HEURTEVENT




NOTES sur HEURTEVENT

– Heurtevent – Hurtevent

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Voir :
Annuaire Normand 1867 p.527
Bulletin Monumental 1866 p.831 et suivantes
Histoire de St Pierre sur dive par l’Abbé Denis p.183.

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 627.

DESHAYES Daniel : Des prêtres réfractaires de Blangy le Château, originaires de la région du Billot. Bulletin du foyer rural du Billot, N° 88, décembre 2004.

DETERVILLE Philippe, « Le Manoir de la Harderie, à Heurtevent », PAR , 35, N° 9, Septembre 1985, pp. 18-24

Heurtevent, Manoir de la Cour Thomas, PGMPA, pp. 170; traverse d’allège croix de Saint-André entrecroisées et pattées, cheminées aux extrémités

Editions FLOHIC : le patrimoine des Communes du Calvados page 1101.

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET-ARCHEOLOGIE. Serv. dep. d’Archéologie 1999. page 427, 431.

LE CHERBONNIER Yannick : L’architcture fromagère en Pays d’Auge. Bulletin du Foyer rural du Billot n° 91 Septembre 2005.

MANEUVRIER Jack : Le Manoir BATISA à Heurtevent – Bulletin du Foyer rural du BILLOT n°6O – Décembre 1997.

MANEUVRIER Jacques : Biographie de la famille Thomas. Bulletin du foyer rural du Billot, N° 92 décembre 2005
MANEUVRIER Jacques : Le manoir de la cour Thomas à Heurtevent. Bulletin du foyer rural du Billot, N° 92 décembre 2005

PANNIER Arthème : voir Archives SHL, NE12, 2e carton. (voir Montgommery)

PAUMIER Henri : La verrerie d’Heurtevent. Bulletin Foyer rural du Billot n°78, juin 2002

PAUMIER Solange et Henri, « Le Carrefour à Heurtevent », BULLETIN DU FOYER RURAL DU BILLOT , N°34, Juin 1991, pp. 52-55
du Buat, Manoury, de Morel, de Brossard, Val-Ingou, Manson, de la Houssaye, bail d’une tuilerie à Heurtevent, briques et pavés

VASSEUR Charles : L’église de Heurtevent – Bull. du Foyer rural du BILLOT n°59 Septembre 1997

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

Heurtevent, Hurtevent, Hurtevant.
En remontant le cours de la Vie, nous trouvons, sur le coteau qui domine la rive gauche de cette rivière, l’église d’Heurtevent qui appartenait au style flamboyant de la dernière époque (commencement du XVIe siècle). Toutes les fenêtres ont été refaites au siècle dernier et sont modernes; mais la façade occidentale nous montre une fenêtre flamboyante, et une porte en accolade encadrée dans une ogive. Elle est précédée d’un porche en bois, de la fin du XVIe siècle, d’un travail soigné. Le gable, qui termine la façade occidentale, est protégé par une forte saillie du toit sous laquelle se dessine une ogive en charpente, comme dans les maisons en bois. Une croix de bois revêtue de plomb couronne le faîte.
La tour, en bois, conforme à celles que nous avons tant de fois signalées dans ce pays précède le choeur à l’extrémité de la nef.
Une litre funèbre peinte autour de l’église est encore visible, on peut remarquer dans l’intérieur de l’église un retable très riche, à colonnes cannelées, un tabernacle orné de colonnes torses et de statuettes. On voit au bas du tableau du retable, d’un côté, l’inscription suivante :

EX DONO
I. DE MANOURY

De l’autre côté, la date 1684 avec un écusson d’argent a trois mouchetures d’hermine de sable, 2 et l.qui est Manoury.
Deux autels latéraux, au haut de la nef, près de l’arc triomphal, ont de petits retables ornés de colonnes torses dans le style du XVIIe siècle, comme l’autel magistral.
Le confessionnal porte la date 1667.
Il paraît que les femmes d’Heurtevent avaient l’habitude de parler à l’église, car on trouve sur le mur de la nef, du côte de l’épître, la curieuse inscription suivante que Mr. Bouet a copiée avec soin, et qui n’a pas été mise là sans motif. Elle est gravée en caractères gothiques sur une pierre incrustée dans le mur.

Gras Diables somes envoyes denfer
Tost par nostre gcat maistre lucifer
Pour mettre en ce papier memore
Les fames qui quaquettent en ce lieu
Pour leur empescher des cieulx la gloire
Et l’association du grand Dieu

Les capitales qui commencent, chaque ligne sont rouges ainsi que les points et les ornements.
Il existe dans la sacristie d’Heurtevent un panneau, assez curieux, peint des deux côtés, représentant la légende, de saint Jacques-le-Majeur; les différentes scènes, peintes, de cette légende sont accompagnées; d’inscriptions explicatives.
L’église d’Heurtevent, est sous l’invocation de, saint Jacques, ce qui explique la peinture dont nous venons de parler.
Au XIVe siècle, le patronage appartenait au duc de Normandie; au XVIe siècle, à Robert, de Livet, et, au XVIIIe sièle au, seigneur de la localité.
Voici maintenant les intéressants détails que nous donne Louis de Neuville:
Cette commune, une des plus, riches du canton de Livarot, était autrefois comprise dans les limites de l’élection d’Argentan. Les plus anciens seigneurs, furent les d’Ouilly, famille originaire d’Ouilly-le-Tesson, près Falaise, et qui portait pour armes: d’argent à la bande de gueules. Nigel d’Ouilly donna la dîme de la paroisse d’Heurtevent à l’abbaye de St-Pierre-sur-Dive vers, la fin du XIe siècle : il, était frère de Robert d’Ouilly qui suivit Guillaume-lé-Conquérant en Angleterre, où il fut fait connétable d’Oxford.
Cette famille illustre, qui s’est éteinte eu France dans le cours du XIVe siècle, subsiste encore en Angleterre dans les maisons d’Oiley de Chislehampton et d’Oiley de Shottisham, décorées l’une et l’autre du titre de baronnet.
Soit que la terre d’Heurtevent ait été divisée en vertu d’un parage ou autrement, il est certain que dès une époque fort ancienne on la trouve partagée en trois fiefs, ou peut-être quatre, en tenant compte d’une portion réunie au domaine royal. Le principal de ces fiefs, auquel était attaché le titre de patron de la paroisse et le droit de présenter à la cure du lieu, était réuni et incorporé au fief et haute-justice du Coudray, situé en la paroisse voisine de Tortisambert. C’est comme possesseurs de ce fief que se sont successivement qualifiés de seigneurs et patrons d’Heurtevent, les du Coudray, les de Lyée, les Le Jau et les Picot de Dampierre; ces derniers en portaient encore le titre en 1789, et leurs armes se distinguent sur la litre funèbre qui règne autour des murs extérieurs de l’église paroissiale. A l’intérieur de la nef on remarque encore un double écusson : c’est celui de Jean-Henri Le Jau, seigneur de Chamberjot et du Coudray, capitaine des gardes de la porte de Monsieur, et de dame Angélique-Anne-Marie de La Guérinière, son épouse ; ils vivaient sous le règne de Louis XIV.
Le second des fiefs d’Heurtevent était une dépendance du fief de Poix, qui s’étendait dans les paroisses voisines de Mesnil-Bacley, Montviette, St Martin-de-Fresnay, St-Georges, Escots et autres. Ce fief, qui paraît avoir été aussi nommé le fief Quesnel, a appartenu d’abord aux deux familles dont il a porté le nom. Bertin Quesnel, écuyer, vivait à Heurtevent en 1400, avec Perrette de Neufvitle, son épouse ; il était probablement issu de la même souche que les Quesnel de Coupigny et allié à la famille de Poix, éteinte au XVe siècle. Plusieurs familles ont successivement possédé le fief de Poix ; contentons-nous de citer celles de Moges, de La Ménardière, d’Acher-Mesnil-Vitté et de Croisilles.
Venait enfin le fief d’Heurtevent-Perteville. Il entra vers la fin du XVIe siècle dans la famille de Mannoury, de la branche des Fribois, qui avait conservé les anciennes armes de leur nom : d’argent à trois mouchetures d’hermine, tandis que la branche aînée, celle des seigneurs du Mont-de-la- Vigne, avait échangé son écusson contre celui de la maison du Tremblay. Guillaume de Mannoury, marié à Philippe de Tirmois, eut pour fils aîné François de Mannoury, seigneur de Perteville, reçu avocat du roi à Argentan, en 1599, mort en 1649. Celui-ci est l’auteur d’un ouvrage intitulé: Du comté d’Alençon, récemment publié par M. Gravelle-Desulis, et d’une Histoire d’Argentan encore inédite. La famille de Mannoury possédait aussi les terres de la Brunetière et de Valingou, dans la mouvance du fief de Perteville; établie à Heurtevent dès le XVe siècle, elle y a eu des représentants jusque vers 1789.
Plusieurs autres familles nobles ont résidé à Heurtevent sans y avoir possédé de terres seigneuriales. Une branche des Neufville a demeuré, au XVIe siècle, au hameau de Clerdouet dont elle prenait le nom. Ce hameau, dont il ne reste plus de vestiges, était situé dans les herbages de Belleau, dépendant aujourd’hui de la terre de Neuville. Les familles de Brossard, de La Houssaye et du Buat ont eu aussi des résidences dans la paroisse d’Heurtevent. Il ne s’y trouve cependant aucun manoir digne d’appeler l’attention.
De 500 habitants qu’elle comptait au dernier siècle, la paroisse d’Heurtevent est réduite à 260.

2 – Pièces Justificatives:

1625 – Survie
Titres justificatifs du droit qu’ont les décimateurs de Survie de percevoir la dîme pour les terres converties de labour en herbe – Accord entre François Dellyer (de Lyée), chevalier, seigneur de Tonnencourt-¬le-Couldrey et Heurtevent, Saint-Jean-de-Livet et Saint-Martin-de-la-Lieue, et François Hardy, prêtre, curé de Tortisambert, doyen de Mesnil-Mauger, au sujet de trois pièces de terre ci-devant en labour et depuis converties en herbage.
AD. 61 – H. 1756 –

1690 – La Brévière
Devant nous, Jean Le Prévost escuyer, sieur de la Porte Conseiller du Roi, Lieiutenant général antien Civil et Criminel au Bailliage Dallençon pour les Vicomtés d’Exmes et Trun enquêteur et Commissaire examinateur auxdits sièges Le dix sept Iesmee jour de novembre mil six centz quatre vingt dix aud lieu de Trun
S’est présenté Jouaquin de Saint Denis Escuyer sieur de la Brévières lequel assisté de Me Charles Callix son procureur nous a remontre que suivant contrat passé devant les nottaire du Pont de Livarot le trois Iesme jour davril mil six cents quatre vingt sept Isac de Brossard Escuyer sieur Du Val de la Paroisse de Moneu..(?) luy avoit fait vente et transport de la somme de Cent cinquante quatre livres a avoir et prendre sur françois morel de la paroisse de heurtevent son fermier lequel transport il auroit fait signiffier dès le seiziesme jour d’avril de laditte année mil six cents quatre vingt sept audit françois morel neanmoings avec deffences de sen dessaisir et ce par exploit de Jean Roussel huissier Commre a livarot le dix sept iesme jour dudit moiss et an neanmoings damoiselle Charlotte de Mannoury femme civilllement séparée davec ledit sieur dunot se seroit fait adjuger les prix et fermages deües par ledit morel par sentence renddue en la juridiction de viconté dud lieu le six iesme jour de may en suivant comme étant lesdits héritages a fermes aud morel de la succession de ses père et merre de sa ditte femmepar consequent a elle appartenant et ledit morel condamner luy en passer Bail et faire les payment ce que ledit morel fermier auroit fait notiffiér aud sieur de la brévière par exploit de louis goudon sergnt royal en ce viconté du vingt huit iesme jour de may mil six cents quatre vingt sept ce qui a obligé ledit sieur de la Brévière se voyant ainsy… de mettre en action ledit sieur dunot par devant nous pour voir dire que ledit transport sera sur lui revalidé et quil sera condamné par corpsau payment de ladityte somme de cent cinqte quatre livres transportées avec despens….
= AD Orne – 1E 2425 – 1 p. parchemin.

Insinuations

Description de l’église du 10 août 1857 et une autre de A. Pannier avec cette mention :
Cette église, sous l’invocation de St Jacques, faisait partie du doyenné de Mesnil Mauger, archidiaconé d’Auge. Robert de Liée nommait à la cure d’un revenu de 400 livres ‘Archives du Calvados – Bénéfices)

N. de Heurtevant fut décapité le 20 mars 1617 à la Croix du Trahoir pour avoir voulu recommencer la guerre civile.

Il existe dans l’église de Cuverville (canton de Troarn) des pierres tumulaires gravées qui recouvrent des seigneurs d’Heurtevent et Mesnil Bacley.
C’est d’abord celle de Hélène de la Ménardière, patronne de Cuverville, Fontenay le Pesnel, Eurtevent et Mesnil Bacley, qui épousa en 1630 Jean d’Acher, seigneur du Mesnil Vitté ; puis celle de Lucrèce d’Acher, morte en 1709, âgée de 76 ans, qui porta les mêmes terres avec celles de Montviette et Ecots à Jean Claude de Croisilles, seigneur de Breteville, premier président au présidial de Caen.

L’abbaye de St Evroult possédait à Heurtevent un moulin qui lui avait été donné par Raoul de Mont Pinçon, sénéchal de Guillaume le Conquérant. (Ordéric Vital Tome II p.417 – traduction Guizot)

Recherche de 1666
Charles Nicollas et Pierre de Mannoury issu de Guillaume ennobly en 1595.
Guillaume et Estienne de Mannoury mesme famille.
Louis de Mannoury, mesme famille.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE LE MESNIL MAUGER.

Election d’Argentant, sergenterie de Montpinson
104 feux

Sous l’invocation de St Jacques

Patronage:
XIVe Dux Normania
XVIe Robertus de Lyvet
XVIIIe le seigneur

Curés:
Samin 1764
Année 1773/1787

Archives SHL : Achat du 11- 02-2003. Lot n° 83.
– HEURTEVENT, 1606, papier, récupération d’argent de fermage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *