NOTRE DAME DE LIVAYE




NOTES sur NOTRE DAME DE LIVAYE

Liveya – Livaie, ecclesia de Liveya.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Bulletin monumental Tome XX p.63 – 1866 p.580.

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III, page 409.
(la paroisse est appelée Livaye)

Editions Flohic : Le Patrimoine des communes du Calvados, page 1170..

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives:

1648 : 22 octobre
ARCHIVES SHL : 1F271 : 22 octobre 1648 : Restitution d’une pièce de terre sise ଠN.-D. de Livet (Livaye) (Marguerite de Hommey et Mathieu¬ Deschamps à Thomas Boissie curé de St Laurent du Tintement) (risque de confusion avec Notre Dame de Livet = Courtonne les deux églises)

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT:

L’église de Livaye, bâtie sur le coteau qui domine la route de Crévecoeur à Lisieux, par la Houblonnière et la Boissière, se compose d’une nef et d’un choeur en retrait sur la nef, avec chevet rectangulaire.
La maçonnerie de cette église n’offre pas de caractères suffisants pour que j’en indique absolument la date, et il est probable que l’édifice a été en grande partie refait, car on distingue dans le mur nord de la nef quelques portions qui paraissent d’une époque plus ancienne que tout le reste.
Les fenêtres ont d’ailleurs été percées ou agrandies à diverses époques. On en voit une à deux baies avec compartiments flamboyants au sommet dans le mur latéral du nord, et dans le même mur deux autres fenêtres modernes.
Du côté du sud, plusieurs fenêtres paraissent de la fin du XVIe siècle; une autre est moderne.
Un cadran solaire incrusté dans la partie supérieure du mur, à son extrémité orientale, et décoré de quelques moulures, me paraît du XVIIe siècle : il porte un millésime dont deux chiffres ont été endommagés; on distingue très bien 25, et je suppose qu’il y avait 1625.
La façade occidentale de l’église est du siècle dernier et n’a pas encore cent ans, ainsi que le prouve l’inscription suivante, gravée sur une pierre placée dans la partie supérieure du fronton :
J’Ai ÉTÉ REFAITE
PAR LES
CORBLINS
EN MIL SEPT
CENT SOIXANTE
SIX
La porte qui s’ouvre dans cette façade est en cintre surbaissé et surmontée d’un oculus.
L’intérieur de l’église de Livaye offre une particularité que je dois signaler : c’est que la charpente de la nef et du choeur est portée sur des poteaux apparents à l’intérieur et détachés des murs. Ces poteaux supportent les sablières et les tirants, de telle sorte que c’est à peine si les murs ont à porter l’extrémité des chevrons. Ce système a-t-il été adopté en même temps que l’on a- bâti les murs , ou bien a-t-il été
introduit après coup ? C’est ce que j’ignore.
Deux petits autels existent entre choeur et nef. Le maître autel occupe le fond du choeur, et son retable tapisse le mur du chevet. On lit sous un tableau, à droite du maître-autel :
JACQUES LE HÉRICHER ET ANNE DE LA CROIX, SA FEMME, ONT DONNÉ CE
TABLEAU. PRIEZ DIEU l’OUR EULX. 1670.

Une tour en bois, quadrangulaire à sa base, garnie d’ardoise et surmontée d’une flèche comme presque toutes celles de la contrée, s’élève entre le choeur et la nef.
L’église de Livaye élait sous l’invocation de Notre-Dame.
Le seigneur nommait à la cure. Au XIVe siècle, le présentateur était Louis de Thibouville; au XVI, c’était le seigneur
de Thury et de Dangu.

Voir le site: Mézidon-Canon et son Canton NOTRE DAME DE LIVAYE

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE LE MESNIL MAUGER.

Election de Pont l’Evêque, sergenterie de Cambremer
3 feux privilégiés
27 feux taillables

Sous l’invocation de Notre Dame

Patronage:
XIVe : Ludovicus de Tibouvilla
XVIe : Dominus de Thuty et de Daugu
XVIIIe : le seigneur

Curés:
Maistre Jean Gardembas ; prestre curé 24 mai 1617
Villain 1764/1774
Guesnet 1780/1787

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *