SAINT BENOIT D’HEBERTOT – 14




NOTES sur SAINT BENOIT D’HEBERTOT – 14

St.Benedictus de Hebertot
En 1827, Saint-Benoît-d’Hébertot absorbe Tontuit.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Richard Nollent de St Benoît voir Montfaut.
Voir fichier FONDS CARTULAIRES année 1350
Voir FONDS CARTULAIRES… années : 1474.

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome IV, page 338. et page 337 pour Tontuit.

BUREAU Dr Jean, « L’histoire munomentale de Pont -L’Evêque et de ses environs », Art de Basse-Normandie, n° spécial 10, Eté,pp. 3-29
Les Monuments Religieux, les maisons … pans de bois et les Hôtels de pierre. Les Prieurés: Beaumont-en-Auge, Saint-Himer. Château des environs: Hébertot, Gassart, Reux, Le Breuil-en-Auge, Glatigny. …Tourgéville.

DANDURAND Michel, « Saint-Benoît-d’Hébertot – Château », AAN, 145,1987 (1988), pp. 10-12

BUREAU Dr Jean, « Le Château de Saint-Benoît-d’Hébertot », PAR, 4, N° 6,Juin 1954

BUREAU Dr Jean, « Le Château de Saint-Benoît-d’Hébertot », Art de basse-Normandie, n° 10, (1958)

DALIPHARD Marc, « L’architecture militaire en Normandie … l’époque romane », Art de Basse-Normandie, N° 92, Printemps 1982, pp. 49-54 dans la forêt, construction en ruine de l’époque ducale

FOURNEE Dr. Jean, « Saint-Benoît-d’Hébertot – église », AAN, 145, 1987(1988), pp. 8-11

ROBERT M., Monographie de la commune de Saint-Benoît-d’Hébertot, Ms.1885, 21 p.
= Arch. Départ. du Calvados, Br. 9468

DANDURAND Michel, « Saint-Benoît-d’Hébertot – Château », AAN, 145,1987 (1988), pp. 10-12

ROBLOT-DELONDRE, « Notes sur Hébertot », Revue catholique de Normandie,36e année, 3e livr., mai 1927, pp. 162-167; 37e année, 6e livr.,novembre 1928 (fin), pp. 321-331

SEYDOUX Ph., Le Château de Saint-Benoît-d’Hébertot in Château du Pays d’Auge et du Bessin

Editions FLOHIC : Le Patrimoine des Communes du Calvados page 1302.

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Notes par M. Ch. Vasseur.
St.-Benoît-d’Hébertot, S. Benedictus de Hebertot.
L’église de St.-Benoît-d’Hébertot est en plaine.
Le portail s’ouvre à l’ouest. C’était primitivement un mur droit flanqué de deux contreforts plats, et faisant partie de la construction romane.
Maintenant s’avance, au centre, en formant porche, une petite tour maigre, aux murs crépis, qui ne paraît dater que du dernier siècle, et porte le clocher. Elle est éclairée, au premier étage, par une petite fenêtre cintrée. La porte est également cintrée.
Les deux murs latéraux de la nef sont à peu près identiques.
Leur construction consiste en un blocage fort grossier.
Chacun est flanqué de trois contreforts plats en travertin. Au midi paraît encore la trace d’une petite fenêtre cintrée, très étroite,
peut-être du XIIe. siècle. Le jour est pris par trois fenêtres cintrées, assez larges, sans moulures, qui remontent au XVIe. siècle. Il en est de même au nord.
Le choeur forme retraite sur la nef. Ses murs en blocage, sans caractère particulier, sont partagés en deux travées par des contreforts plats et larges. Les murs sont symétriquement percés au nord comme au midi ; mais aucune des ouvertures n’est antérieure au XVII. siècle, et n’offre le moindre intérêt.
Le mur du chevet est droit et paraît contemporain du reste ; il est en grande partie masqué par une sacristie neuve très-considérable. On peut cependant apercevoir encore les traces d une fenêtre cintrée, assez large, qui occupait le centre du mur.
L’intérieur n’offre pas d’intérêt. La voûte du choeur est plâtrée ; elle était autrefois en merrain ; celle de la nef a
conservé ses douvettes ; l’une et l’autre ont perdu leurs entraits, et il en est résulté une déviation sensible de la verticale dans le mur du nord.
Les statues qui accompagnent le Christ de l’arc triomphal sont anciennes. Le reste du mobilier est moderne et insignifiant.
Dans le choeur est l’inscription suivante :



HENRY OSERAYE NATIF DE CET
TE PAROISSE Me BOULANGER PRI
VILEGIE DEMEURAT A PARIS A FODE
DAS L’EGLISE DE CE LIEU APERPte
2 MESSES BASSES PAR CHAQ’ SEMAIne
POr LE REPOS DE SO AME ET DE SES
PARENS ET AMIS ET LESD’ MESSES
SEROT DITES TO’ LES DIMANCHES
ET SAMEDIS DE L’AN ET SERA TINTÉ
33 COUPS AVANT LA MESSE DU DIMche
SEULnt EN L’HONeur DES 33 ANS Q’ N. S.
A VESCU SUR LA TERRE ET 2 DESD’.
MESSES SEROT CHANTEES LES 2
JOr DE St BENOIST ET POr SATISFAIre
A CE Q’ DESSUS LED. OSERAYE A
DONE A L’OEUVRE ET FABRIQ’ DE
CETTE EGLISE LA SOE DE 60 tt DE
RENTE PAR CHACn AN A PRENDRE
SUR GUILLAUME DE LA SALLES OU
SES REPRESENTAIS A RAISON DU
FOND DE TERRE QUI LUY A ESTÉ
FIEFFÉ MOYENnt LAD’. SOE PAR LED’.
OSERAYE ET TOUT CE QUI LUI AP
PARTIENT DANS LED. LIEU’ EST
DECEDE LE 14e 7bre 1688
INHUME EN LA PAROe St SULPICE
DE PARIS
PRIEZ DIEU POUR SON AME


SAINT-BENOIT-D’HÉBERTOT. – En face le château de Malmains, au-delà du ruisseau et sur la côte opposée, ont les vestiges d’un vaste retranchement (1).
(1) Robert, Monogr· de Saint-Benoit-d’Hébertot, s. d. (vers 1885), mss, Archiv du Calv.

Cette église est sous l’invocation de saint Benoît, son nom l’indique suffisamment. Elle dépendait du doyenné d’Honfleur. Le patronage était laïque.
Le portail est ombragé par un if qui mesure environ 7 pieds et demi de circonférence à sa partie moyenne.
La paroisse de St. -Benoît-d’Hébcrtot faisait partie de l’élection de Pont-l’Évêque, sergenterie de St.-Julien-sur-Calonne, et comptait au XVIIIe. siècle 7 feux privilégiés et 50 feux taillables.
Je ne connais point sur son territoire de demeure féodale.
Cependant Richard de Nollent y fit ses preuves, lors de la recherche de Montfaut en 1463.

2 – Pièces Justificatives:

c. 1350
Patronages appartenant à la famille Bertran et à quelques autres familles peut-être alliées:

– Saint-Benoît-d’Hébertot, Dominus R. Bertran (p. 254)
= LONGNON Auguste, Pouillés de la province de Rouen, Paris, Imprimerie nationale, 1903, In-4°, LXXV-600 p.

1474, 1478 et 1492 – Saint-Benoît-d’Hébertot
Titres de propriété à Saint-Benoît-d’Hébertot, faisant mention de Richard Nollent, seigneur de Bellengerville (Bellengreville ??) de Guillaume Vipart, seigneur de Launay, et de la maladrerie du Hutrel.
= Arch. SHL. FL 16. 3 pièces.

La léproserie de Hustel de Hébertot, au doyenne de Touques, diocèse de Lisieux , fut incorporée et réunie à l’hôpital de Pont-l’Evêque, en vertu de lettres patentes du Roi, datées.du 13 Juillet 1696.

Insinuations

Description de l’église du 25 mai 1859
Relevé d’une inscription concernant M. Henry Oseraye décédé le 14 septembre 1688

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE HONFLEUR – 14

Election de Pont l’Evêque – Sergenterie de StJulien sur Calonne
7 feux privilégiés , 50 feux taillables.

Voir : Ste Historique 1872 p.14 n° 16

Sous l’invocation de St Bénoît

Patronage : 14e Dominus R.Bertran
16e Dominus de Clériaco
18e le Duc d’Orléans

Curé : le Verger ou Verger 1748/1787.

– Richard Nollent de St Benoît voir Montfaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *