Archives de catégorie : Fonds – Archives

HISTOIRE ECCLESIASTIQUE DE LISIEUX




NOTES SUR L’HISTOIRE ECCLESIASTIQUE DE LISIEUX.

Carnets de CHARLES VASSEUR.

Sommaire :

01 fascicule: CHAPELAINS (de la cathédrale)
02 fascicule: DOYENNE D HONFLEUR (chapitre de Cléry)
03 fascicule: CLERGE DE LISIEUX AU XVIIIe
04 fascicule: PETIT CHŒUR DE LA CATHEDRALE
05 fascicule: FABRIQUE DE LA CATHEDRALE
06 fascicule: CHAPITRE
08 fascicule: DIGNITAIRES
09 fascicule: CHANTRERIE
10 fascicule :CHEVECIER ou CHEFCIER
11 fascicule :TRESORERIE
12 fascicule : ARCHIDIACONE DE LIEUVIN
13 fascicule : ARCHIDIACONE D’AUGE
14 fascicule : ARCHIDIACONE DE PONT AUDEMER
15 fascicule : ARCHIDIACONE DE GACE
16 fascicule : ECOLATRERIE
17 fascicule : PREBENDES
18 fascicule :CHANOINES (de Lisieux)

1er fascicule: CHAPELAINS

HERVE chapelain de Hugues évêque de Lisieux (Orderic Vital Livre V traduc Guizot tome II p.413)

P.3 CHAPELLE SAINT MARTIN
6 insinuations

Nomination de Pierre Thorel diacre à la Chapelle Saint Martin de la cathédrale, vacante par le décès de Me François Rozey le 2 octobre 1706, prise de possession 3 octobre
Autre provision visant le même décès pour Me Julien Cousin, prestre du diocèse de Coutances le 1er août 1708

P.4 CHAPELLE SAINT URSIN
6 insinuations

Maître Michel Ricquier chapelain de Saint Ursin en 1736

P.5 CHAPELLE SAINT ETIENNE
6 insinuations

Provision pour Nicolas Jardin de la 1ère portion de la chapelle Saint Etienne de la cathédrale, vacante par décès de Jean Hebert, prêtre 12 septembre 1708 prise de possession 5 octobre
Etant devenu curé de Genneville il résigne en faveur de Thomas Jardin, acolyte le 29 septembre 1716

La bulle est datée du 11 des calendes de novembre 1716. Le visa du 9 décembre est la prise de possession du 16 décembre

p.7 CHAPELLE SAINT JEAN L’EVANGELISTE
7 insinuations

Prise de possession par Bence le 22 janvier 1694 de la chapelle de Saint jean l’Evangéliste, située au côté droit de l’église
Collation pour Jacques Bence, acolyte 2 février 1695, prise de possession 9 février
Provisions pour Maître Simon Davoult, prêtre, bachelier en théologie, curé de Saint Germain de Lisieux, de la chapelle Saint Jean l’Evangéliste de la cathédrale, vacante par le décès de Me Zacharie Bréard 21 juillet 1693
Collation du 22 juillet
Prise de possession par procureur, ledit curé demeurant à Paris, rue saint Jacques, le 12 septembre 1693

Provisions de la même chapelle, toujours sur la vacance par décès de Me Zacharie Bréard, en faveur de Me François Cosnard, prêtre officier 12 livres le 2 octobre 1693, prise de possession le même jour.

Autre collation pour Maître Jean Baptiste Bence, pourvu en cour de Rome bien que ladite chapelle soit déjà occupée par Me Cosnard, sur la présentation du chanoine hebdomadier, le 22 janvier 1694

p.8 CHAPELLE SAINTE CATHERINE
6 insinuations

Absolution d’irrégularité pour Charles François de Parey, qui après avoir été tonsuré, est entré au service du Roy dans armée navale et s’était trouvé à plusieurs rencontres sans néanmoins avoir tué ni mutilé personne, afin qu’il puisse continuer ses ordres sacrés étant pourvu de la chapelle Sainte Catherine de la cathédrale 12 des calendes d’août 1695, entérinée le 15 septembre suivant à l’évêché de Lisieux

Le patronage de cette chapelle appartenait au baron de Combray et dame Marie Françoise Elisabeth de Convert, épouse de Maître Charles de Parey, châtelain seigneur et baron de Combray , y nomma le susdit comme chargée de procuration de son mari le 10 décembre 1695.

Elle était vacante par décès de Jean Ledanois, prêtre. Collation du 10 décembre 1695, prise de possession le 12.

p.9 CHAPELLE SAINTE MARIE MADELEINE

Démission par Philippe Badouleau de Livet, prêtre chanoine et doyen de Valence en Dauphiné, de la Chapelle Sainte Marie Madeleine de la cathédrale 10 mars 1709
Provision en conséquence pour Thomas Athinas, prêtre Maître Es-arts 31 mars 1709, prise de possession le 5 avril
Devenue vacante par la mort du précédent, Maître Jean Caboulet, prêtre, curé de Saint Aubin sur Auquainville, en fut pourvu le 30 avril 1710, il prit possession le 3 mai
Maître Caboulet obtint en plus la cure de Royville le 28 avril 1716

p.11 CHAPELLE SAINT AUGUSTIN

Permutation entre Maître Pierre Moulin, prêtre curé du Fournet de présent en la paroisse de Biville diocèse de Coutances, et de Maître Olivier Dufey, prêtre de la paroisse du Fournet, chapelain de la chapelle Saint Augustin de la cathédrale le 22 août 1693
Autre permutation du 30 décembre 1693
Bref de résignation pure et simple le la chapelle Saint Augustin par Olivier Dufey en faveur de Pierre Moulin, 4 des nones de février 1694
Collation le 24 avril 1694 et prise de possession le 28.
Le 17 avril 1730, Pierre Moulin une procuration de résignandum en faveur de Germain Moulin, son neveu, clerc tonsuré de la paroisse de Biville, paroisse de Coutances. Il venait d’obtenir la cure de Notre Dame d’Acqueville, même diocèse.

Le bref est daté du 12 des calendes de septembre 1730 il fut visé à l’évêché le 22 octobre, et la prise de possession le lendemain le 23
Cette chapelle était devenue, on pourrait dire, une propriété de famille, car après en avoir joui à son tour pendant 17 ans, Pierre Gernain Moulin, résigna à son tour en faveur de Thomas Moulin, double bref délivré le 18 des calendes d’octobre 1747, fut visé le 29 février 1748 et Thomas prit possession le 11 mars
Par un acte capitulaire du 20 novembre 1758, le chapitre de Lisieux résolut de poursuivre l’union de cette chapelle et 7 autres pour améliorer les gages de ses officiers. Dès lors on ne trouve plus d’attributaire.

p.12 CHAPELLE SAINT DENIS

Collation pour Charles Camus clerc, pourvu en vertu d’un bref de per obitum de la cour de Rome, de la chapelle Saint Denis de la Cathédrale, vacante par le décès d’Alexandre d’Erneville 17 octobre 1730 prise de possession 20 octobre.
Nicolas de la Perrelle prêtre Maître es-Arts, en fut pourvu par la chapitre le 17 avril 1763 par suite du décès de Charles Camus, il prit possession le 19 avril.
Il fut sans doute le dernier possesseur. La Chapelle Saint Denis avait été comprise dans le projet d’union poursuivi par le chapitre pour procurer une augmentation de gages aux officiers de la cathédrale.

p.13 CHAPELLE SAINT LAURENT
5 insinuations

Vénérable et discrète personne Maître Christophe Piprey, diacre, chapelain de la chapelle Saint Laurent, fondée en la cathédrale de Lisieux. Le 16 mars 1693
Maître Ch. Piprey, alors prêtre de la Goulaffrière, gisant en son lit, malade, le 12 février 1703, résigne sa chapelle en faveur de Maître Jacques Paisant, prêtre de Saint Jacques de Lisieux,
Mais, il révoque cet acte le 25 février 1703, et meurt peu après, car le chapitre nomme le 24 mars suivant à ladite chapelle Maître Christophe Courtin, prêtre, qui prend possession le 28 mars

p.14 CHAPELLE SAINT TAURIN
5 insinuations

Maître Pierre Inger, chapelain de Saint Taurin de la cathédrale 1605

p.15 CHAPELLE SAINT PAUL
4 insinuations

p.16 TOUSSAINT

p.17 CHAPELLE SAINT MICHEL
3 insinuations

p.18-19 CHAPELLE SAINT JEAN BAPTISTE
11 insinuations

Provision pour François Lebas, acolyte de la cette chapelle 2ème portion vacante par le décès de Maistre Jacques Cauvigny, prêtre.19 mars 1964, prise de possession 20 mars

Maître François Lebas, ayant obtenu par résignation, le canonicat de Saint Germain, résigné le 23 septembre 1713 sa chapelle de Saint Jean Baptiste 2è portion, en faveur de Esprit Jean Baptiste Leprévost de Miette, clerc tonsuré du diocèse de Sées, demeurant à Sentilly.
Bulle du 16 des calendes de novembre 1713, visa du 18 décembre puis prise de possession le 20 décembre.

p.20 CHAPELLE SAINT ANDRE
5 insinuations

p.21 CHAPELLE SAINT THOMAS LE MARTYR
3 insinuations

p.22 CHAPELLE NOTRE DAME I II III
19 insinuations

Maistre Germain Morin, prestre curé de Saint Thomas de Touques, chapelain de la 3e portion de Notre Dame de l’Eglise cathédrale de Lisieux, agissant en 1736 le 23 mai, contre les héritiers de Me Jacques Millet de son vivant prestre chapelain de ladite portion, pour faire les réparations convenables et nécessaires à la maison dépendant dudit bénéfice, située à Lisieux paroisse Saint Jacques, rue tendante de la Porte d’Orbec aux Loges sur la digue de la rivière d’Orbec, près d’une radresse tendant aux prés Bouiller (archives de l’hôpital n°40 ho)

Permutation entre Jean de Pont, chanoine de Saintes et chapelain de la 2e portion de Notre Dame de la cathédrale et Jacques Brémond ou Brimond prestre du diocèse de Toulon et chanoine de Saintes 27 juin 1704 (Insinuation VII folio 159 2e)

Collation le 19 septembre et prise de possession le 20

Jacques Brémont résigna en faveur de guillaume Brémond sous-diacre suivant bulle de la veille des nones de novembre1716,visée le 5 février 1717
La prise de possession eut lieu le lendemain 6 février

Prise de possession par Jean Cœuret, prestre, de la chapelle Notre Dame 1ère portion, vacante par décès de Maître Jacques Lachey, 26 août 1699

Maître Jacques Millet, prestre chapelain de Notre Dame 1ère portion 7 mai 1693
Il permute avec Henri Deschamps, chapelain de Notre Dame 3e portion suivant bulle des calendes d’avril 1694
Obtient collation le 27 juin 1694 et prend possession le 5 août suivant.

Nicolas Lesguillon, obtint ses bulles de Rome pour la 1ère portion de Notre Dame le 13 des calendes de janvier 1696

Collation le 31 janvier 1696 et prise de possession le 1er février.

Henry Deschamps prestre chapelain de Notre Dame 3e portion avril 1694, cède par permutation à Jacques Millet, curé d’Annebault et prend possession en conséquence de la 1ère portion le 10 août 1694 mais pour résigner au bout d un an en faveur de Nicolas Lesguillon, prêtre, suivant procuration du 25 novembre 1695

p.23 CHAPELLE SAINTE CROIX
VOIR Saint Leu et Saint Gilles

Collation pour Louis d’Hery, acolyte de la chapelle Sainte Croix de la cathédrale, vacante par décès de Maître Michel Boscher, prêtre le 7 février 1700. Prise de possession le 17 mars 1700
Il se démet le 22 novembre 1703
Il est remplacé par Maître Guillaume Couture, prêtre, suivant provision du 2 novembre 1703 ainsi motivée : texte en latin
Autre collation pour le même en date du 24 novembre 1703, sans doute visant la démission ; prise de possession le 5 décembre.

Collation de la chapelle Sainte Croix 2e portion autrement SS Agidii et Lupi de la cathédrale en faveur de Charles Bellière prêtre de Saint Germain ladite chapelle vacante par décès de Maître JB Bardel, le 3 avril 1674 ; prise de possession 17 avril 1694

p.24 CHAPELLE SAINT LEU ET SAINT GILLES
Voir Sainte Croix 2e portion
6 insinuations

Collation pour Etienne Borrein de la chapelle Saint Leu et Saint Gilles de la Cathédrale, vacante par décès de Charles Bellière le 13 juin 1718 ; prise de possession le 18 juin.

p.25 CHAPELLE SAINT OUEN
4 insinuations

P.26 CHAPELLE SAINT NICOLAS
10 insinuations

p.27 CHAPELLE SAINT BERNARD

P. 28 MANQUE

P.29 CHAPELLE SAINTE AGNES

Provision pour JJ de Parey, de la chapelle Sainte Agnès de la cathédrale vacante par décès de Jean Dubois 9 septembre 1705,prise de possession le même jour
Monsieur de Parey mourut le 1er juin 1778 et le 3 juin le chapitre accordait provision de sa chapelle à Gaspar Fidèle Nicolas prêtre de la paroisse se Sisteron, qui prit possession par procureur le 10 juillet suivant.

C’est une des chapelles dont le chapitre avait décrété l’union en 1758 pour augmenter les honoraires des officiers de la cathédrale.

p.30 CHAPELLE SAINT MAUR
9 insinuations

p.31 CHAPELLE SAINT VIVIEN
11 insinuations

Noble personne Maistre Christophe de la Reue, curé de Saint Aubin de Scellon et chapelain de Saint Vivien en l’église cathédrale de Lisieux 1563 (archives de l’hospice 59 ho)

p.32

CHAPELLE SAINT AIGNAN

CHAPELLE SAINT GATIEN
7 Insinuations

(Voir Marie Magdelaine)
Procuration permutendum par Jean Caboullet, prêtre curé de Saint Aubin sur Auquainville, pourvu de la cure de Saint Saturnin de Royville, avec Maître Louis de Caux, prêtre chapelain de Saint Gatien de la cathédrale pour la cure de Royville contre ladite chapelle 312 mai 1717

Collège de Lisieux à Paris
Provision de cour de Rome obtenue par dévolu pour incompatibilité par Antoine Laugeois par suite de la résignation de Jacques Soyer prêtre de la chapelle de Sainte Madeleine et Saint Gatien de la cathédrale le 10 des calendes de mars 1715.
Visa du 6 avril 1715 et prise de possession le même jour
Néanmoins Pierre Soyer obtint ses bulles de Rome en date du 6 des nones de mai 1715, visées à Lisieux le 4 juin et prise de possession le 27 juillet 1715

Collation de la chapelle Saint Gatien de la cathédrale pour Joseph Mahier le 26 juin 1694 prise de possession le 30 juin ; opposition à la prise de possession de ladite chapelle par Jacques Sohier 26 juin 1694.
Collation du même jour pour le même et prise de possession le 28 juin

Benoist Hellouin abandonnant la partie, requiert la cure de Beuzeville dont il obtient collation le 27 juillet 1694.

Sentence de récréance du bailliage d’Orbec en faveur du Sieur Mahiet, contre le sieur Soyer 20 octobre 1694.

Jacques Soyer devenu curé de Castillon, résigne sa chapellerie le 11 avril 1715 en faveur de Maître Pierre Soyer clerc tonsuré et mineuré demeurant au …

Réquisition de Maître Benoist Helouin diacre du diocèse de Lisieux, gradué, pour obtenir collation de la chapelle Saint Gatien de la cathédrale, vacante par le décès de Maître François Lefranc, arrivé le 1er janvier. 21 janvier 1694.

Autre réquisition au nom de Maître Jacques Soyer curé de Bouge, près Romantin le 2 janvier 1694.

Autre encore par Maître Joseph Mayiet prêtre du diocèse de Lisieux et y demeurant paroisse Saint Jacques le 24 janvier 1694

Autre encore de Jacques Sohier sus-nommé du 9 avril 1694 avec requête au bailli d’Orbec afin de prendre possession ad conservationem juris, en date du 10 avril. Prise de possession le 11.

CHAPELLE SAINT LEONARD
5 insinuations

Provision pour Pierre Thillaye prêtre gradué, sur sa réquisition, le 13 janvier 1716, de la chapelle Saint Léonard de la cathédrale vacante par décès de Maître René Bonissent, prêtre, survenu le samedi 4 janvier dernier; prise de possession le 16.

Autre visant le même décès pour Guillaume Lafosse, prêtre curé de Révile maître es-Arts, gradué, en date du 16 juin 1716, prise de possession le 19 juin

CHAPELLE SAINT ROMAIN
7 insinuations

CHAPELLE SAINT SEBASTIEN
5 insinuations

CHAPELLE SAINT THOMAS
3 insinuations

2e fascicule: DOYENNE D HONFLEUR
Chapitre de Cléry

Revenu : 6.000 livres
Chaque chanoine 200 livres
Composé de un Prévost électif par le chapitre
Six chanoines nommés par l’évêque

3e fascicule: CLERGE DE LISIEUX AU XVIIIe

Doyens ruraux d’après l’Almanach de Lisieux de 1774 p 77 et suivantes

Orbec : Me Jouen, curé de la Vespière
Moyaux : Me L’Esperon curé de Moyaux
Cormeilles : Me Roroure, curé de Saint jean de la Lecqueraye
Bernay : Me de Varin curé de Berthouville
Mesnil-Mauger ;Me Deschamps, curé de Notre Dame de Fresnay
Beuvron : Me Herrier, curé de Saint Jouin
Beaumont : Me Lecointe, curé de Grangues
Pont-Audemer; Me le Bourg, curé de Martainville
Touques; Me Dumont, curé de Canapville
Honfleur : Me de Thieuville, curé de Barneville
Montreuil :Me Regnis, curé de Hermel
Gacé ; Me de Guerpel, curé de Rezenhen
Vimoutiers; Me Plouin curé de Vimoutiers
Livarot : Me Bodeau, curé de Fervacques

Notes
Clergé de Lisieux
(Malbranche – Pénitents de Bernay page 39)

9 mars 1551
Déclaration de Henri II portant que suivant les saints canons et les concordats , les curés des villes closes seront gradués

13 janvier 1742
Déclaration de Louis XV, fixant à 25 ans accomplis l’âge nécessaire pour être pourvu d’une cure.
(Des patrons nommaient quelquefois aux cures des jeunes clercs, et il fallait alors qu’un desservant fit les fonctions pastorales)

Le clergé de Lisieux pendant la Révolution
(Magasin Normand février 1867 page 153)

L’Abbé de Lanney titulaire de la chapelle Saint Thomas de Canterberry, député à l’Assemblée provinciale du bailliage de Rouen en 1789 (Hippeau « Le gouvernement de Normandie » tome 6 p.34)

Chapelle Saint Thomas de Canterberry, bailliage de Pont-l’Evêque. (Magasin Normand 1867 p.56)

Prêtre de Lisieux déporté en 1790 (Magasin Normand oct. 1868 p.81)

Prêtres catholiques en 1790 (Ste Historique extraits 3)

De Boismont (A.Canel Pont-Audemer p.85)

JB Daufresne prêtre 1790 (Ste Hist.)

Eude (A.Canel Pont-Audemer p.86)

Barthélémy Le Minier eudiste du diocèse de Lisieux (Ste Hist. 1874 p.7 n°20 6e)

Robert Tesnière prêtre 1793 (Ste Hist. 120)

Vandon prêtre en 1790 (Ste Hist. 2)

Vitrel vicaire à Saint Ouen de Pont-Audemer (A.Canel Pont-Audemer p.61)

4e fascicule: PETIT CHŒUR DE LA CATHEDRALE

1731 2 juin

Devant Pierre Formage, seul notaire garde notes à Lisieux, le sieur François Lelasseur, capitaine de dragons demeurant en la paroisse d’Ouilly-le-Vicomte, et le sieur Olivier Lelasseur, marchand, demeurant à Lisieux paroisse Saint Jacques (oncle et neveu) constituent 40 livres de rente au denier 20, au profit de la communauté du Petit Chœur de l’église cathédrale de Lisieux, ce réceptant par Vénérable et discrète Maistre Guillaume Dulys, Michel Vallée et Pierre Soyer, prêtres.

En marge est mentionné le remboursement fait par Gabriel Desperrois le 5 janvier 1741
(Original en parchemin communiqué par Monsieur Reautey le 9 novembre 1869)

5e fascicule: FABRIQUE DE LA CATHEDRALE

Outre ses nombreux comptes voir sur sa constitution
124 Hh

1609 18 mars

Constitution de 12 livres 17 sols 2 deniers de rente au capital de 180 livres, faite par Vénérables personnes Maistres Nicolas Morin, sous chantre, et Pierre Morain chapelain, prêtres en l’église cathédrale de Lisieux, Marin Cordier de Notre Dame de Courson et Robert Jumel, couroyeur, bourgeois de Lisieux, au profit de la fabrique de l’église cathédrale Saint Pierre de Lisieux, stipulée par Nobles personnes Maistres Claude de Nocy et Claude Parizot, archidiacres, chanoines prébendés en ladite église.
Les deniers provenant d’un franchissement fait par Cécile Senée, veuve de Jehan Pierre (titres du bien Quenée)

6e fascicule: COADJUTEURS

Sépultures des Augustins de Rouen

Mathéus Silvestri, évêque d’ Hippone religieux du couvent mort 1424
Joannes Fabri, évêque de Dimitriensis, aussi religieux mort en 1453
Toussaint Varin, archevêque de Tessalonique aussi religieux augustin
Joannes de la Massonnaye évêque d’ Hippone mort 6 février 1553
Nicolans de Coquinovillari, episc. verienis mort le 6 janvier 1531

Evêque de Porphyre in partibus
(E. Le Hericher Avranchin monumental II p.703

Jehan évêque d’Yponence et Maître Jehan de la Massonnaye augustin de Rouen, évêque d’Hippone in partibus, décédé à Rouen le 6 février 1553 et inhumé aux Augustins de cette ville

7e fascicule: CHAPITRE

Chapitre de Lisieux
(Voir Godefroy Coutume tome II p.175)

43 114 126 hh

Bulletin des Antiquaires de Normandie 8e année tome IV p 401 et suivante – idem de 1865 p 424 et suivantes et p 471

Résidences

1677 6 août

document de 4 pages extrait des registres du Conseil d’Etat concernant le maintien dans leurs privilèges et droits de deux chanoines choisis par l’évêque pour l’assister dans ses fonctions épiscopales et administratives même en leur absence du chapitre.

Juridictions

8e fascicule: – DIGNITAIRES

Haut Doyenné de Lisieux ses livres en 1790
(Ste Hist. 1874 p 13 n°17)

– DOYENS

Serment du doyen (document écrit en latin)

Listes des Doyens de la cathédrale (en latin) de 1134 à 1773

La Bretesche famille des environs de Nantes en Bretagne, du nom du village de la Bretesche érigé en baronnie par Saint Louis en 1263 (suit la description des armoiries)
(La Chesnaye tome VIII p 726 729)

De Fogasse de la Bastie
(Catalogue Bigillion tome I p 37 n° 301)

Joseph de Cheylus chanoine de Lisieux puis évêque de Bayeux en 1777 (F. Pluquet Histoire de Bayeux p.223)

Jean de Saint Evroult, chancelier de Paris, doyen de Lisieux, mort en 1265 (Lecoy de la Marche Ch française p 477)

Bernard d’Oystreham et d’Asnières doyen et chanoine de Lisieux 1256 1259 (cartulaire d’Ardennes)

24 avril 1699
Provisions de la dignité de haut doyen pour Maître Jean Baptiste de Franqueville, docteur de Sorbonne, grand chantre et prébende de Fains,(insinuations V,84 2e, à 86 2e)

1702 5 juillet
Election de Monsieur Claude de Franqueville comme doyen par le chapitre de Lisieux (insinuation VI folio 240 2e et suivant)

Bulles de nomination de Maître Louis Henri de Fogasse de la Bastie, prêtre docteur en théologie de l’Evêché d’Avignon au doyenné de Lisieux, sur démission de JB Antoine de Brancas, nommé à l’Evêché de La Rochelle. A Sainte Marie Majeure le 4 des ides de septembre 1725
Fulmination desdites bulles le 15 février 1726 prise de possession le 15 février 1726
Le 15 février il avait possession du canonicat du Pré que l’évêque de La Rochelle lui avait cédé en même temps (insinuation XV folio 5 2E et suivant)
Le 21 novembre 1744 il obtenait l’Abbaye de Cormeilles
(Insinuation XX folio 22)

1754 14 juin
Election et prise de possession du doyenné de Lisieux par Monsieur l’Abbé de Cheylus, en remplacement de Monsieur de Fogasse de la Bastie décédé le 4 du présent mois

1761 13 décembre
Illustrissime et Révérendissime Seigneur Monseigneur Joseph Dominique de Cheylus, nommé par Sa Majesté à l’Evêché de Tréguier, à Versailles le 15 novembre 1761, résigne son haut doyenné et sa prébende de Saint Pierre-Aziz, en faveur de Maistre Jean Baptiste Rémy Le Bas de Fresnes prêtre bachelier en théologie et licencié en l’un et l’autre Droit, chanoine archidiacre de Gacé, vicaire général du diocèse de Lisieux et conseiller au Parlement de Normandie (insinuation XXVIII folio 160 et suivants)

1762
Bref de résignation du doyenné en faveur de Monsieur de Fresnes, sur la cession de Monsieur de Cheylus , nones de janvier 1762
Bulles à Sainte Marie Majeure nones de 1762
Fulmination 31 mars 1762
Prise de possession 5 avril 1762
Lettres de prêtrise de Monsieur de Fresnes 18 mars 1747
(Insinuation XXVIII folio 220 222 223)

1773 23 février
Maistre jean Baptiste Le Bas seigneur et patron de Fresne, prêtre bachelier en théologie de la Faculté de Paris, licencié en l’un et l’autre Droit de l’Université de Caen, chanoine et haut doyen de Saint Pierre de Lisieux, prébende de Saint Pierre-Azif, prieur commendataire du prieuré simple de Saint Geneviève de Marcy de l’ordre de Saint Augustin au diocèse d’Auxerre, demeurant à Lisieux, en son lit malade, résigné son doyenné, sa prébende et son prieuré en faveur de Maître Casard Augustin Chastom de La Fayette, prêtre du diocèse d’Apt, bachelier en théologie de la faculté de Paris, chanoine prébendé de la 2e portion de Crèvecœur et grand chantre
(Insinuation XXXIIII folio 80 2e)
Bref de Cour de Rome en conséquence 4 des nones de mars 1773
Bulles 4 des nones de mai 1773
Fulmination des bulles 9 juillet 1773
Prise de possession le lundi 12 juillet 1773

9e fascicule: CHANTRERIE

Grand Chantre
Ste Hist. n° 128

La Chantrerie de Lisieux possédait des biens à Canapville sur Touques
(Voir Recherches des Nobles p. les élus de Lisieux en 1540 n°34)

1569 25 novembre
Démission de la dignité de Grand Chantre par Monsieur de Carbonel de Cagnisy nommé à l’évêché de Limoges stipulé par Maître Christophe Lenepveu (?) docteur de Sorbonne

1696 26 mars
Collation accordée à Jean Baptiste de Franqueville, prêtre docteur de Sorbonne, prébendé de Saint Pierre Adifz (?) et chapelain de Saint Laurent du Buisson. Il prit possession le 7 avril
Nommé Haut doyen il se démit en faveur de Monsieur Claude de Franqueville, prêtre chanoine prébendé d’Escajeul, qui obtint collation le 8 février 1700. Il prit possession le 20 avril 1700

Monsieur Claude de Franqueville résigna en faveur de son frère Guillaume de Franqueville, curé de Chamblac, qui obtint un bref de résignation en date du 15 des calendes d’août 1703 et collation le 4 septembre de la même année. Il prit possession le 6 septembre.

Après son décès il fut remplacé par François Faure (ou Favre) prêtre bachelier en théologie du diocèse de Die, dont collation porte la date du 8 juillet 1728. Il prit possession le 5 août suivant.

1743 8 décembre
Collation de la Grande Chantrerie pour Jean Baptiste de Gyemare, prêtre et chanoine. Il prit possession le 14 mars 1744.

1761 13 juillet
Nomination par le Roy à cause de Régale de Caesar Augustin de Lafayette, prêtre et chanoine à la Grande Chantrerie de Lisieux, vacante par le décès de Gyemare. Prise de possession le 28 septembre 1761.

1774 10 juin
Par suite de sa nomination au doyenné, Monsieur de Lafayette cède ses prébendes distributives de Crèvecœur 2é portion, et la Grande Chantrerie à Maître Claude Louis de Barber de Lespada chevalier prêtre du diocèse de Rheims, licencié es-lois, chanoine de la collégiale de Saint Arthemy de Blanzac, diocèse d’Angoulême, prieur de Saint Nicolas de Jesseints, ordre de Saint Benoît, diocèse de Troyes, demeurant à la Communauté des prêtres de Saint Sulpice, cédant à Monsieur de Lafayette son prieuré de Jesseints.

Bref de la Grande Chantrerie pour Monsieur de Barber de Lespada, 5 des calendes de juillet 1774
Arrêt d’exécution 12 août 1774
Visa 19 août
Prise de possession 20 août 1774

Le 1er septembre 1786, il échange sa chantrerie contre la prévôté de la cathédrale de Montauban avec Jean François Revêché du Perron, prêtre du diocèse de Meaux, docteur en l’université de Paris, chanoine d’honneur de l’église cathédrale et ancien vicaire général de Coutances, grand prévôt de la cathédrale de Montauban et aumônier commandeur de l’Ordre Royal et Militaire de Saint Louis, demeurant à Paris, à charge de 785 livres 14 sols 3 deniers de rente à servir au Sieur de Revêché du Perron.

Le Bref de la Grande Chantrerie de Lisieux pour Monsieur Jean François Revêché du Perron est daté du 14 des calendes d’octobre 1786.
Il prit possession le 25 octobre 1786.

Cette première prise de possession n’eut sans doute lieu que par procureur car il y en a une seconde en date du 4 novembre 1786.

10e fascicule: CHEVECIER ou CHEFCIER

Chevecier première dignité d’un chapitre, du latin primicerius ou primus in cera ;le premier inscrit sur la table de cire qui contenait le catalogue.
Il indique seulement la charge du soin de la chevecerie c’est-à-dire du droit de percevoir les cires offertes(dictionnaire ecclésiastique tome I p.353)

1713 29 juillet
Collation de la dignité de chefcier de la cathédrale pour Pierre Audran, docteur en théologie, vicaire général. Prise de possession le 18 août 1713.

1724 20 mai
Procuration ad resignadum de la dignité de chefcier pour Monsieur Henriau, évêque nommé de Boulogne, en faveur de Jean Baptiste Richard, docteur en théologie et chanoine de Lisieux.
Signature de Rome 7 des ides de juin.
Collation 27 septembre 1724
Prise de possession 4 octobre 1724

1755 10 mai
Collation pour Nicolas Michel d’Osmont, licencié en théologie, chanoine de Rouen, de la dignité de chefcier vacante par le décès de Jean le Rat.

1777 10 janvier
Collation pour Pierre Jean Baptise Despaux, prêtre docteur en théologie, chanoine, vicaire général et official, de l’office de chefcier de la cathédrale, vacant par démission de Nicolas Michel d’Osmont, prêtre du diocèse de Rouen, abbé commendataire de Clairefontaine et prise de possession le 13 janvier 1777.

1787 5 décembre
Provisions pour Jean François Polycarpe Naudin prêtre licencié es-droit, chanoine et vicaire général de l’office de chefcier, vacant par décès de Pierre Jean Baptiste Despaux. Prise de possession 11 décembre 1788.

11e fascicule: TRESORERIE

1708
Bref de résignation par Nicolas de Hally de la Trésorerie de la cathédrale en faveur de Gabriel de Grosourdy, diacre, à charge de 500 livres.
Visa 14 juin 1708
Prise de possession 16 juin 1708

1742 19 mai
Nomination de Jean Louis Le Chaplain, prêtre licencié es-droit, chanoine pénitencier et archidiacre d’Auge et vicaire général à la dignité de trésorier, vacante par le décès de Louis Henry de Roiney de Vernouillet.
Prise de possession 25 mai 1742

1746 15 mars
Nomination de Adrien Jean Théodose Leblond, prêtre chanoine, bachelier en théologie, licencié es-droit, à la trésorerie de la Cathédrale vacante par le décès de Jean louis Le Chaplain.
Prise de possession 27 mars 1746

1772 7 juin
Nomination de Etienne François Ignace de Gruel, prêtre du diocèse de Gap, bachelier es-droit civil et canon, à la trésorerie de la cathédrale vacante par le décès de Adrien Jean Théodose Leblond
Prise de possession 1er juillet 1772

Monsieur de Gruel demeurait à Paris à la communauté des prêtres de Saint Sulpice, suivant acte de démission du 4 août 1772, qu’il fit de sa cure de Notre Dame du Hamel.

Le 19 janvier 1784 Monsieur de la Ferronnays lui donna la cure de Saint Thomas de Touques à laquelle il nommait de plein droit.

Le 8 juin 1786, il fut nommé Official spécial dans un différent entre les religieuses franciscaines de Bernay.

12e fascicule: ARCHIDIACONE DE LIEUVIN
Archidiacre de Lisieux . Mémoires des Antiquaires de Normandie tome XXIII p.1

1760
Bref de création du canonicat ad affectum (nul ne pouvait posséder dignité au chapitre de Lisieux s’il n’est prébendé) pour Mathieu Simon La Chaume, prêtre du diocèse de Paris.
Bref de provision pour le même du grand archidiaconé de Lieuvin, sur la résignation de Jean Henri Gérard, prêtre licencié en théologie, le 9 des calendes de juillet 1760
Prise de possession 2 août 1760.

1787 17 août
Monsieur de la Chaume ayant donné sa démission le 15 août 1785, la collation en fut accordée à Eustache Lejeune de la Fivyonnière, prêtre chanoine honoraire de la cathédrale, docteur en théologie, abbé de Saint Maur, vicaire général. Il prit possession le 18 août 1787.

Monsieur Lejeune ne trouva pas sa collation régulière et obtint de Rome à la date du 4 des ides de septembre 1787 des provisions pour le même archidiaconé comme étant vacant à cause qu’il ne pouvait être possédé que par un chanoine prébendé.
On ne trouve pas néanmoins qu’il ait pris de nouveau possession.

13e fascicule: ARCHIDIACONE D’AUGE

Archidiacre d’Auge . Formeville I p.186

1695
Résignation causa permitationis, de Jacques Lefebvre prêtre archidiacre d’Auge avec Pierre Jourdain prêtre chapelain de Saint Jean du Manoir d’Avranches, à Saint Philbert sur Risle le 5 des calendes de novembre 1695.
Collation de l’archidiaconé d’Auge pour le sieur Jourdain 17 novembre 1695.
prise de possession 23 décembre 1695

Le 7 août 1704, Monsieur Pierre Jourdain, permute à son tour avec Gilbert Hébert, prêtre chanoine de Lisieux et chapelain de Saint Clair de la Sainte Chapelle du Palais à Paris, mais le 12 août, 5 jours après il révoque cet acte de permutation.

1728 11 septembre
Collation pour Jean Louis Lechappellain (?) prêtre licencié es-droit, vicaire général et grand pénitencier de l’archidiaconé d’Auge, vacant par décès de Jean Moulin. Prise de possession 17 septembre 1728
Le 19 mai 1742 Monsieur Le Chaplain fut nommé trésorier en remplacement de Monsieur de Roney de Vernouillet, décédé. Il dut donc abandonner son archidiaconé qui fut conféré le 23 mai 1743 à Monsieur Joseph Dominique de Cheylus, diacre du diocèse d’Avignon, licencié en théologie et chanoine.
Celui-ci prit possession seulement le 12 octobre et par procureur.
Il demeurait à Paris au collège de Lisieux. Il prit personnellement possession le 11 avril 1744.

1755 1er mai
Collation pour Claude Nicolas Mery, prêtre docteur de Sorbonne, chanoine de l’archidiaconé d’Auge, vacant par démission de Monsieur de Cheylus. Prise de possession 14 mai 1755.

1784 2 mai

Brevet du Roy conférant par droit de Régale à Louis Regnault, chanoine, l’archidiaconé d’Auge vacant par la démission de Monsieur Mery nommé doyen du Sépulcre de Caen
Collation pour Monsieur Regnault 12 mai 1784
Prise de possession 13 mai 1784

14e fascicule: ARCHIDIACONE DE PONT AUDEMER

Archidiacres de Pont Audemer Ste Historique 1874 p.16 n°49

1762 20 août

Procuration ad résignandum par Noble et Discrète personne Maître François Le Rebours, prêtre chanoine prébendé de Courthomer (Courtonnelle) et archidiacre de Pont Audemer, infirme, pour l’archidiaconé de Pont Audemer, 8e dignité du chapitre de Lisieux en faveur de Marc Antoine Philémon Le Mercier, prêtre chanoine prébendé de Saint Germain, bachelier en théologie, son neveu, à charge de 300 livres de pension.
Le Bref est daté du 8 des ides de septembre 1762
Visa du 23 décembre
Prise de possession du 24 décembre

1777 24 mai
Nomination de Simon Thomas Rambaud, prêtre chanoine, vice-gérant de l’Officialité, docteur en théologie, vicaire général à l’archidiaconé de Pont Audemer vacant par décès de Marc Antoine Philémon Le Mercier.
Prise de possession 31 mai 1777

1788 19 octobre
Nomination de Pierre Romain Clouet, prêtre chanoine à l’archidiaconé de Pont Audemer, vacant par le décès de Monsieur Rambaud.

Il donne sa démission le 14 février 1789 et le 20 février est nommé à l’archidiaconé de Pont Audemer Monsieur Jacques Monsaint, licencié es-droit, prêtre chanoine, official, vicaire général. Il prend possession le 23 février 1789

15e fascicule: ARCHIDIACONE DE GACE

1787 28 mars
Collation pour François Joseph de Colbignon, prêtre docteur en théologie, vicaire général de l’archidiaconé de Gacé, vacant par le décès de P.G.F. Lebourg. Prise de possession 31 mars 1787.

16e fascicule: ECOLATRERIE

1692 13 décembre
Pierre Audran prêtre docteur en Sorbonne, chanoine escolaste, en l’église cathédrale de Lisieux, prieur commendataire de Saint Jean de Boirolant, vicaire général et official de l’évêché

1713 17 septembre
Provision pour Pierre Dumesnil le Boucher, docteur de Sorbonne, chanoine et vicaire général de la dignité de scholaste, vacante par démission de Pierre Audran ; prise de possession 11 septembre 1713

1728 29 octobre
Collation pour Jean Jacques Lebours des Alleurs de la dignité de scholaste, vacante par démission de Pierre Leboucher du Mesnil; prise de possession 3 novembre 1728

1752 16 mars
Collation pour Joseph Siffroy Léon François de Lopès de la Farre, prêtre licencié en droit, chanoine prébendé de Fains, de la dignité de scholaste vacante par le décès de Monsieur Lebours des Alleurs ; prise de possession 17 mars 1752

Il résigne le 7 mai 1764 en faveur de Jean Hébert, prêtre, à charge pour lui de se pourvoir d’un canonicat ad affectum.
Celui obtint son visa le 19 décembre 1764 et prit possession le 22.

Lettres de Grand Vicaire :

Pour Monsieur de Matharel 5 avril 1774 (ins. XXXIV f°227)

Pour Monsieur Lejeune de Créquy, abbé de Saint Maur 19 janvier 1784 (ins.XXXIX f°212)

Pour Monsieur Emmanuel Polenceon du diocèse de Rieux 1 mai 1790 (ins.XLIII f°229)

17e fascicule: PREBENDES

Généralités

Les 11 prébendes primitives de la cathédrale (Formeville I.CCC LXXJ)

C’était une tradition dans l’église de Lisieux qu’il y avait eu d’abord 11 prébendes seulement attachées au Chapitre et que leurs titulaires s’appelaient les 11 Barons de la cathédrale.
Ces onze prébendes étaient

01) Courtonnel
02) Deauville 1ère portion
03) Formentin
04) Surville
05) Crèvecœur 1ère portion
06) Les Loges
07) Le Pré
08) Villers
09) Crèvecœur 2e portion
10) Deauville 2e portion
11) Les Vaux

On voit encore dans un quartier de la ville auprès de l’Evêché 11 maisons canoniales, pour ce même nombre de prébendes , d’un côté est l’église et de l’autre le doyenné Ces 11 maisons portaient le nom des saints suivants

01) Saint Michel
02) Saint Paul
03) Saint Loup
04) Saint Laurent
05) Saint Georges
06) Saint Ouen
07) Sainte Marie
08) Sainte Catherine
09) Sainte Barbe
10) Saint Sébastien
11) Saint Romain

Il y a en outre 5 autres maisons canoniales qui sont nommées du titre de Saint Pierre, Saint Nicolas, Saint Martin, Saint Ursin, et Saint Yves ou Yvon, placées dans diverses rues de la ville. Il y en a une pour le doyen, une pour le chantre, une pour le théologal et une pour le pénitencier (Neustria Christiania)

Les onze prébendes de la cathédrale les plus anciennes avaient leurs maisons canoniales groupées autour de la l’église entre l’Evêché et le Doyenné. Ces onze maisons portaient des noms de saints en autres deux évêques de Rouen et un de Bayeux.

01) Saint Michel – Les Loges
02) Saint Paul – Courtonne
03) Saint Loup – Formentin
04) Saint Laurent – Deauville 1ère portion
05) Saint Georges – Deauville 2e portion
06) Saint Ouen – Crèvecœur 1ère portion
07) Sainte Marie – Crèvecœur 2e portion
08) Sainte Catherine – Les Vaux ( Pénitencerie)
09) Sainte Barbe – Villers
10) Saint Sébastien – Surville
11) Saint Romain – Le Pré

Echiquier de Normandie p.245
(Texte en latin)

Diplôme 4 pages de texte en latin

Fragment d’une charte en faveur du chapitre de Lisieux 1 page en latin

I – Prébende des Chesnes

Sur le paroisse Saint Jacques, faubourg d’Orbec, le Prébendé avait droit de mortuaire sur ses vassaux

1 – Vacante par le décès de Louis Mahieu
2 – Nicolas du Houlley, prise de possession 12 octobre 1710
3 – Louis Jean du Houlley, prise de possession 7 juin 1723
4 – Permutation avec Edmond Boursin, prise de possession 24 août 1733
5 – Edme Boursin résigne en faveur de Pierre Hébert 7 novembre 1780

II – Prébende de Verson 1ère portion

Sur la paroisse de Verson avec droit de patronage

III – Prébende de la Chapelle Hareng

IV – Prébende de Lieurey 1ère portion
Paroisse du même nom – Haute, Basse et moyenne justice

V – Prébende de Crèvecœur 1ère portion
Ste Hist. n°55

VI – Prébende de Courtonnel
20 août 1762 Maistre François Le Rebours résigne en faveur de M. Le Mercier son neveu.

VII – Prébende de Verson 2e portion

VIII – Prébende de Lieurey 2e portion
Possédée par le Maître et les enfants de chœur

IX – Prébende de Saint Ymer
Vacante par décès de Pierre Audran, prise de possession 9 décembre 1713 par Joseph Legros
Henry de Ronné prise de possession 24 mars 1725
Jean Adrien Théodose Le Blond prise de possession 23 déc.1737
Etienne François Ignace de Gruel prise de poss.1 juillet 1772

X – Prébende de Formentin
Le prébendé était seigneur et patron de la paroisse

XI – Prébende de Crèvecœur

XII – Prébende d’Assemont, paroisse de Saint Désir
(Origines et descriptions du domaine fieffé et non fieffé)
(Feuillet concernant l’aliénation de diverses portions de terres afin d’acquitter l’impôt (guerre civile)

– Louis Bonnerière de la Tourette permute avec Louis de Bousens des Epinetz prise de possession 14 juillet 1693
– Maître François de Courthonne du Houlley
– Jean Jacques Lebourg de Alleurs prise de poss.28 fév. 1713
– Pierre François Guillaume Le Bourg son neveu prise de possession 5 mai 1752
– Jean Jacques Lizier Saint Jean de Pointis prise de possession 2 juin 1787

XIII – Prébende de Saint Germain

1 – François de Boran
2 – Jacques de la Mariouze prise de possession 13 février 1699
3 – Léonor Deshays de la Cauvinière prise de poss. 26 juillet 1701
4 – François Lebas prise de possession 6 juillet 1713
5 – Marc Antoine Philémon Le Mercier prise de poss.3 novembre 1741
6 – Arsène Dominique François de Beauvoire de Nogaret prise de possession 24 mai 1777
7 – Philippe François de Sansin prise de possession 6 octobre 1777

XIV – Prébende de Saint Jacques

1 – Michel Jacques se démet le 20 janvier 1694
2 – Maître François Cousin prise de possession 9 avril 1694
3 – Estienne Lebas prise de possession 9 juillet 1709
4 – Joseph de Nervye prise de possession 5 mai 1738
5 – Pierre Arthur de l’Ecluse prise de possession 23 novembre 1744
6 – Jacques Alaret prise de possession 15 mai 1745

XV – Prébende de Cordebugle

XVI – Prébende des Loges

01 – Arthus le Mière
02 – Olivier de Montargis démission 1 octobre 1696
03 – Jean de Pierres démission 26 janvier 1697
04 – Jean Baptiste de Franqueville prise de possession 31 mars 1697
05 – Jacques Jagan prise de possession 17 juin 1702
06 – Pierre du Mesnil des Moullins prise de possession 6 février 1705 (il est nommé ailleurs Pierre Leboucher Dumesnil)
07 – Gallois Eudes de La Londe prise de possession 3 mars 1730
08 – Etienne Lebas prise de possession 12 juin 1737, résigne le 12 avril 1745 en faveur de son neveu Jean Baptiste Rémy Lebas
09 – Nicolas des Champs prise de possession 2 juillet 1748
10 – Jean Lemonier prise de possession 28 avril 1749
11 – Anthoine Gilles Enée prise de possession 10 septembre 1754
12 – René Marin Huet, prise de possession. 7 octobre 1700
13 – Charles Pierre Baillard des Cours prise de possession 4 août 1761
14 – Marie Henry Prospert Baillard des Gatines, prise possession 10/8/1781

XVII – Prébende Pesnel

(Ste Historique 1872 p.14 n°15 et n° 73)

Paroisse Saint Jacques près des Rouges Fontaines Haute Justice située à Ouilly le Vicomte proche La Rivière

1 – Nicolas Taisgnier de la Bretesche
2 – Jean Mignot prise de possession 14 avril 1699
3 – Jean Baptiste Godefroy prise de possession 15 avril 1743
4 – Pierre Romain Clouet prise de possession 29 septembre 1785

XVIII – Prébende de Fins

Emplacement de l’Auberge du Chien Haute Justice

1 – Jean Baptiste de Franqueville élu Haut Doyen 24 avril 1699
2 – Michel des Periers résigne le 12 juillet 1713 en faveur de Jean Baptiste de Boshenry (résignation sans effet du fait du décès de Monsieur des Periers avant expédition du bref)
3 – Gabriel du Rosey prise de possession 5 août 1713
4 – Louis Félix de Bonnechose prise de possession 17 septembre 1734
5 – Jean Le Rat qui n’accepte pas ; seconde collation en faveur de Joseph Siffred Léon François de Lopes de la Farre, prise de possession 11 avril 1744
6 – Jean Baptiste Hébert prise de possession 11 juillet 1764

XIX – Prébende des Bourguignolles

(Ste Historique n° 82)
Entre la route de Caen et les Tourettes

1 – Morin ( ou Morice) de La Rye
2 – Pierre André
3 – François Lefebvre
Jacques Vimont
Gabriel du Rosey
Jacques Vimont est maintenu en possession ; prise de possession effective le 1 avril 1711
4 – Jean Henry Gérard prise de possession 28 décembre 1734
5 – Mathier Simon Le Chaume prise de possession 18 septembre 1761

XX – Prébende de Villers

Sur les paroisses de Villers et de Glos avec la Seigneurie de Villers, Haute, Moyenne et Basse Justice.

XXI – Prébende de la Pommeraye

Sur la paroisse dans le voisinage du cimetière et de la Grande Couture

XXII – Prébende de Croisilles

Fief situé sur Gacé et la Chapelle Mongenou (?) Haute Justice

XXIII – Prébende de Surville

Le prébendé possédait 7 livres de rente sur les dîmes de Fréville sur Mer et d’Ecauseville dans le Cotentin

XXIV – Prébende du Val au Vigneur sur Ouilly le Vicomte

1 – Maître Jacques Gallard résigne en faveur de
2 – François Lebas prise de possession 10 juillet 1706
3 – Jean Leprévost prise de possession 17 mars 1728
4 – Jean Challemel prise de possession 2 mai 1742
5 – François Adrien Symon de Longueville prise de possession 13 /4/1744
6 – Louis Regnault prise de possession 31 mai 1782

XXV – Prébende de Deauville 1e portion

XXVI – Prébende de Deauville 2e portion

XXVII – Prébende des Vaux

Haute justice

XXVIII -Prébende de la Pluyère

Consistait en un pré sur Ouilly le Vicomte avec patronage de la paroisse et de celle de Rocques Haute Moyenne et Basse Justice.

1 – Charles François de Montaing 1713
Jacques Damien Ricquier de la Cauvinière présente à la cure d ‘Ouilly le Vicomte le 13 novembre 1761 et 19 janvier 1762

XXIX – Prébende de Saint Pierre Azif

Fief Haute Justice sur La Pommeraye appartenait à l’Ecolâtre

XXX – Prébende du Val Rohais

Au village de Grés entre la route d’Orbec et la route de Paris, près le Chien

1 – Estienne Lebas résigne le 13 décembre 1700 en faveur de :
2 – Charles Lebas son frère prise de possession 28 octobre 1701 Pierre Charles Lebas de Caudemone résigne le 16 décembre 1757 en faveur de :
3 – Jean Dubois prise de possession 1 février 1758

XXXI – Prébende du Pré

Consistait en pré à Ouilly le Vicomte

Mémoire des Antiquaires de Normandie tome 26 p 386 & 387 n°4

1 – Maître de Seez
2 – Jean Baptiste Anthoine de Brancas prise de possession 13 juillet 1719
3 – Louis Henri de Fogasse de la Bâtre prise de possession 15 février 1726
4 – Charles du Houlley prise de possession 24 septembre 1730
5 – Louis du Houlley son neveu prise de possession 7 avril 1747
6 – Jean Baptiste Le Rat prise de possession 10 décembre 1748

XXXII – Première demi-Prébende

Nomination de Laurent de Bellancontre prise de possession 9 mars 1714
Prébende vacante par suite du décès de Nicolas Turpin

Deuxième demi-Prébende

Collation de la deuxième demi-prébende, deuxième sous chantrerie de la cathédrale pour Robert Péanger sur la démission de Laurent Bellancontre le 29 avril 1715 prise de possession 3 mai 1715

XXXIII – Prébende de Lieurey 1e portion

XXXIV – Prébende des Enfants de Chœur

XXXV – Prébende des Fresnes
Sur Notre Dame de Fresnes

1 – Maître Marin Norgeot
2 – Jean Baptiste Richard prise de possession 3 avril 1715 rendue effective le 29 août 1721
3 – Jean le Rat prise de possession 9 décembre 1726
4 – Louis Dominique Le Chevallier prise de possession. 20 mai 1755
5 – Mathieu René de Langle prise de possession 17 octobre 1765

XXXVI – Prébende d’Ecajeul

XXXVII – Prébende du Faulq
( 11 Insinuations)

XXXVIII – Prébende de Rocques
Paroisse du nom Haute Justice

XXXIX – Prébende de Touques 1ère portion
N’existait plus en 1690

XL Prébende de Touques 2e portion
N’existait plus en 1690

18e fascicule: CHANOINES (de Lisieux)

+Almanach de 1774 p.51

Evêché de Lisieux

Monseigneur Jacques Marie de Caritat de Condorcet évêque de Gap ensuite d’Auxerre, nommé à l’Evêché de Lisieux le 1er janvier 1761, mis en possession par procureur le 16 mars et en personne le 30 octobre de la même année.

Vicaires Généraux

Monsieur l’Abbé de la Roque rue Haute boucherie
Despaux rue de la Chaussée
De Créqui abbé de Saint Maur, rue au Char
De Gruel rue Cadin Martin
La Chaume rue du bailli
Le Mercier rue du Bouteiller
Rambaud rue de la Chaussée
Le Chevalier à Paris
D’Osmont chanoine à l’église de Rouen
Abbé de Claire Fontaine à Rouen
Des Fresnes Grand Chantre de l’église
De Bayeux à Bayeux
Naudin chanoine aumônier et secrétaire de Mgr l’ Evêque à l’Evêché

Monseigneur rassemble ses vicaires généraux les lundis et jeudis pour traiter des affaires du diocèse

Clergé et Chapitre de l’Eglise Cathédrale de Lisieux

Dignitaires

Haut doyen 1773 M. Chastan de la Fayette habite au Doyenné, Grand Chantre
Trésorier 1772 de Gruel rue Cadin Martin
Chefcier 1755 d’Osmont à Rouen
Ecolâtre 1764 Hébert rue Basse boucherie
Archidiacre Lieuvin 1760 La Chaume rue du Bailli
D’Auge 1755 Chéry place des Chanoines
Pont-Audemer 1762 Le Mercier rue du Bouteiller
Gacé 1763 Le Bourg rue des Chanoines

Noms des chanoines suivant leur rang de réception

Chanoines distributifs

1728 de Vigneral 1e portion de Verson rue de la Chaussée
1734 Boursin les Chesnes Grande Rue
1729 Le Dorey Pommeraye rue du Bouteiller
1735 d’Hercourt 2e portion de Lieurey rue des Chanoines
1741 Le Mercier Saint Germain rue du Bouteiller
1743 Godefroy Pesnel rue de la Chaussée
1744 Symon Val au Vigneur rue Pont Mortain
1744 Ricquier Pluyère rue des Chanoines
1745 de Champaigne 1ère portion de Crèvecœur place des Chanoines
1748 Le Rat du Pré place des Chanoines
1749 Rambaud 1ère portion de Deauville rue de la Chaussée
1752 Chéry Croisille place des Chanoines
1752 Le Bourg Assemont rue des Chanoines
1752 Regnault Pénitencier Les Vaux Grande Rue
1753 Duchemin 1ère portion de Lieurey rue Cadin Martin
1755 Despaux Villers rue de la Chaussée
1758 Dubois Val Rohais rue du Cerf
1760 Baillard Les Loges à Rouen
1761 La Chaume Bourguignolles rue du Bailli
1762 Fontaine 2e portion de Verson rue Porte de Paris
1762 Pichon Surville rue au Char
1763 Monsaint Formentin rue au Char
1764 Hébert Fins l’hôtel de Ville
1770 Monpellier Courtonnel rue de la Chaussée
1770 Naudin Cordebugle à l’Evêché
1772 de Gruel Saint Ymer rue Cadin Martin
1773 Vitronil théologal à Saint Jacques rue du Bailli
1773 Chastan de la Fayette doyen Saint Pierre Azif au Doyenné
1773 Nicollas 2e portion de Deauville

Dignitaires honoraires

Monseigneur Joseph Dominique de Cheylus Haut doyen honoraire, évêque de Tréguier et ensuite de Cahors

Chanoines non distributifs

1728 Duquesne Ecajeul, cure du Mesnil sur Blangy
1757 Gallat Rocques , curé d’Ollandon
1765 de Langles Fresnes, chanoine d’Evreux
1771 Bouteiller 2e portion de Touques, cure de Manneville la Raoult
1773 de Créqui 1ère portion de Touques, rue au Char
1773 Jouen Le Faulq, rue Haute Boucherie

Sous-Chantres ou semi-prébendés

Petit à Haglon

Vicaires de Chœur

Forest à Hamel
Lefrancois vicaire de Rais à Mansson

Chapelains Chapelles

Parey Sainte Agnès
Le Roux Saint Mandé
Furon Saint Thomas le Mart.
Brémond Notre Dame 2e portion
d’Hercourt Saint André
Sallerne Sainte Catherine
Moulin Saint Augustin
Picard Saint Jean Baptiste 2ep.
Neuville Sainte Croix
Chemin Saint Laurent
Huet Saint Ouen
Forest Saint Ursin
Bordeaux Saint Léonard
Caboulet Saint Taurin
Jourdain Saint Michel
Borey Notre Dame 1ère portion
De la Perelle Saint Denis
Andrieu St Jean Baptiste 1e p.
Neuville Saint Etienne 1e portion
Ferey Saint Nicolas
Hain Saint Gilles et Saint Leu
Dubois St Jean l’Evangéliste
Vrard Saint Maur
Le Vasseur Sainte Magdelaine
Jouen Saint Vivien
Laurent Saint Gatien
Paysant Notre Dame 3e portion
Naudin Saint Martin

Chapelains non distributifs

Aubert Saint Paul
Le Tournelle Saint Sébastien
Bordel Saint Romain

Officiers

Le Tournelle
Petit clerc de Monsieur le Trésorier
Neuville pointeur
Houllay
Delarue
Le Rat
L’Abbe
Gilles
Aubert serpent(?)
Ferey clerc de Monsieur le Chefcier

Enfants de Chœur

Marette
Eruelle
Thomas
Malais
Le Roy
Julienne
La Rue

Appariteurs ou Bâtonniers

Doucet
Dumont

Organiste

Darrey

Suisse

Chavanes

Bedeaux

Vivien
Vivien petit-fils

Noms des chanoines d’après un ancien obituaire

Document de 7 pages

Ainsi que quelques relevés d’armoiries

Liste de chanoines de Lisieux par ordre alphabétique

ADAM fils de Thomas chanoine de Lisieux (v.Ste Barbe)
AINI Laurent chanoine fils du fondateur de l’Hôtel Dieu (1160 vers 1207) Archives de l’hospice
ALARET théologal prébendé de Saint Jacques mort en 1773
ALENCON d’ Jean archidiacre de Lisieux vers le milieu du XIIIe siècle vice chancelier de Normandie sous Richard Cœur de Lion
ANDRE Pierre docteur de Sorbonne, chanoine de Lisieux (suit la
Description de ses armoiries
ANNEBAULT Jacques d’ fut archidiacre de Lisieux avant d’être évêque en 1539
AUSGERVILLA Ricardus archidiacre de Lisieux vers 1078
ASE Aubin chanoine de Lisieux en 1310 (suit description de son Sceau en cire verte
ASNIERES Guillaume d’chanoine de Lisieux en 1250 et 1267
AUBERY Charles prêtre chanoine, prébendé de Feins et haut doyen le 27 juillet 1646(archives de l’Hospice)
AUDRAN Pierre chanoine scholaste grand vicaire et official 15 mai 1704 et 11 janvier 1695 (archives de l’hospice)
suit description de ses armoiries
AVELINE chanoine en 1786

BAILLAR D chanoine en 1761, prébendé des Loges
BARBER de chanoine depuis 1774, grand chantre
BARRE Richard archidiacre de Lisieux
BASIN Michel chanoine (archives de l’Hôtel de Ville II.16)
BAUDOIN chanoine de Lisieux parrain de Henri de Livre, fils du Sieur de Villeneuve 26 mai 1608
BAYLE Estienne prêtre du diocèse de Gap, chanoine d’Auxerre et gratifié par brevet du Roy du premier canonicat à vaquer dans la cathédrale de Lisieux 1er novembre 1761 ; signification du brevet 1er mars 1762 ; il eut la deuxième portion de
Deauville ; mort en 1773
BECQUET Jacques chanoine en 1646; promoteur de l’Evêché en 1681
BELLEPERCHE de Pierre archidiacre de Lisieux, fut ensuite Grand Doyen de Paris Evêque d’Auxerre et Chancelier de France en 1306, meurt en 1307
BERNIERES Jean de chanoine et official de Lisieux, fut évêque de Sées 1278
BETHEVILLE Jean de chanoine de Lisieux vers la fin du XVe
BIGARD S André de seigneur de Tourville et de Saint Melin, abbé de Corneville ; haut doyen de l’église de Lisieux, député du clergé en 1635 et 1636
BINAGE François de
BLOSSET de CAROUGES Etienne, avait été chanoine de Lisieux avant d’être évêque
BOIS Louis du chanoine en 1561
BOIS du François prêtre chanoine de Lisieux, résigne la cure de Notre-Dame du Bois, diocèse d’Evreux, en faveur de Michel Selles prêtre du diocèse de Sées, 1er janvier 1697
BONENFANT Rober trésorier du chapitre en 1561
BONFILS chanoine de Lisieux (Ste Hust.1874 – 35)
BONFILS René fils de Louis et de Magdelaine Ollivier Simon de Paris lettres de tonsure du 12 mars 1740
BOSCO Martinus de épitaphe dans le cloître de Saint Ouen de Rouen 1361
BOUQUETOT Robert de chanoine et trésorier, vicaire et scelleur du Cardinal le Veneur 1540 (archives de l’Hospice) mentionné en 1521 dans les registres de l’Hôtel de Ville
BOURSIN prébendé des Chesnes en 1733
BRANCAS Jean Baptiste Anthoine de doyen, fut évêque de La Rochelle puis archevêque d’Aix en 1726

CARBONEL de CANISY François prêtre grand chantre, chanoine de Lisieux, député du clergé en 1690 : fut nommé de Limoges en 1696
CARREY Nicolas chanoine en 1646
CAUVINIERE de la chanoine en 1744
CERES ou CEREIS Jean de trésorier de Lisieux, figure comme commissaire nommé par le Roy dans des actes de novembre 1317 et 1319
CHAMPAIGNE de prébendé de la 1ère portion de Crèvecœur en 1745
CHAPELLE Nicolas de la archidiacre de Pont-Audemer
CHASTAN de la FAYETTE haut doyen en 1790 (archives de Saint Désir)
CHAUME de la prébendé de Bourguignolles en 1790 (arch. de St Désir) archidiacre du Lieuvin en 1761
CHOUARD Pierre chanoine de Lisieux 25e abbé du Val-Richer 1577
CHRESTIEN Gervais chanoine de Lisieux, doyen de la Faculté de Paris 1359
CHRESTIEN Thomas chanoine en 1561, député du baillage d’Evreux, aux Etats de Normandie, tenus à Rouen en 1578 ; député pour les ecclésiastiques de la cathédrale de Lisieux pour la réformation de la Coutume de Normandie en 1582
CLAVIGNY de chanoine de Lisieux (Ste Hist. 1672 p.28 n°19)
CLEMENT Claude prêtre chanoine de Lisieux, prieur du Val Boutry, conseiller ecclésiastique au Parlement de Normandie; mort avant
1662 ; a légué 300 livres aux pauvres enfermés (archives de l’Hospice)
CLOUET chanoine en 1786
COEFFEY Noël le chanoine de Lisieux en 1477
CORTONA archidiacre
COSTARD Foulques chanoine en 1561(suit un long texte en latin)
COSTARD Michel chanoine décédé le 1er septembre 1677
(Arrêt du Grand Conseil concernant un différend au sujet de la prébende vacante au chapitre de Lisieux par le décès de Michel Costard)
COSTARD Charles prêtre chanoine administrateur des hôpitaux le 29 novembre 1723 et en 1730 (arch. de l’Hospice)
COSTARD Jehan chanoine prébendé du Val Rohais 28 septembre 1632
COYPEL Raoul chanoine de Lisieux en 1257
CRAPEVILLE Nicolas de archidiacre de Pont-Audemer
CRIQUET Guillaume chanoine en 1561

DALVILLE Raoul de en vivant chanoine de Lisieux; charte originale de 1214 (arch. de l’Hospice)
DANCEL Gilles clerc chanoine prébendé de la 2e portion de la Pommeraye 29 novembre 1688 (arch de la Mairie de Saint Désir)
DAVY Jacques chanoine prébendé de Rocques, décédé avant le 30 décembre 1633
DESPAUX chanoine chefcier en 1777, prébendé de Villers
DEFFAY Adrien chanoine
DUBOIS chanoine en 1758, prébendé du Val Rohais
DUBOIS François prébendé de Saint Pierre Azifs ou des Ifs 12 avril 1707 (arch. de Saint Désir)
DUBOIS Laurens chanoine et prieur baron d’Armentières en 1638 (arch. de l’hospice)
DUCHEMIN chanoine en 1786 ; en 1753 prébendé de la 1ère portion de Lieurey

ESTOUVILLE Henry d’ chanoine de Lisieux vers 1350

FALESE Théobald de chanoine de Lisieux 1259
FAVERITZ Maurice des chanoine 17 février 1532 (registre de l’Hôtel de Ville)
FEBVRE Jean le chanoine en 1561 (suit texte en latin)
FLAMBART du MESNIL chanoine
FONTAINE Charles Louis clerc tonsuré du diocèse de Rouen; gratifié par brevet du Roy du 1er canonicat vacant dans la cathédrale de Lisieux 22 février 1761 ; signification du brevet à l’Evêque le 23 mai 1761 ; il obtint en 1762 la 2e portion de Verson
FOVILLE Pétrus de archidiacre de Gacé porteur d’une procuration de Jehan Le Veneur, évêque de Lisieux datée de Joinville le 10 septembre 153…
FREARD Etienne Antoine mort à Prêtreville en 1761 ; chanoine de la 2e portion de
Verson, occupant la maison canoniale de Saint Georges
FRIARDEL Guillaume de chanoine de Lisieux en 1264

GILBERT chanoine et archidiacre de Lisieux; fut évêque d’Evreux en 1071
GISORS de (Cabinet historique février 1862 Les Armoires de Balize 6687 tome XV -28 – lettre de Philippe Le Bel qui charge G de Gisors, archidiacre d’Auge diocèse de Lisieux, de la perception du subside de la dîme en 1308 .p.111)
GLANVILLE Gilebert défunt évêque de Roffensis le 3 des calendes d’octobre 1185
GLANVILLE évêque de Rochester avait été archidiacre de Lisieux, mourut en 1214
GODEFROY prébendé de Paisnel en 1743
GONNEVILLE Binot Paulmier de chanoine de Lisieux en 1663 ; descendant d’Essonericq, fils d’un chef de sauvages des terres australes, ramené et adopté par un gentilhomme navigateur du diocèse de Lisieux, qui lui donna son nom et ses armes (Boizard p; 138)
GOSSELIN Jehan chanoine en 1574 (arch. de l’hospice)
GRAINVILLE Guillaume de chanoine de Lisieux (Bulletin … 1865 p.303)
GRIEU Gabriel chanoine (arch. de l’Hôtel de Ville)
GRIMONVILLE LARCHANT Charles Siméon de sous-diacre du diocèse de Coutances ; est pourvu par brevet du Roy, à titre de joyeux avènement de la 1ère prébende vacante dans l’église de Lisieux à Versailles le 3 septembre 1774 devenu vicaire général fut député du clergé à l’assemblée provinciale de 1787
GRIPIER Louis de chanoine en 1561
GRUEL François de chanoine trésorier en 1780 (arch. de l’hospice) nommé en 1772 prébende de Saint Hymer
GUINET François Chanoine de Lisieux en 1678

HALLY Gabriel de prêtre grand vicaire chanoine grand chantre et official de l’évêché en 1678
HARCOURT Nicolas de archidiacre de Lisieux en 1528
HEBE chanoine de Lisieux (Ste Hist. 1874 p.23 et 25)
HEBERT de BOIS LABBEY 1764, écolâtre, prébendé de Feins, prêtre chanoine promoteur de Lisieux en 1770 ; il vivait au moment de la Révolution.
HELLOT Michel prêtre chanoine de Lisieux 27 novembre 1582
HEURIAU Jean Marie chanoine et chefcier évêque de Boulogne en 1715
HERCOURT d’ prébende de la 2e portion de Lieurey en 1735
HESBERT Gilbert chanoine de Lisieux, administrateur des hôpitaux en 1723
HOULANT Richard de chanoine en 1259
HUE Pierre chanoine prébendé de Pesnel 27 juillet 1646 (arch. de l’hospice)

JOURDAIN Pierre archidiacre d’Auge – description de ses armoiries

L’ABBE François archidiacre de Pont-Audemer en 1561
LABBEY Michel LABBE official 11 septembre 1534 ; grand vicaire et official de Lisieux 17 mars 1547 (suit texte en latin)
LALOUETTE chanoine pénitencier en 1783
LAMBERT chanoine en 1786
LANGE Pierre chanoine licencié es lois, vicaire général 7 avril 1688
LARREY de chanoine
LE BAS chanoine en 1721 (Ste Hist. 1874 p.23)
LE BAS DE CAUDEMONE Charles chanoine en 1752 (catalogue Ste Hist. 1872 p.14 n°14) administrateur des hôpitaux 29 novembre 1723
LEBAS Gabriel prêtre chanoine et archidiacre en 1678
LE BOURG des ALLEURS JJ écolâtre en 1728 (Ste hist. 1874 p.29 et 30)
LE BOURG des ALLEURS chanoine de Lisieux (catalogue de la Ste Hist 1872 p 21
n° 46 47 48 et 49)
LE BOURG Pierre Guillaume François prêtre chanoine et archidiacre de Gacé le 28 janvier 1768 chanoine dès 1752, prébendé d’Assemont (procès-verbal de Ste Hist. 4 octobre 1862)
LEDOREY Gilles François diacre prieur du Montbrottra (?) chanoine demeurant en la maison canoniale place du Friche en 1727 célèbre le 16 janvier 1782 dans l’église de la Pommeraye le mariage de Joseph Emmanuel de Lambert avec Mlle Julie
Anne Charlotte Françoise Paisant (arch. de St Désir) Etat de sa prébende en 1790, prébendé de la Pommeraye en 1729
LEMARCHAND Charles prêtre chanoine prébendé de Bourguignolles, trésorier garde du scel des obligations de la Vicomté de Lisieux 28 avril 1652
LE MERCIER Prébendé de Saint Germain en 1741
LE MERLIER Louis
LE MICHAULT Pierre chanoine (description de ses armoiries) Le 1er août 1702 Pierre Le Michault présente une requête
au bailly d’Orbec afin d’annulation d’un acte de permutation de canonicat consenti par lui en faveur de Monsieur
de Franqueville, motivée par le refus de la Cour de Rome d’admettre la pension spécifiée. Répondu favorablement Transaction du 8 août qui constitue les 600 livres de pension sauf approbation de la Cour de Rome. Chanoine et grand chantre (Ste hist. 1874 p.13 n° 18)
LENEPVEU docteur de Sorbonne chanoine et archidiacre vicaire général le 18 juin 1687
LE RAT chanoine en 1748, prébendé du Pré
LE REBOURS Chanoine (Ste Hist. 1874 p.30)
LONCHAMP du chanoine en 1764
LYEE de BELLEAU Louis Jules de chanoine de Lisieux fils de Jacques seigneur de Tonnancourt et de Louise Eléonore de Belleau, mariée en 1659

MAILLOC de chanoine prébendé de Surville en 1700 et 1704
MALLET Adrien chanoine avant 1685
MAUNOURY Jean de chanoine de Lisieux, seigneur de Chaumont au commencement du 16e siècle
MAUNOURY Henry chanoine de Lisieux (registre de l’Hôtel de Ville)
MARIMONT de chanoine de Lisieux, neveu de l’official (arch. de l’Hosp)
MERLIER Louis chanoine et grand chantre 28 avril 1652 et 30 mai 1647 (arch. de l’hôpital)
MERY prébendé de Croisille en 1752 (Pottier Histoire de la
Faïence de Rouen p.250)
MERY chanoine (Ste hist. 1874 p.15 n°37)
MESNIL LE BOUCHER Pierre du chanoine, docteur en Sorbonne, scholaste, grand vicaire administrateur des hôpitaux le 29 novembre 1723 capitulaire et official de l’évêché de Lisieux 5 février 1715 (Ste Hist. 1874 p.39)
MEZIERES Jean chanoine en 1561
MIRIBEL de chanoine en 1774
MONTPELLIER chanoine en 1770, prébendé de Courtonnel
MONSAINT chanoine en 1762, prébendé de Formentin
MORISSET Guillaume chanoine de Lisieux en 1608
MOTIN Raymond prêtre chantre ordinaire de la musique du roi, chanoine prébendé du Pré en l’église cathédrale de Lisieux, prit possession de sa chanoinie en 1648
MOTTE de la chanoine en 1781
MOULLIN chanoine en 1723 (Ste Hist. 1874 p.22)

NAUDIN chanoine, vicaire général de Lisieux, député du clergé à l’assemblée provinciale de 1787, prébendé de Cordebugle
en 1770
NAUDIN chanoine de Lisieux en 1806 (catal .Ste Hist. 1872 p.16 n°9)
NICOLAS chanoine 28 février 1790 (archives de St Désir) en 1773 prébendé de la 2e portion de Deauville
NOCY Claude de chanoine et archidiacre 18 mars 1609, constitution de rente au profit de la fabrique de Saint Pierre (titres de Prêtreville)
NOCY Christophe de chanoine en 1561
NOCY Olivier de chanoine de Lisieux 1491 (archives de l’Hôtel de Ville II 16) Il était sigilliferum et fut chargé avec Robert
Tiesse official, de veiller à l’exécution du testament de Thomas Bazin (Galia Christ. Instrumenta 215)
NOCY Philippe de archidiacre de Lieuvin en 1571
NOSSY Gaspard de archidiacre et official de Lisieux en 1671 (Lachesnaye tome XII p.397)
NONNANT Hugues de archidiacre de Lisieux fut évêque de Chester (Angleterre)
en 1185. Donne au Chapitre de Lisieux le patronage de Berville vers 1190 suit feuillet texte en latin

OSBERN chanoine à Lisieux sous l’Evêque Herbert, devint moine à la Trinité de Rouen puis réformateur, 1er abbé de
Cormeilles et enfin abbé de Saint Evroult pendant 5 ans et 3 mois (Ordéric Vital livre III)
OULDIN Claude chanoine en 1561

PARISOT Claude chanoine et archidiacre 18 mars 1609 ; constitution de rente au profit de la fabrique de Saint Pierre (Titres
de Prêtreville)
PICHON prébendé de Surville en 1762
PIEL Jean chanoine et Grand Chantre en 1477
PILLEUR Raoul le archidiacre, administrateur du bureau des pauvres 28 avril 1652 (archives de l’Hospice)
PIPERAY Michel chanoine pénitencier en 1573
PLASNES Roger de chanoine de Lisieux
POINTIS de prébendé d’Assemont en 1790 (archives de St Désir)
POITIERS Guillaume de archidiacre de Lisieux, né en 1020, mourut à Lisieux, écrivit une histoire de Guillaume le Conquérant dont il fut le compagnon d’armes et le chapelain suit trois feuillets 2 en français et 1 en latin, détaillant la vie de Guillaume de Poitiers
PONT de L’ARCHE Vincent de chanoine de Lisieux en 1257
PORTE Robert de la chanoine en 1637
PORTE Nicolas de la chanoine en 1561
PRATIS Petrus de témoin dans une procuration donnée par le Cardinal Le Veneur à Joinville le 10 septembre 1535 à Pierre de Foville
PREMELE chanoine en 1762

RAGUIER Jacques chanoine et archidiacre de Lisieux, fut évêque de Troyes vers le milieu du XVe siècle
RAMBAULT Simon Thomas chanoine honoraire et grand vicaire de Lisieux, prébendé de la 1ère portion de Deauville, mort le 14 décembre 1788 dans la maison canoniale de Sainte Marie, vis à vis la place du Friche (archives de l’hospice) 1777 archidiacre de Pont-Audemer
RECLUSE de la chanoine en 1781
REGAULT archidiacre d’Auge en 1784 chanoine dès 1752, prébende des Vaux
RICQUIER chanoine prébendé de la Pluvière en 1744
ROMAIN Laurent chefcier et chanoine de Lisieux en 1259
ROTHONÜS Guillehmus de chanoine et official 1303 (archives de l’Hôpital)

SAINTARD chanoine en 1561
SAINT AUBIN Gilbert de chanoine de Lisieux en 1230
SAULNIER Prêtre du diocèse de Coutances, est nommé par brevet du Roy à la première prébende vacante au chapitre de Lisieux qu’il a droit de conférer à cause du serment de fidélité de l’Evêque dudit lieu 31 octobre 1714
SANSIN de chanoine 1777, mort en 1840, évêque de Blois (almanach de Lisieux pour 1838 p.34) Armoiries
SENCE François chanoine
SETZ Jacques de chanoine de Lisieux, administrateur du bureau des pauvres en 1683 et 1686 ;’archives de l’hospice) le 15 mai 1704 ibidem
SYMON prébendé au Val au Vigneur en 1744

TAILLEFER Foulques chanoine vers 1160 (charte d’Arnoult, évêque de Lisieux pour l’Hôtel-Dieu)
THEOBALD archidiacre de Pont-Audemer et chanoine de Lisieux 1277 fonda une chapelle de Saint Gatien à droite de la nef de la cathédrale
THIBOULT Jacques chanoine en 1561
THIRON Charles du curé de Saint Jacques, chanoine official de Lisieux en 1659 (archives de l’Hospice) il était écolâtre et
administrateur du bureau des pauvres en 1683 et 1686
THIRON Marguerin chanoine prébendé du Pré il mourut le 23 novembre 1647 (registre de Maître Pierre Thiron, avocat)
TIESSE Rober official en 1691, l’un des exécuteurs testamentaires de Thomas Bazin de Lisieux
TILLY Henry de chanoine entre 1285 et 1299
TIREL Robert chanoine 17 février 1532 (registre de l’Hôtel de ville)
TOUSTAIN Robert prêtre chanoine et l’église Saint Pierre de Lisieux, député pour l’Etat ecclésiastique en octobre 1600 aux
Etats de Normandie
TRAGIN Louis chanoine possédant une prébende à Ouilly le Vicomte le 14 juin 1588 (peut être est-ce la prébende Paisnel)
TREGAVILLA Goisfredus trésorier vers 1078
TRINITE Richard chanoine en 1561
TURGISUS Cantor et Rodolphus filius 1078

VAL Thomas du chanoine en 1561
VALLOIS Olivier le chanoine 11 septembre 1534 (registre de l’Hôtel de Ville
VARENDE de la chanoine en 1781
VAUX François de Chanoine en 1637
VAVASSEUR Jean le docteur en théologie, chanoine official des paroisses de Saint Pierre Azifs et de la Pommeraye 22 novembre 1678 (archives de Saint Désir) licencié en théologie chanoine théologal et chanoine prébendé de Saint Jacques 13 mars 1634 Approbation sur un livre du P. Jean Eudes, imprimé à Lisieux en 1681 par Rémy le Boullenger, imprimeur du Roy
intitulé le Mémorial de la Vie Ecclésiastique appartenant à Monsieur Paumier ou Pannier
VENEUR Ambroise le chanoine et archidiacre fut évêque d’Evreux en 1511
VERNET Médard de chanoine en 1637
VIGNERAL de chanoine de Lisieux 1ère portion de Verson 1728
VILLAIN Jehan le prêtre chanoine et official 1599 (archives de l’Hospice)
VIMONT Charles prêtre chanoine 15 juillet 1689
VITROUIL chanoine théologal en 1773, prébendé de Saint Jacques

FOND COMTE DE BECCI




NOTES sur FOND COMTE DE BECCI

Numérotations annotées au crayon sur les documents.

Différentes communications à la S.H.L. DE 1943 – 1946
01 Courtonne la Meurdrac Février 1944
02 Elie de Beaumont château de Canon et la fête des bonnes gens janvier 1945
03 Les places – les rues de Lisieux et Lisieux disparu 1943-1944
04 Les anciennes fontaines publiques de Lisieux 18.décembre 1944
05 Les halles les marchés de Lisieux et leurs taxes sous l’ancien régime 20 avril 1943
06 Histoire de Lisieux – militaire 29 mars 1943
07 Les monastères de Lisieux avant la révolution octobre 1943
08 Les communautés religieuses de l’ancien diocèse de Lisieux février 1944.
09 Les vitraux de l’Eglise St Jacques de Lisieux d’après les travaux d’Et.Deville Et les dessins du Baron de Moidray mars 1945
10 notes sur l’église St Jacques les fondations des LEVALLOIS les cloches mai 1945 et réunion à l’hôtel Grillon à Paris
11 L’assemblée Provinciale de la généralité d’Alençon tenue à Lisieux en 1787-juillet 1943
12 Firfol église Manoir St Christophe Prieuré notes de Mr le Chanoine Hugonin et de Mr de Cavarloy Juin 1944
13 les cas de possession démoniaque en Normandie mai 1943
14 Généalogie de la famille de la Rivière Pré d’Auge communiquée par Mr l’abbé GASimon Mai 1944
14 Bis Origine des noms de quelques rues de Lisieux particularités sur quelques unes Marolles 24 Août
15 Histoire de la famille Le Bas analyse du manuscrit de Mr Pierre Le Verdier écrit en 1916-notes Février
16 Correspondance de Mr Bernard Mamy mai 2005
17 Espinay Potier de Courcy armoiries de Bretagne et découpes journaux
18 Union Amicale des Anciens combattants de Marolles
19 1728 jusqu’à 1763 liste des décès et naissances St Martin de Marolles et Lisieux
20 rétablissement des Parlements par Louis XVI le 12 novembre 1774 relevé à la mairie
21 extrait encyclopédique tome IX art.Ducal d’Espremesine à la suite de l’assemblée des notables qui termina les séances le 25 mai 1787
22 Reçu d’un prêt du Vicomte Neel de Ste Marie
23 Marolles 14100 3.4.1981 pour vente de véhicule hippomobile à Fontainebleau
24 Marolles texte barré  » Pays de plaisne » 3 documents
25 23 janvier 1944 à la salle du théâtre de Lisieux sur la conférence de Mr Jean de la Varende – 6 documents
26 Extrait revue la Normandie 1902 et la chesnaye Desbos famille Maupeou 6 feuilles assemblées
27 15 février 1944 Dictée de Mérimée
28 de l’abbé Laffetey copie Tome I P.25 du 3.6.1811 8 feuilles assemblées
29 Généalogie des de PARDIEU de 1609 à 1724 2 feuilles dessin du blason
30 Revue de Normandie 1904 copies les ancêtres de Guy de Maupassant de 1669 à 1850 3 feuilles
31 Armoiries des confréries de charité Bernay et l’Eure – 1 excursion au château de la Mésaugère copie la revue de Normandie sept.1905 les confréries des captifs
32 Copie de la revue de Normandie 1902 d’Ecos Catsaignes
33 Copie de Normandie 1904 grand baillage de Rouen baillage de Pont Audemer 3 feuilles assemblées et 2 volantes
34 Le pain de Pâques ou de charité dans le baillage de Caen fin XVIII copie revue Normande 1904
35 Lettre adressée de l’abbé Simon au Comte de Becci et lettre du ministre de l’agriculture
36 3 feuilles sur Marie d’Agneaux et Guillaume d’Orbec avec dessin d’un blason
37 articles sur les châteaux et visite au Musée Galliera rue Pierre Charon avec les rappels de la Varende 16 feuilles assemblées
38 Billet de théâtre du Palais Royal
32 lettres 1 adressée au comte de Becci et la réponse de celui-ci lettre d’un maire David 3 lettres
40 Papier d’Emile d’Espaigne né en 1850 et de Ida de Gangence, née en 1877 avec dessin de blason à l’arrière du papier
41 Généalogie sur les Le Pelletier de Molandé
42 Mr de Gosselin et Mme généalogie
43 Et 43 bis recto verso feuille de Huchet de la Bédoyere avec dessin du blason généalogie- Hubert de Cintré généalogie Ile et Vilaine
44 et 44 Bis Admission dans l’Ordre de Malte de la famille Morin et des familles alliées de 1598 à 1789
45 Courrier des archives Départementales à Mr le Comte de Becci 12 sept.1942
46 Perriers sur Andelle liste de lieux avec une date sur l’un d’eux 1750
47 Recherche de Noblesse de 1666 par Marle pour élections de Falaise et d’Argentan
48 Suite de la liste 47
49 50 copie d’une lettre du roi Louis roi de France et de Navarre l’an de grâce 1621 et de notre règne
50 onzième – signé Louis
51 Copie état des pages de la chambre du roi date 1695à 1784
52 J.Danil ? du 26 mai 1944 à un nommé Gabriel
53 Et 53 bis courrier de Morin Guillaume issu d’ancienne noblesse passé à Caen en 1944
54 Courrier de Levaillant chanoine de Bayeux année 1664
55 Lettre de décès de Marie-Hippolyte –Louis , comte du Merle
56 Lettre de Mezerac du Château de Canon le 4.5.1944
57 Lettre de Mezerac du château de Canon 29.5.1944
58 et 58 bis mémoires du Prince de Talleyrand
59 5 petites lettres concernant la famille Sebastioni
60 Mémoire de Mme de Boigne
611 et 2 rencontre avec l’abbé Constantin par Gérard Gailly
62 courrier du baron de Moidrey à Mr de Becci 26 janv.1944
63 du Col. Mesnil avril 1944 notes sur la terre du Bosc Drieux l’orthographe Beaudrieux actuellement en usage 3 pages réunies sur la première un écusson
64 faire part de bénédiction nuptiale famille de Neuville et famille Terré
65 Fond de Becci il est question de FIRFOL
66 Fond de Becci invitation une première messe le 16 avril 1944 en l’église de Fifol à 10h heure solaire
67 Fleury et Sonolet Tomme IV – La Société du 2eme Empire
68 Faire part de décès de Melle Marthe des Hays de Gassart obsèques le 14 décembre 1943 château de Courtonne
69 Notes sur la Vicomté d’Orbec les sergenteries d’Orbec, les paroisses
70 Au dos du 69 la vicomté de Pont Audemer
71 Notes sur Anne Louise Morin de Mesnil épouse du célèbre avocat Elie de Beaumont
72 Gouyou ou Goujou Histoire de Bernay
73 Idem au 72
74 collection les cloches de France –le Port Royal de Normandie st Himer
75 notes, mémoires de Talleyran vers 1810
76 Revue Normandie 1900 les seigneurs de Clères
77 Idem 77
78 1 page le lexovien article sur la réunion de la S.H.L.29/1/1944
79 1 page le lexovien 26/1/1944 article conférence de Jean de la Varende S.H.L.
80 Rapport d’une conférence sur le Musée Maritime Galliera voir N) 82
81 Lettre de 1944 je pense de l’abbé Simon à Mtr de Becci
82 Suite du rapport N°80
83 Acte de mariage 1704 à Marolles
84 Bail entre Mr de Becci et Mr Bétourné d’une ferme en herbe fait en triple exemplaires 15/101938
85 Bail de ferme pour 6 ou 9 ans de 1902 ou 1908 ou 1911 Mr Becci propriétaire locations à Mr Riquier Arthur de Fauguernon une ferme en herbe
86 Minute bail de ferme 1786 à 1795 passé devant Daufrene notaire à Lisieux location au sieur Guillaume Jacques François Boudard
87 Contrat de 4 pages registre baptême vint six juillet …remis au A.D le 13.10.2009
88 Acte pour nomination le 4.1.1796
89 Registre de baptêmes mariages et inhumation année 1793
90 1 liasse de  » pièces (petites dont 1 sceau – 1 demande d’extrait de baptême 26/8/1667 – 1 acte de futur mariage
91 famille Le Fèvre de 1687 -1663 – 1647 – 1644 – 2 pièces
92 actes extrait des registres de la cour Départementale de Rouen 2 double- pages date je pense 1764 et une double page 1747
93 contrat de mariage de 1756 attaché avec des petits rubans bleus, bleus, roses, de Messire Despommard chevalier Seigneur de Gouy et noble de Moiselle Marie Anne Victoire Caillot de Coqueraumont 3 pages doubles
94 Requête de M. des Pommare (orthographe différent du N° 93 qui je pense est le bon) archives Départementales de la Seine Inférieure – 1 feuille double + 1 article tapé à la machine
95 Acte du 22/111745 pour publication de bans entre Messire jacques François Charles ? Deschamps et Damoiselle Marie Anne Françoise Léonore de CIPESEY
96 Collège de Lisieux Prix de la Ville – pour collège de Lisieux prix Version Grec remporté par Mr Le Fèvre
97 1 page de Registre de Baptême – Mariage
98 1 feuille notée (5) Registre des Baptêmes – Mariages et sépultures de la paroisse de Marolles 1671 remis aux AD le 13.10.2009
99 2 actes de mariage paroisse St Germain de Livet et Marolles
100 à 114 Famille Pollin trier par dates du XVIII – reçus divers
II5 à 120 Divers Reçus familles Pollin – Laurens
121 à 123 déjà transcrits par Mr Raveaux registre baptême et mariage année 1777 de la paroisse de Saint Pierre de Canteloup le tout ayant été déposé au greffe le 4/2/1778. Registre idem au N° 121 de 1734 pas trouvé n° de paroisse Registre idem au 121 et 122 année 1723. Ces n° ont été remis aux AD du Calvados le 13.10.2009
124 au 146 reçus divers concernant les familles Pollin – de Bois Laurens – Chavarel veuve Lavillette – Duclos veuve de Pierre Vasseur – Fouque Campion – Gautier – Pollin Perier – Reste avec les archives chaque reçu manuscrit
Ensemble n° 147 traduit et enregistrée par M. de la Bretèche
148 à 151 reçus divers famille Campion Pollin
152 Commission prises pendant le voyage en Bretagne de Mr de Bois Laurens
153 courrier de 1840 concernant 1 supplément intitulé Armorial Historique de la Noblesse de France signé Dupin N. f des Vastines
154 lettre du comte de Becci à un garagiste vendeur de voitures à Fontainebleau le 3/4/1981
155 Lettre d’Amour adressée à Mr Emmanuel de Becci date invisible
156 Quittance de Madame Vauquelin
157 reconnaissance de dette de M ? à Mme Avice 8/9/1730
158 reconnaissance de dette de Mme Ruel de Ste Marie
159 reçu un billet de 80 livres pour M. de Ste Marie dans son logis à Ste Marie
160 et 160 Bis reçus de M. Ste Marie cent LIVRES POUR UNE ANNEE DE RENTE POUR Mme veuve Vauquelin 24/9/1785 et le 13/11/1780
161 Reçu de Mme Marguerite nom …….à voir reçu de Madame Marie Catherine Cossuel veuve Vauclin la somme de deux milles livres somme due concernant un héritage 1771 Neel de Ste Marie
162 14 reçus de M. Marie de la part de veuve Vauquelin

INVENTAIRES ARCHIVES DE SOCIETES




INVENTAIRES ARCHIVES DE SOCIETES

invshbcn.spr

ENTREPOSEES A LA SOCIETE HISTORIQUE DE LISIEUX

I) – SOCIETE D’HORTICULTURE ET DE BOTANIQUE DU CENTRE DE LA NORMANDIE LISIEUX.

2) CHAMBRE CONSULTATIVE DES ARTS ET MANUFACTURES DE LISIEUX

3) LIGUE DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN.- SECTION DE LISIEUX.

1 – SOCIETE D’HORTICULTURE ET DE BOTANIQUE DU CENTRE DE LA NORMANDIE:
INVENTAIRE SOMMAIRE

CARTON N° 1

– Grande masse de communications scientifiques (certainement collectionnées par M. Descours-Desacres.)

CARTON N° 2

– Revue des travaux scientifiques
Numéros épars de 1881 à 1895

– Comité des travaux historiques et scientifiques (liste des membres)
1902 – 1905 – 1907

– Comptes rendus des congrès des Sociétés Savantes de Paris et des départements.
1898 – 1900 – 1904 – 1909

– Bulletins de la Société de Géographie
Numéros épars de 1900 à 1908

– Rapport sur le mouvement scientifique, industriel et agricole présenté en 1896 aux Assises Scientifiques, littéraires et artistiques.

CARTON N° 3

– Archives administratives de la Société d’Horticulture de Lisieux de
1893 à 1895

– Notices techniques diverses d’horticulture

– Bulletins des sociétés d’horticultures diverses de 1900 à 1910.

2 – CHAMBRE CONSULTATIVE DES ARTS ET MANUFACTURES DE LISIEUX
INVENTAIRE SOMMAIRE

CARTON N° 1

– Bulletin officiel de la Propriété industrielle et commerciale
Série incomplète – de Juin 1908 à Mars 194O

– Les marques Internationales (supplément au bulletin officiel de la Propriété Industrielle)
Série incomplète de 1910 à 1939

– Moniteur Officiel du Commerce
Numéro épars de 1897 à 1910

– Bulletins du Ministère des Travaux Publics – Direction des Chemins de fer pour homologation de tarifs.
Série incomplète – 1900 à 1928

– Tarifs SNCF – 1900 à 1928 (incomplet)

– Revue « Le Travail National » (organe de l’Association de l’Industrie et de l’Agriculture Françaises)
Série incomplète – 1906 et 1907

– Journal des Transports – N°s épars de 1900 à 1903

CARTON N° 2

– Bulletin d’Information de l’Office National du Commerce Extérieur
Série incomplète 1900 à 1910

– Annales du Commerce Extérieur
N°s épars de 1875 à 1916

– Rapports commerciaux des agents diplomatiques et consulaires de France
N°s épars 1904 à 1910

– Exposition universelle internationale de 1889 à Paris
– de 1900 à Paris
– d’Amsterdam de 1883
– de 1878 à Paris
– de 1893 à Chicago
– de 1875 à Vienne

– Examen de la question des matières premières, des traités de commerce etc… 1873

– Bulletin de Société de Géographie Commerciale de Paris
N°s épars 1901 à 1907

– Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale
1862

– Archives du Musée National de Rio de Janeiro (en espagnol) 1887

CARTON N° 3

– Bulletin de la Chambre de Commerce de Paris
N°s épars 1907 à 1935

– Bulletin de Chambres de Commerce de province
N°s épars

– Enquête au sujet du renouvellement du privilège de la Banque de France – 1916

– Enquête législative sur l’impôt des boissons 1851

– Rapport au Président du Conseil sur la réorganisation du service des P.T.T. 1917

– Annuaire du Ministère de l’Agriculture et du Commerce pour l’année 1876

– Annuaire statistique de la France – Année 1883

– Brochures et papiers divers.

3 – LIGUE DES DROITS DE L’HOMME
INVENTAIRE SOMMAIRE

– Bulletin officiel de la Ligue des Droits de l’Homme
Numéros épars de 1902 à 1909

– A.G. du 2.O6.1900 de la Ligue Française pour la Défense des droits de l’Homme et du Citoyen.

– L’affaire Dreyfus – par Bernard LAZARE

– Affaire Dreyfus : débats de la Cour de Cassation
1ère partie : rapport de M. BALLOT-BEAUPRE
2ème partie : conclusions de M. le Procureur Général MANAU

– Brochures diverses.

– Registre des délibérations de la section lexovienne de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen, de 1904 à 1906.

ANCIENS EVEQUES DE LISIEUX




NOTES sur NOTES SUR LES ANCIENS EVEQUES DE LISIEUX

Carnets de Charles Vasseur

Sommaire :
1 fascicule: TEMPOREL
2 fascicule: PREMIERS APOTRES DES LEXOVIENS
3 fascicule: CATALOGUE DES EVEQUES DE LISIEUX
+ Évêques de Bayeux

NOTES DIVERSES SUR LISIEUX:

Fascicule sur Monseigneur de Condorcet
Fascicule sur Lisieux contenant des feuillets de référence r
Fascicule intitulé Saint Désir
Fascicule intitulé Saint Désir
Fascicule intitulé « Contagion et disette à Lisieux »
Fascicule intitulé « Saint Ursin »
Dossier intitulé Lisieux

1er fascicule: TEMPOREL

Privilèges épiscopaux

DU CHESNE.
4 pages de notifications texte en latin

Texte en latin suivi du texte ci-dessous

Philippe de Valois mit l’université de Paris en sa garde par des lettres patentes de 1340 et pour ne pas détourner les escoliers de leurs études, il ordonna que toutes leurs causes personnelles seraient commises devant le prévôt de Paris : ce qui s’appelait le « Privilège de Scolarité ».
Les autres universités obtinrent des faveurs pareilles. Le juge qui leur était attribué prenait la qualité de : Conservateur des Privilèges royaux de l’Université (Théorie de la procédure civile par M Boucenne, avocat à la Cour Royale et doyen de la Faculté de Droit de Poitiers. Tome I introduction, chapitre VII p.136, 137 2e édition Paris-Poitiers 1837)

Intronisation des Evêques de Lisieux (Normand du 20 avril 1867)

L’Evêque n’a aucune juridiction dans le Chapitre. Il est tenu lors de son intronisation et de sa réception à un triple serment que reçoivent trois différents dignitaires sur les Saints Evangiles :
– le premier serment à l’entrée de la porte de la ville
– le deuxième au parvis de l’église dans laquelle il doit entrer les pieds nus
– et enfin sur le grand autel de Saint Pierre, il signe de sa main, la formule suivante (en latin)
(Neustria Christiana)

Traité entre le clergé et les barons normands pour leurs droits respectifs où il est parlé de Lisieux (D.POMMERNYE Concile p.195)

Domaine

Scriptum de servitus militum vers 1205 (texte en latin)

Etat des fiefs temporels de l’Evêché de Lisieux en 1561(Bibliothèque Nationale) Monsieur de Neuville en fait une copie pour la Ste Historique (catalogue de 1874 p.7 n°22.

Aliénation du domaine temporel des Evêques (Almanach de Lisieux 1839 p.57)

Treizièmes du Comté de Lisieux (Ste Historique 4)

Note de Pouillés XVI e siècle

Note relative à la Seigneurie de Plumetot et Coleville (texte en latin) Olim tome I p.403 an 1272)
Suit le texte en français ci-dessous

Cet arrêt analysé par M.L. Delisle – Essai de restitution d’un volume perdu des olim n°123 « Les Seigneuries de Plumetot et Coleville sont tenues en fief de l’Evêque de Lisieux 1272 » -Conf. Beugnot I.403 répété textuellement – Archives de l’Empire tome I p.325-

On lit ibidem tome I p.173 n°1885 : arrêt déclarant que le fief des Louvez à Plumetot relève de l’Evêque de Lisieux et non du Roy. Olim I folio 77

688 -Le seigneur de Nonancourt en sa terre reçoit les juifs du Roy mais il n’en prend le sens –
689 – et les Evêques de Coustances et de Lisieux qui y ont toute justice sont tenus de recevoir lesdits juifs sans en rien prendre – qui sont de graves jugements
(page 413 essai de restitution d’un registre perdu des olim par M.Delisle
– répété textuellement sous le date 1288 par les Archives de l’Empire.
Acte du Parlement tome I p.413

Comme à Lisieux certains gentilshommes des environs d’Amiens devaient rendre des services aux Evêques de cette ville lors de leur prise de possession et en recevaient en échange certaines redevances.
Le Seigneur de Rivery conduisait sa mule. L’Echevinage fournissait le vin du festin. Le seigneur de Rivery emportait la vaisselle et le Sieur Homesmont, près à Raines, les nappes et les serviettes (I p.698 Augustin Thierry. documents inédits Histoire du Tiers Etat région du Nord Amiens)

2e fascicule : PREMIERS APOTRES DES LEXOVIENS

Origines (Revue normande du 7 septembre 1831 p.565)
(Annuaires de l’Institut des provinces pour 1868 p.319)
(Origines du Christianisme par l’Abbé Corblet revue de l’Art chrétien de novembre 1869)
(Origines du Christianisme en Gaule Thèse de l’Abbé Benard – voir revue bibliographique août 1869 p.111)

Saint Pothin et ses compagnons, martyrs à Lyon en 177.
La persécution s’étend aux autres localités où le Christianisme avait des adeptes : Saint Symphorien trouva deux ans après une mort pareille à Autun, Saint Bénigne à Dijon, Saint Marcel à Chalon, et Saint Ferréol à Besançon, Saint Félix à Valence.

D.Rancée – Manuel de l’Histoire Générale de l’architecture chez tous les peuples. Tome II moyen-âge p.111 et 112 note n°3

Malgré le succès qui couronna la prédication de ces hommes dévoués et malgré le zèle ardent de leurs premiers disciples, nous voyons que les réunions des premiers chrétiens des Gaules se faisaient dans des maisons particulières, dans celles des nouveaux et riches convertis, comme nous l’apprend de l’histoire de Leocadius de Bourges (Grégoire de Tours Livre I C XXIX) Gatien premier Evêque de Tours célébrait en secret dans les cryptes et dans des lieux cachés les mystères de la messe du dimanche. Lythorius, son successeur, bâtit la première église de Tours où l’on comptait déjà beaucoup de chrétiens. Ce fut lui aussi qui de la maison d’un sénateur forma la première basilique (Grégoire de Tours Livre X C XXXI)

L’église de Lisieux ne paraît pas plus ancienne que 270, on n’en connaît pas le premier apôtre (Longueval Histoire de l’Eglise Gallicane)
Suit un texte en latin tiré de Galia Christiana tome XC

Origines chrétiennes de la Gaule. Lettres au Révérend Père Dom Piolin, bénédictin de Solesmes en réponse aux objections contre l’introduction du christianisme dans les Gaules aux IIe et IIIe siècles, précédé de lettres sur la nécessité d’un examen de l’ouvrage intitulé : « Monument inédit sur l’Apostolat de Sainte Marie Madeleine en Provence »
1855- 56 2e volume in 8e – Catalogue Claudin décembre 1873 p.3n°1326

Origines des églises de France (Revue des questions historiques juillet 1873 p.129 à 204) -Article de D.Chamard bénédictin de Ligugé. (notes surtout p.158 tout le 1er paragraphe)

Présomption de l’existence de l’église de Lisieux avant la fin du IVe siècle (Revue des questions historiques 6 octobre 1873 p.359 note 2 – l’établissement du christianisme par D.Chamard bénédiction de Ligugé)

L’origine du Christianisme fixée par les sépultures

Sépultures des premiers âges du christianisme (Revue normande 1er volume janvier 1831 p.215)

Origine tardive du Christianisme à Vieux (Mémoires des Antiquaires de Normandie tome XXVIII p.95)

SAINT BERTIVIN
Sa vie (E.Le Hericher Avranchin, histoire et Monuments tome I p.435 la note p.450 et suivantes)

SAINT EXUPERE
Bulletin Mon.1866 p.499)

SAINT REGNOBERT
Age de la chasuble de Saint Regnobert (Congrès archéologique de 1868 p.367, 368, 369)

SAINT PATRICE
Ses pérégrinations (revue des questions historiques 1er juillet 1868 p.284)

Rien ne vient corroborer dans les différents bréviaires l’opinion de l’auteur des Vies des Saints Patrons du Diocèse de Lisieux. Au contraire tous placent uniformément la fête du saint au mois de mars vers l’époque de la mort de Saint Patrice d’Irlande et pas un seul calendrier, pas un seul bréviaire ne relate d’office, ni même une simple mémoire de Saint Patrice de Bayeux au mois de novembre, bien qu’au jour désigné par l’auteur (qui est le 5) il n’y ait aucun office propre, on fait seulement l’office de la Toussaint.
Voici du reste les offices prescrits dans les trois bréviaires que je possède en commençant par le plus moderne, celui de Monseigneur de Matignon, imprimé en 1704.(suit une indication en latin)
…suit également 9 feuillets mi en français mi en latin au sujet de la non probabilité que Saint Patrice ne soit jamais venu évangéliser la région de Lisieux.

SAINT TAURIN
Bulletin Mon.1866 p.499
Catalogue Dumoulin 1869 p.1 n°3

SAINT GAUD
Evêque de Lisieux (E.Le Héricher Avranchin Hist.et Mon. tome I p612)

3e fascicule : CATALOGUE DES EVEQUES DE LISIEUX

Liste des portraits connus des évêques de Lisieux (Procès Verbal de la Ste Historique du 12 avril 1870)

Quatre Listes des évêques de Lisieux (dont une avec la descriptions de leurs blasons et une en latin de D.Bessin)

1 – LITHARE 314
2 – RAGNOBERT
3 – LITHAREDE 511

Dont le nom signifie très bon prince fut le premier Evêque de Lisieux selon quelques uns vers l’an 500. Toutefois le premier de ces prélats qui figure dans un acte public est THIBAUT qui assista au Concile d’Orléans en 538. La liste du rituel de 1661 et le catalogue du Père Bessin sont les seuls ouvrages imprimés où l’on a mis LITHAREDE au nombre des évêques de Lisieux. Le Père Dom Brice qui a travaillé à la nouvelle édition du Gallia Christiana n’en parle pas, quoiqu’il n’ignore pas ce qu’en a écrit son confrère, preuve qu’il ne croit son sentiment suffisamment appuyé. L’auteur des Vies des Saints Patrons du Diocèse dit qu’on a regardé LITHAREDE comme ayant incontestablement occupé le siège de Lisieux ; non seulement il lui donne le titre, il assure même qu’il est qualifié de saint dans tous les anciens monuments de l’évêché, en quoi il va plus loin que le Père Bessin…. Ils se contentent de dire l’un et l’autre qu’il assista et souscrivit avec Saint Godard archevêque de Rouen et un évêque de Séez qui portait aussi le nom de Litharede au premier Concile d’Orléans, assemblé par l’ordre de Clovis et célébré le 11 juillet 511 ;mais il n’y a qu’un évêque du nom de Litharede qui ait souscrit à ce concile. Il se dit évêque Hyemes Lithared Episcopus oseniensis subscripsi, qui est un bourg du diocèse de Séez où l’on croit qu’était originairement le siège de cet évêché et qui en fait encore aujourd’hui partie. Ce qui a beaucoup autorisé le Père Bessin a marqué à Séez un évêque du nom de Lithared mais non à Lisieux qui probablement n’existait pas encore puisque l’on croit que ce fut vers le 4e siècle que fut ruinée l’ancienne cité des Noviomagus. Lexoviorum, capitale des Lexovii dont on a trouvé les ruines aux Tourettes à un quart de lieue de Lisieux dont cette ville tire son origine et qui n’était peut être alors qu’un village ou tout au plus une bourgade construite de ses débris. Peut être a-t-il pris pour des preuves de sa prétendue assistance au premier concile d’Orléans une des notes qu’on trouve à la fin des actes de ce concile dans la somme générale de l’édition du Louvre qui a pu servir de fondement à ceux qui ont mis Lithared au nombre des évêque de Lisieux.
Après ce que l’auteur de cette note a observé touchant la souscription de Litharede sur un manuscrit de l’abbaye de Corbie et quelques autres (Litharede) episcopus de Uximus, que dans son manuscrit de l’église de Rheims et dans d’autres on lit.. « ex civitate uxioma Lithared, « il ajoute que les manuscrits ordinaires sont pour Litharede, évêque de Lisieux. On pourrait croire que les bornes du diocèse de Lisieux étaient peut être anciennement moins resserrées du côté de l’occident en sorte que Hyesmes aurait pu alors faire partie des Lexovii, mais ce n’est qu’une simple conjecture qui ne peut faire une preuve dans le sentiment même de l’auteur de cette note qui reconnaît à la fin, qu’on ne retrouve point Litharede dans les anciens catalogues dans l’Evêché de Lisieux. (Richard Séginin ou Seguin -Histoire du Pays d’Auge)

Texte en latin du Neustria Christiania

4-THEODEBAUD 538

5-PATRICE 600
L.DU BOIS cite Saint Patrice comme évêque de Lisieux sous l’an 600

6-ESTHERIUS 560

7-LANNOBODUS ou LAUNOBAUD 650
4e évêque de Lisieux vers 650 ; il y a des écrivains qui assurent que ce prélat était issu de la famille des anciens seigneurs de la Roche-Guyon (d’après Richard Ségonin (?) histoire du Pays d’Auge)
Assiste au premier concile de Chalon sur Saône en 644 (Gallia Christiana tome XI)

8-HINCHO 658
On trouve parmi les souscripteurs de Chlothaire au monastère de Sainte Colombe de Sens en 1658 : Hincho lexovium urbis espicopus (Mabillon Annales ordinis S. Benedicti tome I p. 449 et 450)
Suit un texte en latin du Gallia Christiana tome XI

9-LEODEBOLDUS ou LIEBAUT 662
Souscrit aux privilèges accordés par Berthefride, évêque d’Amiens, au monastère de Corbie le 6 septembre de la 7e année du Roy Clotaire en 662 ou 663
Privilège du Roi Clotaire en 663 en faveur de l’abbaye de Corbie, souscrit par Leodeboldus lexoviensem (Mabillon Annales ordinis S. Benedicti tome I p.470)

10-RAOUL 700 à 833
1er texte en latin (Martin Bouquet tome VI p.343)
(Baluze tome I capitular.Col.653)
2e texte en latin (Mabillon Annales ordinis S.Benedicti tome 2 p.540)

11-FRECULPHE 840 à 853
Vers 840 Freculphe moine de Fulde distingué par son érudition fut élevé sur le siège de Lisieux. Ce diocèse avait besoin d’un prélat aussi zélé et aussi éclairé. Son peuple était entièrement dépourvu du pain de la parole de Dieu, et quand il prit possession de son église il n’y trouva pas même une bible. Il fut contraint d’en demander une au savant Raban-Maur avec lequel il était lié. En 824, il fut député à Rome pour obtenir du Pape la permission d’assembler un concile au sujet des images.
Il a rassemblé le fruit de ses travaux dans une grande chronique latine qui s’étend depuis le commencement du monde jusqu’au pontificat de Boniface III, successeur de Grégoire le Grand (Gallia Christiana tome XI)
C’est sous son pontificat (?) qu’eut lieu la première translation des reliques de Saint Régnobert, évêque de Bayeux et de Saint Zénon, diacre, relatée dans l’Annuaire Normand.

Fréculphe évêque de Lisieux et Adagavie (?) dont on ne connaît pas le siège, furent envoyés par Louis le Débonnaire, comme ambassadeurs auprès du Pape Eugène II à Rome, pour lui demander la permission de faire examiner par les évêques de France la question des Images. Le Pape l’accorda et le concile où se devait faire cet examen fut indiqué à Paris pour le 1er novembre 825 (D. Remy Ceillier tome XXII p.591)

Remarques sur les sociétés de prières et de suffrages : Fulbert, évêque de Chartres fait mention dans sa lettre 110e de celle qu’il établit avec l’évêque de Lisieux en 840 (D.Remy Ceillier tome XXII
p.496, 497)

Lupus, abbé de Ferrières en l’espître 84 parle de Fréculphe, évêque de Lisieux

Ebbon archevêque de Rheims, déposé sous Louis le Pieux, fut renfermé d’abord à Fulde, puis l’an 837 jusqu’en 838 dans l’Evêché de Lisieux, que Fréculphe alors gouvernait

Suit un texte en latin (Martin Bouquet tome VI p.355 – Bibliothèque Patrum tome XIV p.1138)

(D.Remy Ceillier – Auteurs Ecclésiastiques tome XXVIII p683
(Bibliographie de Frère I p.485
(Revue des questions Historiques tome I p424
(Catalogue de la Ste Hist. de Lisieux 1874 p7 n°20 2e par.)

12-HAIRARD ou AIRARD 853 à 882
N’est connu que pour avoir été Missus Dominicus
Suit un texte en latin (gallia christiana tome XI)
Baluze Capitulaires tome II Col.57 texte en latin
Texte en latin (A.Duchesne tome I)

13-ANSIGILE 882
10e évêque de Lisieux ; il avait été abbé de Fontenelle ou Saint Wandrille dès l’an 822 ou 823. C’est avec raison que les Pères Bessin et Brice l’on retranchait du nombre des évêques de Lisieux. La confusion était alors dans le pays car c’était dans ce temps là que les Bocanis Normands établissaient leur république et que Raoul conquit la Normandie (Richard Segonin Histoire du Pays d’Auge)

14- ROGER 980 à 1024
11e évêque de Lisieux avant l’année 980. Roger se trouva avec tous les évêques de la province, celui de Séez excepté, à la donation que fit le Duc Robert, fils de Richard II, du consentement de son fils, archevêque de Rouen, à l’abbaye de Fécamp, des seigneuries de Mondeville, Argences, Saint Valéry, Brétenvalle et Ingulville l’an 1001
(Richard Ségonin Histoire du Pays d’Auge)

Texte en latin de deux pages (Gallia Christiana tome XI)
id (Martin Bouquet tomer X p.452)

15-ROBERT 1024 – 1026
Texte en latin (Gallia Christiana tome XI Col 869)

16-HERBERT 1026 à 1050
13e évêque et premier Comte de Lisieux en 1026
Quelques uns assurent que Guillaume le Conquérant donna à cet évêque et à ses successeurs sur le siège de Lisieux le titre de Comte de cette ville, mais le fait n’est pas assez prouvé ; d’autres disent que ce fut le fils de ce prince qui leur accorda ce titre qu’ils ont toujours porté depuis. (Richard Ségonin, Histoire du Pays d’Auge)

Texte en latin (Martin Bouquet tome X p.498 an 1022)

Orderic Vital livre V Traduction Guizot tome II p.298 299

….. Aussi pendant que le Roi Guillaume éprouvait un grand orgueil des pourpres de ce siècle et que le peuple de Normandie se livrait à un luxe extraordinaire et ne prévoyait pas ce qui pouvait par la suite résulter d’un tel amas de crimes, tout à coup un terrible fracas de tonnerre retentit dans le sanctuaire de la cathédrale de Lisieux et sous les coups redoublés de la foudre, le peuple fut renversé sur la pavé de ce temple. Un certain jour de dimanche, comme on célébrait le matin les mystères de la sainte messe, et qu’un prêtre mitré, nommé Herbert, se trouvait à l’autel, il parut tout à coup un éclat très brillant qui fut à l’instant suivi d’un bruit formidable et d’une forte détonation. La foudre atteignit, brisa et renversa la croix qui était sur la tour, puis descendit effroyablement dans l’église, tomba sur le crucifix, lui frappa les pieds et les mains, et arracha d’une manière singulière les clous de fer de la croix. Un brouillard ténébreux aveugla l’assistance épouvantée, une flamme étincelante parcouru l’édifice et tua 8 hommes et une femme. Elle brûla sur tout leur corps et la barbe et les cheveux des hommes et des femmes et répandit partout la plus fétide odeur. Une femme nommé Marie, resta non sans un grand effroi dans un coin de l’église et vit tout ce peuple comme inanimé étendu sur le pavé

17-HUGUES D’EU 1050 – 1077 (armoiries)
Guillaume, fils naturel du Duc Richard I sans Peur, épousa Lesline fille de Turquetil. Ils eurent pour enfants Robert, Hugues et Guillaume. Hugues fut évêque de Lisieux. Robert eut le comté de Soissons et mourut sans postérité, Guillaume fut d’abord Comte d’Eu et après la mort de son frère, Comte de Soissons; il eut pour femme Helsinde, fille de Hugues, Comte de Chester.
De leur mariage naquit Henry, fondateur de l’abbaye de Foucarmont. En 1130, il épousa Marguerite de Soléyo fille d’Etienne, comte de Blois par Alix 4e fille de Guillaume le Conquérant; d’où en autres Jean, Comte d’Eu, mort en 1171, qui laissa d’Alix Comtesse d’Arondel : 1° Henri, époux de Mathilde de Longueville
2° Alix mariée à Raoul d’Issoudun qui devint comtesse d’Eu
(Houard : Dict de Droit Normand tome II p.191)

Guillaume, fils naturel du Duc Richard Ier était celui là même à qui la Duc Richard II, son frère, avait donné le comté d’Hiesme qu’il perdit par sa révolte, et qui confiné dans une tour à Rouen y souffrit pendant 5 ans une rigoureuse prison Au bout de ce temps, sorti de cette tour au moyen d’une corde qui lui fut passée, et après quelques temps de fuite, il avait pris le parti de s’abandonner à la clémence du duc, et un jour qu’il était à la chasse dans la forêt de Vernon, il alla se jeter à ses pieds et reconnu sa faute. Le duc, touché de compassion, le releva et lui rendit ses bonnes grâces. Elles ne furent pas stériles
Au lieu du Comté d’Hyesmes et lui donna le Comté d’Eu. Il lui fit épouser Lesline, fille d’un seigneur nommé Turquetil de laquelle il eut 3 enfants, (Erigan p.55)
-6 feuillets en latin Gallia Christiana tome XI

Hugues d’Eu, 14e évêque, 2e comte de Lisieux. Orderic Vital rapporte dans son Histoire, une prétendue vision d’un bon curé de Saint Aubin de Bonval, nommé Galchéne, qu’il l’avait vu revêtu d’une chape noire et noir lui-même du feu qui le brûlait, sollicitant des prières pour sa délivrance. On a toujours regardé ce trait comme injurieux à sa mémoire. (Richard Segonin Hist du Pays d’Auge)

Note sur le Concile de Lisieux de 1055 (D.Pommeraye Concile p.492)
Ce synode d’évêque fut tenu à Lisieux en 1055 (Recueil des Historiens des Gaules et de la France tomme XI p.70 C Chronique de Benoist)

18-GILBERT 1077 à 1101
Gilbert Maminot archidiacre de Lisieux, fut député à Rome pour faire approuver la conquête de l’Angleterre

6 pages en latin de Gallia Christiana

Gislebert évêque de Lisieux, astrologue (Orderic Vital livre IX, Traduction Guizot Tome III p.407

19-FOUCHER FLAMBART 1101 (armoiries)
Texte latin (Gallia Christiana tome XI)

…Il fit sa paix avec Henry en lui livrant la ville de Lisieux où le Roi réunit tous les barons normands en 1106 pour se faire reconnaître leur Duc, ce qui eut lieu sans opposition…

Henry Ier, roi d’Angleterre, voulant rétablir les affaires de la Normandie entièrement dérangées par le Duc Robert son frère, indiqua un concile à Lisieux, vers la mi-octobre 1106. Orderic Vital dit qu’il fut très utile à l’Eglise de Dieu apparemment parce qu’on rétablit la paix dans toute la province, qu’on en bannit les vols et les rapines et qu’on maintint les églises dans la possession des biens qu’elles avaient sous le roi Guillaume, son père ; car, pour ce qui est des ordonnances du Concile, elles appartiennent plus à la police civile qu’à l’ecclésiastique. Aussi y-avait-il dans cette assemblée un plus grand nombre de seigneurs laïcs que d’évêques. (Concilia tome X p.474 – D.Remy Ceillier 21 p.625)

– RAOUL FLAMBERT l’intrus

Il y a deux lettres d’Yves de Chartres à Guillaume, archevêque de Rouen, pour l’engager à chasser Flambart, évêque de Dursham qui s’était emparé du siège épiscopal de Lisieux avec ses deux enfants, et d’y faire mettre l’archidiacre d’Evreux nommé Guillaume. Celui-ci fut en effet élu évêque de Lisieux, mais Flambart fit donner l’évêché à un de ses clercs par le Duc de Normandie.
Yves de Chartres informa le Pape Paschal de toute l’affaire et le pria de confirmer l’élection de Guillaume (Lettres 149, 153, 157 – D.Remy Ceillier XXI p.465)

Texte en latin d’après Houard p.216

Armoiries de Ranulphe Flambart des Seigneurs de Quesnoy-Guesnon

20-JEAN 1107 à 1141
Orderic Vital met un concile à Lisieux en 1119, sans en marquer le sujet. Mais on trouve dans les archives de cette église qu’il fut assemblé pour confirmer la paix faite à Gisors en 1113 la dernière semaine de mars, du consentement des Rois de France et d’Angleterre. Cette assemblée fut comme un préalable au concile de Rheims auquel on avait appelé les évêques de Neustrie – Concila tome X p.881 (Dremy Ceillier XXI p.649)

Jean, évêque de Lisieux, figure dans une chartre donnée par Henry, roi d’Angleterre, accordant aux moines de Saint Père de Chartres, les dîmes de Bons-Moulins (1129 – 1135) (Cartulaire des Pères de Chartres p.640)

Texte en latin (8 pages) tiré du Gallia Christiana tome XI

21-ARNOUL 1141 à 1182
Texte en latin (15 pages) tiré de Gallia Christiana tome XI

Texte en latin tiré Amplissima Collectio tome VI ou XI col 231

Texte en latin tiré de Duchesne tome IV p.149

13 références de différents ouvrages où il est question d’Arnoul

Pierre de Blois, archidiacre de Bath, écrit à Arnoul évêque de Lisieux (lettre 44) de ne pas abandonner son évêché au cause des contrariétés qu’il éprouvait de la part de son Prince, de son Chapitre ou d’autres personnes, l’assurant qu’il pourra aisément captiver la bienveillance de ce Prince par des façons humbles et affectueuses, à quoi il ajoute qu’il lui conseillait au contraire de quitter son évêché s’il y était parvenu par des moyens qui blessassent sa conscience (D.Rémy Ceillier tome XXIII p.215)

Hugues de Nonant évêque de Castres, neveu d’Arnoul évêque de Lisieux.
Jean, évêque de Lisieux, grand oncle de cet Hugues, était vicomte d’Argentan en 1113

Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, par sa 7e lettre livre IV, prie de pape de confirmer malgré les oppositions du Comte d’Angers, l’élection d’Arnoul, archidiacre de Sées, consacré évêque de Lisieux (Bibliothèque, Patr. tome XXII p.825 et suivantes D.Rémy Ceillier tome XXII p.488)

Geoffroy Plantagenet meurt à Lisieux le 7 septembre 1150

Arnoul évêque de Lisieux, témoin dans le traité de paix conclu entre Louis VII, Roi de France et Henry II, Roi d’Angleterre 1160 (publié dans les mémoires de l’Académie des Inscriptions tome 43 par Broquigni)

Arnoul, évêque de Lisieux, accorde en 1179 à l’Abbé du Val Richer Robert, libertatem in civitate et mercato Lexov..an 1179 (Gallia Christiana tome XI Col 445,)

Lettre de Saint Bernard pour Arnoul, évêque de Lisieux
Lettre de Pierre le Vénérable à Innocent sur Arnoul

Innocent III Pape, dans une lettre (229, 230) permit à l’évêque de Lisieux de ne pas comparaître devant l’archevêque de Rouen comme juge délégué du siège apostolique s’il lui était suspect, à moins que les lettres de commission adressées à cet archevêque ne le portent en terme expresse.
Lettre 240 Le même a révoqué ce privilège et ordonne que l’archevêque ne pourra procéder contre l’évêque de Lisieux qu’après trois monitions et que celui-ci ayant appelé a futuro gravamine l’archevêque ne pourra rien entreprendre contre lui ni contre son église, le remède de l’appel ayant été institué pour la défense des opprimés. Le pape ajoute que si l’archevêque prononce la peine de suspense ou d’interdit avant les monitions ou après l’appel justement interjeté, sa sentence sera nulle et de nul effet (D.Rémy Ceillier tome XXIII p.407 et 409)

Rapports d’Arnoul avec Saint Thomas de Canterbury (D.Rémy Ceillier tome XXIII p.263 art p.311 à 325)

Saint Thomas de Canterbury et une tradition à Lisieux par l’Abbé L.Tapin (Revue de Normandie 31 décembre 1869 p.721 à 743) (discussion dans preuve)

Arnoul était lié d’une grande amitié avec saint Thomas Becket qui lui dut en grande partie son élévation. Il contribua à son élection comme chancelier d’Angleterre et ils restèrent en correspondance L’Archevêque cependant l’accuse parfois dans ses lettres de faire cause commune avec ses ennemis pendant les longs démêlés qu’il eut avec la royauté pour la défense des droits de l’Eglise.

Suit un feuillet où sont mentionnées les œuvres à consulter sur Saint Thomas Becket

Construction de la cathédrale de Lisieux
Lettres d’Arnoul p. 214 (querelles avec le chapitre)
p.219,238 221, 262
Prébende 282

Différentes références concernant les lettres d’Arnoul

Arnoul, évêque de Lisieux, sa sépulture (Gallia Christ.Eccles.
Paris tome VII, Col 670 tome VIII Col 1226)

Nous avons une lettre d’Arnoul, évêque de Lisieux à Henri de Sully, évêque de Fécamp pour le prier de venir l’élever à la dignité de Chevalier (Delarue Jongleurs et trouvères tome II p.237)

Texte en latin…

22-Raoul de VARNEVILLE 1182 à 1193
(Almanach de Lisieux 1872 p.175)

Texte en latin (3 pages) Gallia Christ tome XI

Pierre de Blois, archidiacre de Bath, dit, dans une lettre à Radulphe, évêque de Lisieux, (lettre 91) qui par un motif d’avarice et d’usure avait fermé ses greniers dans un temps de cherté : »sachez sur le Souverain Juge vous rendra responsable de la mort de tous ceux dont vous vous êtes rendu coupable en ne leur sauvant pas la vie comme vous le pouviez par vos denrées. On est à la veille de la moisson et dans ce temps de disette vous n’avez pas encore donné à manger à un seul pauvre »
(D.Rémy Ceillier tome XXIII p.227)

Description du sceau de Raoul, évêque de Lisieux (catalogue du Musée de Rouen 1868 p.115 n°22)

23-Guillaume de RUPIERRE 1193 à 1200 (armoiries)
(Almanach de Lisieux 1872 p.175 et 176)
Guillaume de Lisieux 11e siècle (Hist. litt de la France tome 8 texte en latin tiré du Gallia Christ. tome XI)

Références sur Rupierre

24-Jourdain DU HOMMET 1200 à 1220 (armoiries)

Texte en latin (5 pages) tire de gallia Chris. tome XI

Feuillet de références concernant Jourdain du Hommet

Jourdain du Hommet, 21e évêque de Lisieux, 8e comte de Lisieux
On croit qu’il fit le voyage de la Terre Sainte avec Robert d’Ablagel, évêque de Bayeux et qu’il mourut à Saint Jean d’Acre où il fut enterré

Texte en latin tiré du Registre VII Trésor des Chartes F°98
P CCC tome I inventaire des Archives de l’Empire Acte du Parlement

Abbaye d’Aulnay : cette abbaye a eu pour fondateur Jourdain de Say qui l’a fit bâtir proche le Bois d’Aulnay où est à présent la Ferme de Dessous le Boys.
Il avait épousé Luce d’Aulnay qui fit des donations de son propre domaine.
Gilbert de Say, son fils, ne se maria point. Richard du Hommet, premier du nom, connétable du Roi d’ Angleterre, a épousé Agnès seule fille et héritière de Jourdain de Say et eut pour fils Guillaume, Enguerrand, et Jourdain.
Enguerrand du Hommet épousa Cécile de Semilly, de laquelle il eut plusieurs fils et entres autres Guillaume qui prit le nom de Sémilly
(Gaignières 245)

Jourdain du Hommet, évêque de Lisieux, confirme les donations faites à l’Abbaye d’Aulnay par Richard du Hommet, son grand père, ainsi que par Agnès de Beaumont, sa mère, et par son frère Guillaume du Hommet
Cette charte est revêtue de son sceau et contre-sceau (Lechaudey-d’Anisy Chartes du Calvados)

Description du sceau de l’évêque Jourdain du Hommet

Petit texte concernant L’Echiquier de Pasques à Falaize 1210

200e lettre d’Innocent III… « Il permet à l’évêque de Lisieux de réduire toutes les pensions sur les églises de son diocèse qui sont la disposition du Concile de Latran.

Dans la 208e lettre adressée au même évêque, après avoir remarqué qu’il ne faut pas souffrir les appellations qui ne se font que pour éluder le jugement, il lui accorde le pouvoir de fixer un terme compétant à ceux de son diocèse qui appelleront au Saint Siège, dans lequel ils seront tenus de poursuivre leur appel, sinon que son jugement sera exécuté.

210e lettre d’Innocent III… Il ordonne à l’évêque d’Evreux et à l’archidiacre de Lisieux d’informer, touchant le dessein que s’était proposé un seigneur qui était patron de plusieurs bénéfices, de fonder dans sa terre une église collégiale de chanoines séculiers qui jouiraient des revenus des églises dont ils étaient patrons

229e lettre d’Innocent III..Il accorde à l’Evêque de Lisieux le privilège de ne pas comparaître devant l’archevêque de Rouen comme juge délégué, en cas qu’il ut suspect à moins que les lettres de sa commission ne le portent précisément.

Dans la 240e et 241e il révoque le privilège qu’il avait accordé à l’évêque de Lisieux ne pas répondre s’il ne voulait devant l’archevêque de Rouen, mais il ordonne que cet archevêque ne pourra procéder contre lui qu’après trois monitions et que celui-ci ayant appelé a futuro gravamine l’archevêque ne pourra rien attenter ni contre lui ni contre son église.

Dans la 301e lettre il commet à l’évêque de Lisieux et à l’Abbé du Val Richer la cause de l’Abbé de Conches.

(E.Dupin tome X p.21, 22 et 25)

25-Guillaume de PONT DE L’ARCHE 1220 à 1250 (armoiries)

(Registre des visites d’Odon Rigault le 2 des calendes de
Février 1249 à Thiberville)
Suit texte en latin de 7 pages

Texte en latin 3 pages tiré du Gallia Christ. tome XI

Odon Rigault 12 des calendes de février 1249.. L’enquête qu’il fait sur la vie de l’évêque lui fit connaître qu’il avait passé toute l’année précédente sans célébrer dans son église ; mais si alors elle avait été en construction, il en aurait été fait mention comme d’un empêchement à ses fonctions épiscopales. Le reste porte sur les abus dans la discipline ecclésiastique (p.61 et 62)

Le même jour l’archevêque faisait visiter l’Abbaye de Saint Désir, il y trouva 32 religieuses et le revenu s’élevait à 500 livres de rente

3 des ides de janvier 1254, il visite l’abbaye il y trouve 28 religieuses 500 livres de rente et 30 livres de dettes

Nones de janvier 1257 nouvelle visite de l’abbaye 32 religieuses 500 livres de revenus et 24 livres de dettes

3 des nones de janvier 1267 nouvelle visite de l’abbaye 36 nonnes.

Plus passages en latin les visites de la cathédrale

Feuillet concernant au autre Guillaume du Pont de l’Arche qui aurait été évêque de Lisieux

Almanach de Lisieux 1872 p.184

26-Foulques d’ASTIN 1250 à 1267 (armoiries)

Almanach de Lisieux 1873 p.160

3 pages de Texte en latin du Gallia Christiana tome XI

Description du sceau de Foulques

27-Guy du MERLE 1267
dossier manquant

28-Guillaume d’ASNIERES 1277 à 1303

Almanach de Lisieux 1873 p.163

2 feuillets de texte en latin tiré du Gallia Christ.tome XI

texte en latin tiré de Documents inédits Lettres des Rois et des Reines tome I p.308 et suivantes (octobre 1282 il y est fait mention de l’évêque de Lisieux)

29-Jean de SAMOÏS 1303 à 1305 (armoiries)

Jean de Samoïs évêque de Lisieux (Lecoy de la Marche Chaire Française p.213, 255, 477, voir aussi p.139)

Almanach de Lisieux 1873 p.165

1 feuillet de texte en latin tiré du Gallia Christ. tome XI

Jean de Samoïs était 13e comte de Lisieux en 1298 ?
Il était de la paroisse de Sançois sur le Seine près de Sens dont on pense que ses parents étaient seigneurs ; Jean de Samoïs portait d’argent au chevron brisé de sable à trois fleurs de trèfle…
(Richard de Segonin His. du Pays d’Auge)

30-Guy d’HARCOURT 1305 à 1336 (armoiries)

Histoire des Grands officiers de la Couronne in4 Maréchaux 121

3 feuillets de texte latin tiré de Gallia Chrit. tome XI

Le Roy Philippe le Long convoque à Lisieux en 1317, Jean de Manquenchy, seigneur de Blainville et Sénéchal de Toulouse l’évêque d’Amiens et Robert d’Artois, Comte de Beaumont pour mettre fin à un différend religieux (les Seigneurs de la Rivière Bourdet (ou Boudet) par le Vicomte Oscar de Poli p.5)

10 mai 1320 arrêt continuant en état la cause pendant en Parlement entre l’évêque de Lisieux d’une part et Monseigneur Robert d’Artois Comte de Beaumont d’autre part (Greffe I f°28 Archives de l’Empire, Actes du Parlement tome II p.318)

31 mars 1321 – Accord entre les procureurs de l’évêque de Lisieux et le procureur du Roy d’une part et le procureur du Comte de la Marche d’autre part que la cause qui avait été commise à l’évêque de Laon, l’Abbé de Saint Germain des Prés, Maistre Philippe de Mornay, le Comte de Forez, Monseigneur Guillaume de Flotte et Monseigneur Thomas de Marfontaynes soit remise et délivrée au Parlement (Greffe I f°45 Archives Impériales Actes du Parlement tome II p.353)

Histoire de la Maison d’Harcourt par La Rocque
(dossier de 14 feuillets moitié en français moitié en latin)

31-Guillaume de CHERMONT 1336 (armoiries)

L’usage de la prédication française convenait surtout au clergé séculier. Par là s’était distingué sans doute Guillaume de Charmont, mort en 1349, évêque de Lisieux, célébré comme interprète de la parole de Dieu. (V Le Clerc Histoire littéraire de la France au XIV siècle 2e édition 1865 Michel Lévy tome I p.411)

Amplissima collectio tome VII col.414

1 feuillet en latin tiré du Gallia Christ. tome XI

32-Guillaume GUITARD 1349 (Dubois)

2 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI

Fascicule des « Pièces Justificatives » voir n°2
il y est fait mention des moulins à tan et autres etc…

33-Jean de DORMANS 1360 1361 Cardinal (armoiries)

2 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI
3 feuillets du gallia Christ. tome IX Col 752 « Ecclésia Bello vacensis

Juvénal des Ursins An 1380 Panthéon Littéraire p.326 col 2

Après la prise Caen par Edouard, une partie de son armée s’en alla par Lisieux et l’autre par Falaize aidant et exilant le plat pays 1346.

Généalogie des Dormans

Jean de Dormans Evêque et Comte de Beauvais, Pair et depuis Chancelier de France et Cardinal était archidiacre et pénitencier de l’église de Sens, Chancelier du Duc de Normandie et Chanoine de Soissons, lorsque il fonda un chapelain à l’autel de la Vierge de l’église de Dormans dont il était natif. C’est un bourg situé sur la rive gauche de la Marne au diocèse de Soissons par acte du 8 mai 1358. Sa généalogie est au Chanceliers de France (voir un livre in 4 1628 « Etat du Collège de Dormans dit de Beauvais par Jean Grangier, principal dudit collège)

34-Adhémar ROBERT 1361 à 1377 Cardinal (armoiries)

2 feuillets en latin du Gallia Christ tome XI

1 feuillet en latin Gallia Christ. tome III

2 feuillets en latin du Gallia Christ tome X col 1562

Adhémar Robert 31e évêque et 17e comte de Lisieux en 1360 (?)
était de la Maison de Sales illustre en Limousin fils de Bertrand Roberti, chevalier.
Les augerons ne vivaient guère alors que de pain d’avoine et d’harengs mais on commençait à fabriquer des frocs et des toiles dans le Pays d’Auge.
Ses armes étaient de gueules à la face d’argent accompagnée de 6 étoiles d’or en chef et 3 en pointe.

Liste des cardinaux français

Extrait de l’Histoire des Cardinaux français de F.Duchesne
tome I 505 se rapportant à Adhémar ou Aymar Robert successivement évêque de Lisieux, Arras et Therouenne, archevêque de Sens, cardinal prêtre de Saint Anastaze

Il y est également fait mention de travaux urgents importants et nécessaires à la Cathédrale, également mention de travaux à la Chapelle Saint Aignan sise rue du Pont Mortagne à Lisieux

35 – Alphonse CHEVRIER 1377 à 1382 (armoiries)

2 feuillets en latin de Gallia Christ. tome XI

32e évêque 18e comte de Lisieux En 1368 quelques auteurs et entre autres le Père Brice ont cru qu’Alphonse Chevrier était d’une ancienne maison de Normandie alliée à celle des Gros Parni des Pelvés, comtes de Flers. Le même père dit qu’il avait trouvé que cette famille avait été anoblie en 1280 par une charge d’échevin de la ville Lyon.
Blanchard dans son Histoire des Maîtres des Requêtes dit qu’Alphonse était issu des Comtes de Macon mais son nom ne se trouve pas dans la généalogie de cette illustre maison faite par… Masson et Jean Severt, parlant des évêques de Lisieux n’ose affirmer qu’il en soit. Cependant il portait pour armes au champ d’argent chargé de trois chevrons brisés de gueule à la bordure d’azur en grillée de sable.
Les femmes du Pays d’Auge portaient alors des voiles blancs, les hommes des manteaux, tous portaient leur rosaire aux processions car ils étaient très dévots à la Sainte Vierge (R. Ségonin Hist du Pays d’Auge)

36 -Nicolas ORESME 1382 à 1397 (armoiries)

6 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI

7 feuilles mentionnant toutes les publications où l’on peut trouver des renseignements sur Nicolas Oresme

Traduction d’une partie du Gallia Christiana, avec la liste des œuvres de Nicolas Oresme.

Urbain V songeait à partir d’Avignon dès l’an 1363, lorsqu’il fut retenu plutôt sans doute par l’avènement de Charles le Sage que par le sermon latin que fit devant lui et les cardinaux le 24 décembre Nicole Oresme, ancien grand maître du Collège de Navarre alors doyen du Chapitre de Rouen et depuis Evêque de Lisieux. Cette déclaration banale sur les abus et les dangers de l’Eglise va beaucoup moins au but qu’une autre harangue latine prononcée devant le Pape trois ans après où l’on reconnaît, sinon la même main, du moins la même pensée.

Loin de craindre l’instruction, les Prélats de France aiment à la propager. Plusieurs donnent l’exemple d’écrite en français comme Nicolas Oresme, évêque de Lisieux.

Des miniatures du temps nous montrent le Roi recevant des mains de Nicolas Oresme sa traduction de la Politique faite sur le latin comme ses autres versions du même philosophe qui ne peuvent avoir le mérite de la fidélité mais celui d’une concision et d’une fermeté de style dont la prose française n’avait jusque là que de bien rares exemples.

L’ingénieux écrivain fut noblement récompensé. En achevant de mettre en français les livres aristotéliques du Ciel et du Monde qu’il termine en 1377 il dit : »…et ainsi à l’aide de Dieu j’ai accompli le livre du Ciel et du Monde à commandement de Très Excellent Prince Charles Ve de ce nom par la grâce de Dieu, Roi de France, lequel en se faisant m’a fait évêque de Lisieux »

Charles V fit composer aussi quelques œuvres originales, de nombreux traités furent rédigés par ses ordres pour l’éducation de son fils. On compte parmi ceux qui répondirent à son appel Nicolas Oresme.

Il eut des astrologues mais il est probable qu’Il n’y croyait pas beaucoup à en juger par la libre opinion qu’expriment à ce sujet ses plus chers Conseillers. Nicolas Oresme fit un traité contre l’astrologie.

Nicolas Oresme, Grand Maître de Navarre, avec tout son esprit et l’heureuse hardiesse de ses traductions françaises ne fut jamais qu’un évêque de Cour
(V. Leclerc Histoire Littéraire de la France au
XIVe siècle – 2e édition Michel Lévy 1865 Tome I p. 26, 50, 199, 200, 204 et 266)

Pétrarque dans ses voyages en France eut des liaisons avec Nicolas Oresme (V.Leclerc Hist.Litt du XIVe siècle 2 Ed. Tome II p.85)

Petit dossier de feuillets en latin de Amplissima Collectio
tome IX

37 – Guillaume d’ESTOUVILLE 1397 à 1415 (armoiries)

Hist.Autissidorensis tome II p.123

Claudin – Archives du Bibliophile fév.-avril 1872 p.40 n°1472

Histoire des Grands officiers de la Couronne – Arbalétriers
p.336

4 feuillets de texte en latin tirés du Gallia Christ tome XI
1 feuillet tiré du gallia Christ tome XI col 596
1 feuillet du Gallia Christ. tome XII cil 323

38 – Pierre FRESNEL 1415 à 1418 (armoiries)

Mémoires des antiquaires de Normandie tome XVI p.24
2 feuillets du Gallia Christ Tome XI
3 feuillet du Gallia Christ tome VIII col 1637
1 feuillet du Gallia Christ tome IX col 1020

Lettre de Charles VI nommant des commissaires sur le fait du dixième accordé par le clergé de France pour subvenir aux frais de la guerre contre les anglais (p.362)

Lettre du même accordant des gages aux généraux, conseillers des aides, (Pierre Fresnel conseiller du Roi)(p.241)

Ordonnance pour mettre en liberté les Bourguignons (p.249)

Rétablissement des trésoriers en finances et du domaine (p.369, 371, 377, 378, 416,
(Histoire Générale de Anselme Ord.des Rois de
France Tome X)

Pierre Fresnel évêque et comte de Noyons, pair de France
Description de ses armoiries et d’un sceau de ses quittances 1381) (voir Vasseur Annales de l’Eglise de Noyons)

39 – Mathieu DU BOSC 1418 à 1420 oiries)

1 feuillet du Gallia Christ tome XI

40-BRANDA de CASTILLON 1420 à 1424 (armoiries)

5 feuillets tirés du Gallia Christ tome XI

41 – ZANON de CASTILLON 1424 à 1434 (armoiries)

Normand 1866 n°25
voir Bulletin Mon. 1862 p.86

1 feuillet en latin du Gallia Christ; tome XI

de Castillon, marquis et barons de Saint Victor en Languedoc,
description des armoiries (de Courcelles tome IV)

Zanon de Castiglione évêque de Bayeux représentant l’Evêque de Lisieux au Concile de Florence en 1439 (Bulletin des Antiquaires de Normandie 1862 p.369)

42 – Pierre CAUCHON 1434 à 1443 (armoiries)

Annuaire Normand 1872 p.444
Vies des Saints du Pèlerin n°905 p.43 Jeanne d’Arc

4 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI

Pierre évêque et comte de Beauvais, pair de France, docteur en théologie de la faculté de Paris. Il fut suivant le Laboureur (Histoire de Charles IV) un de ceux qui furent choisis pour travailler à la réforme des désordres qui s’étaient glissés dans le maniement des affaires. Il fut l’un des chefs de la sédition de Paris, Bannis le 18 septembre 1413 il est l’un des ambassadeurs des Ducs de Bourgogne au concile de Constance en 1415. Il était vidame de l’église de Rheims, maître des requêtes le 22 juillet 1418 (voir Blanchard Histoire des Maîtres des requêtes p.122)
Il fut fils de Rémi Cauchon habitant de la ville de Rheims et de Rose Gibours, vivante veuve en février et mars 1399. Ledit Rémi qualifié licenciatus in legibus et Rosa ejus exor dans les lettres d’anoblissement accordées par le Roy Charles IV en février 1392 et enregistrées à la Chambre des Comptes de Paris moyennant 54 livres parisis.
Il lui attribue encore pour armes d’azur à la fasce d’argent accompagnée de trois coquilles d’or.
Les différentes branches sont celles des seigneurs de Godard et de Savigny sur Ardre, Sillery et Puiseux, Versenay, Dugny de Léry et de Maison etc….

L’auteur des Généalogies des Maîtres des requêtes in folio Paris 1670 p.122, pense que Pierre Cauchon était d’une autre famille que celle qui fait l’objet de cet article. Ses armoiries qui se voyaient encore de son temps en divers endroits de la maison épiscopale et de l’église de Beauvais étaient d’azur à la fasce d’argent accompagnée de trois coquilles d’or, mais il se peut que ses véritables armoiries aient été changées (de Courcelles tome IV p.337)

Pierre Cauchon avait été chanoine de Rheims en 1409, 18e prébende. On trouve à Rheims des Cauchon dès le 13e siècle (Histoire de la cathédrale de Rheims par l’Abbé Cerf tome I)

Pierre Cauchon par l’escalade de Paris du Comte de Richemond se réfugie avec les principaux du parti à la Bastille d’où il sort par composition le… 1436 (Gallia Christ tome VII Ecc.Paris col 148)

3 feuillets en latin du Gallia Christ. tome IX col 757

Pierre Cauchon est mort d’apoplexie foudroyante en 1442

43 – Pascal ou Pasquier de VAUX 1443 à 1447 (armoiries)

4 feuillets en latin de Gallia Christ. tome XI

Pasquier de Vaux, 34e évêque avait été prieur de Gramont, proche Rouen, et chanoine de l’église de Paris. il fut premièrement évêque de Meaux puis d’Evreux et dernier lieu de Lisieux. Il a fait bâtir la chapelle de le Vierge dans laquelle il a fondé quelque office. Il est mort en l’année 1443 (?) il est enterré dans sa cathédrale sous un tombeau de marbre noir dans ladite chapelle de la Vierge……… et à été chancelier du Roi d’Angleterre selon le sentiments de quelques uns (Gaignières Histoire de Notre Dame de Paris folio 84)

Référence à l’Obituaire de Lisieux

44 -Thomas BAZIN 1447 à 1477 (armoiries)

Bulletin des Antiquaires de Normandie 1864 p.192
Catalogue de la Ste Historique 1874 p.7 n°20 – 1° p.14 n°31
Bibliothèque de l’Ecole des Chartes A III 367
1ere table p.15 col 2
2e table p.9 col 1

Histoire des Règnes de Charles VII et Louis IX par Th.Bazin
évêque de Lisieux (G.Quicherat – Paris Jules Renouard et Cie
1855 – 1857 4 volumes in 8°

45 feuillets s’intitulant  » Extraits de deux registres de le fabrique présentant les comptes des travaux faits à la cathédrale de Lisieux sous l’administration de Thomas Bazin 1451, 1452, et 1462, 1463″
(Quicherat Thomas Bazin tome IV p.199 à 202)

Cartulaire de Thomas Bazin (Ste Historique Catalogue 1874 p.14
n°31)

9 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI

1 feuillet de références sur Thomas Bazin

2 Références à l’Obituaire de Lisieux

45 – Antoine RAGUIER 1477 à 1482 (armoiries)

3 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI

Raguier, seigneur de Poussay et de Fay aux Loges, description de ses armoiries (La Chesnaye tome XI p.671)

4 références à l’Obituaire de Lisieux

46 – Etienne BLOSSET de CARROUGES 1482 à 1505 (armoiries)

3 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI
1 feuillet en latin du Gallia Christ. tome VI col 457

2 feuillets de références à l’Obituaire de Lisieux

47 – Jean le VENEUR de TILLIERES 1505 à 1543 cardinal (armoiries)

1 feuillet en latin du Gallia Christ. tome VIII col 235
6 feuillets en latin du Gallia Christ tome XI (manque p.3)

Jean le Veneur – Evêque de Lisieux (E. le Hericher Avranchin
monumental II p.269)

Jean le Veneur évêque de Lisieux (Histoire des Grands Officiers de la Couronne in 8 Aumôniers p.397)

Histoire du Mont Saint Michel (Deschamps du Manoir p.154 à 157)
Revue des Questions Historiques tome I avril 1868 p.539

L’évêque de Lisieux assista aux funérailles de Louis XII le 10 janvier 1514, l’année commençant à Pâques, (1515)
Il avait été chargé par le Roi, son successeur, de présider à ses obsèques par lettres patentes du 10 janvier 1541 (1515) Il était Grand Aumônier et exécuteur testamentaire du Roi (p.61 à 81 inclus)
L’Evêque de Lisieux fut aussi Grand Aumônier du Roi François I
(p.449)
(Archives curieuses de l’Histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII par L. Cimber et F.Danjou 1ère série tome II fév. 1835)

Jean le Veneur, évêque de Lisieux, assista dans l’église Sainte Geneviève de Paris le 26 avril 1517 à la consécration épiscopale de Jean II d’Orléans, évêque de Toulouse, faite par Philippe, Cardinal de Luxembourg

2 feuillets de références au Cartulaire de Lisieux

48 – Jacques d’ANNEBAULT 1543 à 1560 cardinal (armoiries)

2 feuillets en latin du Gallia Christ tome XI
Jacques d’Annebault, évêque de Lisieux (Avranchin Monumental II p.271)
Jacques d’ Annebault, évêque de Lisieux, Abbé du Mont Saint Michel (Deschamps du Manoir Hist. du Mont St Michel p.157 et 159)

2 pages de références au Cartulaire de Lisieux

49 – Jean le HENNUYER 1560 à 1580 (armoiries)

2 pages en latin du Gallia Christ. tome VII col 270

Jean le Hennuyer (A.Bordeaux Recherches Hist.et critiques)
Bibliotheca Prédicatorum de Echard
Archives normandes tome I p.134 à 156 et 236 à 238
Barruel Histoire du Clergé pendant la Révolution p.86

19 janvier 1573 quittance générale de Jean le Hennuyer, évêque et comte de Lisieux, donnée à Noël Chouart, sieur de Cléry, son receveur par les années 1565 et les suivantes, laquelle quittance porte que ledit Chouart pourra emporter ses meubles du château de Courtonne dans lequel ledit évêque n’a d’autre mobilier que six pièces de vieille artillerie de fer sans batterie et non montée, un mortier de pierre dure et un moulin à blé à pied, seuls objets restés dans son château après les troubles.

La Saint Barthélémy à Lisieux
(Revue des Questions Hist.p.344 et 373
(ib. avril 1867 p.696
Archives curieuses de l’Histoire de France 1ère série tome III
p.357 sub.fine
La France Protestante tome VI p.182
Paumier – La Sainte Barthélemy en Normandie p.6

La Saint Barthélémy de Jean le Hennuyer évêque de Lisieux par M. Cognard curé de Saint Pierre de Lisieux (Imprimé par Lajoie-Tissot 1865) Il cherche à réfuter Messieurs l’Abbé Le Prévost de Saint Germain l’Auxerrois (dans Mercure de France juin 1746) Louis Du Bois (Mercure 1817) Archives Littéraires de la Normandie 1824, Formeville (Les Huguenots et la Saint Barthélémy à Lisieux en 1840) et Chatelet en 1851

Tout est discussion il n’apporte pas de document nouveau au procès

Le Vertueux Jean Hennuyer entra dans l’ordre de Saint Dominique et fut confesseur de Henri II et évêque de Lodève. Il devint ensuite évêque de Lisieux et s’immortalisa par son humanité dans le temps de la Saint Barthélémy. Le Lieutenant du Roi de sa province vint lui communiquer l’ordre qu’il avait reçu de massacrer tous les huguenots de Lisieux. L’illustre prélat s’y opposa et donna acte de son opposition.
Le Roi, loin de le blâmer, rendit à sa fermeté les éloges qu’elle méritait et sa tolérance plus efficace que les serments, les livres et les soldats, changea le cœur et l’esprit de tous les calvinistes. Ils firent tous abjuration entre ses mains.
Monsieur Mercier prit ce vertueux prélat pour le héros d’un de ses drames.

Toutes les villes de Normandie n’avaient pas été malheureuses comme la capitale. Nous ne parlons point de Lisieux, rien n’étant avéré à l’égard des religionnaires de cette ville, sinon l’ordre envoyé par Carrouges le 28 août, de les mettre en sûreté dans les prisons. Tout le reste est un mystère et si touchante que soit la tradition qui fait honneur à Jean Henuyer d’avoir sauvé les sectaires qu’il n’aimait pas, nous ne saurions enregistrer un fait que rien n’établit et qui tout au contraire semble peu probable (Les Huguenots et la Saint Barthélémy à Lisieux par Monsieur de Formeville Caen 1840 in 8 de 35 pages)

Cependant ils furent sauvés à Saint Lô et Alençon par le Maréchal de Matignon, à Dieppe par Sigognes gouverneur, et d’autres gouverneurs dans d’autres provinces de France (Floquet Parlement III p.133)

Archives curieuses de l’Histoire de France tome VII 1ère série p.473…… » Dissertation sur la journée de la Saint Barthélémy par l’Abbé de Caveirac, imprimé en 1758 in 8 à la suite de l’Apologie sur la Révocation de l’Edit de Nantes – admet le fait de l’Evêque de Lisieux p.480.
-Monsieur de Carrouges à Rouen p.512
Les Huguenots furent emprisonnées à Troyes, Bourges, Lyon, Rouen, Toulouse, Meaux puis le peuple s’y portant en tumulte et les massacra partout.

Louis Enault – Guide de Paris à Caen : admet le beau trait de Jean le Hennuyer. La critique moderne a voulu révoquer en doute ce trait d’humanité d’un bon évêque, mais il a pour lui la tradition constante et la piété du peuple envers son souvenir, son épitaphe qui rappelait sa clémence et le louait dans un langage trop naïf pour n’être pas vrai, de s’être montré bon seigneur envers Dieu et chacun usant de la douceur et non de la gravité « et une longue tragédie en 5 actes et en vers, ce sont là des autorités.

La Saint Barthélémy en Normandie par M. le Past. Paumier Rouen
Il veut prouver que le Hennuyer, Sigognes et Le Veneur de Carrouges n’ont aucun droits à la reconnaissance (4 pages)

Jean le Hennuyer évêque de Lisieux Drame (catalogue A.Fontaine 3e partie p.132 n°8777)

Le protestantisme en Normandie 3 lettres de l’Eglise de Caen à la Compagnie de Genève 1564 (Bulletin de la Ste de l’Histoire du protestantisme français 15 janvier 1869)

50 – Jean de VASSE 1580 cardinal en 1585 (armoiries)

2 feuillets en latin du Galia Christ. tome XI

51 – Anne d’ESCARS de GIVRY 1585 1600 cardinal (armoiries)

2 feuillets en latin du Gallia Christ. tome XI
1 feuillet en latin du Gallia Christ. tome IV col.729
4 feuillets en latin du Gallia Christ tome IV col 800
1 feuillet en latin du gallia Christ. tome IV col 694

Anne d’Escars était fils de Jacques de Perusse d’Escars et de Françoise de Longwy. Il entra dans l’ordre de Saint Benoît où il fut abbé de Saint Benigne de Dijon, joignit d’autres abbayes à celle là et devint évêque de Lisieux en 1585. Il embrassa ensuite avec une telle ardeur de le parti de la Ligue qu’il abandonna le revenu de son évêché pour se retirer à Rome pendant le commencement du règne d’Henry IV. Pendant son séjour à Rome il fut promu au cardinalat au grand déplaisir du roi qui avait un autre candidat. Clément VII au lieu d’envoyer au roi la barrette afin que le nouvel élu la reçût de ses mains se borna à un bref rempli de protestations affectueuses :.le voici textuellement…la suite en latin

Depuis le cardinal de Givry se rallia entièrement à Henry IV, dont il fut très bien vu et qui le nomma co-adjuteur de l’Evêque de Langres, son frère, puis co-protecteur des affaires de France à Rome, et évêque de Metz. Il mourut le 19 avril 1612 à 66 ans.
(Documents inédits Lettres de Henry IV tome IV p.640 à 624)

4 pages reprenant des extraits de lettres envoyées par le roi Henry IV au Cardinal de Givry et Tirées des Documents Inédits lettres d’Henry IV
Généalogies de la famille d’Anne d’Escars (côté paternel et côté maternel) 2 feuillets

2 juin 1591 mourut à Lisieux François de Bourbon Duc de Montpensier, se distingua au siège de Rouen en 1562, à Jarnac et à Montcontour en 1569, à Anvers en 1572. Henry III le fit chevalier de ses ordres en décembre 1579 et l’envoya en Angleterre.
Gouverneur de Normandie en 1589 il défait les Ganthois que le Comte de Brissac fit entrer dans la Ligue. Il commanda sous Henri IV à Arques, Ivry et à toutes les expéditions de 1590 à 1591.

52 – François ROUXEL de MEDAVY 1600 à 1681 (armoiries)

1 feuillet en latin tiré du Gallia Christ tome XI

François Rouxel de Médavy 43e évêque, fut chanoine de Paris, abbé de Saint André en Gouffer et de Cormeilles et conseiller d’Etat. Il fut fait évêque le 25 mars 1600 et mourut à Rouen le 8 du mois d’août 1617. Il est enterré dans sa terre de Médavy (Gaignières Histoire de Notre Dame de Paris f°103)

V.Des Diguières : Etudes Historiques et Généalogiques sur les Rouxel de Médavy Grancey)
Histoire des Grands Officiers de la Couronne Maréchaux p.282
Catalogue de Luzarche I p.102, 103)
Familles illustres de Normandie. Etudes historiques et généalogiques sur les Rouxel de Médavy Grancey dans les armées, à la Cour et dans l’Eglise (Des Diguières Paris 1870 in 8° potr)

53 – Guillaume du VAIR 1618 à 1622 (armoiries)

3 feuillets en latin du Gallia Christ. tome Xi

Guillaume du Vair, fils aîné de Jean du Vair, avocat au Parlement de Paris et de Barbe François, était né à Paris le 17 novembre 1559. Il fut d’abord maître des requêtes, puis premier président au Parlement de Provence. C’est en cette qualité qu’il avait harangué Marie de Médicis à son débarquement à Marseille. En 1616 il devint Gardes des Sceaux, fonction qu’il remplit jusqu’à sa mort le 3 octobre 1621. Il fut depuis 1618 évêque comte de Lisieux. C’était un de ces magistrats d’un mérite et d’une probité incontestée. Le Roi Henry IV lui adressa diverses lettres concernant ses fonctions pendant qu’il était président à Marseille. (Documents inédits lettres d’Henry IV tome Vii p.183, 437, 438, 439 et 902)

10 feuillets mentionnant les ouvrages à consulter pour trouver tous renseignements sur Guillaume du Vair ainsi que ses œuvres

54 – Guillaume ALLAUME ou d’ALEAUME 1622 à 1636 (armoiries)

1 feuillet en latin du Gallia Christ tome XI
1 feuillet en latin du Gallia Christ tome VI col 412

Guillaume Allaume était d’une famille illustre, son père Nicolas Allaume fut conseiller du Roi au Parlement de Paris, sa mère Antoinette du Vair était sœur du Garde des Sceaux Guillaume du Vair, évêque de Lisieux (Richard Ségonin Hist du Pays d’Auge)

En 1631, Guillaume évêque de Lisieux, prit part aux délibérations du clergé et signa une lettre circulaire au clergé de France condamnant des publications hérétiques

Généalogie des Allaume 2 feuillets

Références à l’Obituaire de Lisieux

55 – Philippe COSPEAN 1636 à 1646 (armoiries)

4 feuillets en latin tirés du Gallia Christ. tome XI se terminant par :
Ci-gît le corps de Philippe de Cospéan, évêque et comte de Lisieux, la lumière et le patron des plus illustres personnages de son siècle, qui après avoir excellé en doctrine en doctrine, en éloquence et en piété, après avoir porté la mitre 42 ans avec l’approbation des Souverains Pontifes qui lui ont donné le titre de Défenseur de l’Héritage de Saint Pierre, après avoir été l’honneur des prélats de notre France, le modèle des plus fameux prédicateurs et savants théologiens, le pasteur sans intérêt, le frère des pauvres, le consolateur des affligés, le parfait amateur de la croix, mourut dans son évêché de Lisieux le 8 mai 1646, âgé de 76 ans, prononçant ces paroles « Vissimus in Christo moriantur in Christo » Il était supérieur et protecteur des religieuses du Calvaire auxquelles après avoir donné ses soins pendant sa vie, il leur a donné son corps par testament pour être inhumé dans ce monastère.

1 feuillet en latin du Gallia Christ. Eglésia Adurensis

Eglise de Toulouse Gallia Christ

Le mardi 14 février 1640, Monsieur le Chancelier de Harlay dînait à Lisieux chez l’Evêque, lequel était au bout de la table vêtu de ses rochet et camail

Philippe Cospéan, évêque d’Aire (?) prononce l’Oraison funèbre du Roi Henri IV à Notre Dame de Paris le 29 juin 1610 (Journal de l’Etoile tome II p.194)
Le même fit l’Oraison funèbre de Madame la Maréchale de Retz à l’Ave Maria 1er mars 1603 (Ib tome I p.226)

8 feuillets concernant des références sur Philippe de Cospéan

56 – Léonor de MATIGNON 1646 à 1676 (armoiries)

1 feuillet en latin du Gallia Christ tome XI
1 extrait en latin de l’Histoire des Grands Officiers de la Couronne Maréchaux p.199

Monseigneur de Matignon se trouva aux assemblées du clergé les 13 et 17 décembre 1660, les 10, 11, 17, 21, 22, 25,26, 27 28 et 29 janvier et 1er février 1661 pour arrêter les 15 articles contre la doctrine de Jansenius aux Constitutions des Papes Innocent X et Alexandre VII qui condamnent cette doctrine. Il signa le 9e et le 1er après les archevêques et présidents.
Signa également Léonor de Matignon, abbé de Torigny (tiré du Recueil des Actes et Mémoires du Clergé de France tome I p.313 à 330)

L’an 1651 M. de Matignon était à Paris prenant aux assemblées du Clergé et signant : Léonor de Matignon, évêque et comte de Lisieux, censurant un livre intitulé : Remontrances faites au Roi sur le Pouvoir et l’Autorité que Sa Majesté à sur le Temporel de l’Etat Ecclésiastique
(Recueil des Actes, titres et Mémoires du Clergé de France tome I p.652)

2 feuillets de références concernant Léonor de Matignon

57 – Léonor II de MATIGNON 1676 à 1714….. (armoiries)

A propos des Goyon-Matignon, je vous dirai qu’ils ont produit des hommes du monde le plus admirablement prodigieux pour la bêtise ou plutôt la sottise ; car celui-ci n’était pas tout bonnement stupide, il était dénigrant, loquace, épilogueur et susceptible à l’excès par-dessus le marché. Il ergotait continuellement sur toutes sortes de sujets avec un certain air de satisfaction dédaigneuse et méprisante qu’il l’aurait fait souffleter cent millions de fois s’il n’avait pas été coiffé d’une mitre épiscopale dont on l’avait encasqué, Dieu sait comment, car il paraît que sa famille l’avait tenu caché dans un séminaire jusqu’au moment de sa présentation à Versailles, où sa tante, le Duchesse de Longueville, avait eu l’attention de recommander qu’on ne lui laissât proférer aucune parole. Elle avait fait dire au Roi et au Père Le Tellier qu’il était de bonnes mœurs, ce qui n’a jamais été démenti, et puis qu’il était dans la bonne doctrine, ce qui n’était pas facile à vérifier à cause de son manque d’esprit et de son ignorance ; enfin, qu’il était horriblement bègue ce qui n’était pas vrai le moins du monde. Le Roi Louis XIV et son confesseur, avaient eu la délicatesse de ne lui rien dire qui demandât réplique ; et comme il avait la plus décente et la meilleure apparence du monde on ne manqua pas de l’envoyer auprès de son oncle, l’évêque de Lisieux, qui n’aurait eu garde de le demander pour coadjuteur, parce que c’était un sage et digne prélat s’il en fut jamais. Aussi fut-il confondu de cette nomination prélative et cette manœuvre dont il écrivit pour l’acquit de sa conscience au Père Le Tellier. Celui-ci répondit à Monsieur de Lisieux qu’on avait surpris la religion du Roi mais que le scandale aurait beaucoup d’inconvénient et qu’on aurait l’attention de fournir de bons grands vicaires à cet étrange évêque………(souvenirs de Madame de Créquy de 1710 à 1803 nouvelle édition Paris Delloye 1840 tome II p.85 et 86)

…..Lorsque l’abbé de Matignon fut arrivé chez son oncle, l’évêque de Lisieux, on s’empressa de lui montrer la cathédrale en lui disant que c’était les anglais qui l’avaient bâtie. Je voyais bien, dit-il, avec un air dégoûté que cela n’avait pas été fait ici.
Pour en finir au plus vite avec les histoires de cet abbé qui me reviendront à l’esprit, je vais les écrire en forme d’ana. Sautez par dessus si vous n’êtes pas en fantaisie d’écouter des bêtises.
La première chose qu’il fit, en s’installant à l’évêché de Lisieux ce fut de faire étaler une épaisse couche de paille sous ses fenêtres et dans toute la partie de la grande cour de l’évêché qui avoisinait son appartement. « Voila comme on fait à Paris pour se préserver du bruit » dit-il à son oncle ; « mais vous n’êtes pas malade et vous n’avez pas à craindre grands bruits de carrosses à Lisieux  » « c’est vrai Monseigneur mais il paraît que vous comptez rien le bruit des cloches. Je déteste le bruit des cloches et je ne veux négliger rien pour l’amortir. »
Il disait quelque temps après à ma grand’mère de Froulay « voila Monsieur de Lisieux qui vient de mourir grâce à Dieu! Vous devriez bien dire à Madame de Maintenon de me faire donner le cordon bleu qu’avait mon oncle. »  » Quel âge avez-vous » lui dit-elle « Ah mon Dieu je n’ai que 34 ans, c’est une année de moins qu’il ne faudrait d’après les statuts ; mais vous pourrez dire à Madame de Maintenon, que je devrais en avoir 35, parce que ma mère avait une fausse couche l’année d’avant ma naissance ; j’ai toujours compté que cela m’avait retardé d’un an  » poursuivit-il avec un air ce calcul et expérimenté.
Quand la princesse de Monaco, sa belle-sœur, fut accouchée de son premier enfant (le Marquis de Baux) il s’empressa d’annoncer une si bonne nouvelle à son frère aîné qui était à l’armée ; mais il avait négligé de s’informer de quel sexe était le nouveau-né et vous allez voir comme il se tira d’affaires (Monsieur de Créquy se trouvait en même temps à l’armée des Flandres où le Comte de Thorigny servait sous ses ordres, et il avait pris copie de cette curieuse lettre que je vous transcrits fidèlement) » je suis de présent à Torigny venu pour les couches de votre chère femme qui a failli de mourir et qui vient d’être heureusement délivrée d’un gros enfant qui fait des cris de chouette en colère au point que j’en suis si joyeux et troublé que ne vous saurez dire encore si je suis son oncle ou sa tante! Adieu soyez Monsieur mon Frère et bien des compliments » signé Léon évêque et comte de Lisieux
« Pourquoi, disait-il à sa ménagère de basse cour, n’as tu pas l’esprit de vendre mes pintades à 4 pistoles la pièce comme des perroquets qui sont moins gras ?  » « C’est là voyez-vous que les pintades à Monseigneur y ne parlent point » – « Si mes pintades ne parlent pas elles n’en pensent pas moins » lui répondit-il en colère et c’est delà que ce mot est devenu proverbe.
La Duchesse de Brissac affirmait et nous a juré ses grands dieux qu’elle avait réellement reçu de lui, qui se trouvait à Gacé chez leur cousin de Matignon l’original de cette sotte lettre qui se voit à présent dans tous les recueils de jeannoteries :  » Madame sachant combien vous aimez les perdrix rouges, je vous en envoie 6 dont trois grises et une bécasse ; vous trouverez ma lettre au fond du panier »
Il avait en lui du reste toute sorte de facilité pour se montrer flatteur et courtisan mais c’était là qu’on voyait éclater mieux sa bêtise ainsi qu’il y parut auprès de Mlle de Sens.
Il avait été chargé, je n’ai jamais compris ni par qui ni comment, d’aller annoncer à cette princesse la mort de Monsieur le comte de Charolais (Louis Henry de Bourbon Condé), lequel était une infernale créature. Mlle de Sens, qui le vit arriver en habit d’évêque et qui n’en savait rien autre chose, commença par lui demander si son frère avait eu le temps de songer à ses dispositions. Elle entendait sûrement testamentaires, mais il avait compris salutaires et le voila qui se mit à lui dire avec un air de pédanterie douloureuse :  » hélas Mademoiselle il est vrai que c’était un abominable homme et qu’il avait tué sa sœur naturelle avec un couteau de chasse et qu’il tirait sur les paysans de Chantilly comme sur des lièvres, sans compter qu’à Paris il abattait les couvreurs à coups de fusil dans la cour du palais de Bourbon, mais la miséricorde divine est bien grande Mademoiselle, et puis d’ailleurs le Bon Dieu doit y regarder à deux fois avant de damner un prince du sang »
(souvenirs de la Marquise de Créquy tome II p.92, 93, 94 et 95)

Monsieur de Matignon évêque de Lisieux, était en 1685, à Paris aux réunions de l’assemblée du clergé de France et prit aux actes ayant pour but d’arriver à la conversion des Huguenots ou au moins à les empêcher de débiter des calomnies contre la doctrine de l’église catholique. Il signa à cet effet une requête au roi adoptée dans la réunion du mercredi matin 11 juillet. Sa signature est la 20e de toutes et la 11e des évêques (Recueils des actes, titres et mémoires du clergé de France Paris Guillaume Desprez 1768 tome I)
Monsieur de Matignon figura aussi à l’Assemblée provinciale des évêques de Normandie, tenue au Château de Gaillon en l’année 1699. On y condamna le livre de Fénelon sur les Maximes des Saints et l’on y admit la bulle d’Innocent XII sur ce sujet, il signa le 4e.(Ib)

En 1686, Lisieux se signale par des réjouissances publiques qu’elle fit pour la guérison du roi arrivée vers la fin de l’année.

Mandement de Monseigneur Léonor de Matignon, évêque et comte de Lisieux, pour la publication de la constitution de Notre Saint Père de Pape Clément XI du 16 juillet 1705 contre le Jansénisme, donné le 8 octobre 1705 et contresigné d’Aubin

En le 14 et 18 juillet 1714, d’après le protocole des actes, le siège épiscopal devint vacant – l’évêque était depuis plusieurs années resté malade à Paris.

1 feuillet de référence

58 – Henry Ignace de BRANCAS 1714 à 1761 (armoiries)

1 feuillet recto verso en latin du Gallia Christ.

Ignace de Brancas 30e abbé de Chambre-Fontaine au diocèse de Meaux le 18 des calendes de septembre 1712

Jugement du bureau pour les affaires ecclésiastiques qui maintient Monseigneur dans sa juridiction et droit de visite, supériorité et correction contre les doyen et chanoines de l’église cathédrale de Lisieux 17 août 1744

Jugement du même bureau qui maintient l’évêque dans sa juridiction pleine et entière sur la ville et banlieue de Lisieux, maisons et territoires dépendant des prébendes contre le chapitre 12 mars 1745
(insinuation XX f° 101 2e par. et 102)

L’évêque de Lisieux fait les cérémonies des funérailles de Monseigneur de Nesmond, évêque de Bayeux mort le 16 juin 1715 à 86 ans. Il fut inhumé dans le chœur de la cathédrale sous l’aigle.(Mémoires d’un bourgeois de Caen p.193,194)

Mandement de Monseigneur Henry Ignace de Brancas, évêque et comte de Lisieux au sujet de la bulle du Pape Clément XI du 8 septembre 1713 qui commence : »Unigenitus Dei filius… » donné à Lisieux le 3 juin 1715
(3 pages in 4° à Lisieux de l’Imprimerie de J. du Roncerey, communiqué par M. Pannier le 9 novembre 1869 Ste Historique)

Addition au mandement du Vénérable Chapitre de Lisieux à l’occasion du décès de Mgr de Brancas. – 208 vers avec préface en prose patois normand du XVIIIe siècle.
Bonne copie du temps sur 4 feuillets de papier in f° communiquée par Monsieur l’Abbé Loir le 7 décembre 1869 Ste Historique)

Monsieur de Brancas, évêque de Lisieux Catalogue de la Ste
Historique 1874 p.7 n°19 et p. 22 à 36

1 feuillet de références insinuations

59 – Jacques Marie de CARITAT de CONDORCET 1761 à 1783 (armoiries)

1 feuillet du Gallia Christ tome XII

Né dans le diocèse de Die le 11 novembre, fut à Rodez formé aux fonctions de l’épiscopat par un de ses parents d’… de Saléon Boyer, évêque de Mirepoix, chargé de la feuille des bénéfices l’appela en 1751 au siège de Gap. En 1754 il passa à celui d’Auxerre et le 1er janvier 1761 à celui de Lisieux, dont il prit possession par procureur le 16 mars 1761 et en personne le 30 octobre. Le 12 octobre 1767 il publia un mandement pour la suppression des fêtes du Vendredi Saint, des reliques, Saint Mathias, Saint Martin, Saint André, Saint Thomas, Saint Jean l’Evangéliste sur l’approbation du roi du 31 octobre, enregistré au Parlement de Rouen le 22 décembre suivant.

21 septembre 1783 mourut à Lisieux Jacques Marie de Caritat de Condorcet, évêque, né le 1703 au château de Condorcet près de Nyons en Dauphiné. Après avoir servi pendant plusieurs années il prit l’habit ecclésiastique et devint successivement évêque de Gap, Auxerre et Lisieux. Par la rigidité de ses principes il occasionna quelques troubles dans son évêché de Lisieux, mais à sa mort il fut généralement regretté pour ses vertus.

Lettre relative à l’affaire des Jésuites (3 pages). La pensée qui semble dominer c’est que la destruction des Jésuites est le présage d’une autre destruction. Rien du reste n’indique que cet ouvrage ait été écrit par Mgr de Condorcet, évêque de Lisieux.

Brevet du Roi portant nomination à l’évêché de Lisieux de Jacques Marie de Caritat de Condorcet, évêque d’Autun, conseiller du Roi en tous ses Conseils à Versailles le 1er janvier 1761.

Bulles du Pape données à Sainte Marie Majeure le 14 des calendes de mars 1760

Prise de possession le lundi 16 mars 1761 par procureur.

Procès entre les curés de Lisieux et leur Evêque (Hippeau Le Gouvernement de Normandie 2e partie tome I p.148)

Consultations relatives aux démêlés du clergé avec Monsieur de Condorcet (Bibliogr. de Frère tome I p.267 et 323)

Démêlés de Monsieur de Condorcet et de son clergé en 1777 (Calendrier normand de l’Abbé Malais p.187)

60 – Jules Basile FERRON de la FERRONAYS 1783 (armoiries)

Le 9 octobre 1783, on croit que Lisieux sera donné à l’évêque Comminges qui le désire fort. (Leconte de Cassini)

15 octobre voici ce qu’on dit des évêchés : l’Evêque de Bayonne à Lisieux, l’Evêque de Senez à Bayonne

24 octobre 1783, l’Evêque de Bayonne va à Lisieux, Monsieur de Senez à Bayonne (Hippeau Le Gouvernement de Normandie 2e partir tome I p.216, 217, 219)

Notice sur Jules Basile Ferron de la Ferronays évêque et comte de Lisieux (par M.A Bordeaux) Lisieux Renault Paris Gamme 1829

Barruel Histoire du Clergé pendant le Révolution p.219

Ste Historique de Lisieux catalogue de 1872 p.17 n°11

Archives de l’Hôtel de Ville de Lisieux extraits IX, 4

Lettre Autographe de Mgr de la Ferronays (Bulletin de la Ste Hist. de Lisieux n°5 p.56 art.2)

Ordonnance du Conseil Général de la ville de Lisieux qui, conformément au décret de l’Assemblée Nationale du 29 juin dernier (1790) fait défense à tous imprimeurs et notamment au sieur Mistral de donner à qui que ce soit le titre de Monseigneur et les qualités proscrites et supprimées par ledit décret, comme aussi d’orner les ouvrages qu’il imprime de vignettes représentant les armoiries des ci-devant seigneurs le 11 septembre 1790.

Proclamation du Conseil Général de la ville de Lisieux pour le rétablissement de l’ordre, le maintien de l’autorité légitime et l’observation des décrets de l’Assemblée Nationale sanctionnés par le Roi du 11 septembre 1790

8 pages imprimées à Lisieux par le sieur Mistral in 4° offert par Charles Vasseur le 7 septembre 1869 Ste Historique.

Lettre de l’Evêque de Lisieux au clergé et aux fidèles de son diocèse contre la Constitution Civile du Clergé avec la déclaration de l’Evêque de Soisson le 27 octobre 1790 (8 pages en in 4° imprimées)

Arrêté du Conseil Général de la commune de Lisieux qui supprime comme attentatoire à l’autorité des lois un libelle imprimé ayant pour titre « Lettre Pastorale de Monsieur l’Evêque de Lisieux au Clergé et aux Fidèles de son diocèse » et ordonne qu’il sera dénoncé au Comité des Recherches et que l’arrêté pris sur icelui sera imprimé, lu, publié et affiché aux lieux accoutumés de cette ville.(Placard imprimé daté de 1790)

Lettre de Monsieur l’Evêque de Lisieux à Messieurs Municipaux de Lisieux en réponse à leur arrêté sur sa lettre pastorale 18 novembre 1790 (24 pages en ligne 12)

Le 10 juin 1824 la ville de Lisieux perdit un homme recommandable Eustache Lejeune de Créqui âgé de 85 ans, ancien abbé de Saint Maur et vicaire général depuis 1770. A l’époque de la Révolution il ne quitta pas le diocèse et passa les jours de persécution en véritable apôtre.
Monsieur de la Ferronays, évêque de Lisieux et Monsieur Cheylus de Bayeux lui avaient remis d’amples pouvoirs pour administrer pendant leur absence. Après la mort de Monsieur de la Ferronays il continua de gouverner le diocèse de Lisieux en qualité d’administrateur jusqu’à sa suppression par le Condordat en 1801. Alors l’épiscopat lui fut offert plusieurs fois. Il refusa. Quoique d’une fortune médiocre il répandit d’abondantes aumônes dans le sein des pauvres.

Cette note figure au dos d’un feuillet concernant Mgr de Condorcet et conservé dans le dossier de ce dernier

1 fascicule intitulé : Règlement fait par le Roi sur les fonctions des Assemblées provinciales et de celles qui leur sont subordonnées ainsi que sur les relations de ces assemblées avec les Intendants des Provinces du 5 août 1787 suivi par le procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale de la Généralité d’Alençon tenue à Lisieux en novembre et décembre 1787 (20 feuillets)

EVEQUES INTRUS

Claude FAUCHER 1791-1793 évêque constitutionnel

Ni Dubois, ni Guillemette, les seuls historiens de Lisieux, ne mentionnent le séjour à Lisieux de Claude Faucher, l’évêque intrus du Calvados. Mais quand ils en parleraient, ils présentent si peu de garanties l’un et l’autre, qu’il ne faudrait point admettre le fait sans plus amples informations.
Une notice publiée par Monsieur Auguste Bordeaux en 1829, sur le dernier évêque de Lisieux admet le passage dans cette ville de l’évêque constitutionnel, mais fort vaguement et sans s’y arrêter. A défaut d’autres preuves, la tradition est constante sur ce point et bon nombre de vieillards pourraient en donner des renseignements.
Le Docteur Billon a entendu un nommé Masselin, épicier à Glos, qui se trouvait dans la foule lors de l’entrée de Monseigneur Didiot, mettre en comparaison le cérémonial qu’il avait devant les yeux avec la pompe grotesque qui présida à l’entrée triomphale du conventionnel évêque.
Il paraîtrait qu’il y eut alors un grand déploiement de forces armées. Certaines personnes m’ont assuré avoir entendu dire que l’évêque était logé pendant son séjour à l’Hôtel du Lion d’Or remplacé actuellement par les nouveaux bâtiments de l’hôpital. C’était alors le plus confortable de Lisieux.
Il pourrait sembler étrange qu’un homme qui singeait en tous points le prélat se fut arrêté dans une auberge alors que dans la ville il y avait un palais épiscopal et une foule de maisons religieuses et canoniales où il eut pu s’installer avec luxe. C’est que déjà le palais épiscopal était devenu propriété nationale, la cathédrale n’était plus au culte, il ne subsistait que les deux paroisses de Saint Jacques et de Saint Désir desservies par des prêtres intrus. Le reste était au pillage.
Pour en revenir au fait de la présence de Claude Faucher dans les murs de Lisieux, je ne doute pas que l’on en trouve quelques traces dans les registres des délibérations de la commune de Lisieux ou quelque part dans les archives de la mairie. Peut-être aussi les registres de fabrique ou les comptes du trésorier de Saint Jacques ou de Saint Désir en feraient-ils mention. Il ne serait même pas impossible qu’il existât des procès-verbaux de visites dressés par lui, mais je n’ai pas le moyen de pénétrer dans les sanctuaires où pourraient reposer ces richesses.

On trouve des preuves écrites du passage de Claude Faucher à Lisieux dans les lettres de l’Abbé de Valmeron à Monsieur Claude Faucher Jersey 1791 aux pages 58 de la première lettre et 28 de la deuxième où l’on cite des pensées tirées de discours que l’évêque intrus avait prononcés dans la ville de Lisieux.
Ces lettres sont un pamphlet violent écrit par Monsieur l’Abbé Jarry au moment de la Révolution, curé d’Ecot près de Saint Pierre sur Dives. Il devint après le Concordat, grand vicaire de l’évêque de Bayeux
Il mourut au presbytère de Saint Désir de Lisieux en 1820, c’était un homme distingué par son savoir.

L’abbé Faucher, de la religion nationale Paris 1789
Archives du Bibliophile décembre 1867 n°34850

Julien Jean Baptiste DUCHEMIN 1799 évêque constitutionnel

Louis Charles BUISSON 1799 1802 évêque constitutionnel