REVEILLON




NOTES sur REVEILLON

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

L’église de Réveillon est un peu plus importante que celle de Tôtes, dont nous avons parlé et dont elle est voisine, sans être pourtant intéressante. La façade occidentale de la nef et le chevet du choeur offrent : la première, une porte cintrée surmontée d’une fenêtre cintrée, subdivisée en deux baies en forme de lancette sans colonnes ; le second (le chevet), une fenêtre pareille à la précédente. Ces fenêtres me paraissent, à Réveillon, pouvoir remonter au commencement du XIVe siècle. Des contreforts garnissent la façade.
La plupart des fenêtres de la nef et du choeur ont été repercées et sont carrées; il n’en reste plus que deux en forme de lancettes-meurtrières, du côté du nord. La tour en bois, couverte d’ardoises, est entre choeur et nef. Deux petits autels, appliqués sur les murs nord et sud, se trouvent à l’entrée du choeur. L’église est voûtée en bois.
Une sacristie moderne masque une partie du chevet.
L’église est sous l’invocation de saint Loup. La cure était à la nomination de l’abbaye du Bec.
Réveillon faisait partie de la sergenterie de Montpinçon, de l’élection d’Argentan et du diocèse de Séez.
On y comptait 42 feux.

2 – Pièces Justificatives:

1520, (n.st.), 12 mars – Lisieux
Jehan et Olivier Leproux renoncent à une action en justice intentée par eux entre eux et feu Jehan Rochon, curé de Vaudeloges et Jehan Le Valloys, en son vivant bourgeois de Lisieux.
= = Arch. SHL. 9F Deville. A. Minute papier, 2 ff.

1718
Aveu de Nicolas Le Vallois, écuyer, sieur de Saint-Léonard et de Vaudeloges.
= AD Orne. H 4374.

1820, 21 mars – Fervaques
L.A.S. de H. de Formeville à A. de CAUMONT – 21 mars 1820 (concernant la voie romaine de Lisieux au Pré d’Auge, la Boissière, Fervaques, Vaudeloges… »voie convertie dans presque toute la longueur en chemin vicinal qui porte le nom de chemin des Aniers »,
=: A.D. du Calvados, 83 F 705 (Relevé par Ch. MANEUVRIER  » Sources manuscrites  » dans le Fonds des Antiq. de Normandie)

14729.3 REVEILLON – Réveillon. Cf. Vaudeloges
CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome III, page 592.

1710, 22 juillet – La Chapelle-Haute-Grue
Le 22 juillet 1710, Messire Réné-François Gautier, diacre, demeurant à saint-Georges-des-Authieux, pourvu de la Chapelle-Haute-Grue prend possession de ce bénéfice, en présence de Messire Philippe Bertheaume, prêtre, curé de Réveillon, diocèse de Séez; Me Marin Billon, prêtre desservant ladite paroissse de la Chapelle; Gratian Gondouin, acolyte, et autres habitants dudit lieu.
= abbé PIEL, Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien diocèse de Lisieux, t. II, p. 51, N° 300.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *