MANERBE



Notes sur MANERBE – 14398

1 – Bibliographie
2 – Terre et Château de Manerbe
3 – Références Historiques.
4 – Fonds SHL.
5 – Sources manuscrites.
6 – Pèlerinage de Sainte Appoline.
7 – Carnets de Charles Vasseur

1 – BIBLIOGRAPHIE :

(en ce qui concerne la poterie, il est utile de consulter le dossier Céramique).

ANQUETIL A., Le Livre Rouge de l’Evêché de Bayeux – Manuscrit du XV° siècle. Publié pour la première fois avec introduction et Tables, Bayeux, Tueboeuf, 2 vol. 1908-1909 et 1911, In-8°, XXXIV-408 et IX-413, t. II, p. 321

BORDEAUX Raymond, « Sur la poterie de Manerbe, Calvados. XVI°-XVII° siècles », BM, XIV, 1848, pp. 629-636

BOURRIENNE abbé, « Le dénombrement du Temporel de l’Eveschié de Bayeux (1460) », Baiocana, 2, 1910, pp. 3-15; 49-56; 145-154
Honneur de Manerbe: pp. 147-148

BORDEAUX Raymond, « Sur la poterie de Manerbe, Calvados. XVI°-XVII° siècles », BM, XIV, 1848, pp. 629-636

CAUMONT Arcisse de, « De Caen à Bernay. Par monts et par vaux », AAN, 30, 1864, pp. 111-165; p. 128

CHAPPET Alain : Avec ceux de Lisieux et alentours dans les Armées de premier Empire ; BSHL N°55, Décembre 2003 (Humbert de MOLARD)

COLIN-GOGUEL Florence, « Les potiers et tuiliers de Manerbe et du Pré-d’Auge », Ann. de Norm., 25, juin 1975, pp. 99-116

COLLEVILLE, Monographie communale de Manerbe, Ms. 1885, 40 p.
= Arch. Départ. du Calvados, Br. 9441

DEVILLE Etienne, « Devis pour la construction du chœur de l’église de Manerbe », BSHL, N° 23, 1918, p. 12
DEVILLE Etienne « L’art de la terre à Manerbe et au Pré d’Auge » Eveil de Lisieux « , 29 mars 1919
DEVILLE Etienne, « A propos de l’Exposition des Arts appliqués de Caen. L’Art de terre à Manerbe et au Pré d’Auge ». Journal de Rouen, 13 octobre 1922
DEVILLE Etienne, « La construction du chœur de l’église de Manerbe (1513-1514) », Journal de Rouen, 4 décembre 1922
DEVILLE Etienne, « L’art de terre à Manerbe et au Pré d’Auge », L’Echo Républicain, 12 et 19 janvier et 2 février 1935

D’HAUSSY E, « L’art de la céramique en Basse-Normandie », PAR, 16, N° 3, Mars 1966, pp. 3-8

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 236.

Explication des ouvrages de Peinture, aquarelle, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Musée de Lisieux, le 11 juin 1841 – Prix 10 centimes, Indicateur des expositions de peinture et de l’Industrie, à Lisieux, 1841, Lisieux, Imp. de J.-J. Pigeon, Imprimeur de la Société d’Emulation, 1841; p. 33. 18, LEGRIP, jeune, fabricant de poterie à Manerbe. Une soupière et un réchaud

GOGUEL Florence : Les potiers et tuiliers du Pré d’Auge et de Manerbe. Mémoire de maîtrise 1971-1973. Archives SHL.

GONCALVES Jeanne : Son et lumière église de Manerbe. BSHL n°41 mai 1998.

LE COURT Henry, Le Château de Manerbe in La Normandie Monumentale et Pittoresque, Le Havre, 1894; réédit. Corlet, t. II, pp. 256-257, ill.
+ IND.: notes sur la céramique – Le Pré d’Auge et les Borel originaires d’Espagne ?

LEMAITRE Claude : Quelques notes de céramique augeronne. Bulletin du Foyer rural du Billot, n°97, mars 2007

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE. Serv. dep. d’Archéologie 1999. pages 144, 303, 393, 395, 397.

MONTIER A., Les épis du Pré-d’Auge et de Manerbe, Paris, 1904

MORIERE Jules, « Industrie potière dans le département du Calvados (Pré d’Auge, Manerbe, Lisieux, Saint-Pierre-Canivet, Caen) », AAN, 16 -1850, session générale tenue à Pont-l’Evêque, pp. 17-39

NEDELEC Yves : un peu de documentation sur Manerbe (Château, famille Handjéri, Argentel et ses propriétaires) Voir Archives SHL NE26
NEDELEC Yves : la famille Desbordeaux et le lieu Bordeaux à Manerbe. Voir Archives SHL NE26 Archives SHL « Lieux L à R, Manerbe »

NORTIER Michel, Contribution à l’étude de la population en Normandie au bas moyen âge (XIVe-XVIe siècles). Inventaire des rôles de fouage et d’aide. Sixième série: Rôles de fouage paroissiaux de 1518 à 1533 dans Répertoire périodique de documentation normande, N° 14; « , Cahiers Léopold Delisle, XXXIX, 1990, pp. 1-127; N° 451.

PANNIER Arthème : voir Archives SHL, NE12, 2e carton.

PELLERIN Henri, « Les chapelles de Manerbe », PAR, 22, N° 7, Juillet 1972, pp.

RAULT Fernand, Les « Petites écoles » de Cambremer et de Manerbe au XVIIIe siècle, Communication SHL, 28 décembre 1967
RAULT Fernand, « L’art de la céramique au Pré-d’Auge et à Manerbe », PAR, 22, N° 9, Septembre 1972, pp. 9-16

SEYDOUX Philippe, Châteaux du Pays d’Auge et du Bessin, s.l. (Paris), Edit. de la Morande, s.d. (1985), 15 x 22, 96 p. ill. couv. ill.

THIRON Denis : La production de céramique dans la région lexovienne. BSHL n° 45, décembre 1999.

Notes Ch. VASSEUR : MANERBE – Dossier bleu Bib: AAN, 1864, pp. 124-128
canons du château
CAF 1848, p. 91

MSAN, XXIII, p. 1, col? 2

-Catalogue du Musée de Rouen, 1868, p. 60, n° 111
-Catalogue de SHLx., 1874, p. 47
Extraits, pp. 78-82

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
(1) Notes de M. Ch. Vasseur.
Manerbe, Manerbia.
Bien que limitrophe de la banlieue de Lisieux, cette paroisse en a toujours été séparée, soit pour la juridiction civile, soit pour la juridiction spirituelle. Ainsi, quant à la première, elle était comprise dans l’élection de Pont L’évêque, sergenterie de Cambremer; pour la seconde elle dépendait du diocèse de Bayeux, dans le doyenné ou exemption de Cambremer, composé de huit paroisses enclavées de toutes parts dans les terres dépendantes de l’évêché de Lisieux.
Au XVIIIe. siècle, Manerbe avait 3 feux privilégiés et 110 feux taillables. Aussi l’église est-elle assez importante.
Elle se compose d’un choeur et d’une nef, bâtis à la fin du XVI. siècle. Le portail regarde la route. La porte est une arcade surbaissée qui pose sur deux pieds-droits semblables à de petits contreforts triangulaires. Au-dessus est une niche moderne. Les vantaux ne datent que du règne de Louis XIV, mais ils sont ornés de guirlandes en relief et d’arabesques sculptées.
Un contrefort soutient l’angle du sud de ce portail. Le nord est contre butté par une tour carrée, bâtie dans l’alignement du portail, élevée de quatre étages, avec contreforts sur les angles. Elle est percée, à différentes hauteurs, d’ouvertures variées : à l’ouest, une fenêtre ogivale subdivisée par un meneau; au nord, une fenêtre ogivale plus étroite, subtrilobée.
Son couronnement est une pyramide en charpente mince et élancée, ajourée, sur chacune de ses faces, d’une série de petites arcatures trilobées. Le mur latéral de la nef, à la suite de la tour, est soutenu par deux contreforts et éclairé par deux fenêtres ogivales : l’une, de belle dimension, avec deux meneaux ; l’autre, moins élevée, avec un seul meneau.
Le mur du sud, qui a un plus grand développement, puisqu’il occupe l’espace correspondant à la tour, est flanqué de trois contreforts et percé de trois fenêtres ogivales, à peu près aussi larges que hautes, avec tracerie formée de deux rangs de quatre-feuilles à pétales lancéolés que soutiennent deux meneaux.
Le choeur est légèrement en retraite sur la nef. Il se termine par un chevet pentagonal avec contreforts sur les angles et présentait, dans ses deux murs latéraux, un parallélisme complet avant la construction d’une sacristie adhérente à son flanc méridional. Un seul contrefort de ce côté, deux au nord, le soutiennent. Le jour arrive à l’intérieur par quatre fenêtres placées régulièrement. Les pans du chevet étaient également percés de fenêtres, maintenant en partie bouchées. Celle de l’orient, plus élégante, plus large, subdivisée par trois meneaux avec une belle tracerie, est totalement fermée, probablement depuis l’établissement du haut retable de l’autel. Une porte à arc surbaissé sert d’entrée dans le choeur, du côté du nord.
L’intérieur n’offre qu’un intérêt secondaire. Les voûtes sont en merrain, avec charpentes apparentes. Le sous-faîte est orné de rosaces, quatre-feuilles, croix fleuronnées et culs-de-lampe ou pendentifs sculptés d’un blason porté par un ange.
L’arc triomphal est ogival, chargé de moulures prismatiques.
Au haut de la nef, dans le mur du sud, est une piscine en accolade.
Le mobilier est ordinaire. Le maître-autel date du règne de Louis XIV. Le tableau qui occupe le centre du retable est signé: C.de Fontenay, avec la date 1684. A droite et à gauche de l’autel sont des panneaux qui représentent des bouquets de fleurs remarquablement peints. On lit au-dessous: B. Daubin, 1698. Aux fenêtres sont quelques fragments de vitraux de la Renaissance : on peut encore y distinguer une sainte Barbe, avec la date 1525, une Mère-de-Douleur, etc.
Sur l’un des deux petits autels étaient placés des candélabres en bois sculpté, style Louis XV, qui venaient de l’abbaye du Val-Richer.
Le choeur était pavé d’inscriptions tumulaires. L’une d’elles, gravée sur pierre, est encore en partie lisible.


LE (corps de Me.)
F(rançois Lefor)T
VIVANT P(res)TRE
CVRE DE CE LIEV
PENDANT 12 ANS
LEQVEL DECEDA LE
22 AVRIL 1731
AAGE DE 73 ANS.
PRIES POVR LE REPOS
DE SON AME
ET A ÉTÉ FONDE POVR
LUY PAR Me HENRY
LEFORT SON FRAIRE
DEVX SERVICES ET
DOVZE MESSES PAR
AN PAR CONTRAT
PASSE A CAMBREMER
DEVANT THOREL
TABELION LE SEPT
MARS 1732
REQVIESCAT
IN PACE.

Plus loin est une plaque de fonte, de 1 pied carré, sur laquelle on lit :


ICY EST INHVME MAISTRE
JACQVES BOVFAR PBRE
EN SON VIVANT CHAPE
LLAIN DE LA CHARITE
DE MANERBE LE SAMEDI
NEVFVIESME IOVR DE
MARS MIL SIX CENS
SOIXANTE ET QVINZE.

Dans le bas de la nef sont deux confessionnaux grossièrement assemblés, mais qui sont composés de fragments de hauts retables en bois du XVII.siècle. Ils se composent chacun de quatre panneaux sculptés de compartiments flamboyants, séparés l’un de l’autre par un petit contrefort ou potelet couvert d’imbrications, torsades, entrelacs et autres motifs variés. Sur ces panneaux s’appuie un dais, terminé par une petite galerie flamboyante découpée à jour.
Des peintures ornaient les pleins de ces dais : sur l’un, les sujets sont encore visibles. Aux deux extrémités sont des anges semant des fleurs; au centre trônent le Père-Éternel et le Christ.
La cloche de Manerbe est intéressante par l’inscription qui la couvre; elle a été fondue par un artiste de renom, Jean Aubert, de Lisieux.
1702. MESre IACQVES PIERRE DE BOREL CHer SEIGr ET PATRON CHATELAIN DE LHONNEVR DE LA HAVTE ET BASSE MANERBE CONer DV ROY GRAND MAISTRE GNal DES EAVS ET FOREST DV DVCHE DE LONGVEVILLE ET CONTEE DE TANCARVILLE ET GOVRNAY ET NOBLE DAME ANNE DE MONCHY SON ÉPOVSE MONT DONNEE ET NOMMEE JEAN.
Comme on le voit par cette inscription, le patronage appartenait au seigneur; mais il devait, à chaque mutation présenter trois sujets, tous originaires du diocèse de Bayeux, parmi lesquels l’évêque faisait son choix.
II a aussi existé à Manerbe un personnat; il était supprimé à la fin du XVIIIe. siècle. Le titre, ainsi que les revenus, en avaient été affectés aux Lazaristes, qui, à ce droit, percevaient les grosses dîmes de la paroisse. ( Voyez l’abbé Expilly, Dict. des Gaules et de la France, 7 vol. in-fa.)

Château.
— Le château de Manerbe, voisin de l’église, a été démoli en 1853. Le plan primitif était un corps principal élevé d’un étage sur le rez-de-chaussée, disposé de manière à former deux ailes. En avant, à droite et à gauche, se trouvaient deux autres bâtiments, faisant deux autres ailes séparées; le tout, construit en pierres de taille disposées en chaînages et en briques, datait du règne de Louis XIV, de l’an 1669. La moitié du corps principal avait disparu depuis longtemps déjà. Le reste était décoré assez richement. Le pavage se composait de carreaux en faïence aux vives couleurs, aux dessins géométriques. Deux des salles du premier étage avaient leurs lambris peints en camaïeu. Dans l’une, on voyait des sujets tirés de l’antiquité, comme l’incendie de Troie et la suite de l’histoire. L’autre, plus splendide, était
tendue de toiles peintes avec art. Chaque pan représentait un vase d’un dessin et d’une ornementation fort riches, d’une élégance exquise. Les panneaux bas du lambris offraient une série de charmants paysages. Les portes aussi avaient leur décoration polychrome. Tout était harmonieux et heureusement combiné.
A la place de ces restes du bon goût de nos pères, qu’il était possible de restaurer, le propriétaire, M. de Baglion, a fait construire une bâtisse éminemment bourgeoise et étriquée, écrasée par le haut style des communs, qui ont seuls trouvé grâce et sont conservés.
Le fief de Manerbe était un des grands-fiefs de Normandie et fut possédé par de puissantes familles. Un acte d’accord passé à l’Échiquier de Caen, la deuxième année du règne du roi Jean (12 mars 1202), nous fait connaître un Jean de Manerbe et son frère Robert.
Dix ans après, la terre était passée à Adam Servain, dont les descendants la possédaient encore en 1347.
En 1463, lors de la recherche de Montfaut, deux gentilshommes habitaient la paroisse : Pierre de Borel et Martin Brun.
La recherche faite par les Élus de Lisieux, en 1540, y trouva un autre membre de la famille de Borel (François de Borel, qualifié seigneur de Manerbe); un Guillaume de Brezay ou Bressey ; un Robert Rosée, sieur, en partie, dudit lieu de Manerbe, et, enfin, Guillaume Vipart, de la maison de Drumare. On voit par là que la terre de Manerbe fut divisée, ce qui jette un peu de confusion dans l’indication des différentes familles qui l’ont successivement possédée. On peut suivre celle de Borel depuis 1463 jusqu’à 1713, que l’on trouve messire Jean-Louis-Henri de Borel, chevalier, seigneur de Manerbe, donnant à fiefe un pièce de terre, et même jusqu’à l’année 1762, que mourut Pierre-François-Thomas de Borel, comte de Manerbe, gouverneur et châtelain des ville et château de Touques, en Normandie, etc.
Il est probable qu’alors toute la terre se trouvait dans les mains de la même famille, puisqu’on 1702, d’après l’inscription de La cloche, acte évidemment authentique, un autre Borel se titre seigneur et patron châtelain de l’Honneur de la haute et basse Manerbe. Cependant Expilly écrit, en 1751 : »Les héritiers de feu N. Girard Servain, chevalier, tenaient noblement, par hommage de la baronnie de Cambremer, la noble tenure nommée l’Honneur de Manerbe, dont le chef est assis dans la paroisse de ce nom. Le tenant est obligé de faire quarante jours de garde au châtel de Neuilly, appartenant à l’évêque de Baveux, quand il en est sommé en temps de guerre. De l’Honneur de Manerbe relèvent six fiefs nobles situés dans les paroisses voisines ».

Après les Borel, Manerbe est tombée aux mains de la famille Hébert, qui possédait déjà le Prédauge, paroisse voisine; on trouve, à la date de 1759, messire Pierre-Claude Hébert de Manerbe, écuyer, seigneur châtelain de Manerbe et autres lieux. Bien qu’il ait retenu cette qualification honorifique, M. Hébert avait vendu, deux ans auparavant, la terre de Manerbe à M. Jacques-Étienne Deshayes, écuyer, conseiller secrétaire du Roi, à Honfleur. Ce dernier n’eut qu’un fils, qui, lui-même, ne laissa pour enfant qu’une fille, mariée à M.Brochet de Vérigny. Cette dame eut deux filles, dont l’aînée, Mme. de La Roche-Macé, obtint en partage la terre de Manerbe qu’elle vendit, en 1833, à M. de Baglion de La Dufferie, dont le fils vient, à son tour, de l’aliéner.
Après le château, je ne connais, sur le territoire de Manerbe, aucune demeure féodale.

Médaille romaine.
— Un cultivateur de Manerbe m’apporta à Caen, il y a vingt ans, une magnifique médaille d’or,
trouvée, en labourant un champ, sur le territoire de Manerbe, et me demanda quel en était le prix. Cette médaille était si fraîche qu’elle semblait sortir du coin ; elle portait au revers l’inscription : QUINQUENNALES POSTUMII. Prévoyant qu’elle devait valoir plus que le poids
à l’ouvrage de Mionnet pour faire une réponse précise, j’engageai la personne à revenir dans quelques jours; mais je ne l’ai pas revue. Je le regrette d’autant plus pour elle, qu’elle aura vendu peut-être pour 25 ou 30 fr., cette pièce qui est cotée 90 fr. dans l’ouvrage de Mionnet.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Terre et Château de Manerbe :

– FORMEVILLE, I, dxxxv
Vente faite le 28 mars 1833 par Me. Marier Clemence Brochet de Vérigny, épouse séparée de biens de M. Bernardin Maurice de la Roche-Macé, propriétaire demeurant à Nantes, place Louis XCVI, Hôtel de Brie.

à M. Jacques Bertrand François de Baglion de la Dufflerie, propriétaire demeurant à son château de Saint-Aubin-de-Scellon (Eure) la terre et château de Manerbe située en la commune du même nom, arrondissement de Pont-l’Evêque moins la ferme du Lieu Paris, dont Mme de Manerbe grand-mère maternelle de Mme de la Roche Macé avait l’usufruit et cette dernière la nue-propriété.

Cette terre se compose :

1° d’un château, cour d’honneur, jardin, bâtiments :
2° de la ferme de Martigny
3° d’un moulin à blé avec cour plantée et jardin
4° d’une forge de maréchal-ferrant et plusieurs petites boutiques
5° de la ferme de la Duhannerie
6° de la grande cour, dite cour du château avec le pré y attenant
7° de la cour Mirey
8° d’une pépinière de pommiers d’un petit clos occupé par le desservant de l’église succursale de Manerbe
9° d’un petit pré, dit le Pré Sec, faisant partie de la retenue du château
10° de deux herbages connus sous le nom de Grand et Petit Herbage avec les près, bâtiments et jardins en dépendant
Enfin, de divers bois taillis.

Tout ce qui est vendu contient environ 188 hectares 77 ares 32 centiares.
La présente vente a été faite moyennant la somme de….

Etablissement de propriété

Les immeubles ci-dessus appartenaient originairement à M. Jacques Estienne Deshayes, écuyer, conseiller secrétaire du Roy, demeurant à Honfleur, qui les avait acquis de M. Pierre Claude Hébert domicilié à Paris, suivant contrat passé à Paris le 25 novembre 1757. Depuis, ils ont subi quelques changements et modifications

M. Jean Philippe Deshayes de Manerbe qui a demeuré à Manerbe et à Paris en a hérité comme seul fils dudit sieur Jacques Estienne Deshayes. Il a laissé pour seule héritière Mme Jeanne Louise Clementine Deshayes de Manerbe sa fille, épouse de M. Anne Felix Bereochet de Vérigny.

Madame de Manerbe, mère de Mme de Vérigny avait renoncé à la succession de son mari par acte passé au greffe du tribunal civil de la Seine le 18 prairial…

Mme de Vérigny est morte à Châteauroux où elle demeurait, le 29 mai 1817. Elle a laissé deux héritières, Mme de la Roche-Macé et Melle de Vérigny ses filles.

Cette dame avait légué à son mari tout ce dont la loi lui permettait de disposer ; mais M. de Vérigny étant mort au château de Balagny le 21 octobre 1825 et ayant laissé les mêmes héritières, il a été procédé au partage des deux successions le 14 juin 1826, devant Me. Boursier, notaire à Paris. Il en résulte que la terre de Manerbe a été dévolue en entier à Mme de la Roche-Macé ce partage a été ratifié par M. de la Roche-Macé suivant acté passé devant le même notaire le 14 janvier 1827.

(Extrait des minutes de Me. Daufresne, Notaire à Lisieux – Arthème Pannier – Copie de Ch. Vasseur)

– Notes Ch. VASSEUR :

La ROQUE :
Les échiquiers des années 1344, 1366, 1371, 1385, 1390 et 1391 font mention de Guillaume et Girard le Servain chevaliers, seigneurs de Manerbe, de Guillaume et Jean le Servain, escuyers et de damoiselle Collette de Montfaut femme de ce dernier ; de Messire Robert le Servain, chevalier seigneur de saint Paer qui eut pour fille Marguerite Le Servain qui épousa Jean de Meullent. Elle portait de gueules à une bande de vair que les puînés brisaient les uns de 6 roses ou 6 coquilles d’or, les autres de deux lions de semblable émail.

Jean de Manerbe (de Manerbis circa 1200 – MSAN, XXIII, p. 1

Le Pontif est sur Coquainvilliers suivant un Rôle de tailles du XVIIIe siècle (oh7)

En 1785, il appartenait à Mre. Guilles René Guillaume de Mauduit, chevalier (77 h 2)

Pierre Mauduit écuyer, sieur du Pontif – 20 juin 1671 (98 h 2)

Suivant un reçu de treizième en marge d’un contrat du 1er avril 1607, alors la terre du Pontif appartenait à Damoiselle Catherine Bohiert Vve de Me. Grégoire de laz Pierre, vivant sieur du Pontif. (74 h 5)

cf EXPILLY
Poteries de Manerbe : Merveilles de la Céramique, 3eme partie, pp. 13-19

Antiquité de la fabrication : Industrie potière dans le calvados, AAN, 1850, pp. 31 -32

cf. DU MOULIN : Messire Guillaume Servain de S. Pair – de gueules à une bande de vair à 6 coquilles (Catalogue des seigneurs qui suivirent Robert à Jérusalem).

Dans le dossier, il y a une enveloppe avec deux photos de plaques carrés, semble-t-il de terre cuite, portant un buste en ronde bosse, l’une de la Vierge et l’autre du Christ

3 – références historiques :

1200 :
Les juges de l’Echiquier de Normandie règlent une contestation entre Jean de Manerbe et Robert Le Moine, frères, sur des biens à Lisieux et Manerbe. Voir « Xe au XVe Siècles », BUON X.

1486-1781 – Formentin, Manerbe, Notre-Dame-de-Courson
– Le Lièvre à Caen, Cahagnolles, Formentin, Manerbe, Notre-Dame-de-Courson, Saint-Martin-de-Mailloc; Saint-Cornier-des-Landes, Orne
AD 14 2E 551 (8 p.)

1529, samedi 29 mai – Le Pré-d’Auge, Meulles
Noble homme Claude Le Louveulx, seigneur de La Lozière et de Soussay et maistre Guillaume Le Louveulx, seigneur de Formentin, vendent à noble homme Robert de La Rivière, seigneur du Pré-d’Auge, le fief, terre et seigneurie de l’Epée, sise au Pré-d’Auge et paroisses de Manerbe, Saint-Désir, La Boissière et Saint-Ouen-le Pain, moyennant 1300 livres ts. en principal, et dix écus d’or de vin. Passé à Lisieux, en l’Hostellerie du Beuf. Le même jour, les frère Le Louveulx achètent le fief de Lyvet, à Meulles.
= Arch. SHL. 9F. Deville. B. Copie dossier Achats de fiefs.

1530, 31 juillet – Le Pré-d’Auge
Echange entre Jehan Borel, écuyer, seigneur du fief, terre et seigneurie de Manerbe, et Robert Rouzée, écuyer, du fief de l’Espée au Pré-d’Auge, contre le fief du Bais, à Cambremer.
= Arch. SHL. 9F. Deville. B. Copie dossier Achats de fiefs.

1530, 1er août – Le Pré-d’Auge
Union du fief de l’Epée à la terre et seigneurie du Pré-d’Auge consentie par le seigneur de Manerbe en faveur de Robert de La Rivière, seigneur du Pré-d’Auge.
= Arch. SHL. 9F. Deville. A. Dossier Le Pré-d’Auge. Pap. 2 ff.

1532, 25 septembre – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant maître Alain Dutertre et Guillaume Defeure, tabellions pour le siège de Moyaux, Pierre Desjardins, de Courtonne-la-Meurdrac, prend à fieffe et à rente de Me Christophe Le Boctey, chapelain de Saint-Eustache de Manerbe, demeurant à Villers, une pièce de terre contenant 2 acres, à Courtonne-la-Meurdrac, moyennant 10 sols de rente. Témoins Robert Regnault et Henry Houlley.
= Arch. SHL. Analyse Et. Deville. Parch.
Voir archives SHL 1F397

1535, 22 juin – Le Pré-d’Auge
Accord entre Jehan Paynel le jeune de la paroisse du Pré-d’Auge, se faisant fort pour Robin Vitet, de la paroisse de Manerbe, d’une part, et François Duhan, de Manerbe, au sujet de certaines rentes.
= Arch. SHL. 9F. Deville. A. Dossier Le Pré-d’Auge. Pap.

1564 – Manerbe
A tous ceux qui ces pntes. lettres verront ou orront, Jehan Bréart garde du scel aux obligations de la vicomté d’Auge, Salut. Scavoir faisons que par devant maistre Robert guerout, avocat et guillaume mercier (?) tabellions royaulx en lad. viconte au siège du PontLevesque fut pnt maistre Charles levesque demeurant en la paroisse de manerbe lequel a la requeste et instance… de…. stipullant pour Robert Vymont bourg. de Lisieux a… volontairement a recongneu a son faict et signe qui est le second fait (?)… en ung effet en pappier demeure par devers led guerout pour en faire registre le contenu ensuit. Du descordz et proces pred. aux ples de Rouen (?) pour acquetz … nous Robert Vymont…tant sur les biens de noble homme Jacques borel esc. sr. de la chesnaye heritier… damoiselle sa femme de deffunct …guery… en son vivant esc. sr. du lieu d’une part et maistre charles levesque garant appele
= AD 14. 2E 653

1571, 5 mai – Manerbe
Jehan LOGRES, tuilier de la tuilerie du Val-Richer, s’engage envers Charles LEVESQUE, receveur et fermier de la seigneurie de Manerbe, par noble homme Joachim GOSSELIN seigneur de Martigny et de Manerbe, à fournir vingt vingt milliers de tuile pour couvrir la maison, naguère édifiée par led. Gosselin en sa seigneurie de Manerbe. Il devait fournir 18.000 tuiles du grand moule et 2000 du petit moule, ces dernières plombées par les bouts, moitié de vert, moitié de rouge. Cette fourniture faite moyennant cent livres tournois. Ledit LOGRES s’oblige en outre fournir en plus tous les festiers et corniers nécessaires à cette couverture.

= Arch. SHL. 9F Deville. B. 3. Dossier Manerbe.

1529, samedi 29 mai – Le Pré-d’Auge, Meulles
Noble homme Claude Le Louveulx, seigneur de La Lozière et de Soussay et maistre Guillaume Le Louveulx, seigneur de Formentin, vendent à noble homme Robert de La Rivière, seigneur du Pré-d’Auge, le fief, terre et seigneurie de l’Epée, sise au Pré-d’Auge et paroisses de Manerbe, Saint-Désir, La Boissière et saint-Ouen-le Pain, moyennant 1300 livres ts. en principal, et dix écus d’or de vin. Passé à Lisieux, en l’Hostellerie du Beuf. Le même jour, les frère Le Louveulx achètent le fief de Lyvet, à Meulles.
= Arch. SHL. 9F. Deville. B. 3. Copie dossier Achats de fiefs.

1530, 31 juillet – Le Pré-d’Auge
Echange entre Jehan Borel, écuyer, seigneur du fief, terre et seigneurie de Manerbe, et Robert Rouzée, écuyer, du fief de l’Espée au Pré-d’Auge, contre le fief du Bais, à Cambremer.
= Arch. SHL. 9F. Deville. B. 3. Copie dossier Achats de fiefs.

1530, 1er août – Le Pré-d’Auge
-Union du fief de l’Epée à la terre et seigneurie du Pré-d’Auge consentie par le seigneur de Manerbe en faveur de Robert de La Rivière, seigneur du Pré-d’Auge.
= Arch. SHL. 9F. Deville. A. Dossier Le Pré-d’Auge. Pap. 2 ff.

1535, 22 juin – Le Pré-d’Auge
Accord entre Jehan Paynel le jeune de la paroisse du Pré-d’Auge, se faisant fort pour Robin Vitet, de la paroisse de Manerbe, d’une part, et François Duhan, de Manerbe, au sujet de certaines rentes.
= Arch. SHL. 9F. Deville. A. Dossier Le Pré-d’Auge. Pap.

1564 – Manerbe
A tous ceux qui ces pntes. lettres verront ou orront, Jehan Bréart garde du scel aux obligations de la vicomté d’Auge, Salut. Scavoir faisons que par devant maistre Robert Guerout, avocat et Guillaume Mercier (?) tabellions royaulx en lad. viconte au siège du Pont-Levesque fut pnt maistre Charles Levesque demeurant en la paroisse de Manerbe lequel a la requeste et instance… de…. stipullant pour Robert Vymont bourg. de Lisieux a… volontairement a reconnu a son faict et signe qui est le second fait (?)… en ung effet en papier demeure par devers led guerout pour en faire registre le contenu ensuit. Du descordz et proces pred. aux ples de Rouen (?) pour acquetz … nous Robert Vymont…tant sur les biens de noble homme Jacques borel esc. sr. de la chesnaye héritier… damoiselle sa femme de deffunct …guery… en son vivant esc. sr. du lieu d’une part et maistre charles levesque garant appele
= AD 14. 2E 653

1571, Samedi 5 mai – Le Pré-d’Auge
Fut présent Jehan LOGRES, fils Andrieu, thuilier demeurant en la thuillerye de Val-Richer, lequel vend et promet fournyr, rendre et livrer, dessécher sur le four de lad. thuillerye dedans la Saint-Michel prochain venant à honneste homme Me Charles Levesque de la paroisse de Manerbe, présent achapteur pour et en nom de noble homme Joachim Gosselin, seigneur de Martigny et de Manerbe, duquel il est recepveur fermyer ne lad. seigneurie de MANERBE, le nombre de vingt milliers de thuille fournir bonne marchandise et loïalle, assavoir dix huit milliers du grand moulle et deux milliers du petit moulle; lesquels deux milles seront plombés par les boutz, moictié de vert, et aultre moitié de rouge, selon le poultrt et devys par led. seigneur faict faire et baillé aud. Logres. Ceste vente faite dud. nombre de vingt milliers de thuille, par le prix et somme de cent livres tournois, sur quoy par forme davance, led. Logres confesse avoir eu et receu dud. Levesque vint livres tournois, dont il s’est tenu et tient pour et a bien content. Et l’outreplus et reste montant) quatre vingtz livres tournois, icelluy Levesque gaige et promect paier aud. Logres ainsy que lad. livrée de thuille se faira, qui sera prinse et levée par led. Levesque ainsy qu’il sera advertypar icelluy Logres, de la cuisson d’icelle. Et pour ce que icelluy Logres disoit lad. thuille estre pour couvrir la maison naguère faict édiffier par led. seigneur en sad. seigneurie de Manerbe. S’il esconvenoit mpoins de thuille à lad. couverture, led. vendeur demeurera deschargé de l’exedent; et par le moïen de lad. vente et sans augmentation de prix, le vendeur promect bailler, fournir et livrer, oultre la fourniture de lad. thuille, tous les festiers et cormiers qu’il esconviendra pour lad. couverture de maison faire. Et a ce tenir, en obligèrent tous leurs biens et héritages présens et à venir. Passé à Lisieux, à l’escriptoire, présent Jacques Morin, fils Robert, d’Ouilly le Vicomte et hamon Le Roullier de Coquainvillier, tesmoings
Carrey.
= Arch. SHL. 9F Deville. B. 3 Dossier Manerbe.

1589.- Manerbe
Actes concernant Leliepvre, à Manerbe
= AD 14. F 5608. 2 pièces. Legs Engelhard (1935)

1596 – 29 septembre – Manerbe
A tous ceuls qui ces Lettres verront ou orront, Isaac Lamoureux, ecr. sieur des Rosiers, et garde du scel aux obligations de la viconté d’Auge pour le Roy nostre sire et Monsieur le duc de montpensier pair de France propriétaire de lad. viconté salut. Scabvoir faisons que par devant marin mocque et robert deshaies tabellions Royaulx en lad. viconté pour le siège et sergenterie de Cambremer fut prnt. Jehan de valsemey de la paroisse de Manerbe pour luy stipulant et faisant fort pour ses freres absennts promettant qu’ils auront pour agréable et leur fe. ratifier toutes fois et quantes… sommes et requis en sca Lequel volontairement vend affin d’heritages tant pour luy que pour ses hoirs ou ayants cause A noble homme Jehan borel sieur de la Valette de lad. paroisse eschevin recpveur de la charité dicelle paroisse pnt. acquisiteur pour Lad. charité eschevin ou representant ayant cause c’est a scavoir la somme de troys escus sol quarante sols du prix de soixante sols leves de rente en charge yppothèque que led. vendeur a prntement levees et consignees
= AD.14. 2E 653 ?

1600, 4 mars – Lisieux
Jehan Lehéricher, fils et héritier de Robert Lehericher, de la paroisse de Formentin, y demeurant, confesse et reconnaît avoir vendu à Alexis Barbas, marchand tanneur demeurant paroisse Saint-Germain, une maison consistant en une petite cave, une boutique avec la chambre et le grenier, le tout, l’un sur l’autre, et situé dans l’enclos de cette ville, paroisse Saint-Germain, au devant de la Halle au blé, bornée d’un côté par la rue de la Halle, laquelle maison, led. Lehéricher l’avait acquise de Robert Girart, tenue de la Comté de Lisieux en la faisance de demi livre de poivre à la recette d’icelle comté, moyennant 318 livres tournois.
Passé en la maison de Robert Levasseur, en présence de Claude Legrand, marchand tanneur, de Lisieux, et Pierre Grip, aussi tanneur, de la paroisse de Manerbe.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Minute, 2 ff.

1614-1674 – Manerbe, Pont-l’Evêque, Saint-Hymer
Famille Le Cousteur
AD 14 2E 516 – (4 pièces)

1616, 4 mars – Ouilly-le-Vicomte, Lisieux
Pascal Carrey, de la paroisse de Manerbe, à l’instance de Jean Cambremer, fils Jacques, demeurant en la paroisse de Coquainvilliers, consent et accorde aud. Cambremer, la jouissance, sa vie durant de deux pièces de terre en herbage, sises à Coquainvilliers, que led. Cambremer avait ci-devant données aud. Carrey, par contrat du 27 janvier 1615.
Passé avant midi, en la paroisse d’Ouillie-le-Vicomtel, en la maison de noble homme maître Marin Le Bourgeois, peintre et valet de chambre du roi. Témoins: Ursin Labey et Guillaume Ruffin, demeurant à Ouillie.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Papier, 2 ff.

1618 Manerbe
Archives SHL : 1F606 : 1618 : familles Bordeaux et Desbordeaux – 9 pièces -¬Manerbe.

1631 – Le Pré-d’Auge, Manerbe
 » On fait en Normandie des verres de toutes sortes en la forest de Lyons et près de Saint-Lô; de la poterie en beaucoup de Lisieux et à Manerbe, près Lysieux, des vaisselles de terre qui ne cèdent, en beauté et en artifice à celles qu’on nous apporte de Venise »
= Gabriel Du Moulin.- Histoire de Normandie, Rouen, Osmont, 1631

1633 Manerbe
ARCHIVES SHL 1F130 : 1633 : Jean Le Héricher vend à Jean Regnault le jeune¬ fils de Jacques de Manerbe.

1660-1708.- Manerbe
Actes divers concernant les familles de Serre (épouse de Mauduit), Borel de Manerbe.
= AD 14 – Fonds LE COURT – F 5083 (30 pièces)

1663, Samedi 23 juin –
A Pont-l’Evêque, devant Jean Borel, écuyer, seigneur et châtelain de Manerbe, conseiller du roi, lieutenant général, civil et criminel de M. le bailli de Rouen, en la vicomté d’Auge, à l’instance du procureur du roi et diligence de damoiselle Marie de Corneille, veuve de deffunt Guillaume Ballan, se sont réunis Jean d’Escarville, écuyer, Jacques Bougand, écuyer, Louis Duchemin, avocat, Samuel Legrand, chirurgien, Jean Bougand, escuier, Tanneguy Bougand, docteur en médecine, Pierre Postel, tabellion royal, Pierre Corneille, écuyer, sieur de Douville, Thomas Corneille, écuyer, sieur de l’Isle, tous deux représentés par leur procureur, Mitres Pierre Corneille, bourgeoois de Rouen; pour nommer un tuteur à Marie Ballan, fille mineure de Marie Corneille et Guillaume Ballan. La mère est nommée tuteur et s’engage à faire dresser un inventaire des biens meubles et écritures provenant de la sucession. Le tout devr être vendu et le produit partagé entre les deux soeurs Marie-Madeleine et Marie.
= Arch. 9 FB – 6 – Familles. Notes ms. Et. DEVILLE.

1689 – Manerbe
Famille Haes (1 pièce)
AD 14 2E 383 –

1694, 1719. 1737-1754 – Manerbe
Testament et acte de sépulture du comte de Manerbe: donation de Marie, duchesse d’Orléans à sa mère, Anne de Mouchy; testament d’Anne de Mochy. Dossier concernant sa soeur, Marie-Elisabeth de Borel, veuve de Jean-Claude Costard, sieur de Hotot.
= AD 14. 77 F 429

1713-1766 – Danestal, Manerbe
Famille Lepec
= AS 14 2E 589 (9 p.)
1729. septembre
Archives SHL : 1F594 : 22 septembre 1729 : Manerbe, tutelle enfants Conard.

1729. septembre
Archives SHL : 1F594 : 22 septembre 1729 : Manerbe, tutelle enfants Conard.

1731. Archives SHL
1F646 : 1731… : Famille Conard de Manerbe.

1735, 19 février – Formentin
Pierre Miocque, fils Jacques, demeurant en ma paroisse de Formentin, vend à Messire Adrien de Lambert, chevalier, seigneur de Formentin et autres lieux, conseiller de grande Fhambre en parlement de Normandie, demeurant à Rouen, rue de la Seille, paroisse de Sainte-Croix Saint-Ouen étant maintenant en son château de Formentin, une ferme nommée le Lieu Fossier, consistant en quatre pièces de terre à Formentin et à Manerbe, moyennant 2386 livres.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Dossier Formentin – Minute, papier, 6ff.

1738-1741 – Manerbe
Pièces concernant le comte de Manerbe antérieures à son mariage (brevet royal lui accordant un logement à Paris, succession de Jaimont, son domestique)
= AD 14. 77 F 427

1744 – Archives SHL.
1F387 : 22 juillet 1744 : Anne Cherfils veuve de Charles Munier ¬paroisse St Germain reconnaît avoir reçu de Louis Bordeaux de¬ Manerbe la somme de 7 livres 17 sols.

1750 – Archives SHL.
1F370 : 14 janvier 1750 : Jacques Philippe Vitet de La Rocque¬ Baignard reconnaît avoir reçu de Pierre Legrip de Manerbe la somme de 142 livres pour frais de procédure.

1F371 : 14 janvier 1750 : Jacques Philippe Vitet de La Rocque¬ Baignard et Pierre Legrip de Manerbe s’arrangent entre eux pour¬ la succession de Jean Legrip.

1750 – Manerbe
Pièces concernant Henriette-Marie-Joséphine épouse de Pirerre-Thomas-François Borel, comte de Manerbe: Contrat de mariage, extraits de registres
= AD 14. 77 F 426

1752, 26 avril – Manerbe
Inhumation de Guillaume, fils Montroussel, potier.
= E. Colleville.- Notice historique sur Manerbe, Arch. SHL. 9F Deville. B. 3. Dossier Manerbe

1762 – Manerbe
Procuration donnée par le comte de Manerbe à sa femme.
= AD 14. 77 F 428

1763 – Manerbe
Extrait du registre des baptêmes de la paroisse de Manerbe ce qui suit:
Le onze septembre mil sept cents quarante six, a été par nous, vicaire de Manerbe soussigné, baptisé le fils né d’hier du légitime mariage d’Antoine Coquerel et de Marie Dalgot son épouse, lequel a été nommé Joseph par Joseph Coquerel de La Pommerais assisté de Marie-Anne David ses parrain et marraine. Signez C. Lebreton, Joseph Coquerel avec la marque de la marine.
Lequel extrait entièrement conforme à l’original a été délivré par nous soussigné curé dudit lieu ce six février mil sept cents soixante trois.
B. Thorel
C. de Manerbe
– AD 14, 2E 162 –

1782 – Manerbe
M. Pierre-Nicolas Boissey, avocat, fieffe à Jean Houel, potier au Pré-d’Auge, 24 acres 1/2 des ventes.
= RAULT Fernand, Le quartier des Ventes, à Manerbe, Communication SHL, 28 septembre 1976

An II – Manerbe
Registre du Comité de Surveillance.
= AD 14 L. Comités de Surveillance 14.

An III – An IX – Le Pré-d’Auge
Pièces diverses relatives à une maison et un jardin, sur le bord de la route nationale de Lisieux à Caen, ayant appartenu à Jean-Baptiste Fleury, demeurant à Manerbe.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Dossier Le Pré-d’Auge. Parch. 3 p. Pap. 7 p.

an IX-1811 – Amayé sur-Orne, Manerbe, Saint-Ouen-le-Pin
Famille Valette
= AD 14 2E 941 (4 p.)

1824, 8 décembre – Manerbe
 » Délibération du Conseil municipal à l’effet de reconnaître les chemins vicinaux de la commune. Le Conseil en reconnaît 6 d’utiles:
« … 6° Le chemin partant de la limite de Coquainvilliers au bout du grand herbage de M. de Vérigny au levant faisant le tour des Champs Satis arrivant au calvaire du bout de la Grande pièce de M. de Vérigny de aller rendre en droite ligne au chemin du bout de la pièce de Pierre Pouchin, tournant sur la gauche arrivant au chemin vicinal de Lisieux à Bonnebosq au coin de la cour de la Viparderie. Ce chemin est d’une grande utilité pour la commune pour tirer les boissons pour le quai du Breuil sur la largeur de 15 à 20 pieds ».
 » D’après ce qui précède, en 1824, la Touques était navigable jusqu’à Touques: il y avait un quai à Pierrefitte dont on voit encore l’emplacement ».
= E. Colleville.- Notice historique sur Manerbe, (c. 1913), Arch. SHL. 9F Deville. B. 3. Dossier Manerbe

1833 : voir FORMEVILLE en 2 – Terre et Château de Manerbe.

1841 – Manerbe
 » 18, LEGRIP, jeune, fabricant de poterie à Manerbe. Une soupière et un réchaud

dans : Explication des ouvrages de Peinture, aquarelle, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Musée de Lisieux, le 11 juin 1841 – Prix 10 centimes, Indicateur des expositions de peinture et de l’Industrie, à Lisieux, 1841, Lisieux, Imp. de J.-J. Pigeon, Imprimeur de la Société d’Emulation, 1841, p. 33.

1843. – archives SHL
1F586 : 1843 à 1846 : Bazin, Ozout, (Manerbe).

c. 1913 – Manerbe
 » Il existait à Manerbe une importante fabrique de poterie qui prit naissance dans le XIVe siècle et qui eut son épanouissement au XVIe et XVIIe siècles. Il est bien indiscutable que c’est à Manerbe, et non au Pré-d’Auge, que se fabriquaient ces vases merveilleux que l’on a décoré souvent du nom du célèbre saintongeois Bernard Palissy, et ces épis d’une dimension si remarquable, et qui décoraient les faîtes, les lucarnes et les pignons de nos châteaux et manoirs.
 » Gabriel Dumoulin, curé de Menneval, près Bernay, au diocèse de Lisieux, vers 1630, dans son Histoire de Normandie, les comparait aux produits de l’industrieuse Venise; il dit: « On fait à Manerbe, près Lysieux, des vaisselles de terre, qui ne cèdent en beauté et en artifice, à celle qu’on nous apporte de Venise ».
 » Ces artistes, qui créèrent et exécutèrent ces épis dit M. Potier, ancien conservateur de la Bibliothèque et du Musée d’Antiquités de Rouen, avaient assez d’habileté pour imiter même à s’y méprendre, les oeuvres du maître Saintongeois, et pour en inventer au besoin de nouvelles ».
L’un des plus beaux épis sortis de Manerbe, et qui couronnait le faîte du manoir de la Vigannerie, à Ponfol. Ce magnifique épi est décrit dans le 4e volume de la Statistique monumentale de M. de Caumont, qui en offre un charmant dessin, représentait un vase élégant de forme allongée, garni dans la partie supérieure de têtes de lion reliées par des draperies; des têtes semblables, mais sans draperies, décorent la partie inférieure du vase, qui est monté sur un gracieux piédestal, dont les trois faces sont ornées de têtes d’ange en haut relief, entourées d’une collerette en forme de coquille, et sur les angles, des consoles terminées par une tête d’animal. De la partie supérieure du vase s’élancent quatre tiges qui se terminent par des têtes d’artichaut, la tige est surmontée d’une pomme sur laquelle est posé un pélican qui se saigne pour nourrir ses petits. Les couleurs dominantes de la couverte métallique, sont le bleu, le vert et le jaune, qui ont conservé tout leur éclat.
« Toutes les pièces qui composaient ces épis, étaient creuses, posées les unes sur les autres, et maintenues par une longue tige en fer placée au centre.
 » Du goulot du vase, sortait un gracieux bouquet composé de fleurs et de fruits du pays parmi lesquels on distingue des poires et des pommes et le lis de nos jardins (Lilius candidum). Charles VASSEUR.
 » Outre l’épi dont parle Charles Vasseur, il en existe un autre au château de Manerbe, dans une de ses salles, il fut découvert vers 1863 par Charles Téxier, Membre de l’Institut, il est un peu plus petit que celui de Pontfol, au lieu d’un pélican c’est un pigeon qui le surmonte.
 » Il en existe aussi plusieurs au Musée des Antiquités de Rouen.
 » En 1870, le prince Handjéry ayant fait exécuter des travaux dans les greniers des communs, j’ai trouvé les restes d’un épi, malheureusement trop peu nombreux pour le reconstituer; il y a principalement une tête d’ange entourée d’une collerette, une pomme, des fragments de draperie émaillés bleu et jaune pâle, des fragments de moulure et corniche avec denticules provenant d’un piédestal quadrangulaire, et un morceau de col du vase émaillé en vert; ces différents morceaux sont d’un fini très remarquable.
 » On veut copier actuellement pour les chalets normands que l’on construit sur les plages du littoral de prétendus épis de la fabrique de Manerbe ou du Pré-d’Auge; quand on a vu ceux que je viens de décrire, ils sont simplement affreux.
 » Lors de la construction du Grand Trianon, à Versailles, les vases et les carreaux qui ornaient ce palais, provenaient des fabriques de Lisieux (C’est-à-dire de Manerbe ou le Pré-d’Auge (Arthur Mangin.- Histoire des jardins anciens et modernes Tours, Mame, 1887, p. 194.)
 » Les potiers ne faisaient pas seulement des épis; on peut voir dans l’église de saint-Ouen-le-Paingt, un groupe en terre cuite représentant Ste Anne instruisant la Ste Vierge, groupe ayant environ 1 mètre de haut sortant sûrement de la même fabrique et provenant de l’église du Val-Richer, démolie en 1802. Ainsi que la Vierge dite à Brou dont l’ai parlé plus haut (Page 21:  » On voit encore une bonne vierge sur le chemin gaulois de Bonnebosq à Lisieux, près le Lieu Boessay; elle est en poterie émaillée de la fabrique de Manerbe, elle date de la bonne époque, c’est-à-dire du XVIe ou XVIIe siècle; malheureusement un peu mutilée, mal réparée et badigeonnée d’une couche de blanc d’Espagne).
 » La fabrique de Manerbe s’était transportée au Pré-d’Auge ce qui est naturel, cette commune possédant une grande étendue de terrain renfermant de la terre propre à cette fabrication, mais l’art s’était tellement abâtardi, que les derniers potiers ne trouvaient plus à se débarrasser de leurs produits, qui d’ailleurs étaient devenus informes. Depuis 1880, il ne reste plus un seul four à potier, ni un ouvrier.
« On fabriquait à Manerbe, de la vaisselle de cuisine, dont la faïence ordinaire actuelle n’approche pas comme légèreté et finesse d’après les fragments que j’ai pu recueillir près le village de la Closetterie; en tas au pied d’une haie avec des restes de terre à:pot apportée sûrement à cet endroit ce qui donne à penser que cette fabrique se trouvait dans ce village ou dans les environs. Non loin de là se trouve le hameau aux Fiquets, actuellement démoli qui avait de très anciennes maisons, qui auraient pu servir de demeures aux ouvriers potiers. On trouve dans les actes des baptêmes, mariages et inhumation de la paroisse, à la date du 26 avril 1652, l’inhumation de Guillaume Fiquet dit Montroussel, potier, ce qui confirmerait une légende disant qu’un seigneur de Manerbe avait ramené les premiers ouvriers potiers d’Italie en revenant des croisades et que à l’origine la seigneurie de Manerbe se trouvait à la Closetterie. Ce n’est qu’une légende, mais elle est très vraisemblable.
 » Le point sur lequel il convient d’insister, c’est que ce n’est pas au Pré-d’Auge, mais bien à Manerbe, au plus tard vers le XIVe siècle que cette fabrication a pris naissance. Gabriel Dumoulin aurait aussi bien écrit le Pré-d’Auge comme Manerbe. Le Pré-d’Auge s’est associé à Manerbe et a produit à la fin du 17e siècle des choses remarquables soit, mais déjà c’était l’industrie s’associant à l’art et finissant par mourir dans le marasme, faute d’ouvriers intelligents et de perfectionnements dans l’outillage, en s’encroûtant de plus en plus dans la routine.
 » Il faut admirer ces ouvriers, sans instruction, qui avec leurs seuls doigts, car on remarque encore les empreintes sur leurs ouvrages, arrivaient à produire ces chefs-d’œuvre que, actuellement avec un outillage perfectionné, et une instruction bien supérieure, on arrive à peine à surpasser. »

= E. Colleville.- Notice historique sur Manerbe, Arch. SHL. 9F Deville. B. 3. Dossier Manerbe

4 – Fonds SHL :

FONDS 1F : voir dans références historiques.

FONDS DEVILLE :

voir carton COMMUNES C. et M.
– Manerbe : Construction du chœur de l’église : 1513-1514
– 1561 procès
– 1571 fourniture de tuiles
– Notes sur l’origine de la commune, l’église, l’Ancien Régime, les biens nationaux, l’époque révolutionnaire…. jusque 1832.

Voir carton 9 FB. 3.
– Environs de Lisieux.
– Manerbe

FONDS COTTIN M.
-11 FA – 1 – Fonds Hébert, Manerbe

FONDS STURLER :
43 G Manoir Manerbe août 68
ext 2 pellicules
int 3 pellicules

– FONDS VASSEUR : (travail en cours, voir ce fonds)
Carnet « Analyses et transcriptions … »
– HH 3 Parchemins et papiers provenant de la maison située à l’angle de la rue de la Vache autrefois MANOIR DE GRIEU

– p.138 – 12 juin 1679
Sentence rendue au PONT-L’EVESQUE par Jean BOREL, escuyer, seigneur et chastelain de MANERBE entre :- Gabriel du CHAPELET sieur de SAINT-LAURENT et Nicolas de COLARRON détenus prisonniers
HH 1 Parchemins trouvés chez le brocanteur, intéressant pour la plupart le fief du BREUIL-SUR-DIVES et la famille de FRANCQUEVILLE

– p. 73 – 12 octobre 1695
Vente faite par Pierre LORGNE à Noble Dame Marie DESCORCHES, veuve de
feu Messire Charles de la RIVIERE, vivant seigneur du PREDAUGE, d’une pièce de terre en pâturage nommée LAUNAY assisse en ladite paroisse tenue de la sieurie du PREDAUGE. et en paiement le vendeur reçoit deux autres pièces de terre assisses à MANERBE et au PREDAUGE, la seconde bornée d’un côté par Charles de la RIVIERE, escuyer, sieur de SILLY, fils de ladite dame, tenues des sieuries de MANERBE et du VAL-RICHER.

– PIECES DE PROCEDURE DES XVII ET XVIII SIECLE ACQUISES PAR M. PANNIER CHEZ HUCHON (bailliage de Pont-l’Evêque)

– Page 175 – 1673 12 décembre
Jean de Borel, escuyer, seigneur et châtelain de Manerbe, conseiller du Roy, lieutenant civil et criminel de Monsieur le Bailly et Rouen au siège de Pont-l’Evêque

– page 194
1742 13 mars
Ai reçu de Monsieur de la Vigne 2 canons de fonte appartenant au Château de Manerbe dont ce le décharge à Paris le 13 mars 1742
signé Hébert de Manerbe

– page 210
1658 14 janvier
Jean de Borel, escuyer, seigneur et chastelain de Manerbe, lieutenant civil et criminel de Monsieur le Bailly de Rouen en la vicomté d’Auge

– page 242 :
1742 23 février
Messire Philippe Louis de Borel chevalier, sieur et patron de Clarbec
et autres lieux, tuteur principal de damoiselle Jeanne Thérèse Louis de Borel de Clarbec sa fille, héritière pure et simple de feu Messire Henry de Borel chevalier, sieur de Clarbec son aïeul paternel au lieu de feu Messire Jean Louis Henry de Borel chevalier sieur de Manerbe

5 – SOURCES MANUSCRITES :

(notes de Michel COTTIN)
à vérifier :

Série 2E 79

Bordeaux : (Basseneville, Manerbe, Le Mesnil-Bacley)
Borel : Caen, Pont-l’Evêque, Ranchy, Saint-Marcof, Saint-Vigor-le-Grand, Rouen (1502-1783)
Borel de Castilly, 1676 (1 pièce)
Borel de Clarbec, 1753 (1 pièce)
Borel de Manerbe : 1626, (1 pièce
Borel de la Pommeraye, 1651 (1 pièce)
Borel de saint-Aubin, 1648, 1650 (2 pièces)
Borel de la Viparderie, 1665 (1 pièce)

2E 383 – Haes, 1689 (Manerbe) (1 pièce)
2E 516 – Le Cousteur (Manerbe, Pont-l’Evêque, Saint-Hymer), 1614-1674 (4 pièces)
2E 551 – Le Liepvre, (Caen, Chicheboville, Le Torquesne), 1707-1710 (3 p.)
2E 551 – Le Lièvre (Caen, Cahagnolles, Formentin, Manerbe, Notre-Dame-de-Courson, Saint-Martin-de-Mazilloc; Saint-Cornier-des-Landes, Orne), 1486-1781 (8 p.)
2E 589 – Lepec (Danestal, Manerbe) 1713-1766 (9 p.)
2E 941 – Valette, (Amayé sur-Orne, Manerbe, saint-Ouen-le-Pin) , an IX-1811 (4 p.)
2E 19 – Arnoulin (Le Pré-d’Auge) ,1777 (1 p.)
2E 74 – Boissey (Lisieux, Le Pré-d’Auge), 1747 (3 p.)
2E 358 – Graindorge d’Orgeville: Plan du château du Pré-d’Auge

6 – Pèlerinage de Sainte Appoline :

(date non connue)

Petit Manuel du Pèlerinage en l’honneur de Sainte-Appoline, Vierge et Martyre, spécialement invoquée pour le Mal de Dents dans l’Eglise de Manerbe, par Lisieux (Calvados), Lisieux, Imp. Jules Silard, s.d. In-16, 16 p.

p. 2: Renseignements à l’Usage des Pèlerins « Le bureau de la poste et du télégraphe est celui de Lisieux ». p. 3: Notice historique. p. 4-7: Messe de la Fête de Sainte-Appoline, Vierge et Martyre qui se célèbre le 9 Février dans l’Eglise de Manerbe…; p. 8-9: Vêpres; pp. 10-12: Prières de la Neuvaine efficace en l’honneur de Sainte-Appoline. p. 12: Prières et Evangile que le Prêtre récite pour les Pèlerins. pp. 13-15: Litanies de Sainte-Appoline Vierge et Martyre spécialement invoquée contre le mal de dents

p. 16: Lisieux: Maisons spécialement Recommandées:
Epicerie DESVAUX, 80 rue de Caen
Peinture et Vitrerie; Colin, 70, rue de Caen
Boulangerie-Pâtisserie: Troussier, 79, rue de Caen
Pharmacie de Saint-Désir: Cantrel, 22, rue Gustave-David
Restaurant: Lajoye-Deschamps, 29, Place de la République
Librairie: Bosquain: 93, Grande-Rue
Librairie: Veuve Rabot, 47, Grande-Rue
Au Dé d’Argent: Thieulin, 2, Place Victor-Hugo
Cordonnerie: Lefèvre, 6, Place Victor-Hugo
Vins en gros: Bunel, 51, Place Victor-Hugo
Fruiterie: Piron: 41, rue aux Fèvres
Hôtel Moderne: Serville, 6, rue de la Gare
Epicerie Parisienne: E. Grenier, 17, Place Thiers
Charbons en Gros: Wuy, 23, rue Condorcet
Faïencerie-Porcelaine; Charron frères, 25, rue Pont-Mortain
Imprimerie: Jules Silard, 4, rue du Bouteiller.

p. 3 de couverture
Menuiserie. Travaux d’Art – Ouvrage très Soigné
Emile Colville, Père et Fils
MANERBE

page 4 de couverture
Restaurant des Pèlerins.
EUGENE BLONDEL Propriétaire
MANERBE.
Déjeuners et Diners à toute heure.
Collations
Prix très modérés
On reçoit les Pèlerins qui apportent leurs provisions

MANERBE
Epicerie Charles BISSAY
Maison de Confiance. Spécialité de Cafés – Vins et Liqueurs
Salle à Manger pour les Pèlerins

MOULIN de MANERBE
Propriétaire: Le Prince Handjéri

MANERBE
Fabrique de Fromages Pont-l’Evêque
Double Crème
Renommée Universelle
E. DAVY

7 – Carnets de Charles Vasseur :

Exemption de Cambremer.

MANERBE -Minerva Castrum – Minerve aut Menerbe – Manerbe

Voir :
Jean de Manerbe (de Manerbio) circa 1200 – Mémoire de la Ste des Antiquaires de Normandie tome XXIII p.1
Annuaire Normand 1864 p.124, 128,
Canons du Château de Manerbe
Congrès archéologique de 1848 p.91
Mémoire des Antiquaires de Normandie tome XXIII p.1 col.2
Catalogue du Musée de Rouen 1868 p.60 n°111
Catalogue de la Ste Historique de Lisieux 1874 p.47
Extraits d° p.78 et 82
Formeville
Annuaire Normand 1848 -p.369 : L’Honneur d’Aubigny près Coutances
Merveilles de la Céramique 3e partie p.13 et 19 : Poteries de Manerbe
Annuaire Normand 1850 p.31 et 32 : Antiquité de la fabrication (Industries Potières dans le Calvados par M. Morière)

Manerbe diocèse de Bayeux, exemption de Cambremer, élection de Pont l’Evêque, sergenterie de Cambremer – 3 feux privilégiés, 110 feux taillables.

Insinuations

Bien que limitrophe de la banlieue de Lisieux cette commune en a toujours été séparée soit pour la juridiction civile soit pour la juridiction spirituelle. Ainsi quant à la première elle était comprise dans l’élection de Pont l’Evêque, sergenterie de Cambremer, pour la seconde elle dépendait du diocèse de Bayeux. Dans le doyenné ou exemption de Cambremer composé de 8 paroisses enclavées de toutes parts dans les terres dépendantes de l’évêque de Lisieux.

Description de l’église et du château de Manerbe détruit en 1853.

La seigneurie de Manerbe a une haute antiquité, elle fut possédée par de puissantes maisons.
Un acte d’accord passé à l’Echiquier de Caen la deuxième année du règne du Roi Jean (1201/1202) nous fait connaître un Jean de Manerbe et son frère Robert clerc. Dix ans après elle était passée à Adam Servain dont les descendants la possédaient encore en 1347 (Guilmeth)
En 1463 lors de la Recherche de Montfaut deux gentilshommes habitaient la commune Pierre de Borel et Martin Brun.
La Recherche des Nobles de l’élection de Lisieux y trouva en 1540 un autre membre de la famille de Borel (François de Borel qualifié seigneur du lieu de Manerbe) Un Guillaume de Brezay ou Bressey dont la production remonte jusqu’à 1415 – un Robert Rosée, seigneur en partie dudit lieu Manerbe et enfin un Guillaume Vipart de la Maison Drumare.
On voit par là que la terre de Manerbe fut divisée ce qui jette un peu de confusion dans l’indication des différentes familles qui l’ont possédée. On peut suivre celle de Borel depuis 1463 jusqu‘à 1713 où l’on trouve Messire Jean Louis Henri de Borel, chevalier, seigneur de Manerbe, donnant à fief une pièce de terre à Nicollas Desfrièches cirier à Lisieux, et même jusqu’à l’année 1762 que mourut Pierre François Thomas de Borel, comte de Manerbe, gouverneur et châtelain des villes et château de Touques en Normandie etc. etc. Il est probable alors que toute la terre se trouvait dans la main de la même famille puisqu’en 1702 d’après la description de la cloche, acte éminemment authentique, un autre Borel de titre seigneur et patron châtelain de l’Honneur de la Haute et Basse Manerbe.
Cependant Expilly écrit en 1751.. »Les héritiers de feu N…Girard Servain, chevalier, tenaient noblement par hommage de la baronnie de Cambremer, la noble tenure nommée l’Honneur de Manerbe, dont le chef est assis dans la paroisse de ce nom.
Le tenant est obligé de faire 40 jours de garde au châtel de Neuilly appartenant à l’évêque de Bayeux quand il en est sommé en temps de guerre.
De l ‘Honneur de Manerbe relèvent six fiefs nobles situés dans les paroisses voisines. Le Personnat de Manerbe n’existe plus le titre ainsi quel les revenus en a été affecté aux Lazaristes qui à ce droit perçoivent les
grosses dîmes de la paroisse»
A Manerbe il n’existait outre ce château et il n’existe aucune demeure féodale si ce n’est au bas du vallon vers la vallée de Touques un manoir qui appartenait à l’Evêque de Bayeux et qui probablement à cause de cela, porte le nom de Pontif.
(suit la description du Pontif) Cette propriété appartient maintenant à Monsieur de Chasseloup -Laubat.

Deuxième description des l’église, du château et du Pontif du 19 août 1853

Description de la cloche
1702 Messire Jacques Pierre de Borel, chevalier, seigneur et patron châtelain de l’Honneur de la Haute et Basse Manerbe, conseiller du Roy, Grand Maître Général des Eaux et Forêts du Duché de Longueville et contée (?) de Tancarville et Gournay et Noble Dame Anne de Mouchy, son épouse ; m’ont donnée et nommée Jean.
Jean Aubert m’a faite.

Vente faite le 16 janvier 1713 par Messire Jean Louis Henry de Borel, chevalier seigneur de Manerbe à Nicollas Desfrièches, cirier à Lisieux, d’une pièce de terre nommée le Douaïre.
Fait et passé à Manerbe au village de la Closetterie.
Lecture faite le dimanche le 22 janvier à l’issue de la Grand Messe de Manerbe célébrée par Monsieur Godefroy Thillaye, vicaire du lieu.

Recherches de Montfaut 1463
Nobles de la sergenterie de Cambremer :
Martin Brin (Brun) de Manerbe R et d.aV.(?)
Pierre Borel Manerbe.

Les Echiquiers des années 1344 – 1366 – 1371 – 1385 – 1390 et 1391 font mention de :
Guillaume et Girard le Servain, chevaliers seigneurs de Manerbe,
Guillaume et Jean le Servain, escuyers et de Damoiselle Collecte (?) de Montfous, femme de ce dernier,
Messire Robert le Servain, chevalier seigneur de St Paix qui eut pour fille Marguerite le Servain qui épousa Jean de Meullent. Elle portait de gueules à une bande de vair que les puînés brisaient, les uns de 6 roses ou 6 coquilles d’or, les autres de deux lions de semblable émail. (La Roque)
Monsieur Guillaume Servain de St Paix : de gueules à une bande de vair à six coquilles d’or (Catalogue des Seigneurs sui suivirent Robert à Jérusalem) (Dumoulin)

Vente faite le 28 mars 1833 par Madame Marie Clémence Brochet de Verigny, épouse séparée de biens de Monsieur Bernardin Maurice de la Roche-Macé propriétaire demeurant à Nantes place Louis XVI, hôtel de Bruc,
A Monsieur Jacques Bertrand François de Baglion de la Dufferie, propriétaire demeurant à son château de St Aubin de Scellon (Eure)
La terre et le château de Manerbe situés en la commune du même nom arrondissement de Pont l’Evêque moins le ferme du Lieu Paris, dont Madame de Manerbe, grand mère maternelle de Monsieur le Roche-Macé, avait l’usufruit et cette dernière la nue propriété.
Cette terre se compose :

1 – d’un château, cour d’honneur, jardin, bâtiments.
2 – de la ferme de Martigny,
3 – d’un moulin à blé avec cour plantée et jardin,
4 – d’une forge de maréchal-ferrant et plusieurs petites boutiques,
5 – la ferme de le Duharmerie
6 – de la grande cour dite cour du château avec le pré y attenant,
7 – de la cour Mirey,
8 – d’une pépinière de pommiers et d’un petit clos occupé par le desservant de l’église succursale de Manerbe,
9 – d’un petit pré dit le Pré Sec, faisant partie de la retenue du château,
10 – de 2 herbages connus sous les noms de Grand et Petit Herbage avec les prés, bâtiments et jardins en dépendant,

– enfin de divers bois taillis.
Tout ce qui est vendu contient environ 188 hectares, 77 ares, 32 centiares.
La présente vente a été faite moyennant le somme …

Etablissement de la propriété des immeubles
Les immeubles ci-dessus appartenaient originairement à Monsieur Jacques Estienne Deshayes, écuyer, conseiller secrétaire du Roy, demeurant à Honfleur qui les avait acquis de Monsieur Pierre Claude Hébert, domicilié à Paris, suivant contrat passé à Paris le 25 novembre 1757. Depuis ils ont subi quelques changements et modifications.
Monsieur Jean Philippe Deshayes de Manerbe, qui a demeuré à Manerbe et à Paris en a hérité comme seul fils dudit sieur Jacques Estienne Deshayes. Il a laissé pour seule héritière Madame Jeanne Louise Clémentine Deshayes de Manerbe, sa fille, épouse de Monsieur Anne Félix Brochet de Vérigny.
Madame de Manerbe, mère de Monsieur de Vérigny, avait renoncé à la succession de son mari par acte fait au greffe du Tribunal civil de la Seine le 18 prairial …..
Madame de Vérigny est morte à Châteauroux, où elle demeurait, le 29 mai 1817. Elle a laissé deux héritières Madame de la Roche-Macé et Mademoiselle de Vérigny ses filles. Cette dame avait légué à son mari tout ce que la loi lui permettait de disposer mais Monsieur de Vérigny étant mort au château de Balagny le 21 octobre 1825 et ayant laissé les mêmes héritières, il a été procédé au partage des deux successions le 14 juin1826 devant Maître Boursier, notaire à Paris. Il en résulte que la terre e Manerbe a été dévolue en entier à Madame de la Roche-Macé. Ce partage a été ratifié par Monsieur de la Roche-Macé suivant acte passé devant le même notaire le 14 janvier 1827.
(extrait des minutes de Maitre Daufresne, notaire à Lisieux).

Le Pontif est sur Coquainvilliers suivant un rôle de taille du XVIIe siècle.
En 1785 il appartenait à Messire Gilles René Jean Guillaume de Mauduit, chevalier.

Pierre Mauduit, escuyer, seigneur du Pontif 20 juin 1671.

Suivant un reçu de treizième en marge d’un contrat du 1er avril 1607, alors la terre du Pontif appartenait à Demoiselle Catherine Bohier, veuve de feu Monsieur Grégoire de la Pierre, vivant sieur du Pontif.

Texte en latin et sa traduction :
Echiquier de Normandie
Jean de Manerbe
Voici le dernier accord passé dans l’étude (ou bureau) de Maître Roi à Caen, vers l’an(S CaCC) cinquante du couronnement du Roy Jean d’Angleterre (Jean Sans Terre), en présence de Garnier de Caen, de Glapion alors sénéchal de Normandie, Sanson abbé de Caen, Pierre de Lions, Hugues Chancebuel, et autres officiers de Justice qui étaient présents à ce moment là et des barons parmi lesquels Jean de Manerbe, Laurent, et Robert, moine, son frère, réclamant sans doute au sujet d’une portion de terre provenant de l’héritage de ces derniers ; d’où un litige entre eux naturellement parce que le prénommé Jean avait donné à l’abbé Robert, son frère, en rapport avec la limite de l’héritage susdit, une pièce de terre chez Milloel, du fief d’Olivier de Corce. Et à Lisieux 6 acres de terre en deux pièces, du fief abbatial et du Castelier, 8 acres en deux pièces du fief de Julien du Castelier. Et à Manerbe une moitié de pièce de terre du fief de Yves de l’Epée. et à Lisieux une manse dans la ville du fief de Richard des Loges, et dans le bourg abbatial trois maisons et naturellement une maison située devant la maison du susdit Jean et une grange de (du angulo ?) et aussi une maison qui appartint à Roger de Ber. Et parmi toutes ces terres susdites le maître du fief désigna son frère Robert pour exécuter ce qu’il aurait dû faire à ces terres susdites. Et il fit cela avec l’accord des seigneurs de ces fiefs.
Et à cet effet le susdit Robert réclame la tranquillité pour lui-même et un autre héritage entier provenant de ses héritiers (?). Et au sujet de cette réclamation et pour le paiement de tous les chevaux (?) et des autres choses Jean susdit donna à son frère Robert 40 livres angevins (?)et deux mesures de blé sec.
Et si Jean vient à mourir sans héritier de son mariage, son héritage reviendra à Robert et à ses héritiers. Et semblablement si Robert vient à mourir sans héritier de son mariage, son héritage reviendra à Jean susdit et à ses héritiers (1201/1202)

Manse ; habitation rurale concédée par le seigneur à laquelle se rattachait, une certaine étendue de terre.

La cure appartient au seigneur, qui à chaque mutation, présente trois sujets originaires du diocèse de Bayeux parmi lesquels l’évêque en choisit un.
Les héritiers de feu N. Girard Servain, chevalier, tenaient noblement par hommage par de la Baronne de Cambremer la noble tenure nommée Honneur de Manerbe, dont le chef est assis dans la paroisse de ce nom. Le tenant est obligé de faire 40 jours au châtel de Neuilly appartenant à l’évêque de Bayeux quand il en est sommé en temps de guerre. De l’Honneur de Manerbe relèvent 6 fiefs nobles situés dans la paroisse voisine. Le Personnat de Manerbe n’existe plus, le titre ainsi que les revenus en ont été affectés aux Lazaristes qui, à ce droit, perçoivent les grosses dîmes de la paroisse. (Expilly)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *