GOUSTRANVILLE




NOTES sur: GOUSTRANVILLE

En 1827, la commune de SAINT CLAIR DE BASSENEVILLE est rattachée à Goustranville.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome IV, pages 109 et 110.

Editions FLOHIC : le patrimoine des Communes du Calvados page 728.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Goustranville, Goutranvilla, Gotranvilla, Gostranvilla.

L’église de cette paroisse, placée sur le bord de la route allant de Caen à Pont -l’Évêque, présente, dans la façade occidentale de sa nef, une porte romane dont l’archivolte est ornée d’un double zigzag et repose sur deux colonnes (une de chaque côté). Le gable est percé d’une ouverture ronde ou oculus.
Le mur latéral du nord est percé d’une autre porte dont l’archivolte est ornée de quatre rangs de zigzags. On y remarque des pierres disposées en arête de poisson. La corniche est supportée par des modillons bien conservés et bien traités.
Chose à remarquer, ce mur est soutenu, à l’intérieur de la nef, par des contreforts régulièrement espacés, ce qui porterait à penser que,dans l’origine, le côté aujourd’hui. dans l’église était mur extérieur ; cependant il n’est pas facile d’expliquer ce fait, s’il a quelque fondement, puisque les portes romanes que nous venons de signaler sont bien à la place qu’elles ont dû occuper : toutefois, une église du XIe. siècle aurait pu, au XIIe., être reconstruite avec les dispositions actuelles, et les changements dont je signale les indices auraient alors eu lieu.
Le mur méridional de la nef a été reconstruit et n’offre aucun intérêt.
Le choeur appartient à l’ère ogivale, probablement à la Un du XIIIe. siècle ou au commencement du XIV. ; le chevet droit est partagé en deux parties par un contrefort. On y remarque deux fenêtres ogivales à deux baies avec une rose au sommet : c’est la partie la mieux caractérisée. Du côté du sud , une porte a été supprimée. De ce même côté existe, entre choeur et nef, une chapelle du XVe. siècle qui est voûtée; dans le reste de l’église il n’y a que des lambris.
La tour latérale, au nord, se termine en plate-forme. La partie basse appartenant au style du XIIIe. siècle (lère. moitié) est ornée d’étroites arcades simulées. L’étage supérieur est percé de deux fenêtres élégantes en forme de lancettes, divisées en deux parties par une colonnette.
Cette tour produit beaucoup d’effet, vue de !a route impériale.
Les dalles en pierre qui recouvrent la voûte, au dessus des cloches, sont artistement jointes et ne laissent point pénétrer l’humidité. Nous avons déjà cité, dans le Calvados, quelques tours tronquées en plate-forme couvertes de la même manière, notamment celles de Cuverville et de Demouville, entre Caen et GoustranviJle (V. le tome II de ma Statistique monumentale du Calvados, canton de Troarn ).

L’église de Goustranville est sous l’invocation de Notre-Dame. Le seigneur du lieu nommait à la cure. La paroisse faisait partie du doyenné de Beuvron et de la sergenteric de Dives ; on y comptait 1 feu privilégié et 13 feux taillables.
A l ouest de l’église de Goustranville était une chapelle de Ste.-Anne, indiquée sur la Carte de Cassini.

GOUSTRANVILLE. – On y relève un « Lieu Castel » (Cad., B, 27-32) ; il se trouve au Nord de la grande route de Rouen et à l’Ouest du chemin de Plein-Gruchet (6).

2 – Pièces Justificatives:

– Insinuations
– 1391, 4 novembre
Information de Nicolas Marie, vicomte de Caen, su la valeur des héritages échus à Guillaume de Vierville, chevalier et à Marie de Creully, sa femme, de la succession de Louis de Creully, mort en Barbarie, qui avait été en la garde du roi: baronnie de Creully, seigneuries de Monthuchon et du Mesnil-Bis, rentes à Basseneville, Saint-Clair-en-Auge et Goustranville, à la Boissière, à Ingouville, à Octeville, à Saint-Jouin (S.-Mme).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 25-27.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 26.

– 1407-1762 – Environs de Pont-L’Evêque
Recueil de pièces concernant Le Mesnil-en-Vimeu, Saint-André de Clarbec, Notre-Dame de Goustranville, Saint-Gabriel de Valsemé, Saint-Clair, en la vicomté de Pont-L’Evêque….
= Bibl. Nat. Ms. franç. 5383

– 1402-1789 – Vicomté d’Auge
Compte de recette de la terre de la terre de saint-Clair-en-Auge (1473-1477)
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 383 à 388), Paris, 1976, p. 171-174

– 1412-1696 – Vicomté d’Auge
Comptes, livres de plaids des sergenteries de Pont-L’Evêque, Bonneville et Canapville et de la baronnie de Roncheville, gage-pleige de Saint-Clair-en-Auge
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 524), Paris, 1976, p. 207.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE BEUVRON.

Sous l’invocation de Notre-Dame

Noms des curés:
Soutey 1764
Thion 1772-1787

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *