CORDEBUGLE



NOTES sur: CORDEBUGLE

Cordebugle autrefois SAINT-PIERRE-DES-BOIS, canton d’Orbec.
Accrue de la commune de Courtonnel.
Cuerde-Bugle, 1198 (magni rotuli, p. 132 ).
Cornu Bubali, 1283 (cart. norm. p..263, n° 1018).
Cors-du-Bugle, 1320 (fiefs de la vicomté d’Orbec).
Corps-du-Bugle, 1320 (rôles de la vicomté d’Auge)..

Adigard des Gautries Jean, Lechanteur Fernand. Les noms des communes de Normandie – XV.
766. — Gordebugle (Lisieux, lre section, C), accrue de Courtonnel en 1825 :
Cuer de Bugle 1198 : Mag. Rot. Scacc. Norm., éd. Stapleton, p. 321;
[Abl.] n° 1018, Cornu p. Bubali 263 (cit. 1283 Bibl. : Delisle, Nat., Très, Cartul. des norm. Ch., Rouen, Phil. Aug., I, n° etc., 15
cart. J 212).
Origine obscure. La première référence signifie « cœur de [jeune] bœuf » ; la deuxième, « corne de bœuf » au sens de « cor de chasse ». La région est encore assez boisée de nos jours, elle l’était bien davantage à l’époque.

Par. de Saint-Pierre,
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Moyaux.
Génér. d’Alençon,
élect. de Lisieux,
sergent. de Moyaux.

Plein fief relevant de la vicomté d’Orbec. Le fief du Gaugey,à Gordebugle, dépendait de la seigneurie d’Asnières, 1662 (chambre des comptes de Rouen, 1, p. 226).

Histoire de l’ancien Evêché-Conté de Lisieux par H. DE FORMEVILLE.
No 20 _ fo 177
l330.- Id. Jean de Mailloc, écuyer, vend à Mg. de Lisieux l8 sols de rente que lui fesait Gervais de Cantepié, Raoul Alabarbe et Pierre Dumont à cause d’héritages assis au Cordebugle.
No 24-fo, l78
1327. – Id. Jouen Andrieu vend à Mg° 2 sols 6 d. l capon l d. et 20 oeufs l denier de rente que lui fesaient les héritiers jouen Leprévost à cause d’héritages assis au Cordebugle.

Lieux-dits de : CORDEBUGLE
Ampérière (L’) ou Lampérière-h, Calais-Min, Cantepie f, Fleury-h, Fontaines de Courtonnels (Les)-h, Fontaine-Varin (LA), Gracerie (La)-h, Grande-Halboudière (LA)-h, [Halboudière (La Grandee et la Petite-)-h], Lempérière-h, Lieu-Gaugey (Le)-h, Loges (LES)-h, Louvetiere (LA)-h, Martinière (La)-h, Mercerie(La)-f, MONTARGIS (LE)-h, Mont-Signy (LE)-h, Moulin-de-Calais (LE)-Min, Moulin de Livet (LE)-Min, NOLLIESSES(Les)-h, Perré-Chéron (LE)-h, PILET-h. Pillet,
1848 (Simon), PIPEREY-f, ROSIÈRE (LA)-h, Salernes (LES)-h, Signy (LE MONT-), TIQUES (Les)-h, Tolinière (LA)-h, Vatien, Min,

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Editions FLOHIC: Le patrimoine des communes du Calvados, page 1002.

CAUMONT Arcisse de: Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 841.

PANNIER Arthème: voir Archives ShL, NE12, 2e carton. (Courtonnel)

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
CORDEBUGLE.
Cordebugle, Ecclesia de Cornu Bubali.

Avant la Révolution, la paroisse de Cordebugle portait le nom de St-Pierre-des-Bois. Le territoire de cette commune est très accidenté et coupé par de nombreux vallons.
L’église est sous l’invocation de saint Pierre et de saint Paul.
La partie la plus ancienne est la tour, placée au midi, entre le choeur et la nef: elle remonte au XIIe siècle. Cette tour, construite en poudingue, est terminée, par une pyramide en ardoise, du XVIe siècle.
Le choeur est de la fin du XIIe siècle. Le mur septentrional est percé de jolies fenêtres en lancettes, entourées, d’un tore. Au midi, le mur est flanqué d’un large contrefort qui présente peu de saillie. Les fenêtres, de ce côté, sont modernes et attestent le mauvais goût de la fabrique. Du même côté et près de la tour, se trouve une petite porte ogivale entourée d’un tore et sur le tympan de laquelle est figurée une croix de consécration. Le mur du chevet est percé d’une large fenêtre trilobée, en partie masquée par la sacristie.
La nef et le portail appartiennent à la dernière période du style ogival. Les fenêtres de la nef ont conservé leurs armatures.
Une seule de ces fenêtres, au nord, a été refaite.
Les contreforts de la nef et ceux du choeur, à l’exception de celui que nous avons signalé, ont été reconstruits en brique.
Le portail offre une jolie porte à linteau encadrée dans une grande ogive en accolade, dont les rampants sont décorés de larges feuilles de chou frisé. Elle est flanquée de deux contreforts prismatiques surmontés de clochetons.
Le portail est précédé d’un porche du même style. Sur un des piliers sont sculptées les armoiries de l’évêque de Lisieux.
A l’intérieur, le maître-autel, dans le style Louis XIV, avec un beau retable, est décoré de quatre colonnes rudentées, d’ordre composite. Le tombeau est carré, avec un parement en perles longues, en verre, diversement coloriées. Le fond est en perles blanches. Au milieu est un médaillon de forme elliptique dont les bords sont ornés de perles blanches et de perles jaune-or, alternant entre elles.

Au centre du médaillon est représenté un coeur enflammé en perles jaune-or, avec une bordure de perles rose-carmin.
Nous avons déjà signalé un autel orné de perles, à Ammeville, canton de St-Pierre-sur-Dive ; celui de Cordebugle est loin d’offrir autant d’intérêt.
Cordebugle avait pour patron le seigneur du Gange et dépendait du doyenné de Moyaux.
Avant la Révolution, cette paroisse faisait partie de l’élection de Lisieux et comptait 28 feux. Son revenu était de 700 #.
Par ordonnance du 31 mars 1825, Courtonnel, dont l’église a été démolie, a été réuni à Cordebugle.

CORDEBUGLE. – Les fossé qui circonscrivent la ferme de « La Rosière » (Cad., B, 210-212) semblent indiquer un ouvrage militaire médiéval.

2 – Pièces Justificatives:

Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie.
M. Simon signale ensuite les fonts baptismaux de l’église de Cordebugle, qui présentent un curieux exemple de travail ouvragé en plomb; une reproduction de ces fonts baptismaux est distribuée aux membres présents.

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux

80. — Le 12 jun l770 Mgr. évêque nomme au canonicat de Cordebugle, vacant par la mort de M. Joseph-François de Mervye (?), dernier titulaire, la personne de M. Jean-François Polycar (?) Naudin pbre du diocèse de Trêves originaire dela parr. de …(?) et curé de de Clera.(?) aud. diocèse de Lx. Donné au château des Loges.
Le même jour led. Naudin est mis en possession dud. bénéfice par le ministère de Mr le doyen du chapitre.

217. — le 5 mars 1773, M. Pierre-Paul Guerrier, pbre, curé de St-Pierre de Cordebugle, étant devenu infirme et paralysé du côté gauche, donne sa procuration pour résigner lad. cure entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de son neveu, M.Jean-François Guerrier, pbre, vicaire de N.-D. de Bailleul. Il se réserve toutefois une pension viagère de 250 livres et une partie du presbytère et de ses dépendances. — Il avait desservi lad. cure pendant 42 ans. — Fait et passé au manoir presbytéral de Cordebugle du consentement de Mes. François-Joseph de Boullay, chev. seig. patron présentateur de Cordebugle et en présence de M. Jean-Baptiste Pépin, curé de N.-D. de Courtonnelle, et autres témoins. le 22 mars 1773, led. Sr. Guerrier, neveu, obtient en cour de Rome
des lettres de provision dud. bénéfice.
le 20 juillet 1773, M. de Lachaume, vic. Gl, donne son visa auxd. lettres de provision.
Le 2 août 1773, le Sr. Guerrier prend possession de la cure de Cordebugle, en présent de Mes. Alexandre Duquesne, pbre, curé du Mesnil-sur-Blangy, led. SR. de Courtonnelle, M. Pierre Auzout, curé De Bailleul, et Mes. Nicolas de Boctey, chev., seig. et patron de Marolles, y demeurant.

159. — Le 27 janv. 1776, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Jacques-Charles-Victor Denis, fils de Mesr. Jacques Denis, Esc. Sr. de Cantepie, et de feue noble dame Charlotte-Victoire Dubois, de la parr-. de Cambremer, diocèse de Bayeux, d’une part, et noble demll. Mairie-Jeanne-Louise de Bouffay, fille de Mesr. François-Joseph de Bouffay, Esc. seig. et patron de Cordebugle, et de feue noble dame Louise-Marguerite-Jacqueline de Vauquelin de lad. parr. de Cordebugle.

Curés.- P.-P-Guerrier – J. F. P. Guerrier.
Vicaire. — T. Fredet
Patron.— Le seigneur du lieu J.F de Bouffay
Seigneur. F.J.de Bouffay

l400. l0 JUILLET. – Id. Henri Louvet de Cordebugle fieffa de Guilbert de Mongoubert, une pièce de terre assise à Courtonne par 20 d. tournois de rente.

1533, jeudi 30 janvier – Courtonne-la-Meurdrac
Robert Davy, de la paroisse de Saint-Cyr-du-Ronceray, vend à Jehan Le Val¬loys, écuyer, seigneur de Putôt et de Gouvis, le fief, terre et seigneurie de La Rocques, situé et assis es paroisse de Courtonne, Cordebugle et environ, moyennant cent livres tournois.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville – Arch. M.C. Copie

1557, 28 février – Lisieux – Beuvillers
Michel Davy, rouettier, vend à Nicolas Le Valloys, seigneur de Putôt, une pièce de terre à Beuvillers, tenue de la prébende de Cordebugle.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1608, 7 février – Saint-Martin-de-Mailloc
Nicolas Durand, sieur de la Martinière, demeurant à Cordebugle, reconnaît avoir reçu de Claude Le Licquerre, le franchissement de 60 sols de rente.
= Arch. ShL – 9 FA. Fonds Et. Deville. Dossier Saint-Martin-de-Mailloc. 1p. parch.

1716 Archives ShL
1F290: 7 décembre 1716: mémoire pour procès de noble et¬ discrète personne François de Bouffey prêtre curé de Cordebugle ¬contre un certain Guerrier à propose d’un canal que le curé avait¬ établi au bout d’un pré et que ledit Guerrier avait démoli à son ¬profit.

c. 1792
Etat des biens séquestrés révolutionnairement dans les communes de Moyaux, Boutemont, la Chapelle-Hareng, Courtonnel, Courtonne-la-Meurdrac, Cordebugle, le Pin, Marolles, Saint-Michel-des-Monceaux, Mesnil-Simon, Ouilly-le-Vicomte, Saint-Germain-de-Livet, Saint-Hippolyte-de-Cantelou.
= Arch. ShL Ms. J 96

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles Vasseur: « Doyenné de Moyaux »:
27 – CORDEBUGLE – Ecclesia Cornububali
Election de Lisieux, sergenterie de Moyaux – 28 feux
– Sous l’invocation de st Pierre
– Patronage:
XVIe dominus loci ad Causam feudi du Gange
XVIIIe le seigneur

– Curé:
P.P Guerrier 1773-1787
J. F. P. Guerrier
Vicaire. — T. Frédet
Patron.— Le seigneur du lieu F.Jn de Pouffay
Seigneur. F.-Jn de Bouffay

Prébende de Cordebugle. — J.-F. de Mervye

Recherche des nobles de l’élection de Lisieux 1540
CORDEBUGLE.
66. Saturnin le Roi, et ses cousins frereux, Jean et Guillaume , freres , pour justifier leur noblesse , ont entr’autres choses produit une sentence des lieutenans des Elûs de Lisieux , du 3 juin 1481, par laquelle Jean le Roi, Sr. des fiefs de Gaugey et de Cordebugle , leur bisayeul, fût déclaré noble : mais n’ayant pas suffisamment fourni leur descente du dit Jean , le procureur du Roi a requis qu’ils la vérifiassent, ou qu’ils fussent assis au profit du dit sieur.
67. Nicolas de Gallet, Sr. des Fontaines au diocèse de Sèes , comme il disoit, a baillé pour toute chose une généalogie en papier de lui signée , laquelle il s’est submis vérifier quand mestier sera ; combien qu’il a dit être un des fourriers du Roi, et à ce droit éxempt de toutes subsides. Ce néantmoins, pourcequ’il n’en apparoît, et aussi que la dite généalogie n’estoit justifiée , le procureur du Roi a requis qu’il soit assis.

– Insinuations:
– Avant la révolution la commune de Cordebugle portait le nom de St Pierre des Bois ; le territoire de cette commune est très accidenté et coupé par de nombreux vallons
– Description de l’église
– Recherche de 1666
Jean de Bouffey seigneur de Cordebugle
Louis de Bouffey, curé de Cordebugle.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *