DRUCOURT – 27




NOTES sur DRUCOURT – 27

Drocieuria – Druscort – Druecurt –Droiencourd

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

2 – Pièces Justificatives:

Insinuations

Monsieur Louis François Damare Lehure, chevalier, seigneur de Beaudroit etc.… demeurant paroisse St Germain de Lisieux, témoin dans un acte du 1er mai 1737

Description de l’église de Drucourt du 5 octobre 1859
revue le 21 avril 1863
Les murs à l’extérieur ont conservé les traces de litre funèbre dont tous les blasons sont encore parfaitement visibles. Dans l’écu ovale sur champ de gueules est une fasce d’argent accompagnée en chef d’un lion passant et en pointe d’une croix ancrée d’or. Couronne de baron, supports deux sauvages posés sur un terrain au naturel. Ces armes sont celles de la Famille de Boscheury, qui posséda aux deux derniers siècles la baronnie de Drucourt, seulement il est assez singulier de lui voir ce droit de litre, qui appartient exclusivement au patron qui était l’abbé du Bec.

Arrêt qui repousse la prétention de Gauquelin de Ferrières, chevalier, de lever des aides communes dans les fiefs de Drocourt (Drocurt et Drocort) (Parlement de la Chandeleur de 1257)

Recherche de 1666
Jean de Bosc-Henry, seigneur de Drocourt, tant pour lui que pour Thomas de Bosc-Henry, seigneur de la Lecqueraye, Jacques de Bosc-Henry, seigneur des Marais et Jean de Bosc-Henry, seigneur de Plainville, auteurs nobles.

Bertrand Le Hure, seigneur du Beaudrouet, issu de Nicolas, ennobli en 1551..

Les noms des paroisses et des seigneurs de l’élection de Bernay :
Jean de Boshenry,(Bosc-Henry) seigneur de Drocourt.

Etats des gentilshommes de l’élection de Bernay :
Jean Dubosc Henry (Bosc-Henry) seigneur et baron dudit lieu.
Jean Baptiste le Hure écuyer, seigneur de Beaudrouet
Guillaume Jouan, écuyer, seigneur du Roumas, garde corps du Roy.

Maladrerie de Drucourt réunie à l’hôpital d’Orbec le 19 avril 1697
(Lechaude d’Anisy)

Inscription trouvée à Drucourt (Eure)
Dans la commune de Drucourt, canton de Thiberille, une maison essentée en ardoises, mais sans caractère particulier d’architecture, offre ce souvenir intéressant qu’elle a dû être ou avoir remplacé une habitation seigneuriale. On l’appelle encore aujourd’hui le Manoir, elle appartient à Mme Vve Pouchet.
Aux premiers jours d’octobre 1663, des travaux exécutés dans le vestibule de cette maison amenèrent à la découverte d’une pierre retournée depuis longtemps dans le pavage, brisée en plusieurs morceaux, et cependant ayant une certaine valeur historique et artistique.
On y lit en effet une inscription ruinée en caractères romains et de laquelle il résulte que Jean Ferrey, seigneur de Durescu, secrétaire des quatre premiers princes de la seconde maison des Valois :François Ie, Henri II, François II et Charles IX, avait, grâce aux libéralités de ces différents souverains, fait construire une maison à cette place, sans doute l’année même de l’avènement de Charles IX.
La pierre encadrée dans une belle suite d’ornements sculptés à l’imitation des oves de l’architecture antique, forme un carré long de 1.45m de largeur sur 75cm de hauteur. Elle était vraisemblablement placée à l’origine à la façade du logis qu’elle désignait. En tête de l’inscription sont gravées les lettres initiales, les numéros d’ordre et au dessus les couronnes royales des quatre monarques que Jean Ferrey avait servis successivement.
D’après l’histoire chronologique de la Chancellerie de France par Abraham Tessereau, Jean Ferrey fut reçu conseiller-secrétaire du Roy, maison couronne de France et intendant des finances du 17 septembre 1544 et il résigna ses fonctions le 11 septembre 1568.

Une charte d’Henri II nous apprend que l’église de Drucourt avait été donnée à l’Abbaye du Bec par Guillaume Crespin, suit un texte en latin.
Ernault de Drocourt donna à l’Abbaye du Bec plusieurs terres situées à Courtonnel et ces dons furent confirmés par Roger de Mortemer.
En 1226 Eudes du Busc donna à cette même abbaye une motte et une terre situées à Drucourt.
En 1275 la terre d’André de Drucourt était dans la main du Roy, par suite probablement de la mort de ce seigneur qui avait dû laisser une veuve et des enfants.
En 1320, Guillaume du Bois, écuyer, et Colin de Drucourt tenaient du Roy des membres de fiefs sis à Drocort
En 1314, Louis le Hutin céda au Prieuré de Beaumont-le-Roger, la ferme de Drucourt que tenait à emphytéose, Guillaume Cauterel, bourgeois de Pont Audemer. Ce dernier vendit son droit à Robert de Barville, lequel par transaction en 1386, céda aux moines de Beaumont le « fieu ou baronnerie de Droucourt avec ses appartenances, tant en manoirs, jardins, prés, terres, moulins, patronages d’églises, rentes etc… » (Cartulaire de Beaumont)
Les fiefs du Bosc-Henri ou Bosc-Drouet et de Drucourt formaient ce qu’on appelait la baronnerie de Drucourt. (Leprévost)

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE MOYAUX.

Election de Lisieux, sergenterie de Bernay – 100 feux

Sous l’invocation de Notre-Dame

Patronage:
XIVe Abbas de Becio
XVIe …….
XVIIIe Abbé du Bec

Curés:
Jouas ou Jonas 1764/1774
Rôney 1781/1787

Il y avait une léproserie:
La léproserie de Drucourt, assise dans le doyenné de Moyaux , diocèse de Lisieux , fut réunie à l’hôpital d’Orbec, en vertu de lettres patentes du Roi, datées du 19 avril 1697.

Ce patronage fut donné par Guillaume Crespin II, comme celui de Bournainville. On trouve Enguerrand, fille d’Ernauld de Drucourt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *