BAILLEUL la VALLEE – 27




NOTES sur BAILLEUL la VALLEE – 27

Eglise Notre-Dame, XIIe siècle, choeur voûte d’ogive, fonts baptismaux XIIe siècle, poutre de gloire du XVIe siècle surmonté d’un dais orné de festons gothiques, statue de saint Méen, Nouvelles de l’Eure, N° 21, p. 15-16, ill

Carnets de Charles Vasseur : « Doyenné de Cormeilles ».
13 – Bailleul la Vallée – Ecclesia de Baillolio

Voir :
Hippeau – Gouvernement de Normandie VIII p.187
A. Leprevost 1 p.161 – L’art est fort curieux
Bulletin monumental 1869 p.184.
Election de Lisieux, sergenterie de Folleville – à 2 lieues 2/3 Est de Lisieux.
95 feux
Sous l’invocation de Notre-Dame

Patronage:
XIVe G. de Baillolio
XVIe Dominus loci
XVIIIe le seigneur

Curés:
de Clinchamp 1764
Audous 1769/1787

Chapelle du Manoir de la Rivière
Chapelle de St Maur de la Rivière – Patron le seigneur de la Rivière.

Insinuations:
tMichel de la Rivière – chapelle à Notre-Dame de Bailleul

Bailleul la Vallée
Ruines romaines abondantes
La forteresse de Bailleul était située sur le bord de la côte au nord de l’église. Elle a sans doute été détruite pendant les guerres du XVe siècle par les Anglais. Il ne reste plus que des fondations et une tour en ruines.
Les premiers possesseurs de ce domaine ont laissé peu de souvenirs.
Lors des discordes entre Charles V et le Roi de Navarre, Jean de la Boissaye, commandant du château pour le seigneur de Clève, ayant vu que ce seigneur allait le livrer au Roi de Navarre, y introduisit des gens d’armes royalistes et peu après la remit au Maréchal de Normandie ;
Les derniers seigneurs de Bailleul ont été M.M de Fresnel.
Il y avait encore dans la paroisse un fief de la Rivière. (A.C)

Gautier Pipart et son fils Robert, ce dernier donnant des terres situées à Bailleul à l’abbaye St Pierre de Préaux.
Guillaume de Bailleul et Robert son fils, vivant le premier en 1274 et le second en 1321.
Bailleul était plein fief de haubert, situé dans la commune et s’étendant sur celles de Notre Dame de Fresne, St Pierre d’Heudreville, St Gervais, Piencourt et Morainville, tenu du roi à cause de sa vicomté de d’Orbec. On y mit et incorpora le fief de Clerre (Clerci), demi fief de haubert, situé dans la commune avec extension sur celles de St Jean et St Gervais d’Asnières, Epaignes, Lieurey et Morainville, également mouvant de la vicomté d’Orbec. – Droit de patronage pour le premier-
Les vassaux sont obligés de battre l’eau la première nuit que Madame sera en couches et quelques uns de lui donner une paire de gants et 3 deniers pour aller à l’offrande de la messe de Minuit.
De ce fief dépend ¼ de fief de haubert nommé le fief de Grosseville, situé à Coquainvilliers sur Touques, dont le seigneur est tenu de mener la mule ou haquenée de la Dame de Bailleul par la bride tout le long de la chaussée de Coquainvilliers, lorsqu’il lui plaît faire le voyage de la Délivrande. Si cette mule ou haquenée tombe, il est tenu de payer 3 galons de vin d’amende. S’il ne peut, il sera tenu de la faire conduire par un gentilhomme à sa place. Si elle veut aller à pied, il sera tenu de la soutenir par-dessous l’aisselle. Chaque fois qu’il y manquera il lui paiera un pot d’hypocras.

On voit dans les bois du vieux manoir de très grands fossés qui environnent un lieu élevé où il y avait un château fort, nommé le fort du Bec-Alis, avec un puits très profond au milieu et une entrée de souterrain voûté.
Tour en ruines de la forteresse de Bailleul qui en 1337 fut successivement occupée par les partisans de Charles le Mauvais et les troupes du Roi de France. Sur une côte opposée enceinte triple de retranchement au milieu desquels s’élevait la forteresse du Bec-Alis, qui dans le même temps fut vaillamment défendue contre les Navarrais et les Anglais. (A.Leprevost)

Recherche de Montfaut 1463
Geffroi de Bailleul, de Bailleul
En 1540 Richard de Livet fut trouvé noble par les élus de Lisieux qui le qualifie seigneur du lieu.

Recherche de 1666
Robert Bailleur seigneur du lieu
Gilles et Benedict de Bailleul
Mathieu Dupont a renoncé à la qualité.

Bailleul la Vallée – Vu tumulus gaulois qui existait sur cette commune a été détruit à la fin du dernier siècle.
Sol couvert de débris romains ; trace d’une voie romaine qui paraît se diriger de Cormeilles vers Berthouville.
Eglise dans le style roman de la dernière époque.
Tour en ruines de la forteresse de Bailleul qui en 1357 fut successivement occupée par les partisans de Charles le Mauvais et les troupes du roi de France.
Sur une côte opposée, dite du Vieux Manoir, enceinte triple de retranchements au milieu de laquelle s’élevait la forteresse du Bec-Alis, qui dans le même temps fut vaillamment défendue contre les Navarrais et les Anglais (Gadebled).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *