Archives de catégorie : Dernières publications

Vivre et survivre dans la résistance




Vivre et survivre dans la résistance
Le Maquis Surcouf 1942-1944

 

« L’auteur de ce livre devient agaçant. Après avoir mis la main sur le journal de Robert Leblanc, le chef du maquis Surcouf, après avoir retrouvé le manuscrit de sa secrétaire Puce, Alain Corblin exhume une troisième fois un document inédit. De quoi rendre jaloux les historiens de la Résistance qui doivent généralement se contenter d’archives officielles déjà épluchées ou de témoignages oraux incertains. Alain Corblin, lui, accède aux vieux papiers qui dorment chez des particuliers. Agaçant non ?

Voici donc la nouvelle pépite dénichée : la comptabilité du maquis Surcouf. À cet intitulé, certains lecteurs seront déçus. Oui, ce type de document n’a pas la force narrative des journaux de Puce et de Robert Leblanc. En revanche, il répond à un problème resté un angle mort de la recherche historique : comment Robert Leblanc arrivait-il à faire vivre 100 à 250 maquisards cachés dans la campagne du Lieuvin ?
Faute jusque là de sources publiées, les réponses avancées relevaient plus de la rumeur (voire de la médisance) que de l’analyse. Tenue par Puce, la comptabilité éclaire, mois par mois, les recettes et les dépenses du maquis Surcouf de novembre 1943 à octobre 1944.

Jamais esseulés, ces chiffres sont annotés et mis en perspective par l’auteur. Quel était le coût de la vie ? Quelle était la situation du maquis au même moment ? Que raconte Robert Leblanc sur ses activités ? En fin de compte, le lecteur tient plus entre ses mains une histoire du maquis Surcouf que le commentaire d’une comptabilité. À se demander si ce dernier livre n’est pas le plus important de la trilogie. »

Extrait de la préface rédigée par Laurent Ridel historien de la Normandie.

Format 150×210 – 306 pages – prix TTC 18 euros.

L’auteur, Alain Corblin est secrétaire de la Société historique de Lisieux, il est le fils de Marceau Corblin, l’un des « p’tits gars » de Robert Leblanc, chef du Maquis Surcouf. Après la publication, en 2014, du Journal du Maquis, le fameux journal de son chef Robert Leblanc puis en 2016, Au cœur du Vièvre le journal de Simone Sauteur alias Puce, il poursuit avec persévérance son étude des archives et œuvre pour la connaissance de ce maquis, le plus important de Normandie.

Pour plus de renseignements vous pouvez le contacter :

Par téléphone au 02 31 64 21 80
Par mails à corblin.alain@neuf.fr

Ouvrage à retirer :

Le Mercredi de 15h00 à 18h00 au siège de la
Société Historique de Lisieux
1, rue Paul Banaston
Tour Saint Laurent
14100 Lisieux

Envoi postal :

Commander à Société Historique de Lisieux
Société Historique de Lisieux
1, rue Paul Banaston
Tour Saint Laurent
14100 Lisieux

Chèque de 24€40 soit : 18€ 1 livre + 6,40€ de frais postaux.

Egalement en librairies et Presses à :

Lisieux: Maison de la Presse, rue Pont Mortain.
Pont-L’Evêque : Maison de la Presse, 3 rue Hamelin.
Moyaux : Bar des poètes, place de Veraun.
Cormeilles : La presse Cormeillaise, 27 avenue de l’Abbaye.
Pont-Audemer : Maison de la Presse du pt d’étain, 4 place du pot d’étain.
Pont-Audemer : Halle de la Presse, 21 rue de la République.
Pont-Audemer : Libairie Mille feuilles, 55 rue de la République.
Bernay : Librairie de l’Hôtel de Ville, 1 place Gustave Héon.
Bernay : Maison de la Presse, 19 rue Thiers.
Routot : Maison de la Presse Prémare, 11 rue du Docteur Collignon.
Montfort-sur-Risle : Maison de la Presse, 35 rue Saint Pierre.
Thiberville : Maison de la Presse.
Saint-Georges-du-Vièvre : Office du Tourisme, 1 Route de Montfort.
Brionne : Marché de la presse de Brionne, 44 rue du Maréchal Foch.
Honfleur : Librairie – A plus d’un titre, 30 rue de la République.

Le crépuscule des Grenadiere Historique de la 272. Inf.Div




Didier Lodieu
Le crépuscule des Grenadiere Historique de la 272. Inf.-Div. (hippomobile)

Après avoir perdu environ 6000 Grenadiere lors des combats terribles au sud de Caen. les rescapés de la 272. lnf. Div. sont chargés de s’opposer aux courageux soldats écossais de la 51st Highland Division qui s’apprêtent à libérer le Pays d’Auge. Mais c’était sans compter sans cette division d’infanterie hippomobile commandée par l’implacable Generalleutnant Schack et ses officiers.
Afin de mener à bien leur mission, les Ecossais se voient renforcés par des blindés, puis, les défenses des Grenadiere se durcissant, la célèbre division des « Rats du Désert » vient à leur secours. Bientôt, les Grenadiere, totalement à bout de forces, sont incorporés dans un groupement tactique de la Waffen-SS afin de défendre la ville de Lisieux qui a déjà terriblement souffert…

24 euros Editions La Poche de Falaise – Chambois – 186, rue de la argilière Bat A Esc 276320 Caudebec-les-Elbeuf – 0235787326 –
lodieu.didier@wanadoo.frDidier-Iodieu.fr

Carreaux de terre cuite vernissée bicolores de Normandie




Jean-Pierre Luzena
Carreaux de terre cuite vernissée bicolores de Normandie – essai d’inventaire.


Ce recueil de motifs a pour but de mettre en valeur cette formidable variété décorative et de constituer un guide pratique complet (89 planches et 228 motifs répertoriés). Cet ouvrage présente les productions des trois grands centres de Normandie, Le Molay-Bessin, Le Pré d’Auge-Manerbe et la Haute-Normandie (vallées de la Seine et de l’Eure ; Dieppe-Varengeville et Pays de Bray), comparant ainsi les modèles décoratifs.

Association Le Pays d’Auge.
Version numérique 15 euros – à commander sur le site internet lepaysdauge.org , version papier 25 euros (en librairie au Association Le Pays d’auge 14, rue de Verdun – 14100 Lisieux).

Saint Michel de Livet




Emmanuel Fromage:
Une commune du Pays d’Auge, Saint-Michel-de-Livet, Son passé, son patrimoine

La commune historique de Saint-Michel-de-Livet est regroupée dans celle de Livarot-Pays d’Auge depuis le 1er janvier 2016. A l’heure des regroupements territoriaux, il est donc opportun de se pencher sur le passé d’une commune rurale pour tenter d’en sauver la mémoire. C’est cette aventure qu’a voulu tenter l’auteur en retraçant les grandes étapes historiques de sa commune natale. Une première partie est consacrée à l’histoire de la commune. Des premiers défrichements médiévaux (XIIe-XIIIe) date la création de la paroisse et de son sanctuaire dédié à saint Michel. Vient ensuite l’implantation des fiefs qui structurent la vie sociale et économique. A l’époque moderne, le nombre de paroissiens s’accroit malgré les fléaux traditionnels (guerres, pestes, famine) qui déciment la population. Puis la période révolutionnaire modifie radicalement l’organisation de la vie villageoise en transférant le siège des décisions communautaires de l’église à la mairie. Le XIXe est le siècle de l’essor des productions agricoles avec l’arrivée du chemin de fer.
La seconde partie de l’ouvrage est consacrée au patrimoine de la commune qui est aussi, à sa façon, un témoin de l’histoire. L’église occupe une large part dans cette description accompagnée de photos. Les évolutions architecturales au cours des siècles ainsi que l’entretien coûteux de l’édifice sont évoqués et soulignent l’attachement particulier des paroissiens à leur maison commune. Les châteaux, manoirs, demeures remarquables sont ensuite présentées et illustrées par des photos. L’ouvrage s’achève par une instructive étude microtoponymique qui complète l’inventaire.

23 euros. Emmanuel Fromage « L’église » Saint-Michel-de-Livet 14140 Livarot-Pays d’Auge. emmanuel.fromage@yahoo.fr.