LA CROUPTE – 14


NOTES sur LA CROUPTE – 14

Crupta – Coupta

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Voir : Histoire du Val Richer p.57 – 191. Extraits de la Ste Historique de Lisieux 38.
Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 1226.
CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 815
ROSENPLÄTER Johannès : Trois villages du Sud Pays d’Auge : (La Chapelle Yvon, La Cressonnière et La Croupte), étude démographique, sociale et économique. Mémoire de Maîtrise CAEN, 1999.

2 – Pièces Justificatives:

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT.
La Croupte, Crupta, Croupta.
L’église de la Croupte est dédiée à saint Martin. On sait que ce vocable remonte aux temps mérovingiens, et lorsqu’on a parcouru la gorge étroite, enserrée de coteaux sauvages et boisés, au milieu de laquelle elle s’élève, on est prédisposé à rencontrer un édifice d’une haute antiquité et d’un grand intérêt. La déception est grande : on se trouve en présence d une mauvaise bâtisse sillonnée de nombreuses lézardes, dont les parties les plus anciennes datent du dernier gothique: murs en grand appareil avec contreforts en retraite. Toutes les ouvertures ont été refaites au dernier siècle. Le clocher est en charpente, carré, avec pyramide octogone, recouverte d’essente. A l’intérieur, le choeur a subi une décoration complète en plâtre, dont la date est donnée par l’inscription suivante qui court sur la frise.
DOMINE. DILEXI. DECOREM DOMUS TUAE. F. LE FRONT. CURÉ DE LA
CROUPTE. 1786.

On a néanmoins conservé le retable du maître-autel, qui remonte au règne de Louis XIV. Il est porté par deux petites colonnes torses, entourées de ceps de vigne. Au centre, un cadre à angles rentrants, représentant un miracle de saint Martin. Dans le fronton trapézoïdal, soutenu de cariatides, est une colombe sculptée en relief, sortant d’une guirlande de feuilles de chêne.
Les deux petits autels de la nef sont insignifiants. Rien à indiquer qu’une statue de saint Martin, qui peut remonter au moyen-âge.
La voûte de la nef est en merrain et date du XVe siècle.
Sur deux des poutres qui supportent le clocher sont des blasons, sculptés à plein bois, chargés de trois fasces ondées.
Ces pièces correspondent aux armoiries des Hautemer, seigneurs de Fervaques. En effet, la paroisse de la Croupte était comprise dans le plein-fief de haubert de Fervaques, membre lui-même de la baronnie de Ferrières.
La Croupte n’a donc jamais eu de seigneur particulier, et aucune Recherche de la noblesse ne mentionne de gentilhomme y résidant. Toutefois, le pouillé du XIVe siècle inscrit comme patron Petrus Coquaigne que je n’ai point vu figurer comme seigneur de Fervaques. Dans la suite, les possesseurs de la terre de Fervaques exercèrent les droits de patronage.
L’inscription de la cloche est intéressante, elle a été l’oeuvre d’un fondeur célèbre :
Msr AVGVSTE • DE BVLLION • MARQ • DE BONNELLES ET SEIGNr DE
FERVAQVES • LA CROVTTE ET AVTRES LIEVX – Me DE CAMP • DVN REGt. DB
DRAGONS • DE SON NOM • REpte PAR • NOBLE • PERSne • IEAN • BAPTISTE
• DE BONNE • CHOSE • CVRE • DE • CE • LIEV ET • PAR
NOBLE • DAME • MARIE • BARBE • BEGAVD • EPOVSE • DE • Me CHARLES
LEBAS • CONSer • DV ROY RECEVEVR • DES • TAILLES • A LISIEVX
ANT • BOVRG TRESORIER.
IEAN AUBERT.

Le cimetière est ombragé par un bel if.
La paroisse de la Croupte dépendait de l’élection de Lisieux, sergenterie d’Orbec. Sa population était de 425 habitants (85 feux) ; elle est réduite aujourd’hui à 210.

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux – PIEL L.F.D.

121. – Le 20 mars 1093, reçurent la tonsure et les ordres mineurs :
– Jean Bottier, fils de François et de Marie Boullay, de St-Martin de la Croupte.

127. – Le 3 aoûl 1694, la nomination à la cure de St-Martin de la Croupte appartenant au seigr de Fervaques, a cause de son fief du Poirier, « haute et puissante dame Charlotte de Prye, vve de haut et puissant seigr, Mesre Noël de Bullion, chevr, seigr marquis de Gallardon, Bonnelles et autres lieux, conser du roy en ses conseils et d’honneur en son parlement, dame et patronne de Fervaques et autres terres, demeurant en son hostel, rue Platrière, parr. St-Eustache, à Paris, » nomme à lad. cure de la Croupte, vacante par la mort de Me
Michel Lebreton, pbfë, dernier titulaire, la personne de Me Pierre Rioult, pbfë du diocèse de Lx.
Le 9 oct. 1694, le seigr évêque donne aud. sr Rioult la collation dud. bénéfice.
Le 12 oc. 1694, le sr Rioult prend possession de la cure de la Croupte, en présence de plusieurs habitants de lad. parr.

203. – Le 6 avril 1694, furent autorisés à recevoir le sous-diaconat à Evreux.
Me Jean Pottier, acolyte de St-Martin de la Croupte.

4. – Le 21 sept. 1695, les diacres dont les noms suivent sont autorisés à recevoir la prêtrise à Bayeux.
– Jean Pottier, diacre de St-Martin de la Croupte.

448. -Le 20 sept. 1697, reçurent la tonsure et les ordres mineurs :
Etienne Leprevost, clerc tonsuré, fils de Pierre, et de Marguerite Emond, de la parr, de la Croupte, reçoit seulement les ordres mineurs.

505. – Le 17 sept. 1698, furent autorisés à recevoir le sous-diaconat à Evreux :
Etienne Leprevost, acolyte de la Croupte .

207. – Le 19 sept. 1699, furent ordonnés diacres :
Me Etienne Leprevost, sous-diacre de la parr. de la Croupte.

254. – Le 22 févr. 1700, vu l’attestation du sr Rioult, curé de la Croupte, et du sr Bellière, vicaire de N.-D.-de-Courson, dispense de bans pour le mariage entre François Langueneur et Anne Périaux.

406. – Le 13 sept. 1700, reçurent la prêtrise :
Me Etienne Leprevost, diacre de la parr, de la Croupte.

339. -Le 12 décembre 1701. – «Nous, Duchesse de la Motte, Mareschalle de France, gouvernante des enffants de France, surintendante de leurs maisons, ayant droit de nommer alternativement à la cure de la Croupte, estant à prit à mon tour ; avons par ces pntes nommé et pnté au bénéfice de la Croupte, pour en estre curé, la personne de Me Jean-Baptiste de Bonnechose, du diocèse de Lx, vacante parce que Me Pierre Rioult, curé dud. lieu, est curé d’une autre cure, pour en obtenir par luy de Bonnechose de monsieur l’evesque et comte de Lx, touttes provisions nécessaires. Fait à Versailles et signé : Louise de Prye, mareschalle de la Motte. »
Le 12 janvier 1702, « très-haute et très-puissante dame Madame Louise de Prye, veuve de très-hault et très-puissant seigneur Philippe de la Motte Houdancourt, vivant duc, parr et maral. de France, vice-roy de Catalogne, gouvernante des Enffants de France, surintendante de leurs Maisons, comtesse de Beaumont sur Oise, marquise de Fossaire, Thoussy et autres lieux, ayant droit de patronnage et nomination à la cure
de la Croupte, diocèse de Lx, alternativement avec M. de Bullion », nomme aud. bénéfice de la Croupte la personne de Me Jean-Baptiste de Bonnechose. Fait et passé en l’appartement de lad. dame, «au château de Versailles, le Roy y estant.»
Le 3 février 1702, Me Pierre Rioult, pbfë, curé de Fervaques et curé de St-Martin de la Croupte, reconnaît devant le notaire la démission qu’il avait donnée sous seing-privé, le 10 décembre dernier, de lad. cure de la Croupte, entre les mains de Madame la Maréchale de la Motte-Houdancourt, en partie dame et patronne de lad. parr.
Le 20 avril 1702, le seig. évêque donne aud. sr de Bonnechose, sous-diacre de la parr. de N.-D. de Fresnay, la collation de la cure de la Croupte.
Le 3 sept. 1702, Mre Jean-Baptiste de Bonnechose, Escr, sous-diacre, prend possession de la cure de la Croupte, en présence dud. Me Pierre Rioult, pbre, curé de Fervaques ; Mre Antoine Lelasseur, Escr, sr des
Guerrots, de la parr. de Fervaques ; Mre Daniel Gohier, Escr, sr de Verneuil, demeurant aussi à Fervaques.

797. – Le 7 av.il 1703, furent ordonnés diacres :
Me Jean-Baptiste de Bonnechose, sous-diacre, curé de la Croupte.

451. – Le 23 février 1705, vu l’attestation du sr de Bonnechose, curé de la Croupte, du sr Bellière, vicaire de N.-D.-de-Courson, et du sr Martin, vicaire de Fervaques, dispense de bans pour le mariage entre Martin Moulin et Barbe Vastine.

203. – Le 24 nov. 1706, vu l’attestation du s r de Droulin, curé de la Chapelle-Haute-Grue, et du sr Croisey, vicaire de la Croupte, dispense de bans pour le mariage entre Gratian Picquot et Anne Lestourney.

Curés. – M. Le Breton – P. Rioult – J.-B. de Bonnechose.
Vicaire. – Croisey.
Clercs. – J. Pottier – E. Leprevost.
Patron. Le seigneur de Fervaques . – C. de Prie – L. de Prie alternativement avec M. de Bullion.
Seigneurs. – F. Denis de Vauchel ou Vaussel.

203. – Le- 14 mars 1710, vu l’attestation du sr de Bonnechose, curé de la Croupte, dispense de bans pour le mariage entre Mathieu Prudhomme, sr de Bellefontaine, fils de feu François et de feue Marie Lebourgeois, bourgeois de Falaise et demeurant de présent à Magny-le-Freulle, d’une part, et damlle Marie de Bonenfant, fille de feu noble homme Georges de Bonenfant et de noble dame Anne de Neufville, de la parr, de St-Michel-de-Livet, veuve de Jean Le Prévost, sr de la Dangerie, demeurant depuis plusieurs années en la parr, de la Croupte. – Suit l’autorisation de célébrer le mariage en temps de carême.

578. – Le 26 novembre 1721, vu l’attestation du sr Levavasseur, vicaire de là Croupte, dispense de bans pour le mariage entre Robert Cudorge et Marguerite Lancelin.

526. – Le 15 mars 1722, titre clérical fait en faveur de Me François Pottier, acolyte de Fervaques, par Jean Pottier, laboureur, demeurant à la Croupte.

Curé. – J.-B. de Bonnechose.
Vicaire. – Levavasscu.
Notabilité. – M. de Bonenfant.

769. – Le 30 oct. 1729, reçurent la tonsure et les ordres mineurs à Lx, des mains de Mgr l’évêque de Boulogne :
Pierre Le Prévost, fils de Pierre et de Marie Camproger, de la parr, de Croupte.

1293. – Le 29 mars 1732, Pierre Prévost, sr des Vallées, laboureur, demeurant à St-Martin de la Croupte, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, Me Pierre Prévost, acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Fait à la Croupte, en présence de Mre Jean-Baptiste de Bonnechose, pbfë, curé du lieu, et plusieurs autres témoins.

1569. – Le 26 avril 1734, noble et discrète personne, Mre Jean-Baptiste de Bonnechose, pbrê, curé de St-Martin de la Croupte et pourvu de la cure de Prêtreville, remet lad. cure de la Croupte entre les mains de Mesre Auguste-Léon de Bullion, marquis de Bonnelles, seigr et patron de Fervaques, la Croupte et autres lieux, afin qu’il y soit pourvu par led. seigr de telle personne qu’il jugera bon.
Le 19 juin 1734, led. seigr nomme à ce bénéfice la personne de Me Gabriel Deschandeliers, pbrê de ce diocèse.
Le 26 juillet 1734, Mre Jean-Louis Le Chappelain, grand-pénitencier, et archidiacre de la Cathédrale, vicaire général du seig. évêque, donne aud. sr Deschandeliers la collation de lad. cure.
Le 2 août 1734, le sr Deschandeliers prend possession de la cure de la Croupte, en présence dud. sr de Bonnechose, curé de Prêtreville; Me Simon Leprêtre, pbrê de N.-D. de Courson ; Me Robert Cudorge, acolyte de lad. parr. de la Croupte, et autres témoins.

106. – Le 10 août 1735, Me Pierre Leprevost, diacre, originaire de la Croupte, pourvu en cour de Rome de la cure do Maumelle au diocèse de Chartres, se trouvant présentement à Lx « pour y faire son séminaire », donne sa procuration pour prendre en son nom possession dud. bénéfice.

486. – Le 4 juillet 1743, la nomination à la cure de St-Martin de la Croupte appartenant au seigr du lieu, haut et puissant seig. Mesre Auguste-Léon de Bullion, chev, marquis de Bonnelles, baron d’Auquainville, seigr et patron de Fervaques, Prestreville, La Croupte, St-Aubin-sur-Auquainville, et autres lieux, conser du roy en ses conseils, lieutenant général pour sa Majesté en la province de Guyenne, demeurant à Paris, en son hôtel, rue Neuve du Luxembourg, parr. Ste-Magdeleine de la Ville-l’ Evêque, étant présentement au château de Liancourt, diocèse de Beauvais, nomme à lad. cure de La Croupte, vacante par la mort de Me Gabriel Deschandelliers, dernier titulaire, la personne de Me Jean Buisson, pbrë de N.-D. de Courson, Me ès-arts en l’Université de Caen.

6. – Le 18 septembre 1743, le seigr évêque donne à Me Jean Buisson, pbrë, la collation de la cure de la Croupte à laquelle il a été nommé par Mre Auguste-Léon de Bullion, chevr, marquis de Bonnelles, et seigr patron de lad. parr. de la Croupte.
Le 24 sept 1743, led. sr Buisson prend possession dud. bénéfice, en présence de Me Pierre Férey, pbrë, curé de Fervaques, bachelier de Sorbonne et doyen de Livarot ; Me Nicolas Jobey, pbrë, desservant la parr. de la Croupte ; Jacques Ricquier, Esc, seigr de la Cauvinière et des Hayes, porte-manteau ordinaire du roy, demeurant à Lx, parr. St-Germain ; Me Nicolas Fautereau, intendant de mond. seigr marquis de Bonnelles, demeurant à Fervaques ; Me Jacques-Damien Ricquier, acolyte, et autres témoins.

83. – Le 26 févr. 1745, Me Jean Buisson, pbfê, curé de St-Martin de la Croupte, demeurant à N.-D. de Courson, « et depuis, curé de la pan’, de la Trinité du Mesnil-Josselin-en-Ouche, diocèse d’Evreux, dont il a esté pourvu en vertu de ses grades, » résigne purement et simplement led. bénéfice de la Croupte entre les mains de Mesre Auguste-Léon de Bullion, chevr, marquis de Bonnelles, baron d’Auquainville, seigr et patron de Fervaques, Prestreville, la Croupte, St-Aubin-sur-Auquainville, et autres lieux, conser du roy en ses conseils, lieutenant général de la province de Guyenne, demeurant en son hôtel, à Paris.
Fait et passé à Lx.
Le 29 mars 1745, led. sr Buisson renouvelle sa démission qu’il avait donnée le 26 février, « déclarant qu’il ne se démet dud. bénéfice-cure de la Croupte que pour posséder la cure de la Trinité du Mesnil-Josselin et qu’en conséquence de ses intentions il commença du jour d’hier à y faire sa résidence et à y exercer ses fonctions curiales dans le dessein de continuer. » Fait et passé à Lx.
Le 1er avril 1745, led. sr de Bullion, demeurant à Paris, rue Neuve de la Ville-l’Evèque, parr. Ste Magdeleine, nomme à la cure de la Croupte, ainsi vacante, la personne de Me Jacques Le Seigneur, pbrë de la parr. d’Orbec et curé de Surville, diocèse de Lx. Fait et passé à Paris, en l’hôtel dud. seigr.
Le 5 avril 1745, le seigr évêque de Lx donne aud. s r Le Seigneur la collation dud. bénéfice.
Le 6 avril 1745, le sr Le Seigneur prend possession de la cure de St-Martin de la Croupte, en présence de Me Pierre Duclos, vicaire de St-Aubin-de-Thenney, et autres témoins.

Curés. – J.-B. de Bonnechose – G. Deschandeliers – J. Buisson – J. Leseigneur..
Prêtre desservant. – N. Jobey.
Clercs. – R. Cudorge – P. Le Prévost.
Patron. – Le seigr du lieu. – A-L. de Bullion.

333. – Le 19 sept. 1752, dispense de bans pour le mariage entre Mre Louis-Nicolas-Richard Carrey, Escr, fils de feu Mesre Louis Carrey, Escr, sr du Buisson, chevau-léger de la garde, et de noble dame Gabrielle Dorothée de Morel, de la parr, de la Croupte, d’une part, et damlle Anne Gaillard, fille de Nicolas-Pierre Gaillard de St-Gilles, directeur des Aides en la ville d’Argentan, et de feue damlle Marie Le Roy.
Lad. damlle future, originaire de la ville de Niort, diocèse de Poitiers, demeurait depuis quatre ans en l’abbaye de Vignats, diocèse de Séez, et son père résidait en la parr. de St-Germain d’Argentan où se fit le mariage.

199. – Le 22 nov. 1753, Me Jacques Le Seigneur, pbfë, curé de la Croupte et depuis pourvu de la cure de Fervaques, résigne purement et simplement led. bénéfice de Fervaques entre les mains de Messire Auguste-
Léon de Bullion, chevr, marquis de Bonnelles et de Gallardon, seigr de Fervaques, Cheffreville, La Croupte et autres lieux. Fait et passé au manoir presbytéral de La Croupte où réside led. sr Le Seigneur.
Le 1 er déc. 1753, led. seigr de Bonnelles nomme à lad. cure de Fervaques, ainsi vacante, la personne de Me Yves-Jacques Bodeau, pbrê du diocèse de Lx. Fait et passé à Paris, en l’hôtel dud. seigr.
Le 10 déc. 1753, Mre Gérard, vicaire-général du seigr évoque, donne aud. sr Bodeau la collation dud. bénéfice.
Le lendemain, le sr Bodeau prend possession de la cure de Fervaques, en présence de Me Jean Férey, pbfë, desservant lad. pafr. ; Me Nicolas Sautereau, intendant dud. marquis de Bonnelles ; Nicolas Pain, capitaine des chasses dud. seigr.; Me Guy-François Bardel, chirurgien-juré; Jean Réauté, commis du greffe d’Auquainville; Me Jacques-Charles Muteau, greffier et receveur du seigr de Bonnelles et autres témoins.

183. – Le 26 janv. 1756, Me Jacques Le Seigneur, pbrë, curé de St-Martin de la Croupte, se trouvant infirme, résigne purement et simplement sad. cure entre les mains de haut et puissant seigr Auguste-Léon de Bullion, chevr, marquis de Bonnelles et de Galardon, baron d’Auquainville, châtelain du Coudrey, seigr du Bullion, les Bordes, Esclimont, St-Symphorien, Pruney, Bleure, Montlouet, Bailleau, Ecrosnes, Serqueuses, Fervaques, Prêtreville, Chefreville, la Croupte, St-Aubin et autres lieux, conser du roy en ses Conseils, lieutenant général pour Sa Majesté en sa province de Guyenne et patron dud. bénéfice de la Croupte. Fait et passé au manoir presbytéral dud. lieu de la Croupte.
Le 4 févr. 1756, led. seigr de Bonnelles, demeurant à Paris en son hôtel, rue Neuve du Luxembourg, parr, de la Madeleine de la Ville l’Evêque, nomme à lad. cure de la Croupte, ainsi vacante, la personne de Me François Lefront, pbfë du diocèse de Lx (originaire des Moutiers-Hubert). Fait et passé en l’hôtel dud. seigr.
Le 20 févr. 1756, le seigr évoque donne aud. sr Lefront la collation dud. bénéfice.
Le lendemain, le sr Lefront (1) prend possession de la cure de la Croupte, en présence de Me Jacques Leseigneur, ci-devant curé de ce lieu et y demeurant encore ; Me Nicolas-Ursin-Gabriel Guilliotin, pbre, curé des Moutiers-Hubert, et autres témoins.
(1) Mr Fr. Lefront se trouvait encore à la Croupte en 1791. Le 13 février de cette année était le jour fixé pour qu’il prêtât serment a la Constitution civile du clergé. Il jura de se soumettre à l’assemblée nationale en matière civile et politique ; mais il excepta formellement tout ce qui touchait à la religion catholique et à l’autorité du pape et des évêques. Ces restrictions n’ayant pas été admises, il fut destitué et remplacé par Mr Andrieu, prêtre assermenté de Lisieux. M. Lefront se retira à St-Mardi-de-Fresne. En l’an III, il fut découvert, arrêté et condamné à la réclusion. On l’enferma à Evreux, à la maison réservée aux prêtres réfractaires avancés en âge. Il va sans dire que ses biens furent confisqués. Après la Révolution il retourna a sa paroisse de la Croupie et y mourut vers 1804.

15. – Le 27 nov. 1758, dispense de bans pour le mariage entre François Bourgogne, fils majeur d’Antoine, de la pair, de la Croupte, d’une part, et noble damlle Louise-Catherine Doucet, fille majeure de feu Louis-Michel Doucet, Escr, sr de Vaubénard, et de feue noble dame Françoise-Placide Langlois, de la parr, de Guerquesalles, et demeurant depuis temps de droit en la parr. d’Orbec.

177. – Le 6 août 1767, dispense de bans pour le mariage entre Charles Dossin, chirurgien, fils de Jean et de Catherine Burel, demeurant depuis plusieurs années en la pair, de Tordouet, d’une part, et Marie-Anne Prévost, fille de Pierre et veuve de Guillaume Germaine, originaire de la Croupte et demeurant depuis temps de droit en lad. parr. de Tordouet.

Curés.- Jq Leseigneur – F.Lefront.
Patron. – Le seigneur du lieu. – A.-L. de Bullion.
Seigneurs. – F. Bourgogne – L. Carrcy du Buisson – L.-N.-R. Carrey.

103. – Le G avril 1786, reçurent les ordres mineurs:
Pierre-Jean Cudorge, clerc delà parr, de la Croupte.

103. – Le 7 avril 1787, (samedi saint), furent ordonnés sous-diacres:
Pierre-Jean Cudorge, acolyte de St-Martin de la Croupte.

133. – Le 2 mars 1787, Jean-Pierre Cudorge, marchand-laboureur, demeurant à la Croupte, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, le sr Pierre-Jean Cudorge de la Fontaine, acolyte, afin qu il puisse parvenir aux ordres sacrés. Fait et passé en la maison de la Germainerie par le ministère de M Michel-Nicolas Jacquette, notaire à Auquainville, résidant à Fervaques.
Led. sr acolyte, étant alors au grand séminaire de Lx, fut représenté dans cet acte par Me François Lefront, curé de la Croupte.

Le 22 mars 1788, – Acolytes de diocèses étrangers qui, rite dimissi, reçurent le sous-diaconat à Lx:
Pierre-Jean Cudorge, de la parr. de St-Martin de la Croupte.

Curé. – F. Lefront.
Clerc. – J n-P. Cudorge.

Archives du Calvados

1590, 28 octobre – Acquisition par haut et puissant seigneur Guillaume de Hautemer, chevalier de l’ordre du Roy, capitaine des cinquante homme d’armes de ses ordonnances comte de Grancey, baron de Sollonge, Villiers, Fervaques, le Fournet, la Crouptes et le Verger, absent, stipullé par Claude de Louvyères, escuier, sieur du Parc, d’une pièce de terre. = A.D. 14. 74 F 22.

1590, 28 octobre – Acquisition par haut et puissant seigneur Guillaume de Hautemer, chevalier de l’ordre du Roy, capitaine des cinquante homme d’armes de ses ordonnances comte de Grancey, baron de Sollonge, Villiers, Fervaques, le Fournet, la Crouptes et le Verger, absent, stipullé par Claude de Louvyères, escuier, sieur du Parc, d’une pièce de terre.= A.D. 14. 74 F 22.

1623 – Aveu à Emar de Prye (Aymar de Prie), chevalier, marquis de Toussy, au droit de Louise de Haultemer, son époux, marquis de Plasne, seigneur de Fervaques, Prêtreville, Cheffreville, etc. par Guillaume de Resville, pour lui et Pierre son frère, pour terre paroisse de la Croupte, tenue de la seigneurie de Fervaques. = AD. Calvados. Série H. Suppl. Hôpital de Honfleur 1867.- H. 149

1662 – La Croupte – Vente par Jean Le Proux, de La Croupte, à Jean Le Prévost, de ladite paroisse de terre audit lieu, tenue de la seigneurie de Fervaques.= AD. Calvados – Série H. Suppl. Honfleur 1862, H. 144

1704 – Fervaques – Vente par Jean et Philippe Le Prévost, fils de jean, héritiers de Marie Doisnard (Douesnard), leur mère demeurant, ledit Jean, à la Croupte, et ledit Philippe à Villers-sur-Mer, à Pierre Le Marchand, marchand à La Croupte, de maison à Fervaques.= AD. Calvados – Série H. Suppl. Honfleur 1862, H. 144

1709 – La Croupte – Inventaire, de la réquisition de Marie de Bonnenfant, veuve de Jean Le Prévost, sieur de La Daugerie, de Jean et Philippe, fils dudit défunt, ledit Philippe demeurant à Honfleur, à la Croupte, village de La Daugerie, en la maison dudit défunt, des meubles, effets, titres,, lettres et écritures; vente desdits meubles.= AD. Calvados – Série H. Suppl. Honfleur 1862, H. 144

1723 – Cernay – Déclaration à Auguste-Léon de Bullion, chevalier, marquis de Bonnelles, colonel d’un régiment de dragons, seigneur de Fervaques, Prêtreville, Cheffreville, La Croupte, Saint-Aubin, etc., par Philippe Le Prévost, fils Jean, bourgeois de Honfleur en sa noble seigneurie des Castelets, de terres à Cernay, affermée devant Pierre Hébert, procureur fiscal en la haute-justice de Fauguernon, sénéchal, assisté de François Le Front, greffier. = AD. Calvados – Série H. Suppl. Honfleur 1862, H. 144

Promenade dans le canton d’Orbec-en-Auge – R.GUIBLAIS.
Autrefois, La Croupte appartenait au canton de Fervaques, elle fut rattachée à celui d’Orbec par arrêté du 6 brumaire de l’an X ( 29-10-1801).
La Croupte doit son nom à des carrières forts anciennes que désigne le terme latin « Crupta ».

Insinuations

Description de l’église du 28 août 1854.

Description de la cloche
1723 – Monseigneur Auguste, Léon de Bullion, marquis de Bonnelles et seigneur de Fervacques, la Croutte et autres lieux, Maréchal de Camp d’un Régiment de Dragons de son nom, représenté par Noble Personne Jean Baptiste de Bonnechose, curé de ce lieu et par Noble Dame Marie Barbe Bégard, épouse de Messire Charles Le Bas conseiller du Roy, receveur des tailles à Lisieux………bourg. Trésorier.
Jean Aubert

La paroisse de la Croutte était comprise dans le plein fief de haubert de Fervaques, membre de la baronnie de Ferrière (Voir Ferrière – Aveu de 1604)

Dans la recherche de 1524 aucun gentilhomme n’est mentionné comme habitant la paroisse de la Croutte.

3 – Archives ShL:

Par devant Robert Prestot et Etienne Fromyn, tabellions au siège d’Auquainville, Pierre Leprévost, receveur de la paroisse et seigneur de La Croupte, vend et transporte à François Lescurey, de Tordouet, 1 écu 5 sols ts. de rente. Témoins: Claude Cudorge, bourgeois de Fervaques et Bonaventure Vastine, de Courson.
Arch. SHL, Parchemin.

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE LIVAROT – 14.

Election de Lisieux, sergenterie d’Orbec 85 feux

Sous l’invocation de St Martin
Patronage:
14e Petrus Coquaigne
16e et 18e Dominus loci

Curé:
le Front 1756-1787.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *