CABOURG



NOTES sur CABOURG – 14117.

« Cabourg » n’a pas été trouvé dans les fichiers du type « Cartulaire ».

CABOUBG, canton de Troarn.
Cadburgus, Cathburgus (1077 (ch. de Saint-Étienne de Caen). Cadburg, 1082 (ch. de la Trinité).
Caborc, 1155 (Wace, Roman de Rou). Cadborc, 1169 (ch, de la Trinité).
Caburgus, 1172 (ch. de Henri, évêque de Bayeux).
Cadburgus, 1190 (ch. de Saint-Étienne).
Cabourc, enquête de 1297 (arch. du Calvados).
Cabourt, XIV° siècle (livre pelut de Bayeux, p. 43).
Cabbourg, 1554 (aveux du temporel de Saint-Etienne de Caen).

Fief et seigneurie appartenant à l’abbaye de Saint-Étienne de Caen.

Lieux-dits de : CABOURG
Bas-Bourg (BUTTE DE), Cabourg (LE PETIT-), Dunes (LEs), Ferme-du-Petit-Cabourg (LA), Maison-de-la-Fauconnerie (La), Maison-Villiers(La), [OSSEVILLE, chat. Osevilla, 1198 (magni rotuli, p. ,69).], Petit-Cabourg (LE), POINTE DE CABOURG(LA), promontoire de la côte à Cabourg,

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 364.

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome I page 435

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 394

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome I page 8

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
CABOURG.
Cabourg, Cathburgus, Cadburgus, Catburgus.
L’église de Cabourg est de deux époques. Le choeur appartient au style ogival de la fin du XVI. siècle ; il se termine par une abside à pans coupés, éclairée par des fenêtres assez grandes, divisées en deux baies. La partie supérieure de ces ouvertures est décorée de compartiments flamboyants. Il y a 5 fenêtres pareilles dans le pourtour dus sanctuaire.
La nef, moins élevée et plus longue que le choeur, n’offre pas de caractère et fort peu d’intérêt. Une seule partie mérite d’attirer un instant l’attention, c’est la façade occidentale couronnée d’un tourillon à deux baies : deux contreforts encadrent la porte d’entrée et s’élèvent pour affermir ce tourillon qui résulte, comme beaucoup d’autres du même genre, de l’exhaussement du gable. Deux contreforts ont aussi été établis du côté opposé, en-dedans de la nef. Cette partie occidentale de l’église m’a paru du XVIe. siècle, au plus de la fin du XIIIe. On y a percé, il y a déjà longtemps au-dessus de la porte, une fenêtre carrée ; sans cette altération regrettable, la façade aurait conservé son caractère primitif.
On voit à l’extrémité de la nef, près de l’entrée du choeur, deux arcades pratiquées dans les murs du nord et du sud, comme si l’on eût eu l’intention d’établir un transept. On y a placé des autels.
J’ai remarqué dans le choeur, en face du maître-autel, une pierre tumulaire sur laquelle est gravée une grande croix ; elle porte une inscription en lettres gothiques, disposées, selon l’usage , autour de la pierre ; cette inscription est en français, il serait facile de la lire si elle était lavée :
j’y ai lu mil Vc (mil cinq cents) et un dernier nombre que je n’ai pas déterminé. Elle se termine par ces mots : Priez Dieu pour elle.
Une autre tombe, mais qui n’est plus entière, se voit près du lutrin. Elle porte également une inscription en lettres gothiques: une croix en occupe le centre.
Le font baptismal placé près de la porte de la nef du côté gauche, est ce qu’il y a de plus ancien dans l’église de Cabourg, je le crois du XIIe. siècle. Sa forme est pentagonale probablement, parce que la pierre dont on a fait la fontaine était de cette forme. Sur chacun des angles, on remarque une tête. La cuve est ronde à l’intérieur : quatre des parois extérieures sont unies; un seul côté offre un entrelacs gravé légèrement au trait, formant une sorte de rose. Cette cuve est élevée sur un pédicule formé de plusieurs colonnettes groupées.
L’église de Cabourg est sous l’invocation de St.-Michel.
Le patronage était laïc, l’abbaye de St.-Etienne percevait les dîmes, par donation de l’évêque de Bayeux Odon.
Henri II, roi d’Angleterre, confirma en ces termes la donation de l’évêque de Bayeux : Concedo et confirmo quod Odo Bajocensis antistes dedit caenobio sancta Stephani….
In toto Catburgo, de burgo Divcae cum antiqua capella, usque ad pontellum qui dividit Bajocensem episcopatum a Lexoviensi.

Ces détails très-précis nous paraissent bons à noter.

En 1170, l’archevêque de Rouen confirma à l’abbaye de St.-Etienne la possession de l’église de Cabourg. La même confirmation fut donnée par l’évêque de Bayeux, en 1172.

Croix du cimetière.
On voit dans le cimetière une croix de pierre qui peut remonter au commencement du XVIII siècle, et qui n’est pas sans intérêt. D’un côté est sculpté le Christ en croix ; de l’autre St.-Michel, patron de la paroisse, foulant aux pieds le dragon et brandissant son glaive.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives.:

3 – Archives ShL:

PANNIER Arthème : voir Archives ShL, NE12, 1er carton.

Dossier n.10 EXCURSIONS
2 – CABOURG (31 août 1856)
Eglise : impressions, construction, détail,ameublement croquis

Par, de Saint-Michel,
patr. le seigneur.
Dioc. de Bayeux,
doy. de Troarn.
Génér. et élect. de Caen,
sergent. de Varaville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *