BASSENEVILLE




NOTES sur BASSENEVILLE – 14045

Basseneville ou Barneville-en-AUGE
Basevilla, 1245 (ch. de Longues, n° 40).
Barnevilla, 1269 (cart. norm. n° 767, p. 173).
Basanvilla, 1262 (chap. de Bayeux, ch. 8e).
Bannevilla, XIV° siècle ( pouillé de Lisieux, p. 48).
Barnevilla, Basnevilla, XIV siècle (taxat. decim.). Basneville, XVIII° s° (Cassini).

Hameaux de BASSENEVILLE:
Bois-des-Terres (LE), Bois-Écouchet (LE), Caboche (LA), [Chaulieu, h. de Basseneville. Calidus Locus, 1198 (magni rotuli, p. 94, 2) Chauleu, 1292 {ibid.)], [Cholerie (LA), Chollerie,XVIII siècle (Cassini)], Clos-Artus (LE), Cour aux-Noyers (La ), Cour-du-Domaine (La), Cour-Fleury (LA), Londets (Les), RICHER, [Saint-Richer, chapelle existant à Basseneville, fréquentée par les pèlerins. Indiquée sur la carte de Cassini.], Timonville, Vauvers (LES), Village-de-la-Mer (LE), Village-de-L’Église(LE),

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de : Statistique départementale de Calvados, Tome IV, page 116 de Réédition FLOCH.

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 703.

FAUROUX Marie, Actes des Ducs de Normandie in MSAN., XXXVI, 1961
Détail des biens des abbayes dans le Pays d’Auge, l’Hiémois et le Lieuvin:
– Troarn : Janville, Lirose, Sannerville, Goulet, Trun, Crocy, Bures, Basseneville, Saint-Samson, Saint-Germain, Saint-Hilaire, Saint-Sylvain, pp. 324-325

MUSSET Lucien, « Autour de la basse Dive: le prieuré de Saint-Pierre-de-Rouville et ses dépendances d’après ses plus anciennes chartes », BSAN, LIX, 1969-1989 (I), (1990), pp. 246-258.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Basseneville, Barnevilla, Bernevilla.

L’église de Basseneville, dont le dessin ci-joint de M. Bouet montre l’ensemble en raccourci, se compose d’une nef rectangulaire et d’un choeur dont le chevet est à pans coupés; la tour, octogone, terminée par un toit en forme de cloche, est assise sur la partie antérieure ou occidentale de la nef. La forme des modillons et des corniches, celle des fenêtres et les autres caractères de la construction, indiquent
le XVIII. siècle ; cependant l’arc triomphal, entre choeur et nef, est en ogive et porté sur des colonnettes du XIII. Cette partie de l’église et les contreforts qui s’y rapportent, à l’extérieur, paraissent de la même époque; tout le reste est du XVIII siècle, à l’exception de deux grands contreforts du XVI. à chaque angle de la façade occidentale.
Au nord du choeur existe une chapelle seigneuriale construite en briques sous laquelle est, dit-on, un caveau contenant plusieurs tombes des anciens seigneurs : cette chapelle est éclairée, à l’ouest, par une fenêtre ogivale tréflée, et, au nord, par une fenêtre il deux baies de style flamboyant, que M. Bouet regarde avec raison, je crois, comme ne datant que du XVIIe. siècle. Cette chapelle est mise en communication avec le choeur par un arc surbaissé. Elle avait autrefois un autel ; elle est voûtée en bois ; on y voit une pierre tombale
dont l’inscription est encadrée dans un portique gravé au trait, porté sur des colonnes cannelées, avec un écusson timbré
d’un casque au chevron accompagné en chef de deux croissants et, en pointe, d’un lion passant.
Cette inscription est ainsi conçue :


CI GIST MATUNRIN
GILLAIN VIVANT
ESCVIER SEIGNEVR
DE BARNEVILE AVSY
DICT ASNIERES ET
BOISFEROVLT BOVGERN
ET DE SVINT CLAIR
EN PARTIE A CAVSE DV
FIEF DE COQUANVILLE
DECEDA AVDIT LIEV
DE BARNEVILLE LE
VINT CINQT IEME
IOVR DOCTOBRE MIL
SIX CENT DIX HVIT
AGE LORS DE SON
DECES DE
SOIXANTE
ET VN AN

A l’intérieur du choeur on peut remarquer l’autel principal en pierre, à colonnes, portant par derrière l’inscription :

ROBERT • FERAY
FECIT . 1719.

Le tableau de l’autel représente l’Assomption.De chaque côté de l’autel existe une porte, donnant accès à la sacristie qui est derrière le retable; au-dessus de ces portes sont deux écussons surmontés d’une couronne de marquis, et ayant pour supports deux oiseaux: le premier, de gueules à 3 pals d’or; le second, d’azur au chevron d’or accompagné en chef de deux branches de lis et, en pointe, d’une lyre de même. L’exposition est formée de deux anges supportant une couronne royale. Derrière est un manteau fleurdelisé.
Le lutrin, du siècle dernier, en bois, est assez beau et surmonté d’une Assomption.
M. Bouet a lu l’inscription que voici sur la cloche :


LAN 1768 JE SVIS ANONIME ET IAI ÉTÉ BENITTE PAR Me. 1 B TOVRET
CVRÉ DE BASNEVILLE. F. LE BEY TRESORIER.

L’église de Basseneville est sous t’invocation de Notre-Dame. La cure se divisait en deux portions : l’une à la présentation du duc de Normandie ; l’autre à celle du seigneur.
C’était, au XIVe. siècle, un J. de Tournebut, fils de Robert de Tournebut. La seigneurie de Basseneville était entrée dans cette famille parle mariage de ce dernier avec Jeanne d’Auvillers, qui en était propriétaire ; elle y resta pendant le XVI. siècle; mais, en 1515, elle appartenait à Jean de Harcourt.
Basseneville faisait partie du doyenné de Beuvron et de la sergenterie de Dives, élection de Pont-l’Évêque;on y comptait 5 feux privilégiés et 63 feux taillables.

CHAPELLE SAINT-RICHER.
— Cette chapelle, qui existe à Basseneville , entre St.-Samson et Goustranville, est toujours fréquentée par les pèlerins qui y viennent implorer saint Richer (ou saint Riquier) pour se guérir de la fièvre.
Les murs en bois et mortier comme les maisons du pays , la voûte du choeur et la charpente sont anciens.
Le tableau d’autel, représentant saint Richer au milieu d’une foule de fiévreux, est assez curieux.
A l’entrée du sanctuaire se trouvent la statue de saint Richer et un tronc.
Le curé actuel de Basseneville a fait faire quelques travaux à cette chapelle : c’est à lui que l’on doit le petit porte – cloche, le lambris de la nef et quelques autres réparations.
La chapelle de St.-Richer est indiquée sur la Carte de CassinL

BASSENEVILLE. – Deux noms de terroir à retenir: « Les Hogues » (Cad., D, 20 et 25) et la « Butte du Bois l’Abbé » (Cad., C,214.-216).

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives:

1391, 4 novembre
Information de Nicolas Marie, vicomte de Caen, sur la valeur des héritages échus à Guillaume de Vierville, chevalier et à Marie de Creully, sa femme, de la succession de Louis de Creully, mort en Barbarie, qui avait été en la garde du roi: baronnie de Creully, seigneuries de Monthuchon et du Mesnil-Bis, rentes à Basseneville, Saint-Clair-en-Auge et Goustranville, à la Boissière, à Ingouville, à Octeville, à Saint-Jouin (S.-Mme).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 25-27.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 26.

1397 22 novembre
Information de Nicolas Potier, vicomte de Caen, pour savoir à quel titre Girot Dajon et Thomas Le Brohon ont hérité du fief de Basseneville (canton de Dozulé), qui depuis près de 50 ans était en la garde du roi.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 309-310.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 36.

3 – Archives ShL:

Canton de Dozulé
Par. de Notre-Dame,
patr. le seigneur;
chap. Saint-Bicher.
Dioc. de Bayeux.
doy. de Beuvron.
Génér. de Rouen,
élect. de Pont-l’Evêque,
sergent.de Dive.

Voir Charles VASSEUR –
« Doyenné de BEUVRON »
BASSENEVILLE (7)
– Sous l’invocation de Notre-Dame
– Insinuations:

Curés:
Thorel (1764-1774)
Bunel (1787-1787)

– Chapelle Saint Clair des Vallées

– « Analyses et transcriptions … », page 198, 1760, 23 juillet.
Noble Dame Marie Françoise Aubry, dame et patronne de Basseneville et autres lieux, épouse de Messire Alexandre de Mazerolle, capitaine au régiment d’Auvergne, fille et héritière de défunte noble dame Marie Françoise David, épouse de Monsieur Aubry, demeurant en son château, paroisse de Basseneville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *