CANAPVILLE



NOTES sur CANAPVILLE – 14131.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:
Canapville, Manoir de Prétot, PGMPA, pp. 146-147; façade à poteaux montant de fond et filière chevillée, croix de Saint-André sous les fenêtres, tourelle arrière, cheminées aux extrémités

Canapville, Manoir des Evêques, PGMPA, pp. 144-145; sculptures, encorbellement pavillon, fenêtres à meneaux, lucarne à pignon

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome IV page 271.

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 1286.

GUIDECOQ Paul, « Le manoir de Canapville dit manoir des Evêques », PAR, 42, N° 10, Octobre 1992, pp. -2-11

LE COURTOIS du MANOIR, Manoir de Canapville, Caen, Valin, 1907, pl.In-8°, 16 p., 3 pl. h.t.

LEMETAYER-DESPLANCHES : Voir Archives SHL, Fonds 25F 2e classeur.

DANDURAND Michel, « Le Manoir de Prêtot », AAN, 145, 1987 (1988), pp.19-21

Manoir de Canapville in La Normandie Monumentale et Pittoresque, Le Havre, Le Male et Cie., réédit. Corlet, t. II, p. 184

PANNIER Arthème : voir
Archives SHL, NE12, 1er carton.

2 – Pièces Justificatives:

1412-1696 – Vicomté d’Auge
Comptes, livres de plaids des sergenteries de Pont-l’Evêque, Bonneville et Canapville et de la baronnie de Roncheville, gage-pleige de Saint-Clair-en-Auge
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 524), Paris, 1976, p. 207.

1490, 13 juin – Troyes – Touques, La Haye du Theil
 » Charles, par la grâce de Dieu, roy de France au maistre des eaux et forests parch. mutilé … son lieutenant salut. humble supplication de notre bien amé Apparoc, escuyer, seigneur du fief de sainte Marie … avons recue contenant que à cause de son fief dont le manoir et principal hostel est situé et assis près de nostre forêt de Touque et Haye du Teil, il a droit de prendre et avoir certaines droictures, en lad. forest et Haye du Theil, et à cause de ce nous est redevable chacun an en dix sept sols de rente. Et combien que icelle rente ait esté toujours paiee par lui et ses predecessuers en encore continué chacun an a la recepte de la viconté d’Auge ce nonobastant pour ce que les propriétaires dudit fief cappables de ledit de Compiengne qui tenoient le party et obéissance de notre tres cher seigneur et ayeul le roy Charles que Dieu absoille durant le temps que les Angloys nos anciens ennemys occupoient notred. pais et duchié de Normandie avoient habandonné le pais et la joissance dud fief et droiz dicellui et depuis la reducion de notred pais et nont, sesd prédécesseurs, fait demeure ne residence aud. manoir jusques naguères que led. suppliant est venu à la joissance dud. fief par quoy lesd. droictures ont esté discontinuées et pource que ledit suppliant doubtoit que nos officiers vousistent faire aucune difficulté de lui souffrir la joissance de sesd. droictures pour le terme à venir soubz umbre de la discontinuité depuis aucun longtemps neantmoins et quil vouqs en face et paie a raion dicelle droicture lesd. xvij s. de rente …  » Le roi autorise le suppliant à user de ses droictures moyennant le paiement de la rente .
= Arch. SHL 9FB – 3 Fonds Et. Deville – Copie, dossier Achats, échanges. Doc. vu par lui dans les Arch. du Manoir le Mire, à Canapville.

1648, 13 juillet –
Florent Brunet, boucher, demeurant à Saint-Martin-aux Chartrains, adhère à une clameur lignagère qui lui avait été signifiée par le sergent Janon requête de Guillaulme Ballan, écuyer, sieur des Prays, conseillé du Roy, lieutenant de robe courte en la prévôté générale de Normandie, à propos d’une portion de terre nommée le Pré des Aulnaies, à Canapville, vendue le 21 avril 1648.
= Arch. 9 FB – 6 – Familles. Notes ms. Et. DEVILLE.

1657, 12 juin –
Guillaume Ballan, conseiller du roi, lieutenant de robe longue en la prévôté générale de Normandie, demeurant à Canapville, baille à fieffe à Jean Duneveu, une pièce de terre et une maison sise à Saint-Etienne-la-Thillaye, moyennant 55 livres et 2 poulets de rente, et pour bien prouver a propriété il baille en même temps une copie qu’il avait du 30 juin 1655, mais comme le fermier étant mort ne payait pas régulièrement sa rente il arriva que le 31 décembre 1660, le procureur de Guillaume Ballan fit saisir un evache de poil roux appartenant à Laurent Duneveu héritier de son oncle pour s’assurer le paiement des arrérages en retard.
= Arch. 9 FB – 6 – Familles. Notes ms. Et. DEVILLE.

1664, 26 décembre.
Devant les tabellions de Pont-l’Evêque et Touques, Jean de Carville, écuyer, demeurant à Ners, vicomté de Falaise et Olivier Guérin, écuyer, sieur de Saint-Léger, procèdent au partage de la succession de feu noble homme Guillaume Ballan. Le premier lot comprenait le lieu où ledit Ballan faisait sa demeure, comprenant 8 corps de logis et huit et huit tonnes se trouvant dans la maison; 11 pièces de terre, le Moulin de Tacue (ou Tacul) avec ses droitures et dépendances.
Le 2e lot 18 pièces de terre sises à Canapville, Englesqueville et Saint-Martin-aux-Chartrains et des rentes annuelles en argent et en nature s’élevant à la somme de 154 livres 10 sols 6 deniers, 6 poules et 1 chapon.
Les héritiers devaient payer à Marie Corneille, chacun 400 livres pour sa part de la succession par chacun an. Jean de Carville, en qualité d’aîné choisit le premier lot. L’acte est passé à Canapville le vendredi après midi 26e jour de décembre 1664, en présence de Pierre Ballan, sieur de la Champaigne, demeurant à Honfleur et Jean Cavelier, demeurant à Canapville.
= Arch. 9 FB – 6 – Familles. Notes ms. Et. DEVILLE. Parch. 16 ff.

1673, 23 juin – Canapville
Reconnaissance de rentes seigneuriales dues à S.A.R. Mademoiselle, pour terres à Canapville, par Adam Estièvre, receveur des tailles à Pont-l’Evêque, et autres. Note y relative: 1677.
= Arch. SHL. FL 772.

1764 : Voir FONDS BOUDARD : 2FB124 : 1764, baronnie de Canapville.

1765
Archives SHL : 1F87 – 5 août 1765 :
Procédure entre Pierre Goubin boulanger en la paroisse de Canapville et Marie de Carieta de Condorcet évêque de Lisieux.

1848. – Archives SHL.
1F802 : 1848 : Enquête commerciale, artisanale et industrielle concernant la région de Pont-l’Evêque (Bonneville, Canapville, Clarbec, Drubec, Englesqueville, Pont-l’Evêque, St Arnoult, St Hymer, St Etienne la Thillaye, St Martin aux Chartrains, Ste Melaine, Surville, Tourgéville, Touques, Tourville, Trouville, Villerville.

3 – Archives ShL:

CHARLES VASSEUR : voir “Transcriptions.doc” Fascicule III page 63, page 197, page 199, page 219, page 228, page 230, page 234, page 248, page 251.

Charles VASSEUR « Doyenné de Touques » :
6 – CANAPVILLE –Kenapevilla – Canapevilla – Canappevilla –Canapvilla

Voir : Formeville I – Canapville sur Touques

Sous l’invocation de Saint Sulpice
Patronage:
14e siècle dominus Rex
16e siècle dominus de Clériaro
18e siècle le chapitre de Cléry

Curés:
Dumont 1764-1774
Le Vasseur 1785-1787

Déclaration de 1751
Patron ; le Roi
Collateur ; l’Evêque
Présentateur : le chapitre de Cléry
Curé : Jacques Dumont

De l’élection de Pont l’Evêque, sergenterie de Bonneville et Canapville – 9 feux privilégiés et 46 feux taillables.

Les Ducs de Normandie y avaient une pêcherie et une vacherie

Le chapitre de Lisieux avait un tiers des dîmes de Canapville, le Prieur de Ste Barbe un tiers depuis 1250, et le curé le reste.

Insinuations

Une description de l’église par Pannier et une autre datée d’août 1860
Description de la cloche
L’an 1772 j’ai été bénie par Messire Jacques Dumont, curé de ce lieu doyen de Touques, et nommée Elisabeth Jean Bapte par Messire Jean Baptiste de Mire, capitaine général commandant le guet de la capitainerie garde côtes de Touques et Noble Dame Barbe Elisabeth de Gouy dame et baronne de St Samson, Surville et le La Roque-sur-Rille et autres lieux, épouse de Messire Guillaume Anthoine Scott, baronnet d’Angleterre, ancien capitaine de cavalerie, commandant la capitainerie d’Honfleur et lieutenant du Roy de la ville de Pont-Audemer.
Charles Valsemer, trésorier comptable RV
Ecusson du fondeur : Lavillette Lisieux.
(Cette cloche a été cassée dernièrement (Journal d’Honfleur 15 septembre 1861) les trois cloches qui doivent composer la nouvelle sonnerie seront fondues au Mans dans les ateliers de Monsieur Ernest Bollée)

Olim Tome I p.302 An 1269 texte en latin signé Juilanus

Il existe tout près de l ‘église et sur le bord de la route un manoir en bois du 16e siècle qui présente un grand intérêt (voir le dessin ABC d’Archéologie tome II p.226)

A l’entrée du village s’élève un curieux manoir du 16e siècle dont Monsieur Bouet a fait un joli dessin pour la Statistique Monumentale du Calvados que publie Monsieur de Caumont. Ce manoir seigneurial se compose de plusieurs bâtiments d’exploitation disposés autour d’une cour de forme irrégulière. L’habitation du maître, placée à l’entrée de la cour à droite, se reconnaît facilement à ses grandes lucarnes, à la tourelle d’escalier et à ses deux étages. Le rez-de-chaussée est percé d’une grande et d’une petite porte. Un colombier carré s’élève au milieu de la cour (A.Pannier -Journal d’Honfleur 15 septembre 1861)

On a trouvé près de l’église des tuiles romaines.

Registre de Philippe Auguste 13e siècle – suit un texte en latin.

1269 – Arrêt rejetant la demande des héritiers de Jean le Boteiller de Canapeville qui réclamaient la pêcherie de Roncheville confisquée par le bailli, soi-disant pour se venger dudit Jean qui l’avait empêché d’entretenir des relations adultères avec sa mère. (Olim I f°59 Archives de l’Empire -Actes du Parlement tome I p.128)

Scott de la Messangère – 7 août 1766 mourut âgé de 60 ans à Rouen Jean Edouard Scott de la Messangère, baronnet d’Angleterre, chevalier, seigneur de Boscherville, ancien capitaine de cavalerie (Lange – Ephémérides Normands – Revue de la Normandie novembre 1868 p.651 et suivantes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *