Archives de catégorie : Non-classe

SAINT CLAIR DE BASSENEVILLE


SAINT CLAIR DE BASSENEVILLE

Saint-Clair-de-Basseneville dit aussi Saint-Clair-de-Barneville ou Saint-Clair-en-Auge.

En 1827 (1897?), la commune de SAINT CLAIR DE BASSENEVILLE est rattachée à Goustranville.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

SAINT-CLAIR-DE-BASSENEVILLE.
Sanctus Clarus in Algîa, Sanctus Clarus de Barnevilla.
L’église de St.-Clair est intéressante; elle doit dater de la première moitié du XIVe. siècle ou de la fin du XIIII.
Le choeur, composé de trois travées, est voûté en ogive avec arceaux croisés et présente, à l’est, une très-belle fenêtre rayonnante à quatre baies.
La nef, dont le développement est à peu près égal à celui du choeur, a été reconstruite en partie ; la façade occidentale et la travée qui précède le choeur sont du même temps que lui; mais on a refait les murs latéraux qui correspondaient aux deux premières travées.
La porte occidentale est au milieu d’un mur en saillie formant une espèce de doublure sur la partie centrale du gable, entre deux contreforts ; deux fenêtres sont placées l’une à droite, l’autre à gauche de cette porte, à une hauteur peu considérable.
La tour latérale, au nord, est accolée à la première travée du choeur ; elle se compose d’un corps carré en pierre, percé de plusieurs fenêtres ogivales, surmonté d’une pyramide assez élevée en charpente, type dont le Pays-d’Auge nous offre encore divers exemptes : celle-ci est une des plus remarquables par ses bonnes proportions et sa bonne conservation.
Une des entrées du choeur est ouverte sous cette tour.
La paroisse St.-Clair-de-Basseneville est supprimée et réunie à Goustranville. Le toit du choeur est détruit et les voûtes sont exposées à la pluie ; on a dépavé une partie de l’église pour en employer les pierres ailleurs, et il est à craindre que l’église elle-même ne finisse par être démolie, car elle est construite en appareil moyen assez régulier qui doit avoir une certaine valeur dans cette contrée où la bonne pierre est rare.
J’ai vu dans le sanctuaire, du côté de l’épître, une crédence géminée bien conservée.
L’église était sous l’invocation de saint Clair. L’abbé du Bec nommait à la cure. M. Aug. Le Prévost indique une charte curieuse de Robert de Mortain, relative à cette localité, dans le Cartulaire de Préaux, fol. CI, verso.
Le Pouillé de Lisieux mentionne la chapelle de la Trinité des Bresolles sur St.-Clair-de-Basseneville.
St.-Clair faisait partie du doyenné de Beuvron et de la sergenterie de Dives.

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux

983. — Le 29 octobre 1730, Charles-Félix Gastines, fils de Jean et de Marie Losson, do la parr, de St-Clair-en-Auge (St-Clair de Basseneville), reçoit la tonsure à Lx.

381. — Le 22 novembre 1746, vu l’attestation du Sr. te Bis, pbfë, vicaire de Dive, et du Sr. Chopin, desservant la parr. de St-Clair-en-Auge, dispense de bans pour le mariage de Jean Rivière et de Marie
Liberge.

404. — Le 19 janvier 1747, la nomination à la cure de St-Clair-en-Auge appartenant au seig. abbé du Bec-Hellouin, Mgr. Louis de Bourbon, prince du sang, comte de Clermont, abbé commendataire de
lad. abbaye, nomme à lad. cure de St-Clair, vacante par la mort de Me. Guillaume Manchon, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. Jacques Guerrier, pbrë du diocèse de Lx.
Le 30 janv. 1747, le seig. évêque donne aud. Sr. Guerrier la collation dud. bénéfice.
Le 24 févr. 1747, le Sr. Guerrier prend possession de la cure de St-Clair-en-Auge,en présence de Me. François Chopin, pbrë, desserrant lad. parr ; Me. François Radiguet, pbrë, chapelain de Brézolles,
demeurant à Goutranville, et autres témoins.

311. — Le 7 janv. 1772, la nomination à la chapelle Ste-Trinité des Bréholles, parr. St-Clair-en-Auge, appartenant au seig. du lieu, le Sr.Jean Desprez, marchand, demeurant en sa terre et manoir des Bréholles, nomme à lad. chapelle, vacante par la translation de Me. Jacques Patin, pbrë, pourvu depuis plus d’un an de la cure de Cabourg, diocèse de Bayeux, la personne de Me. Jean-Baptiste Leperchey, pbrë du diocèse de Lx, vicaire de N.-D. de Barneville-en-Auge. Fait et passai à Lx.
Le même jour, M. Despaux, vicaire général du seig. évêque, donne aud. Sr. Leperchey la collation dud. bénéfice.
Le 15 janv. 1772, le sSr. Leperchey prend possession de la chapelle du manoir de Bréholles, sujette à résidence, en présence de M. François Bion, curé de Goustranville, et autres témoins.

121. — Le 3 oct. 1772, M. Français Choppin, pbrë, curé de St-Clair-en-Auge, près Basneville, attaqué d’une paralysie qui occupe tout le coté droit et une partie de la langue, donne sa procuration pour résigner lad. cure entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de son neveu, M. Pierre Cailloué, pbrë du diocèse de Baveux. Il se réserve toutefois une partie du presbytère et une rente viagère de 300 livres à prendre sur les revenus de ce bénéfice qu’il a desservi pendant vingt-quatre ans environ.
Le 21 oct. 1772, led. Sr. Cailloué obtient en cour de Rome des lettres de provision du bénéfice-eure de St-Clair.
Le 16 févr. 1773, le seig. évêque donne son visa auxd. lettres de provision.
Le 21 févr. 1773, le Sr. Cailloué prend possession de lad. cure, en présence de M. François Bion, pbrè, curé de Goustranville, et autres
témoins.

394 — Le 7 sept. 1774, la nomination à la cure de St-Clair de Basseneville appartenant au seigr. abbé du Bec-Hellouin, mais revenant au seigr. évêque de Lx, à cause do la vacance du siége abbatial. Sa Grandeur nomme aud. bénéfice, devenu libre par la mort de Me. Pierre Cailloué, dernier titulaire, la personne de Me Jean Plessis, pbre de ce diocèse, (pair. d’Hecquemanville. Daté du château «les Loges. (V. 121.)

131. — Le 31 Mars 1783, Me Jean Plessis, pbre, curé de St-Clair de Bassenevile et de St-Etienne-Lallier, donne sa procuration pour résigner entre les mains de N.-S.-P. le pape Lad. parr. de St-Clair de Basseneville en faveur de son neveu, M. Mare-Antoine Plessis, pbre, vicaire de St-Georges-du-Vièvre. Fait et passé à Rouen.
Le 21 avril 1783, led. Sr Marc-Antoine Plessis obtient en cour de Rome des lettres de provision dud. bénéfice.
Le 14 août 1783, le seig. évêque, résidant au château des Loges, donne son visa auxd. lettres de provision.
Le 10 sept. 1783, le Sr. Plessis prend possession de la cure de St-Clair-de-Basseneville, en présence de M. François Bion, pbre, curé de Goutranville; M. Jean-Baptiste Leperchey, pbre, chapelain de St-Trinité de Bréholles, demeurant à Goutranville. et autres témoins.

SAINT CLAIR DE BARNEVILLE ou SAINT CLAIR EN AUGE.
Curés. — F. CHoppin – P. Cailloué- Ja. Plessis – M.-A. Plessis.
Patron. — L’abbé du Bec. — L’évêque de Lx
Seigneurs. — F.-B. Mecflet – Ja-A. F.-B. Mecflet de Pleinemare
Chapelle de Ste-Trinité des Bréholles. Chapelains. — Jq Petin – Jean-Baptiste Leperchey – Jean Desprez

SAINT CLAIR DE BARNEVILLE
Curés. — T. Duhamel — P. de France — J. Allaïre.
Vicaire. – F. Durozey.
Prêtres desservants.— F. Durozey — J. Gastines.
Clerc —J. de Saint-Clair.
Patron. — L’abbé du Bec. – J.-N. Colbert — Prétention du seigneur du lieu, R. Aubry.
Seigneurs et notables. — H de Bastard de Duranval — G.Hamelin — P. Barrey de Montgoubert.
Chapelle de la Sainte Trinité de Breholles (ou Brezolles). — CHAPELAINS.
—A. Mauger – F. de France.
PATRON. — Le seigneur du lieu. — C. Le Court.

Sanctus Clarus in Algia, 1207 (cartul. normand, n° iogi, p. 283); 1234 (parv. lib. rub. n° Û7).
Saint Clair en Ange ou Saint Cler, 1297 (enquête).
Basneville-Saint-Clair, 1320 (rôles de la vicomté d’Auge).
Sanctus Clarus in Algia, Saint Clair en Auge, 1350 (pouillé de Lisieux, p. 48).
Patr. l’abbé,du Bec..Dioc. de Lisieux,
doy. de Beuvron.
Génér. de Rouen,
élect. de Pont-l’Évéque,
sergent. de Dive.
Saint-Clair de Barneville, fief de la vicomte d’Auge, ressortissant à la sergenterie de Dive, bénéfice de la trésorerie de Lisieux. Huitième de fief de Bouron, fiefs de Coqueville, Boisferout et
Hermanville 1620 (fiefs de la vicomté d’Auge).

Curés:
Chopin (1764)
Cailloué (1774)
Plessis (1783 1787)

Note sur l’église réunie à Saint Clair de Basseneville
Lieu nommé : Chapelle de la Trinité de Brezolles

ARCHIVES DE LA BARONNIE D’ORBEC


ARCHIVES DE LA BARONNIE D’ORBEC

Ha – ARCHIVES DE LA BARONNIE D’ORBEC

– 17 décembre 1352
Fieffe de deux pièces de terre par 10 œufs et 1 chapon de rente, faite à Jehan LEGENDRE par noble homme …..de BIENFAITE

p.27- 29 juillet 1648
contestation de terrain de diverses pièces de terre entre Messire HENRY de CHAULMONT chevalier et baron de LECQUES, BENFAITE, LA CHAPELLE-YVON et TORDOUET et Monsieur Maistre François de MOGES seigneur de Préaux et du Besneray

p.28- 22 juin 1650
requête présentée à la cour des comptes par Marin LECARPENTIER

p.29 – 31 janvier 1661
mandement à comparaître en la Cour du Parlement de ROUEN
à la requête de Henry de CHAUMONT à cause de noble Dame Louise de BANQUETOT baron d’Orbec et de Bienfaite prétendant avoir droit de nommer et présenter à la cure et bénéfice de SAINT-MARTIN-DE-BIENFAITE Messire Thomas
BOISSEL sous prétexte d’une résignation que lui avait faite Messire Fulbert PATHOUIN

p.36 – 28 novembre 1720
aveu rendu à Haut et puissant Seigneur Messire Jacques
Antoine de CHAUMONT par Jean DOUBLET chevalier d’un manoir, maison et jardin situés en la Franche Bourgeoisie d’Orbec.

p.37 – 10 août 1722
aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT d’un manoir, cour et maison situés en la Franche Baronnie d’Orbec par Messire Alexis de ROZEY à cause de noble dame Louise MORIN-DUBOSC, son épouse

p.38 – 20 mai 1723
aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT par Pierre CHRESTIEN au droit de noble dame Elisabeth de MAILLOC veuve du Sieur de la THILLAYE et de Françoise de MAILLOC épouse du Sieur de BONNEVAL d’une pièce de terre en pré, nommé le Pré Saint-Michel.

p.39 – 26 septembre 1732
aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT par Pierre François de FOUCQUES seigneur de la PILETTE d’une maison sise à la Baronnie d’Orbec

p.40 – 4 février 1734
aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT par Georges LE PORTIER écuyer et sieur de SAINT-OUEN des droits d’acquêts de Pierre LE PORTIER.

p.41 – 5 février 1734
baillage entre Jacques Anthoine de CHAUMONT et Jay Charles CHEMIN pour les pères capucins d’un jardin avec 2 corps de logis moyennant rentes seigneuriales et foncières de 12 sols payables au terme de Sant-Rémy

p.42 – 12 février 1734
aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT par Yves PUEL à droits d’acquets de Louis LE PORTIER sieur de la BUTTE d’une maison sise en la Franche Baronnie d’Orbec.

p.43 – 9 juin 1734
Aveu baillé à Haut et puissant Jacques Anthoine de CHAUMONT par Charles Jean de CLOPPEE curé de CERNAY à droit de succession de feu Messire Robert Jean de CLOPPEE, son père.

p.44 – 26 novembre 1735
Aveu baillé à Jacques Anthoine de CHAUMONT d’un corps de logis avec petit jardin sise en la Baronnie d’Orbec par Messire Gille Joseph de MALLEVOINE chevalier pour sa fille Damoiselle Madeleine Jeanne de MALLEVOINE.

p.45 – 14 juillet 1735
Aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT par Rémy RIQUER d’un manoir, cour, maison et jardin situés en la Bourgeoisie d’Orbec.

p.46 – 29 novembre 1735
Aveu baillé à Jacques Anthoine de CHAUMONT par Louis DESHAYS sieur de la RADIERE d’une maison cour et jardin situés en la Baronnie d’Orbec

p.47 – 26 janvier 1736
Aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT de diverses pièces de terre par Messire Yves DESHAYES chevalier

p.48 – 15 février 1737
Déclaration de baillage à Noble Dame Anonyme du FAY veuve et héritière de feu Jacques Anthoine de CHAUMONT de bouts et cotés d’un manoir jardin et prés situés en Franche Bourgeoisie d’Orbec par Messire Charles François de FOUCQUES seigneur de la PILETTE

p.51 – 27 octobre 1754
Constitution par haut et puissant seigneur Jacques Guy Henry de CHAUMONT et Antoine Anne François de CHAUMONT-GUITRY au profit et bénéfice des nobles enfants de feu Messire Gabriel LE MICHEL seigneur de la CHAPELLE représentés par Noble Dame Marie-Louise de CHAULIEU leur mère et tutrice demeurant en la paroisse de COURSON de la somme de 1000L de rentes au denier 20 représentant 2.000 L de capital

p.52 – 1e avril 1649
Vente d’un porche depuis le postz (?) de la maison de Nicolas JUMEL par noble seigneur Messire Henri de CHAUMONT à cause de la dame son épouse

p.53 – 13 novembre 1742
Renseignements sur les héritiers de Jacques Antoine de CHAUMONT

p.54 -Tutelle de Marie Victoire de MARGEOT veuve de seigneur Jacques Guy Georges Henry de CHAUMONT pour nobles enfants mineurs : Victor Jacques Guy Georges Henry Charles Victor Jacques Guy Georges Charles François

p.55 – 1399, 24 novembre

Vente par Claude Maurey, d’Orbec, à Jehan du Couldrey, de Prestreville, d’une place vide à Orbec

p.56 – 7 mai 1734
Aveu rendu à Haut et puissant seigneur Jacques Anthoine de CHAUMONT par Messire Eustache LE SUEUR-DESORGERYES époux de Marie ASSELIN veuve de feu Pierre LE BUGLE tutrice de ses enfants mineurs, d’une maison avec jardin à porez

p.57 _ 26 mars 1734
Aveu rendu à Jacques Anthoine de CHAUMONT par acquêts du sieur de SIGLAS d’une maison située en la Franche Baronnie d’Orbec bornée par Charles François Dominique LE NORMAND écuyer sieur de BRETTEVILLE

p.58 – 8 avril 1737
Aveu rendu aux nobles ayant-droits de feu Messire Jacques Anthoine de CHAUMONT par Messire Georges LE PORTIER représentant par acquêts l’hôpital d’Orbec

p.59 – 30 décembre 1738
aveu en forme d’acte notarié rendu à Madame Anonyme du FAY veuve de Jacques Anthoine de CHAUMONT tutrice de leurs enfants mineurs de deux pièces de prez nommées le prey d’Angleterre, bornées par la rivière la Morte-Eau ,le Sieur de BLANCBUISSON et le pavé d’Orbec, par Adrien LE BARBEY escuyer

p.60 – 5 janvier 1739
Déclaration de baillage d’une pièce de terre contenant demie vergée située dans la Baronnie d’Orbec par Jean ESMONT escuyer sieur de la ROSIERE, aux nobles enfants mineurs de Jacques Anthoine de CHAUMONT (bornage)

p.61 – 3 septembre 1739
Aveu rendu aux nobles enfants de Jacques Anthoine de CHAUMONT par Luc HELIX escuyer seigneur d’HACQUEVILLE et du LAUNAY, d’une pièce de terre contenant demie vergée à charge de 3 livres-tournois de rente au terme de Saint-Rémy

p.62 – 22 avril 1745
Aveu rendu aux nobles enfants de Jacques Anthoine de CHAUMONT, par Jean-Baptiste François ESMONT escuyer d’un pré nommé le Pré de l’Enquesteur (bornage)

p.63 – 25 juin 1771
aveu rendu d’une pièce de terre en cour et plants situés rue du Casble à Orbec bornée par le chemin d’ Orbec à Bernay, le fief du Plessis, les fossés du vieux château, les bruyères de Cantelou ayant appartenu au sieur des ETEUX, tenue de seigneur Jacques Guy Georges Henry de CHAUMONT

p.64 – 1454
Aveu rendu par Brenche, fille et héritière défunt Estienne Le Petit, à Johan d’Orbec, pour sa seigneurie de Bienfaite, plusieurs pièces de terre – Le Puchot, La Fontaine au Puchot – fennage – La Morte Yaue –

p.65 – 14 septembre 1647
9 février 1661
Divers actes aliénant à certains particuliers les porches de devant leur maison pour en faire des boutiques ou autres aménagements à charge de certaines redevances féodales. (faits par Messire Henry de CHAUMONT)

Hb – ARCHIVES DE LA BARONNIE D’ORBEC

vendues aux brocanteurs pour être détruites, compulsées du 8 au 18 février 1858

Baronnie de FUMICHON – Dès 1650 en possession de Messire Louis de RABODANGE , chevalier marquis de CREVECOEUR , baron de FUMICHON (énumération de ses différents titres et description de ses armes)

p.1 – 22 décembre 1403
lettre de nomination donnée par le vicaire général le Révérend Père en J-C Monseigneur G. évêque de LISIEUX à Guillaume du BUISSON pour la cure de TORDOUET sur présentation de noble dame Isabelle CARBONNEL

p.2 – juin 1407
lettre de nomination donnée par Monseigneur G. évêque de LISIEUX à Maistre Guillaume LE CESNE pour le curé de SAINT-CYR-DU-RONCERAY, sur présentation de noble dame Isabeau CARBONNEL veuve de Henry du BUISSON

p.3 – 26 juillet 1434
lettre de nomination donnée par Monseigneur l’évêque de LISIEUX à Robert du BUISSON (Roberto de Dumo) pour l’église de SANT-MICHEL-DE-TORDOUET sur présentation de noble homme Henry du BUISSON

p;4 -16 juillet 1440
lettre de nomination par Monseigneur P. évêque de LISIEUX à Maistre Jehan LEGRIS pour la cure de SAINT-CYR-DU-RONCERAY, sur présentation du notre Seigneur Roy de France et d’Angleterre à cause de la garde noble des enfants du défunt Henry du BUISSON

p.5 -14 juillet 1454
lettre de nomination donnée Thomas évêque de LISIEUX à Jehan du FAUC (?) pour l’église de SAINT-MICHEL-DE-TORDOUET, sur présentation du noble homme Edouard de SAINT-OUEN.

p.6 – 14 juin 1484
attestation donnée par les gens des comptes du Roy que Régné de SAINT-OUEN escuyer a fait foy et hommage du fief de SAINT-MICHEL-DE-TORDOUET. Le dit escuyer peut donc jouir et user de sa propriété.

p.7 – 12 janvier 1484
transaction sur un procès entre Odon et Régné de SAINT-OUEN et le seigneur Pierre de MAILLOC escuyer pour un droit de pêche dans la rivière de Tordouet et un droit de chasses à cor et à cri dans les boys de Tordouet

p.8 – 24 février 1496
lettre de nomination donnée par le vicaire général de Monseigneur ETIENNE évêque de LISIEUX à Guillaume de SAINT-PIERRE pour la cure de SAINT -CYR-DU-RONCHERAY sur présentation de Renaud de SAINT-OUEN.

p.9- 15 novembre 1497
fieffe faite par Régné de SAINT-OUEN pour des immeubles acquis par lui

p.10- 25 mars 1522
arrêt rendu concernant les Eaux et Forêts de la Vicomté d’Orbec, droits appartenant au seigneur et baron d’ORBEC dans un bois de fustaye de ceste verderie d’ORBEC

p.11 – janvier 1532
envoi en possession du fief de TORDOUET à Jehanne du BUISSON

p.12 – 22 décembre 1540
reçu de Monseigneur LOYS d’ORBEC la somme de 30 livres tournois par les mains de Messire Yldevert de DRIEUX pour reliefz et 2 aides , l’une à cause de la chevalerie de Très Haut et Redouté Prince Monseigneur le Dauphin , l’autre pour le regard de mariage de la Très Haute Très Redoutée et Puissante Princesse feue Madame Magdelayne fille de France, Reine d’Ecosse

p.13 – 2 avril 1547
Noble homme Olivier de SAINT-OUEN ayant procès en gorge pleige (?) avec noble et puissant seigneur Loys d’ORBEC, chevalier baron

p. 14 -21 septembre 1570
acte passé par Charles du ROZEY, procureur et récepteur du Baron d’Orbec par lequel il donne quittance à Maistre Jacques du TERTRE écuyer et vicomte d’ORBEC et de LA MORANDIERE, de la somme de 30 sols pour les trois dernières années de 10 sols de rente seigneuriale qu’il était tenu de faire à cause de sa maison d’Orbec.

p.15 – 17 octobre 1580
déclaration baillée à noble dame Catheryne de LHOSPITAL, veuve de feu Messire Jehan d’ORBEC par Thomas et Nicolas DIETZ-VISTROUIL ,frères bourgeois d’Orbec de 2 pièces de terre.

p.16 – 6 juillet 1581
aveu rendu par Jullian PYGNERAY de 7 pièces de terre en herbe tenues de la seigneurerie de la CHAPELLE-YVON de noble homme Jacques DESHAYS sieur de GASSART

p.17 – décembre 1606
aveu rendu à Loys d’ORBEC, chevalier, par Tassin du BUSC de deux corps de logis avec les jardins à ce appartenant par acquisition de noble homme Anthoine PAREY sieur de COMBRAY de LA MONTELLERYE et des CRESPINS

p.18 – 18 octobre 1612
Déclaration de bouts et costés d’une pièce de terre en jardin à porez sise au lieu et bourgeoisie d’Orbec , bornée d’un côté par Jehan DESHAIES sieur de LA BARBERIE , escuyer, baillée à noble dame Ester d’ORBEC , veuve de feu Messire Jehan de BOUCQUETOT, héritière en partie de feu Messire Loys d’ORBEC

p.19 – 2 mars 1613
Déclaration baillée par Adrien de LAMPERIERE à noble dame Ester d’ORBEC d’un manoir appelé « La Croix-du-Lionnet » consistant en plusieurs maisons borné d’un côté des hoirs de Nicollas LE HURE escuyer sieur du BOSCDROUET et d’un bout de la Grande Rivière.

p.20 – 12 juillet 1617
jugement d’adjudication des immeubles décrétée sur sieur Jehan DENDELET, assis et situés en la paroisse du RONCEREY, à la requête de Jehan de QUERVILLE lequel s’est rendu adjudicataire des biens décrétés conjointement avec Jacques de LA ROCHE, escuyer sieur de LAPLESSE, en qualité de procureur de la dame du Mesnil-Guillaume

p.21- 24 février 1625
quittance des arrérages échus et renonciation pour l’avenir faite par Jacques DHOMMEY prêtre prébendé en l’Eglise cathédrale de LISIEUX en faveur de Monsieur Phillebert PATHOUIN , prêtre curé du bénéfice et église paroisse de BIENFAITE, de la pension de 150 livres tournois par an créée en cour de Rome.

p.22 – 3 juillet 1627
aveu de diverses pièces de terre situées à BIENFAITE rendu par Messire Guillaume PERIER prêtre curé de SAINT-AUBIN-SUR-ANEQUINVILLE a Messire GEDEON sire de MAGNEVILLE à cause de Haute et Puissante Dame Ester d’ORBEC reçu par Jacques DANDEL sieur de SAINT-ESTIENNE receveur de la baronnie

p.23 – 4 juin 1628
vente par David QUERUEL à Damoiselles Guionne, Louise et Jehanne dites de BOUCQUETOT sœurs , dames du BROEUIL d’une pièce de terre nommée « La Fontaine-Jourdaine » sise en la paroisse de BIENFAITE

p.24 – 12 juin 1630
déclaration des boutz et côstez d’une pièce de terre et manoir, cour, plant, jardin et porez baillée par Pierre DESHAIS escuyer représentant Jehan LE MICHEL à haut et puissant seigneur Messire GEDEON sieur de MAIGNEVILLE chevalier seigneur-baron de LA-HAIE-du-PUITS

p.25 – 3 JUILLET 1632
déclaration des boutz et costez d’un manoir sis en lieu et bourgeoisie d’ORBEC borné d’un côté par Jacques DANDEL sieur de SAINT-ETIENNE, baillé à
Messire GEDEON, sieur de MAGNEVILLE , chevalier , à cause de puissante dame Ester d’ORBEC son épouse.

FSHAN 2018 Programme

53ème congrès des
Sociétés historiques et archéologiques
de Normandie

Alençon
Halle aux toiles, du 17 au 20 octobre 2018.

De la fourche à la fourchette,
pour une histoire normande de l’alimentation.

PROGRAMME

 Mercredi 17 octobre

13 h 15 : Accueil des congressistes.

14 h 00 Discours de bienvenue :
– M. Christophe de BALORRE, président du conseil départemental de l’Orne, – M. Emmanuel DARCISSAC, maire d’Alençon, – Mme Odile LECONTE, présidente de la SHAO, – M. François NEVEUX, président de la FSHAN.

14 h 15 Conférence inaugurale : Que mangeait-on au Moyen Âge ? Comment bien répondre à une mauvaise question par Alban GAUTIER, professeur à l’université de Caen
Quelques boissons des Normands

15 h 00 Guy LECLERC, Société historique et archéologique de l’Orne, La consommation de vin dans l’Antiquité chez les Esuviens. 15 h 20 Jean-Claude VIEL, Cercle d’Études vernonnais, Que buvait-on dans les châteaux du comte d’Évreux vers 1370 ? 15 h 40 Benoît NOËL, Société historique de Lisieux, Du « Coup du milieu » au « Trou normand moléculaire ».

16 h 00 Discussion. 16 h 15 Pause.

17 h 00 Départ pour la visite du quartier de la mairie et de l’hôtel de ville.

18 h 30 Réception à l’hôtel de ville d’Alençon.

 Jeudi 18 octobre

Consommation et représentation sociale

09 h 00 Dominique CLIQUET, Service régional de l’Archéologie de Normandie, « Qu’y a-t-il au menu Monsieur Néandertal ? » La nourriture carnée des Néandertaliens en Normandie de 250 000 ans à 80 000 ans.

09 h 20 François NEVEUX, Société des antiquaires de Normandie, Que peut-on savoir de l’alimentation des Bayeusains à la fin du Moyen Âge ? 9 h 40 Yannick ROSE, Société historique et archéologique de l’Orne, Henri IV à Alençon, une histoire de dinde !

10 h 00 Discussion 10 h 15 Pause 10 h 45 Bernard BODINIER, Société d’Études diverses de Louviers, Cuisine et cave : des marqueurs sociaux dans la Normandie du XVIIIe siècle. 11 h 05 Marc-Alphonse FORGET, Société d’Histoire et d’Archéologie de la Manche, section de Saint-Lô, Comment se nourrissait-on dans une ferme du Coutançais au début du XXe siècle : l’autoproduction, l’autoconsommation, l’auto transformation, les achats externes.

11 h 25 Nicolas ABRAHAM, Archives départementales de la Manche, « Qu’est-ce qu’on mange ? » : voyage à travers la collection de menus des archives départementales de la Manche.

11 h 45 Discussion.

12 h Fin de séance.

14 h 00 Rémi PÉZERIL, Les Amis du Donjon, Les parlers normands liés à la nourriture.

La restauration collective

14 h 20 Jean BABOUX, Cercle d’Études vernonnais, La nourriture des « escoliers » du collège Saint-Lazare de Vernon au XVIIIe siècle.

14 h 40 Franck BEAUVALET, Société libre d’Agriculture, Sciences, Arts, Belles Lettres de l’Eure, Quand la table s’invite à la communale : la restauration scolaire dans l’Eure sous la IIIe République. 15 h Chantal CARPENTIER, Cercle d’Action et d’Études normandes, L’œuvre des cantines scolaires du Havre.

15 h 20 Discussion. 15 h 40 Pause

16 h 30 Visite de l’exposition des collections de la SHAO aux Archives départementales de l’Orne, sous la conduite de M. Jean-Pascal FOUCHER, directeur des Archives départementales.

18 h 00 Réception au conseil départemental.

20 h 00 Dîner du congrès.

 Vendredi 19 octobre

La transformation des produits alimentaires

09 h 20 Manuel MARTIN, Archives de Fécamp, L’évolution de la production alimentaire en lien avec la grande pêche. 9 h 40 Thierry VINCENT, Centre Havrais de Recherche historique, Du vivier au marchand de poissons : les casiers de pêche, une tradition normande ?

10 h 00 Henry DECAËNS, Les Amis du Mont Saint-Michel, La vérité sur l’omelette de la Mère Poulard.

10 h 20 Discussion.

10 h 35 Pause.

11 h 05 Yves ROTH, Société historique et archéologique de l’Orne, Le monastère de Soligny-la-Trappe du milieu du XIXe siècle au début du XXe siècle, agriculture et nourriture.

11 h 25 Jean BOURIENNE, Centre Havrais de Recherche Historique, Montivilliers, hier, aujourd’hui, demain, Le chaudron des moniales : la confiturerie des Carmélites du Havre.

11 h 45 Discussion.

12 h Fin de séance.

L’alimentation en temps de crise

14 h 00 Alain BECCHIA, Société de l’Histoire d’Elbeuf, Comment alimenter une population urbaine durant la Révolution ? Le cas d’Elbeuf.

14 h 20 Alain PONCHEL, Société historique et archéologique de l’Orne, L’alimentation à Alençon durant la Grande Guerre.

14 h 40 André GOUDEAU, Cercle d’Études vernonnais, Un service communal pendant la Grande Guerre : la boucherie municipale d’Évreux.

15 h Discussion.

15 h 15 Pause.

15 h 45 Patrick BIRÉE, Société historique et archéologique de l’Orne, Quels grains pour quelles farines ? Entre contraintes et libertés, l’activité des meuneries ornaises pendant la Seconde Guerre mondiale.

16 h 05 Patrick BIRÉE et Thérèse GAILLARD, Société historique et archéologique de l’Orne, Guerre et pain dans l’Orne pendant la Seconde Guerre mondiale, chercher son pain quotidien.

16 h 25 Discussion.

16 h 40 Pause.

17 h 00 Départ pour la seconde visite d’Alençon.

20 h 30 Concert d’orgue à l’église Notre-Dame par François Neveux.

 Samedi 20 octobre

La commercialisation des produits alimentaires

09 h 00 Yannick ROSE, Société historique et archéologique de l’Orne, Boucheries et Halle de la Boucherie à Alençon : évocation autour d’un texte de 1629.

09 h 20 Odile LECONTE, Société historique et archéologique de l’Orne, Les marchés alimentaires d’Alençon aux XIXe et XXe siècles. 9 h 40 Sophie MONTAGNE CHAMBOLLE, Société historique et archéologique de l’Orne, La foire au boudin de Mortagne.

10 h 00 Discussion 10 h 15 Pause

10 h 45 Bernard B0DINIER, Société d’Études diverses de Louviers, La fin des bistrots. 11 h 05 Georges-Robert BOTTIN, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche, Migrations et implantation des limonadiers, confiseurs et pâtissiers en Normandie au XIXe siècle.

11 h 25 Emmanuel GAUTIER, Société historique de Lisieux, Le Beurre Gautier de Lisieux : succès d’une « start-up » de l’alimentation normande de 1870 à 1982.

11 h 45 Discussion.

12 h Fin de séance

Alimentation et religion

14 h 00 Nicolas TROTIN, Société parisienne d’Histoire et d’Archéologie normandes, Prêcher l’Eucharistie au Beau XVIe siècle. L’exemple du dominicain ébroïcien Guillaume Pépin (†1533). 14

14 h 20 Chantal ADIGARD, Société d’Histoire du Protestantisme en Normandie, « Prenez et mangez […], prenez et buvez […] », en Normandie dans la clandestinité.

14 h 40 Nicolas TROTIN, Société parisienne d’Histoire et d’Archéologie normandes, Ecce Panis angelorum. Exposition et conservation des espèces eucharistiques en Normandie orientale à l’époque moderne.

15 h00 Fabrice PONCET, Association d’Histoire des Sociétés rurales, Les mutations du carême en Basse-Normandie (1801-1965).

15 h 20 Discussion.

15 h 40 Pause.

16 h 00 Conclusions du congrès par François NEVEUX, président de la FSHAN.

16 h 20 Fin du congrès.

Congrès SHAN 2018 Proposition de communication




Proposition de communication
 

De la fourche à la fourchette,
pour une histoire normande de l’alimentation.

À retourner avant le 20 mars 2018 (délai de rigueur) à la secrétaire générale de la Fédération, Chantal CARPENTIER :
fshan@laposte.net

NOM : Prénom :
Adresse :
Téléphone : Courriel :
Société savante ou organisme :
propose de présenter une communication sur le thème suivant :

Les propositions de communication seront examinées au printemps 2018 (pour une réponse en avril-mai) par le comité scientifique du congrès qui retiendra en priorité les travaux les plus innovants par leur problématique ou leurs sources et ceux qui s’inscrivent le mieux dans le thème tel que défini par les orientations de recherches. La durée des communications ne saurait excéder vingt minutes. Les auteurs dont la proposition sera retenue s’engagent à respecter les consignes de présentations et de longueur de texte (25 000 à 30 000 caractères) pour la publication des actes du congrès et à leur réserver la priorité.
RÉSUMÉ (10 à 20 lignes environ) :

**********************

PRINCIPALES SOURCES UTILISÉES :