AUVILLARS


NOTES sur AUVILLARS – 14033


Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Auvillars (Calvados)
Canton actuel : Mézidon-Canon
Arrondissement actuel :Lisieux
Code INSEE : 14033

Canton de Cambremer.
Auvillaria, v. 1350 ( pouillé de Lisieux p. 49).
Auvillers, XVIII siècle (Cassini).
Aitum villare. Auvillars
Auvilliers – Villarii.

Les Noms des Communes de Normandie
Jean Adigard des Gautries, Fernand Lechanteur

145. — Auvillars (Cambremer, C.) :
[Abl.] Auviixaribus [vers 1350! : Longnon, Pouil. Prou. Rouen, p. 259 a.
La forme actuelle est aberrante. Voir ci-dessous n° 146. Il peut s’agir d’une intrusion de forme savante.
{Auvilier [H81-1189] : Cartul. comté d’Eu, fol. 39 r° ; — Delisle et Berger, Rec. Actes Henri II, n » 746, t. IL p. 386. Pour « Haut-Villiers » — Sur villiers, « démembrement de la villa », v. Vincent, Topon. de la Fr., n » 352. p. 153. Cf. Auvilliers (Ardennes, Loiret, Eure-et-Loir), etc. Voir ci-dessus n° 145.}

Par. de Saint-Germain,
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Beuvron. Gêner, de Rouen,
élect. et sergent, de Pont-1’Évêque.

Lieux-dits d’AUVILLARS:
Bois-Simon (Le), Botteys (LE), Bout-Fleury (LE), Chapelle-Saint-Jean (La), Corperie (La), Criperie (LA), Croix-à-la-Dame (La), Croix-des-Champs-Guillets (LA), Follebarbes (Les) Folarbes 1848 (Simon), Forge-des-Nauderies (Le), Gaillons, Gripperie (LA), [ Heudreville, f. commune d’Auvillars. Heldrevilla, 1189 (pouillé de Lisieux, p. 36, note 3). Heuderilla, 1264 (ch. de Friardel). Heudruvilla XIV° s° (pouillé de Lisieux, p. 26, note). ?, Julliennes (Les), Lieu Basset (LE), Lieu Catelin (LE), Lieu-Chambray (Le), Lieu-de-la-Bruyère (LE),
Lieu-Fleuri (Le), Lieu Ham (LE), Lieu-Hocquetot (LE), Lieu-la-Gonnelle (LE), Lieu-Montville (LE), Lieu-Mourelle (LE), Lieu Torel (Le), Mangeants (Les), Monceau-de-Marne (Le), Naudries (Les), Rue-aux-Renards (LA), Sauvagerie (LA), Vallée-aux-Tanneurs (LA),

Fief de haubert mouvant de la vicomté d’Auge, ressortissant à la sergenterie de Pont-l’Évêque, 1389 (Brussel); 1620 (rôles de la vicomté d’Auge, p. 353).
De la châtellenie d’Auvillars relevaient les fiefs de Lannoy, de Mailloc, de la Pierre, commune de Repentigny, de Saint-Jouen, de Criçqueville (8e de fief), le petit fief d’Auvillers, à Hottot-en-Auge;
Les vavassories de Lesnaudiere, d’Héry, de Martinville, sises à Auvillers, de Bonnebosq, plein fief de haubert, 1620 (rôles des fiefs de la vicomté d’Auge, p. 353).

Rôle des Fiefs de la vicomté d’Auge 1620 – 1640:
Les fiefs relevant du vicomte d’Auge immédiatement, divisés et mis par l’ordre des Sergenteries
FIEFS SITUÉS DANS LA SERGENTERIE DU PONT-L’EVÊQUE
Le fief et châtellenie d’Auvillers, assis en la paroisse d’Auvillers, plein fief de Haubert, possédé par demoiselle Louis-Marie de Myon.
Dudit fief et châtellenie d’Auvillers relèvent les fiefs ci-après nommés :

  • Le fief de Lannoy, Mailloc, etc.
  • Le fief de La Pierre, l’un et l’autre assis en la paroisse de Repentigny, possédés par la demoiselle propriétaire dudit fief d’Auvillers.
  • Le fief de Saint-Jouin, assis audit lieu de Saint-Jouin, possédé par les sieurs héritiers du sieur de Silly Vippart.
  • Le fief de Saint-Aubin-de-Scellon, assis en la vicomté d’Orbec.
  • Le fief de Cricqueville, 8 de fief, assis à Cricqueville, possédé par M. le Président de Cricqueville.
    A présent ledit fief est mouvant directement du vicomte d’Auge, moyennant que ledit sieur d’Auvillers, du consentement exprès de Mademoiselle, a consenti la teneure dudit fief soit dévolute directement dudit vicomte d’Auge.
  • Le petit fief d’Auvillers, quart de fief assis à Hottot, possédé par Emile Labbey, Ecuyer.
    • la vavassorerie de Lesanaudieres, sise à Auvillers.
    • La vavassorerie d’Héry, sise audit lieu.
    • La vavassorerie de Martainville, sise audit lieu.
    • la vavassorerie de Manneville, sise à Saint-Eugène.
    • Le fief d’Asnière. assis à Champbrenard, audit lieu de Saint-Eugène .
    • le fief de Bonneboscq, assis en la paroisse de Saint-Martin dudit lieu de Bonneboscq, plein fief de Haubert, possédé par François de Guerpel, Ecuyer.
    • Dudit fief de Bonneboscq relèvent les fiefs qui ensuivent : voir Bonnebosq

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie :

BODIN Pierre Docteur : Les litres seigneuriales du Calvados, supplément au BSHL n°54 ou Litres Calvados.Doc (église et chapelle saint Jean) Lieu-Aunay (LE),

BUREAU Dr. Jean, « Auvillars – Manoir de la Bruyère », PAR, 15, N° 1, Janvier 1965

N. CANET, « Manoir presbytéral d’Auvillars », AAN, 145, 1987 (1988), pp.38-40 ill.

CAVAL, Monographie concernant les communes d’Auvillars, Repentigny, Bonnebosq, Ms. 1886, 56 p.
= Arch. Départ. du Calvados, Br. 9340

De CAUMONT Arcisse : Statistique monumentale du Calvados réédition FLOCH, tome III, page 183.

CAUMONT Arcisse de, « Journal de l’expédition de Henri V, roi d’Angleterre en Normandie, en 1417 et 1418, rédigé d’après des notes manuscrites de M. l’abbé de La Rue », MSAN, XII, 1840-1841 (1841), pp.300-307
Bonnechose, Bonenfant, Auvillars

CAUMONT Arcisse de, Abécédaire ou Rudiment d’archéologie (Architecture religieuse), 4 e édition, Paris-Caen, Derache-Hardel, 1859. In8°, 692p.

DANDURAND Michel, « Auvillars – Manoir de la Bruyère », AAN, 145, 1987(1988), pp. 38-40 ill.

DETERVILLE Philippe, Manoir presbytéral dans CDMPA, pp. 255-257.
Soubassement de pierre, étage de bois XV e -XVI e siècle ?, cheminée centrale, toit à la Mansard

Editions FLOHIC, PATRIMOINE DES COMMUNES DU CALVADOS, page 505.

FRONDEVILLE Henri de, « Les Seigneurs de la Roque et de Formentin du XIVe au XVIIIe siècle », BSHL, N° 27, 1926-1930, pp. 182-193

FRONDEVILLE Henri de, Le Compte de Gautier Du Bois, Vicomte d’Auge pour la Saint-Michel 1312 adressé à Pierre De Hangest, Bailli de Rouen. Publié avec une introduction et des notes, dans Mélanges – Documents, Quatrième série, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1951, in-8°, pp.28-62 (Soc. de l’Histoire de Normandie)
Formentin.

HENRY Jacques, Sous la ramure des pommiers en fleurs. 1983, p. 89, Manoir de La Bruyère – Page 92, église – page 93, chapelle Saint Jean – page 94, motte – page 96 manoir du Lieu-Rousse.

HENRY Jacques, Un prêtre historien du Pays d’Auge: l’abbé Vallée, curé d’Auvillars, Communication SHL. 24 janvier 1961

HENRY Jacques, Notes sur le passé d’Auvillars d’après le manuscrit de l’abbé Vallée, Communication SHL, 28 mai 1968

Inventaire des Archives de la Société Historique de Lisieux (du 15 Juillet au 1er octobre 1869 – pp. 1-30) ; Octobre, Novembre et Décembre 1869 – pp. 31-55). Communication et mémoires (Mémoires de la Maison de Tournebu, M. du MESNIL-DURAND ; Notes sur Auvillars pouvant servir à compléter la Notice de M. Vallée, L. de NEUVILLE ; Plainte au gouverneur de Normandie par les habitants de Lisieux contre leur évêque – 12 août 1704, abbé LOIR (Copiée de HIPPEAU) pp. 56-57; pp. 1-14 table des noms d’hommes et de lieux des documents ci-dessus), BSHL, N os 1-2, 1869

LALUBIE Jacques, Randonnées et patrimoine en Pays d’Auge. 1.- Cantons de Dozulé et Trouville. 2.- Cantons de Pont-l’Evêque et Honfleur. 3.-Le Canton de Cambremer. Tomes 1 et 2: Heimdal, s.l.s.d. (Imp.Alençonnaise, 1983), Edit. Heimdal; Tome 3: Corlet, s.l.s.d. (Condé-sur-Noireau, Corlet, 1987), 15 x 21, 219-191-222 p.

LESCROART Yves, La Renaissance en Pays d’Auge dans La Renaissance en Basse-Normandie, numéro spécial d’Art de Basse-Normandie, Printemps 1975, p. 57.

Manoir de la Bruyère : Inv. MH. 25 février 1974 : façades et toitures du manoir et du bâtiment du pressoir; pressoir proprement dit avec son mécanisme

MUSSET Lucien, « Eglise d’Auvillars », AAN, 145, 1987 (1988), pp. 38-40ill.

NAUDE des MOUTIS, Auvillars – Manoir de la Bruyère dans Grands et petits manoirs du Pays d’Auge

NODIER Charles, TAYLOR J. et DE CAILLEUX Alph., Voyages pittoresques et romantiques dans l’Ancienne France par…. Paris, Firmin-Didot, 1820; rééd. 1825; rééd. Paris, Firmin-Didot et Cie, 1878; rééd anastatique réduite Editions Culture et Civilisation, 1979, 3 tomes en 1 vol., 322×235, 131-190-XXXI et 141+3 p., pl. h.t.
III. – Auvillars, p. 12,

PANNIER Arthème : voir Archives SHL, NE12, 2e carton, dossier Monceaux.

PENAULT Pierre-Jean, « Auvillars – Manoir de la Bruyère », PAR, 30, N°12, Décembre 1980

PEREIRE A. et VAN ZUYLEN G., Auvillars – Jardins du Manoir de la Bruyère dans Jardins privés en France, Arthaud, 1984, pp. 88-93

POUGHEOL Jacques et RAULT Fernand, Promenade artistique dans le canton de Cambremer – Formentin in Canton de Cambremer, Art de Basse-Normandie, Numéro spécial, N° 42 (1967) p. 67

TREUIL-DEMARS Martine, « Les églises romanes du Nord du Pays d’Auge – Auvillars », PAR, 40, N° 9, Septembre 1990, pp. 6-15

VALLEE S. A. J., « Notes sur Auvillars ou recueil des faits qui s’y sont passés à différentes époques », Ms. édité et annoté par l’abbé G.A. Simon, La Bonne Semence, 1930, pp. 164-168; 181-184, 1931, pp.3-9; 20-22; 34-37; 52-56; 67-69; 89-90; 97-99; 181-184, 1932, 197-200;211-215; 248-250; 275-277; 291-293; 308-310; 323-325; 340-342; 355-357

VASSEUR Charles-Modeste-Victor, Rapport sur les peintures d’Auvillars, Caen, 1867. In-8°.

Bulletins Société historique de Lisieux – n°1, 1869 – Notice sur Auvillars et extraits d’actes authentiques complétant cette notice.

Revue Le pays d’Auge : Les petites écoles d’Auvillars mai 1954. – Nicolas de Salcède, Seigneur d’ Auvillars avril 1958.

Annales de Normandie. Bibliographie normande 1958. 1959. Salcède (Nicolas de). 408. PELLERIN (Henri). Nicolas de Salcède, seigneur d’Auvillars [Calv., arr. Lisieux, c. Cambremer]. Le Pays d’Auge, 8″ a., n » 4, avril 1958, pp. 1-8, fig.

En Pays d’Auge, un ensemble rural à la fin de l’Ancien Régime : [l’ancienne ferme du Lieu-Machoquet à Auvillars] / P.J. Penault

2 – Pièces Justificatives:

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Note de MM. Pannier et Ch. Vasseur.

Auvillars, Altum Villare, Auvillers.

L’église d’Auvillars est bâtie dans un vallon, à 1 kilomètre environ du bourg de Bonnebosq.
Cette église présente beaucoup d’intérêt. Elle appartient au roman tertiaire, à l’exception de quelques parties de la nef qui datent seulement du XVII. siècle.
Le choeur tout entier remonte au XIIe. siècle. Il est éclairé, au nord, par deux fenêtres étroites, à plein-cintre, dépourvues de tout ornement et très-ébrasées à l’intérieur ; au midi, par une fenêtre semblable, élargie un peu à l’extérieur, et par une large fenêtre à plein-cintre, moderne. Les murs latéraux offrent chacun deux contreforts plats dont l’un se voit à l’intérieur d’une galerie, nouvellement construite, conduisant à la sacristie placée derrière le choeur. Le choeur se termine, à l’orient, par un chevet droit soutenu par trois contreforts plats. Il était primitivement percé de deux fenêtres étroites à plein-cintre qui ont été bouchées. Le gable est surmonté d’une croix antéfixe.
Le mur méridional de la nef, sans contreforts, montre l’appareil en feuilles de fougère. Il est percé d’une porte à plein cintre dont l’archivolte, ornée de zigzags, repose sur des colonnettes. La voussure est garnie de têtes grimaçantes d’animaux fantastiques dont la langue s’enroule autour d’un tore qui garnit l’intrados du cintre (V. la page suivante). La nef est éclairée, de ce côté, par quatre fenêtres à plein-cintre très-larges, dont trois sont modernes. La quatrième, un peu moins large et garnie d’un simple chanfrein, date de la première moitié du XVIe. siècle, époque à laquelle la nef a été allongée d’une travée.
Le mur septentrional à été élevé au XVIe, siècle. Il est flanqué de contreforts saillants et percé de trois fenêtres, l’une flamboyante, partagée par un meneau , une autre à arc surbaissé ornée de moulures prismatiques, et une fenêtre moderne sans caractère. Ce mur offre les vestiges d’une litre funèbre.
Entre le choeur et la nef on a élevé, dans le XVIe. siècle, une chapelle qui est éclairée au nord par une large fenêtre à plein-cintre, ornée de moulures prismatiques, et à l’orient par une fenêtre flamboyante partagée en deux baies, aujourd’hui bouchées.
Le portail occidental, dans le style de la Renaissance, porte la date de 1538. Il est soutenu par quatre contreforts saillants, dont deux sont placés sur les angles. Ce portail, qui forme saillie vers le milieu, est percé d’une porte à plein cintre, flanquée de deux colonnettes et surmontée de deux fenêtres, aujourd’hui bouchées, décorées de moulures prismatiques.
Le gable, percé d’un oculus du même temps, est surmonté d’un clocher carré, construit en charpente et recouvert en ardoise. Un porche en bois précédait autrefois le portail.

Intérieur.
— La nef est accompagnée d’un bas-côté, du côté du nord; elle est séparée de ce collatéral par quatre grandes arcades, dont deux ogivales avec moulures prismatiques, les deux autres à plein-cintre. L’une de ces dernières offre des moulures semblables à celles du portail.
La chaire est dans le style Louis XV.
A l’extrémité de la nef sont deux jolis petits autels, avec l’étable, décorés de colonnes torses autour desquelles s’enroulent des ceps de vigne et couronnés de frontons trapézoïdaux.
La voûte est en merrain, avec entraits et poinçons.
La chapelle de la Vierge a été bâtie, vers 1600, par la famille Dauvet d’Auvillars.
La voûte, en arête, est couverte de peintures. Dans les triangles sont représentés des anges, tenant dans leurs mains des chapelets.
Un très-bel arc triomphal, décoré de zigzags, sépare le choeur de la nef.
L’une des fenêtres qui éclairent le choeur, au nord, offre des débris de vitraux. On y voit encore une jolie tête de Vierge ornée d’une couronne ducale, et deux personnages religieux dont l’un tient dans ses mains un calice. Au bas de cette vitre on lit :

De tournebu cure

Le maître-autel est orné d’un beau l’étable dans le style Louis XV. Le tabernacle garni sur les angles de jolies caryatides, mérite aussi de fixer un instant l’attention.
Une large crédence romane existe du côté de l’épître.
Lorsqu’on a voulu repaver le sanctuaire en 1853, on a découvert, en enlevant les anciennes dalles, une pierre tombale fort belle qui paraît remonter au XVI. siècle ou peut-être à la fin du XIV.
Cette pierre est surmontée de la statue d’un prêtre revêtu d’une chasuble antique, relevée sur les épaules avec amict rabattu. La tète repose sur un coussin dont les glands sont tenus par des anges. Aux pieds du personnage est couché un chien qui ronge un os. Plusieurs parties de cette pierre ont été mutilées ; la statue est bien conservée et parfaitement sculptée; elle était autrefois placée sous une arcade cintrée pratiquée dans le mur méridional.
Les deux cloches d’Auvillars sont antérieures à la Révolution.
J’ignore par suite de quels hasards elles se trouvent dans ce clocher; car elles faisaient partie de la sonnerie de St.-Germain de Lisieux.
Voici les inscriptions qu’elles portent :

LAN 1738 IAY ETE NOMMEE MAGOELAINE FRANÇOISE PAR FRANÇOIS
MIGNOT CONSEILLER DV ROY PRESIDENT EN LELECTION DE CETTE VILLE ET
PAR NOBLE DAME MARIE MAGDELAINE DV MOVCEL EPOVSE DE MESSIRE
ALEXANDRE LE MAIGNEN CHEVALIER SEIGNEVR DE HOVLBEC ET DE CASTILLON.
LAN 1738 IAY ETE NOMMEE LOVISE NICOLASE PAR NICOLAS RIQVIER
DE LA ROSIERE CONSEILLER DY ROY EN LELECTION ET PAR DAMOISELLE
LOVISE GENNEVIEVRE DOSMONT FILLE DE MESSIRE LOVIS DOSMONT ECVYER
SIEVR DR MALICORNE SEIGNEVR DV MESNIL-POISSON.

On remarque, dans le cimetière, les débris d’une ancienne croix nimbée qui date du XVIII. siècle ou peut-être même de la fin du XVII. D’un côté est représenté le Christ, et de l’autre la Sainte Vierge tenant dans ses bras l’Enfant Jésus. Les croisillons sont décorés de feuilles palmées.
Près du portail s’élève un bel if, qui a h mètres 10 centimètres de circonférence.
Lorsqu’on a creusé les fondations de la sacristie, on a trouvé, à 2 mètres 50 centimètres de profondeur, un glaive qui paraît remonter à une époque ancienne.
L’église est sous l’invocation de saint Germain. La cure se divisait en deux portions qui furent réunies vers 170B, à condition qu’il y aurait deux curés : ces deux curés étaient l’un et l’autre à la nomination du seigneur. Le Pouillé de Lisieux indique comme présentateur, au XIV°. siècle, dominus Roberlus de Tournebut.

CHAPELLE St-JEAN.
– La chapelle St-Jean s’élève sur un coteau, à 2 kilomètres de l’église d’Auvillars, au midi.
Cette chapelle date de la dernière période ogivale ; elle a environ 30 pieds de longueur sur 15 de largeur.
Le portail occidental, flanqué de deux contreforts, est terminé par un gable très-aigu qui supporte un toit très-incliné.
La porte ogivale est décorée de moulures prismatiques; elle est surmontée d’une fenêtre du même temps. Devant la chapelle s’élèvent deux beaux peupliers qui en décorent l’entrée.
La nef est éclairée par quatre fenêtres, dont deux à plein-cintre avec chanfrein ; les deux autres à arc surbaissé. Les murs, flanqués de contreforts saillants, sont terminés par une corniche formée d’un quart-de-rond.
Le chevet droit est flanqué de deux contreforts et terminé, comme le portail, par un gable très-incliné, surmonté d’une croix antéfixe.
On aperçoit, sur le mur méridional, les vestiges d’une litre funèbre. Les écussons armoriés peints sur cette litre sont reproduits à l’intérieur de la chapelle.
On remarque, du côté de l’épître, une piscine ogivale.
Deux jolis bas-reliefs attirent également l’attention. L’un de ces bas-reliefs est incrusté dans le mur septentrional, près de l’autel. Il représente saint Jean-Baptiste, le Précurseur, tenant dans une de ses mains un globe surmonté d’une croix.
L’autre bas-relief a été détaché de la muraille où il était incrusté. Il représente un moine ayant les mains jointes et élevées vers le ciel.
Derrière l’autel sont trois niches renfermant d’anciennes statues supportées par de jolis culs-de-lampe. Dans celle du milieu est la statue de saint Jean-Baptiste.
Une statue de la Sainte Vierge, tenant dans ses bras l’Enfant Jésus, est appliquée contre le mur de droite.
La voûte de la chapelle est en lambris, avec entraits.

Château.
Château. — Le château d’Auvillars était situé à l’est de l’église. La motte sur laquelle il s’élevait a environ 100 pieds de diamètre ; elle est entourée de douves qui étaient autrefois remplies d’eau. L’entrée était à l’est ; on voit encore les débris d’un pont qui avait plusieurs arches.
Comme toujours, Auvillars eut pour premiers seigneurs des membres d’une famille dont le nom était celui de la commune elle-même. Cette famille s’éteignit dans la personne de Jeanne d’Auvillars, fille et héritière de Guillaume, seigneur châtelain d’Auvillars, 51.-Aubin-de-Sallon et Barneville, qui épousa Robert de Tournebu, baron de la Motte-Cesny, Grimbosc, etc., etc., au commencement du XIVe. siècle.
M. Floquet a raconté un curieux procès qu’eut à soutenir Robert de Tournebu, seigneur d’Auvillars, pour avoir maltraité un clerc du prieuré de Beaumont-en-Auge, en l’année 1342. Il fut condamné à 400 livres d’amende, somme énorme pour cette époque ( Voyez Hist. du Parlement de Normandie ). Un siècle plus tard, Richard de Tournebu employa plus utilement sa vigueur, en soutenant un siège héroïque contre les capitaines de l’envahisseur Henry V. Sa capitulation, du 7 août 1417, est conçue dans des conditions qui montrent que les barons normands, malgré le défaut d’organisation où l’invasion les avait trouvés, n’en avaient pas moins opposé une résistance capable de les faire respecter.
Le texte de cette capitulation a été publié dans le volume intitulé : Rotuli Normannioe, imprimé à Londres en 1835, p. 285, et par la Société des Antiquaires de Normandie, t. XV, p. 263 de ses Mémoires.
A peine le château était-il évacué que Henry se hâta d’en faire don au comte de Salisbury, son cousin, afin d’être sûr de sa conservation (25 septembre 1417).
A l’époque du décès de Guillemette de Tournebu, en 1485, Jean de Harcourt, son arrière-petit-fils, en hérita, et il ajouta à ses autres titres celui de seigneur et châtelain d’Auvillars.
En 1558, Auvillars était entre les mains d’une famille nommée de Salcède ; Nicolas de Salcède, qui la possédait en 1582, fut impliqué à cette époque dans une conjuration formée, dit-on, par les Guises contre le duc d’Alençon et le roi Henri III, son frère. Il fut jugé par le Parlement de Paris, convaincu du crime de lèse-majesté, et comme tel condamné à être écartelé. Cette exécution, dont le souvenir s’est toujours conservé à Auvillars, dut avoir lieu vers l’an 1588. En 1600, Mme. Charlotte Duquesnel d’Aussebost était douairière d’Auvillars.
Après sa mort, arrivée en 1617, cette seigneurie passa à une famille nommée de Miou. Le chef de cette famille était un des principaux officiers du Duc de Lorraine.
Sa fille, Louise-Marie de Miou, épousa Pierre Dauvet de Tréguy.
La famille Dauvet, noblesse de robe, originaire de Picardie, s’allia aux Brézé, aux Montmorency, Saint-Simon, Béthune Chabannes, , etc.
Plusieurs de ses membres prirent l’épée. Benoît Dauvet et Louis-Nicolas Dauvet se distinguèrent dans les batailles de Louis XIV et de Louis XV.
On trouve des renseignements sur cette maison dans l’Histoire des grands-officiers de la Couronne, du P. Anselme.
Elle porte bandé de gueules et d’argent de 6 pièces, la première chargée d’un lion de sable passant dans le sens de la bande. Couronne de marquis; supports, deux Sauvages (Voyez Waroquier, t. VII).
C’est ainsi qu’on voit les blasons de la litre funèbre de la chapelle St-Jean d’Auvillars.
En 1700, Messire Pierre Dauvet de Tréguy donna pour les pauvres d’Auvillars des herbages situés à Druval et Rumesnil.
Ils en jouissent encore. Les mêmes seigneurs de la famille de Dauvet avaient fondé une école pour les filles et ils l’avaient dotée en rentes. Les enfants des deux paroisses d’Auvillars et de Repentigny y étaient instruits gratuitement par une Soeur de la Providence de la maison de Lisieux.
Les rentes sont perdues, faute de titres. La maison, vendue révolutionnairement, a été rachetée par un habitant qui l’a donnée pour sa destination primitive.
Le presbytère, qui avait été aliéné, a été racheté par la commune vers l’an 1806.
On comptait 3 feux privilégiés et 80 feux taillables à Auvillars.
La petite paroisse de Repentigny a toujours été dans une sorte de dépendance de celle d’Auvillars. Les seigneurs d’Auvillars en étaient patrons, comme de la première, et ils s’en montrèrent constamment les bienfaiteurs. Elle avait d’abord été supprimée et réunie à Rumesnil; mais au commencement du règne de Charles X, elle a été réunie à Auvillars comme vicairie indépendante.

Société française d’archéologie. Bulletin monumental.
LES PEINTURES D’AUVILLARS; PAR M. Ch. VASSEUR.

L’église d’Auvillars a été décrite et dessinée dans la statistique monumentale du Calvados (t.IV, p.87 et suiv.), nous n’en ferons pas une nouvelle description. Toutefois, i n’est pas inutile de rappeler ici la disposition du choeur, auquel on a donné la décoration polychrome dont nous nous occupons Ce choeur est une construction du XIIe siècle régulière, et assez monumentale pour le pays. Le chevet est droit, butté, comme les murs latéraux, par des contreforts plats en pierre de taille les pleins sont en blocage. Ce parallélogramme se subdivise en deux travées voûtées à plein-cintre, avec arcs-doubleaux et arceaux croisés de valeur égale chacun étant composé d’un double tore de même diamètre. Les retombées portent, à chaque angle, sur une colonne; au centre sur un faisceau de trois colonnettes à chapiteaux à feuilles plates, avec tailloir carré très-épais. Les bases sont à agrafes. Il n’y a pas d’arcs formerets. Chaque travée se trouve symétriquement percée de deux fenêtres cintrées de médiocre grandeur, très-légèrement ébrasées à l’intérieur.
Deux fenêtres semblables s’ouvrent dans le chevet. Ces six baies donnent un jour assez abondant. Dans le mur du sud, près de l’autel se voit une piscine à deux cuvettes son arc surbaissé est garni d’un tore cordiforme, avec deux colonnettes trapues munies de chapiteaux
à crossettes. Ces caractères nous ont paru se rapporter au XIII° siècle avancé, époque un peu postérieure au reste de la construction. A côté, sous un enfeu sans aucune mouture, s’abrite une belle statue couchée, dont le dessin ci-joint nous dispensera de faire la description elle a subi quelques réparations. Cette statue paraît du XV siècle et nous serions tentés de la regarder comme l’effigie de Me. Jehan de Tournebu, curé de céans, dont parte une inscription gothique placée vis-à-vis au bas du vitrail de la première fenêtre du nord. Nous indiquons, en passant, cette fenêtre comme la seule qui ait conservé des fragments de vitraux coloriés, du reste d’un ton peu intense c’est le donateur agenouillé aux pieds d’une Vierge, et au-dessus, un saint Jean, apôtre, avec un quatrième personnage. Les autres fenêtres sont garnies de verres incolores, et la lumière est répandue d’une manière convenable dans toutes les parties de l’intérieur. Le maitre-autel appartient au règne de Louis XV il a un retable de dimension médiocre soutenu par quatre colonnes ioniques cannetées. Son tabernacle, très-élégant, est accompagné de deux grandes statues d’évoqués un saint Germain et un saint François-de-Sales.
L’arc triomphai, qui met le choeur en communication avec la nef, se compose d’une ogive sans moulure, portée sur des pites rectangulaires avec un simple abaque. A l’extérieur, figure un rang de zigzags et une série de billettes.
Deux petits autels Louis XIV a colonnes torses, t’accompagnent à droite et à gauche.

II.
Voila les surfaces que M. le comte de Galembert était appelé à couvrir des riches couleurs de sa palette. Disons-!e de suite, il a réussi d’une manière très-satisfaisante. En employant des tous chauds, mais habilement combinés, il a pu contenter le goût inné du paysan pour la couleur vive en restant a l’abri des critiques de l’archéologue pur. C’était là le problème difficile, devant la solution duquel nous voyons tous les jours échouer des artistes.
Nous donnerons donc à l’oeuvre de M. de Galembert des éloges sans restriction et pour qui connaît notre manière de voir en fait de peinture, ce simple mot dit beaucoup. Toutefois, nous nous permettrons quelques observations de détail c’est tout ce que notre critique trouve à reprendre dans ce travail considérable.
Une draperie verte, avec de grands fleurons bruns, couvre la base des murs. Cette draperie est frangée d’un large galon. Au-dessus règne une bande assez haute, une sorte de litre remplie d’un potencé contre-potencé rouge et bleu.

Les colonnettes portent des ornements géométriques variés de forme et de couleur dont la plume décrirait difficilement la combinaison généralement satisfaisante. Le même système se reproduit sur les nervures de la voûte. L’arc-doubleau central est garni uniformément, sur ses deux moulures, d’un damier rouge et vert. Des rinceaux fort bons se dessinent sur les ébrasures des fenêtres, qu’entoure une arcature continuée sur le nu des murs, pour servir de niches à huit personnages en pied, d’un bon dessin et d’une bonne couleur.
Ces figures, disposées en vis-à-vis, quatre sur chaque mur, portent les noms suivants:

Nord.
Saint Exupère.
Saint Pierre.
Saint Jean.
Saint Marc.

Sud.
Saint Joseph.
Saint Paul.
Saint Mathieu.
Saint Luc.

Les arcatures se détachent sur un fond de méandres, nébutes, points de Hongrie, d’un dessin très-heureux et d’un effet très-décoratif, qui rappellent certaines tapisseries du XVe siècle mais auxquels on peut faire prendre place dans tous les styles d’architecture.
Les écoinçons des voûtes sont azurés, suivant l’usage, avec un semé d’étoiles d’or. Au centre de chaque triangle on a dessiné un médaillon circulaire encadrant dans la première travée le monogramme du Christ, X P; dans la seconde, le chiffre de la Vierge, M A.
On a réservé, autour du tombeau, une décoration spéciale beaucoup pins moderne de style que celle de l’ensemble du monument. C’est un hommage rendu à la vérité historique.
Du reste, nous n’avons rien à dire de particulier sur cette décoration.
L’intrados de l’arc triomphal est orné de rinceaux fort jolis. La voussure, à l’extérieur, a été également coloriée.
La nef est tout-à-fait incolore.
Voyons les quelques taches que nous avons remarquées dans cet immense tableau. On a négligé de faire suivre les contours des plis simulés au galon de la draperie verte c’est un désaccord assez choquant. Le potencé rouge et bleu de la bande supérieure tranche bien vivement avec le ton calme et effacé de la draperie nous aurions préféré un ton moins cru, moins heurté.
Nous ferons le même reproche au damier de l’arc-doubleau.
On peut adresser aussi une légère critique aux peintures des chapiteaux elles effacent trop la sculpture. Les ornements employés sur les tailloirs n’ont pas assez d’importance décorative pour le rôle joué par ces membres d’architecture dans les constructions de l’époque de transition. Le brillant des nervures et du fût des colonnettes tes écrase et les diminue.
De même les dents de scie faisant généralement bordure à toutes les nervures, an lieu de leur donner le relief, la valeur qui leur appartient, effacent les saillies mieux aurait valu une ligne ferme au contour et bien rechampie. Les rinceaux des fenêtres sont un peu grands peut-être reproche à faire généralement à tous tes ornements. On les dirait originairement composés pour une place moins rapprochée du spectateur ou pour un monument d’une autre dimension.
Cette question d’échelle est le point le plus délicat de toute construction ou décoration. Que viennent faire là aussi les dessins étrusques, rouge sur fond noir, placés sous la base de ces mêmes fenêtres? C’est un hors-d’oeuvre tout-à-fait en désaccord avec l’ensemble de l’ornementation et dont l’effet est loin d’être heureux.
Nous aurions bien quelques questions à poser relativement au choix des figures, à leur corrélation mais ceci regarde le programme tracé à l’artiste et non son exécution d’ailleurs, toutes ces questions iconographiques sont grosses de règles liturgiques dont les développements n’entrent pas dans le cadre de ce travail.
Nous critiquerons encore les chiffres jetés au milieu de la voûte. Pourquoi ces deux emblèmes du Christ et de la Vierge?
Ils ne sont ni de l’époque, ni du style de la décoration, ni d’un style concordant avec eux. Si l’on a voulu faire du symbolisme, c’est du symbolisme à faux.
Comme ceux des fenêtres, les rinceaux de l’arc triomphal sont trop grands pour le point rapproche qu’ils occupent. Enfin la décoration de la voussure extérieure est trop dure, trop fortement colorée. Il aurait fallu faire servir l’arc triomphal de transition entre la nef incolore et la partie, si richement teintée, qui attire l’oeil au fond du sanctuaire.
Nous ne savons. Monsieur le Directeur, si nous avons réussi à vous donner une idée de cette composition digne a tous égards de la visite des amateurs du beau. Dans tous tes cas, vous avez pu le voir, les légères critiques auxquelles nous nous sommes franchement livrés, chemin faisant, confirment notre jugement, et ce travail fait le plus grand honneur à M. le comte de Galembert.

III.
Dès notre entrée dans l’église d’Auvillars, notre attention fut entièrement captivée par les peintures qui devaient faire l’objet spécial de notre étude mais, notre examen terminé, il nous resta encore quelques instants pour étudier les autres parties de l’édifice, et chercher, suivant la coutume des archéologues passionnés, jusque dans les moindres recoins quelque souvenir du passé historique de cette localité si importante au moyen-âge. Nous avons pu constater combien M. le curé sait apprécier le monument dont il est en possession ce qu’on ne voit pas partout.
Dans la sacristie, nous avons trouve une liste des curés et vicaires à partir du commencement du XV° siècle. Il serait à souhaiter de voir chaque prêtre faire dans sa paroisse, comme M. le curé d’Auvillars.
L’église est fort bien tenue. On n’y voit point traîner ces mille ustensiles qui déparent continuellement telle église de grande ville que nous pourrions nommer.
M. le curé d’Auvillars fait marcher de front les études liturgiques et tes études historiques. Si son autel de la chapelle du Rosaire est anti-liturgique et critiquable de tout point, ce à quoi il n’a pas encore pu remédier sans doute, le maître autel est orné suivant toutes les règles. Les chandeliers placés sur les gradins sont de hauteur graduée bientôt, nous l’espérons, les laides souches en fer-blanc qu’ils portent seront remplacées par des cierges de cire à fleurs multicolores la lustrine rouge dont ils sont enveloppés doit être un simple préservatif contre la poussière, nous aimons à le croire, et elle disparait dès que l’autel est disposé pour une cérémonie quelconque.
Les deux petits candélabres en bois tourné posés sur les crédences de l’autel méritent d’être conservés, malgré leur simplicité. La dinanderie, plus ou moins argentée, fabriquée de nos jours ne les vaut certainement pas.
Certaines gens ont manifesté à M. le curé d’Auvillars leur étonnement de ce qu’il a conservé un autel du dernier siècle au milieu d’un choeur d’un gothique si bien caractérisé.
Nous, nous lui adresserons des félicitations pour ce fait. Cet autel s’harmonise parfaitement avec son entourage, beaucoup mieux, peut-être, que ne ferait un autel du XIIe siècle si nous pouvions nous familiariser avec ses formes, et si l’on trouvait un ouvrier capable d’en faire un sans mélange de styles hétérogènes. Dans tous les cas, cet autel est une date historique bonne à conserver.

Les deux petits autels de l’arc triomphal sont aussi parfaitement à leur place nous avons vu avec intérêt tours parements peints. M. le curé fera bien de leur donner tous ses soins.
Les chandeliers des céroféraires, restés dans le sanctuaire, portaient des cierges de cire nous aimons à croire que ce n’est pas à une circonstance fortuite que nous avons dû de voir ce retour vers le vrai.
Le lutrin nous a paru du XVII° siècle. Il est curieux, et tout homme de goût le préférera, malgré sa simplicité, à ces édifices mal conçus en fonte ou en dinanderie, qui se rencontrent trop souvent, et ont occasionné la ruine, la destruction d’objets semblables à celui sur lequel notre attention s’est fixée à Auvillars.
Nous nous permettrons de recommander à M. le curé d’Auvillars la conservation du tableau appendu au mur du sud, dans la nef. Comme tous ceux où se trouve représentée la Vierge au Rosaire ce tableau est d’une bonne exécution, et il tire un grand intérêt du blason de confrérie placé au bas. It occupait, sans doute, le centre du retable de la chapelle, a la clef de voûte de laquelle on retrouve un blason semblable. Nul obstacle, selon nous, à ce qu’il reprenne son ancienne place.

Base mérimée.
Manoir de La Bruyère.
Le pressoir du manoir est un bâtiment de la fin du 15e siècle, dont les deux premières travées est sont élevées sur une cave correspondant sans doute à l’ancien manoir. Il a été converti à la fin du 16e siècle en bâtiment agricole à usage de cave, pressoir et étable. Il abrite le mécanisme de pressoir en rez-de-chaussée, installé à la fin du 18e siècle, surmonté à l’étage de la remise à pommes. »

AUVILLARS. – Motte bien conservée avec fossés profonds autrefois alimentés par un ruisseau voisin, tout près et à l’Est de l’église(3). M. Morin a signalé des souterrains au lieu-dit « Le Vieux Castel» (4). Au cadastre on trouve « Les Câteaux (E, 50-64) ; un autre point de la commune porte le nom de « Lieu-Catelin ».
(3) Caumont, Stat. mon., IV, p. 193. – Doranlo, Camps, p. 802. _ Cadastre D, n° 4-6.
(4) Bull. S. Il. N., XXXIV, p. 368 sq.

Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie
-Extraits.
Le 3 juin 1440, Olivier Martin, écuyer. capitaine du château d’Auvillers, donnait quittance devant Guillaume Couillart, tabellion à Bonnebos, de 12 livres tournois qu’il avait reçues pour la prise de Jean de la Mare, et pour la tête de Pierret Letoux, qu’il qualifie de traîtres, aussi bien que de larrons.

Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie.
Extraits:
Le premier est Robert de Tournebu signalé comme patron de la paroisse d’Auvillers. On sait que ce personnage n’acquit le domaine d’Auvillers, tout-à-fait étranger jusque là aux propriétés de sa famille, que par son mariage avec Jeanne fille et héritière de Guillaume seigneur d’Auvillers et de St.-Aubin-de-Sellon qu’il figure dans des actes portant tes dates de 1303, 1304, 1307 et 1319 qu’aucun de ses héritiers immédiats ne porta le même nom de baptême que lui

Archives du Calvados – Monographie d’auvillars.
Extraits:

C’était une chastellerie très ancienne, dont les seigneurs portaient le titre de Baron et quelquefois celui de Marquis.
Leurs armes étaient « d’or au sautoir accompagné de quatre aigles de geules »…..
Le plus ancien seigneur dont fit mention le Chartier d’Auvillars est un sieur Robert d’auvillers, qui vivait vers l’an 1200. Son fief dépendait du Comté de Meulan.
Les Chartes de l’Eglise Cathédrale de Lisieux parlent de Mgr Guillaume d’Auvillers, Seigneur de Saint Martin de Salon (Sallen?) de Barneville en Auge, il vivait en 1303. Sa fille Jeanne épouse Robert de Tournebu, Baron de la Motte, Cesny en Cinglais, Grimbosq, Thury etc.
Lorsque pendant la guerre de Cent ans, les Anglais furent maître de notre pays, le château et ses dépendances furent donnés à un Chevalier anglais, André HOUGARD.
En 1450, les Tournebu rentrèrent dans leurs biens.
Vers 1485, Jean de Harcourt, fils de Philippe de Harcourt, baron de Bonnestable, tué à Azincourt, en 1425; hérita de la Chastellerie d’Auvillars qui resta dans cette famille jusqu’en 1550 (*)
(*) Pour renseignements plus complets sur les anciens seigneurs d’Auvillers consulter l’histoire de la maison d’Harcourt, par Gilles André Delaroque.

Les d’Harcourt furent remplacés par les SALCEDE, d’origine espagnole.
Les SALCEDE sont souvent représentés comme tyrans, odieux par leurs excès même contre les moeurs….. un SALCEDE fut écartelé à Paris en 1582/8 pour conspiration contre l’état.
En 1650 Pierre DAUVET de TRIGNY devient seigneur d’Auvillars par son mariage avec Louise Marie de MIOU; Dame d’Auvillars.
Les DAUVET étaient d’une très ancienne et trés illustre famille de Picardie.
En 1700 (date approximative) M. de TRIGNY dota les églises d’Auvillars et de Repentigny (*)
et légua aux pauvres d’Auvillers un herbage à Rumesnil, dit herbage des Mesnils.
(*) Les Seigneurs d’Auvillars étaient patrons des églises de d’Auvillars et de Repentigny et nommaient au Bénéfice.
En 1750 M. Louis Nicolas DAUVET, chevalier, marquis de Dauvet Mainville, seigneur châtelain d’Auvillars était Capitaine lieutenant des gendarmes d’Orléans, Brigadier des armées de roi, maréchal de Camp, Lieutenant général des armées Commandeur de l’Ordre de Saint-Louis etc.
Son 2ème fils, le vicomte Gabriel Nicolas de Dauvet se signala, sans doute par ses idées et ses agissements contre révolutionnaires, car il fut en 1792, condamné à la déportation. Les biens furent confisqués.
En Juin 1793 séquestre fut mis sur les propriétés des Dauvet. Le 18 août, le Procureur de la commune se fit remettre les clefs du château…….
Les fiefs d’Heudreville, Boulon, l’Esnauderie dépendaient également de la seigneurie. Cette terre des Esnauderie avait été possédée, vers l’an 1500, par Pierre Lemonnier, écrivain distingué, recteur de l’Université de Caen…… De la seigneurie d’Auvillars dépendait un fief important assis à Hottot avec extension sur Beuvron et les environs. Il était qualifié Quart de fief de Haubert avec juridiction en Basse-Justice et autres droits seigneuriaux…….

La Chapelle Saint-Jean.
Il ne reste plus qu’une des trois chapelles qui existaient anciennement à Auvillars. Elle est située….à peu de distance du Lieu-dit: Le Friche Delaplace

Camps, enceintes, mottes et fortifications antiques du Calvados, par M. le Dr Doranlo – Grappa.
AUVILLARS (I. N. S. E. E. n° 033)
Clx: 435,00 x 1168,60
La motte de l’ancien château posséde un diamétre d’environ 40m, elle est entourée de fossés autrefois en eau. L’entrée était à l’Est, ad l’on voyait encore au siécle dernier les restes d’un
pont qui avait plusieurs arches.
Ce tertre supportait encore des bâtiments en 1843, détruit depuis (1)
En 1088 ou 1089, GUillaume d’Auvillars est témoin de la charte de fondation du prieuré de la Trinité de Beaumont (2).
Sources:
(1) DALIPHARD M., Les fortifications de terre au XI é et XII è Siècles dans le Pays d’Auge et l’apparition des moated-sites, 105è congrès nationnal des sociètés savantes Caen, 1980, Archéologie, p. 188.
(2) DEVILLE E. Cartulaire de l’église de la Sainte Trrinité de Beaumont-le-Roger – Paris , 1912, in 4°, p. 12
CAUMONT A. de, Statistique Monumentale t. 1V, 1859, p. 189.
DORANLO R., Essai d’Inventaire … Biil.Soc.Hist. de Lisieux n° 26, 1924-25, p.193

Minutes et répertoires du notaire Jean MARCHANT, 24 octobre 1568 – 9 août 1590 (étude XC)
29 mai 1587 – Procuration par Henriette du Breil, veuve de Pierre de Salcedde, sieur d’Auviller, pour le bail des revenus du château et des terres d’Auviller.

Diane de Beauveau, dame de la châtellerie d’Auvillers épousa Anthoine de Nion, chevalier, seigneur d’Equevilliers, d’où Louis de Nion, chevalier, marié à Jacqueline de Gruel de la Frette d’où Louise Marie de Nion, mariée à Pierre Dauvet de Trigny le 10 février 1649, dame d’Auvillers.

1278 – Le fief de Chaude Robe, qui est fief de cuirasse et tenu de deux seigneurs par moitié, l’un est le roy ou bien du seigneur de Borbebos, l’autre est Henry d’Auvillers, chevalier.

Auvillars : cette terre appartint à Nicolas de Salcède, écartelé en Place de Grève pour conspiration contre Henry III
On trouve une gravure représentant son exécution à Paris en 1582, dans les Guerres de Nassau.
Comment les Salcede succédèrent-ils aux d’Harcourt ?
Narration d’un fait divers concernant Robert de Tournebu en 1342
Note du l’appointement d’AUVILLARS (Echiquier de Normandie)
Note et généalogie des DAUVET, y sont cités : Isabelle de Brulart de Sillery; les d’Auxy, Breze, Montmorency, Simon, Béthune, Nonnant, Chabannes. Description des armes.

Histoire de Lisieux : ville, diocèse et arrondissement. Tome 2 – par M. Louis Du Bois.

XIII. ROBERT III. Il est fait mention de lui dans des lettres du 23 auguste 1366 par lesquelles le chevalier Girard de Tournebu, seigneur d’Auvillars, et Jeanne de Brucourt, sa femme, confirment la donation de la terre de Ruménil, faite au couvent par Robert de Brucourt, évêque d’Évreux.

ESNAUDERIE (Pierre Le Monnier de). Ce gentilhomme, né à Auvillars, mourut à Caen vers 1520. En 1515, il écrivit le Matrologe de l’Université dont il fut deux fois recteur. On lui doit les ouvrages suivants :
1° Traité latin sur les Droits et les Privilèges des Docteurs ;
2° un autre, en latin aussi, sur la Vie Contemplative ;
3° un livre en français à la louange du mariage et des femmes vertueuses ;
4° une exhortation à la vie active, dans laquelle il fait l’éloge de l’union conjugale’; 5° un opuscule sur l’Université de Caen.

Numéro Bibliothèque de l’École des Chartes
Note sur Pierre de l’Enauderie né à Auvillars et mort à Caen en 1519.
Pierre de Lesnauderie (1). Originaire de la paroisse Saint-Germain d’Auvillars, au pays d’Auge, Pierre Le Monnier, fils d’un gentilhomme qui s’intitulait de V Esnauderie, du nom d’un lieu qu’il possédait dans la dite paroisse, ne retint pour lui que ce dernier nom (P.-D. Huet, Les origines de la ville de Caen, 2e édit. Rouen, Maury, 1706, in-8°, p. 413.). Il vint faire ses études à Caen, où il devait être reçu maître ès arts, notaire juré et, grâce à la beauté de son écriture, greffier de la Cour des privilèges (La Croix du Maine et Du Verdier, Bibliothèque françoise, édit. Rigoley de Juvigny, t. II, p. 292, et t. III, p. 268 Huet, p. 414 A. de Bourmont, p. 298.). En 1492, il joue le rôle de Pates-Ouaintes dans la farce de ce nom représentée à Caen, le mardi gras, farce qui lui est attribuée (Publiée par Th. Bonnin. Evreux, 1843, in-8°. Cf. Éd. Frère, Manuel du bibliographe normand, t. I, p. 127, et Brunet, Manuel du libraire, t. I, col. 1104.). Bachelier en droit (1499) (L. Delisle, Catalogue des livres imprimés ou publiés à Caen, t. II (1904), p. cxiv.), puis licencié ès lois et procureur de l’Université, le 20 novembre 1502, il est chargé de faire entrer et remettre au recteur des volumes légués à l’Université et, le 23 mars 1504 (n. st.), il communique à l’Université le testament de feu Pierre Basan (Délibérations, I, fol. 208 v° et 214 v° cité d’après Émile Picot, dont le dossier Lesnauderie (Bibl. nat., ms. fr. 23241 des nouv. acq.) nous a fourni quelques indications.). Il fut recteur de l’Université de Caen à deux reprises, du 1 er octobre 1505 au 23 mars 1506, et du 1er octobre 1520 au 22 mars 1521 (Eugène Châtel, Liste des recteurs de l’Université de Caen. Caen, 1882, in-8° (tirage à part du tome XI du Bull, de la Soc. des Antiquaires de Normandie), p. 13, n° 132 p. 16, n » 162.). Il devint docteur et régent ès deux facultés de droit civil et droit canonique, et rendit de grands services à l’Université de Caen, dont il rédigea le Matrologe (1515) (L’original est le ms. 68 de la collection Mancel, à Caen. Une copie s’en trouve à la bibliothèque de Rouen (ms. 1303), une autre aux archives du Calvados. Cf. Catalogue des manuscrits de Rouen, par H. Omont, t. I, p. 322-323 Catalogue de la collection Mancel, par R.-N. Sauvage, p. 166 A. de Bourmont, op. cit., p. 301 et suiv.) il lui donna ses livres, de l’argent et une maison(A. de Bourmont, p. 298 Huet, p. 414.). Nous retraçons sa biographie d’après la notice que lui consacre le comte Amédée de Bourmont dans La fondation de l’Université de Caen et son organisation au XVe siècle (Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, année 1882-1883, t. XII, p. 297-301).

Extrait de Randonnées et patrimoine en Pays d’Auge, tome 3 canton de Cambremer, par Jacques Lalubie, éditions Charles Corlet 1987.

Dans la vallée au contraire, au-delà du chevet de l’église, se trouve un second type de motte, bien postérieur, rectangulaire et peu élevée, entourée de douves inondables, adaptée aux lieux de plaine.
Elle n’est guère visible désormais et se devine, derrière le cimetière, couverte d’un beau gazon vert, au-delà de la ferme voisine, un second grand arbre étant planté juste en son centre. Au milieu du 19e siècle on y voyait encore une aile de bâtiment avec porte cochère accessible depuis l’orient par un pont à plusieurs arches, une tour, un colombier et les ruines d’un manoir central.
ll s’agit là d’ouvrages tardifs, à usage privé, défense contre le petit banditisme local tandis que les vrais châteaux-forts sont désormais initiatives stratégiques et propriété exclusive des ducs ou des rois.  »

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux

249. – Le 22 févr. 1694, vu l’attestation du sr de Laporte, pbrë, curé d’Auvillers, et du sr Gauquelin, pbrë, curé de Gerrots, dispense de bans pour le mariage de Jean Hubert et de Jacqueline Julienne.

213. – Le 8 févr. 1695, vu l’attestation du sr de Laporte, pbrë, curé d’Auvillers, et du sr Ameline, vicaire de Bonnebosq, dispense de bans pour le mariage de Guillaume Deshoulles et de Marguerite Daumont.

291 bis. – Le 31 mars 1695, la nomination à la chapelle St-Jean- Baptiste, sise en l’enclos du manoir du Campbénard, en la parr. d’Auvillers, appartenant au seigr du lieu, « dame Jeanne-Marie Formage vve en premières noces de Me Jean-Baptiste Bazin, conser. et procureur du roy au présidial de Caen, fondateur et dotateur de lad. chapelle, à présent épouze de Mesre Nicolas de Ste Marie, chevr, seigr d’Aigneaux, et séparée d’avec luy quant aux biens, » nomme aud. bénéfice, vacant par la mort de Me Jean-Baptiste Letanneur, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me Jean-Baptiste-Jacques Bazin, clerc tonsuré du diocèse de Bayeux.
Le 3 mars 1695, led. sr Bazin, représenté par Me Nicolas de Laporte, pbrë, curé d’Auvillers et doyen rural de Beuvron, requiert du seigr évêque la collation de lad. chapelle St-Jean-Baptiste. Mais cette collation est refusée parla raison que le sr Bazin n’est que tonsuré et que cette chapelle est de celles qui demandent à être desservies par un prêtre.
Le 31 mars 1695, lad. dame présentatrice nomme aud. bénéfice la personne de Me Jean Pellehaste, pbrë, natif du diocèse de Coutances, demeurant à St-Lo, parr. N.-D.
Le 10 avril 1695, le seig’ évêque donne aud. sr Pellehaste la collation de cette chapelle.
Le 28 avril 1695, le sr Pellehaste, représenté par Me Jacques Bédavoine, pbrë du séminaire de Lx, prend possession de la chapelle du manoir du Campbénard.

113. – Le 28 févr. 1696, vu l’attestation du sr Rohays, pbrê, vicaire d’Auvillers, dispense de bans pour le mariage de Madeleine Barbier.

113. – Le 28 févr. 1696, vu l’attestation du sr Rohays, pbrê, vicaire d’Auvillers, dispense de bans pour le mariage de Madeleine Barbier.

57. – Le 11 juin 1697, au sr de la Porte, curé d’Auvillers, doyen rural de Beuvron : Vu l’attestation du sr du Houlley, curé du Torquesne, et du sr Bienvenu, curé de la Roque, dispense de bans pour le mariage entre Mesre Charles de Nocey, chever, fils de Mesre Gaspard de Nocey, chever, seigr et patron du Torquesne, lieutenant de nos sgrs les Maréchaux de France, et de feue noble dame Françoise de la Reue, demeurant en lad. parr, du Torquesne, d’une part, et damlle Madeleine Labbey, fille de feu Mre Pierre Labbey, vivant chever, seigr d’Ecajeul, et de noble dame Madeleine Crestey, demeurant à la Roque.

201. – Le 25 nov. 1699, vu l’attestation des srs de Laporte et Ledanois, curés d’Auvillers, et du sr Mollien, vicaire de Manneville-la-Pipard, dispense de bans pour le mariage entre Jacques Nicolas et Catherine Lecauf.

817. – Le 17 juillet 1703, vu l’attestation du sr Delaporte, curé d’Auvillers, et du sr Auger, vicaire de Léaupartie, dispense de bans pour le mariage entre Jean Delamorinière, maçon, et Françoise Lespiney.

7. – Le 21 oct. 1703, la nomination à la cure de St-Germain d’Auvillers, 1re portion, appartenant au seig r du lieu, Mesre Jacques Dauvet, chever, seigr châtelain et marquis d’Auvillers, sgr de Repentigny et autres lieux, nomme à cette cure, vacante par le décès de Me Roger Ledanois, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me Nicolas de Laporte, pbrë, curé de la 2e portion d’Auvillers et doyen rural du lieu. « Fait en l’hostellerie où pend pour enseigne la Couronne, faubourg de la Chaussée, parr. St-Germain de Lx. »
Le 24 sept. 1703, led. seigr évoque donne aud. sr de Laporte la collation dud, bénéfice et lui enjoint, comme à tous les nouveaux titulaires, de passer six semaines au séminaire avant d’entrer en fonctions, afin de se former à la discipline ecclésiastique et de s’exercer aux fonctions pastorales.
Le 21 oct. 1703, le sr de Laporte prend possession de la 1er portion de la cure d’Auvillers, en présence de Mesre Anne Dauvet, chevr, seigr de Bouffay ; Me Charles Gouche, pbfë, curé de Hotot ; et M Philippe Noncher, pbfë, vicaire d’Auvillers.

427. – Le 2 janvier 1705, Léonor de Matignon, évêque et comte de Lx vu la requête a lui présentée, le 15 nov. dernier, par Me Nicolas de la Porte, pbrë, curé de la 2e portion du bénéfice-cure d’Auvillers et aussi pourvu de la 1re portion, tendant à la réunion des deux portions en un seul et même titre de bénéfice ; vu l’enquête de commodo et incommoda sur lad. réunion ; vu l’acte par lequel Mesre Jacques Dauvet, chever, seigr marquis d’Auvillers, patron des deux portions, consent à leur réunion à charge pour le titulaire d’avoir deux vicaires et de payer trente sols par jour pour les pauvres, tout le temps que les deux vicaires manqueront ; vu l’acte par lequel les paroissiens réunis en état de commun donnent pareil consentement ; led. seigr évêque supprime le titre de la 2e portion de cette cure et le réunit à la 1re portion à perpétuité, à condition pour le titulaire d’avoir deux vicaires; et, s’il est plus de quinze jours sans les avoir, de payer trente sols par jour autant de temps qu’ils manqueront, à raison de 15 sols par vicaire.

688. – Le 24 nov. 1705, vu l’attestation du sr Savourey, vicaire d’Auvillers, dispense de bans pour le mariage entre Pierre Letanneur et Marguerite Bottey.

364. – Le 4 sept. 1707, vu l’attestation du sr Pétou, vicaire d’Auvillers, dispense de bans pour le mariage entre Robert Poëtre et Anne Basire.

Curés de la 1re portion. – R. Ledanois – R. de la Porte.
Curé de la 2° portion. – N. de la Porte – Réunion des deux portions et N. de la Porte seul curé.
Vicaires. – Rohays – P. Noncher – J. Andrieu, VII. 630. – Savourey.
Patron des deux portions. Le Seigneur du lieu – J. Danvet.
Seigneur. – A. Danvet de Bouffey.
Chapelle Saint-Jean-Baptiste [au manoir du Campbénard). – Chapelains. – J.-B. Letanneur – J. Pellchasle, II. 291 [bis), – Patron. Le Seigneur du lieu. – J.-M. Formage, Vve J.-B.Bazin.

309. – Le 28 février 1715, Marin Legrip, demeurant à Rumesnil, Me Jean Legrip, tabellion en la vicomté d’Auge, demeurant à Auvillers, constituent 150 livres de rente en faveur de Me François Legrip, acolyte, fils dud. sr Jean et petit-fils dud. sr Marin, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés.

Curés. – N. de la Porte, XII. 478. – J.-J.- Lechevalier.
Vicaires.- J. Pétout- J. Bloche – P. Collet – Jolly – Hain – Duval.
Prêtres delà paroisse. – J. Pétout – F. Legrip
Clercs. – F. Legrip – J. Hain – N.Julienne.
Patron. – Le seigneur du lieu. – J. Dauvet.
Notable. – J. Legrip,

320. — Le Ier mais 1715, honnête homme Jacques Hain, Sr. des Fosses, demeurant à Auvillers, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, Me. Jacques Hain, acolyte de lad. parr, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Fait en présence de Me. Jean Petout, pbrë,

1004. — Le 20 nov. 1725, vu l’attestation du Sr. Duval, vicaire d Auvillers dispense de bans pour le mariage entre Jacques Nicolas et Anne Le Gouez.

884. – Le 12 avril 1730, Me Jacques Duval, pbfë, vicaire d’Auvillers, Me ès-arts en l’Université de Caen, fait signifier ses noms et grades aux religx de Beaumont, et le lendemain à ceux de Ste-Barbe-en-Auge.

1382. — Le 27 févr. 1733, la nomination à la chapelle «domestique» de Campbénard, sise en la parr. d’Auvillars et dont la dotation est de 60 livres de revenu, appartenant au seig. du lieu, Me Jean-Baptiste-Jacques Bazin, Esc., seig. de Campbénard et de Champversent, cons. du roy, maître ordinaire en sa Cour des Comptes, Aides et Finances de Normandie,demeurant à Rouen, «derrière les murs de St-Ouen», nomme à lad. chapelle, vacante par la mort de Me. Jean
Pelhâte, dernier titulaire, pbrë habitué en la parr, de St-Lo, diocèse de Coutances, la personne de Me. François Leturc, pbrë, chanoine prébende du Faulq en la cathédrale de Lx, et curé des paroisses de Rots et Norrey, en l’exemption de Mg. l’archevêque de Cambray, en sa qualité d’abbé de St-Ouen de Rouen, lesd. cures situées dans le diocèse de Bayeux.
Le 24 avril 1733, le seig. évèque donne aud. Sr.Turc la collation dud. bénéfice.
Le 21 oct. 1733, led. Sr. Leturc, représenté par Me. Ollivier Dufer, pbrë, curé du Fournet, prend possession de la chapelle St-Jean-Baptiste dans le manoir de Campbénard.

1400. — Le 3 oct. 1733, dispense de bans pour le mariage entre Jean-Charles-Guillaume de Picquot, Esc., seig. et patron de Magny-la-Campagne, fils de feu Jacques-Charles de Picquot, Esc, seig. dud. lieu, capitaine au régiment de Vivarais, et de noble dame Marie-Marguerite de Bourgais de lad. parr, de Magny, d’une part, et damll. Marie-Françoise-Charlotte de Vauborel, fille de feu Mre. Anne-Charles de Vauborel, Esc., seig. d’Auvillers, et de noble dame Charlotte-Ravenne Patry, de la parr, de Hotot.

114. – Le 6 sept. 1735, la nomination à la cure d’Auvillers et à la chapelle St-Jean en lad. parr., appartenant au seigr du lieu, Mre Gabriel Danvet, chev., marquis d’Auvillers, demeurant à Paris et présentement en son château de Bouffey, près Bernay, nomme auxd. bénéfices, vacants par la mort de Me Jean-Jacques Lechevalier, dernier titulaire, la personne de Me Jacques Hain, pbfë, vicaire duel, lieu d’Auvillers.
Celui-ci sera tenu d’avoir perpétuellement deux vicaires. Fait et passé au château de Bouffey, en présence de Me Nicolas Jouen, curé de Bouffey, et autres témoins.
Le 7 sept. 1735, le seig r évêque donne aud. sr Hain la collation de la cure d’Auvillers et de lad. chapelle St-Jean.
Le 4 oc. 1735, le sr Hain prend successivement possession de ces deux bénéfices avec toutes les cérémonies ordinaires, en présence de Mre Jean de Pierres, pbfë, curé de Bonnebosc ; Dom Michel Roussel, religieux de l’abbaye de N.-D. du Val-Richer ; François Thierry, sr des Cours, bourgeois de Caen, et Guillaume-François Thierry, sr de Fresnay el de Repentigny, et autres témoins.

261. — Le 21 août 1736, dispense de bans pour le mariage entre Me. Paul de Bernières, Esc, Sr. de la Cotterie, fils de feu Me. François de Bernières, Esc, Sr. de la Cotterie, etde noble dame Marie de Fessard, led. Sr. Paul originaire de Coupesarte et demeurant depuis douze ans en la pair. d’Ammeville, d’une part, et dmll. Madeleine Thierry, fille de Me. Jean-François Thierry, Sr. des Cours, bourgeois de Caen, et de feue Jeanne Violette, demeurant à Auvillers.

Curés. – J.-J. Le Chevallier – J. Hain.
Vicaires. – J. Duval – J. Hain – Delauney – D. Lamy – F. Picquot.
Prêtre de la paroisse. – N. Julienne.
Clerc. – J.Hémery.
Patron. – Le seigneur du lieu. – G. Dauvet.
Notables. – J.-F. Thierry – Jn. Colleville.
Chapelle St-Jean-Baptiste de Campbénard. – Chapelains. – J.Pelhaste – J. Leturc – C.-M.-E. Bazin de Campbénard – J.Hain – Patron. – Le seigneur du lieu. – Jq Bazin -J.-B. Bazin,
Ecole.

266. — Le 11 sept. 1736, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Guillaume-Archange-Charles de Vauborel, Esc, seig. d’Auvillers, fils de feu Anne-Charles de Vauborel, Esc, seig. d’Auvillers,et de noble dame Charlotte- Ravène Patry, de la paff. de Hotot, d’une part, et damll. Louise-Anne de St-Gilles, fille de Jean-Baptiste de St-Gilles, Esc, chevalier de l’Ordre militaire de St-Louis et pensionnaire du roy, et de feue noble Françoise du Bosc de Beaupré, de la parr. de Brocottes et demeurant à Lx, parr. St-Germain.

281. — Le 7 mais 1740, Me. François Le Turc, pbrë, licencié aux droits, ancien doyen et professeur honoraire en l’Université de Caen, curé des parr, de Rots et Norrey, diocèse de Bayeux, chanoine de l’Eglise de Lx et titulaire de la chapelle fondée dans le manoir seigneurial du Campbénard, parr. d’Auvillers, au diocèse de Lx, donne sa procuration pour remettre lad. chapelle entre les mains du Seig. évêque de Lx, afin que Mesr. Jean-Baptiste Bazin, chev, seig. de Campbénard, qui en est patron présentateur, puisse y nommer telle personne capable qu’il jugera bien, l’ait et passé à Rots en la maison presbytérale dud. sieur résignant.
Le 26 mars 1740, M. Sr. Bazin, Escr, seigr de Campbénard et de Campversan, cons. du roy, maître ordinaire en la cour des Comptes, Aides et Finances de Normandie, démentant à Rouen et se trouvant présentement à Paris, nomme à lad. chapelle de Campbénard la personne de Me. Charles-Marie-Eustache Bazin, Esc, clerc tonsuré du diocèse de Rouen.
Le 9 septembre 1740, le seig. évoque donne aud. Sr. Bazin la collation dud. bénéfice.
Le 11 octobre 1740, le Sr. Bazin prend possession de la chapelle St-Jean-Baptiste de Campbénard en la parr. d’Auvillers, en présence de M. Thomas-Barthélémy Le Coûteux, cons. au parlement do Normandie, demeurant à Rouen, et autres témoins.

224. — Le 31 mai 1742, vu l’attestation du Sr. Delaunay, vicaire d’Auvillers, dispense de bans pour le mariage de François Lechevallier.

452.— Le 28 oct. 1742, Jean Hémery, fils de Jean et de Françoise Dupont, de la parr. d’Auvillers, reçoit la tonsure et les ordres mineurs.

196. — Le 4 août 1744, Jacques Hémery, marchand, demeurant à Auvillers, constitue 150 livres de rente en faveur de son frère, Me. Jean Hémery, acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés.
Cette rente est garantie par Me. Jean Colleville, chirurgien, demeurant à Auvillers, et autres cautions. Fait et passé aud. lieu, en présence de Me. François Picquot et Denis Lamy, pbrës, vicaires d’Auvillers.

311. — Le 4 nov. 1748, la nomination à la chapelle St-Jean-Baptiste de Campbenard appartenant au seig. du lieu, Mes. Jean-Baptiste-Jacques Bazin, seig. de Campbenard, cons. du roy, maître ordinaire en sa cour des Comptes, Aides et Finances de Normandie, représenté par Henry Brodart, bourgeois de Paris, y demeurant, parr. St-Médérie et rue Ste Avoye, nomme à Lad. chapelle, vacante par la mort de Mesr. Charles-Marie-Eustache Bazin de Campbenard, chevalier de Malte, acolyte du diocèse do Rouen et dernier titulaire d’icelle, la personne de Me. Jacques Hain, pbrë, curé d’Auvillers et doyen de Beuvron. Fait et
passé à Paris.
Le 18 nov. 1748, le seig. évèque donnes aud. Sr. Hain la collation du dud. bénéfice.
Le 25 nov. 1748, le Sr. Hain prend possession de la chapelle de Campbenard, sise en la parr. d’Auvillers.

274. – Le 8 juin 1750, vu l’attestation du sr Loquet, vicaire d’Auvillers, dispense de bans pour le mariage entre François Lelièvre, fils de Jean et de Louise Legrip, de la parr. d’Auvillers, d’une part, et Marie-Jeanne Varin, fille de feu François, de la parr. de Valsemey.

205. – Le 20 août 1751, Nicolas Bottey, marchand, demeurant à Auvillars (2), constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, Me Jean Bottey, acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés.
(2) C’est, je crois, la première fois que cette paroisse porte dans nos Registres le nom d’Auvillars. Auparavant on écrivait toujours Auvillers.

89. – Le 24 avril 1755, vu l’attestation du sr Bottey, vicaire d’Auvillers, et du sr Manteville, curé de Bonnebosc, dispense de bans pour le mariage entre Jean-François Martin, contrôleur des actes à Bonnebosc, fils de Jean-François et de feue Françoise Buhot, de la parr. d’Auvillers, d’une part, et Marie-Jeanne Varin, fille de feu François, et vve de François Lelièvre, tabellion, de la parr. d’Auvillers et demeurant depuis temps de droit à Bonnebosc.

237. – Le 27 févr. 1760, la nomination à la cure de St-Germain d’Auvillers et à la chapelle de St-Jean qui en dépend et qui est située dans les limites de lad. parr., appartenant au seigr du lieu, Mesre Gabriel Dauvet, seigr, patron et marquis d’Auvillers, brigadier des armées du roy, demeurant à Paris, rue Neuve-St-François, parr. St-Gervais, nomme par procureur à lad. cure et à lad. chapelle, vacantes par la mort de Me Jacques Hain, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me Jean Bottey, pbrë, vicaire dud. lieu. Led. sr cure sera obligé d’avoir deux vicaires qu’il payera à ses frais, et si, par négligence, il venait à n’en avoir qu’un, il payera de vingt à trente sols par jour aux pauvres de la paroisse. Il devra en outre affermer, après les affiches dûment apposées, « l’herbage aumosnée » pour les pauvres de la paroisse et en distribuer les deniers, chaque semaine, à ceux qui en auront le plus besoin.
Le 12 mars 1760, Mr Mery, vie. g1, donne aud. sr Bottey la collation desd. bénéfices.
Le 14 mars 1760, le sr Bottey prend possession d’abord de la cure d’Auvillers et ensuite delà chapelle St-Jean avec toutes les cérémonies ordinaires accomplies successivement dans l’église paroissiale et dans lad. chapelle, en présence de Me Jacques Lecoq, curé de la Rocque-Baignard et doyen de Beuvron ; Me Jacques Le Comte, curé de Repentigny; Me Jean-Baptiste Farcy, pbrê, vicaire de Beaufou ; Me Gilles- Jacques-Philippe Hamelin des Essards, pbre, vicaire d’Auvillers, et autres témoins.

71. – Le 2 mars 1767, vu l’attestation du sr Saffrey, vicaire d’Auvillers, et du sr Inger, vicaire de Bonnebosc, dispense de bans pour le mariage de Jacques Ouetel et d’Elisabeth Colleville.

208. – Le 16 oct. 1769, dispense de bans pour le mariage entre Me Jean-Jacques Lelièvre, avocat, fils de Jean et de Louise-Marie Legrip, originaire d’Auvillers et demeurant depuis temps de droit en celle de Pont-1’Evêque, d’une part, et dlle Hélène Mariolle, fille de Guillaume-Jacques-Pierre, de la parr. de Bonnebosc.

245. – Le 13 févr. 1770, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Guillaume-Charles-Gabriel-Archange de Vauborel, chevr, seigr d’Auvillers, veuf de feue noble dame Françoise de la Cour-Grainville, fils de feu Mesre Aimé-Charles de Vauborel et de feue noble clame Charlotte Ravenne Pasté (?), d’une part, et noble dame Anne-Louise Le Pelley de Baugy, Vve de Mesre Joseph Labbey, Escr, seigr d’Heroussard, fille de feu Mesre Nicolas-Marc-Antoine Le Pelley, chev r , seigr de Clermont et autres lieux, et de dame Anne Autoyère, de la parr, de St-Jouin (et originaire de Clermont).

Curés. – Jq Hain – J.Bottey.
Vicaires. – Loquet – Jn Bottey – J.-L. de Bonenfant – G.-J.-P. Hamelin des
Essarts – J.-C.- de Saffrey.
Clerc. – Jn Bottey.
Patron. – Le seigneur du lieu. – G. Dauvet.
Notables. – J.-F. Martin – J.-F. Martin, fils – F. Varin.
Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Campbénard. – Chapelains. –
J. HAIN – J. Bottey – A. Hare – Patron. – Le seigneur du lieu.-J.B.L. Bazin de Sainte-
Honorine – Prétentions du seigr d’Auvillers.

267. — Le 14 janvier 1774, dispense de bans pour le mariage entre Mesr. Jean-Pierre-Philippe de Morceng, capitaine au régiment d’infanterie de Sarelouis, actuellement en semestre chez son père à Fatouville fils de Mesr. Jean-Claude de Morceng, seigneur de Trousseauville, et de dame Marguerite le Grix, d’une part, et noble dll. Marie- Magdeleine-Françoise de Bernière de la Cotterie, fille de feu Mesr. Paul de Bernière de là Cotterie et de dame Jeanne-Magdeleine Thierry, de la parr. d’Auvillers.

127. – Le 17 janv. 1780, la nomination à la chapelle St-Jean, fondée dans l’enceinte du manoir seigneurial de Campbénard, parr, de Bonnebosc (1), appartenant au seigr du lieu, Mesre Jean-Baptiste-Louis Bazin de Ste Honorine, chevr, seigr de Campbénard, Fresneuse, Champs Verson et autres lieux, ancien garde des sceaux près le parlement de Normandie, demeurant en sa terre de Fresneuse et se trouvant présentement à Paris à l’hôtel de Navarre, rue des Boucheries, parr. St-Roch, nomme à lad. chapelle, vacante par la démission de Me Augustin Alexis Taillet, pbre du diocèse de Rouen, en date du 10 courant, la personne de M6 Gabriel Toussaint Cochard, clerc du diocèse de Chartres.
Le 25 mars 1780, le seigr évêque donne aud. sr Cochard la collation dud. bénéfice.
Le 18 juillet 1780, le sr Cochard étant mort sans avoir pris possession de lad. chapelle, led. seigr y nomme la personne de Me Jacques-Pierre Vesque, pbrë, vicaire de St-Germain d’Auvillars. Donné au château de Campbénard.

Le 1er août 1780, le seigr évêque donne aud. sr Vesque la collation dud. bénéfice.
Le 22 août 1780, le sr Vesque prend possession de la chapelle du château de Campbénard, sur « le territoire de la parr. d’Auvillers ou de celle de Bonnebosc,» en présence de cinq témoins demeurant tous en lad. parr. de Bonnebosc.
(1) D’autres actes indiquent cette chapelle comme se trouvant sur le territoire d’Auvillers.

383. — Le 2 août 1782, Nicolas-Simon Bottey, marchand laboureur, demeurant en la parr. d’Auvillers, constitue 150 livres de rente en faveur de son cousin, le Sr. François Pouchin, acolyte de la parr. de Bonnebosq, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur une pièce de terre, nommée les Champs-Blanchard, sise ii Auvillers. Fait et passé à Bonnebosq, en l’étude de Me. Jean-Baptiste Pouchin, notaire.

24. — le 2 mars 1783, Jacques-Charles Mariolle, marchand, demeurant à Beaufour, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, le Sr. Jacques-Charles Mariolle (I), acolyte, de la parr. du Fournet, afin qu’il puisse parvenir aux ondres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur deux pièces de terre en herbe, nommées les Châteaux et le Sainfoin, sises en la parr. d’Auvillars, près le chemin tendant au Lieux-aux-Danois à la Croix-Rouge. Fait et passé à Bonnebosq, on l’étude de Me. Jean-François Martin, notaire royal.

132. — Le ler sept. 1783, la nomination à la cure de St.Germain d’Auvillers appartenant au seigr. du lieu, Mesr Gabriel-Nicolas, vicomte Dauvet, évêque, seigr. et patron d’Auvillers, Repentigny et autres lieux, capitaine au régiment du comissaire général, étant présentement à Valenciennes, fils de Mesir Louis-Nicolas Dauvet, seig. et patron du marquisat de Dauvet, Maineville, seig. d’Auvillers, Bailleul et autres lieux, lieutenant-général des armées du roy, grand’Croix de l’Ordre royal et militaire de St-Louis, nomme à lad. cure d’Auvillers, vacante par la mort de Me Jean-Baptiste Bottey, dernier titulaire, la personne de Me. Noel-Marin Morel, pbre du diocèse de Rouen, vicaire du bourg de Dauvet-.Maineville audi. diocèse. Fait et passé à Valenciennes le 8 sept. 1783 Me de la Beaume Vic. du seig. évêque, donne aud. Sr. Morel collation dud. bénéfice.
Le lendemain, le Sr Morel prend possession de la cure d’Auvillers, en présence de Mr. François De Langue, pbre du diocèse de Bayeux, desservant lad. parr., et plusieurs autres témoins.

34. – Le 2 mars 1785, Jacques-Charles Mariolle, marchand, demeurant à Beaufour, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, le sr Jacques-Charles Mariolle (1), acolyte, de la par?, du Fournet, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur deux pièces de terre en herbe, nommées les Châteaux et le Sainfoin, sises en la parr. d’Auvillars, près le chemin tendant du Lieu-aux-Danois à la Croix-Rouge. Fait et passé à Bonnebosq, en l’étude de Me Jean-François Martin, notaire royal.
(1) Mr Mariolle, vicaire de Cheffreville en 1791, prêta serment d’abord avec restrictions ; puis se voyant révoqué, il supprima ses restrictions. Après le Concordat, il fut nommé, en 1803, curé de Dozulé. Cette paroisse n’avait pas alors l’importance qu’elle possède aujourd’hui.
Il y mourut en 1832, à l’âge de 73 ans. Voici la note que nous trouvons à son sujet dans les archives de l’évêché de Bayeux : « Bon pour les mœurs ; médiocre pour la science. » (Archives du Calvados. – Archives de l’évêché de Bx. – Ordre de Bx. 1833)

Curés. – J.-B. Bottey – N.-M. Morel.
Vicaires.- G.-J.-Ph. Hamelin des Essarts – Jq Vesque.
Prêtre desservant. – F. De Lavigne.
Clerc. – S.-A.-Jq Vallée
Patron. – Le seigneur du lieu. – G.-N. Dauvet.
Seigneurs. – P. de Bernière de la Cotterie – L.-N. Dauvet – G.-N. Dauvet
Chapelle St-Jean-Baptiste de Campbénard.- Chapelains.- A. Hare ou Taillet – Jq-P. Vesque – Patron. – Le seigneur du lieu. – J.-B. Bazin de Ste-Honorine,

145. — Le 26 mars 1787, Jean-Baptiste Vallée, marchand, demeurant à Auvillars, constitue 150 livres de rente en faveur de son fils, Mr Simon-Auguste-Jacques Vallée , acolyte, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur deux pièces de terre, nommées l’une le Val-Héron et l’autre l’Héritage-Sèche, toutes deux se tenant et situées à Bonnebosq. Fait et passé au manoir d’Heudreville en lad. parr. d’Auvillars. led. acolyte, né à Bonnebosq, résidait ordinairement à Auvillars, chez son père. ( Y. t03.)

282. — Le 2 août 1782, Nicolas-Simon Bottey, marchand laboureur, demeurant en la parr. d’Auvillers, constitue 150 livres de rente en faveur de son cousin, le Sr. François Pouchin, acolyte de la parr. de Bonnebosq, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur une pièce de terre, nommée les Champs-Blanchard sise à Auvillers. Fait et passé à Bonnebosq, en l’étude de Mr. Jean-Baptiste Pouchin, notaire. M. Pouchin resta dans le pays pendant la Terreur et y rendit de grands services. Il fut nommé en 1803 curé de Rumesnil. Sur la fin de ses jours il donna sa démission et se retira à Bonnebosq ou il mourut en 1811, à l’âge de 81 ans. — (Archive de l’évêché de Bx. — Ordo de Bx.)

103. — Le 7 avril 1787, (samedi saint), furent ordonnés sous-diacres: Simon-Auguste-Jacques Villée, acolyte de Bonnebosc.

– M. Varin était vicaire d’Auvillars en 1791. Il ne voulut prêter serment qu’avec restriction et fut destitue. Il émigra en 1793 et se retira à Portsmouth chez Jases Moore, rue du Port. Après la Révolution il revint à Pont-l’Evêque où il resta en qualité de prêtre habitué. Il y mourut en 1816. (Archives du Calvados. — Mrr Reux. — Ordo de Bx.)

Notice sur AUVILLARS et recueil des faits qui s’y sont passés à différentes époques. Copié sur le manuscrit autographe écrit par M.VALLEE, curé d’Auvillars daté du 20 octobre 1832 ; communiqué par M. de NEUVILLE à la Société Historique de Lisieux le 3 août 1869 ; on y trouver en autres des renseignements sur :
– les premiers seigneurs (armes)
– Formentin et La Roque
– l’Eglise
– Chapelles rurales
– Heudreville
– Lenauderie
– Boulon
– Le Campbenard
– Valdore
L’ensemble est constitué de 26 feuillets

Note sur le Tombeau de Pierre de Courcelles

Description de l’Eglise par Vasseur ; des cloches d’Auvillars

3 – Archives ShL.

– Carnets de Charles Vasseur.

Par. de Saint-Germain
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux
doy. de Beuvron.
Gêner, de Rouen,
élect. et sergent de Pont-1’Évêque.

VASSEUR Charles (Carnets de) – voir Doyenné de BEUVRON.
AUVILLARS (20)

Archidiaconé d’Auge, doyenné de Beuvron
Sous l’invocation de St Germain
Description de l’Eglise, du Château, Chapelle Saint Jean,

Noms des curés : de Tournebu 1350
Nicolas de la Porte, (description de ses armes) 1695 –1718
Jean Jacques Le Chevalier (1718-1735)
Jacques Hain (1735-1760),
Jean Bottey (1760-1783);
Brotey 1774
Noël Marin Morel (1785-1787)

Jobert de Tournebu, fils puîné de Guy de Tournebu, devint seigneur d’Auvillars par son mariage avec Jeanne fille héritière de Guillaume seigneur d’Auvillars et de St Aubin de Scellon

TOURNEBU porte d’argent à la bande d’azur

Dossier concernant CAMBENARD.
Origine et situation y sont nommés ; Jean de Fervaques, Pierre de Fervaques, Marguerite de Bailleul veuve de Jean de Fervaques, Guillaume Lefevre de Cambenard (22 mai 1535)
Regnault des Heberts escuyer (26 juin 1612)

Chapelle de Saint Jean Baptiste sise en l’enclos du Manoir de Cambenard :
Refus de collation fait à Me Jean Baptiste Bazin motif : n’est pas tonsuré (1695)
Présentation de Jean Pellehestre, (ou Pellehaste) prêtre (1695)
Présentation de François Le Turc (1733)
Présentation de Charles Marie Eustache Bazin (1740)
Pièce de procédure concernant Jean Baptiste Jacques Bazin, escuyer (1759)
Présentation de Adrien Hare (1760)
Pièce de procédure concernant Jean Baptiste Louis Bazin de Ste Honorine (1767)
Présentation de Gabriel Toussaint Cochard (1780)
Présentation de Jacques Pierre Vêque 1780

Dossier concernant BOULLON
Hébert seigneur de Boullon, 1668, description de ses armes
Jehan de Hébert, escuyer sieur de Boullon, garde des sceaux de la vicomté d’Auge 1584
Pièce de procédure concernant une saisie de meubles sur Dame Barbe Druel, veuve de Alexandre de Hesbert 1723
Procès de Henry de Hesbert contre le sieur Feral son fermier 1731

Dossier concernant VALDOR
Minutes des sentences rendues par le Vicomte d’Auge 1744 concernant Anthoine le GOUESLIER
1768 Messire François Jean Legoueslier, escuyer et sieur d’Argences et seigneur du Valdor

Notes sur Auvillars
Recherche de Montfaut : Jean Ryoult d’Auvillard noble
Jean le Monnier d’Auvillars c’est un des ancêtres de Pierre Le Monnier de Lenandrerie, savant écrivain mort à Caen en 1519

Aux seigneurs du nom d’Auvillars il faut ajouter Robertus Dauvillers mentionné dans les rôles de l’échiquier de Normandie en 1195
Robert de Tournebu marié à Jeanne d’Auvillers et premier seigneur d’Auvillers de la famille de Tournebu 1342
C’est sous Richard, son fils, que la forteresse d’Auvillers fut prise par les anglais en 1417 et le 25 septembre 1417 le roi Henri V en fait don au Comte de Salisberry.

815 . Echange de terres à Bonnebosc et Auvillars entre noble homme François Mallet, sieur de Drubec , Clarbec , Valsemey, Taillanville et Culley , et François Senoze ; 13 mai 1600 .

– Voir carnet « Analyses et Transcriptions » et « Transcriptions.Doc », aveux de fiefs.
– AUVILLARS
– Richard de TOURNEBU chevalier rend aveu du fief entier d’AUVILLARS de:
– Jean de SIILLY
– Le BAUDOIN de MONTFORT
– Loys RIOULT
– Messire FRABIN de CASTILLON

Jehan des LOGES dit LA MERE pour une franche vavasserie à LOUVAIGNIER(?) le dit fief d’AUVILLARS s’étend à SAINT-AUBIN-DE-SCELLON de:
– Girot de BAILLEUL
– Ridel de GAILLON, escuyer
– Jehan de BARVILLE
– Guérin de la HERAPPE, escuyer
– Guillaume de MARSAINVILLE, escuyer
– Guy d’ABBEVILLE, chevalier

– 17 février 1404/1405
Jehan d’ASNNIERES escuyer rend aveu 1/4 du fief de LANNOY

– 16 juin 1452
Alix de TOURNEBU rend aveu du fief entier d’AUVILLARS de
– Michel de SILLY, chevalier
– Benoît de LANNOY, escuyer
– Jehan RIOULT escuyer

– 20 juillet 1453
– Jehan de MAILLOC chevalier seigneur de MAILLOC rend aveu du 1/4 du fief de LANNOY sis à AUVILLARS

-13 avril 1464
– Guillemette de TOURNEBU rend aveu du fief entier d’AUVILLARS

– 6 janvier 1484/1485
Guillemette de TOURNEBU rend aveu du fief entier d’AUVILLARS dont sont tenus :
– Guillaume de LANNOY, escuyer
– Estienne du FOSSEY, escuyer
– Jehan de HARECOURT escuyer et seigneur de BONNETABLE (Jean de Harcourt Auvillers)

3 – Autres archives :

En 1364, Robert de Brucourt, évêque d’Evreux, donna à l’abbaye du Val-Richer la terre de Rumesnil et cette donation fut ratifiée par Jean de Brucourt, frère aîné dudit évêque, ainsi que par Jeanne de Brucourt, femme de Gérard de Tournebu, seigneur d’Auvillars (G. Dupont, Histoire de l’abbaye du Val-Richer, p. 128, et Ch. Fierville, Histoire de la Maison de Tournebu dans MSAN, XXVI, p. 211).
= Henri de FRONDEVILLE, Le Compte de Gautier du Bois, vicomte d’Auge pour la Saint-Michel 1312 in Mélanges publiés par la Société de l’Histoire de Normandie, 15e série, p. 35.

1412, 30 décembre
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, sur la valeur des fiefs de Formentin et de Cambernart (Cambénard) à Auvillars appartenant à Jean de Mailloc, écuyer, fils mineur et principal héritier de feu Jean de Mailloc et d’Isabelle d’Asnières.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 115.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 39

1779. mars. Archives SHL.
1F655 : 11 mars 1779 : Acte notarié, Vauborel seigneur d’Auvillars achète une maison à Poussy. (vendeur, de Bernières, écuyer).

ARCHIVES ShL – NEDELEC COMMUNES
Com.3. 4. 1 Auvillars Notes historiques
Com.3. 4. 2 Auvillars Manoir du Lieu-Rousse
Com.3. 4. 3 Auvillars Famille de Hesbert
Com.3. 4. 4 Auvillars Les propriétaires du Coudray à Prêtreville
Com.3. 4. 5 Auvillars Vie quotidienne
Com.3. 4. 6 Auvillars Généralités
Com.3. 4. 7 Auvillars Motte féodale
Com.3. 4. 8 Auvillars Manoir de la Bruyère
Com.3. 4. 9 Auvillars Eglise
Com.3. 4. 10 Auvillars Manoir du Boissimon

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *