CORDEBUGLE



NOTES sur: CORDEBUGLE

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Cordebugle autrefois SAINT-PIERRE-DES-BOIS, canton d’Orbec.
Accrue de la commune de COURTONNEL – par ordonnance du 31 mars 1825.

Cordebugle (Calvados)
Canton actuel : Lisieux
Arrondissement actuel :Lisieux
Code INSEE : 14179
Histoire administrative : Cordebugle intègre la commune de Courtonnel par l’ordonnance du 31 mars 1825.

Cuerde-Bugle, 1198 (magni rotuli, p. 132 ).
Cornu Bubali, 1283 (cart. norm. p..263, n° 1018).
Cors-du-Bugle, 1320 (fiefs de la vicomté d’Orbec).
Corps-du-Bugle, 1320 (rôles de la vicomté d’Auge)..

Adigard des Gautries Jean, Lechanteur Fernand. Les noms des communes de Normandie – XV.
766. — Gordebugle (Lisieux, lre section, C), accrue de Courtonnel en 1825 :
Cuer de Bugle 1198 : Mag. Rot. Scacc. Norm., éd. Stapleton, p. 321;
[Abl.] n° 1018, Cornu p. Bubali 263 (cit. 1283 Bibl. : Delisle, Nat., Très, Cartul. des norm. Ch., Rouen, Phil. Aug., I, n° etc., 15
cart. J 212).
Origine obscure. La première référence signifie « cœur de [jeune] bœuf » ; la deuxième, « corne de bœuf » au sens de « cor de chasse ». La région est encore assez boisée de nos jours, elle l’était bien davantage à l’époque.

– Ce mot, quoi qu’on en dise, ne vient certainement pas de cor bovis : cœur de bœuf, ni de comububale : corne de bœuf. HISTOIRE DE LISIEUX (VILLE, DIOCÈSE ET ARRONDISSEMENT) PAR M. LOUIS DU BOIS

Supplément aux étymologies par L. C. Editeurs : Impr. de J. Durand (Avranches) Date d’édition : 1895.
CORDEBUGLE, cro-de-bullio, marais du marais ou du bouillon.

Par. de Saint-Pierre,
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Moyaux.
Génér. d’Alençon,
élect. de Lisieux,
sergent. de Moyaux.

Plein fief relevant de la vicomté d’Orbec. Le fief du Gaugey, à Gordebugle, dépendait de la seigneurie d’Asnières, 1662 (chambre des comptes de Rouen, 1, p. 226).

Lieux-dits de : CORDEBUGLE
Ampérière (L’) ou Lampérière-h, Calais-Min, Cantepie f, Fleury-h, Fontaines de Courtonnels (Les)-h, Fontaine-Varin (LA), Gracerie (La)-h, Grande-Halboudière (LA)-h, [Halboudière (La Grandee et la Petite-)-h], Lempérière-h, Lieu-Gaugey (Le)-h, Loges (LES)-h, Louvetiere (LA)-h, Martinière (La)-h, Mercerie(La)-f, MONTARGIS (LE)-h, Mont-Signy (LE)-h, Moulin-de-Calais (LE)-Min, Moulin de Livet (LE)-Min, NOLLIESSES(Les)-h, Perré-Chéron (LE)-h, PILET-h. Pillet, 1848 (Simon), PIPEREY-f, ROSIÈRE (LA)-h, Salernes (LES)-h, Signy (LE MONT-), TIQUES (Les)-h, Tolinière (LA)-h, Vatien, Min,

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Editions FLOHIC: Le patrimoine des communes du Calvados, page 1002.
CAUMONT Arcisse de: Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 841.
PANNIER Arthème: voir Archives ShL, NE12, 2e carton. (Courtonnel)
Pseudomélaniadés des sables séquaniens de Cordebugle (Calvados) par A. Bigot
Les noms d’enseigne et la toponymie (2e partie) : du Pot d’Etain au Lion d’Or en passant par Cordebugle – Dominique Fournier

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
CORDEBUGLE.
Cordebugle, Ecclesia de Cornu Bubali.

Avant la Révolution, la paroisse de Cordebugle portait le nom de St-Pierre-des-Bois. Le territoire de cette commune est très accidenté et coupé par de nombreux vallons.
L’église est sous l’invocation de saint Pierre et de saint Paul.
La partie la plus ancienne est la tour, placée au midi, entre le choeur et la nef: elle remonte au XIIe siècle. Cette tour, construite en poudingue, est terminée, par une pyramide en ardoise, du XVIe siècle.
Le choeur est de la fin du XIIe siècle. Le mur septentrional est percé de jolies fenêtres en lancettes, entourées, d’un tore. Au midi, le mur est flanqué d’un large contrefort qui présente peu de saillie. Les fenêtres, de ce côté, sont modernes et attestent le mauvais goût de la fabrique. Du même côté et près de la tour, se trouve une petite porte ogivale entourée d’un tore et sur le tympan de laquelle est figurée une croix de consécration. Le mur du chevet est percé d’une large fenêtre trilobée, en partie masquée par la sacristie.
La nef et le portail appartiennent à la dernière période du style ogival. Les fenêtres de la nef ont conservé leurs armatures.
Une seule de ces fenêtres, au nord, a été refaite.
Les contreforts de la nef et ceux du choeur, à l’exception de celui que nous avons signalé, ont été reconstruits en brique.
Le portail offre une jolie porte à linteau encadrée dans une grande ogive en accolade, dont les rampants sont décorés de larges feuilles de chou frisé. Elle est flanquée de deux contreforts prismatiques surmontés de clochetons.
Le portail est précédé d’un porche du même style. Sur un des piliers sont sculptées les armoiries de l’évêque de Lisieux.
A l’intérieur, le maître-autel, dans le style Louis XIV, avec un beau retable, est décoré de quatre colonnes rudentées, d’ordre composite. Le tombeau est carré, avec un parement en perles longues, en verre, diversement coloriées. Le fond est en perles blanches. Au milieu est un médaillon de forme elliptique dont les bords sont ornés de perles blanches et de perles jaune-or, alternant entre elles.

Au centre du médaillon est représenté un coeur enflammé en perles jaune-or, avec une bordure de perles rose-carmin.
Nous avons déjà signalé un autel orné de perles, à Ammeville, canton de St-Pierre-sur-Dive ; celui de Cordebugle est loin d’offrir autant d’intérêt.
Cordebugle avait pour patron le seigneur du Gange et dépendait du doyenné de Moyaux.
Avant la Révolution, cette paroisse faisait partie de l’élection de Lisieux et comptait 28 feux. Son revenu était de 700 #.
Par ordonnance du 31 mars 1825, Courtonnel, dont l’église a été démolie, a été réuni à Cordebugle.

CORDEBUGLE. – Les fossé qui circonscrivent la ferme de « La Rosière » (Cad., B, 210-212) semblent indiquer un ouvrage militaire médiéval.

2 – Pièces Justificatives:

Chemin de fer de Lisieux à Orbec : petit guide du promeneur et du touriste – par Amédée Tissot
Il existe dans l’inventaire du Trésor de Chartes une obligation de l’évêque et du chapitre de Lisieux, pour plusieurs acres de terre et divers droits aux paroisses de Glos (Glotto) et Cordebugle (Cornububali), et autres pris à ferme du Roi.

Histoire de l’ancien Evêché-Conté de Lisieux par H. DE FORMEVILLE.
No 20 _ fo 177
l330.- Id. Jean de Mailloc, écuyer, vend à Mg. de Lisieux l8 sols de rente que lui fesait Gervais de Cantepié, Raoul Alabarbe et Pierre Dumont à cause d’héritages assis au Cordebugle.
No 24-fo, l78
1327. – Id. Jouen Andrieu vend à Mg° 2 sols 6 d. l capon l d. et 20 oeufs l denier de rente que lui fesaient les héritiers jouen Leprévost à cause d’héritages assis au Cordebugle.

Recherche des nobles de l’élection de Lisieux 1540
CORDEBUGLE.
66. Saturnin le Roi, et ses cousins frereux, Jean et Guillaume , freres , pour justifier leur noblesse , ont entr’autres choses produit une sentence des lieutenans des Elûs de Lisieux , du 3 juin 1481, par laquelle Jean le Roi, Sr. des fiefs de Gaugey et de Cordebugle , leur bisayeul, fût déclaré noble : mais n’ayant pas suffisamment fourni leur descente du dit Jean , le procureur du Roi a requis qu’ils la vérifiassent, ou qu’ils fussent assis au profit du dit sieur.
67. Nicolas de Gallet, Sr. des Fontaines au diocèse de Sèes , comme il disoit, a baillé pour toute chose une généalogie en papier de lui signée , laquelle il s’est submis vérifier quand mestier sera ; combien qu’il a dit être un des fourriers du Roi, et à ce droit éxempt de toutes subsides. Ce néantmoins, pourcequ’il n’en apparoît, et aussi que la dite généalogie n’estoit justifiée , le procureur du Roi a requis qu’il soit assis.

État des anoblis en Normandie, de 1545 à 1661, avec un Supplément de 1398à 1687, par l’abbé P.-F Lebeurier.
– 599. Lettres de relief de derogeance pour damoiselle Heleine de Buffay, vefve de Jean le Januel, parroisse de Cordebugle, du 14 décembre 1631, et en la cour le 15 novembre 1632.
– 659. Lettres de relevement de desrogeance pour Charlotte de Buffey (Bouffey), fille de Pierre, escuyer sieur de la Coubugle (Cordebugle) et des Granches, vefve de Jacques Bellothe, du 23 janvier 1635.

Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie.
M. Simon signale ensuite les fonts baptismaux de l’église de Cordebugle, qui présentent un curieux exemple de travail ouvragé en plomb; une reproduction de ces fonts baptismaux est distribuée aux membres présents.

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux

Prébendes : Celle de Cordebugle, sur la paroisse du même nom.

Le 24 avril 1683, Louis LejumeI, fils de Jean et de Catherine- Chouard, de la parr.de Cordebugle, reçoit la tonsure et les ondres mineurs.

620. – Le 29 nov. 1708, Fr. Louis Lejumel, diacre de Cordebugle, fait profession en l’abbaye de Cormeilles entre les mains de Dom Jean-Baptiste Pelvey, prieur de lad. abbaye.

Prébende de Cordebugle. – J. Dubois – J.-M. Henriau.

29. – Le 9 avril 1690, Jacques Masselin, fils de Jean et de Françoise Fosse, de la parr, de Cordebugle, reçoit la tonsure et les ordres mineurs.

134. – Jean de Boulley, fils de Jean et de Françoise des Buissons, de la parr, de Cordebugle.

633. – Le 12 sept. 1705, le seig. évêque, collateur ordinaire des canonicats et prébende de Cordebugle, nomme aud. bénéfice, vacant par la mort de AF Jean Dubois, la personne de AF Jean-Marie Heuriau, pbrë, prieur de Alaupas.

620. – Le 29 nov. 1708, Me. Louis Lejumel, diacre de Cordebugle, fait profession en l’abbaye de Cormeilles entre les mains de Dom Jean-Baptiste Pelvey, prieur de lad. abbaye.

Curé. – P. de Bouffay.
Clercs. – J, Levavasseur – Jean de Bouffay – J, Mussolini – L. Lejumel.
Seigneurs, – A. de Bouffay – Jean de Bouffay.

365. – Le 22 nov. 1710, dispense de bans pour le mariage entre Jean de Bouffay, Esc. fils de Jean de Bouffay, Esc. et de noble dame Françoise du Buisson, de la parr. de Cordebugle, d’une part, et damll. Jeanne Levavasseur, fille de Charles, sr. du Mézeré, et de damll. Gillonne Gambette, de la parr. de St-Jean-de-la-Iiqueraye.

570. – Le 29 nov. 1713, Mre. Jean-Baptiste Moullin, chanoine de la prébende non-distributive de Touques, 1er portion, demeurant à Lx, et présentement à Paris, logé au collège de la Marche, remet purement et simplement lad. prébende entre tes mains du seigneur évêque qui en est le collateur ordinaire.
Le 30 nov. 1713, le seig. évêque nomme led. sr. Moullin au canonicat de Cordebugle, vacant par la démission pure et simple de Me Jean-Marie Hanriau.
Le 9 déc. 1713, le sr. Moullin est mis en possession du canonicat de Cordebugle par le ministère de Me. le doyen du Chapitre.

407. – Le 29 oct. 1715, dispense de bans pour le mariage entre Jean-François de Malfilastre, Esc. originaire de Cambremer, fils de feu Hervé de Malfilastre, Esc. sr. de la Vassière, et de damll. Judith Daumesnil, demeurant à St-Désir de Lx, depuis huit mois, d’une part, et damll. Marie de Bouffey, fille de feu Charles de Bouffey Esc. sr. de Chantepie, et de damll. Marguerite de Piperey, originaire de Cordebugle et demeurant, depuis trois ans, à Courtonne-Ia-Ville.

Prébende de Cordebugle.- J.-M. Hanriau – J.-B. Moullin.

Curés:
Seigneurs.- J. de Bouffay – J. de Bouffay, fils.

311. – Le 23 février 1727, Pierre Guerrier, avocat, demeurant à Marolles, «institue 150 livres de rente en faveur de son fils, Me. Pierre-Paul Guerrier, acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est garantie par Pierre Lutter, Esc. chevalier de l’Ordre militaire de St-Louis, demeurant à Marolles, et par Pierre-François de Bouffay, Esc. seig. et patron de Cordebugle.

584. – Le 16 septembre 1728, la nomination au canonicat de Cordebugle en la Cathédrale appartenant au seig. évêque, Sa Grandeur nomme aud. bénéfice, vacant par la mort de Me. Jean Moullin, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. Etienne Duchesne, pbrë, curé de Blangy.
Le 8 oct. 1728, led. sr. Duchesne est mis en possession du canonicat de Cordebugle par le ministère de Me. le doyen, en présence de Mesr. François Huet et Pierre Thorel, chapelains de la Cathédrale.

593. – Le 16 oct. 1728, la nomination à la cure de St-Pierre de Cordebugle appartenant au seig. du lieu, Mesr. Pierre-François de Bouffay, chev. seig. et patron de Cordebugle, nomme à cette cure, vacante par la mort de Me. François de Bouffay, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. Pierre-Paul Guerrier, diacre, demeurant à Marolles.
Le 19 oct. 1728, le seig. évêque donne aud. sr. Guerrier la collation dud. bénéfice.
Le 23 nov. 1728, le sr. Guerrier prend possession de la cure de Cordebugle, en présence dud. sr. de Bouffay, Jean de Bouffay, Esc. aussi seig. et patron de Cordebugle, y demeurant ; Pierre Lailler, chevalier de l’Ordre militaire de St-Louis, demeurant à Lx, et Me. François Morel, pbrë, desservant lad. parr.

763. – Le 5 octobre 1729, Etienne Duchesne, pbre, curé de Blangy et chanoine prébende de Cordebugle en la Cathédrale, demeurant à Blangy, remet purement et simplement led. canonicat entre les mains du seig. évêque, collateur ordinaire dud. bénéfice.
Le 7 oct. 1729, led. seig. évêque nomme aux canonicats et prébende distributive de Cordebugle la personne de Mesr. François Faure, pbrë, grand chantre de la Cathédrale.
Le 21 oct. 1729, led. sr. Faure, demeurant à Paris, rue St-Benoit, représenté par Me. Jean-Baptiste de Gémare, chanoine prébendé de la 2ème portion de Crèvecoeur, est mis en possession dud. canonicat de Cordebugle par le ministère de Me. le doyen, en présence du Chapitre et de Me. Guillaume Couture et Pierre Thorel, chapelains.

1255. – Le 8 juillet 1732, dispense de bans pour le mariage entre Joseph-François de Bouffay, Esc. seig. et patron alternatif de Cordebugle, fils de feu Antoine de Bouffay, aussi seig. et patron de Cordebugle, et de noble dame Marie Ricquier de lad. parr. de Cordebugle,
d’une part, et noble demoiselle Louise-Marguerite-Jacqueline de Vauquelin, fille de feu François de Vauquelin, Esc. seig. îles Hautes-Londes, chevalier de l’Ordre militaire de St-Louis, ancien brigadier des gendarmes de la garde ordinaire du roy, et de noble dame Elisabeth
de Parent, de la parr. de Croisilles.

65. – Le 8 déc. 1743, la nomination au canonicat de Cordebugle appartenant au seig. évêque, Sa Grandeur nomme aud. bénéfice, vacant par la mort de Mesr. François Faure, dernier titulaire, la personne de Me.Joseph-François de Mervye, pbrë, docteur en théologie de la faculté de Paris, chanoine théologal de la Cathédrale de Lx.
Le 22 janv. 1744, led. sr. Mervie est mis en possession du canonicat de Cordebugle par le ministère de Me. Le Chapelain, chanoine trésorier de cette Eglise, Le sr. Mervye paye aux claviers la somme de cent livres pour droit de chape et dix livres pour les officiers.

Prébende de Cordebugle. – J.B. Moullin – E. Duchesne – F. de Mervye.

Curés. F. de Bouffay – P.-P. Guerrier.
Prêtre desservant. – F.Morel.
Patron.- Le seigneur du lieu – P.-P. de Bouffay – A.de Bouffay – J.F de Bouffay.

15. – Le 11 oct. 1766, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Joseph-Louis-Nicolas de Bouffey de Cordebugle, fils de Mesr. François-Joseph de Bouffey, seig. et patron de Cordebugle, et de feue noble dame Louise-Marguerite-Jacqueline de Vauquelin, lad. parr, de Cordebugle, d’une part, et damll. Marie-Marguerite-Agathe Boitard de Prémagny, fille de Mesr. Guillaume-François Boitard de Prémagny, seig. de Vauville, Beuzeval et autres lieux, cons. du roy, maître ordinaire en la cour des Comptes, Aides et Finances de Normandie, et de noble dame Marie-Geneviève le Coûteux, de la parr. de St-Pierre-l’Honoré de la ville de Rouen.

Prébende de Cordebugle.- F. de Mervye.

Curé. – P.-P. Guerrier.
Seigneurs.- F.-J. de Bouffey – J-.L-N. de Bouffey – J.-C. Levavasseur du Mézeray.

80. — Le 1 juin l770 Mgr. évêque nomme au canonicat de Cordebugle, vacant par la mort de M. Joseph-François de Mervye , dernier titulaire, la personne de M. Jean-François Polycarpe Naudin pbre du diocèse de Trêves originaire de la parr. de Jametz et curé de de Clermontois aud. diocèse de Lx. Donné au château des Loges.
Le même jour led. Naudin est mis en possession dud. bénéfice par le ministère de Mr le doyen du chapitre.

217. — le 5 mars 1773, M. Pierre-Paul Guerrier, pbre, curé de St-Pierre de Cordebugle, étant devenu infirme et paralysé du côté gauche, donne sa procuration pour résigner lad. cure entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de son neveu, M.Jean-François Guerrier, pbre, vicaire de N.-D. de Bailleul. Il se réserve toutefois une pension viagère de 250 livres et une partie du presbytère et de ses dépendances. — Il avait desservi lad. cure pendant 42 ans. — Fait et passé au manoir presbytéral de Cordebugle du consentement de Mes. François-Joseph de Boullay, chev. seig. patron présentateur de Cordebugle et en présence de M. Jean-Baptiste Pépin, curé de N.-D. de Courtonnelle, et autres témoins. le 22 mars 1773, led. Sr. Guerrier, neveu, obtient en cour de Rome des lettres de provision dud. bénéfice.
le 20 juillet 1773, M. de Lachaume, vic. Gl, donne son visa auxd. lettres de provision.
Le 2 août 1773, le Sr. Guerrier prend possession de la cure de Cordebugle, en présent de Mes. Alexandre Duquesne, pbre, curé du Mesnil-sur-Blangy, led. SR. de Courtonnelle, M. Pierre Auzout, curé De Bailleul, et Mes. Nicolas de Boctey, chev., seig. et patron de Marolles, y demeurant.

159. — Le 27 janv. 1776, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Jacques-Charles-Victor Denis, fils de Mesr. Jacques Denis, Esc. Sr. de Cantepie, et de feue noble dame Charlotte-Victoire Dubois, de la parr-. de Cambremer, diocèse de Bayeux, d’une part, et noble demll. Mairie-Jeanne-Louise de Bouffay, fille de Mesr. François-Joseph de Bouffay, Esc. seig. et patron de Cordebugle, et de feue noble dame Louise-Marguerite-Jacqueline de Vauquelin de lad. parr. de Cordebugle.

Curés.- P.-P-Guerrier – J. F. P. Guerrier.
Vicaire. — T. Fredet
Patron.— Le seigneur du lieu J.F de Bouffay
Seigneur. F.J.de Bouffay

Prébende de Cordebugle. – J.-F. de Mervye – J.-F.-P Naudin.

The royal domain in the bailliage of Rouen – by Rouen (France : Bailliage)
– Anvers la croiz de Viliers,1 III verg. et demie, por tout XV s. La parsone du Cor du Bugle,2 VI acres, de cen il l’en rent por tout III s., enquis est de qui il la tient.
– Anvers le Cor du Bugle, XIIII acres et demie et XXIIII perches.
– Por la terre au prestre du Cor du Bugle, VI acres.
– La moute seiche anvers le Cor du Bugle et a Puillete, XXX s. Le grant molin de Gloz por la partie le—Roy, XII lb.

DIVERS.
1284. Février. – Charte en latin, de Philippe, Roi de France, mentionnant qu’il bailla à Mg. Guy, évêque de Lisieux, plusieurs terres et rentes assises es paroisses de Glos, Cordebugle, Courtonnel, Marolles, Fontenelle et Saint-Jean-de-Livet, par six vingt-six livres 10 sols 7 d. tournois, etc., et des redevances. (Voir infra, no 6, 13, et à Villers, n, 3), folio VIIxx IX.

1400. 10 Juillet. – Id. Henri Louvet de Cordebugle fieffa de Guilbert de Mongoubert, une pièce de terre assise à Courtonne par 20 d. tournois de rente.

1330. – Id. Jean de Mailloc, écuyer, vend à Mg. de Lisieux 18 sols de rente que lui fesait Gervais de l’antepié, Raoul Alabarbe et Pierre Dumont à cause d’héritages assis au Cordebugle.

1327. – Id, Jouen Andrieu vend à Mg. 2 sols 6 d. 1 capon 1 d. et 20 oeufs 1 denier de rente que lui fesaient les héritiers jouen Leprévost à cause d’héritages assis au Cordebugle.

l400. l0 JUILLET. – Id. Henri Louvet de Cordebugle fieffa de Guilbert de Mongoubert, une pièce de terre assise à Courtonne par 20 d. tournois de rente.

1533, jeudi 30 janvier – Courtonne-la-Meurdrac
Robert Davy, de la paroisse de Saint-Cyr-du-Ronceray, vend à Jehan Le Valloys, écuyer, seigneur de Putôt et de Gouvis, le fief, terre et seigneurie de La Rocques, situé et assis es paroisse de Courtonne, Cordebugle et environ, moyennant cent livres tournois.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville – Arch. M.C. Copie

1557, 28 février – Lisieux – Beuvillers
Michel Davy, rouettier, vend à Nicolas Le Valloys, seigneur de Putôt, une pièce de terre à Beuvillers, tenue de la prébende de Cordebugle.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1606 16 juillet – Contrat de Mariage de Jacques Rescaroust, fils de feu André et de Girette Moisson de Cordebugle et Catherine Defourquetz, fille de Catherin et de Loise Préaulx de Firfol.

Recherches nobiliaires en Normandie – A. Du Buisson de Courson
– DE BOUFFEY OU DE BOUFFAY : ancienne noblesse, sieurs de Cantepis, seigneurs et patrons de Cordebugle, en l’élection de Lisieux, maintenus nobles par Chamillart le 12 avril 1666; ils portaient : d’hermine, à un vol de sable.
Joseph-Louis-Nicolas de Bouffey, dernier représentant mile de cette famille éteinte et dernier seigneur de Cordebugle, marié avec N… de Vauquelin, de l’élection de Falaise, dont un fils qui mourut en émigration, comparut aux assemblées de la Noblesse du bailliage d’Evreux, eu 1789. — Lors de son décès, et par suite de la perte de son fils unique, il transmit tous ses biens à la fille de sa soeur, Marie-Anne-Louise-Françoise-Jeanne de Parfouru; par cette dernière, la terre de Cordebugle a passé dans la maison du Merle et est possédée actuellement par M. Télesphore-Foulques du Merle, arrière petit- neveu de messire de Bouffey.
– Messire FOULQUES-JEAN-LOUIS du Merle, écuyer, né a Rocquancourt le 23 octobre 1786, possesseur par héritage de la terre seigneuriale de Cordebugle.
– NOÉMI du Merle, née à Roullours, près Vire, en janvier 1855; mariée à Cordebugle (Calvados), le 6 mai 1876, avec M. CHARLES JANMAR.
– La maison du Merle a formé plusieurs branches : les deux plus connues aujourd’hui sont celles des comtes du Merle, à Orbec, et celles des du Merle, à Cordebugle et Villiers-le Sec, sorties l’une et l’autre de Jean du Merle, seigneur de Bois-Barbot, vivant en 1457 et décédé en 1472 ou 74.
FOULQUES-JEAN-LOUIS du Merle:
Décédé le 4 novembre 1854 – Villiers-le-Sec (14), à l’âge de 68 ans.
Parents: Louis Eléazar Augustin du MERLE (Garde du corps du Roi, compagnie de Luxembourg)&Marie Anne Louise Françoise Jeanne de PARFOURU 1759- Généanet. Sources Individuel, famille : Zeus.

Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI par Thomas BASIN.
– Simon Ressencourt, de la parroesse de Cordebugle, aagié de L ans.

Armorial Général de France – Généralité D’Alençon – G.-A. PREVOST
– 19. — Jean de Bouffé, écuier, seigneur de Cordebugle [ce nom en renvoi paraphé] :
D’hermines à un vol de sable.
– 109. — François Le Bouffé, écuyer, curé de Cordebugle :
D’hermine à un vol de sable.

Rôle des taxes de l’arrière-ban du bailliage d’Evreux – Pierre François Lebeurier.
124. Les hoirs Saturnin le Roy, seigneur du Buisson et de Gauge
125. Les hoirs maistre Loys le Roy, seigneurs de Cordebugle.
124. Gatigy ou Gaugey, fief à Cordebugle (Calvados), canton d’Orbec. — Beaucoup de fiefs du Buisson existent dans la vicomte d’Orbec (V. la note 98).
125. Cordebugle (Calvados), canton d’Orbec.

Archives de la guerre-sous-serie gr 1 y e – dossiers individuels des sous-lieutenants recrutes dans linfanterie et la cavalerie 1781-1790.
– 27006 – BOUFFEY de CORDEBUGLE (de), Joseph Nicolas. – Cadet gentilhomme.
Bourbon infanterie (8 septembre 1783)

Rapport de L’archiviste sur le service des archives départementales, communales et hospitalières – réd. par Armand Bénet.
Série H. Un autre article, H 1814, compose le fonds de l’abbaye de Bernay, avec les copie et photographies de la charte de 1245, de « Robertus de Malevoue », concernant Cordebugle (Calvados), données cette année par M. de Mallevoue.

État faisant connaître la résidence actuelle des personnes évacuées de…. Nord, fasc.1 -Ministère de l’intérieur. Direction de la sureté générale. 1914.
– Capliez (Emile) et enf., d’Avesnes, à Cordebugle, Calvados
– Herbin (Marie), d’Avesnes-les-Aubert, à Cordebugle, Calvados
– Moriseaux (Léon) et fam., d’Avesnes-les-Aubert, à Cordebugle, Calvados
– Gernez (Ludovic), de Gronard, à Cordebugle, Calvados.

Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Calvados : réd. par M. Armand Bénet.
– Philémon de Boulïey, écuyer, sieur du Cordebugle.

Nobiliaire universel de France – M. de Saint-Allais.
BOUFFEY Du CORDEBUGLE (DE), né le 30 novembre 1767, Cordebugle diocèse de Lisieux, reçu le 14 décembre 1780, pensionnaire, sorti le 28 juillet 1783, est entré sous-lieutenant dans le régiment de Bourbon, infanterie.

3 – Archives ShL:

– 1F290: 7 décembre 1716: mémoire pour procès de noble et discrète personne François de Bouffey prêtre curé de Cordebugle contre un certain Guerrier à propose d’un canal que le curé avait établi au bout d’un pré et que ledit Guerrier avait démoli à son profit.
– Ms. J 96 – c. 1792
Etat des biens séquestrés révolutionnairement dans les communes de Moyaux, Boutemont, la Chapelle-Hareng, Courtonnel, Courtonne-la-Meurdrac, Cordebugle, le Pin, Marolles, Saint-Michel-des-Monceaux, Mesnil-Simon, Ouilly-le-Vicomte, Saint-Germain-de-Livet, Saint-

Fonds Et. Deville. Dossier Saint-Martin-de-Mailloc. 1p. parch.
9 FA. 1608, 7 février – Saint-Martin-de-Mailloc
Nicolas Durand, sieur de la Martinière, demeurant à Cordebugle, reconnaît avoir reçu de Claude Le Licquerre, le franchissement de 60 sols de rente.

FONDS COTTIN 2019.
– Don de la Famille COTTIN..
39 -ACTES NOTARIÉS ORIGINAUX
Boîte archives – Cordebugle – 1515

ShL Fonds divers inventaire des enveloppes .
Enveloppe n° 14 PROMENADES À TRAVERS LES COMMUNES RURALES DES ENVIRONS DE LISIEUX
– 1ère série : Firfol, Cordebugle, Mesnil Eudes, Saint-Pierre-des-Ifs, Ouilly-du-Houlley, La Boissière
Enveloppe n° 63 PHOTOS DE PORCHES DES ÉGLISES DU PAYS D’AUGE.

Carnets Arthème PANNIER
NE 12.1 : 1er carton « Communes ».
– Cordebugle : Courtonnelle : voir «Carton 2».

Archives NEDELEC COMMUNES
com.15.6 – Cordebugle

Fonds caillaux 2F B à K
« 2FF – 34 à 45 »
NAUDIN Jean François Polycarpe, chanoine prébendé de Cordebugles.

Photos Goupil.
448 1953 Royaume musique – Les vieux – Cordebugle – Fête Mesnil- Durand – Ste-Marguerite-des-Loges

Carnets de Charles Vasseur: « Doyenné de Moyaux »:
27 – CORDEBUGLE – Ecclesia Cornububali
Election de Lisieux, sergenterie de Moyaux – 28 feux
– Sous l’invocation de st Pierre
– Patronage:
XVIe dominus loci ad Causam feudi du Gange
XVIIIe le seigneur

– Insinuations:
– Avant la révolution la commune de Cordebugle portait le nom de St Pierre des Bois ; le territoire de cette commune est très accidenté et coupé par de nombreux vallons
– Description de l’église
– Recherche de 1666
Jean de Bouffey seigneur de Cordebugle
Louis de Bouffey, curé de Cordebugle.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *