DRUBEC – 14




NOTES sur DRUBEC

de Brubecca – de Doubecca

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome IV page 204.

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 1291

Voir : D’Hozier 357
Recherches des Nobles de Lisieux p.94
Statistique … de Caen à Rouen
Bulletin Monumental Tome 9 p.304

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Drubec, Drubeccum, ecclesia de Drubecco.
L’église de Drubec est remarquable à cause de sa tour romane octogone. On rapporte que cette église était très-petite et fort courte avant les travaux qu’on y a faits au siècle dernier , travaux qui consistent dans la reconstruction presque complète du choeur et dans l’allongement de la nef, qui aurait reçu une travée de plus.
Ces renseignements que je dois à M. l’abbé Le Biais, curé actuel de Drubec, permettent de circonscrire les parties anciennes de l’église, et l’inspection des murs vient jusqu’à un certain point les confirmer.
Les parties anciennes de l’église sont donc la tour latérale, au nord, et la nef, moins la travée occidentale ; on y voit des assises de pierre disposées en arête de poisson et l’emploi d’un petit appareil irrégulier, tel qu’on le trouve dans beaucoup d’autres églises romanes de la contrée.
Toutes les fenêtres sont modernes, carrées ; le linteau est légèrement cintré.
La tour, accolée à l’extrémité orientale du mur latéral de la nef, côté du nord, est carrée jusqu’à une certaine hauteur, puis elle prend la forme octogone qu’elle conserve jusqu’au toit conique, en bois, qui la termine.
Le passage du carré à l’octogone se fait au moyen de pendentifs en cul-de-four, comme dans d’autres tours du même temps, et que l’on voit très-bien à l’intérieur.
J’ai figuré la tour romane de Drubec dans mon abécédaire d’archéologie (V. la page 209 ). Le tuf ou travertin a été employé dans cette construction qui est d’une grande solidité.
Le beffroi se compose d’une poutre verticale, portée sur des traverses qui s’engagent dans les parois de la tour. Cette poutre verticale, espèce de mât dont l’extrémité supérieure porte la charpente du toit, descend très-bas au centre de la tour. Avec ses traverses, elle sert de support aux étages en bois qui reçoivent chaque portée des échelles. Ce système m’a paru d’une grande simplicité.
Il y a plusieurs cloches dans la tour de Drubec, mais elles ont été récemment fondues.
Le choeur, du siècle dernier, comme nous l’avons dit, a pourtant conservé, je crois, du côté du sud et dans la partie inférieure, quelques assises de l’ancienne muraille ; mais ce pan de mur n’offre rien d’intéressant et tout le reste est moderne.
Sur la porte par laquelle on y entre, du côté du sud, on lit le millésime 1761.
Le seigneur de Drubec avait donné 11 l’église, peu de temps avant la Révolution, un autel en marbre rouge, à colonnes, et deux vasques en marbre, placées au bas de la nef, l’une servant de bénitier, l’autre de font baptismal.
M. l’abbé Le Biais a acheté un tabernacle en marbre blanc dont les formes accusent la fin du XVIII. siècle ou la première moitié du XVIIIe. On l’a placé sur l’autel du siècle dernier. On croit que ce tabernacle provient du prieuré de Royal-Pré, près Dozulé
L’église de Drubec est sous l’invocation de saint Germain.
Le duc de Normandie nommait à la cure au XIVe. siècle ; au XVe. siècle, le chapitre de Cluny était en possession du patronage.
On comptait 3 feux privilégiés et 30 feux taillables à Drubec.

Château.
— Le château de Drubec était à peu de distance au sud de l’église. Ce que j’en ai vu il y a vingt ans pouvait remonter au XVII. siècle; mais il était déjà démoli en partie.
En avant du château, près de la route, on avait élevé une éminence dans le but, m’a-t-on dit, d’apercevoir la mer.
Ce château était encore habité, peu de temps avant la Révolution, par les derniers seigneurs qui ont donné l’autel et les fonts baptismaux en marbre que j’ai cités.

DRUBEC. Une motte considérable existe encore dans un herbage à quelques dizaines de mètres au Sud de l’église ; les fossés ont été
comblés (2).
(2) Caumont, Stat, mon., IV, p. 211. – Doranlo, Camps, p. 805.

2 – Pièces Justificatives:

Insinuations
Tour romane octogone de la base au toit, type fort rare dans nos contrées
Tour latérale au nord de 1000 à 1090.
Registre de Philippe Auguste – texte en latin

166 ?. – Beaumont-en-Auge
David Toustain, demeurant à Drubec, reconnaît et confesse que Mrs les religieux, prieur claustral et couvent du prieuré de Beaumont-en-Auge, lui ont baillé en prêt, la somme de 86 livres pour le paiement de trois années de fermage à Jean Brière, écuyer, garde du corps du Roi.
= Arch. SHL. 9 FA. Fonds Et. Deville.

1848. – Archives SHL.
1F802 : 1848 : Enquête commerciale, artisanale et industrielle¬ concernant la région de Pont-l’Evêque (Bonneville, Canapville,¬ Clarbec, Drubec, Englesqueville, Pont-L’Evêque, St Arnoult, St¬ Hymer, St Etienne la Thillaye, St Martin aux Chartrains, Ste¬ Melaine, Surville, Tourgéville, Touques, Tourville, Trouville,¬ Villerville.

Archives SHL : Fonds Michel COTTIN :
11 FA – 37 – Divers. Région de Pont-L’Evêque, Bonnebosq, Clarbec, Reux,
Drubec, Beaumont, Villers, Manneville-la-Pipard, Manoir de
Pommereul à Sainte-Marthe (Eure) etc.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE BEAUMONT – 14
Election et sergenterie de Pont l’Evêque
3 feux privilégiés – 30 feux taillables

Sous l’invocation de St Germain

Patronage:
14e Dominus Dux
16e Dominus de Clery
18e Chapitre de Cléry

Curés:
Salé 1764 Louvet 1774
Labbé 1763/1787
Vénérable personne Maistre Paschal Danyd, prêtre, curé de Drubec le 7 juillet 1606

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *