SAINT AUBIN SUR ALGOT




NOTES sur SAINT AUBIN SUR ALGOT

– Ecclesai St Album super Algot – S. Albunus super Alegot – S.Albunus supra Algo – Sanctus Albinus super Algot
Saint Aubin sur Algot ( rattaché à Cambremer )

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Voir :
Annuaire Normand 1864 p.121
Bulletin des Antiquaires de Normandie Tome IV p.374, – 1860 p.102
Histoire de St Pierre dur Dives par l’Abbé Denis p.172 – 180.
Normand du 27 février 1869
Extraits de la Ste Historique 79
Bulletin Monumental Tome XX p.63
D’Hozier 353.

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome III, page 411.

1637 – 1653 – 1683 Saint Aubin sur Algot
Archives SHL : 1F127 – 1637 …
1637 : Pierre et Jean Lemonnier de Saint Aubin sur Algot constituent une rente en faveur de Jean Tillard
1653 : rente vendue à Vincent Mallay de Saint Jacques de Lisieux.
1683 : François Lemonnier héritier en partie de Pierre son père passe un nouvel acte.
1639 , 22 juin – Le Pré-d’Auge
Aveu de Richard Durieu, demeurant à Saint-Aubin-sur-Algot, pour une pièce de terre nommée le Bosq, sise au pré-d’Auge.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Dossier Le Pré-d’Auge. Par.

1673 , 26 novembre – Lisieux
 » A la Houblonnière furent présents Etienne Houssaye, demeurant à Lisieux, d’une part et Georges Jourdain de la paroisse de Danestal, s’accordent lequel Jourdain s’est loué et a promis servir ledit Houssaye du mestier de thuillier et autre travail à quoy il voudra l’employer pendant un an à commencer le 1er décembre pour cent sols par mois. Témoins: Jacques Boscage, de la Boissière et René Vauclin, de Saint-Aubin-sur-Algot.
AD 14 , 8 E 21553, f° 20 – Cité par S. et H. PAUMIER , « Thuilliers … », HTPSPD , n° 37, p. 34

1748 4 août Archives SHL : 1F2
: 4 août 1748 : Charles Pillon demeurant St Aubin sur Algot s’oblige à payer à Nicolas Legrand de Bonnebosq, la somme de 120 livres.

1748 Archives SHL : 1F40 :
dates diverses( 1748, 1808….)
SAINT AUBIN SUR ALGOT : dossier FORMEVILLE
Dossier concernant les biens d’Adrien Benjamin Formeville à Saint-Aubin-sur-Algot. Réclamations au sujet des portes et fenêtres. Débouché du Chemin de Formeville de l’église à la Grande Route par suite de la construction du Pont du Coupe-Gorge (1808-1809) dont 1 plan, 1 pétition, un accord et l’avis de l’Ingénieur; Lettre de l’abbé Méthaine, curé de Saint-Aubin-sur-Algot à M. de Formeville: Fief Lendrie, fief Bauderesse, chapelle des Monceaux, la Vierge Noire, la léproserie. Fermiers de M. de Formeville: relevé cadastral, an V.Echange d’héritage Madame Formeville et M. Leveneur, inclus accord relatif à la construction d’une grange, d’une étable et d’une tasserie au village de l’ Eglise.
= Arch. SHL. 1F40, 52 pièces papier.

1780 Archives SHL : 1F105 –
1780 : Saint Aubin sur Algot : Ventes de biens du clergé.

1790 : Archives SHL : dossier « Lieux A à K »
Vente de biens nationaux.

1797.1.. An V , 25 nivôse ( 1797 , 14 janvier )
Les Membres composant l’Administration Centrale du calvados , Aux Juges de Paix et aux Commissaires du Directoire exécutif près les Administrations du Calvados ( au sujet du vol de deux barils dans la diligence de caen à paris , au Pont-du-Coupe-Gorge , le 24 nivôse an 5° – 14 janvier 1797 ) , A Caen , chez leroy , In-4 , 4 p.
= ( * Coll. BECCI – photocopie )

An V , 29 nivôse – 1797 , 18 janvier – Evreux, Lisieux
L’Administrateur du Département de l’Eure Au Citoyen Juge de Paix du Canton de Cormeilles .
 » Citoyen , Vous avés appris que la malle allant de Caen a parie a été arrêtée à deux lieues de Lizieux , dans la soirée du 24 de ce mois par 12 à quinze hommes , qui ont volé quatre vingt sept mille livres en numéraire d’après les renseignements contenus en une circulaire de l’administration départementale du Calvados ….( au sujet du vol de deux barils dans la diligence de Caen à Paris , au Pont-du-Coupe-Gorge , le 24 nivôse an 5° – 14 janvier 1797 .
= Coll. BECCI – 1 p. papier , ms. photocopie )

1822. – archives SHL 1F670
1822 : testament de Marie Corblin.
1835 : état des haies de la ferme (St Aubin sur Algot)

Autres Archives SHL : IMPRIMES :
II J 2 : Mémoire pour Me Bougeot, veuve de M. Amet, ancien notaire à Paris contre les sieurs Lecesne, Leroux, Delafosse et Bougeot, adjudicataires coalisés des biens de la succession bénéficiaire de Henri Delafosse demeurant à St Aubin sur Algot : 1812.
Mémoire pou Mme Daureville, épouse divorcée et maintenant veuve de M. Hubert Ducatey, à Paris, propriétaire à Lisieux. Ex n°63.

Le Lexovien : journal du 29 octobre 1924, double crime à Saint Aubin sur Algot

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

L’église de St-Aubin-sur-Algot, qui offre divers sujets d ‘étude, avait été l’objet d’une description de M. Billon qui se retrouvera peut-être dans , ses notes. J’avais visité cette église avec lui, à l’époque où l’on reconstruisait la tour ( 1853). Cette tour, que l’on distingue parfaitement du chemin de fer, se compose d’un corps carré en pierre, élevé sur le mur occidental ; elle se termine par une pyramide en charpente couverte d ardoises ; on a allongé l’église d’une travée pour asseoir cette tour, et l’on a ouvert dans le mur occidental une porte garnie de colonnettes à chapiteaux dans le style du XIIIe siècle (M. Nicolas, architecte, membre de la Société française d’archéologie, est l’auteur de cette addition).
La partie ancienne de l’église se compose donc du choeur et de la nef, abstraction faite de-la travée qui porte le clocher.
Les murs de toute cette partie offrent l’appareil en arêtes de poisson, au moins jusqu’à une certaine hauteur ; ils sont couronnés d’une corniche avec modillons à figures; les contreforts sont peu saillants. Ces caractères sembleraient annoncer que l’église appartient au style roman, et pourtant les fenêtres les plus anciennes que l’on y voit aujourd’hui sont des lancettes très-étroites qui. peut-être,ne datent que du commencement du XIIIe siècle. Elles sont encore au nombre de deux dans le mur septentrional de la nef; une autre existe dans le mur méridional. Toutes les autres fenêtres ont été repercées. Ainsi, on en voit deux dans le mur méridional de la nef, qui sont subdivisées par un meneau et dont le sommet est orné d’un quatre-feuilles ; elles doivent appartenir à la fin du XIVe siècle eu, peut être, au commencement du XVe.
Des fenêtres moins anciennes et de proportions très-mauvaises éclairent le choeur, qui est plus élevé que la nef et terminé par un chevet droit.
Plusieurs crédences existent à l’intérieur de l’église: l’une géminée dans le choeur; deux autres trilobées au sommet, à l’extrémité de la nef, près de l’arc triomphal : ce qui prouve que le placement des petits autels qu’on voit de chaque côté remonte à une époque ancienne, et que l’usage d’accoster cet arc de deux autels n’est pas nouveau.
J’ai remarqué dans le choeur un lutrin du XVIe siècle, en bois, dont le support est découpé à jour. L’autel offre un grand retable, décoré de deux colonnes corinthiennes et de deux pilastres.
Le patronage de l’église de St-Aubin appartenait à l’abbaye de St-Pierre-sur-Dive ; mais il y avait dans l’église une chapellenie érigée en bénéfice, à la collation du plus proche parent du fondateur.

St-Aubin était compris dans le doyenné de Mesnil-Mauger, et pour le civil dans l’élection de Pont-l’Évêque, sergenterie de St-Julien-le-Faucon. On y comptait 1 feu privilégié et 60 feux taillables : 300 habitants. Le dernier recensement en a trouvé 319.
Un if ancien existe dans le cimetière de St-Aubin ; c’est un des monuments végétaux les plus remarquables du département.
Le tronc, aujourd’hui séparé en deux parties, offrirait peut-être 9 à 10 pieds de diamètre, si la partie centrale était conservée. Il mérite d’être signalé à l’attention des touristes.

Antiquités romaines. — Le territoire de St-Aubin-sur-Algot renferme des tuiles à rebords et des vestiges d’habitations gallo-romaines qui ont été reconnues, à plusieurs reprises et sur plusieurs points différents, par M. Delamare, membre de l’Association normande.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives:

Insinuations

Autrefois St Aubin sur Algot dépendait du doyenné de Mesnil Mauger, archidiaconé d’Auge ; le patron était l’abbé de St Pierre sur Dives, le revenu de la cure montant à 500 livres (Archives du Calvados – Bénéfices)

Description de l’église 30 juin 1853

Description des 2 cloches
1ère : L’an 12 de la Re…j’ai été bénie par François Hauton, desservant la commune, nommée Joséphine Emmanuel par Adolphe Joseph Emmanuel La Marie fils et Aimée Joséphine Lamarie et faite par les soins du conseil municipal et du citoyen Fleuri Mallard, maire, Auguste La marie, maître de poste de St Aubin sur Algot, P. Pilon, F.Leveneur, J.Bourgeot, JP Corblib, J.Morel, J. Daubin et JP Le Monier, tous du conseil.
Lavillette de Lisieux m’a faite 1804 V.S chez M.L Drieu

2ème : l’an 1817 j’ai été nommée Joséphine et fondue par les soins de M.M Hauton Nicolas Honoré Piton, trésorier et de Guillaume Fleury Mallard, maire de St Aubin.
F. Bailly fondeur.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE LE MESNIL MAUGER.

Election de Pont l’Evêque, sergenterie de St Julien le Faucon
1 feu privilégié
60 feux taillables

Patronage:
XIVe, XVIe et XVIIIe : abbas st Petri super Dyvam

Curés:
Duhamel 1764
Boivin 1774
Fleury 1779/1787

Chapelle en l’église de St Aubin sur Algot – Patron le plus proche du fondateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *