CROISSANVILLE – 14




NOTES sur CROISSANVILLE – 14

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de, « Statistique routière de Caen à Evreux et à Pacy par Lisieux. Première partie. Statistique routière de Caen à Lisieux », AAN, 1849, pp. 1-29, ill.

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 444.

DUPRE Philippe, Les industriels du Calvados et la vapeur 1749-1865 dans De l’hydraulique à la vapeur – XVIII-XIX e siècles, Cahier des Annales de Normandie, n° 5, Caen, 1993, pp. 35-124, ill.
Daugé à Croissanville

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 1153.

GOY Robert, « Essai pour un complément à la Statistique monumentale concernant la commune de Croissanville », PAR, 30, N° 4, Avril 1980, pp. 25-30, ill.
Famille de Pontaudemer (« Le dernier de ce nom à Croissanville fût très probablement Robert de Pontaudemer qui refusa de se soumettre aux Anglais et se vit retirer en 1418 par le roi Henri V son manoir du Quesnay et Glatigny »), Généalogie de la famille de Bailleul. dont François de Bailleul « es levé page de nostre grande escurie auquel succéda Jacques de Bailleul, chevalier, sieur de Cressenville(Croissanville), le Quesnay, Glatigny, Coquainvilliers, Perreux et autres lieux qui a servi plusieurs années en Flandre, choisi en 1674par la noblesse de la vicomté de Caen pour capitaine et commander ladite noblesse pour s’opposer et empescher les descentes que les ennemis de cet Estat avaient dessein de faire ». Vue de l’ancien château de Croissanville. Collégiale.

GUILMETH Auguste, Notices sur diverses localités du département du Calvados – Bourg de Mézidon, Rouen, Berdalle La Pommeraye, s.d., In-8°, 48 p.

LANGLOIS André et al., Mézidon-Canon et ses environs. Vie et images du passé, s.l.s.d. (Ville de Mézidon, Imp. Maury, 1991), 20.5×27.5, 156 p., ill. couv. ill.

Voir :
Bellengreville
Annuaire Normand 1849 p.21 – 1865 p.538
Antiquaires de Normandie XII p.9. 70
Bulletin Monumental 1866 p.22

2 – Pièces Justificatives:

Mémoire pour les XI municipalités de Méry, Croissanville, Bissières, Magny- le-Freule, Canteloup, Héritot, St-Ouen-le-Mesnil-Oger, Rupierre, St-Pierre-du-Jonquet, Cléville, assemblées en l’église de Méry le 31 octobre 1790 – A ce qu’il plaise à l’Assemblée nationale les distraire du district de Pont- L’Evêque, et les annexer au district de Caen, les distraire également du district de Crève-Coeur, et leur accorder un canton dont le chef-lieu soit l’église et bourg de Méry , Caen, In-4, 5 p.
= B.M. Pont-Audemer)

An IV, 21 messidor (1796, 7 août) – Crévecoeur
Procès-verbaux des visites des moulins du canton de Crévecoeur :
Croissanville : Charpentier meunier, 2 tournants
(A.D. Calvados – L Administration IV Police 41)

1835. – archives SHL.
1F865 : 1835 : Croissanville : circonscription vicieuse.
= plan du secteur.

Carnets de Charles VASSEUR : « Analyses et transcriptions … » 1er fascicule
p. 62 – 1670, 30 mai
Aveu au Roy, par Pierre de Cauvigny, sieur de Bernières et du Breuil, d’un demi fief de haubert relevant de la vicomté de Falaise, lui appartenant par acquisition de Philippe de Bonenfant, écuyer, sieur de Magny-le-Freusle, assis en ladite paroisse, et s’étendant sur Quattrepuits, Croissanville, Cesny aux Vignes, Percy et environs, domaine fieffé et non fieffé (240 acres) et 400 acres de prés, marais submergés, etc.

L’an 947 sous Richard Ier, l’armée du Roy de Danemark allié des Normands, campée à Croissanville et le Roi de France Louis près de Corbon sur le Dive ; Aigrold le Danois le somme se rendre le duché de Normandie.

Insinuations

3 septembre 1360 mourut Pierre de Vilaine évêque de Bayeux où il prit possession le jour de Pâques 1351.
En 1355 il ratifia la fondation de l’église paroissiale de Croissanville près Caen, en église collégiale, ce qui avait été accordé par Clément VI à Jean de Pont Audemer, seigneur de cette paroisse et d’Avenay. La fondation était pour 6 chanoines, dont deux étaient dignitaires, savoir : un trésorier et un chantre. (Lange

Château à gauche de la route.
Eglise érigée en collégiale par le pape Clément VI dont la bulle est datée du 28 février 1352, confirmant la fondation que fit alors Jean de Pont Audemer, seigneur de Croissanville et d’Avenay. Il y avait un trésorier, un chantre et 4 chanoines.
C’est sur ce territoire que le Roi de France, Louis d’Outremer, fut fait prisonnier et son armée détruite en 945.
(de CAUMONT – Statistique routière).

Découverte de médailles romaines à Croissanville (Bulletin Monumental 1863 p.313)

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
Carnets de Charles Vasseur : “Paroisses Hors Evêché de Lisieux »

DOYENNE DE :

Election de Caen, sergenterie d’Argences
48 feux

Bailleul, seigneur de Croissanville vers 1770

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *