraient pour leur usage dans le marché de la ville de Lisieux.
DUBOIS L. (1845), t.II, p.118, d’après Gallia Christiana, IX
et Neustra Pia, p.825

10/ 1186 – SAINT-OUEN-LE-PIN
Alvarede, abbé de Saint-Pierre-sur-Dives échange avec Robert, abbé du val-Richer l’église de Saint-Ouen-le-pin contre celle de Quatre-Puits et sa vavassorie.
Le même texte sans doute signale un échange fait entre le dîme de Saint-Ouen-Le-Pin contre quelques biens sis à MoriÈres.
IND: DUBOIS L. (1845), t.II, p.118, d’après Gallia Christiana.
PEPIN & CHATEL, nø1

11/ 1154-1181 –
Confirmation des biens de l’abbaye par Henri II qui exempte le monastère de tout impôt et de tout service séculier par une charte datée de Rouen et souscrite par Philippe de Harcourt évêque de Bayeux, Arnoul évêque de Lisieux et Thomas Becket archevêque de Cantorbéry.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, II p.118

12/ 1188-91 – Alverède, abbé de Saint-Pierre-sur-Dives fait connaitre la transaction à l’amiable qui termine un procès entre son monastère et Henri Grand Couteur de Bayeux, au sujet de quelques dîmes. Guillaume évêque de Coutances est l’un des juges désignés par le pape Clément III.

Le différent porte sur les dîmes de 6 acres, 11 acres et 12 acres de terre en trois lots, non localisées mais probablement situées en limite avec Saint-Aubin-sur-Algot, propriété de l’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives, comme en témoigne la présence des prêtres des Saint-Auban et de la Houblonnière. Témoins: Henri évêque de Bayeux, Henri chantre de Bayeux, Guillemo de Rocha (La Roque Baignard ?), magistro Guillelmo de Sagueio, Gaufrido decano de la Humblonneria (HoublonniÈre), Gaufrido presbitero de Sancto Albino (Saint-Aubin-sur-Algot), Stephano de Risu Bovis, Roberto filio, Eromi et aliis pluribus.
BOURIENNE, livre noir de l’évêché de Bayeux, nøCXII, p.135-136

13/ – 1181-1191 – même objet, différemment formulé. Bourienne, livre noir de l’évêché de Bayeux, nøCXIII, p.136-138

14/ GRANDOUET
CELESTIN III accorde une bulle à l’abbé Ernald pour faire cesser les vexations du chevalier Hugon de Grandouet.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, t.II, p.119

15/ 1197
CELESTIN III prend le monastère sous sa protection et confirme ses biens.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, t.II, p.119

16/ 1240 – BONNEVILLE-SUR-TOUQUES et ENGLESQUEVILLE.
L’abbé Gilebert acquiert de l’abbé de Sainte-Marie-du-Voeu des biens dans ces paroisses.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, t.II, p.120

17/- 1248, mai – Donation par Roger d’Argence à l’abbaye du Val-Richer, ad sustentationem quinque monachorum en ladite abbaye, de tout ce qu’il possédait à Marolles en dîmes, prés, manoir, seigneurie et revenus, excepté 20 sols tournois que perçoit celui qui dessert l’autel de la vierge en l’église St Pierre de Lisieux et un muid de blé pour les lépreux, savoir 4 setiers de froment, 4 d’orge, 4 d’avoine.
Charte perdue dans le fonds de l’Hôtel-Dieu de Lisieux, qui possédait la plus grande partie des dîmes de la paroisse de Marolles, données par Roger d’Argences en 1223 et 1239.

17bis/ 1248 – Roger d’Argences, chevalier, donne à l’abbaye du Val-Richer ce qu’il avait dans les paroisses de Maieroles (Marolles), Courtonne et de l’Ostellerie (L’Hotelerie). B.N., ms 8408, 2,2, cartulaire Normand nø470 – éd. D. Martène, t.I, c.1326

18/ 1259
Confirmation des biens de l’abbaye par Louis IX.
DUBOIS L, Histoire de Lisieux, t.II, p.120

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *