BOISSIERE La



NOTES sur BOISSIERE La – 14082

Boissière (LA), canton de Lisieux.
Buxeriam, 1132 (ch. de Henri 1er pour Saint-Pierre-sur-Dive).
Boisseria, 1180 (magni rotuli, p. 18).
Buxeria, 1250 ( ibid. p. 174).
Bussères, 1277 (cart. norm. n° 900, p. 214).
La Boussière, 1710 (carte de de Fer).
La Bouessière, 1730 (temporel de l’évêché de Lisieux).

Par. de Notre-Dame,
patr. le prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge.
Dioc. de Lisieux,
doy. du Mesnil-Mauger.
Génér. de Rouen,
élect. de Pont-l’Évêque,
sergent. de Cambremer.
Fief mouvant de la vicomté d’Auge, en partie relevant du roi

[En 1569, la seigneurie de Bellouet appartenait encore à la famille de Cintray ; mais elle fut portée peu après dans une branche de la famille de Bonnechose, par le mariage de Charles de Bonnechose avec Marie de Cintray, dame de Bellouet. Son arrière-petit-fils, Claude de Bonnechose,
sieur de Bellouet, épousa, en 1697, Marie de Lyée deTonancourt, dont il eut un fils, Étienne-Louis de Bonnechose,
sieur de Bellouet, mort sans postérité, et une fille mariée à Jean Lambert, sieur de Janville. De ce mariage, naquit Charles Lambert, sieur de Bellouet, conseiller au Parlement de Normandie, et Charlotte-Jeanne Lambert de Janville, mariée à Pierre Labbey de La Roque, sieur de la Boissière et d’Écajeul.]

Hameaux de La BOISSIERE:
Mont-Fouet (Le), Perrey (Le), Poterie (LA), Rome f, Tribouterie (LA), Village (Le),

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS: HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE. Serv. Dép. d’Archéologie. 1999 page 1.

LANGOUET L. et LANOS L., « Informatique et microtoponymie dans l’étude de l’occupation rurale de l’Armorique », Dossiers du centre régional archéologique d’Alet, n° 14, 1986
+ IND.: Cité par Nicolas PERDEREAU, PAR, 43, n° 10, Octobre 1993, p.5: « La Boissière, tire son nom de la très grande quantité de buissons ou de buis, arbuste que l’on rencontre en abondance à l’époque romaine »

CAUMONT Arcisse de: Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 380

Editions FLOHIC, Le Patrimoine des Communes du Calvados page 1000.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
LA BOISSIÈRE
Notes par M. Pannier.
La Boissière, Buxeria.
Le village de la Boissière, situé à 8 kilomètres de Lisieux,est traversé par la route impériale de Paris à Cherbourg.
L’église, dont la construction remonte à la période romane, s’élève à peu de distance, sur la gauche de la route.
Les murs latéraux, construits en grossier blocage et recrépis, sont soutenus par des contreforts plats.
Toutes les fenêtres sont modernes et sans caractère.
Le portail occidental est surmonté d’un petit clocher en charpente, recouvert en essente, supportant une pyramide hexagone. La cloche, dont le diamètre est de 61 centimètres, offre l’inscription suivante :


1713 Me EDMOND DAQVIN PBRe CVRÉ DE CE LIEV MA BENITE. lAY ESTÉ
NOMMÉE MARIE CATHERINNE PAR NOBLE DAME CATHERINNE DE MERDRAC
ET NOBLE HOMME LOVIS VALENTIN COSTART ESCr. sGr. HONORÈRE DE CETTE
PAROISSE DE LA BOISSIÈRE H ET F.
JEAN AVBERT
DE LISIEVX
MA FAITE

Derrière le chevet, qui est droit, s’élève une sacristie éclairée par deux petites fenêtres carrées avec vitrage en plomb protégé, à l’extérieur, par de curieux étançons.
Cette sacristie paraît dater du XVIe siècle.
On remarque, à l’intérieur de l’église, le tabernacle du maître-autel. Ce tabernacle, qui date du règne de Louis XIV, est enveloppé d’un riche manteau dont les draperies, retenues par une torsade, retombent avec grâce en larges plis ondoyants.
Les voûtes sont en merrain.
On conserve avec soin une ancienne chasuble à personnages, malheureusement incomplète, qui date du XVe siècle ou du XVIe, ainsi qu’une jolie chasuble, style Louis XV, dont les orfrois sont semés de fleurs ( roses, pensées, etc. ) brochées sur soie blanche.
L’église de la Boissière est placée sous l’invocation de Notre-Dame. Le patronage avait été donné en 1218 aux religieux de Ste-Babe par Baudouin Rastel, qui vraisemblablement était seigneur du lieu.
Sous le rapport administratif, la Boissière faisait partie de l’élection de Pont-l’Évêque. Cette paroisse comptait, avant la Révolution, 4 feux privilégiés et 15 feux taillables.
En 1713, suivant l’inscription de la cloche que nous avons donnée, « noble homme Louis-Valentin Costart , escuier », était seigneur de la Boissière.
On trouve ensuite en possession de la même seigneurie, ou seulement du même titre:
– 1° Jean-Baptiste-Pierre Labbey, seigneur de la Boissière et de la Rocque-Baignard, conseiller au Parlement de Normandie, qui épousa, le 18 avril 1752, Louise-Gabrielle-Jeanne Filleul, fille du seigneur des Chesnets ;
– 2° Messire Nicolas-Paul de Grieu d’Estimanville, chevalier, seigneur de la Boissière, plaidant, en 1782 et 1783, au bailliage de Pont-l’Évêque.

Ferme de Rome.
— Le nom significatif de cette ferme rappelle l’invasion des Romains dans notre contrée : « ce nom ,dit M. Guilmeth, est un souvenir de la ville éternelle, appliqué par quelque riche colon romain à la villa qui était, dans cette partie des Gaules, le centre de son exploitation agricole ou forestière. »

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives:

1391, 4 novembre
Information de Nicolas Marie, vicomte de Caen, su la valeur des héritages échus à Guillaume de Vierville, chevalier et à Marie de Creully, sa femme, de la succession de Louis de Creully, mort en Barbarie, qui avait été en la garde du roi: baronnie de Creully, seigneuries de Monthuchon et du Mesnil-Bis, rentes à Basseneville, Saint-Clair-en-Auge et Goustranville, à la Boissière, à Ingouville, à Octeville, à Saint-Jouin (S.-Mme).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 25-27.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 26.

1514, 28 décembre – Lisieux
Accord entre Guillaume de Nocy, chanoine de Lisieux, Jacques de Saint-Germain et Benoît de La Rivière, sieur du Pré d’Auge, Robert de La Rivière, et le curé de la Boissière, au sujet d’un procès pendant devant l’Echiquier de Normandie.
Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1529, samedi 29 mai – Le Pré-d’Auge, Meulles
Noble homme Claude Le Louveulx, seigneur de La Lozière et de Soussay et maistre Guillaume Le Louveulx, seigneur de Formentin, vendent à noble homme Robert de La Rivière, seigneur du Pré-d’Auge, le fief, terre et seigneurie de l’Epée, sise au Pré-d’Auge et paroisses de Manerbe, Saint-Désir, La Boissière et Saint-Ouen-le Pain, moyennant 1300 livres ts. en principal, et dix écus d’or de vin. Passé à Lisieux, en l’Hostellerie du Beuf. Le même jour, les frères Le Louveulx achètent le fief de Lyvet, à Meulles.
= Arch. SHL. 9F. Deville. B. Copie dossier Achats de fiefs.

1530 (n.st.), mardi 15 février – Le Pré-d’Auge
Colin BOSCAIGE, du Pré-d’Auge, vend à Raoullin DELAFOSSE, de la paroisse de la BOISSIERE, une pièce de terre contenant deux acres et demye, sise au Pré d’Auge, près du chemin tendant à Lisieux, moyennant soixante livres tournois.
= Arch. SHL. 9FB – 3 Fonds Deville. Copie dossier Achats, échanges

1553, 19 décembre – Le Pré-d’Auge
Jacques MAUSSAYS, de la paroisse du Pré-d’Auge, vend et transporte à Thomas BOSCAGE et à Jehan son frère, de lad. paroisse, une pièce de terre nommée les Vastines, jouxte d’un côté Guillaume FAROULT, d’autre côté le chemin tendant à l’église de la BOISSIERE, d’un bout un autre chemin tendant à Lisieux et d’autre bout Olivier LEGAY et Colas LEREBOURS, tenue de la seigneurie de l’Espée. La vente faite pour 10 livres ts.
= Tab. Lisieux. Etude Delarue. Analyse Et. Deville

1673, 26 novembre – Lisieux
 » A la Houblonnière furent présents Etienne Houssaye, demeurant à Lisieux, d’une part et Georges Jourdain de la paroisse de Danestal, s’accordent lequel Jourdain s’est loué et a promis servir ledit Houssaye du mestier de thuillier et autre travail à quoy il voudra l’employer pendant un an à commencer le 1er décembre pour cent sols par mois. Témoins: Jacques Boscage, de la Boissière et René Vauclin, de Saint-Aubin-sur-Algot.
AD 14, 8 E 21553, f° 20 – Cité par S. et H. PAUMIER, « Thuilliers… », HTPSPD, n° 37, p. 34

1813. – archives SHL.
1F715: 1813 à 1818: papiers de Madame Pannier (de Lisieux), bail de la maison de M. Derme. (La Boissière)

1820, 21 mars – Fervaques
L.A.S. de H. de Formeville à A. de CAUMONT – 21 mars 1820 (concernant la voie romaine de Lisieux au Pré d’Auge, la Boissière, Fervaques, Vaudeloges… »voie convertie dans presque toute la longueur en chemin vicinal qui porte le nom de chemin des Aniers »,
=: A.D. du Calvados, 83 F 705 (Relevé par Ch. MANEUVRIER  » Sources manuscrites  » dans le Fonds des Antiq. de Normandie)

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles Vasseur – « Analyses et transcriptions… »
– P.46 1605 14 septembre
Vente par Thomas Inger, fils de défunt Jehan Inger de la paroisse de la Boissière demeurant à Castillon, à vénérable personne Maître Pierre Inger prêtre chapelain de la Chapelle Saint-Thaurin en l’église cathédrale de Lisieux et Robert Inger son frère demeurant en la paroisse Saint-Germain de Lisieux, de demie vergée de terre en cour, sise en ladite paroisse de la Boissière, tenue de la sieurie dudit lieu de la Boissière au fief de la Nogerette.
A la fin est le reçu du treizième par le seigneur de la Boissière daté du 15 mai 1607 et signé: Jean
– p.170 1782-1783
Messire Nicolas Paul de Grieu d’Estimanville, chevalier seigneur de la Boissière seul et unique héritier de Nicolas de Grieu, escuyer, plaidant et gagnant son procès contre le sieur René François Paris, ancien gendarme, au nom et comme ayant épousé Demoiselle Geneviève Elisabeth de Clinchamp, tant pour eux que pour le sieur Delacroix, au nom et comme ayant épousé Demoiselle Marie-Claude de Clinchamp de Champaux, héritières du sieur Jean François de Clinchamp, escuyer.
Dame Louis Géneviève de Pluviez, veuve et héritière de Monsieur de Clinchamp escuyer, et divers autres
Noble Dame Marie Anne de Grieu demeurant à Cambremer.
– page 233 – 1782 19 juillet
Messire Nicolas Paul de Grieu d’Estimanville, chevalier seigneur de la Boissière, seul et unique héritier de Nicolas de Grieu escuyer,
Madame Déoga du Mesnil signant de Grieu du Mesnil

« Doyenné de Mesnil-Mauger »
LA BOISSIERE (28)
Voir:
Extraits de la Société Historique de Lisieux 4 – 82
Formeville I

Election de Pont l’Evêque, sergenterie de Cambremet
4 feux privilégiés
15 feux taillables

Sous l’invocation de Notre-Dame

Patronage:
XIVe, XVIe et XVIIIe: Prior St Barbara

Curés:
de Beaumont 1764
La Mort 1768/1787

Curé de la Boissière ; d’azur au nom de Jésus d’or (d’Hozier 335)

Insinuations:

Deux descriptions de l’église dont une de 1860 ;
La description faite par Pannier se termine par:
Le patronage de la Boissière fut donné en 1218 à Ste Barbe par Baudouin Rastel
Bertrand de Tuyllères, chevalier, reconnaît et confesse aux assises de Falaise qu’il se désiste de tous ses droits qu’il avait sur le patronage de Ste Marie de la Boissière, au profit du Prieur de Ste Barbe.
Pierre le Cornu, sieur de la Boissière: d’azur à 3 cornets d’or liés de même (d’Hozier 59) ne doit pas être seigneur de cette paroisse.

Description de la cloche
En 1713 Messire Edmont Daquin prêtre curé de la paroisse m’a bénite, j’aye esté nommée Marie Catherine par Noble Dame Catherine de Merdrac et Noble Homme Louis Valentin Costart, escuyer, seigneur honoraire de la paroisse de la Boissière.
Jean Aubert de Lisieux m’a faite.

Le patronage de l’église de la Boissière a été donné en 1218 aux religieux de Sainte Barbe par Beaudouin Rastel qui vraisemblablement était seigneur de ce lieu.
En 1713, suivant l’inscription de la cloche, Noble Louis Valentin Costard écuyer, était seigneur de la Boissière.
On trouve ensuite en possession de la seigneurie Jean Baptiste Pierre Labbey, seigneur de la Boissière et de la Roque Baignard, conseiller au Parlement de Normandie, qui épousa par contrat du 18 avril 1752 Louise Gabrielle Jeanne Filleul, fille du seigneur des Chesnets, et d’Olivier Joseph Filleul, seigneur de St Martin le Vieil, des Chesnets etc.… d’où Pierre Elie, seigneur de la Roque, né à Rouen le 26 décembre 1753 et Louis Marie Victor, seigneur du Marais, né à Rouen le 28 juillet 1756

Messire Nicolas Paul de Grieu d’Estimauville, chevalier, seigneur de la Boissière plaidant en 1782 et 1783 au bailliage de Pont l’Evêque. On le voit entamant un procès le 19 juillet 1782, contre René François Paris, ancien gendarme et le sieur Delacroix ayant tous deux épousé des demoiselles de Clinchamps. Il gagna son procès l’année suivante en 1783.

XXVII – Collation de la cure de la Boissière vacante par le décès de Messire Pierre Plante, faite sur la présentation du Prieur et Couvent de Ste Barbe, ordre de St Augustin, conformément aux dispositions de la Pragmatique Sanction en faveur de Henry Capperon – janvier 1457 (Archives du Calvados n°310 –carton de Ste Barbe) (Quicherat – Thomas Basib Tome IV p.210-211)

LA BOISSIÈRE. – Sur les confins de la commune de Saint-Désir se trouvent le hameau, la ferme et le moulin de la Motte : ces trois dénominations s’appliquant à des lieux très voisins ne concernent peut-être qu’une seule fortification ancienne, sans doute celle qui se trouve mentionnée sur le tableau d’assemblage du cadastre à l’Est de la Bosquetterie, dans l’angle aigu que forme le chemin de Malicorne au Pré-d’Auge avec un petit chemin qui se détache du premier (à l’endroit où celui-ci atteint la limite de Saint-Désir) et suit vers l’Ouest un tracé parallèle à la route de Caen (Cad. de l’ancienne commune de la Motte, A, 32 et 34). Notons du reste que cette « Place.de guerre -. comme rappelle le Cadastre, est enclavée dans l’enceinte du grand Castellier de Saint-Désir (1) dont la partie occidentale appartient
aujourd’hui au territoire de La Boissière. Sur cette même cornmune, on doit relever encore le nom de « Montfort », lieu-dit situé à un kil. environ au S.-O. de l’église (2).
(1) Cf. SAINT-DÉSIR.
(2) Carie E. M., Caen, S.-E., et Lisieux, S.-O.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *