Cartulaire ShL du X au XV Siècles



Cartulaire ShL du X au XV Siècles

Ces notes ont été rassemblées de 1989 à 1995 par Michel COTTIN président de la Société historique de Lisieux. Elles ont été complétées ensuite. Toutefois nous ne pouvons garantir l’authenticité de toutes les références, nous vous demandons de nous signaler les inexactitudes que vous pourriez rencontrer.

Le transfert d’un ancien logiciel vers WORD a entraîné des modifications dans la mise en page que nous n’avons pas pu contrôler. Des tabulations n’ont pas été respectées, veuillez nous signaler les anomalies.

962-996 – Meulle
Richard Ier fondateur de St Taurin d’Evreux, lui donne (…) dans le Lieuvin, de la terre à Martainville, Ormes (Ormes = canton de Conches, Martainville = canton de Beuzeville.) , à Meulle
… In Lisvino terram apud Martini Villam et apud Ulmeia et apud Molas, unde plurimorum vavassorum redditur servitium monachis et liberas consuetudines par totam terram suam…
= FAUROUX M. 1961, n°5, p.76

970
980
990

996-1008 –
Richard constitue en douaire à son épouse Judith: dans le pagus du Lieuvin, Bernay et ses dépendances.

« …in pago videlicet Sisoiense (sic) Bernaico cum appenditibus suis, scilicet Campols (Champeaux), Katorcias (Caorches) Fraxinus (St Mards de Fresne), Grandem Campum (Grandcamp), Til (Le Theil), Cambrense (Chambrais), Fererias (Ferrière Saint Hilaire), Villa Remigii (?), Folmatium (?), Sanctus Albinus (le Vertueux), Laubias (les Loges), Maitgrand (Granchain), Kahin ?, Novum Masnile (?), Pons (?), Manneval (Menneval), Tortuc (Toussue), Sanctus Leodegarius (de Rotes), titem Til (Le Theil), Valenias (Valailles), Corbespina (Courbepine), Fait (le Fay), Laubias (?), Villa Audefridi (?), Karentonus (Carentonne), Campflorem (Campfeul), Fontanas (Fontaine l’Abbé), Belmont (Beaumont), Belmontel (Beaumontel), Litulas (Vieilles), Cebesias in supradictis villis XX et unam (vingt et une églises), molendinos XVIIII, tredecim carrucas boum (?)(treize charruées de boeufs), cum servis et omni supellectili earum (avec les serfs et leurs meubles), cum pratis, sylvis, terris cultis et incultis, exitibus et redditibus, aquis aquarumve decusibus, piscatriis et quicquid inibi pertinere videtur.
= FAUROUX M. 1961, n°11, p. 84 (Voir texte de 1025 par lequel Judith donne son douaire pour fonder l’abbaye de Bernay.)B

1006 , 30 mai. – Hennequeville
Richard II donne à Fécamp Aizier et Hennequeville.
« … super ripam sequane, Aschei villam et quicquid ibi Trostincus tenuit; Heldechim villam super Mare..
= FAUROUX M. 1961, n°9, p.79 – Donation complétée et confirmée en 1025

1006-1026 – Branville, Trouville.
Richard II souscrit la charte par laquelle Adèle, avec sa mère Lola donne à Saint-Ouen de Rouen (…) ses biens à Branville, Airan, Trouville, le Héron (76); toutes les terres achetées par elle, avec le bétail et les serfs des deux sexes…
 » … et partem quam habeo in Brant villa, et terram que nuncupatur Airan et Turulfi villa et Hairun, cum carruca una et omnia que ibi possideo. Nec non insuper trado illas terras, quas emi auro et argento meo, cum peccoribus et equis et servis et ancillis ».
= FAUROUX M. (1961), n°39, p.144

1010-1017 ou 1016-1017 – Equemauville
Richard II donne à St Riquier, à la requête de l’abbé Angelrannus l’église d’Equemauville.
« Consilio ergo et sggestu nostrorum fidelium, decrevemus tradere perpetuo praedicto sancto et servis ejus ecclesiam quae sita est in Scabelli villa.
= FAUROUX M. 1961, p.104, n°20

1014 , 21 septembre
Richard II pour réparer les graves dommages causés par lui dans le voisinage de Notre-Dame-de-Chartres donne à cette église ….

« in Lisvino aecclesiam solam de Bona Villa, et in eodem territorio Angliscam villam totam cum aecclesia, et Runciam villam totam cum aecclesia, et aecclesiam de Sancto Juliano cum duobus menbris appendentibus. Haec itaque donum pro qualitate quidem peccatorum nostrorum modica, excellentia vero Sanctae Mariae fere nulla… (Bonneville, Roncheville, Englesqueville, Saint-Julien).
= FAUROUX M. 1961, n°15, p. 95

102 ?
s.d. (c. 1020-1030) – Normandie

Donation de divers biens faite à l’abbaye de Saint-Père de Chartres par Richard II  » comte de Normandie  »
= GUERARD .- Cartulaire de Saint-Père de Chartres , I, p. 106; Georges HUARD .- La paroisse et l’église Saint-Pierre-de-Caen , pp. I-III; E.G. LEONARD .- « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia, 8, 4-1935, pp. 2-3

1021-1025 – Touques
Richard II donne à St Père de Chartres…
« … in comitatu Lesvin, piscatoriam in fluvio Tolca, per sabbati vesperum et diem dominicum integrum…(pêcheries sur la Touques)
= FAUROUX M., 1961, n°32, p.122

1022-1026 – Mesnil-Guéroult, Touques
Richard II donne au chapitre de Lisieux une tere de son domaine du Mesnil Gueroult mancelet (un ou deux lieux ?) l’église de Touques avec le marché à la Saint Léger.
« … tardidi fratribus Lisiacensis ecclesiae quandam mei juris ac dominii terram cultam et incultam quae digitur Manilgyrot Mancelet, cum omnibus utensilibus, et ecclesiam de Toucqua, cum mercato in festivate Sancti leodegharii coadunando …
S. Valselini militis Lisiacensis episcopi
S. Rogerii, militis Sancti Petri Lisiacensis episcopi
S. Gilberti, fratris Rogeri militis.
= FAUROUX M. 1961, n°48, p.158

1024 – Vimoutiers, Crouttes, Honfleur, Dives
Richard II confirme les restitutions faites par Guillaume Longue Epée à Jumièges (…) le bourg de Quillebeuf, Saint-Aubin-sur-Quillebeuf avec les églises, le droit de passage,le tonlieu et tout ce qui revient au domaine ducal. Richard II énumère ensuite les donations orales faites par son père ou avec son consentement:
« …dedit quoque Vimonasterium Osmundus Gelth et omnes qui cum illo partem habebant, cum omnibus appendiciis suis, pratis, aquis molendinis, et piscariis, et silva que est in altera parte fluminis ab ipso loco usque ad divisionem silve Sanct Petri Lisoye urbis. Dedit et Walterius mediatem ville que dicitur Cruptas et alterius medietatis terciam partem et ecclesie medietatem et quartam partem de Masnille quod dicitur Rainuardi videlicet in ecclesia et in terris, pratis, silvis. Dedit quoque silvam ex integro, que est inetr Vimonasteriaum et Cruptas, usque ad Pontem seccus viam qua itur ad Montem Sancti Michaelis.

… do etiam salinas quatuor ad Hunefloth…

… et octo hospicia que dedit Odo Constabularius in marisco Dive, et partem quam habebat in ecclesia ville que dicitur Sancte Marie (Dives) et LX ambras salis, et duos tractus piscatorios
= FAUROUX M. (1961), n°36, p.140

1025 , août – Hennequeville
Richard II confirme les biens du monastère de Fécamp, et ajoute Hennequeville (…) les dîmes du tonlieu du bourg de Caen avec une hôtisee; une autre hôtise à Dives sur Mer, toutes deux libres de tous les autres services qui lui sont dus.
… et heldechin villam supra mare et quicquid ad eam pertinet (…)
… do etiam decimas telonei de burgo qui vocatur Cadumus, et unum hospitium, et ad pontem Dive, hospitium unum, liberos omnibus nostris osequiis.
= FAUROUX M.1961, n°34, p.130

1025 – Bernay
Confirmation de la fondation de l’abbaye de Bernay par Judith.
« …Berniacum, Campelos (Champeaux), Tursuem (Toussue), Tilliolum (le Tilleul-fol-Enfant), Vallilias (valailles), villam que appellatur Sancti Albini (Saint-Aubin-le Vertueux), Cadurges (Caorches) Fagetum (le fay), Logias (les Loges), Curtonam (Courtonne), Curtonellum (Courtonnel), ecclesiam de villa que dicitur Fraxines (Saint-Mards-de-Fresne), et terram arabilem ad carrucam unam, Clarogias (?). Concedo étiam Belmontem (Beaumont-le-Roger), Belmontellum (Beaumontel), Fontanas (Fontaine-l’abbé). Vetulas (Vieiles) cum omnibus appendiciis suis, Curbam spinam (Courbepine), Landapetrosam (Landepereuse) Grandem Campum (Grandcamp), cum appendiciis suis, (St Mards de) Fraxines, Capellas (Capelles-les-Grands), Gerbertivillam (Giverville), Cantapiam (Cantepie), Malogias (malouy), cum omnibus appendiciis eorum et ecclesiis et molendinis, pratis, terris cultis et incultis, aquis, aquarumve decursibus, cum piscatoribis a valle Sarnerias (de Cernières) usque ad Fontaneam Ratgeam. Concedo etiam in ipsa villa Bernaico mercatum per singulis anni ebdomadas et nundinans annales, et omnes consuetudines tam ex his quam ex supradictis villis omnibus ad nos pertinentes nec non et silvas ex inteegro sicut Aymericus fidelis noster tenuit…
= FAUROUX M. 1961, n°35, p.133-134

1025-1026 – Les Autels-en-Auge
Richard II confirme les biens donnés ou restitués à Saint Ouen par ses trois prédécesseurs
« …Adimus et masnile quod dicitur Alatria in pago osimensi (sic) et Litri masnile, que dedit Istigandus.
= FAUROUX M.1961, p.172, n°53

1025-1026 – Le Breuil-en-Auge, Ticheville
Richard II et Richard III souscrivent la charte par laquelle une certaine Imma entrant en religion, donne à Saint Wandrille les deux domaines de Ticheville et Breuil-en-Auge, situés sur la Touques et la Croisille, sur le Lesme.
« … duas villas super Tolcam fluvium sitas, quarum una vocatur Tegisvilla et Broil altera, cum molendinis et pratis, nemoribus et omnibus earum appendiciis ».
= A.N. Latin , 16738, n° 3.
=¸ FAUROUX M. 1961, n°55, p.176
+ LOT, Etudes critiques sur ‘abbaye de Saint-Wandrille , p. 50; E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, pp. 427-493 (mauvaise attribution géographique)

1027-1035 – Montgommery, Vimoutiers
Robert le Magnifique confirme l’autorisation données par l’abbaye de Jumièges à Roger de Montgommery de restaurer un marché à Montgommery. ce dernier, séduit par l’exemple pernicieux du duc avait en effet détruit le marché de Vimoutiers appartenant à Jumièges pour le transférer dans son propre domaine. Robert le magnifique saisi par le repentir, ayant à son tour ruiné ce nouveau marché et restauré celui des moines, Roger de Montgommery obtient l’autorisation de refaire le sien: pendant trois annnées il devra augmenter d’une livre par an le cens des religieux. Il rend aussi une foire, une forêt, un moulin.
= FAUROUX M. 1961, n°74, p.216

1030 – Branville
Robert le Magnifique confirme les donations faites à la Trinité du Mont de Rouen.
« …in pago Lisiacensi, mediatem Brande Ville et dimidiam ecclesiam; (…) et in pago lisiacensi Martin villam cum omnibus appenditiis suis »
= FAUROUX M. 1961, n° 61, p.187
= Adigard des Gautries.

1034-1035 – Daubeuf
Pierre, moine de Fécamp, richement pourvu, après avoir été profès à Fécamp, et après avoir vécu avec des frères dans la forêt de Bonneville à l’église St Martin de Flavile se rendit à Préaux pour y vivre reclus.
« … in silva de Bonevile in ecclesia Sancti Martini Flaviville (sic), cum quibusdam fratribus habitavit. Inde vero ut reclusus sicut dictum est efficeretur, Pratellum venit ».
= FAUROUX, n°88, p. 230

1035 – Vasouy, Lisores
Robert le magnifique restaure le monastère de Montivilliers, jadis concédé à St Philibert par le duc Warato (maire du Palais après Ebroïn vers 680 ou 683-686 environ) restaure les biens enlevés et confirme les donations faites par lui ou son père.
« … inprimis eamdem …. Hee igitur sunt aliae eclesia (…) ecclesia de Washuic (…) medietatem villae quae vocatur Luxorial….
= FAUROUX M. 1961, n°90 p. 234.

Autre version falsifiée de la charte précédente. Interpolations entre parenthèses: … La Haye du Theil, la moitié de domaine de Lisores, les terres d’Ansgot (le Mesnil Galchiae de Conteville, l’église de Vasouy et l’église d’Equemauville)….

« … La haya de Teilled medietatem terrae de Luisourez cum medietate ecclsiae necnon et molendini sylvaeque et prata, terras cujusdam Ansgoti (le Maisnil Galchiae de Comitevilla et ecclesiam de Guasvic et ecclesiam de Stabelvilla…
= FAUROUX M. 1961, 90 bis, p.237

1037-1040 – Ticheville
Guillaume le Bâtard enfant atteste une notice consignant la promesse faite par Guillaume de restituer dans un délai de trois ans le domaine de Ticheville, donné jadis à Saint Wandrille par la dame Imma avec la confirmation de Richard II, et enlevé plus tard par Robert le magnifique.
= FAUROUX M. 1961, p.248, n°95

1038
1039
104.
1041
1042
1043
1044
1045
1046
1047
1048 – Equemauville

Guillaume le Bâtard confirme par jugement à Saint-Riquier l’église d’Equemauville, qu’il prend sous sa garde. La possession en avait été contestée par l’abbesse de Montivilliers mais avait été revendiquée par l’abbé Gervin I qui avait invoqué la donation de Richard II et de Robert.
= FAUROUX M.1961, n° 115, p. 278

1049-1058 – Saint-Désir-de-Lisieux
Guillaume le Bâtard, à la requête d’Hugues, évêque de Lisieux et de sa mère Leceline, concède Saint Désir, dans le faubourg de Lisieux pour y construire un monastère en l’honneur de Notre-Dame et de Saint Désir. Il ratifie en outre toutes les donations de ces deux fidèles au monastère; … Assemont la forêt que la comtesse Leceline reçut en échange d’une terre sise près du château d’Augia, diverses terres dans la région de la Touques, l’église de Jort avec Six champs, à Vareville, sur la rive de Saint-Marcouf, deux hôtes, deux champs et une maison, la terre de Golbertus et de Hugues Altarum Riparum.
Le Duc place ce monastère dans la dépendance de l’évêque de Lisieux.

« … Locum qui dicitur ad Sanctum Desiderium in suburbio Lexovii positum, ad cenobium in honore Sancte Dei genitris semperque virginis Marie et Sancti desiderii construendum in perpetuum concedimus….
« … In Acimont silvam, quam Lecelina comitissa accepit in concambium pro terra juxta Augiam castellum posita, terram Roberti Coci, terram similiter Herberti Barbati; terram etiam Rogerii forestarii in centum agris, quam emit Lecelina comitisa; ecclesiam de Jort cum sex agris quam dedit Robertus filius Nielli pro sorore sua, annuentibus fratribus suis; item duos hospites in Varetvilla, in ripartorium Sancti Marculfi, quos tenet Rotbertus, duosque agros patri a Rodulfo Postlart emptos ad mansionem Azelini; terram quam tenuit Golbertus fraterque Hugo Alatrium Riparum, quam modo possidet Azelina, annuente Roberto ejus filio, et alia que nostri temporis decursu, a fidelibus cinferentur manu valida et edictis principalibus sancimus, ne quis deinceps, temerario ausu, horum aliquid contingere et in proprios usus devorare aut aliorsum extra prefate domum ecclesie retorquere presumat; in subjectione autem prefate civitatis episcopi, et ordinationem et donationem monasterii constituimus…
= EDIT.: FAUROUX M. (1961), n°140, p.317-318

1050.
s.d. (c. 1050) – Saint-Germain-de-Montgommery

Extrait de la charte de Roger de Montgommery contenant donation à l’abbaye de Troarn de l’église de Saint-Hilaire de Croci (Crocy) avec la terre qu’Osbert tenait à Saint-Germain et celle que tenait Raoul, dans le service de saint Hilaire.
= AD. 61 – H. 1972 –

1050/1057-1114
Robert II , Comte de Bellême, Seigneur d’Alençon (1082-1114) c surnommé Talvas, III, 422 .- Fils de Roger de Montgommery, II, 47, 412, 415 .- Frère de Roger le Poitevin et d’Arnoul, IV, 103 .- Son baptême, II, 47 .- Est fait chevalier, II, 255 .- Vers 1077 se déclare pour Robert Courte-House, II, 297, 380 .- En 1082, succède à son père, II, 422 .- III, 425 .- En 1087, chasse les garnisons royales d’Alençon et de Bellême, III, 261, 262 .- En 1088, sert Robert Courte-Heuse, III, 270, 272 .- Est assiègé dans Rochester, IV, 17 .- En 1088, traite avec Guillaume le Roux, III, 291 .- Robert Courte-Heuse le fait arrêter, III, 291-292 .- Il est délivré, III, 299 .- En 1089, conseiller du duc Robert, III, 322 .- L’aide en 1090 à contenir la ville de Rouen, III, 352 .- Hugues de Grentemesnil et Richard de Courcy se révoltent contre Robert, III, 359, 361 .- Il est secouru par ses frères Roger et Arnoul, III, 361 .- Il appelle le duc à son secours, III, 362 .- Il assiège le château de Courcy, III, 362-367 .- Il s’enfuit, III, 377 .- En 1091, il assiège le château d’Exmes, III, 333-334 .- En 1091, les habitants de Domfront se révoltent contre lui, III, 385 .- Ses différents avec Geoffroi, comte du Perche, III, 302 .- En 1094, au siège de Bréval, III, 415 .- En 1094, il attaque Robert Giroie, II, 417 .- Il entre dans Saint-Cénéri, III, 419 .- En 1095, il fait raser le château de Montaigu, III, 421 .- Il persécute les religieux, III, 309, 380, 421, 422, 424, ; IV, 306 .- Il est excommuniéIII, 422 .- En 1097, il commande l’armée de Guillaume le Roux, IV, 20 .- Il donne le plan du château de Giroie, IV, 20 .- Vers 1098, il succède à son frère Hugues, comte de Shropshire, IV, 32 .- Son administration tyrannique, IV, 32-34 .- Sa guerre contre les Manceaux, IV, 34 .- Hélie, comte du Maine se met en garde contre lui, IV, 39 .- En janvier 1098, Robert pousse Guillaume-le-Roux à attaquer Hélie, IV, 39-40 .- Châteaux possédés par robert dans le Maine, IV, 40 .- Pillage de ce pays, IV, 40-41 .- A la fin d’avril, il fait prisonnier Hélie, comte du Maine, IV, 43-44 .- Il le mène à Rouen près du roi Guillaume, IVB, 44 .- Celui-ci lui confie la garde du donjon de Ballon, IV, 47 .- Ses pillages, IV, 47-48 .- En 1099, il fortifie Ballon et annonce à Guilllaume la révolte du comte Hélie, IV, 57 .- En 1100, il fait hommage à Henri Ier, IV, 94 .- En 1101, il veut mettre le duc Robert sur le trône d’Angleterre, IV, 103 .- Domaine que lui donne le duc, IV, 104 .- Il trahit Henri Ier, IV, 110 .- En 1102, ce roi dirige des poursuites contre Robert et le cite à sa cour, IV, 161, 169 .- Il ne se rend pas à cette citation du roi? IV, 169-170 .- Il fortifie ses châteaux et en construit un à Bridgenorth, IV, 170 .- Expédition de Robert Courte-Heuse contre Robert de Bellême, IV, 171 .- Robert de Bellême se retire à Shrewsbury, s’allie aux Gallois et déshérite Guillaume Pantoul, IV, 173 .- Après la prise de Bridgeroth, menacé dans Shrewsbury, il fait sa soumission au roi, IV, 176 .- En 1103, il passe en Normandie, IV, 161, 169, 177 .- Il pille le pays, IV, 177-179 .- Robert Courte-Heuse lui rend Argentan, l’évêché de Sées et la forêt de Gouffern, IV, 162, 163, 192 .- Il est excommunié par Serlon, évêque de Sées, IV, 192En juin 1103, il brûle l’abbaye d’Almenêches, IV, 180 .- Il met en fuite l’armée de Robert Courte-Heuse, IV, 181-182 .- Il s’empare d’Exmes et de Château-Gontier, IV,182 .- Sa guerre avec le comte du Perche, V, 3-4 .- Ses trente quatre châteaux, V, 4 .- En 1104, dans lm’entrevue qu’il a avec son frère, Henri Ier lui reproche d’avoir traité avec Robert de Bellême, IV, 200 .- En 1105, celui-ci rallume la guerre, IV, 201 .- Il viole l’église de Tournai-sur-Dive (Tournay-sur-Dives), IV, 205 .- En 1106, il implore le secours du comte Hélie, IV, 234 .- Il se réconcilié avec Henri Ier , IV, 236 .- Il persécute Jean, archidiacre de sées, IV, 274 .- En 1106, il reste attaché au parti du duc Robert, IV, 224, 401 .- Guillaume, comte de Mortain, l’appelle à son secours, IV, 225 .- Sa conduite à la journée de Tonchebrai, IV, 230 .- Précautions prises pour qu’après cette bataille, il ne s’empare pas de la ville de Falaise, IV, 231 .- S’entend avec Hélie de Saint-Saëns pour rétablir Guillaume Cliton, IV, 293, 474 .- En 1112, il se révolte contre Henrier , IV, 304-305 .- Le roi le fait arrêter, IV, 305, 3076, 377; V, 159 .- Il donne, en 1118, sa terre à Thibaud, comte de Blois, qui la cède à Etienne, son frère, IV, 323 .- Caractère de Robert de Bellème, III, 358, 422-423; IV, 305 .- Ses nombreux châteaux, III, 358, 423; V, 4 .- Agnès de Ponthieu sa femme, III, 300, 423 .- Guillaume Talvas, son fils, III, 300, 423
= Orderic VITAL .- Historiae ecclesiasticae libi tredecim…Emandavit Au¬gustus Le Prevost , Préface de Léopold Delisle, Parissis, 1838-1855, 5 vol., in-8°

1051-1066 – Barneville
Guillaume le Bâtard souscrit une donation faite à Saint-Ouen (de Rouen) par Robert Bertran, Bertram. Cette donation comprend: le domaine de Saint-Cloud avec les foires, les vilains de Clarbec, une fosse à poisson dans la Touque; quatre acres de près à Saint-Cloud; la chapelle Saint-Nicolas de Burco; des biens à Saint-Georges; l’église Saint-Etienne d’Honfleur; l’église Notre-Dame de Magneville: l’église Notre-Dame du Vrétot; l’église Saint-Pierre et des dépendances à Surtainville; l’église Notre-dame de Bricquebec, avec la dîme; une charruée à Fonteneit et l’église du lieu; les dîmes de ses forêts, foires, tonlieux, moulins; la dîme de son sel.
Il y ajoutait un fief à Barneville (-la-Bertran), avec quarante acres de terre, deux vilains, deux chevaliers et la dîme de ses juments; enfin, la dîme de Tourgéville.
= AD. de la Seine-Maritime, 14 H 797.
+ EDIT. Marie FAUROUX .- Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) , N° 205, pp. 393-394.

1053
1054
1055
1056
1057
1058
1059
1060
1061
1062
1063
avant 1063

« Le duc bannit Adam de Saint-Brice et confisqua son petit fief de Roncheville, à Bavent, qui fut aumôné à l’abbaye de Saint-Julien-lès-Tours en 1063 ».
= Voir L. DELISLE, Actes de Henri Ier, p. 17; cité par NAVEL, 1951-1952

1064
1065
1066
1066-1067 – Saint-Hymer-en-Auge

Fondation du prieuré par Hugues de Montfort.
« …Igitur Hugo de Monteforti, notum esse volo nunctis sanctée matris ecclesiae fidelibus tam presentibus quam futuris, quod idem beneficium quod Gislebertus tenuit de me quando erat eques, Beatae Mariae et sancto Ymerio contuli et Radulpho, abbati, concedo et totam decimam omnium reddituum terrae meae ac de cunctis sylvis meis decimam; hoc est de feris, de volatilibus, de venditione nemorum, de essartis, de melle, de pasnagio, atque de cunctis consuetudinibus sylvarum et de omnibus molendini meis decimam, et de piscariis et de vivariis et de cunctis pecuniis et caseis, nec non etiam quodcunque in eadem villa habuit Gislebertus excepta medietate cujusdam molendinis et praetera medietatem vinae meae, atque tres rusticos, quandam partem de sylva sancti Ymerii. Et in Anglica ….
« … pro abolitione delictorum meorum ac vitae aeternae merito, et pro anima patris mei Hugonis et matris meae et uxoris meae et pro animabus fratrum meorum Rodulphi ac Roberti atque filiorum cum auctoritae domini nostri Willelmi, Northmannorum principis. Témoins: Guillaume le Conquérant, Maurille archevêque de Rouen, Hugues d’Eu, évêque de Lisieux, Roger de Beaumont, Robert Bertran, Hugues de Grandmesnil.
= BREARD Ch., Cart. de St Ymer , n°1, p.1

1067
1068
1069
1070
1071
1072
1073

1074 , mai – Rouen
Donation ou restitution par Guillaume, roi d’Angleterre et duc de Normandie, à l’abbyae de Saint-Wandrille, d’églises, de biens et de droits sis à Ectot, Baons, Flamanville, Allouville, Gravenchon, au Mesnil-sous-Lillebonne, à Bertrimont, Gueuteville, Saint-Victor-la-Campagne, Ancretiéville, Butot, Grosfy, Neuville-sur-Aulne, Creppeville, Vaudreville et Canteleu, à Bosguérard, et dans le pays de Sées, à ARgentan, Sarceaux, Mauvaisville, Coulandon, ainsi qu’à Cheffreville.
= Arch. nat. Latin , 16738, n° 7
= LOT, p. 85
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, n° 8, p. 430.

1075
1075
1076
1077
1078
1079
1080.
1090.
1100.

XIIe siècle – Mesnil-Simon
Accord fait entre les chanoines de Sainte-Barbe et les moines du Bec au sujet des dîmes du fief de Turouff de Magny, dans la paroisse du Mesnil-Simon réglant que les moines recevront les dîmes à charge de donner aux chanoines un septier de blé et deux d’avoine.
= Arch. SHL – Charles VASSEUR .- Notes et documents – Portefeuille  » Doyenné du Mesnil-Mauger )

1111.
1112.
1121
1122
1123
1124
1125
1126
1127

1128 -Sainte-Barbe-en-Auge
Charte par laquelle Rabel, fils de Guillaume, chambellan Tancarville, qui avait épousé Agnès, héritière des biens du fondateur de ce prieuré, confirme cette fondation et donne à Sainte-Barbe toute la terre qu’il possédait au-dessus de la Dive. Cette donation est précédée de la charte de fondation, portant qu’elle est souscrite par les barons, ainsi que par Guillaume, duc de Normandie; Jean, archevêque de Rouen; Hugues, évêque de Liseux; Michel, évêque d’Avranches; Durand, abbé de Troarn; Ainard, abbé de Sainte-Marie-de-Dives; Nicolas, abbé de Saint-Ouen; Roger de Montgommery; Roger de Beaumont et Guillaume Fitz Osbern de Breteuil. Cette charte paraît avoir été revêtue de deux sceaux, mais, ils ne subsistent plus. Elle porte une croix recroisettée pour signe de l’attestation d’Henri, roi d’Angleterre; une croix simple indique la signature de la reine, du comte de Glocester, de Guillaume de Varenne, de Robert, comte de Leicester, de Jean, évêque de Lisieux, de Toustain, archevêque d’York, ainsi que de celle de Guillaume Le Chambellan, et celle de Rabel, son fils.
= LECHAUDE-D’ANISY, A.  » Les anciennes abbayes de Normandie « , MSAN , t. VII, pp. 92-93

1131
1132
1133
1133

« Fiefs de Saint-Vaast et de Boulon, appartenant en 1133 à Robert du Neubourg (mort en 1159), … venus, nous ne savons comment, aux mains des Taisson (ces deux fiefs pourraient bien avoir appartenu, au milieu du XIè siècle, à Raoul Ier Taisson, car celui-ci donna à l’abbaye de Fontenay, lors de sa fondation, le patronage de ces deux paroisses) »
+ IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951

1134
1135
1136
1137
avant 1138

Confirmation par Robert Bertran fils de Robert le Tors et de Suzanne, des biens donnés par ses parents à l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen et destinés à la création du prieuré de Beaumont en Auge.
= AD. 76. 14 H 797. Charte originale
¸ EDIT.: Dom POMMERAYE, Histoire de l’abbaye de Saint-Ouen , pp. 475-476.
= IND. LE CACHEUX, 1938, p. 252.

1138
« Malgré une trêve de deux ans, jurée entre le roi Etienne et le Comte d’Anjou, ce dernier vient de nouveau avec son armée, pour s’emparer de notre Basse Province. A force d’instances et de promesses, il attire à son parti Robert de Caen, comte de Glocester, frère naturel de son épouse, et par son crédit, les villes de Caen et de Bayeux entrent au mois de juin sous sa domination. Indigné de cette défection, le Comte de Meullent (Meulan) avec deux cents chevaliers et des troupes auxiliaires, marche contre les Angevins, mais, avertis par Robert de Courcy, ceux-ci se retirent à la hâte. Alors, ne pouvant les combattre, et ne voulant pas paraître s’être avancé inutilement, le Comte ravage le pays et dirige sa troupe sur Caen. Il pénétre sans obstacle dans cette ville, qui, livrée succcessivement aux deux partis, finit par n’en prendre aucun. C’est vers le château que le Comte de Meullent se dirige; il veut s’en rendre maître. Le chef de la défection, le Comte de Gloucester, s’y était retiré avec cent Chevaliers; il en place quarante dans une rue étroite qu’il fallait traverser pour arriver à la place. Là les deux partis en viennent aux mains; on se bat avec acharnement; les Sires de Roncheville et de Briquebec et le Seigneur de Jort sont tués; un grand nombre d’autres Chevaliers sont blessés, et le Comte de Meullent, après cette perte, est forcé de se retirer de la ville sans aucun succès.
« Bientôt le Comte d’Anjou, vient assiéger Falaise; mais le dix-neuvième jour, il est forcé de lever le siège; la ville et le château étaient approvisionnés, et Richard de Lucy, qui commandait dans la première, en ouvre les portes et se moquant des assiégeants, il les invite à monter à l’assaut; mais, rebutée par la difficulté, l’armée se répand dans les campagnes environnantes: les soldats pillent les Eglises, volent les paysans; dévalisent les voyageurs, et se rendent coupables de tous les excès. Le Comte d’Anjou les conduit à Touques, ville alors très riche, suivant les historiens du temps. A leur approche, les habitants fuient, les maisons sont désertes, et l’ennemi s’en empare. Après avoir pris quelques aliments, la troupe, excédée par la fatigue, se couche avec confiance; mais, pendant la nuit, Guillaume Troussebot, Gouverneur de la forteresse de Bonneville-sur-Touque, envoie quarante enfants mettre le feu à tous les coins de la ville. réveillé par le bruit des flammes et les cris des sentinelles, l’ennemi s’échappe, laissant chevaux, armes et bagages. Le Gouverneur s’avance à sa rencontre avec sa garnison; mais la fumée enveloppe amis et ennemis dans ses tourbillons. On ne se reconnaît pas. Le turbulent comte d’Anjou fuit et se réfugie dans un cimetière où il passe le reste de la nuit, et rassemblant les siens, autant qu’il peut, il part dès le point du jour pour aller cacher sa honteuse défaite dans Argentan. »
= Abbé DE LA RUE, Nouveaux essais historiques sur la ville de Caen , 2 vol., Caen, Mancel, 1842, T. II, pp. 120-122.

1139
1140
1141
1142
1143
1144
1145
1146
1147
1148
1149
1150
1151
1151 , sept. – 1153 , sept. – Lisieux

Mandement de Henri Ier , duc de Normandie à l’évêque de Lisieux et à Robert de Montfort leur enjoignant de faire reconnaître certains biens qui appartiennent à l’église de St Hymer.
« Henricus dux Normannorum et comes Andegavorum, Arnulpho episcopo Lexovinsi et Roberto de Monteforti salutem.
« Mando vobis et precipio quod faciatis recognosci per legales homines que sint ille que pertient ad ecclesiam sancti Imerii de rebus illius quas Thomas de Ponte Episcopi tenuit, et illam (?) monachis de Becco bene et in pace et juste tenere faciatis ».
= DELISLE et BERGER, Recueil des actes de Henri II , t.I, XXXIV, p.40-41

1152
1153
1154
1155
1155 – Fervaques

Arnoult, évêque de Lisieux confirme la donation faite par Gilbert de Brucourt (Bruelcourt) à l’abbaye du Val-Richer, d’une terre sise à Fervaques (Favarcae).
= ??????????

1156
1157
1158
1159
1160

Robert Ier comte de Montfort, fait don au prieur et aux moines de Saint-Ymer (Saint-Hymer), de l’église de Watertot et de la chapelle Saint-Nicolas du château de Montfort. Témoins: Roger, prieur de Conflans; Valdericus, secretarius, Gaufridus d’Asnières; Matrieu et Richard de Bonnebosq (note sur la seigneurie de Bonnebosq, et des fiefs en relevant: Betteville, le Torquesne et Gassart); Richard Charpentier, Roger Crassius ; Henri, fils Robert.
= BN. ms. nouv. acq. lat. 2097, p. 15 –
=¸ Charles BREARD, Les cartulaires de Bricquebecq et de Saint-Ymer-en-Auge, Rouen-Paris, 1908, pp. 11-12

1161
BUON II 1161-1181.

Jean, doyen de Lisieux, donne à Galopin un champ devant la léproserie. L’évêque Arnoul donne son accord.

Arnulphus Dei gracia Lexov. episcopus, universis tam clericis quam laicis ad episcopatum Lexov. pertinentibus, salutem et Dei benedictionem. Noverit universitas vestra quod Johannes Lexov. decanus concessit Galopino agrum qui situs est ante domum leprosorum Lexov., inter rivum qui dicitur Chiriol et stratam publicam de dominio sui decanatus, jure hereditario possidendum per tribus quartariis frumenti et duobus caponibus ad Natale et xx ovis ad Pascha annuatim solvendis. Hec autem concessio quoniam auctoritate [nostra] et capituli nostri facta est, ipsam scripto mandari jussimus et sigilli nostri testimonio cum sigillo capituli confirmari.

Scellé de deux sceaux; sur le 1er on lit: ARNUL; sur le 2nd, celui du
doyen, on lit:..]XOVIENSIS[..(cire verte)
= Ed. Vasseur n° 1

1162
1163
1164
1165
1166
1167
1168

1169 , 27 avril – Bénévent
Bulle d’Alexandre III, adressée à l’abbé de Cormeilles Robert, en faveur de ce monastère, que le pape prend sous sa protection et dont il confirme les possessions et les privilèges
= Arch. nat. Latin , nouv. acq. 2588, n° 9.
¸ JAFFE-WATTENBACH, Regesta , n° 11618.
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, p. 435, n° 32; NORTIER, Sources , 1959, p. 51, n° 5.

1170
1171

Le doyen et le chapitre de Chartres notifient l’accord conclu à Montfort-sur-Risle en la cour de Henri II, entre le chantre de Chartes et le prévôt de Vraiville (Ebrardivilla) Ansoud, au sujet du champart et de la dîme des guèdes de Vraiville.
= Arch. nat., Latin , nouv. acq. 2231, n° 1.
+ NORTIER Michel, Sources … , 1959; p. 52, n° 8.

1172-1173 – Vimoutiers, Crouttes, Thuit, Fourneville, Trouville.
Confirmation des biens de l’abbaye de Jumièges.
Henricus rex… salutem.
Sciatis me concessisse et presenti carta confirmasse ecclesie Beate marie et sancti Petri de gemmetico…
Vimonasterium cum ecclesia et omnibus allis appendiciis, terram totam et nemero usque ad viam Asinariorum, Cruptas cum ecclesia et omnibus aliis ville pertinentiis, exceptis duabus vavassores, et quartam partum de Mesnillo Renuardi, boscum quod est inter Vimonasterium et Cruptas et terram iusque ad Pontem de Vie, sicut via dividit que vadit ad Montem Sancti Michaelis.
… Turovillam, cum ecclesia et omnibus aliis appendiciis, boscum a portu qui dicitur Twit usque ad Vallem Furneville … et quatuor salinas apud Huneflotum apud Divetam vel Waravillam, sedecim salis sextarios. Ex dono Roberti Bertranni septem sumnas salis.
= DELISLE et BERGER, Recueil des actes de Henri II , t.II, DXXVII, p.93

1173
1174
1175
1176
Août 1177 / Juin 1181 – Tours

Confirmation par Henri II d’Angleterre, à la cathédrale de Chartres, de tout ce que Richard II avait donné à celle-ci tant dans le comté d’Evreux, à Vraiville, dans la forêt de Bord, à Hauville-en-Roumois, que dans le Lieuvin, à Bonneville(sur-Touques), Englesqueville (sur-Touques), Roncheville et Saint-Julien-sur-Calonne.
= A.N. Latin , nouv. acq. 2231, n° 2.
¸ DELISLE et BERGER, n° DLXIII, t. II, p. 142.; Fac sim. dans l’Atlas de DELISLE, pl. XXI.
+ LEONARD, « Les plus anciennes chartes … », Normannia , 4-1935, n° 59, p. 439; NORTIER Michel, Sources de l’histoire de Normandie au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale – Fonds des Nouvelles acquisitions latines , Nogent-sur-Marne , 1959; p. 52, n° 8.

1178
1178 , 19 mars – Le Bec

Donation à l’abbaye du Bec d’une rente de 100 livres sur la vicomté de Rouen, à l’occasion de la dédicace de l’église.
= DELISLE et BERGER, Actes d’Henri II , I, p. 543.

1179
1179 – Lisieux / Val-Richer

Arnoult, évêque de Lisieux accorde aux moines du Val-Richer des franchises dans la ville et les marchés de sa ville.
= DU BOIS L. (1845), t.II, p.118, d’après Gallia Christiana , IX

1180
1181
avant 1181
c. 1181-1206 – Ouville-la-Bien-Tournée

Alverède, abbé de Sainte-Marie-sur-Dives, fait un accord avec les religieux de Sainte-Barbe au sujet d’une partie de la dîme d’Ouville et des fiefs du Vigan, de Chaffray et d’Oudart, qui fut partagé entre eux, au moyen de ce que le prieur de Siante-Barbe remet à l’abbaye de Dives, la masure de Douville, qu’il tenait de Gaultier de Catehoulde (les sceaux sont brisés)
= LECHAUDE d’ANISY, Abbayes du Calvados , MSAN, t. VII, p. 130. N° 349

1181 , octobre
Robert Marmion, fils de Robert, confirme toutes les donations que son père avait faites à Barberie, à l’exception de son fief de chevalier.
¸ Neustria Pia ainsi que dans le Gallia Christiana.
= IND. LECHAUDE d’ANISY, Barberie dans MSAN , 1834, t. VII, n°1 « Cette charte, très endommagée, est attestée par un grand nombre de témoins ».

1181 – Rouen
Robert, comte de Meulant, confirme en l’année 1181, les diverses donations faites à Barberie par Robert Marmion et son fils.
Cette charte attestée par un grand nombre de témoins. A.R. 1181.
+ IND. LECHAUDE CANISY, Barberie dans MSAN , 1834, t. VII. n°2-115

1181 ?
Raoul Taisson, fils de Jourdain Taisson, donne à Sainte-Marie-de-Barberie toute la partie de la haie de Bur et la terre joignante, jusqu’à celle des Templiers, telle qu’elle s’étend jusqu’à la pierre qui sert de devise entre sa forêt et celle de Robert Fitz-Erneiz. Il confirme également les donations faites à cette abbaye par Robert Marmion. Le sceau de cette charte sans date est brisé. Elle est en outre souscrite par Thomas Nomes, Robert de Fontenay, Raoul de Clinchamp, Ranulf de Hamart, Herbert de Vieux et autres.
= IND. LECHAUDE d’ANISY, Barberie dans MSAN , 1834, t. VII, n°3

1181-1189
Montfort- Confirmation des biens de l’abbaye du Bec.
= DELISLE et BERGER, Actes d’Henri II , I, p. 555.

1181-1206 –
R. d’Ivry (de Ivreio ), et Hugues, archiacre d’Evreux, font un accord (dont la date n’est pas indiquée) entre Alvarède, abbé de Saint-Pierre-sur-Dives, et Foulques de Vendeuvres, au sujet de deux gerbes de la dîme et du patronage de l’église de Morières, qui furent conservés audit Foulques, moyennant une redevance d’une livre d’encens , ainsi qu’une mine de froment, une d’orge, et trois autres d’avoine (Le sceau brisé)
= LECHAUDE d’ANISY , Abbayes du Calvados dans MSAN , t. VII, 1834, N° 4, p. 252

1182-1194
BUON III 1182-1194

Roger Fils-Mathilde, chanoine, donne à Robert Mansel, son neveu, sa maison et un verger, en échange d’une rente à verser au chapitre pour son obit. Jean, doyen, le chapitre, et l’évêque Raoul donnent leur accord.

Universis Sancte Matris Ecclesie filiis ad quos presens scriptum pervenerit, Johannes Lexov. decanus et ejusdem ecclesie capitulum, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod Rogerus filius Matildis concanonicus noster donavit in presentia nostra, de voluntate et assensu Radulfi episcopi nostri, Roberto Mansel nepoti suo, domum suam qua sita est inter virgultum episcopi et stratam publicam cum virgulto predicte domui adjacente, jure hereditario possidendam. Assignavit etiam prefatus Rogerus in eadem domo canonicis de capitulo nostro qui anniversario suo intererunt decem solidos Andegaven. annuatim per manum jamdicti Roberti et illorum qui illam post illum tenebunt annis singulis persolvendos. Ne igitur hec donatio in presentia nostra tam sollenniter facta aliquorum malignitate minui seu longo temporis excursu verti possit indubium eam pagine presentis attestatione roborantes sigilli nostri auctoritate decrevimus communiri.
Scellé d’un sceau disparu
= AD 14. Chapitre, G304

1182 ou 1183
BUON IV 1182 ou 1183 , 28 mars

Le pape Luce III prend l’Hôtel-Dieu de Lisieux sous sa protection.

Lucius episcopus servus servorum Dei, dilectis filiis priori et fratribus hospitalis Lexov., salutem apostolicam benedictionem. Dignum est et consentaneum rationi ut qui ex iniuncto apostolatus officio universas ecclesias defensare tenemur loca religiosa, et XPI pauperum subventionibus deputata oculo debeamus benigno respicere eorum bona illibata servare ac contra pravorum incursus apostolice sedis patrocinio communire. Hac itaque consideratione rationis inducti vestris justis postulationibus, annuentes personas et hospitale ipsum in quo amore divino pauperum estis obsequio deputati cum omnibus bonis vestris que in presenciarum juste atque canonice possidet vel in futurum justo titulo poterit adipisci sub beati Petri et nostra protectione suspicimus et presentis scripti patrocinio communimus, statuentes ut nulli omnino hominum liceat hanc paginam nostre protectionis infringere vel ei ausu temerario aliquatenus contra ire. Siquis autem hoc attentare presumpserit indignationem omnipotentis Dei et Beatorum Petri et Pauli Apostolorum ejus se noverit incursurum. Datum Velletri V Kl. aprilis.

Sur la bulle, actuellement disparue: Lucius III
= AD 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1184
1185 ou 1186.
BUON V. 1185 ou 1186 , 18 décembre

Le pape Urbain III prend l’Hôtel-Dieu de Lisieux sous sa protection.
Urbanus episcopus servus servorum Dei….(même texte que le précédent)…
Datum Veronae decimo quinto Calendae januarii.
Sur la bulle de plomb: URBANUS III.
= AD 14. Hôtel-Dieu, H suppl II.A.8 (copie fin XVIIe siècle)

1185 ou 1186
BUON VI 1185 ou 1186 , 18 décembre

Le pape Urbain III autorise L’Hôtel-Dieu de Lisieux à disposer d’un prêtre pour administrer les sacrements.
Urbanus episcopus servus servorum Dei, dilectis filiis magistro Bartholomeo et fratribus hospitalis domus Lexov., salutem et apostolicam benedictionem. Cum sitis hospitalitatis officio serventer expositi et pauperes et infirmi aput vos caritatis solacia consequantur, necessitati vestre condescendere nos oportet, et vos in justis postulationibus exaudire. Sicut autem ad audientiam apostolatus nostri pervenit cum plures sitis in domo vestra sub communi vita degentes, et oratorium habeatis, in quo vobis hospitibus et infirmis vestris divina valeant ministeria celebrari, presbitero indigetis qui vobis et illis sacramenta ecclesiastica subministret volentes igitur in hac parte necessitati vestre consulere auctoritate vobis presentium indulgemus, ut liceat vobis proprium sacerdotem habere qui vobis hospitibus infirmis et familie vestre deserviat, in divinis obsequiis, ita tamen quod circum adjacentibus ecclesiis nullum parrochialis juris ex hoc prejudicium generetur. Nulli ergo omnino hominum liceat hanc paginam nostre constitutionis infringere vel ei ausu temerario contra ire. Siquis autem hoc attemptare presumpserit indignationem omnipotentis Dei et Beatorum Petri et Pauli Apostolorum ejus se noverit incursurum. Datum Verone XV Kl. januarii.

Sur la bulle, actuellement disparue: Urbanus III.
= AD 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1186
1186 – Saint-Ouen-le-Pin

Alvared, abbé de Saint-Pierre-sur-Dives échange avec Robert, abbé du Val-Richer l’église de Saint-Ouen-le-Pin contre celle de Quatre-Puits et sa vavassorie.
= DU BOIS L. (1845), t.II, p.118, d’après Gallia Christiana .

1187
1188
1189

118.?
Robert Marmion donne à l’abbaye de Barberie toutes les vignes qu’il possédait à Airan, ainsi que diverses pièces de terre à Bretteville, situées entre sa vigne et la haie de Bur, sur l’étang. Le sceau de cette charte sans date est brisé.
=IND. LECHAUDE d’ANISY, Barberie dans MSAN , 1834, t. VII, n°4-378

118.?
Robert Marmion, par une charte sans date, déclare qu’à la prière de son père, avancé en âge, il confirme toutes les donations qu’il avait faites à l’abbaye de Barberie. Cette charte est revêtue de son sceau et contresceau.
=IND. LECHAUDE d’ANISY, Barberie dans MSAN , 1834, t. VII, n°5-382

118.?
Robert de Fontenay, chevalier, donne à Barberie une redevance en orge, pour la pitance des moines, à prendre sur son domaine de Fontenay-Marmion.
=IND. LECHAUDE d’ANISY, Barberie dans MSAN , 1834, t. VII, n°13-379

1190 – Lisieux
Richard Coeur de Lion prend sous sa protection les chanoines de Saint Pierre de Lisieux. Vidimus de Charles IV.
= AN Registre JJ 61, fol. 67 v° et 68 r°. Cité: par Claude FAGNEN, Le vocabulaire du pouvoir , p. 80 dans Robert FOSSIER et al. Les pouvoirs de commandement jusqu’à 1610 dans Actes du 105e Congrès national des sociétés savantes. Caen, 1980 . Paris, CTHS, 1984; p. 80

1191/1219
Accord conclu entre les abbayes de Saint-André-en-Gouffern et d’Almenesches au sujet des dîmes à Montgommery (Le comte Robert d’Alençon que l’on trouve parmi les témoins peut être Robert III (1191-1217) ou Robert IV (1217-1219).) .

= Arch. nat. Latin , 10063, fol. 6.
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, p. 446, n° 244

1192
1193
1194
1195
1196
1197
1198-1222.
BUON XII 1198-1222

Robert Silvain, chanoine de Lisieux, donne au chapitre une maison sise à Lisieux avec diverses appartenances, que le chapitre affieffe a un certain Henri, moyennant une rente.

Carta R[oberti] Silvani, canonici, super donationem domorum ipsius usque ad portum Calceye

Universis Christi fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Robertus Silvanus, canonicus Lexoviensis, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod ego, mentis compos, dedi et concessi, pro salute anime mee, capitulo Lexoviensi domum meam cum virgulto et omnibus areis quas habebam apud Lexovias usque ad portum Calceye et cum duabus acris prati in pratoria episcopi et cum una libra piperis quam dominus W., decanus Lexoviensis, reddebat michi annuatim de quadam parte virgulti mei, quam ei vendidi, quam scilicet domum cum virgulto et areis et prato emi solenniter ab heredibus Symonis quondam canonicis Lexoviensis, retenta tamen domo que sita est inter domum Ricardi Belot et predictum virgultum, quam ego cum porprisio secundum latitudinem ejusdem domus usque ad fluvium posterius labentem, dedi Waltero, servienti meo, pro servicio suo, jure hereditario tenendam de capitulo Lexoviensi per annuum redditum sex denariorum, in anniversario meo reddendorum; supradictam autem domum meam cum virgulto et areis et prato et libra piperis concessit et tradidit capitulum Lexoviense precibus [meis] Henrico alumno meo, tenenda[m] de ipso capitulo, quamdiu idem Henricus vixerit, per annuum redditum decem solidorum turonensium, eis qui anniversario meo intererunt similiter reddendorum; prefato vero Henrico cedente vel decedente, omnia supradicta libere et quiete in manu canonicorum ad faciendum meum anniversarium devolventur ita ut totus redditus domorum et aliarum rerum canonicis qui anniversario meo intererunt distribuantur. Hanc itaque donationem meam presentis scripti et sigilli mei munimine confirmavi.
= René-Norbert SAUVAGE, n° XXIII

1198-1222.
BUON XIII 1198-1222

Guillaume, doyen, et le chapitre de Lisieux cèdent à Jean d’Alençon, archidiacre d’Auge, et à Nicolas, clerc de choeur, des maisons devant l’église Saint-Germain, contre une rente obituaire pour les parents de Jean.

Universis XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Willelmus decanus et capitulum Lexov., salutem in Domino. Noverit universitas vestra nos communi assensu concessisse dilecto concanonico nostro Johanni de Alenchon archidiacono Algie et Nicholao clerico de choro nostro, domos nostras que sunt ante ecclesiam Sancti Germani, quas possedit Ricardus Barre predecessor ejusdem Johannis cum omnibus appendiciis et pertinentiis, tenendas de nobis per annum redditum quadraginta solidos Turon. vel usualis monete nobis reddendorum in festo Beati Paulini in anniversario scilicet Odonis patris ejusdem Johannis et Alpe matris ejus. Nos vero volumus et concedimus quod altero eorum quoquomodo cedente vel decedente superstes predictas domos teneat et possideat cum appendiciis suis per predictum redditum. Preterea ad petitionem predicti Johannis ipso superstite sublato de medio concessimus quod omnes redditus quos de domibus predictis habere poterimus nobis in predicto anniversario dividantur. Ut igitur quod tam sollempniter actum est nequeat infirmari presenti scripto et sigillo capituli nostri duximus confirmandum.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD 14. Chapître, G 318
+ IND.: HUARD, p. 38

1198 – Lisieux
Eustache, archidiacre de Lisieux, chancelier de Richard Coeur de Lion
= cité par Claude FAGNEN, Le vocabulaire du pouvoir dans Robert FOSSIER et al. Les pouvoirs de commandement jusqu’à 1610 dans Actes du 105e Congrès national des sociétés savantes. Caen, 1980 . Paris, CTHS, 1984, p. 87

1199
BUON VII Fin XIIe – 119. ?
Roger de Montgomeri, chanoine, donne à l’Hôtel-Dieu une rente à Lornolu, pour le salut de ses parents.
Universis Sancte Matris Ecclesie filiis ad quos presens scriptum pervenerit ego, Rogerus de Monte Gomeri canonicus Lexov., salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod ego pro salute anime Roberti patris mei et Aurillose matris mee et mee, donavi et concessi Domui Dei et Beati Thome martyris Lexov. et pauperibus in ea degentibus, in puram et perpetuam elemosinam, unum sextarium avene annuatim recipiendum de terra quam Walterus Torel tenuit de me apud Lornolu, per manum heredum ejusdem Walteri vel eorum qui predictam terram tenebunt. Si autem predictum sextarium avene reddere contradixerint termino constituto, concessi ut ipsi justiciam super terram sicut in puram, liberam et perpetuam elemosinam suam valeant exercere. Et ut hec donatio rata, libera et inconcussa futuris temporibus permaneat, eam presentis scripti et sigilli mei munimine roboravi.
Scellé d’un sceau non visible.
= AD 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

119 ?
BUON VIII 119.

Robert de Montgomeri, frère de Roger de Montgomeri, chanoine, confirme la donation de son frère, et y ajoute une rente sur une maison à Lisieux.
Universis Sancte Matris Ecclesie filiis ad quos presens scriptum pervenerit, Robertus de Monte Gomeri, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod dominus Rogerus de Monte Gomeri fratrus meus, cum assensu meo et voluntate mea, dedit et concessit domui Dei et Beati Thome martyris et pauperibus in eadem domo Lexov. degentibus, unum sextarium avene recipiendum annuatim in terra quam Walterus Torel tenuit de eo apud Lornolu. Et ego Robertus pro salute anime patris mei et matris mee et mee eisdem domui et pauperibus, concessi et donavi in liberam, puram et perpetuam elemosinam xii denarios quos habebam in domo Ade Fabri apud Lexov., annuatim recipiendos die festo Beati Johannis Baptiste. Et ut donatio domini Rogeris fratris mei et mea futuris temporibus permaneant in puram et perpetuam elemosinam eas presentis mei munimine roboravi.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc 319/1

11.. – Ouville-la-Bien-Tournée
Deux chartes sans date de Foulques d’Ouville, fils de Hélie d’Ouville, par lesquelles il donne au prieuré de Sainte-Barbe diverses pièces de terre à Ouville, son père, contenant le droit de présenter à l’église de Sainte-Marie-d’Ouville (Cette charte est sans date et le sceau est brisé)
+ IND.: LECHAUDE d’ANISY , Abbayes du Calvados , MSAN, t. VII, p. 130. N° 347-348

BUON IX 1199 , 4 septembre
Jean sans Terre, duc de Normandie, enquête sur les droits qu’il a sur Lisieux et sa banlieue, et sur les prétentions de Robert Le Vicomte à une vicomté héréditaire.

Johannes, Dei gracia rex Anglie, dominus Hibernie, dux Normannie, comes Andegavie; archiepiscopis, episcopis, abbatibus, comitibus, baronibus, justiciis, vicecomitibus, prepositis et omnibus baillivis et fidelibus suis, salutem. Inter ea que ad conservationem justicie pertinere, noscuntur nichil specialius regibus et principibus christianis incumbit quam dignitates ecclesiasticas in sua stabilitate tueri. Et ne forte per obliviones hominum rerumque ac temporum mutabilitates ea que pia consideratione gesta sunt, et precipue per judicum diffimata, novis in posterum possint implicari calumpniis, auctenticorum scriptorum patrocinio communire. Cum autem inter nos et dilectum nostrum in Christo Willelmum de Rupetra Lexoviensem episcopum, super jure et potestate ab antiquis temporibus antecessorum nostrorum in civitate et banleuca Lexoviensi ad nos pertinere contentio verteretur, tandem ne quid de jure episcopi et ecclesie Lexoviensis viderimur? nobis aliquatenus usurpasse, fecimus per multitudinem legitimorum antiquorum militum de vicina illa juramentis interpositis recognosci, quantum juris ad nos in civitate et banleuca predicta, quantum ad ipsum episcopum Lexoviensem, et quantum ad militem quendam Robertum scilicet cognominatum Vicecomitem pertinebat, qui videlicet miles vicecomitatum sibi apud Lexovium hereditario jure esse asserebat. Recognitum est autem in curia nostra coram nobis et baronibus nostris per testimonia decem et octo militum juratorum nos tantummodo tria placita, que de spata vocantur, in illa civitate et banleuca habere, videlicet de submonitione exercitus nostri, de via curie nostre, et de moneta. Que etiam tria placita per manum episcopi vel baillivorum suorum ante nos vel senescallum nostrum vel in assisias nostras debent adduci. Ita etiam quod nichil de emendis aliciniis istorum trium placitorum sibi potest episcopus vendicare, sed eas per manum ipsius vel baillivorum suorum debemus habere. Et preter illa tria placita nichil nobis juris in predicta civitate remanet aut banleuca. Cetera autem omnia jura et placita tam de spata quam alia quibuscumque modis vel causis eveniant cum eorum emendis ad episcopum sine omni contradictione pertinent et querela. Recognitum fuit etiam per eosdem milites que predictus Robertus nichil juris vel hereditatis habuit in predicto vicecomitatu, ipseque Robertus postmodum in curia nostra coram nobis et baronibus nostris remisit ipsi episcopo et suis successoribus totium jus quod sibi vendicaverat et clamaverat in illo vicecomitatu. Quare volumus et firmiter precipimus quod idem episcopus et omnes successores sui libere habeant, teneant et possideant (sic) civitatem et banleucam suam cum omnibus immunitatibus supradictis, absque omni molestia, gravamine et exactione per nos seu per ministros nostros ibi deinceps facienda sicut superius in hac pagina prenotatum est. Testibus: Huberto Cantuarensi archiepiscopo, Rogero Sancti Andree de Scotia episcopo, Roberto comite Leirstreni, V. comite de Albamarlle, Willelmo comite Arundelli, Willelmo filio Radulphi senescallo Normannie, Hugone de Gornayo, Rogero de Toeneio, Walterio de Ferrariis, Henrico et Hugone filiis ejus, Roberto de Harecourt, Johanne filio ejus, Johanne et Petro de Pratello. Datum per manum ejusdem Huberti Cantuarensis archiepiscopi, cancellari nostri, apud Rothomagum, quarta die septembris regni nostri anno primo.

Aucune indication sur le sceau.
= Cartulaire de Thomas Basin , f° 1.
¸ BSHL , n° 14, 1902, p. 33 avec traduction

11.. sans date, fin XIIe
Robert Bertran donne à Richard Bacon son chevalier, trente acres de terre situées près de la haie de Pierreville (50) moyennant la redevance d’un épervier.
… testibus: Roberto Molomtino, senescalli; Willermo de Fauguernon, Gilleberto Tronel, Adam de Sottevast; Rogerio de Joyanvilla; Heberto de Barnevilla; Petro Bosqiuer etc…
= Charles BREARD, Cartulaire de la baronnie de Bricquebec , n°10, pp. 197-198

11.. sans date, fin XIIe
Robert Bertran donne à Guillaume de Bouquetot des franchises dans la terre de Fauguernon.
Erga Guillermum de Bousretot.
Sciant omnes presentes et futuris quod ego Robertus Bertran dedi et concessi et presenti carta confirmavi Guillermo de Bousretot, pro homagio et servitio suo et pro viginti solidis andegavensium de redditu quos idem Guillermus habebat de me annuatim apud Honefleu quos michi reddidit quite (sic) omnes li¬bertates in terra de Fausguernon cum omnibus pertinentiis quam Robertus de Bousretot, pater ejusdem Willermi, et Mabilia, mater ejusdem, tenuerunt et possederunt de Willermo de Angervilla, que terra est de feodo meo. Omnes autem libertates confirmavi Willermo prescripto et heredibus suis habendas et possi¬dendas de me et heredibus meis in predicta terra de Fausguernon et per totam eandem terram et de omnibus consuetudinibus quas ego, predictus Robertus, in eandem terram capiebam et habebam et ad manum meam pertinebant, quietas et so¬lutas et liberas pro prescripto hommagio et servitio et pro predictis viginti solidis de redditu. Testibus; Petro de Cunbrai (Combray à Norolles ?); Willermo de Pipardo; Roberto de Tilia (Saint-Etienne-la-Thillaye); Waltero Pipardo; Roberto de Foumuchum (Fumichon) ; Willermo de Fausguernon, Waltero de Fausguernon (Fauguernon), Hunfrido Linel, Willermo de Salrme (sic).
= Charles BREARD, Cartulaire de la baronnie de Bricquebec , n°13, p. 200: Léopold DELISLE, Les cartulaires de Briquebec (N° 35, p. 7)

1200
BUON X 1200

Les juges de l’Echiquier de Normandie règlent une contestation entre Jean de Manerbe et Robert Le Moine, frères, sur des biens à Lisieux et Manerbe.
Hec est finalis concordia facta in curia domini Regis apud Cadomum ad scaccarium anno secundo coronacionis Johannis Regis Anglie, coram Garino de Glappion tunc senescallo Normannie, Sansone Abbate Cadomi, Petro de Lions, Hugone de Chaucebuef, ceterisque justiciaris qui tunc ibi aderant et baronibus inter Johannem de Manerbio tenentem et Robertum Monachum fratrem ejus clamantem, scilicet de proporcione terrarum hereditatis eorum unde contentio erat inter eos, videlicet quod prenominatus Johannes dedit prefato Roberto fratri suo in proportione pro fine hereditatis predicte unam peciam terre apud Milloel de feodo Oliveri de Corce, et apud Lexovias sex acras terre in duabus peciis de feodo abbatisse, et apud Castelerium viiito acras terre in duabus peciis de feodo Fulconis de Castelerio, et apud Manerbam medietatem unius pecie terre de feodo Ivonis de Ense, et apud Lexovium unam masuram in Civitate de feodo Ricardi de Logis, et in burgo abbatisse iiies domos, scilicet unam domum ante domum prefati Johannis, et granchiam de Puto Angulo, et domum que fuit Rogeri de Ber. Et de omnibus prefatis terris attornavit Johannes Robertum fratrem suum dominis feodi ad faciendum eis quicquid facere debuerit de prefatis terris. Et hoc fecit assensu domino feodorum illorum. Et pro hoc prefatus Robertus clamavit quietam de se et de heredibus suis totam aliam hereditatem prenominato Johanni et heredibus suis; et pro ista quita clamencia et pro quietancia omnium catallorum et aliarum rerum dedit Johannes predicto Roberto fratri suo xl libras Andeg. et duos modios sicci bladi. Et si Johannes morietur sine herede de conjugio, hereditas ejus redibit ad Robertum et ad heredes suos. Et similiter si Robertus morietur sine herede de conjugio, hereditas ejus redibit ad Johannem predictum et ad suos heredes.
=¸ HARDY, p.12

1200
BUON XI 1200
Robert du Pont vend à Robert de Montgomeri une demie vavassorie dans le fief de Richard de Beuvilliers.
Sciant presentes et futuri quod ego Robertus de Ponte in curia domini Regis apud Cadomum ad scaccarium vendidi pro negocio meo integre totam illam meam dimidiam vavassoriam quam habebam apud Boviler de feodo Ricardi de Boviler Roberto filio Bartholomeo de Montegomeri, habendam et possidendam eidem Roberto et heredibus suis jure hereditario sine aliqua reclamatione amplius de me vel heredibus meis, pro xi libris Andeg. quas prefatus Robertus pro inde mihi dedit quando ego Roberto de Ponte de me et heredibus meis prefato Roberto et heredibus suis foris juravi illam dimidiam vavassoriam. Et hoc feci assensu domini feodi, salvo jure suo feodi illius et salvo tamen uno redditu de vi denarios Andegav. quos Walterus filius Fromondi capit in feodo illo annuatim ad festum Sancti Johannis Baptiste.
= HARDY, p. 10

1200
Donation de 4 sous de rente faite par Renaud « de Feugerio », à la chapelle Saint-Christophe de Mervilly.
= Arch. nat. Latin , 10064, n° 20
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, p. 449, n° 118

1200
Accord conclu entre les abbayes de Saint-André-en-Gouffern et d’Almenesches au sujet des dîmes à Montgommery.
= Arch. nat. Latin , 10063, fol. 6.
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, p. 446, n° 98.

1201
1202-1218
BUON XIV 1202-1218

Guillaume Le Vicomte, chanoine, achète une maison et une masure à Bertin, chanoine, et à son frère. Le doyen et le chapitre de Lisieux donnent leur accord contre le versement de redevances.
Carta W., decani et capituli Lexoviensis super X solidis redditus debitis de domo que fuit Ricardo Pictoris
Universis Christi fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, W., decanus et capitulum Sancti Petri Lexoviensis, salutem in actore salutis. Noverit universitas vestra quod, postquam reverendus pater et dominus noster Jordanus, Lexoviensis episcopus, nobis annuum censum decem solidorum donavit, qui ei de domo et masura que fuit Ricardo Pictoris reddi solebat, dilectus canonicus noster Bertinus et Hubertus, frater ejus, domum, que in eadem mensura edificaverant, sub presentia et assensu nostro vendiderant (sic) dilecto fratri et canonico nostro W. Vicecomiti, nichil sibi juris in eadem domo exinde retinentes, pro viginti libris cenomanensium, quas eis idem W. nomine exolvit. Predictus vero W., eandem domum [et] masuram de vobis (sic) hereditario jure tenebit, dandam seu vendendam aut in quevicunque transferendam, de ipsa nobis annuatim reddere tenetur viginti duos solidos usualis monete, duodecim solidos in anniversario Ricardi Pictoris et residuos decem in anniversario Roberti de novoburgo, bone memorie, quondam Rothomagensis decani, et Lucie, matris predicti domini nostri episcopi, sicut idem episcopus ordinavit et statuit, quando predictum censum suum nobis donavit. Supradicti vero Bertinus et Hubertus se dictam domum et masuram predicto W. semper, pro posse suo, garantizaturos nichilque juris in ipsa reclamaturos de cetero sacramento solenniter promiserunt, stuatentes et publice concedentes quod carta quedam, quam de predicto domo et masura predictus Hubertus habuerat et apud Rothomagum amissa fuisse asserebat, si forte reparata fuerit et in lucem prodierit, viribus omnino careat et pro in utili (sic) habeatur, et quia cauptio super presencia et assensu nostro a sepedicto W. solenniter facta est, eam publico testimonii nostri scripto confirmandam decrevimus, sigillum nostrum presenti auttentico apponentes.
¸ SAUVAGE, XXII

1020-1218.
BUON XV 1202-1218

Christian de Rocques vend aux Lépreux de Lisieux divers biens à Rocques.
Notum sit omnibus ad quos presens scriptum pervenerit quod ego, Christianus filius Ogeri de Rokis, vendidi leprosis Lexov. [et in] perpetuam elemosinam concessi totam portionem hereditatis que me contingebat ex parte patris mei defuncti, sitam inter fores…. [her]bergagium quod fuit patris mei, et in eodem herbagio quartam portionem, et etiam portionem meam illius culture quam…. [re]cuperavimus ego et fratres mei super episcopem per juream visneti, et portionem illam quam habebam in feodo Radulphi de [Porta]. Et propter hoc mihi donaverunt dicti leprosi duodecim libras Turon.. Et hoc feci salvo episcopis Lexov. qui pro tempore redditu unius sextarii avene et dimidii caponis et quinque ovorum, et salvo Radulpho de Porta et heredibus suis a[nnui] redditu decem et octo denariorum usualis monete et dimidii caponis et quinque ovorum. Hanc meam concessionem feci [de assen]su et voluntate domini Jordani Lexov. episcopi et Radulphi de Porta et fratrum meorum Radulphi et Petri. Et ut predict[is leprosis] et successoribus eorum quod inde feci futuris temporibus firmiter observetur ventam et concessionem predictam de terris qu[as ven]debam sicut hereditatem, meam eisdem presenti scripto et sigilli mei testimonio confirmavi. Et hoc me garanti[satu]rum ad consuetudinem Normannie juravi prestito corporaliter sacramento.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Maladrerie, Hsuppl.III.B.1

avant 1208.
BUON XVII avant 1208 , mai

Raoul de Belleau, chevalier, donne à l’Hôtel-Dieu une rente sur un ténement de la rue Saint-Germain.
Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod ego, Radulphus de Bella Aqua filius Gaufridi de Bella Aqua militis, dedi et concessi Deo et pauperibus domus Dei de Lexovio pro salute antecessorum meorum et mea, decem solidos Turon. quos Willelmus Le Loremier et Bartholomeus Le Loremier reddebant mihi per annum feodaliter die martis infra octabas Pentecostes, pro tenemento quod de me tenebant apud Lexov., in vico Sancti Germani. Dedi etiam quicquid juris habebam et dominii in predicto tenemento prenominatis pauperibus. Predictos quos Willelmum et Bartholomeum ad reddendum predictum redditum ad eumdem terminum per se et per heredes suos singulis annis predictis pauperibus assignavi. Et ut hec donatio et concessio mea rata et inconcussa futuris temporibus perseveret, eam sigilli et scripti mei testimonio et munimine confirmavi.
Scellé d’un sceau de cire verte:…]UA+S.R[..
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1208
BUON XVI 1208 , août

Guillaume, doyen, et le chapitre, cèdent à l’Hôtel-Dieu la dîme des fruits des courtils que les Pauvres possèdent dans le suburbium de Lisieux.
Universis Sanctae Matris Ecclesie filiis ad quos praesens scriptum pervenerit, Willelmus decanus totumque Lexoviensis ecclesie capitulum, salutem in eo qui est omnium salus. Noverit universitas vestra nos communi assensu et voluntate totius capituli nostri concessisse et donasse in puram et perpetuam elemosinam domui Dei Lexoviensi in proprios usus pauperum ibidem degentium, omnes decimas fructum cortillagiorum suorum quae habent in suburbio Lexoviensis, libere, pacifice et quiete percipiendas et in usus proprior sine diminutione convertendas, et ne quid imposterum quaestionis adversus predictam domum et pauperes super hoc possit suboriri. Hanc donationem et concessionem nostram praesenti scripto et sigillo nostro communi duximus roborandum. Actum anno Domini millesimo ducentessimo octavo mense augusto.
Scellé de cire verte.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, H suppl II.A.8 (copie fin XVIIeme siècle)

1210
BUON XVIII 1210 , 14 mai

Le pape Innoçent III prend l’Hôtel-Dieu sous sa protection, et confirme un certain nombre de donations.
Innocencius episcopus servus servorum Dei, dilectis filiis priori et fratribus hospitalis Lexoviensis, salutem et apostolicam benedictionem. Dignum est et consentaneum rationi ut qui ex iniuncto apostolatus officio universas ecclesias defensare tenemur loca religiosa, et XPI pauperum subventionibus deputata oculo debemus benigno respicere eorum bona illibata servare, ac contra pravorum incursus apostolice sedis patrocinio communire. Hac itaque consideratione rationis inducti vestris justis postulationi[bus] annuentes personas vestras et hospitale ipsum in quo amore divino pauperum estis obsequio deputati cum omnibus bonis vestris que in presenciarum juste atque canonice possidet, vel in futurum justis modis prestante Domino poterit adispici, sub Beati Petri et nostra protectione suscipimus, specialiter autem locum ipsium in quo prefatum hospitale situm est cum capella et pertinentiis suis, ecclesiam quoque Sancti Cirici de Corbesarte, et ecclesiam Sancti Martini de Maieroles, et capellam Sancti Cristophori de Merleviler cum omnibus pertinentiis earumdem, jus patronatu ecclesie Sancti Martini de Surevile, [et] tenamenta que apud Corbesarte Robertus de Lamberville et Fulco Richerii pia vobis liberalitate dederunt, nemus quod vocatur Les Essartons juxta Merleviller, terram et virgultum apud Olleiam que fuerint Rainerii Cornuti, tres sextarios frumenti apud Colevile, domos que olim fuerunt Rogero Aurifabri et Rogero Crassi cum pertinentiis suis, et redditum decem solidorum Turonensium quos de fundo Loremariorum singulis annis in burgo Sancti Germani Lexov. percipitis sicut ea omnia juste et pacifice possidetis vobis et per vos eidem hospitali auctoritate apostolica confirmamus et presentis scripti patrocinio communimus, stuatentes ut nulli omnino hominum liceat hanc paginam nostre protectionis et confirmationis infringere vel ei ausu temerario contra ire. Siquis autem hoc attemptare presumpserit indignationem omnipotentis Dei et Beatorum Petri et Pauli Apostolorum ejus se noverit [in]cursurum. Datum Laterani II Idus maii pontificatus nostri anno terciodecimo.
La bulle a disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1210-1218.
BUON XIX 1210-1218

Laurent Aini, chanoine, donne plusieurs propriétés à Lisieux à l’Hôtel-Dieu, qu’il reprend à titre viager, avec d’autres donations, contre une rente.
Universis XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, pauperes domus Dei de Lexov., salutem in Domino. Noveritis quod cum Fulco Tallefer quondam canonicus Lexov. et Robertus Vicecomes miles nobis intuitu pietatis concessissent et donassent duas masuras apud Lexov., sitas in vico Pincerne simul junctas, et dilectus noster Laurentius Aini canonicus Lexov. filius Rogeri Aini nostre domus primi fundatoris, pro salute anime sue nobis contulisset quandam aream apud Lexov., sitam inter porprisium quod fuit predicti Rogeri Aini ex una parte et masuras pertinentes ad feodum Tellardi in vico Pincerne ex altera, habendam nobis et perpetuo possidendam integre, libere et quiete sicuti eodem area se extendit in longum et in latum inter aquam que vocatur Touqua et metas supradictas usque ad viam publicam que est ante portam ejusdem aree versus orientem, et venerabilis Jordanus Lexov. episcopus nobis concessisset et donasset quandam parvam insulam apud Lexov., insule que vocatur Putangle satis propinquam habendam et perpetuo possidendam per annuum redditum xii denarios usualis monete ipsi et successoribus suis ad feriam Prati Lexov. reddendorum, et Johannes, Robertus et Willelmus filii et heredes Gaufridi de Interduobus-Pontibus quondam civis Lexov. nobis vendidissent totam insulam quam hereditate possidebant apud Lexov., sitam inter porprisium quod fuit supradicti R. Aini ex una parte et jam dictam insulam de Putangle ex altera, et postmodum ipsi Johannes, Robertus et Willelmus nobis vendidissent omnia que hereditarie in sepedicta insula de Putangle habebant et possidebant, et Mabilia et Hisabel filie et heredes Willelmi filii Mathildis quondam civis Lexov. nobis vendidissent totum virgultum cum suis pertinentiis quod in sepedicta insula de Putangle hereditarie possidebant, et prenominatus L. Aini pretium omnium predictarum rerum venditarum venditoribus de suo proprio tradidisset, nos omnia supradicta tenementa concessimus et tradidimus eidem Laurentio habenda et quamdiu vixerit possidenda inde reddendo nobis annuatim in anniversario antedicti Rogeri Aini patris sui decem solidos et in anniversario Felicie matris ejusdem L. decem solidos usualis monete, tali videlicet conditione inter nos et eumdem Laurentium disposita. Et promissa bona fide tenenda et servanda quod isdem Laurentius de predictis tenementis nichil faciet vel ordinabit quin ipsa tenementa ad nos redeant integre, libere et quiete et absque ulla reclamatione post decessum ejusdem Laurentii cum domibus virgultis et omnibus aliis melioramentis ab eodem Laurentio in eisdem tenementis jam factis et de cetero facienda. Pretera est sciendum quod nos post decessum ipsius Laurentii tenebimur in anniversario patris sui Rogeri Aini decem solidos et anniversario matris sue Felicie decem solidos usualis monete pauperibus domus nostre vel aliis preter cotidianam distributionem annis singulis erogare. Et ut hec omnia prenotata firma et stabilia permaneant in futurum, nos et isdem Laurentium presenti scripto et sigillorum nostrorum appositione ea duximus pariter confirmanda.
Scellé de deux sceaux disparus.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1203
c. 1204 – Moutiers-Hubert
Philippe-Auguste déclare qu’il a réuni à son domaine la baronnie de Gravenchon qui avait appartenu au comte d’Evreux, la terre du comte de Varenne, la terre du comte d’Arundel, la terre du comte de Leicester, la terre de Geffroi de Clare, la terre du comte de Meulan, la baronnie de Montfort, qui avait appartenu à Hugue de Montfort, la terre de Robert Bertran, la baronnie des Moutiers-Hubert, la terre de Guillaume de Saint-Jean, les terres des chevaliers qui sont en Angleterre.
= B.N. A 90, B 95, C 74, D 96, E 179 v°, F 146, G n. 82 –
¸ EDIT. LA ROQUE , Hist. de Harcourt , IV, 2175 ; cf. III, 56, Léchaudé, Grands rôles , 167 ( d’après G ).
+ IND. Léopold DELISLE, Cartulaire normand , p. 20 n. 113; Léopold DELISLE, Catalogue des actes de Philippe-Auguste avec une introduction sur les sources et l’importance historique de ces documents , Paris, 1856, p. 204-205

1204
Robert Bertran concède à Pierre Boschier trois vergées de terre avec le droit d’y établir un moulin à tan « le Doit Mortin ». Témoins: Guillaume de Blosseville, Richard le Foidre, Raoul de Bricquebec, Gislebert Trouel, Hugues de Barneville, maistre Guillaume Vuver
= Charles BREARD .- Cartulaires de Saint-Ymer-en-Auge et de Bricquebec , Rouen-Paris, 1908, pp. 193-193

1204
Robert Bertran confirme à Henri de Tilli ce que celui-ci tenait à Tilli-sur-Seulles, en reconnaissant que le château de Tilli était tenu du roi. Témoins: Raoul Tesson, Philippe de Valceyo , Raoul Patriq , Guillaume de Blosseville, Amaury de Thibouville, Robert Malvoisin de Rosel, Raoul de Briquebec, Hugues de Barneville, Guillaume de Fauguernon, Valeran de Pontif, Guillaume de Sauceyo , Guillaume Quartel, et autres.
Testibus: Radulfo Tesson, Philippo de Valceyo, Raoul Patriq; Guillermo de Blossevilla; Amaurico de Tybouvilla; Roberto Malvesin de Rosel; Radulfo de Briquebec; Hugone de Barneville; Guillermo de fausguernon (Fauguernon); Valerano de Pontif (fief de Saint-Nicol du Pontif près Honfleur), Guillermo de Sauceyo; Guillermo Quartel; et multis allis.
= Charles BREARD .- Cartulaires de Saint-Ymer-en-Auge et de Bricquebec , Rouen-Paris, 1908, pp. 193-194 ; Léopold DELISLE, Les cartulaires de Bricquebec , n° 22, p. 7.

1204
Robert Bertran donne à Richard Bacon, son chevalier, trente acres de terre situées près de la haie de Pierreville, moyennant la redevance d’un épervier. Témoins: Robert Molomtino, sénéchal; Guillaume de Fauguernon; Gilbert Tronel; Adam de Sottevast; Roger de Joyanvilla, Herbert de Barneville, Pierre Bosquier; Robert Perchers; Gilbert de Sarliens; Robert des près; Guillaume Goupill; Robert le Veautre; Robert de Moletis, Robert Rebors.
= Charles BREARD .- Cartulaires de Saint-Ymer-en-Auge et de Bricquebec , Rouen-Paris, 1908, pp. 197-198

1204
Robert Bertran donne à son sergent Nicolas le Moine, trois acres de terre sises à Barneville, à charge de fournir annuellement un nisum sor ( faucon qui n’a pas encore mué cf. p. 219) ou un épervier. Témoins: Robert Bertran; abbatibus de Blanca Landa; Pierre de Saint-Sauveur; Roger, Richard la Foidre; Guillaume de Saine; Raoul de Saint-Martin; maiître Guillaume Viver; maître Nicolas. (selon Charles Bréard, cet acte concernerait Barneville, chef-lieu de canton, arrondissement de Valognes)
= Charles BREARD .- Cartulaires de Saint-Ymer-en-Auge et de Bricquebec , Rouen-Paris, 1908, p. 198

1204 – Pontoise
Remise par Jean de « Montchevrel » à Jean de « Blakencort » de sa terre de « Johiel » et de ses droits sur la grange de « de Sancto Crispino » (Saint-Crespin), en dédommagement de la cession de la dîme de « Blakencort » faite à sa demande à l’abbaye du Bec par Jean de « Blakencort ».
= Arch. nat. Latin , 9211, n° 12.
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, p. 452, n° 139.

1205
1206
avant 1207 , octobre –

Gautier, archevêque de Rouen, Robert, évêque de Bayeux, Guillaume, évêque d’Avranches, Lucas, évêque d’Evreux, Jourdain, évêque de Lisieux, Vivien, évêque de Coutances, Silvestre, évêque de Séez, demndent à Philippe-Auguste que les procès sur les patronages d’églises soient décidés après enquête faite par quatre prêtre et quatre chevaliers choisis par l’évêque et le bailli.
= Arch. nationales, J 216, n° 7. Editée par J.-J. VERNIER .- Recueil des Fac-similés de Chartes normandes publiées à l’occasion du cinquantenaire de sa fondation par Société de l’Histoire de Normandie, avec transcription de …, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1919, in-4°; pl. XX, texte pp. 23-24 1207

1207 – Barneville-la-Bertran
Judaicatum est quod non respndebit Ligardis de Barnevilla de hereditate sua donec filius Roberti Bertran, qui est infra etatem et qui debet hereditate illam garantizare habeat. Etatem.
= DELISLE L., Recueil des jugements de l’échiquier… , n°13, p.6

1207 – Vendeuvre
Accord en 1207 entre l’abbé de Saint-Pierre-sur-Dives et Foulques de Vendeuvre, terminé par l’official de Lisieux, au sujet de la dîme et du patronage de Morières, en présence de Raoul Aioulf et de Guillaume de Séez, chanoines de Lisieux; de Guillaume de Livet, diacre, de Ranulf de Bretteville, prêtre, de Jean de Saint-Germain, moine; d’Estienne Risdebeuf; de Roger Dacvill, de Guillaume Neveu; de maître Gervais et autres.
= LECHAUDE d’ANISY , Abbayes du Calvados dans MSAN, t. VII, p. 253. N° 8.

1208
1209
1210

Donation et confirmation de terres sises à Canappeville, près du Troncq (Eure) faites à l’abbaye Notre-Dame de La Noë par Richard de Garancières.
= Arch. nat. Latin , 54644 , n° 81
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, p. 460, n° 195

1210
Robert Marmion confirme en 1210 la donation que Robert Gouviz, chevalier, avait faite à Sainte-Barbe et à la chapelle de Sainte-Marie-de-Fribois, de diverses redevances en grain, à prendre dans son moulin de Bretteville-sur-Laise.
+ IND. LECHAUDE CANISY, Sainte-Barbe et Sainte-Marie-de-Fribois, dans MSAN , 1834, t. VII.

1210 , 25 avril (le samedi avant la fête Saint Marc) – Pont-de-l’Arche.
Accord passé par devant l’abbé de Bonport entre N. prévôt de Chartres et le procureur de Dreu de Trubleville au sujet de l’église de Saint-Julien-sur-Ca¬lonne.
= Arch. nat. Latin , nouv. acq. 2231, n° 4
+ E.-G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8, 4-1935, p. 460, n° 196; NORTIER Michel, Sources … , 1959, p. 32

121.
1211
1212
1213
1213 – Notre Dame de Courson

En juillet, Guillaume de Tonnencourt donne à Jourdain du Homet le patronage de Notre-Dame-de-Courson.
« Qu’il soit connu de tous ceux à qui le présent écrit parviendra, que moi Guillaume de Tonnancourt, patron de l’église de Sainte-Marie-de-Courson que je possédais par droit héréditaire, je l’ai donnée et aumônée à Jourdain, seigneur evêque de Lisieux, de telle sorte qu’il puisse exercer lui-même ce patronat ou le confier à quelque collège que ce soit, en pûr et perpetuel aumônat. Moi donc et mes héritiers nous serons toujours tenus de garantir ce dit patronat, soit à l’évêque, soit à ceux à qui il l’aura confié ou de l’échanger si nous ne pouvons le garantir. Et afin que ceci soit observé, ratifié et assuré aux temps à venir, j’ai confirmé cette mienne donation, par ma signature et mon sceau. Fait à Lisieux, l’an de grâce MCCXIII, au mois de juillet.
= J-P RIVIERE, Notre-Dame-de-Courson , 1986, p.21-22

1214
Laurent Hay reconnaît qu’il est obligé envers le prieur de saint-Hymer en 40 sous 8 deniers de rente, à cause de la fieffe à lui faite par ledit prieur de quatre acres de terre situées sur la paroisse de Blangy (En l’aînesse des Couturiers-Hys.) , aboutant au chemin de Cormeilles.
= Charles BREARD, Cartulaire de Saint Ymer-en-Auge et de Bricquebec , Rouen, Lestringant, 1908, p. 27.

1214 Pâques
Succession de Raoul IV Taisson . « Richard d’Harcourt présenta à l’Echiquier, à la session de Pâques 1214, les trois parts qu’il avait faites de la succession, confor-mément au jugement de la mi-carême 1214. l’Echiquier décida aussitôt que Guil¬laume Painel, en qualité d’aîné, choisirait sa part le lundi suivant, aux assises de Caen, que le second en la succession exercerait ensuite son choix entre les deux parts restantes, et enfin que la troisième part resterait par non choix au dernier né (en fait Richard d’Harcourt). Fouques Painel, au nom de son fils Guillaume, prétendit que les parts étaient mal faites et leurs valeurs inégales. Mais, passant outre à cette protestation, l’Echiquier pres¬crivit que Guillaume Painel exercerait son choix au jour dit.
« Dans la même session, l’Echiquier décida que chacun des héritiers ayant dans sa part l’une des baronnies, la tiendrait en chef du roi. C’était en somme décider que la parage ne jouerait pas dans ce cas particulier, et cet arrêt fut si fréquemment invoqué, au cours des siècles postérieurs, que l’on peut dire qu’il fit jurisprudence.
+ IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951

Succession de Raoul IV Taisson . Jugement rendu à Rouen, à la mi-carême 1214 concernant les baronnies de Thury et de Saint-Sauveur-le-Vicomte et des échoites possédées par Raoul IV Taisson et appartenant à Jourdain Taisson, père de Raoul IV lors de l’enquête de 1172. La première, comprenant les biens patrimoniaux des Taisson, comptait 30 fiefs et demi de chevalier et devait au duc le service de 10 chevaliers; la seconde, apportée à Jourdain par sa femme, Liesse de Saint-Sauveur, qui l’avait héritée de son oncle, Roger, vicomte de Saint-Sauveur, était de 15 fiefs de chevalier, et devait au duc le service de 5 chevaliers. Il décide que Guillaume Painel, comme aîné, aura la saisine de la terre qui fut à Raoul Taisson, puis que cette terre sera partagée en trois lots par le dernier bné ( en fait Richard d’Harcourt), chacune des baronnies devant constituer le premier et le second, et les échoites le troisième. Il est spécifié que les baronnies ne seront pas démembrées, mais que cependant le nécessaire sera fait pour égaliser les trois lots….
« ..Guillaume Painel, dont le choix devait s’exercer le premier, puisqu’il était l’aîné en la succession, prit le lot formé par les échoites; Robert Bertran choisit la baronnie de Thury, et la baronnie de Saint-Sauveur-le-Vi¬comte resta par non choix à Richard d’Harcourt. Les fiefs tenus de l’évêque de Bayeux figuraient donc dans la part de Guillaume Painel ».
+ IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951

1215 , sept. – Courson, Bellou, Bellouet, Genneville, Familly, etc.
Jourdain du Hommet, évêque de Lisieux donne au chapitre toute la dîme des blés des deux prébendes de Nonant, deux gerbes dans la paroisse de Lasson, le patronage et les grosses dîmes des deux portions de Notre-Dame-de-Monnay, de Notre-Dame-de-Courson, de saint Léger, de Saint saturnin de Réville, de Saint-Pierre-de-Bellouet, de saint Sulpice de la Goulafrière, de Saint Ouen de Genneville, de Sainte Marguerite des Loges, de Saint-Jean-de-Familly, de sainte Cecile de Beuvillers et de Notre Dame de Villerville, en se reservant le droit d’instituer dans ces paroisses les vicaires perpétuels, et oblige le chapitre à donner, sur le revenu de ces bénéfices, 100 livres par an aux dits clercs ou chapelains de la cathédrale, nommés Douze-Livres, sous la condition qu’ils y assisteraient à tout l’office. Il donne au chantre, 10 livres par an en deux termes, sur le revenu de l’église de Saint Aubin de Canapeville, au doyenné de Vimoutiers, avec ce qu’il avait retiré des moines de Jumièges, tant en vassaux qu’en terres, bois et pâturages; et accorde au trésorier le patronage de l’église de Notre-Dame-de-Bellou.
= Cart Lexov. (?) cité par Noël DESHAYES, Mémoire pour servir dans FORMEVILLE, t.II, p.91

1215.
BUON XX 1215
Guillaume L’Epicier donne à l’Hôtel-Dieu une aire dans le nouveau bourg de la Couture.

Sciant omnes tam presentes quam futuri ad quos presens scriptum pervenerit quod ego, Willelmus Speciarius de Lexov., dedi et concessi pro salute anime mee et omnium amicorum et antecessorum meorum Deo et beato Thome martiri et pauperibus domus Dei de Lexov., totam aream quam habebam apud Lexov. cum omnibus pertinentiis suis, sitam in novo burgo de Cultura inter masuram Ricardi Laguillier et masuram Guermondi de Logis, sicut pertenditur in latum inter predictas masuras et in longum inter cheminum ante stallos pannorum et vicum versus aquam de Orbiket, tenendam et habendam dictis pauperibus in puram et perpetuam elemosinam, libere, pacifice et quiete salvis tamen consuetudinibus ad burgagium pertinentibus. Et ut hec mea donatio et elemosinatio futuris temporibus firmiter observetur et ipsam presenti scripto et sigilli mei munimine confirmavi. Actum anno gratie m° cc° quintodecimo.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1215
Dans une charte de 1215, (Jean de Tournebu confirme à l’abbaye les dons que lui ont faiy Nicolas de Puenc, Philippe de Musière et Nicolas d’Espins comme ils sont mentionnés dans leurs chartes spéciales »
+ IND.: FIERVILLE Ch., Histoire généalogique de la maison et de la baronnie de Tournebu d’après les archives inédites de cette famille dans MSAN , t. XXVI, p. 193
= Cartulaire de Tournebu , p. 69.

1216
BUON XXI 1216 , décembre

Renaud Le Villain, clerc, donne à l’Hôtel-Dieu le tiers de tous ses biens, présents et à venir.
Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod ego, Reginaldus dictus Villanus clericus Lexov., pro salute anime mee et omnium antecessorum meorum, dedi et concessi in puram et perpetuam elemosinam pauperibus domus Dei Lexov. totam terciam partem totius herededitatis mee et omnium reddituum meorum ubicumque habeam vel habere debeam, tenendam et habendam dictis pauperibus bene et in pace libere omnino et quiete tamquam elemosinam suam, ita videlicet quod quicumque heredum meorum vel aliis duas partes predicti hereditatis possideat tenebitur omnes redditus et servitia predicte hereditati pertinentia dominis capitalibus facere. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum presentem cartam sigilli mei testimonio roboravi. Auctum anno gracie m° cc° sexto decimo mense decembris in festo beati Thome martiris.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1216- Orbec
Traité entre Isabelle d’Orbec, mariée en seconde noce au Comte de Pembroc, et Philippe-Auguste par lequel elle s’engage à ce que ses deux enfants Guillaume et Richard ne feraient aucun dommage au royaume de France et qu’elle mettrait en la main du roi ses forteresses d’Orbec et plusieurs autres situées en Normandie
= Texte signalé lors d’un procès de 1782, H.SUP. 1365. B.40 dans Armand BENET (1900), t.II, p.31

1217
1217 , Echiquier de Pâques

Succession de Raoul IV Taisson . »Guillaume Painel reconnut tenir de l’évêque de Bayeux les fiefs de l’Epinay, d’Anisy, de Cagny, de Fontaine-Etoupfour, que son grand-père, lors de l’enquête prescrite par Robert d’Ablèges, avait déclaré ne pas lui appartenir, – puis, à l’Echiquier de la Saint-Michel 1220, il rendit hommage au même évêque pour les fiefs de Saint-Vaast et de Boulon [… sur Saint-Vaast].
+ IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951

1217 Saint-Michel
Succession de Raoul IV Taisson . »Dans sa session de la Saint-Michel 1217, l’Echiquier décida que Robert Bertran et Richard d’Harcourt n’auraient pas à défendre en justice leurs lots contre ledit Guillaume, parce que celui-ci, comme il le reconnaissait lui-même était sous-âgé.
L’Echiquier de la Saint-Michel 1217 adjugea à Guillaume Painel la saisine d’Alain d’Anisy et de ses parçonniers à Bucherville, parce que c’était Guillaume qui avait reçu l’hommage. Richard d’Harcourt ne pouvait accepter cette décision.
+ IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951

1217 –
Richard de Vendeuvre, chevalier, donne en 1217 à Sainte-Barbe-en-Auge et à la chapelle Sainte-Marie-de-Fribois, une pièce de terre située à Percy.
= LECHAUDE d’ANISY , Abbayes du Calvados dans MSAN , t. VII, 1834, p. 108

1217
BUON XXII 1217

Robert Le Vicomte, pour le salut de l’âme de son frère Pierre, donne à l’Hôtel-Dieu le tiers de diverses rentes qu’il avait au Mesnil-Nivelet.
Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod ego, Robertus Vicecomes, dedi et concessi pro salute anime mee et anime Petri fratris mei junioris Deo et beato Thome martiri et pauperibus domus Dei de Lexov., terciam partem redditus quam dictus Petrus pro parte paterne hereditatis possedit apud Maisnillum Nivelet, scilicet terciam partem novem solidorum et dimidium quos Radulphus Galiant annuatim debet, et terciam partem unius sextarii ordei quem Walterus Letort debet annuatim, et terciam partem sex denariorum quos Rogerus Hamelin annuatim debet, tenendum et possidendum in puram et perpetuam elemosinam, ita quod predicti pauperes in predict[is..] omnibus propter predictum redditum suam rationabilem justiciam facere possuit. Et ut hoc ratum et in concussum permaneat presenti scripto et sigilli mei testimonio confirmavi. Actum fuit hoc anno ab incarnatione domini millesimo ducentesimo decimo septimo.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1217
BUON XXIII 1217

Guillaume, fils de Raoul Le Charpentier, vend à l’abbaye, à l’Hôtel-Dieu et à la Léproserie, une terre à Ouilly.
Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris ad quorum noticiam hec presens carta pervenerit quod ego, Willelmus filius Radulphi Carpentarii de Oilleia Vicecomitis, assensu et voluntate Willelmi avunculi mei et heredum meorum, pro me et animabus parentum meorum, totam terram quam Radulphus de Daevilla quondam canonicus Lexov. de me tenuit in parrochia de Oillea concessi et dedi integre et perfecte et nichil in ea mihi juris retinens, in puram et perpetuam elemosinam abbacie et domui Dei et leprosis Lexoviensibus. Pro ista vero elemosinacione ego ipse Willelmus et heredes mei de abbacia et domo Dei et leprosis prenominatis quindecim solidos usualis monete recepimus. Et sciendum est quod ego et avunculus meus et heredes mei tactis sacrosanctis evangeliis juravimus nos in predicta elemosina nichil unquam reclamaturos. Et ut hoc ratum et inconcussum futuris temporibus permaneat, presentem cartam sigilli mei munimine roboravi. Anno gracie m° cc° xvii.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Maladrerie, H suppl. III. B.1

1218 , juin – Lisieux
Dotation de l’évêque Jourdain du Hommet en faveur de l’hôpital
« Omnibus Christi fidelibus ad quos praesens scriptum pervenerit Jordanus Dei Gratia Lexov. episcopus salutem in Domino. Quoniam pium est et honestum pauperum necessitatibus subvenire de bonis nobis a deo collatis, concessimus Domui pauperum Lexov. ut ipsi habeant in nemoribus Lexov. episcopi unum asinum qui semper afferat ligna in usus pauperum convertenda et asinarius eorum capiat boscum mortuum et arbores quas siccas invenerit et branchias arborum virentium, sed fagos et quercus adhuc virentes et stantes non erit ei licitum prostrare nec modo laniare. Concessimus etiam ut ista domus et pauperes ibidem sub protectione Dei degentes tredecim praebendulas quas tredecim pauperes praebendarii quibus assignatur habere solebunt de bonis Lexov. episcopi, habeant et teneant ad suam sustentationem, in usus proprios convertendas: et ad majorem hujusce rei evidentiam, bona praebendularum praedictarum duximus exprimenda; videlicet: unaque hebdomada tredecim boissellos grossi bladi de granario episcopi, et tredecim denarios in praepositura; et in Quadragesima tredecim bonos boissellos piscium; et tredecim summas lignorum par asinos episcoporrum eis adductas, et hoc bis in hieme. Debent etiam habere vinum, milliare bonuorum halectorum et tredecim paria sotularium in die Absoloutionis; et unum arietem in die Ascensionis, et potum ad festum sancti Martini in hieme, et conredium vel quatuor denarios unuique assignatos ad natale Domini et ad Pascha, et in festo sanctorum apostolorum Pëtri at pauli. debent etiam habere tredecim tunicas in feria Prati Lexov., quamlibet tunicam trium ulnarum et unius quarterii. Volentes igitur ut hoc totum dictae domui et pauperibus, futuris temporibus, firmiter asservetur, omnia supradicta, sicut in praesenti pagina sunt expressa, praesentis chartae et sigilli nostri testimonio confirmamus, Anno Domini mill°.ducent°.x.viii. mense junio.
= Charles VASSEUR, « Notice historique et archéologique sur la Maison-dieu et les Mathurins de Lisieux », Bull. Monum , 1864, pièce justificative n°9, pp.76-77, d’après copie du XVIIe, conservée dans les archives de l’Hospice.

1218
BUON XXIV 1218

G. Faiel donne à Saint-Pierre de Lisieux une rente sur ses maisons de Lisieux, au bourg de la Couture.
Carta W. Faiel super decem solidis redditus de domibus suis in Cultura
Universis Christi fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, W. Faiel, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod concessi et donavi, pro salute anime mee et amicorum meorum, Deo et ecclesie Beati Petri Lexoviensis, decem solidos usualis monete annuatim percipiendos in domibus meis, quas habebam apud Lexovias, in burgo de Cultura, ita quod predicti decem solidi distibuentur canonicis qui anniversario meo intererunt secundum consuetudinem ecclesie. Et, ut hec mea donatio et concessio firma et stabilis futuris temporibus permaneat, ipsium presenti scripto et sigilli mei munimine roboravi. Actum anno Domini m° cc° xviij°.
¸ EDIT.: René-Norbert SAUVAGE, (1928), Cartulaire de Lisieux. dans Etudes lexoviennes , III, 1928, n° XXIX, p.356-357

1218 , juin/ 1304 , avrBUON CXVII
L’évêque Jourdain donne aux Pauvres l’autorisation de prendre du bois dans ses forêts, et crée treize prébendes sur les biens de l’évêché pour treize pauvres. Cf en avril 1304.

1219
BUON XXV 1219 ,

Reginaldus, clericus, fils de Raoul Villain, bourgeois de Lisieux, abandonne aux pauvres tout ce qu’il possédait par héritage de son père et de sa mère tant dans la ville qu’à Thiberville et Auquainville (décembre ).
Omnibus XPI fidelibus tam clericis quam laicis ad quorum noticiam hoc presens scriptum pervenerit, Reginaldus clericus filius Radulphi Vilani bone memorie quondam civis Lexov., salutem in domino. Noverit universitas vestra quod ego Reginaldus in vita et in morte et sine ulla reclamatione et impedimento, salvis redditibus dominorum meorum, dedi et concessi Deo et hospitali domus Dei Lexov. et omnibus ibidem Deo servientibus, pro salute anime mee et antecessorum meorum, in puram et perpetuam elemosinam, omnes res illas quas de jure patris mei et matris mee et jure hereditario possidebam apud Lexov., apud Tebervill., apud Auquenvill., et etiam in omnibus aliis locis integre, libere, quiete et in pace hospitali prenominato possidendas, videlicet in domibus, in terris, in redditibus et in emptionibus et preterea in omnibus illis que jure hereditatis mihi possunt et debent evenire. Et quia hec mea donatio ita solempniter facta rata et inconcussa futuris temporibus permaneat, hujus scripti presentis testimonio et sigilli me impressione roboravi. Auctum fuit hoc anno gracie m° cc° xix° in mense decembris.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1
¸ Charles VASSEUR, 1864, p.18 (Exode rural ?)

après 1219
BUON XXVI après 1219 ,

Mabille du Val, soeur de maître Renaud Le Villain, donne son accord pour la donation précédente.
Universis XPI fidelibus presens scriptum inspecturis, Mabilia de Valle, salutem in Domino. Noveritis quod, cum magister Reginaldus Le Vilain frater meus concessisset et donasset pauperibus domus Dei Lexov. totam hereditatem que ad ipsum descenderat de hereditate Matildis de Bosco sue matris et mee, ego in viduitate mea consittens pro salute anime mee et antecessorum meorum predictam donationem ratam habui et gratam, ipsamque juravi super sacrosancta ewangelia pro me et heredibus meis garantizandam in perpetuum et tenendam. Et in confirmationem et testimonium dicte donacionis facte a supradicto Reginaldo et concessionis mee, presens scriptum dictis pauperibus tradidi mei sigilli munimine roboratum. Et exinde prefati pauperes mihi quinquaginta solidos Turon. caritative contelerunt.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1220
BUON XXVII 1220 , janvier

Jourdain du Hommet, chanoine, donne au chapitre des maisons dans la cité
Universis Christi fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Jordanus de Humeto Lexov. canonicus, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod ego concessi et donavi capitulo Sancti Petri Lexoviensis, domos mearum quas habebam in civitate Lexoviensi cum omnibus pertinentiis suis, quas domos dominus Jordanus bonae memoriae quondam Lexov. episcopus emit de Petronilla de Heroule, et eas michi et Thomae de Humeto cognato meo donavit, et post decessum ejusdem Thomae ad me devenerum, habendas praedicto capitulo et in perpetuam elemosynam possidendas, retentis tamen in eisdem domibus post decessum meum viginti solidis Turonensis canonicis qui in anniversario meo introerum distribundis. Ego siquidem et haeredes mei praedictas domos supra dicta capitulo garantizare tenemur ad usus et consuetudines Normanniae, vel excambiare si garantizare non possemus. Et igitur haec mea concessio et donatio futuris temporibus firmiter observetur ipsam siemprae scriptum est presenti scripto et sigilli mei testimonio confirmavi. Actum anno gratiae millesimo ducentesimo nono decimo mense januario, presentibus muetis.
Aucune indication sur le sceau.
= AD. 14. Chapitre, G 304 (copie de 1667 prise sur le « très ancien cartulaire de parchemin du Chapitre de l’église cathédrale Saint-Pierre de Lisieux »)

1220 Saint-
Succession de Raoul IV Taisson . « … à la Saint-Michel 1220 … Richard d’Harcourt obtint un arrêt de l’Echiquier lui attribuant la saisine de Bucherville, parce que cette terre faisait partie de son lot, et que les lots qui avaient été faits de la succession de Raoul Taisson seraient tenus pour bons tant que Guillaume Painel ne les aurait pas attaqué en nullité. Cette dernière phrase indique que Painel n’avait pas renoncé à contester la valeur des partages ».
+ IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951
1220 , novembre – Hopital de Lisieux
Guillaume de Villers, fils et héritier de Richard de Villers, confirme la donation faite par Raoul Le Villain, bourgeois de Lisieux en décembre 1219, pour ceux des biens situé dans son fief de Fontaine-la-Louvet.
= Charles VASSEUR, 1864, p.18

1220
BUON XXVIII 1220 , 23 décembre
Le pape Honorius III prend l’Hôtel-Dieu sous sa protection.
Honorius episcopus servus servorum Dei, dilectis filiis rectori et fratribus domus Dei Lexoviensis, salutem et apostolicam benedictionem. Sacrosancta romana ecclesia devotas et humiles filios ex assuetae pietatis officio propensius diligere consuevit, et ne pravorum hominum molestius agitentur eostanquam pia mater suae protectionis munimine confonere, ea propter dilecti in Domino filii vestris justis postulationibus grato concurrentis assensu personas vestras et locum in quo divino vocatis obsequio cum omnibus bonis quae impraesentiarum rationaliter possidet aut in futurum justis modis praestante Domino poterit adipisci sub Beati Petri et nostra protectione suscipimus specialiter autem possessiones et alia bona vestra sicut ea omnia juste et pacifice possidetis vobis et per vos eidem domui vestrae authoritate, apostolica confirmamus nulli ergo omnino hominum liceat hanc paginam nostre protectionis et comfirmationis infringere, vel ei ausu temerario contra ire. Si quis autem hoc attentare praesumpserit indignationem omnipotentis Dei et Beatorum Petri et Pauli Apostolorum ejus si noverit incursurum. Datum Laterani decimo Calendas januarii pontificatus nostri anno quinto.
Sur la bulle de plomb: HONORIUS.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, H suppl II.A.8 (copie fin XVIIeme siècle)

c.1220-1223
Succession de Raoul IV Taisson . »… dès qu’il eut atteint sa majorité, Guillaume Painel entama une action judiciaire contre Robert Bertran et Richard d’Harcourt: il réclamait, en somme, la révision des lots, prétendant notamment qu’il n’avait pas reçu toutes les échoites, comme son lot le comportait, tandis que Robert Bertran se plaignait que Guillaume Painel occupait une partie de sa baronnie.
« L’arrêt qui mit fin à cette contestation nous a été conservé, mais avec une date manifestement fausse (Saint-Michel 1243), comme le constate Léopold DELISLE. Nous croirions volontiers que la date de cet arrêt est à fixer entre la Saint-Michel 1220 où Painel atteint sa majorité (l’hommage qu’il rend à cette époque à l’évêque de Bayeux en est la preuve) et Pâques 1223, où un autre arrêt que nous allons étudier nous apprend que Robert Bertran devait fournir 35 livrées de terre à Guillaume Painel per concordiam inter eos factam in scacario. Nous croirons volontiers que cet accord intervenu entre eux avait mis fin aux contestations rapportées par l’arrêt dont la date nous est inconnue. quoi qu’il en soit, ce derbier arrêt donna tort à Guillaume Painel, qui fut mis in misericordiae. ».
+ IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951


Robert Bertran confirme à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen les donations que Robert le Tort et Suzanne , femme de celui-ci, avaient faites pour doter le prieuré de Notre-Dame-de-Beaumont-en-Auge.
Omnibus sancte Matris eclesie filiis ad quos presens carta pervenerit, Robertus Bertran, salutem. Noverit universitas vestra quod ego dedi et concessi et presenta carta confirmavi ecclesie sancti Audoeni Rothomagensis pro salute anime mee et predecessorum meorum ea que Robertus Tortus et ejus uxor Susanna dederunt et concesserunt predicte ecclesie ad sustationem monachorum qui, apud sanctam Mariam de Bello Monte in Augia, auctoritate et dispensatione abbatis et conventus sancti Audoeni deservituri deputabantur, videlicet: ecclesiam sancte Marie de Bello Monte cum omnibus pertinentiis (Beaumont-en-Auge) et presentationem ejusdem ecclesie, ecclesiam Sancti Stephani de Tilleio (Saint-Etienne-le-Thillaye) , et presentationem ejusdem ecclesie similiter; ecclesiam sancti Grorgi de Penna Pice (pennedepie), ecclesiam de Magnavilla similiter (Manneville-la-Pipard) (suivent des biens dans la Manche) (….) ecclesiam sancti Clodoardi similiter (Saint-Cloud) , ecclesiam de Tourgisvilla similiter (Tourgeville) et in ecclesia Sancti Stephani de Honeflue quatuor libras annuatim, cujus presentatio michi et heredibus meis remanet (Honfleur) ; ecclesiam sancti Georgii de Flikeflue (Fiquefleur) cum omnibus pertinentiis que ibidem possident; ecclesiam sancte Marie de Veteri Hebertot (Vieux-Bourg) similiter. Preterea dono et confirmo predicte ecclesie sancti Audoeni ad sustentationem monachorum qui apud sanctam mariam de Bello Monte in Augia. Deo servituri deputantur, decimas de omnibus forestis meis et de pasnagiis, et in prefectura mea de Penna Pice (Pennedepie) quadraginta solidos, et in prefectura de Ronchevilla (Roncheville) quadraginta solidos, et in censibus de Penna Pice (Pennedepie) decem solidos, et in prefectura de Honeflue (Honfleur) octo libras, et de théloneo de Fausguernon (Fauguernon) decimam, et in granario de Fausguernon tria sextaria avene, et pratum de Alinetis (Launay-sur-Calonne) sicut dividitur, et unam fossam in Touca piscatoriam, et sallam de duabus fossis meis (salines); ibidem decimas de (…. biens de la Manche) Noerolei (Norolles) et de Rotis (Reux) et de Brancillze, sicut antecessores mei eas dederunt et prefati monachi eos possederunt; et duas garbas sancti Johannis de Barnevilla et sancti Philiberti de Campis (Saint Philbert de Champs) et sancti Renoberti de Fausguernon (Fauguernon), quarum ecclesiarum presentationes ad me et heredes meos pertinent.
Dedi etiam duos vavassores eis Goscelinum et Osbernum. Et sciendum est quod capelle sancti Nicholai de Ronchevilla et sancti Renoberti de Fausguernon (Fauguernon), michi remanent. Concessi etiam priori et monachis sancte Marie de Bella Monte , quod singulis diebus habeant in haya meo de Tilio (La Haye du Theil, canton de Honfleur) duos equos ligna deferentes ad suum manerium ardere, ligna etiam ad edificia domus sancte Marie de Bello Monte, et ad Molendinum faciendum, ad plaustrum et ad aratrum; et insuper fagum unam ad Natalem Domini, unam ad Pascham, unam ad Assumptionem Beate Marie, unam ad festum Omnium Sanctorum, et preterea decimam de Bernoubeth, et decimam molendini tanereth de Brikebeth etc… (…. Biens dans la Manche). Et ut supradicta, sicut ad me concessa sunt, robur perpetue firmitatis obtineant, presentem paginam sigilli mei munimine dignum duxi roborare. Anno Domini gratie M°CC° vicesimo primo.
=¸ EDIT. Charles BREARD, Cartulaire de la baronnie de Bricquebec , n°19, pp. 205-207
+ IND. AD 76 14 H 797 (1680) A revoir !!!!!

1221
BUON XXIX 1221

Raoul… vend au chapitre de Lisieux une maison et une place.
………..et Mabilie, filie mee, viginti solidos turonensium nomine emptionis. Et nos insimul eandem domum et aream pro nobis et heredibus nostris imperpetuum abjuravimus. Et ego Radulphus, ne super hoc de cetero possit questio suboriri, predictam venditionem sicut prescriptum est presenti scripto et sigilli mei testimonio confirmavi. Actum est in capitulo Lexoviensi,anno gracie m° cc° xxj°.
=¸ SAUVAGE, 1928, n° XXV

1222
1223 Pâques
Succession de Raoul IV Taisson . « …retour de lot de 35 livrées de terre, dû par Robert Bertran à Guillaume Painel. Il fait l’objet d’un arrêt très intéressant rendu à la session de l’Echiquier de Pâques 1223, dont voici la traduction : »Il est jugé que le moulin de Robert Bertran, à Vieux, ne peut ni ne doit, d’après la Coutume de Normandie, être donné à Guillaume Painel comme assiette des 35 livrées de terre due led. Robert est tenue d’assigner audit Guillaume à Vieux, en vertu de l’accord intervenu entre eux à l’Echiquier. Et cela, parce qu’il fut reconnu par les amis chargés de procéder à cette assiette, à savoir: Jean de la POrte et Jean d’Asnières, que les hommes assujettis à la moute de ce moulin tenaient par hommage de chevaliers tenant leur fief par fief de haubert de Robert Bertran; une partie des fiefs tenus dudit Robert est à Vieux, une autre partie à Boulon, à Thury et ailleurs. Et comme l’hommage ne peut être divisé, pas plus que le fief de haubert, comme, d’autre part, il n’est pas possible de fixer la valeur de l’hommage d’une partie de fief de haubert, led. Guillaume ne peut et ne doit avoir ce moulin, puisqu’il ne pourrait en avoir ni l’hommage, ni la moute, ni la justice de la moute. En conséquence, les amis susnominés devront assigner aud. Guilaume, en lieu convenable et non lieu de Vieux, l’assiette de ce qui manque sur les 35 livrées de terre fixées par jugement. »

« Ainsi, Robert Bertran et Guillaume Painel s’étaient mis d’accord, devant l’Echiquier, sur le montant et la composition du retour de lot que le premier devait céder au second: 35 livrées de terre (la livrée de terre était un revenu annuel d’une livre qui devait être fournie par telle ou telle pièce de terre, ou tel ou tel immeuble désigné d’un accord commun par les deux contractants) assises sur le moulin de Robert Bertran à Vieux. Mais l’Echiquier déclare que la Coutume de Normandie s’y oppose, parce que « l’hommage ne peut être divisé ». Essayons de comprendre ce principe, qui, à première vue tout au moins, ne paraît pas d’une clareté parfaite.

« Le texte de l’arrêt de 1223 spécifie que, des fiefs tenus de Robert Bertran, l’un est sis à Vieux, un autre à Boulon, un autre à Thury. Le premier est, sans doute possible, le futur fief Jacquesson; celui sis à Thury doit viser l’extension du fief d’Esson, qui était tenu nuement de la baronnie de Thury. Mais que pouvait être celui sis à Boulon? Guillaume Painel, nous l’avons vu, avait hérité d’un fief sis à Boulon: mais ce fief n’appartenait pas à Robert Bertran, et, au surplus, n’avait aucune extension à Vieux. Par contre, la châtellenie du Thuit, membre de la baronnie de Thury, était sise sur la paroisse de Boulon: c’est donc elle, croyons-nous, que l’arrêt entend désigner.
« L’arrêt de 1223 étant motivé, contrairement à l’habitude, examinons de près les motifs invoqués. L’hommage ne peut être divisé, pas plus que le fief de haubert, cum hominagium non possit dividi nec feodum lorice similiter , prononce l’Echiquier.
« Aucune difficulté pour transférer une pièce de terre isolée du domaine de X à celui de Z. mais il n’en est pas de même pour le moulin de Vieux qui appartient à Robert Bertran, et dont celui-ci a l’hommage, la moute et la justice de la moute, qu’il ne peut partager avec personne. Or, l’attribution à Guillaume Painel de 35 livrées de terre sur le moulin de Vieux entraînerait pour lui, ipso facto , en partie tout au moins l’hommage, la moute et la justice de la moute,qu’il ne peut avoir, puisqu’ils sont à Robert Bertran et ne peuvent être partagés. Donc, conclut l’Echiquier, Painel ne peut ni ne doit avoir ce moulin.
« L’Echiquier évoque un autre motif à l’appui de sa décision: il n’est pas possible de fixer la valeur de l’hommage d’une portion de fief de haubert.
= IND. DELISLE Léopold, Recueil de jugements de l’Echiquier de Normandie au XIIIè siècle , cité par H. NAVEL, 1946-1951

1223 – Blangy-le-Château, Saint-Hymer
Ego Willelmus Crispinus dedi et concesi domum Blangeio cum pertinentiis prioratur de Sancto Ymerio, hac conditione quod monachi qui in predicta domo solebant commorari amodè in domo Sancti Ymerii commorentur (fol. 640)
= Charles BREARD, Cartulaire de Saint Ymer-en-Auge et de Bricquebec , Rouen, Lestringant, 1908, p. 142

1223
BUON XXX 1223

Guillaume Martin de Revers donne son accord pour la vente d’une maison et place dans la cité, devant les étaux des cordonniers, faite par Guillaume Bonhomme, son beau-frère à l’Hôtel-Dieu.
Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod ego, Willelmus Martinus de Revers quondam filius Martini de Revers, gratam et ratam habeo illam venditionem quam fecit Willelmus Bonus Homo pauperibus domus Dei Lexov., de domo cum platea quam idem Willelmus Bonus Homo habuit in maritagio cum sorore mea Mabilia, que domus sita est inter domum que fuit Radulphi Villani et domum que fuit Paisant in civitate Lexov., coram stalla sutorum, et eamdem domum abjuravi cum platea per xxv solidos turon. quos idem pauperes mihi caritative contulerunt, ita videlicet quod in predicta domo per me nec per meos heredes aliquid decetero reclamabo. Quod ut ratum et firmum futuris temporibus habeatur presentem cartam sigilli mei munimine roboravi. Actum anno gracie m° cc° xxiij°.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1224
BUON XXXI 1223 ou 1224 , avril

Guillaume de Livet, prêtre, donne à l’Hôtel-Dieu une moitié de maison devant les étaux des bouchers.
Universis XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, G. rector et fratres domus Dei Lexov., salutem in Domino. Noveritis dominum Willelmum de Liveto presbyterem nobis, pro salute antecessorum suorum et sua, medietatem domus sue cum pertinentiis que est ante stalla carnificum sub hac conditione donasse quod, retenpta sibi in eadem domo ad suum beneplacitum mansione, nobis in anniversario patris et matris sue tres solidos Turon. annuatim reddet, eoque sublato de medio vel statum mutante predicta domus cum suis proventibus integre et sine reclamatione aliqua de nobis Emmeline sorori sue si ei supervixerit, ubicumque eadem Emmelina sit, sub annuo redditu quinque solidorum Turon. nobis solvendo ad prefatum terminum remanebit, post cujus decessum predicte domus medietas ad nos ad usum prenominati anniversarii cum suo exitu revertetur. Quod autem pia consideratione ordinatum est et provisum nequaquam infringere cupientes predicto Willelmo et sorori sue Emmeline per presentem cartam eaque prescripta sunt confirmavimus. Datum apud Lexov. anno gracie Domini m° cc° vicesimo tercio mense aprili.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1224
Constitution de rente sur la terre  » de Vivier  » faite en faveur de l’abbaye de N-D. de la Noë par Pierre de Noyer, charpentier
= Bibl. Nat. Latin 54645, N° 118
+ IND.: E.G. LEONARD, « Les plus anciennes chartes originales d’histoire normande ou anglaise de la Bibliothèque Nationale », Normannia , 8 – 4 – 1935, p. 471 – N° 279

1225
1225

Mathilde, fille aînée de Philippe Vassy et veuve de Robert de Fontenay, affranchit l’abbaye d’Aunay de tous droits quelconques sur le marché de Vassy. (Le seau brisé).
=+ IND. LECHAUDE CANISY, Abbaye d’Aunay dans MSAN , 1834, t. VII, n°91-61

1225
BUON XXXII 1225

Guillaume Le Villain vend à l’Hôtel-Dieu une aire dans la cité. Sa mère et son frère aîné donnent leur accord.
Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod ego, Willelmus Villanus filius Radulphi Villani quondam burgensis Lexov., dedi et concessi Deo et beato Thome Lexov. et pauperibus ibidem degentibus, pro salute anime mee parentum et benefactorum meorum, in puram et perpetuam elemosinam, quandam aream quam habebam in civitate Lexov. vacuam, inter cellarium quod fuit predicti patris mei et domum que fuit Paisant, in longitudinem et latitudinem, habendam et tenendam dictis pauperibus integre et in pace, libere omnino et quiete et sine aliqua reclamatione mei vel heredum meorum decetero facienda. Et propter hanc pactionem firmiter tenendam predicti pauperes quadraginta solidos Turon. mihi caritative contulerunt. Et ego teneor eisdem garantizare predictam aream contra omnes homines et mulieres ad usus et consuetudines Normannie, vel excambiare in alia hereditate mea competenter. Hoc autem fecit de assensu et voluntate magistri Reginaldi fratris mei primogeniti et Dionise matris mee dum esset in sua viduitate. Quod ut gratum et ratum permaneat in futurum, presentem cartam sigilli mei testimonio confirmavi et magister Reginaldus frater meus primogenitus et Dionisia mater mea sua sigilla cum meo sigillo apposuerunt huic carte in testimonium et confirmationem hujus rei. Actum anno gracie m° cc° vicesimo quinto.

Scellé de trois sceau; le 1er a disparu; sur le 2eme : +.S.DIONISIE DE MONT..S (cire verte); sur le 3eme : .]S.[…]VIL[..(cire rouge).
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1226.
BUON XXXIII 1226

Guillaume Le Villain vend à l’Hôtel-Dieu une aire avec des édifices, dans la cité. Sa mère et son frère aîné donnent leur accord.
Sciant omnes ad quos presens scriptum pervenerit quod ego, Willelmus Villanus filius Radulphi Villani quondam burgensis Lexov., de assensu et voluntate Reginaldi fratris mei primogeniti et Dionise matris mee, dedi et concessi Deo et pauperibus domus Dei Lexov. pro salute anime mee et antecessorum meorum, portionem meam totius aree cum edificiis que fuit Radulphi Villani patris mei, sitam in civitate Lexov., inter domum Grifonis ex una parte et domum que fuit Paisant ex altera in longum et latum, habendam et tenendam in puram et perpetuam elemosinam libere, pacifice et quiete absque ulla reclamatione mei et heredum meorum, salvo jure in omnibus Domini capitalis. Et propter hoc dicti pauperes viginti quatuor libras Turon. mihi caritative contulerunt. Aream siquidem predictam cum edificiis contra omnes homines et mulieres garantizare tenemur ad usus et consuetudines Normannie, vel si necesse fuerit in alia hereditate nostra excambiare competenter. Et ut hoc firmum et stabile futuris temporibus perseveret, presentem cartam sigilli mei munimine roboravi, et ad maiore huius rei confirmationem, predictus frater meus Reginaldus et mater mea Dionisia sigilla sua cum meo sigillo apposuerunt huic carte in testimonium. Actum anno gracie m° cc° vicesimo sexto.
Scellé de trois sceaux : sur le premier: + S.WLLI VILLANI (cire verte); sur le troisième: + S.DIONISIS DE MONTELIS (cire verte); le 2ème a disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc 319/1.

1226.
BUON XXXIV 1226

P. Loisnart vend à l’Hôtel-Dieu une demie vergée de terre à Grais.
Universis XPI fidelibus presentem cartam inspecturis, P. Loisnart, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod, cum Emmelina de Brueria de me jure hereditario possideret dimidiam virgatam terre apud Gres, sitam inter domum Radulphi Chaucun ex una parte et Robertum Quarrei, super keminum quo itur apud Gloz, ante domum Petri Aelin, inde reddendo mihi et heredibus meis annis singulis in Ascensione Domini xii denarios usualis monete, ego, pro salute anime mee et antecessorum meorum, dictam terram de assensu ejusdem Emmeline concessi et donavi pauperibus domus Dei Lexov., perpetuo possidendam et de me et heredibus meis tenendam per annuum redditum duorum denarios usualis monete ad predictum terminum reddendorum, dicti vero pauperes per predictum redditum duorum denarios illam terram absque alio redditu et servitio vel exactione imperpetuum possidebunt. Et pro hac concessione et donatione sepedicti pauperes x solidos Turon. mihi caritative contulerunt. Et ideo ego et heredes mei predictam terram sepedictis pauperibus teneor garantizare ad usus et consuetudines Normannie, vel excambiare si necesse fuerit competenter. Quod ut gratum et firmum permaneat in futurum presentem cartam sigilli mei munimine confirmavi. Actum anno gracie m° cc° vicesimo sexto.
Scellé d’un sceau:.]LOISN[..(cire verte).
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1226 mai.
BUON XXXV 1226 , mai
Simon du Mont vend à l’Hôtel-Dieu plusieurs revenus à Rocques.
Universis XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Simon de Monte, salutem. Noverit universitas vestra quod, cum Robertus de Monte frater meus de me hereditare teneret quandam terram apud Rocham, juxta terram Nicholai Grimout, reddendo mihi et heredibus meis annuatim ad feriam Pratis duodecim denarios et unum bosselum avene, ad natale Domini unum panum et unum caponem, et ad paschua viginti ova et unum denarium, ego, pro salute anime mee et antecessorum meorum, totum predictum redditum integre et sine diminutione aliqua dedi et concessi pauperibus domus Dei Lexov., in puram, liberam et perpetuam elemosinam habendum et possidendum. Pro hac autem concessione et elemosinatione mea dederunt mihi predicti pauperes xx solidos Turon., et ideo tenemur ego et heredes mei supradictum redditum eisdem pauperibus garantizare, et si opus fuerit excambiare competenter. Licebit etiam supradictis pauperibus super jamdictam terram suam justiciam facere si predictus Robertus de Monte vel heredes sui statutis terminis non reddiderint redditum prenotatum. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum, presentem cartam sigilli mei testimonio roborant. Actum anno gracie m° cc° vicesimo sexto mense maio.
Scellé d’un sceau non visible
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1


Robert Marmion, du consentement de Julienne Vassy, sa femme, confirme, en 1226, la donation de deux gerbes de la dîme de Vassy, que Philippe de Vassy, son père, avait faite à l’abbaye d’Aunay. Cette charte est revêtue de son sceau et contre-scel. (Planche 13, fig. 3 et 4).
= IND. LECHAUDE CANISY, Abbaye d’Aunay dans MSAN , 1834, t. VII, n°96-374

1226 – Saint-Hymer
Eustache d’Aubigny, chevalier, aumône à l’église de Saint-Ymer tout ce qui lui reste de son bois situé sur ladite paroisse. Le prieur, Hugues de Fauguernon, lui remet 15 livres « de caritate ».
= Charles BREARD, Additions au cartulaire de Bricquebec , n°XX, p.142

1227
BUON XXXVI 1227 , juin
Carta Hugonis Le Prevost super venditione trium solidorum redditus in pourprisio de Logis
Notum sit presentibus et futuris quod ego, Hugo Le Prevost, vendidi capitulo Lexoviensi tres solidos usualis monete annui redditus, percipiendos annuatim in octabis Epyphanie Domini, in pourprisio meo de Logiis, quod teneo de duobus canonicis Lexoviensibus qui sunt capitales domini illius fundi, assensu eorum et concensu et assensu etiam W. Le Prevost, fratris mei primogeniti, qui portionem suam ejusdem pourprisii predicto capitulo obligavit, ita quod si portio mea non sufficeret ad redditus predictos, tres solidi in portione sua sumerentur, quod deceret. Et ut hec mea venditio futuris temporibus firmiter observetur, ipsam presenti scripto et sigillorum nostrorum videlicet mei et predicti W., fratris mei, testimonium duximus confirmandam. Actum anno gracie m° cvc° xxvij°, mense junio.
=¸ SAUVAGE , 1928, n° XXVIII

1227
BUON XXXVII 1227 , juillet

Adam, clerc, fils de Gilbert Le Seriant, donne à l’Hôtel-Dieu un revenu sur une masure de la cité.
Sciant omnes ad quos presens scriptum pervenerit quod ego, Adam clericus filius Gilleberti Le Seriant, dedi et concessi pro salute anime mee antecessorum et successorum meorum domui Dei Lexov., ad sustentationem pauperum, v solidos annui redditus quos debebat michi Ranulfus Coeneire de masura quam tenet de me in civitate Lexov., juxta masuram Willelmi Martini, habendos et possidendos in puram et perpetuam elemosinam libere, pacifice et quiete absque ulla reclamatione mei vel heredum meorum. Quod in ratum et firmum permaneat presenti scripto et sigilli mei munimine confirmavi. Actum anno Domini m° cc° vij° mense julio.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1228
BUON XXXVIII 1228 , mars

Jean Germont des Loges, bourgeois, donne son accord à la donation d’une terre à Asemont par Garin de Courtonne, bourgeois, à l’Hôtel-Dieu.
Omnibus XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Johannes Germont de Logiis burgensis lexov., salutem. Noveritis me ratam et gratam habuisse et habere donationem quam Garinus de Cortona burgensis Lexov. fecit pauperibus domus dei Lexov., de terra illa quam de me tenebat apud Acemont, excepta terra illa quam dedit Leprosis Lexov.. Ita quod pro eadem terra reddeant mihi et heredibus meis predicti pauperes duos solidos usualis monete tantummodo meo ad feriam Prati Lexov. annuatim pro omni servitio, redditu et consuetudine ad eamdem terram pertinente. Et quod liceat mihi et heredibus meis in eadem terra justiciam facere competenter si a predictis pauperibus mihi et heredibus meis predictis (sic) redditus ad jam dictum terminum non fuerit persolvitus. Quod ut ratum et firmum permaneat in futurum presentem cartam sigilli mei testimonio confirmavi. Auctum anno gracie m° cc° xxviij° mense marcii.
Scellé d’un sceau: ..]+ S.IOH [..(cire verte).
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1229
BUON XXXIX 1229 , mai

Jean Germont vend à l’Hôtel-Dieu ine rente à Assemont.
Noverint universi tam presentes quam futuri quod ego, Johannes Germont, vendidi et omnino reliqui et absque ulla reclamatione mei vel heredum meorum in posterum pauperibus domus Dei de Lexov., unum sextarium avene quod mihi debebant de annuo redditu de quandam terra quam dedit eisdem Garinus de Cortona in Ascemont, pro quadraginta solidis Turon. quos inde habui, ita quod predicti pauperes mihi reddent annuatim et heredibus meis ad feriam Prati duos solidos Turon. vel usualis monete pro omni servicio, per manum Willelmi Le Sauvage et heredum suorum quam mihi atornaverunt ad tenendum in illo statu et in illa forma qua Garinus de Cortone tenebat de me, excepto predicto sextario avene quod vendidi predictis pauperibus. Ego autem et heredes mei utam pactionem tenemur eisdem deffendere et garantizare contra omnes homines et mulieres ad usus et consuetudines Normannie, vel excambiare in alia hereditate nostra loco alio competenti. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum presentem cartam sigilli mei munimine roboravi. Actum anno Domini m° cc° vicesimo octavo mense maii.
Scellé d’un sceau: +.S.JOHIS DE LOGIS (cire verte).
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1228-1574 – Roncheville
Baronnie de Roncheville. Coutume et travers à Honfleur. Procédures et pièces diverses.
= Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 529), Paris, 1976, p. 208.

1229
BUON XL 1229 , janvier

Geoffroy Sainte-Marie, chevalier, donne à l’Hôtel-Dieu une rente pour le salut de sa femme Clarice.
Sciant omnes tam presentes quam futuri quod ego, Gaufredus Sancta Maria miles, dedi et concessi Deo et beato Thome martyre et pauperibus domus Dei Lexov., in puram et perpetuam elemosinam pro salute anime mee et Claricie uxoris mee, parentum et benefactorum meorum, unam minam avene quam ego et heredes mei annuatim ad Natale Domini predictis pauperibus reddere apud Lexov. tenemur. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum presenti scripto et sigilli mei munimine confirmavi. Actum anno Domini m° cc° xxviij° mense januari.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1230
BUON XL 1230 , 1er décembre

G. fils d’Evrard vend à Laurent Aini, chanoine de Lisieux, une rente sur des masures de la rue Au Bouteiller. Laurent donne ce revenu aux chanoines et aux clercs de choeur de la cathédrale.
Carta W. filii Evrardi super venditione duodecim solidorum redditus quos Johannes de Monasterio et W. de Baiocis annuatim eidem facieba[n]t
Notum sit presentibus et futuris quod ego W., filius Evrardi, vendidi et imperpetuum abjuravi Laurentio Aini, canonico Lexoviensi, duodecim solidos turonensium, quos W. de Baiocis, presbyter, et Johannes de Monasterio, clericus, michi feodaliter reddebant annuatim ad feriam prati lexoviensem pro duabus masuris, quas de me tenebant apud Lexovias in vico piscerne, et omne jus quod in eisdem masuris habebam et habere poteram, pro centum et quindecim solidis turonensium, quos idem Laurencius propter hoc michi donavit. Et ego, pro me et heredibus meis, juravi dicto Laurentio et illis quibus predictum redditum assignavit, videlicet canonicis et clericis de choro Lexoviensi, bona fide tenendi ad usus et consuetudines Normannie garantizandi. Et ut hoc futuris temporibus firmiter observetur, quod inde feci presenti scripto et sigilli mei testimonio confirmavi. Actum apud Lexovias, anno Domini m° cc° xxx°, prima die decembris.

= SAUVAGE XXVI

1231
1232
1233
1234
BUON XLVII 1234 ,

Vital, fils de Guerond Le Roux, avec l’accord de sa femme Alice, vend à l’Hôte-Dieu une maison avec une aire rue Saint-Germain.
Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod ego, Vitalis filius et heres Guerondi Rufi de Cultura, de assensu et voluntate Alicie uxoris mee, vendidi et concessi pauperibus domus Dei Lexov. domum meam cum area eidem domui adjacente quam habebam apud Lexov. in vico Sancti Germani, sitam juxta domum Haisie de Fago, a via publica usque ad aquam de Orbiquet, tenendam et habendam dictis pauperibus bene, in pace, libere et quiete, jure hereditario absque ulla reclamatione mei vel heredum meorum, salvo cum jure dominorum capitalium. Et propter hoc dederunt michi prefati pauperes sex libras Turon. premanibus. Hoc autem sicut prescriptum est, ego dictus Vitalis et heredes mei tenemur garantizare sepefatis pauperibus ad usus et consuetudines Normannie, vel excambiare si necesse fuerit competenter. Quod ut firmum et stabile permaneat in futurum, presenti scripto et sigilli mei testimonio confirmavi. Actum anno gracie m° cc° tricesimo quarto mense novembre.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD.14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1234
BUON XLVIII 1234 ,

Alice, fille de Jean L’Orfèvre, et femme de Vital, fils de Guerond Le Roux, donne son accord à la vente précédente.
Universis XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Alicia filia quondam Johannis Aurifabri, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod Vitalis filius Guerondi Rufi maritus meus, de assensu et voluntate mea, vendidit et concessit pauperibus domus Dei Lexov. domum meam de vico Sancti Germani, sicuti continetur in carta quam idem Vitalis fecit dictis pauperibus. Juravi etiam quod si superviverem dictum Vitalem maritum meum in prefata domo et masura nichil potero reclamare, et si forte contingeret quod per aliquod pravum consilium in prefata domo et masura aliquid vellem reclamare, eisdem pauperibus viginti libras monete currentis tenerer persolvere pro pena. Et ad majorem hujus rei securitatem decanus et officialus Lexov. qui tunc temporis erant sigilla sua una cum meo ad vistanciam meam presenti scripto apposuerunt. Actum anno gracie m° cc° tricesimo quarto mense novembre.
Scellé de trois sceaux; sur le 1er: +.S.ALICI[E U]XORIS VITALIS (cire verte); les deux autres ont disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1234 – Cormeilles
Lettres de Guillaume, abbé de Cormeilles, sur le droit accordé par le Roi à l’abbaye de faire faire et transporter à Cormeilles deux cent mille essentes ou bardeaux pour couvrir l’église de l’abbaye et prendre trente chênes pour les stalles.
= Arch. nationales, J. 213, n° 3 – Editée par J.-J. VERNIER .- Recueil des Fac-similés de Chartes normandes publiées à l’occasion du cinquantenaire de sa fondation par Société de l’Histoire de Normandie, avec transcription de …, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, in-4° , 1919, 34 p. 32 pl. h.t.

1235
1236

Robert Marmion, du consentement de Julienne Vassy, sa femme, exempte les religieux d’Aunay, en 1236, des droits de coutume et de péage dans ses domaines de Bretteville-sur-Laise et de Vassy. (Le sceau brisé).
= IND. LECHAUDE d’ANISY, Abbaye d’Aunay dans MSAN , 1834, t. VII, n°119-62

1236
BUON XLIX 1236 , décembre

Guillaume Le Sauvage prend à fief des Mathurins une maison avec une place, dans la cité, devant les étaux des cordonniers.
Notum sit omnibus quod ego, Willelmus Le Sauvage, cepi a fratribus domus Dei Lexov. ordinis Sancte Trinitatis et captivorum, in feodum et hereditatem, domum illam cum platea que sita est ante stalla sutorum in civitate Lexov., juxta masuram que fuit Anquetilli Ketel ex una parte et plateam Johanne Lescornee ex altera, cum pertinentiis ejusdem domus, habendam et tenendam mihi et heredibus meis de predictis fratribus bene et in pace, libere et quiete, reddendo inde eisdem annuatim viginti solidos usualis monete, videlicet decem solidos ad Paschua et decem solidos ad feriam Prati sequentem, et domino P. de Malloc militi domino illius feodi decem solidos Turon. annuatim ad festum Sancti Johannis Baptiste, et sciendum est quod ego et heredes mei tenemur mittere in reparatione predicte domus in primo anno centum solidos Turon. et in secundo anno sequenti centum solidos Turon., et sciendum est quod ego predictus Willelmus et heredes mei tenemur predictam domum cum suis pertinentiis semper tenere in bono statu, preterea licet eisdem fratribus pro omnibus predictis in predicta domo cum suis pertinentiis suam justiciam exercere. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum presentem cartam sigilli mei munimine confirmavi. Actum anno Domini m° cc° xxxvj° mense decembre.
Scellé d’un sceau: +.S.WLLI LE SAUVAGE (cire verte)
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc. 319/1

1238 – Roncheville/Vicomté
« Inquisitio utrum pater Robini Bertran saisituo erat die et anno quando obiit, de vicecomiatu inter aquam de Touqa vel non juratores … Dicunt omnes quod nunquam habuit saisinam de dicto vicecomitatu. Judicatum est quod dominus rex habeat saisinam suam in pace, et dictus Robinus remanet in misericordia pro super demanda sua.
= DELISLE L, Recueil des jugements de l’échiquier , n°658, p.146

1239
1240
1241
1242 – Royal-Pré

Voir le cartulaire de cette abbaye dont les pièces les plus anciennes semblent remonter à 1242. Il se trouve dans le fonds des archives de l’Hôpital de Honfleur : Cricqueville, Mesures : perches, pâturages, Angoville, Bastebourg, Dozulé, Clos du Mont-Gargan à Cambremer, Nicolas Jean, sieur de Bellengreville et de Crèvecoeur, Roncheville, Putôt, La Cressonnière, Fief du Mesnil, à Brucourt; famille Bence, Cricqueville et le Breuil; Mardilly, Royville -Roiville; etc.
= Archives Hôpital de Honfleur Série H. Suppl. 1607 .- B. 34

1243
1244
1245
1246
BUON LVIII 1247 , septembre

Hugues Le Villain, avec l’accord de sa femme Alice, affieffe à Guillaume Godriz, bourgeois, une moitié de place rue Au Bouteiller.
Sciant omnes presentes et futuri quod ego, Hugo Le Vilain, feodavi et concessi de assensu et voluntate Aelicie uxoris mee Willelmo Godriz burgensi Lexov. pro servitio suo, medietatem cujusdam platee quam habebam in parrochia Sancti Germani Lexov., videlicet in vico Piscerne quam Petrus Le Talleor quondam possederat, sitam inter masuram dicti Willelmi Godriz ex una parte et inter aliam medietatem illius platee quam Herveius de Clerbech dicto Willelmo Godriz feodavit ex altera, prout se extendit a via publica usque ad aquam de Thouqua, tenendam et habendam dicto Willelmo et heredibus suis de me et heredibus meis libere, pacifice et quiete et jure hereditario possidendam, reddendo inde mihi et heredibus meis annuatim a dicto Willelmo et heredibus suis tres solidos usualis monete ad festum Sancti Michaelis in Montegano, salvo cum jure capitalium dominorum. Hoc autem sicut prescriptum est ego dictus Hugo Le Vilain et heredes mei tenemur garantizare dicto Willelmo Godriz et heredibus suis contra omnes ad usus et consuetudines Normannie, vel excambiare in alia hereditate nostra si necesse fuerit competenter, alioquin predicta Aelicia uxor mea juravit tactis sacrosanctis Ewangeliis sicut prescriptum est fideliter observare. In cujus rei testimonium dicta Aelicia uxor mea una cum sigillo meo presenti carte sigillum suum apposuit. Actum anno Domini m° cc° xl° septimo coram parrochiam Sancti Germani Lexov. mense septembre.
Scellé de deux sceaux, le premier a disparu, l’autre de cire verte.
= AD. 14. Jacobins, Hnc. 4/2

1247
36. Johannes Frogeri, del Cordreio, conqueritur de rege, eo quod, cum dominus rex habeat quoddam molendinum situm in terra sua apud Cordrei, et propter situm dicti molendini idem Johannes dampnificatus sit singulis annis ad valorem XX solidurum turonensium, sicut per inquisitionem est ei adjudicatum, elapsi sunt duodecim anni quod nihil ….. (manque de photocopie)… a domino rege ut faciat eis dari aliquid de redditu quem totaliter persolverunt anno transacto, pro eo quod messes eorum destructae fuerunt per tempestam quae cecidit in villam eorum, et in hanc petitionem faciunt non solum pro se ipsis sed pro tota villa.
= Querimonniae Normannorum anno 1247 , Ed. Léopold Delisle in Recueil des historiens de la France , t. 24, 1ère partie, Paris, 1904; p. 6.

1248
BUON N° LIX 1248 , juillet

Hugues, prêtre, donne son accord pour la donation du manoir de Cirieux, faite par Adam Berout, son frère, à l’abbaye Notre-Dame.
Sciant omnes quod ego Hugo presbyter ecclesie Sancte Marie de Lungo vico, donationem et concessionem factam a domino Adam Berout fratre meo de manerio nostro de Cheriael cum porprisio Deo et ecclesie Beate Marie Lexov. et monialibus ididem Deo servientibus, secundum que carta a predicto Adam fratre meo plenius facta testata, volui et aprobavi, et eam volo per omnia per me et heredibus meis firmam et stabilem in perpetuum permanere. Et ut hoc futuris temporibus firmiter observetur, eam presenti carta et sigilli mei munimine confirmavi. Actum anno Domini m° cc° xlviii° mense julii. Teste parrochia Sancti Desiderii.
Scellé d’un sceau disparu.
= A.D. 14. Saint-Désir, Hnc.133

1249
C’est la lettre de Durant de la Rivière.
Noverint universi ad quos presens scriptum pervenerit quod ego Durandus de Rivieria teneor reddere domine Johanne, domine de Tureio, infra festum Omnium Sanctorum proxime venturum, decem et novem sextaria frumenti ad mensuram de Fonteneto Le Marmion et decem et septem sextaria ordei et tres quartarios ad eandem mensuram, tali conditione apposita quod si dictum bladum totum dicte domine ad dictum terminum non reddidero, totam partem meam de molendino de Fauguerol obligavi sibi et heredibus suis in perpetuum possidendum. Ad cujus rei testimonium presens scriptum sigilli mei testimonio roboravi.- Actum anno domini M° CC° XL° IX° coram parrochia de Fraxineto super Lesiam.
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, p. 12.

1249
1250
BUON n° LXVI 1250 , juillet
Guillaume de Bonozine, prêtre, donne à l’Hôtel-Dieu un manoir à Saint-Jacques, devant les étaux des bouchers.
Universis XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Guillermus de Boneozozine presbyter, salutem [in] Domino. Noveritis me dedisse et concessisse pauperibus domus Dei Lexov. in puram et perpetuam elemosinam pro salute anime mee et antecessorum meorum, manerium meum con pertinentiis suis quod habebam in parochia Sancti Jacobi Lexov. ante stallos macelli Lexov., situm inter domum que fuit Anulfi Le Verrier defuncti ex una parte et domum Roberti de Mortelli ex altera, prout se extendit in longum a quemino regali usque aq aquam Auribecci, et decem et octo solidos Turon. annui et perpetui redditus quos habebam in domo Roberti dicti nepotis et in domo Ricardi Cave, que domus site sunt in parrochia Sancti Jacobi Lexov., inter domum Willelmi Giauderi ex una parte et domum Willelmi Foet sororii mei ex altera, et terram quam habebam in parrochia Sancti Desiderii Lexov. apud Coquerel, inter terram predicti Willelmi Foet sitam ex una parte et terram Fulconis Le Parquier ex altera, et omnia que me contigerant et contigere poterant de dote Mabilie relecte Reginaldi Bonozine fratris mei defuncti, tenenda et habenda dictis pauperibus bene, in pace, libere et quiete et jure hereditario possidenda sine reclamatione seu molestatione mei vel heredum meorum de cetero facienda, salvo tamen jure capitalium dominorum. Ego autem obligo me et heredes meos et omnia bona mea fida et habenda mobilia et immobilia ad predictam donationem et concessionem in perpetuum observandam. In cujus rei testimonio presens scriptum sigilli mei munimine sigillavi. Testibus hiis: Roberto Aude, Johanne Tison, Johanne de Roqua, Ricardo vi(n)na(n)qs, Gilleberto Potier, Roberto Le Mareschal, Petro de Friardel, Radulfo de Friardel, Johanne Mahiel, Rogero Robiout, Willelmo Freeri, Reginaldo Anglico Thome Mont(er)o, Clemente de Busseria, Willelmo de Ma(n)s, Roberto Le Caron, civibus Lexov.. Actum anno gracie millesimo ducentessimo quinquagesimo mense julii.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1
¸ EDIT.: BUON

c. 1250
Guillaume des Authieux, chevalier, abandonne en faveur de l’église de Chartres ses prétentions sur les églises de Saint-Julien-sur-Calonne et Saint-Nicolas et Saint-Pierre-des-Authieux.
= Arch. nat. Orig. Latin, nouv. acq. 2231, n° 5. Copie XVIIe siècle, Latin 51851 , p. 329
¸ DELISLE, Mélanges de paléographie , p. 400.
+ NORTIER Michel, Sources … , 1959, p. 60, n° 78.

1250
BUON CLI 12.. , octobre
Robert de Creully, chevalier, abandonne ses prÚtentions sur le patronage de l’église Sainte-Cécile de Beuvillers, en faveur du chapitre.
Omnibus ad quos presens scriptum pervenerit, Robertus de Croileio miles, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod cum contentio verteretur in curia domini Lexov. inter me et Julianam uxorem meam ex una parte et decanum et capitulum Lexov. ex altera de jure patronatus ecclesie Sancte Cecilie de Buoviler, dicta Juliana uxor mea me loco suo ad finem procuratorem suum constituit in assisa domini Lexov., ego autem ex multorum fide dignorum didici et cognovi quod jus patronatus predicte ecclesie dicto capitulo pertinebat et quod ipsa Juliana tempore viduitatis sue super hoc contra capitulum Lexov. querimoniam fererat, et quod jus illud quod in eodem patronatu clamabat, dictis decano et capitulo reliquerat, et ideo dictis decano et capitulo cognita cause? veritate omne jus quod in patronatu predicto ex parte ejusdem reclamabam penitus dereliqui. Volo etiam et concedo quod si dicta Julianna vel ejus heredes contra prefatum capitulum post decessum meum super eodem patronatu aliquid vellent reclamare vel inde querimoniam facere si forte contra capitulum per legem patrie vel per judicium prefatum patronatum recuperaverint, quod ego et heredes mei dicto Capitulo inde excambium competens faciamus. Et si contigerit quod excambium illud habere non possent per judicium pro etate h…. mei, heres meus non obstante etate dicto Capitulo centum libras Turon. in cont[ulere] teneatur. Quod ut totum sicut prescriptum est futuris temporibus firmiter observetur[, presenti] scripto et sigilli mei testimonio confirmavi. Actum assisa domini Lexov. anno gracie m° cc° ….. mense octobris.

Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Chapitre, G 207.

1200-1250
BUON CL c. 1200/1250

Foulques de Viette prend à fieffe du chapitre de Lisieux une place avec les constructions édifiées dessus.

Carta Fulconis de Vieta, super traditione aree que fuit Petronille de Hairon

Omnibus Christi fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Fulco de Vieta, salutem in Domino. Noverit universitas vestra me recepisse a decano et capitulo Lexoviensi aream illam in longum et in latum cum edificiis que sunt Petronille de Hairon, exceptis masuris illis quas tenent de eodem capitulo in eodem pourprisio quare (sic) Walterus et Rastelier. Recepi etiam ab illis aream illam que interjacet aree Petri Juas, ex una parte, et aree W. de sancto Albino, ex altera, habendas et jure hereditario possidendas michi et heredibus meis libere, pacifice et quiete per annuum redditum centum solidorum usualis monete dictis decano et capitulo reddendorum, videlicet ad Natale Domini quinquaginta solidos et in festo Sancti Johannis Baptiste quinquaginta solidos. Totam sicquidem hereditatem meam dicto capitulo in contraplegium jussi quod edificia que ibidem sunt modo appreciata centum libre turonensium in illo statu vel meliori in quo modo sunt, ego et heredes imperpetuum observabimus. Quod ut ratum et sta……..
= ¸ SAUVAGE (1928), n° XXX

1251
BUON LXIV 1250 ou 1251 , mars
Hugues Le Villain et sa femme Alice abandonnent tout leurs droits sur une masure de la rue Au Bouteiller, en faveur de Hervé de Clarbec.
Noverint universi quod ego, Hugo levilain, dimisi et omnino dereliqui, de assensu et voluntate Aelicie uxoris mee, Herveo de Claro Becco totum jus quod ego et dicta Aelicia uxor mea habebamus et habere poteramus in quadam masura, sita in vico Piscerne inter domum Aalardi Le Carpentier ex una parte et domum Willelmi Godriz ex altera, tenendam et habendam dicto Herveo et heredibus suis libere, pacifice et quiete, jure hereditario absque ulla reclamatione mei vel heredum meorum et dicte Aelicie similiter. In cujus rei testimonium dicta Aelicie uxor mea sigillum suum presenti carte una cum sigillo meo apposuit. Actum anno Domini m° cc° l° mense martii. Testibus hiis Johanne de Tapo. Johanne Colet. Aalardo Le Carpentier. Willelmo Damesque. Ricardo Beisuni. Hauconne. Bartholomeo Le Portier. Andree de Feria. Stephano Le Breton. Ricardo Le Boulengier et pluribus aliis
Scellé de deux sceaux: sur le 1er: ..]HUGONI[.. (cire verte); le 2e a disparu.
= AD. 14. Jacobins, Hnc. 4/2

1251
BUON LXV 1250 ou 1251 , avril
Hervé de Clarbec affieffe à Guillaume Godriz une masure et un hébergement rue Au Bouteiller.
Sciant omnes presentes et futuri quod ego, Herveus de Claro Becco, dedi et concessi Willelmo Guodrix civi Lexov. pro suo servicio masuram con herbergio quam habebam apud Lexov in vico Aubotelier, sittam (sic) videlicet inter domum Aelardi Carpentarii ex una parte et domum predicti Willelmi quam emit a Johanne Germunt ex altera, sicut se extendit in lungum et in latum a via publica usque ad aquam Touque, tenendam, habendam et jure hereditario possidendam dicto Willelmo et heredibus suis a me et heredibus meis bene, in pace, libere et quiete, reddendo mihi et heredibus meis a dicto Willelmo et heredibus suis quinque solidos sex denarios monete currentis annuatim ad feriam Prati Lexov., salvo cum jure domini capitalis. Hoc autem sicut prescriptum est ego dictus Herveus et heredes mei tenemur et tenebimur garantizare predicto Willelmo et heredibus suis contra omnes ad usus et ad consuetudines Normanie, vel in alia hereditate nostra propria valore ad valorem si necesse fuerit excanbiare competenter. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum presentem cartam sigilli mei testimonio confirmavi. Actum anno Domini m° cc° l° mense aprilis, teste paroichia Sancti Germani Lexov.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Jacobins, Hnc. 4/2

1252
BUON LXVII 1252 , mars
Nicolas Sotin, chanoine, échange avec les Mathurins une rente sur une masure près de l’Hôtel-Dieu, contre une rente sur une masure de la rue d’Entre-deux-Ponts.
Universis XPI fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit, Nicholaus dictus Sotin canonicus Lexov., salutem in Domino. Noveritis quod cum minister domus Dei Lexov. ordinis Sancte Trinitatis et captivorum et fratres ejusdem domus tenerentur michi reddere annuatim octo solidos monete currentis de quadam masura sita apud Lexov., infra metas manerii sui et Fulco Le Richie sororius meus, teneretur eisdem reddere singulis annis decem solidos monete currentis de quadam masura sita apud Lexov. in vico de inter-duos-pontes, juxta masuram meam, tandem inter me et dictos ministrum et fratres convenit in hunc modum quod ego omnino remisi eis dereliqui illos octo solidos quos michi tenebantur reddere annuatim, et ipsi dederunt michi in excambium octo solidos de illis decem solidos quos dictus Fulco eisdem reddebat singulis annis, ita quod sepefatus Fulco et heredes sui tenebunt de cetero dictam masuram reddendo ex ea singulis annis ad Natale Domini dictis ministro et fratribus duos solidos tamtummodo et michi et heredibus meis octo solidos michi prout dictum est excambium assignatos. In cujus rei testimonium et firmitatem, presentem cartam eis feci sigilli mei munimine roboratam. Actum anno Domini m° cc° l° primo mense marcii.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1253 – Lisieux
Lambert et Nicolas Cadoc, bourgeois de Lisieux, délaissent au prieuré de Saint-Ymer le droit de pêche qu’ils avaient « in Aqua Ive^ ciric molendinum de Fossa »
= Charles BREARD .- Cartulaires de Saint-Ymer-en-Auge et de Bricquebec , Rouen, Paris, 1908, p. 41 . (Fol. 111) (Saint Himer er Saint Hymer)

1254
« Anno 1254 …  » ( transcription de la confirmation par Louis IX de la donation de Robert d’Argences )
= Arch. SHL. Ch. VASSEUR .- Dossiers bleus – Saint-Ouen-le-Peingt .

1255 , 27 octobre – Anagni
Vidimus par l’official de Rouen d’une bulle du pape Alexandre IV, exemptant l’abbaye de Saint-Ouen du paiement de la dîme pour les récoltes servant à la nourriture de ses animaux ( vidimus du 14 janvier 1451) (Concerne également le prieuré de Beaumont-en-Auge ?)
= AD. 76. 14 H 798.
+ IND. LE CACHEUX, 1938, p. 252.

1255
Confirmation par Robert Bertran des biens appartenant à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. (ce qui n’apparait pas dans celle de 1221 est souligné)
Eisdem confirmo et concedo que ad majorem declarationem duxi propriis nomibus exprimenda, videlicet ecclesiam sancte Marie de Bello Monte in Algia cum omnibus pertinentiis suis et presentationem ejudem ecclesie; ecclesiam Sancti Stephani de Tilleio (Saint-Etienne-le-Thillaye) , et presentationem ejusdem ecclesie; ecclesiam de Pemma Pice similiter (Pennedepie), ecclesiam de Magnavilla in Constantino similiter (50) (suivent des biens dans la Manche) (….) ecclesiam sancti Clodoardi similiter (Saint-Cloud), ecclesiam sancti Petri de Torgovilla similiter (Tourgeville) et in ecclesia Sancti Stephani de Honeflue quatuor libras annuatim, cujus presentatio michi et heredibus meis remanet (Honfleur); ecclesiam sancti Georgii de Fliqueflue (Fiquefleur) cum omnibus pertinentiis suis et presentationem ejusdem ecclesi, et in eadem villa census cum omnibus pertinentiise que ibidem possident; ecclesiam sancte Marie de Veteri Herbertot (Vieux-Bourg) similiter, et in prefectura mea de Penna Pice (Pennedepie) quadraginta solidos, et in prefectura de Ronchevilla (Roncheville) quadraginta solidos, et in censibus de Penna Pice decem solidos, et in prefectura de Honeflue (Honfleur) octo libras, et de theloneo de Fauguernon, decimam, et in granario de Fausguernon tres sextaria avene, et pratum de Alnetis (Launay-sur-Calonne) sicut dividitur, et unam fossam in Chosti (sic) (pour Touqua ?) piscatoriam, et sallam de duabus fossis meis (salines); ibidem decimas de (…. biens de la Manche) Noerolei (Norolles), cujus presentatio ad me pertinet et de Rotis (Reux) et de Branvilla et de Claro Becco (Clarbec), sicut antecessores mei eas dederunt et predicti monachi eas possiderunt; et duas garbas sancti Johannis de Barnevilla et sancti Philiberti de Campis (Saint Philbert de Champs) et sancti Renoberti de Fauguernon, quarum ecclesiarum presentationes ad me et heredes meos pertinent. Dedi etiam duos vavassores eis Gocelinum et Hosbertum. Et sciendum est quod capelle sancti Michaelis (le texte de 1221 dit: Nicholai) de Ronchevilla et de Fausguernon (Fauguernon), michi remanent. (suivent des biens dans la Manche) …. Cum autem contentio esset inter predictos abbatem et conventum et me super straminibus quarumdam decimarum, videlicet de Surteinville magnevilla, Ovritot Briquebec, Buschierville, (50) Sancti Philiberti de Campis, Sancti Renorberti de Fausguernon, Noeroles (Norolles), Bretteville (?), Bronville; quito eisdem et remitto simpliciter jus quod dicebam me habere in starminibus omnium decimarum quas habebant in locis proximis ductis, excepto stramine et foragio tricturato omnium decimarum suarum de parochia de Briquebec. Quod de voluntate ipsorum ad usus meos et heredum meorum retinui dequo stramine poterimus facere, donando vel vendendo, nostramù plenariam voluntatem. Ita quod nec ego nec heredes mei possumus in straminibus dictarum parochiarum, excepto stramine de Briquebec, in posterum aliquid reclamare. Volo et concedo quod ipsi percipiant decimas venditionis in nemoribus meis de Fauguernon, cum ea vendi contigerit, , et pasnasgii; sed in ceteris decimis eorumdem nemorum nichil poterunt reclamare, salvo jure suo quantum ad decimas bladi, si dicta nemora vel partem eorum redigi contigerit ad culturam. Concedo etiam priori et monachis Sancte Marie de Bello Monte in Algia quod singulis diebus habeant in haia meo de Tilleio (La Haye du Theil, canton de Honfleur) duos equos ligna deferentes ad suum manerium ardere, ligna etiam ad edificandum domum sancte Marie de Bello Monte, et ad molendinum faciendum, et ad plaustrum et ad oratrum (le texte de 1221 dit aratrum), ; et insuper fagum unam ad Natale Domini, et unam ad Pascham, unam ad Assumptionem Beate Marie, unam ad festum Omnium Sanctorum, et decimas hayarum de Tilleio et de Honefleu sicit percipere consueverunt, volens et concedens ut si forte predicti monachi vel successores eorumdem decimis, juribus redditibus non utantur vel aliter quam deuerint utantur minus inde recipiendo, nullum eis ex hoc prejudicium in jure suo vel possessione generetur, nec michi, nec heredibus meis jus aliquod adquiritur.Datum apud Cadomum, anno Domini M°CC°.L°. quinto.
=¸ EDIT. Charles BREARD, Cartulaire de la baronnie de Bricquebec , n°33, pp. 220-224,
+ Léopold DELISLE, Cartulaires de Briquebec , (n° 6 et 127)

1255
Compromis passé entre Robert Bertranni , chevalier, seigneur de Honfleur, d’une part, et l’abbaye de Grestain, d’autre part, au sujet de leurs droits respectifs sur les ports de Fiquefleur et de Cramefleu.
= AD 27, H 343

1256
BUON LXXIII 1256 , juillet
Guillaume d’Asnière, chanoine, et Gosselin, chapelain de l’autel Saint-Martin dans la cathédrale autorisent les Jacobins à construire une allée vers la rue Au Bouteiller, à travers leur propriété. L’évêque Foulques donne son accord.
Omnibus presentes litteras inspecturis, Fulco miseratione divina Lexov. episcopus, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod Guillermus de Asneriis canonicus Lexov. et Gaukelinus presbyter capellanus altaris Sancti Martini in ecclesia Sancti Petri Lexov., de nostra voluntate et assensu, concesserunt religiosis viris priori et fratribus ordinis predicatorum Lexov. unam viam per manerium quod fuit magistri Symonis de Sancto Petro supra Divam quondam canonici lexov., que via incipit a parte domus dictorum prioris et fratrum supra Toucam et progreditur per ortum dicti manerii, et exit per vicum qui dicitur au Boutellier inter granchiam dicti manerii et quasdam alias domunculas que sunt ejusdem Gaukelini, habendam predictis priori et fratribus et successoribus eorum in perpetuum, pacifice et quiete, ad faciendum ibidem publicum ingressum et exitum sue domus pro sex libris annui redditus quas reddent predicti prior et fratres predicto Guillermo qui predictum manerium ad dies suos possidet quamdiu ipse vixerit et manerium possiderit memoratum, ac deinceps predicto Gaukelino, qui predicto Guillermo predictum manerium tradidit, vel successoribus ejusdem Gaukelini qui dicti altaris pro tempore fuerint capellani, donec de sex libratis annui redditus fecerint predicti prior et fratres aut successores eorum predictis Guillermo et Gaukelino aut successoribus predicti Gaukelini in perpetua elemosina assignationem competenter pro ut in carta super hoc a dictis priore et fratribus confecta plenius continetur, predicti etiam Guillermus et Gaukelinus et successores eorum predicti manerii possessores et predicti altaris capellani debent priori et fratribus supradictis et successoribus eorum predictam viam garantizare fideliter per redditum supradictum. In hujus rei testimonium et confirmationem ad petitionem predictorum Guillermi et Gaukelini cum sigillis eorum sigillum nostrum presenti pagine duximus apponendum. Datum anno Domini m° cc° l° sexto mense Julio.
Scellé de trois sceaux disparus.
= AD. 14. Jacobins, Hnc. 4/2

1256
BUON LXXIV 1256 , juillet
L’évêque Foulques autorise les Jacobins à construire un pont sur la Touques.
Fulco miseratione divina Lexoviensis episcopus, dilectis in XPO priori et fratribus ordinis predicatorum Lexoviensium, salutem in Domino. Cum Guillermus de Asneriis canonicus Lexoviensis et Gaukelinus presbiter capellanus altaris Sancti Martini in ecclesia Sancti Petri Lexoviensis vobis concesserunt unam viam per manerium quod fuit Magistri Symonis de Sancto Petro supra Divam quondam canonici Lexoviensis, prout in carta super hoc confecta plenius continetur, predicte vie concessionem acceptantes et tenorem presentium confirmantes, concedimus vobis et successoribus vestris in perpetuum aquam nostram sine cujus libero transitu via predicta nichil vobis utilitatis conferret, volentes et concedentes ut secundum exigentiam dicte vie in aqua predicta quam vobis cum utraque ripa concedimus (cum) pontem deservientem dicte vie ligneum seu lapideum prout vobis expedire videbitur, faciatis pilas in fundo ipsius aque prout neccesse fuerit collocantis, ita tamen ut molendina nostra non dampnificentur hac de causa. In cujus rei testimonium sigillum nostrum presentibus duximus apponendum. Datum anno Domini millesimo ducentesimo quinquagesimo sexto mense julio.
Aucune indication sur le sceau.
= AD. 14. Jacobins, Hnc.4/2 (pris sur un vidimus de 1437)

1256
1256 , décembre
Robert Bertran, chevalier, accorde des franchises à Raoul Le Mire (Medicus ) son bourgeois de Honfleur qui était tenu de fournir une embarcation toutes fois que celui-ci voulait passer en Angleterre.
= Léopold DELISLE, Les cartulaires de Briquebec (N° 12)

1256 – Royal-Pré, Mesnil-Hubert
Reconnaissance de Guillaume, prêtre, d’être obligé de donner un homme pour faire les services du fief Seri qu’il a donné en franche aumône aux prieur et religieux des Astelles, led. fief situé paroisse du Mesnil-Hubert.
= Archives Hôpital de Honfleur Série H. Suppl. 1607 .- B. 34

1257
BUON LXXV 1257 , juillet
Les Jacobins autorisent Guillaume d’Asnières, chantre, et Gosselin Morin, prêtre, à ouvrir une porte sur leur voie.
Omnibus presentes litteras inspecturis, Guillermus de Asneriis canonicus et cantor lexov. ac Gaukelinus Morin presbyter, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod religiosi viri prior et fratres ordinis predicatorum Lexov. nobis unum ostiolum gratuito et curialiter ac sine tentione aliqua concesserunt in muro suo, qui est inter domum que fuit magistri Simonis de Sancto Petro supra Divam quodam canonici lexov. et viam dictorum fratrum que exit de domo ipsorum in vicum qui dicitur au Boutellier, tali conditione quod nos quamdiu vixerimus et dictam domum aut manerium quondam predicti Simonis possederimus, nos predictum ostiolum ingrediendi et egrediendi liberam habebimus facultatem, si autem aliquis nostrum decesserit aut dictum manerium dimiserit ullum jus super predicto ostiolo ad successores nostros possessores sepedicti manerii devoluetur nec poterit aliquis impedire quin post quam nos ambo decesserimus aut manerium prefatum dimisserimus predicti prior et fratres predictum ostiolum claudant vel obturent penitus et sigillent. In cujus rei testimonium sigilla nostra presentibus duximus apponenda. Valuerat. Datum anno Domini m° cc° l° [sep]timo mense julio.
Scellé de deux sceaux de cire brune.
= AD. 14. Jacobins, Hnc.4/2

1258
1259

BUON LXXVII 1259 , février
Jeanne L’Abbesse affieffe à maître Guillaume de Noville, chanoine, une masure avec des étables, une place vide et d’autres dépendances, dans la cité. Le fils de Jeanne, Guillaume de Monaud, donne son accord.
Universis presentes litteras inspecturis, Johanna dicta Abbatissa soror quondam Gilleberti dicti Abbatisse presbyteri, salutem in Domino. Noveritis quod ego tempore viduitatis mee et de assensu et voluntate Willelmi de Monaud filii mei, tradidi et concessi in feodum et hereditatem perpetuam magistro Willelmo de Novilla Lexov. canonico, unam masuram cum quibusdam stabulis, platea vacua et omnibus aliis pertinentiis dicte masure adjacentibus, que mihi accidit jure hereditario de morte dicti Gilleberti Presbyteri fratris mei in civitate Lexov., videlicet in parrochia Sancti Jacobi, sitam ante manerium quod quondam fuit magistri Willelmi de Rothoriis quondam canonico Lexov., prout se poportat in longum et latum, scilicet a platea magistri Nicholai de Capri Villa archidiacono in ecclesie Beati Petri Lexov. usque ad plateam pertinentem ad manerium in quo manet Rogerus de Plains canonicus Lexov., et a via publica usque ad plateam et manerium Roberti de Roquis presbyteri, et usque ad metas qui fixe sunt de communi assensu inter dictam feodationem quam dicto magistro tradidi et parte hereditatis nepotum meorum et dicti Gilleberti presbyteri et filiorum quondam Hugonis Le Saimei defuncti que eisdem jure hereditario accidit de morte Gilleberti presbyteri supradicti, tenendam et habendam dicto magistro Willelmo et heredibus suis vel cuicumque dare, elemosinare, seu aliquo alio modo alienare voluerit, de me et heredibus meis libere, pacifice et quiete, jure hereditario possidendam, reddendo inde annuatim mihi et heredibus meis a dicto magistro Willelmo et heredibus suis vel ab illo quicumque dare, elemosinare seu alio modo alienare voluerit, quadraginta solidos monete currentis hiis terminis, videlicet viginti solidos ad mediam Quadragesimam et viginti solidos ad feriam Prati Lexov., salvo tamen jure domini capitalis. Et insi ego et heredes mei ad predictos terminos annuatim dictum redditum habuerimus, licebit nobis in dicta masura et in omnibus ejusdem pertinentiis supradictis pro redditu supradicto plenariam justiciam nostram exercere. Hoc autem sicut prescriptum est, ego dicta Johanna et heredes mei tenemur garantizare ac defendere dicto magistro Willelmo et heredibus suis vel cuicumque dare, elemosinare seu alio modo alienare voluerit contra omnes ad usus et consuetudines Normannie per redditum supradictum et ipsos super premissis servare indempnes, vel excambiare in alia propria hereditate nostra ubicumque sita sit valore ad valorem si neccesse fuerit competenter. In cujus rei testimonium dictus Willelmus filius meus sigillum suum una cum sigillo meo presenti carte ad petitionem meam apposuit. Actum anno Domini m° cc° quinquagesimo octavo mense februarii.
Scellé de deux sceaux disparus.
= AD. 14. Chapitre, G 207

1259
BUON LXXVIII 1259 , octobre
Jeanne L’Abbesse vend à Guillaume de Noville, chanoine, une partie de la rente que celui-ci lui devait pour la propriété de la charte précédente. Le fils de Jeanne, Guillaume de Monaid, clerc, donne son accord.
Sciant omnes presentes et futuri quod ego, Johanna dicta Abbatissa quondam soror Gilleberti dicti Abbatisse presbyteri defuncti, de assensu et voluntate Guillermi de Monaid clerici, vendidi et concessi viro venerabili et discreto magistro Willelmo de Noville canonico Lexov., viginti solidos monete currentis annui redditus de quadraginta solidis monete currentis annui redditus quos idem magistro mihi annuatim faciebat, ad feriam Prati Lexov. viginti solidos et ad mediam Quadraginta viginti solidos, ratione cujusdam masure cum quibusdam stabulis, platea vacua et omnibus aliis pertinentis dicte masure adjacentibus, site in parrochia Sancti Jacobi Lexov., ante manerium quod quondam fuit magistri Willelmi de Rothoriis quondam canonici lexov. defuncti, prout extenditur in longum et latum, quam dicto magistro de assensu et voluntate dicti Guillermi filii mei feodavi et concessi prout in carta mea dicto magistro super hoc confecta plenius continetur, tenendos et habendos dicto magistro et heredibus suis vel cuicumque dare, elemosinare seu aliquo alio modo alienare voluerit, bene et in pace, libere omnino et quiete, jure hereditario possidendos absque reclamatione mei et heredum meorum in dictis viginti solidis Turon. de cetero facienda. Et propter hanc venditionem et concessionem dedit mihi dictus magister septem libras Turon. premanibus nomine emptionis de quibus teneo me pro pagata. Hoc autem sicut prescriptum est, ego dicta Johanna et heredes mei tenemur garantizare et defendere dicto magistro et heredibus suis vel cuicum dare, elemosinare seu aliquo alio modo alienare voluerit contra omnes ad usus et consuetudines Normannie et ipsos super premissis servare indempnes, vel excambiare in alia propria hereditate nostra valore ad valorem si neccesse fuerit competenter. In cujus rei testimonium et confirmationem dictus Willelmus filius meus qui dictam venditionem voluit fieri et concessi sigillum suum una cum sigillo meo presenti carte ad petitionem meam apposuit. Actum anno Domini m° cc° l° nono mense octobre. Testibus hiis Philippo Thesaurario Lexov.. Willelmo Scriptore. magistro Willelmo Desliarue clericis. Willelmo de Mans. Roberto Le Nevou. Ricardo Cave. Ricardo Avere. Radulpho Hache. Rogero Fergant. Johanne Serviente. et pluribus aliis.
Scellé de deux sceaux disparus.
= AD. 14, Chapitre, G 207

1259
BUON LXXIX 1259 , octobre
Jeanne L’Abbesse vend à Guillaume de Noville, chanoine, une partie de la rente que celui-ci lui devait pour la propriété de la charte précédente. Le fils de Jeanne, Guillaume de Monaid, clerc, donne son accord.
Sciant omnes presentes et futuri quod ego, Johanna dicta Abbatissa quondam soror Gilleberti dicti Abbatisse presbyteri, de assensu et voluntate Guillermi de Monad clerici filii mei, vendidi et concessi viro venerabili et discreto magistro Willelmo de Noville canonico Lexov., decem solidos monete currentis annui redditus de quadraginta solidis monete currentis annui redditus quos ipse mihi annuatim faciebat hiis terminis, videlicet viginti solidos ad mediam Quadraginta et viginti solidos ad feriam Prati Lexov., ratione cujusdam masure cum quibusdam stabulis, platea vacua et omnibus aliis pertinentis dicte masure adjacentibus, site in parrochia Sancti Jacobi Lexov., videlicet ante manerium quod quondam fuit magistri Willelmi de Rothoriis quondam canonici Lexov. defuncti, prout extenditur in longum et latum, quam dicto magistro de assensu et voluntate dicti willelmi filii mei feodavi et concessi prout in carta mea dicto magistro super hoc confecta plenius continetur, tenendos et habendos dicto Willelmo canonico et heredibus suis vel cuicumque dare, elemosinare seu aliquo alio modo alienare voluerit, bene et in pace, libere omnino et quiete, jure hereditario absque reclamatione mei et heredum meorum in dictis decem solidis Turon. de cetero facienda. Et propter hoc dedit mihi dictus magister sexaginta et decem solidos Turon. premanibus nomine emptionis de quibus teneo me pro pagata. Hoc autem sicut prescriptum est, ego dicta Johanna et heredes mei tenemur garantizare ac defendere dicto magistro Willelmo et heredibus suis vel cuicumque dare, elemosinare seu aliquo alio modo alienare voluerit contra omnes ad usus et consuetudines Normannie et ipsos super premissis servare indempnes, vel excambiare in alia propria hereditate nostra valore ad valorem si neccesse fuerit competenter. In cujus rei testimonium et confirmationem dictus Willelmus filius meus sigillum suum una cum sigillo meo ad petitionem meam presenti carte apposuit. Actum anno Domini m cc l nono mense octobre.
Scellé de deux sceaux disparus
= AD 14. Chapitre, G207

1260 , (n. st.) février – Paris
Concession par le roi Saint Louis, au prieuré de Beaumont-en-Auge pour 200 livres 54 sous 6 deniers tournois de plusieurs terres et revenus en fiefferme, dans les paroisses d’Angerville, la Thillaye, Beaumont, Blainville, etc.
= AD 76. 14 H 797
=¸ EDIT. DELISLE, Cartulaire normand , n° 641.

1260 , mai – Fervaques
Geoffroy de Bruecort ou de Brucourt, chevalier, seigneur de Fervaques, venbd et cède, en mai de 1260, au doyen et chapitre de Lisieux, une place et une maison situées à Fervaques, pour le prix de treize livres tournois . Cette charte est revêtue d’un sceau de cire brune.
+ IND. LECHAUDE D’ANISY .- Abbayes du Calvados in MSAN , 1834, VIII, n° 37, p. 17; Cité par A. GUILMETH .- Bourg de Livarot , pp. 63-64

1260 , 1er décembre – Mesnil-Simon
Guillaume dict Quesnel, de la paroisse du Mesnil-Simon vend aux religieux, abbé et couvent de Sainte-Marie du Bec-Hellouin, neuf sous et IIIIxx deniers (?) ts. sur le ténement qu’il a et tient par 8 deniers de rente annuelle avec les services dus en cette paroisse sur une masagio terra arabili et gardino contigu de cette masure contenant deux acres de terre bornée d’un côté le chemin et d’autre le doito qui dirinatur a molinendo eorum deum sitii ex utroque latera inter terras feodi domini de hotot pro quator libris turonensium
= Arch. SHL – Charles VASSEUR .- Notes et documents – Portefeuille  » Doyenné du Mesnil-Mauger  » Extrait d’un feuillet 26e d’un cartulaire du Bec retrouvé par M. Z. Métayer servant de reliure à un livre en décembre 1859 – Lu par M. R. BORDEAUX  »

1260 , 1er décembre – Mesnil-Simon
Richard, dit Le Carre de la paroisse du Mesnil-Simon vend concède à l’abbé, religieux et couvent du Bec -Hellouin la masion et jardin contigu contenant une vergée entre le chemin et le douet du Mouilin. Pour cette vente il reçoit six livres tournois.
= Arch. SHL – Charles VASSEUR .- Notes et documents – Portefeuille  » Doyenné du Mesnil-Mauger  » Extrait d’un feuillet 26e d’un cartulaire du Bec retrouvé par M. Z. Métayer servant de reliure à un livre en décembre 1859 – Lu par M. R. BORDEAUX  »

1261
Jeanne, dame de Thury, confirme, en 1261, toutes les donations faites à Barberie dans le fief de Robert Marmion; mais elle entend que ses droits et ses redevances ne seront nullement diminués par l’effet de cette confirmation. Cette charte est revêtue de son sceau, dont la figure est imprimée des deux côtés en guise de contre-scel; mais tous les deux sont illisibles maintenant.
=IND. LECHAUDE d’ANISY, Barberie dans MSAN , 1834, t. VII, n°305-500

1262
BUON LXXXIV 1262 , juin
Foulques, évêque de Lisieux, approuve et confirme la donation faite aux chanoines de Lisieux par Hugue de Bailleul, chÚvecier du chapitre, d’une rente sur son manoir d’auprès l’église Saint-Jacques de Lisieux, pour son obit.
Carta F., episcopi, super XXti solidis pro anniversario capicerii Lexoviensis, super manerio sito juxta ecclesiam Sancti Jacobi Lexoviensis
Universis presentes litteras inspecturis, F[ulco], divina permissione Lexoviensis episcopus, salutem in Domino sempiternam. Noveritis quod, in nostra presentia constitutus, vir venerabilis et discretus Hugo de Ballolio, capicerius Lexoviensis, dedit et concessit, pro salute anime sue, canonicis Lexoviensibus, pro suo anniversario annuatim in ecclesia Sancti Petri Lexoviensis faciendo, viginti solidos Turonensium annui redditus, quos assignavit eisdem canonicis percipiendos in die obitus sui super manerio suo juxta ecclesiam Sancti Jacobi Lexoviensis. Ratione meliorationum quas fecerat in manerio supradicto, nos vero, consideratis sumptibus et expensis factis ab ipso Hugone circa predicta, donationi et concessioni predictis et etiam assignationi legittimum impertimus assensum et easdem tenore presentium confirmamus. In cujus rei testimonium, ad petitionem dicti Hugonis, presentes litteras sigillo nostro duximus roborandas. Datum mense junii, anno Domini millesimo cc° lxij°.
= EDIT.: SAUVAGE René-Norbert, (1928), Cartulaire de Lisieux , V. p. 333

1262 et ensuite
BUON LXXXIII 1262 , 1266 , mai ou 1267 , mars
Foulques, évêque, donne une rente sur un manoir dans la cité, devant les étaux des bouchers, à Pierre le Porchier, pour ses services. Le chapitre donne son accord.
Universis presentes litteras inspecturis, decanus et capitulum Lexov., salutem in Domino. Noveritis nos litteras reverendi patris F. Dei gracia Lexov. episcopi vidisse et diligenter inspexisse in hec verba:
Universis presentes litteras inspecturis, Fulco Dei gracia Lexov. episcopus, salutem in Domino JHU XPO. Noveritis nos dilecto et fideli nostro Petro dicto Porchier pro suo servicio nobis et ecclesie nostre Sancti Petri Lexov. bene et fideliter jam impenso, dedisse et concessisse viginti solidos annui redditus usualis monete de quatuor libras annui redditus quas adquisivimus, habebamus et percipiebamus singulis annis in manerio seu domibus quod vel quas tenet et possidet a nobis Guillermus de Bona Orma in civitate nostra Lexov., sitis inter domum Radulphi de Sancto Vincentii presbyteris ex una parte et domum que fuit Guidonis Le Cordoanier quondam civis Lexov., et aboutat ad vicum publicum ex parte stallorum carnificum ex anteriore parte, tenendos et habendos et jure hereditario possidendos dicto Petro et heredibus suis libere, pacifice et quiete, sine aliqua reclamatione eidem Petro vel suis heredibus a nobis nostrisque successoribus decetero facienda. Volumus insuper et concedimus quod dictus Guillermus de Bona Orma vel heredes sui dicto Petro Le Porchier suisque heredibus dictos viginti solidos annui redditus singulis annis decetero reddant et solvere teneantur in futurum. In cujus rei testimonium nos presentem cartam sigilli nostri munimine dignum duximus roborandas. Datum anno Domini m° cc° sexagesimo secundo [mense] maii.
Nos vero predicti decanus et capitulum predictam donationem et concessionem ratam et gra[tam ha]bentes, eam auctoritatem presentum confirmamus. In cujus rei testimonium sigillum capituli nostri Lexov. presentibus litteris duximus apponendas. Datum anno Domini [m°] cc) sexagesimo sexto mens martis.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1
¸ BUON

1263
1264
Confirmation faite par Robert Bertran de la donation faicte par feu sa mère au prieuré de Beaumont en 1264
+ IND. AD 76. 14 H 797: Inventaire des tittres … du Prioré …de beaulmont en Auge. 1680 . A revoir !!!!!

1265
1266
1267
BUON LXXXV 1267 , janvier

Richard Morin, avec l’accord de son père vend à l’abbesse de Lisieux une rente sur une masure de la rue de Putangle.
Noverint universi quod ego Ricardus Morin, filius Nicolai Morin, vendidi et concessi domine abbatisse Sancte Marie Lexoviensis, de voluntate et assensu predicti Nicholai patris mei, videlicet duos solidos Turon. annui redditus quos mihi predicta abbatissa ad feriam Prati Lexov. annuatim faciebat, videlicet de eschaeta Johanne matris mee defuncte de una masura apud Lexov. in vico de Putangle, juxta masuram que quondam fuit Rogero Fanchole, detinendam et habendam predicte abbatisse quiete et pacifice, sine contradictione mei vel heredum meorum de cetero facienda. Et propter hoc donavit in premanibus decem et octo solidos Turon. de quibus tenui pro pagato. Et hoc ego et mei heredes predicte abbatisse et successoribus suis tenemur contra omnes garantizare et deffendere, et excambiare si necesse fuerit ad valorem. Et ut hoc firmum sit et stabile, presentem cartam sigilli mei testimonio confirmavi. Auctum anno Domini m° cc° lx° vj° mense januarii. Coram parrochia Sancti Desiderii Lexoviensis.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Saint-Désir, Hnc.140/1

1267 , 27 avril. – La Roque-Baignard
Fouques évêque de Lisieux donne aux chanoines de Lisieux et aux clercs de choeur, pour l’obit de son frère Nicolas Datin, chevalier, 10 livres (aux chanoines) et 100 sous tournois de rente (aux clerecs du choeur) à prendre sur son moulin et ses hommes de la Roque-Baignard.
 » in redditibus nostre, molendini et hominum nostrorum de Roqua, prope Valle Richerii, que predicta acquisivimus et habuimus a Roberto de Roqua et petro ejus fratre (…) quas quindecim libras volumus et precipimus quod predicti canonici et clerici percipiant et habeant, singulis annis, in festo Exaltationis sancte Crucis, per manum prepositi seu furnarii ejusdem loci, qui pro tempore fuerit, volentes et concedentes quod, nisi dicto termino de dictis qundecim libris dictis canonicis et clericis fuerit plenarie satisfactum, quod (sic) ipsi possint in predictis locis, tam in hominibus, redditibus quam étiam molendino, plenariam suam justiciam exercere pro predictis quindecim libris, absque contradictione nostri vel antecessorum nostrorum.
= René-Norbert SAUVAGE, 1928, Cartulaire de Lisieux dans Etudes lexoviennes , IX. p.336-338

1268
Visite de l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud.
III Non. Januarii . Visitavimus abbatiam monialium Lexoviensium. Ibi erant XXXVI moniales; non est ibi certus numerus et statutus. Septies in anno debent confiteri et communicare. Sunt ibi due ancille communes. Debebant XL libras, et habebant bladum, avenam et ciceram satis ad annum. Alia, per Dei gratiam, invenimus in bono statu. Abbatissa erat infirma et visitationi non interfuit.
Ipsa die , procurati fuimus ab episcopo, et pernoctavimus in manerio ejusdem.
II Non. Januarii . Per Dei gratiam, intravimus vestibulum matricis ecclesie Lexoviensis, et ibi, canonicis et capellanis ac clericis chori ipsius ecclesie congregatis, proposuimus verbum Dei in latino. Quo facto, capellanis et clericis predictis abinde exeuntibus, et canonicis nobiscum et cum venerabili fratre nostro G. Dei [gratia], eiusdem loci episcopo, ac sociis et clericis nostris remanentibus, processimus ad visitationem, prout decuit, Domino adiuvante. Inquisito autem de statu ipsius ecclesie, invenimus, per Dei graciam, ipsam in bono statu existere, et spiritualiter et temporaliter, et nichil in ea vice illa correctione dignum.
Ipsa die , procurati fuimus a capitulo, in domo episcopi.
= EDIT.: BONNIN, Registrum … Eudes Rigaud, p.592

1269
127.
1270
BUON LXXXVIII 1270 , décembre
Pierre Le Porchier donne à l’Hôtel-Dieu deux masures et une place à Saint-Jacques.
Sciant omnes presentes et futuri quod ego, Petrus dictus Le Porchier, do et concedo et penitus dimito Deo et Sancto Thome domus Dei Lexov. et fratribus ordinis Sancte Trinitatis et captivorum ejusdem domus et pauperibus ibidem degentibus, pro salute anime mee et anime domini mei bone memorie Fulconis quondam episcopi Lexov. et antecessorum meorum, in puram et perpetuam elemosinam, duas masuras cum platea eisdem adjacente quas habebam et pacifice possidebam in parrochia Sancti Jacobi Lexov., sitas inter domum que fuit Guillermi de Bona Orma ex una parte et manerium Radulphi de Sancto Vincencio presbyteri ex altera, prout extenduntur in longum a via publica a parte anteriori usque ad plateam predicti Guillermi supradictam a parte posteriori, tenendas et habendas et jure hereditario possidendas dictis fratribus et pauperibus et eorum successoribus libere, pacifice et quiete, absque ulla reclamatione mei vel heredum meorum de cetero facienda, salvo jure alieno. Hoc autem sicut prescriptum est ego dictus Petrus et heredes mei tenemur predictis fratribus et eorum successoribus firmiter observare, et prout consuetum est garantizare ac defendere contra omnes et ipsos servare indempnes. In cujus rei testimonium vir venerabilis et discretus decanus Lexov. ad petitionem meam sigillum suum presenti carte una cum [sig]illo meo apponere dignum duxit. Datum anno Domini m° cc° septuagesimo me[nse d]ecembre.
Scellé de deux sceaux disparus.
= AD 14. Hôtel-Dieu, Hnc.319/1

1271
BUON LXXXIX 1271 , février
Jean, abbé du Bec-Hellouin, vend à maître Raoul d’Aguerné, clerc, un manoir rue de Putangle, près des Jacobins, sauf une rente recognitive.
Universis praesentes literas inspecturis, Johannes permissione divina humilis abbas Becci Helouini totusque ejusdem loci conventus, salutem in Domino. Noverit universitas vestra quod cum Johannes de Tapo quondam burgensis Lexoviensis nobis pro salute animae suae dedisset manerium suum de Lexov. cum gardino et pertinentiis ejusdem, situm in parochia Sancti Germani Lexoviensis, juxta manerium fratrum praedicatorum, prout pretenditur inter aquas et viam Putri Anguli quae ducit ad domum dictorum fratrum, pensata utilitate nostra et monasterii nostri, dilecto nostro magistro Radulpho de Aguerne clerico et haeridibus suis, et etiam ejus uxori quo ad vivet dicta uxor, dictum manerium cum gardino et pertinentiis ejusdem communi assensu nostro feodavimus pro viginti libris Turonensibus annui redditus. Hoc acto et convento inter nos et dictum magistrum quod ipse et haeredes sui emendo nobis in feodo nostro viginti libras annui redditus, ut aequivalentiam a predictis viginti libris annui redditus, liberarentur, et quinque solidos Turonenses in recognitionem quod de nobis tenent dictum manerium cum pertinentiis ad Ascensionem Domini nobis et successoribus nostris annuatim solvere tenebuntur. Post hoc dictus magister emit in nostro feodo viginti libras annui redditus vel aequivalentiam, in recompensationem dictarum viginti librarum annui redditus in quibus nobis tenebatur ratione manerii antedicti. Unde volumus et concedimus quod dictus magister Radulphus et haeredes sui et etiam ejus uxor que ad vixerit dictum manerium cum gardino et pertinentiis ejusdem teneant, habeant et in perpetuum possideant, bone ac in pace, libere et quiete, absque contradictione seu impedimento nostri vel successorum nostrorum per redditum quinque solidorum Turonensium praedictorum termino antedicto. Si vero dictus magister aut ejus haeredes in solutione dictorum quinque solidorum termino praedicto deserverint, licebit nobis et successoribus nostris in predicto manerio et ejus pertinentiis nostram plenariam justiciam exercere. Tenemur etiam dicto magistro et ejus haeredibus et etiam ejus uxori quo ad vixerit, dictum manerium cum pertinentiis garantizare, deliberare et deffendere contra omnis, vel excambiare alibi valore ad valorem ad usus et consuetudines Normannie. In cujus rei testimonium et perpetuam firmitatem, nos predicti abbas et conventus praesentibus litteris sigilla nostra duximus apponenda. Datum anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo mense februarii.
Scellé de deux sceaux de cire verte.
= AD 14. Jacobins, Hnc.1 (copie du début du XVIIIe siècle)

1271
Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, érige la chapelle de Mauny en paroisse, et confirme au prieuré de Saint-Ymer (Saint-Hymer) les deux tiers des dîmes de la paroisse de Barneville(-sur-Seine, canton de Routot – Eure)
= Ms. nouv. acq. lat. 2097, fol. 132 reproduit in Charles Bréard .- Cartulaires de Bricquebec et de Saint-Ymer-en-Auge , Rouen-paris, Lestringant-Picard, 1908, pp. 47-48

1272
1273
1274 – Fauguernon
Partage entre Robert bertran, seigneur de Briquebec et Guillaume son frère, des biens partenels et maternels, en vertu duquel, Guillaume reçoit Fauguernon, Fontenay-le-Marmion et autres terres.
A tous ceulx qui ces lettres verront, Guillaume bertran, escuier, mon chier frere et mon ainzné, et jeu, par le conseil de nos amis, pour ce que descort ne peust nestre entre nous, avon fet ensemble une aimiable concordance de toute partie de heritage que je pouvois et pensoie demander a lui ou a ses hers en temps a avenir par la reson de nostre pere et de nostre mere, en teille maniere que le devant dit mon segneur Robert, mon frere, ma donné et ottroié a pourseoir en perdurable heritage, pour fin de toute partie de heritage, a tenir de luy et deses hers en parage, si comme puisné doit tenir de son ainzné par la coustume de Normendie, cest assavoir le manoir et la terre de Fonteney le Marmion (…..) De rechief, le manoir et la terre de Fausguernon, ovec toutes les appartenances et ovec toutes les segnouries a pourseoir apres le deces de nostre mere, ainsi que ge ne mes hers ne pourron fere justice sur les hommes monseignour Robert Bertran, mon frere, manaz (sic) hors de la seignourie de fausguernon, pour le reparage de la mote de Fausguernon ne pour le herichon, ains en sera la justice faite par la main du devant dit mon seignour Robert, mon frere, ou par la main de ses hers les en aurion requis en lieu qui portast accort, il veut et ottroie que je et mes hers en fachon la justice tant soulement pour le reparage de la motte de Fausguernon et pour le herichon sanz contredit de luy et de ses hers. ……
= ED: SAIGE G., Additifs au Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion , 1895, n°3, pp.177-179

1274 , mars – Honfleur, Fauguernon
Confirmation par Philippe III, roi de France, de la donation pour partage faite par Robert Bertran, seigneur de Roncheville et de Briquebec, de la baronnie de Fauguernon, à son frère Guillaume Bertran. La terre de Fauguernon ayant été par le précédent partage détachée de la baronnie de Roncheville, le roi Philippe Le Hardi autorise Robert Bertran, seigneur de Roncheville et de Briquebec à réunir sa terre de Honfleur à sa baronnie de Roncheville.
Philippus, Dei Gracia Francorum rex. Notum facimus universis tam presentibus quam futuris quod nos litteras dilecti et fidelis mei Robert Bertrandi, militis, domini de Roncheville et de Bricquebec, vidimus in hec verba: – A tous ceulx qui ces lettres verront Robert betran, chevalier, sire de Roncheville et de Briquebec, salus en nostre seigneur. Sachies que je ay donné a Guillaume Bertran, mon frère, en sa partie, ma terre de Faguernon o le manoir et o les appartenances, laqueille terre o le maner et les appartenances, soit dore en avant assembleement de ma baronnie de Roncheville a tenir de mon seigneur le roy de France comme baronnie, si comme ge fesoie devant. Et a ces choses ottroier et greer gen requier icheli monseigneur le roy quil len plese adonner en ses lettres pendans. Et en tesmoing de laqueille chose gei mis mon scel as presente letres. ce fut fait lan de grace mil cc essessante e quatorze en moy de mars. – Nos vero, ad requisicionem prefati Roberti, premissa, prout superius continentur, rata habens et grata, ea, quantum in nobis est volumus et concedimus, salvo jure quolibet alieno. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum, presentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. – actum Parisius, anno Domini millesimo cc qetuagesimo quaro mense marcio.
= ED: SAIGE G., Additifs au Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion , 1895, n°2, pp.176-177
IND: BREARD C., cart. de Briquebec, n°42, p.231 (Notes: Bréard date cette charte de 1275, Saige de 1274; Léopold DELISLE, Les cartulaires de Briquebec , p. 10. (N° 6 et 127)

1276
1277
BUON XCIV 1277 , juillet/1er septembre
Thibaud de Falaise, archidiacre, crée une chapelle dédiée à sainte Marie-Madeleine et à saint Gatien, dans la cathédrale, et la dote avec des rentes achetées dans la banlieue de Lisieux. L’évêque Guy donne son accord.
Universis XPI fidelibus ad quos presentes littere pervenerint, Guido miseratione divina Lexov. episcopus, salutem in eo qui est omnium vera salus. Noveritis nos litteras dilecti filii magistri Theobaldi de Falesia canonici et archidiaconi Pontis Audomaris in ecclesia Lexov. vidisse et diligenter inspexisse in hec verba:
Universis XPI fidelibus ad quos presentes littere pervenerint ego, Theobaldiis de Falesia canonicus et archidiaconus in ecclesia Lexov., salutem in omnium salutari. Noveritis quod ego volens mee anime providere salutem, pro salute anime mee et parentum meorum et benefactorum et specialiter reverendi patris Guidonis de Merula Dei gracia Lexov. episcopi, fundo, facio et constituo unam capellaneam in maiori ecclesia Lexov., videlicet in dextera parte navis ecclesie supradicte in honore Beate Marie Magdalenes necnon et Beati Gatiani Confessoris, donans, conferens et assignans ex nunc in puram, perpetuam et liberam elemosinam ad victum unius sacerdotis in perpetuum deservientis ibidem quicquid emi et acquisivi et quicquid habeo, teneo et possideo apud Quoquerellum in banleuca Lexov., in feudo Abbatisse Lexov. et in feudo Aurifabrorum et alibi ubicumque in dicta banleuca et in dominio dicti patris, tam in terris, domibus, possessionibus, nemoribus quam redditibus et aliis quibuscumque. Videlicet totam hereditatem quam emi a Radulfo dicto Goules in parochia Beate Marie de Oilleia, silicet in domo, gardinis, terris arabilibus et in omnibus rebus aliis una cum manerio quod postea construxi seu edificavi in eadem. Item terram quam emi a Johanne dicto ad Boches et Roberto ad Boches fratribus in dicta parrochia. Item quoddam nemus cum fundo terre quod vocatur Le Plesseiz et omnibus pertinentiis ejusdem quod emi a Johanne dicto Monacho in predicta parrochia. Item terram quam emi a Willelmo dicto Grafel in eadem parrochia. Item octo solidos monete currentis annui redditus, tres capones, quadraginta ova que omnia emi a Johanne de Ponte Arche quondam canonico Lexov. in parrochia predicta et que mihi facit annuatim Adam de Quartu. Item terram quam emi a Johanne de Valle in eadem parrochia. Item tres solidos et sex denarios usualis monete et unam gallinam annui redditus quos mihi reddit Gaufridus Vitoire ratione cujusdam pechie terre cum alneto quam de me tenet in parrochia antedicta. Item totam hereditatem quam emi a Gaufrido de Larreio milite quam habebat in parrochia supradicta apud Quoquerellum ex successione Herberti de Radun quondam avunculi sui defuncti, videlicet in redditibus, hominibus, homagiis, releviis placitis, nemore, emendis, caponibus, denariis, ovis, frumento avena cum omni jure et dominio et omnibus rebus aliis et cum omnibus esqahetis, silicet octo solidos et sex denarios monete currentis, tres minas frumenti, duo sextaria avene, quatuor capones et triginta ova que omnia mihi faciunt seu reddunt Rogerus de Valle et Robertus de Valle fratres. Item duos solidos et tres obolos, boisselum et dimidium frumenti et quartam partem boisseli, septem boisselos avene, duos capones et dimidium, unam gallinam, quatuor denarios et obolum et quinquaginta ova annui redditus que omnia mihi facit Odo Torquetil. Item duos solidos tres obolos, boisselum et dimidium frumenti quartam partem boisselli, septem boisselos avene, duos capones et dimidium, unam gallinam, quatuor denarios et obolum et quinquaginta ova que omnia mihi facit annuatim Radulphus Gales. Item octo denarios, unum caponem, quatuordecim ova que mihi reddit annuatim Ricardus Torquetil. Item octo denarios, unum caponem et tresdecim ova qui mihi facit annui redditus Garinus Le Selier. Item duodecim denarios monete currentis, duos capones et viginti ova que mihi reddit annui redditus Gaufridus Vitorre. Item decem et novem denarios, decem et octo boissellos avene, unum quarterium et dimidium boissellum frumenti, quatuor capones, tres denarios et triginta ova que omnia mihi facit seu reddit Willelmus Le Parquier annui redditus de feodo Odonis Torquetil. Item tres solidos, duos capones et triginta ova que omnia mihi reddit Willelmus Le Parquier annuatim de feodo Odonis Aini. Item duodecim denarios usualis monete, unum caponem et septem ova que omnia mihi facit Willelmus Le Parquier de feodo Ade de Quartu. Item duodecim denarios monete currentis, unum caponem et decem ova que omnia mihi reddit annuatim Rogerus Pinchon. Item septem solidos monete currentis, unum caponem et tresdecim ova que omnia mihi facit annui redditus Robertus Le Clop. Item quinque solidos et sex denarios usualis monete, tres capones et quadraginta ova que omnia mihi facit seu reddit annui redditus Matildis uxor magistri Radulfi Daguerne heres Johannis de Ponte Arche quondam canonici Lexov. defuncti. Item quinque solidos monete currentis, quinque capones, sexaginta et tresdecim ova que omnia mihi facit seu reddit annuatim Willelmus de Quoquerel et ejus participes. Item octo solidos usualis monete quos mihi reddit Johannes de Walle pro quadam via quam eidem concessi ad usum suum per nemus meum quod vocatur Le Plesseiz. Item quinque solidos usualis monete annui redditus quos emi a Garino Le Selier in parrochia Beate Marie de Oilleia et mihi reddit annuatim. Item duos solidos et quatuor denarios usualis monete quos emi a Ricardo Le Barre in parrochia supradicta et mihi facit annuatim. Item duos solidos et sex denarios usualis monete et duos capones que omnia mihi faciebat seu reddebat Nicholaus de Evreceio et modo mihi facit seu reddit Adam de Quartu. Item unum quarterium frumenti, decem ova que omnia emi a Willelmo Foiret presbytero in parrochia Beate Marie de Oilleia et que sibi faciebat Gaufridus Vitoire et modo mihi facit seu reddit idem Gaufridus annuatim. Item septem solidos monete currentis quos emi a Johanne dicto Monacho in parrochia predicta et mihi reddit annuatim. Item decem et octo denarios monete currentis quos emi annui redditus a Willelmo de Liveto in parrochia Sancti Desiderii Lexov. et mihi reddit annuatim. Item duos solidos usualis monete annui redditus quos emi a Philippo de Liveto in parrochia antedicta et mihi facit annuatim. Item unum sextarium avene, duodecim denarios monete currentis, unum caponem et triginta ova que omnia emi in parrochia Beate Marie de Oilleia a Matildi dicta Beleaele relicta Guillermi Anglici defuncti et que mihi facit seu reddit annuatim Robertus dictus Pegaire. Item unum sextarium avene quem emi a Rogero de Dumo in parrochia Sancti Desiderii Lexov. et mihi reddit annuatim. Item tres solidos usualis monete annui redditus quos emi in eadem parrochia a Petro dicto Gouhier et que mihi facit annuatim. Volo autem percipio et ordino quod omnia supradicta et singula prout superius nominantur teneat, habeat et possideat capellanus deserviens capellanie supradicte et successores ejusdem in eadem, libere, quiete et pacifice sine contradictione mei vel heredum meorum vel successores seu alterius cujuscumque, in liberam, puram et perpetuam elemosinam prout superius est expressum. Volo etiam, percipio et ordino quod cappelanus qui pro tempore servit in eadem capellania et habebit eamdem, celebret [mot effacé intentionellement] diebus unam missam in altari capellanie prelibate pro salute anime mee et parentum meorum et benefactorum et specialiter pro salute anime dicti patris. Volo autem, percipio et ordino quod capellanus qui pro tempore fuerit in dicta capellania teneatur invenire et ministrare omnia neccessaria ad officiandum capellaniam antedictam post mortem meam, tam in luminari quam in aliis quibuscumque. Michi autem retineo et reservo quo ad vixero collationem seu donationem capellanie supradicte, volens, percipiens et ordinans quod post mortem meam viri venerabiles decanus et capitulum Lexov. habeant potestatem conferendi capellaniam predictam et eam conferant persone ydonee quibus tunc ex nunc dono et condedo in perpetuum collationem capellanie memorate. In quorum testimonium et muniminem presentes litteras sigillo meo proprio dedi sigillatas. Datum anno Domini millesimo ducentessimo septuagesimo septimo mense julii.
Ex parte cujus archidiaconi fuit nobis humiliter supplicatum quod nos omnia et singula supradicta prout in litteris predicti archidiaconi continentur vellemus divine pietatis intuitu in liberam, puram et perpetuam elemosinam confirmare, nos vero dicti archidiaconi, considerato laudabili proposito ac ejusdem meritis, et quod nobis et nostre Lexov. ecclesie obsequiosus excitit multiplicitus et devotus et quod nullum aut modicum generatur nobis et nostris successoribus et nostre Lexov. ecclesie prejudicium in premissis omnia et singula supradicta prout superius exprimuntur ad usum capellanie sepedicte et capellanie qui pro tempore deserviet in eadem in liberam, puram et perpetuam elemosinam confirmamus. Datum apud Canapeville die mercurii in festo Sancti Egidii anno Domini m° cc° lxxmo septimo mense septembri.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Chapitre, G 207

1277
BUON XCVI 1277 , décembre
Agnès, abbesse de Lisieux, affieffe à Richard Eudes une masure et jardin près de la léproserie.
Universis presentes litteras inspecturis, Agnes humilis abbatissa monasterii Beati Marie Lexov. totusque ejusdem loci conventus, salutem in Domino. Noveritis nos, de communi assensu, feodasse et concessisse Ricardo Odonis quamdam masuram cum gardino adjacento quam Galterus Merel defunctus quondam tenuit de nobis aput Leprosariam, sitam inter gardinum heredum Radulphi de Friardello ex una parte et masuram et gardinum Guillermi Ravete ex altera, prout extenditur in latum et longum, tenendam et habendam dicto Ricardo et suis heredibus de nobis et successoribus nostris, libere, pacifice et quiete, jure hereditario possidendam, reddendo inde nobis viginti solidos monete usualis, videlicet hiis terminis, ad feriam Prati Lexov. domine abbatisse octo solidos et dimidium, et ad festum Omnium Sanctorum sequens elemosine ejusdem loci tres solidos, et ad Nativitatem Beati Johannis subsequentem predicte donnentui octo solidos et dimidium tantummodo pro omnibus, salvo tamen jure capitalium dominorum religiosarum prout confuenimus percipere et habere. Hoc autem feodamentum nos et successores nostre tenemur garantizare et defendere predicto Ricardo et suis heredibus contra omnes ad consuetudines Normannie per [re]dditum supradictum, vel excambiare si necesse fuerit competenter, et ipsos super hoc servare indempnes. Et si in solutione dicti redditus terminis statutis defecerit, licebit cuilibet nostrarum videlicet abbati[sse] conventui et elemosinarie nostram plenariam justiciam in predicta masura et gardino exercere. In cujus rei testimonium sigilla nostra presenti carte duximus apponenda. [Actum] an[no] Domini m° cc° lxx septimo mense decembris.
Scellé de deux sceaux disparus
= AD. 14. Saint-Désir, Hnc. 138

1277
Lettre de Philippe Roy de France au Bailly de Rouen pour faire jouïr les religieux dudit Prieuré et lever leurs fiefs arrieres fiefs et autres rentes et redevances en plusieurs paroisses en 1277
+ IND. AD 76. 14 H 797 Inventaire des tittres … du Prioré …de beaulmont en Auge. 1680 . A revoir !!!!!

1278
1279 , 27 septembre
Le bailli de Rouen atteste qu’à l’assise de Pont-L’Evêque fde ce jour, le prévôt de l’église de Chartres en Normandie (Gilles), s’est fait reconnaître patron présentateur de Saint-Julien-sur-Calonne, droit contesté par Guillaume de Gerponville, prêtre et Robert du Mesnil, chevalier.
= Arch. nat. Latin , Nouv. acq. 2231, n° 7. Original en français scellé sous le sceau du bailliage de Rouen; Copie XVIIe siècle Latin 51851, p. 329.
=¸ DELISLE, Mélanges de paléographie , p. 400.
+ NORTIER Michel, Sources … , 1959, p. 65. Voir également les actes du 1er oct. 1279, 24 oct., 5 nov, sept/oct. 1280, pp. 65 et 66; avril 1290, p. 69.

1279 – Montpinçon
Arrêt pour le Roi contre Gilebert de Clara, comte de Gloucester qui demandait à titre d’héritage paternel Evreciacum, Montempinçonis, Sancte Scolastique, Glapion et le Brigon et à Montivilliers, une motte nommée le Chatel du Conte et une rue nommée le Signet .
= Olim , II, f° 48 r° – Archives de l’Empire, Actes du Parlement , t. I, p. 216 ( cité par Ch. VASSEUR , Dossiers bleus , SHL. )

1281 , Mai
C’est la lettre de Florence jadis fame Radulf de Aneeles
Notum sit omnibus presentibus et futuris quod ego Florencia, uxor quondam Radulfi de Aneeles, vendidi et omnino dimisi domino Guillelmo Bertran, domino de Fonteneto le Marmion, scilicet quinque quartarios avene annui redditus ad mensuram de Bretavilla super Lesiam, quos Jacobus Marmiun mihi faciebat, sitos super tres pecias terre, quarum una sedet a Chavaleors, inter terram heredum Guillelmi du Quemin, ex una parte, et terram uxoris Rogerii de Faveroles, ex altera; et alia sedet ad sanctum Moricium inter terram Johannis Marmion, ex una parte, et terram heredum Gaufridi Chapes, ex altera; et tercia sedet ad sanctum Moricium, inter terram Roberti le Quelnot, ex una parte, et terram Ranulfi le Rosel, ex altera; tenendos et habendos predictos quarterios avene predicto domino et suis heredibus de me et de meis heredibus bene, pacifice, sine aliqua reclamatione mei vel meorum de cetero, recipiendum predictos quarterios ad festum sancti Michaelis in mense septembris. Et ego predicta Florencia et mei heredes debemus et tenemur predicto domino et suis heredibus contra omnes garantizare et defendare, vel alibi, si necesse fuerit, ad valoremoooo excambiare. Et pro hac venditione, predictus dominus michi dedit centum solidos turonensium, de quibus me teneo pro pagata. Et ut hoc sit firmum et stabile in eternum, hoc presens scriptum testimonio sigilli mei robaravi. – Datum anno Domini M° CC° octuasegimo primo,in mense maii, coram parrochia de Bretavilla super Lesiam.
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 26-27.

1282
Michel de sameele vend à Etienne de Bienfaite, chevalier, dix livres de rente sur ses immeubles situés à Orbec.
= Arch. SHL. FF 142
+ IND.: LESQUIER, les plus anciens textes …, n° 3, p. 5.

1283
Vidimus de Robert Bertran par lequel le Prieur et Religieux de Beaumont sont exempts de payer aucune coustume pour vendre et achapter dans la ville de Honnefleur en 1283
+ IND. AD 76. 14 H 797 A revoir !!!!!

1283-1284 Mars
C’est la lettre de Robert Loriol de Bretteville sur Laize
Noverint universi ad quos littere iste pervenerint quod ego Robertus dictus Loriol, de Bretavilla super Lesiam, tradidi et concessi Willelmo Bertrani, milite, domino de Fonteneto le Marmion, omnem hereditagium quod ego habeo in parrochia et territorio Sancti Martini de Mesnillio Torfredi, videlicet in contraplegium cujusdam masnagii quod dictus willelmus mihi tradidit in feodo, sicut in litteris quas ipse mihi fecit et sigillo suo confirmavit plenius continetur. Quod masnagium situm est apud Bretavillam, juxta masnagium Guillelmi Dollart de la Blaeriie; tali conditione quod si contingebat me aut heredes meos dictum masnagium in aliquo tempore derelinquere, nos relinqueremus dicto Guillelmo vel heredibus suis omne hereditagium supradictum. Quod hereditagium ego vel heredes mei vendere non possimus, dare, feodare, elemosinare, neque alieni aliquo ali modo alienare sine assensu et voluntate dicti Guillelmi vel heredum suorum, sed a modo in contraplegio supradicto tenebitur. Et ad confirmationem cujus rei, sigillum meum apponere dignum duxi. – Actum anno Domini M° CC° IIIIXX tercio, mense marcii, coram parrochiis de Bretavilla super Lesiam et de Mesnilleio Torfredi.
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 27-28.

1284 , 31 mai
C’est la lettre de Jehan d’Endemin, escuier.
Universis presens litteras inspecturis et eciam audituris, vicecomes Falesie, salutem. Noverint quod Johannes d’Endemain, armiger, de parrochia Sancti Martini de Busto et Philippa ejus uxor, in jure coram nobis personaliter consituti, de assensu et voluntate dicte Philippe, recognoverunt pariter se vendidisse et concessisse et omnono dimisisse ad finem et herditate perpetua (sic), domino Guillelmo Bertran, militi, domino de Fonteneto le Marmion, videlicet centum solidos turonensium annui redditus quos habebant et jure hereditario percipiebant annuatim ad festum Sancti Dyionisii, in prepositura de Britavilla super Lesiam et undicim sextaria et plenum quarterium ordei annui redditus quos habebant et jure hereditario percipiebant annuatim ad mensuram de Fonteneto le Marmion, mense septembris in molendino de Moe. Et propter hanc venditionem et concessionem predictus miles dedit eis pre manibus quatuor viginti libras turonensium, de quibus tenuerunt plenarie coram nobis pro pagatis; tenenda et habenda et jure hereditario possidenda hec omnia supradicta et singula predicto milititi et suis heredibus libere, quiete et pacifice et ab omnibus penitus absolute, cum omni jure, justicia, dominio et libertate que habebant et habere poterant et debebant ratione hereditatis, absque ulla reclamatione dictorum Johannis et Philippe ejus uxoris, pro se et heredibus suis, coram nobis, predicto militi et suis heredibus; hec omnia supradicta contra omnes gentes se garantizaturos, diffensuros, deliberaturos et excambiaturos in alia hereditate sua, si necesse fuerit, et ad valorem. Et super hoc notum facimus universis quod prefata Philippa, in jure coram nobis constituta, juravit cum auctorictate predicti Johannis mariti sui,prius tactis sacrosanctis evvangeliis, voluntate sponteana et sine coactione aliqua, quod contra hujus modi venditionem et concessionem, per se vel per alium seu per alios non veniet in futurum. Renuncians insuper prefata Philippa coram nobis, sponte sua, omni juri, omnibusque petitionibus doti, maritagii incombanti et dono propter nupcias, omnibusque aliis petitionibus et conuetudinibus quibus solebant uti vidue mulieres in Normanniapost suorum decessum maritorum. Unde nos ipsam Philippam presentem et consientientem ad omnia premissa observanda fideliter et imperpetuum auctoritate regia condempnamus. In cujus rei testimonium sigillum vicecomitatus Falesie une cum sigillis predicti Johannis et Philippe ejus uxoris et ad petionem suam presentibus litteris dignum diximus apponendum, salvo jure regio in omnibus ac eciam alieno. – Actum anno Domini M° CC° octuasegimo qurto mense Junii, die mercurii in feriatis Penthecostes.

Notes: la Pentecôte tombant en 1284 le 28 mai, le mercredi suivant ne peut être au mois de juin, mais le 31 mai. Le rédacteur de la charte n’aura pas tenu compte que le mois de mai contient 31 jours.

( A la fin de cette pièce on lit d’une écriture du XIVè siècle : « Ceste rente estoit deue par monsieur avant quelle fust acquise et pour ce nen faut plus enquérir ».)
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 28-29.

1284.
BUON CIII 1284 , 30 décembre
L’évêque Guy donne aux Jacobins une moitié de maison, près de leur porte, qu’il avait eue à cause de la mort d’Alice, femme de Robert Le Gris, bâtarde.
Omnibus hoc visuris, Guido miseratione divina Lexov. episcopus, salutem in Domino sempiternam. Noveritis quod nos, pro salute anime nostre et pensata nostra et ecclesie nostre utilitate, dedimus et concessimus religiosis viris priori et fratribus predicatoribus Lexov. medietatem cujusdam domus et masure que fuit quondam Roberti dicti Le Gris, sitam in parrochia Sancti Desiderii Lexov. inter portam et viam dictorum fratrum ex una parte et domum et masuram magistri Nicholai de Wallemont clerici ex altera, prout extenditur in longum et latum, que quidem medietas nobis accidit seu evenit ex morte Aalicie quondam uxoris dicti Roberti Le Gris bastarde, tenendam habendam et jure hereditario in perpetuum possidendam dictam medietatem dicte domus et masure dictis religiosis et eorum successoribus vel causam habentibus ab eisdem, sine contradictione vel impedimento nostri et successorum nostrorum, salvo jure et redditus capitalis domini, Et ut hoc ratum et gratum maneat in futurum, presens scriptum sigilli nostri munimine duximus roborandum. Datum anno Domini m° cc° octogesimo quarto die sabbati post Natale Domini apud Logias.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Jacobins, Hnc. 4/2

1285
1286
1287
BUON CIV 1287 , 13 septembre/1295, 7 mai
Guillaume et Guillemine Visquart prennent à fief des Jacobins une maison près de la porte des religieux, vers les moulins de l’évêque, à la condition de laisser leur héritage aux Dominicains. Vidimus de l’évêque Guillaume.
Omnibus [hec] visuris, Guillermus permissione divina lexovien. episcopus, eternam in domino salutem. Tres litteras infra scriptas sanas et integras recepimus vidimus et legimus sub verbis inferius annotatis:

(suivent les chartes n° CII et CIII de 1284)

T[er]tia littera talis est: Omnibus hec visuris, officialis Lexov. salutem in Domino. Noveritis quod in nostra presencia constituti Guillermus Visquart et Guillerma ejus uxor con auctoritate ipsius confessi sunt se accepisse ad vitam eorum a viris religiosis priore et conventu fratrum predicatorum Lexov., quamdam domum seu manerium sitam juxta portam dictorum religisiorum versus pontem molendinorum domini Lexov. episcopi, quod manerium tenentur dicti conjuges tenere in bono statu et etiam emendare, mortuo autem altero dictorum conjugum superstes dictum manerium seu domum tenebit et possidebit pacifice quamdiu eidem fuerit vita, comes eo acto etiam quod cum alter dictorum conjugum decedet dicti religiosi integre percipient et habebunt medietatem omnium bonorum mobilium dictum decedentem contin[g]entem tempore mortis sue, et similiter medietatem bonorum alterius superstitis cum decedet, et promiserunt dicti conjuges se omnia et singula supradicta fideliter impleturos et contra in aliquo [non] venturos sacramento ab eisdem de non contraveniendo coram nobis prestito corporali se in virtute prestiti sacramenti, quo ad hoc juridictioni nostre ordinarie supponentes ubique decetero se duxerint transferendos. In cujus rei testimonium presentibus litteris sigillum curie Lexov. duximus apponendum. Datum anno Domini m° cc° octogesimo septimo die sabbati post natale Beate Marie Virginis.

Nos autem predictus episcopus predictas masuras, domos, portam et viam et omnia de quibus fit mentio in dictis litteris predictis religiosis et eorum successoribus pro nobis et successoribus nostris, in puram et perpetuam elemosinam confirmamus et amortizamus. Quod ut ratum permaneat in futurum presens scriptum sigilli nostri munimine duximus roborandum. Datum apud Canapevillam anno Domini m° cc° nonagesimo quinto mense maii die sabbati post inventionem Sancte Crucis.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Jacobins, Hnc.4/2

1288 – Octobre
Cest la lettre de l’abbé et du couvent de Barberie.
Universis presentes litteras inspecturis et audituris, frater Radulfus, dictus abbas Beate Marie de Barbereyo, tociusque ejusdem loci conventus, salutem in Domino sempiternam. Noveritis nos in excambio tradidisse et penitus demisisse Guillelmo dicto Bertran, militi domino de Fonteneto le Marmion et de Fuas Guernon, sexdecim solidos turonensium annui redditus sitos in parrochia Sanct Germani de Cryot, apud Landemore, quos nobis vendidit Guillelmus de Aiguillon, de consensu et volontate Ysabellis uxoris sue, com omni jure et dominio quod habebamus aut habere poteramus, percipiendos singulis annis ad festum Sancti Martini hyemalis super feodum a liauvers et super feodum as Grouchars per manum Petronille la Peteingne et suorum heredum; tenendos et habendos predictos sexdecim solidos turonensium predicto Guillelmo et heredibus suis libere et quiete, bene et pacificie, sine molestatione, reclamatione seu perturbatione nostri vel successorum nostrorum de cetero faciendis. Pro quibus sexdecim solidis turoniensium predictus Guillelmus Bertran nobis tradidit in excambium et penitus dimisit decem et octo solidos turonensium annui reddiditus, percipiendos singulis annis in mercato Bretteville super Lezyam in sua prepositura, per manum prepositi sui, seu prepositorum suorum ad festum Omnium Sanctorum, bene et in pace. Et nos, predicti religiosi et successores nostri, tenemur et debemus dicto Guillelmo et heredibus suis predictos sexdecim solidos turonensium garantizare et defendere contra omnes gentes et excambiare, si opus fuerit, ad valorem, pro decem et octo solidos turonensium antedictis. In cujus rei testimonium presentes litteras eidem Guillelmo dedimus, sigillo nostro unico quo utimur sigillitas. – Actum anno domini M° CC° octogesimo octavo, mense octobris, coram parrochia Sancti Germani de Cryout.
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 53-54.

1288 – Mesnil-Hubert , Royal-Pré
Concession à l’église des Astelles, par Guy, seigneur de Gacé, de cens et rentes en fief dans les paroisses de Mesnil-Hubert et Montfort.
= Archives Hôpital de Honfleur Série H. Suppl. 1607 .- B. 34

1289
1290 , avril – Rouen, à l’Echiquier
Le bailli de Rouen notifie la sentence de l’Echiquier au sujet du droit de patronage de Saint-Nicolas-sur-Calonne, contesté entre l’église de Chartres et Richard de Tournay.
= Arch. nat. Latin , Nouv. acq. 2231, n° 13. Original en français; Copie XVIIe siècle Latin 51851, p. 326.
= DELISLE, Mélanges de paléographie , p. 401-402.
+ NORTIER Michel, Sources … , 1959, p. 69. Voir également les actes du 1er oct. 1279, 24 oct., 5 nov, sept/oct. 1280, pp. 65 et 66.

1290.
BUON CV 1290 , 19 novembre
Thomas et Mabille de Pont-de-l’Arche, avec l’accord de l’abbesse Nicole, vendent à Petronille de Bellengues, moniale de Lisieux, une rente sur une maison et place à Saint-Désir.
Noverint universi presentes et futuri quod no[s], Thomas de Ponte Arche et Mabilia uxor mea, de assensu et voluntate Nicholae humilis abbatisse monasterii Beate Marie Lexov., vendidimus et concessimus domine Petronille de Bellengues moniali ecclesie predicte et tunc temporis priorisse, quatuor solidos currentis annui redditus, percipiendos et habendos dicte Petronille vel cuicumque dare, concedere et elemosinare voluerit in festo Cinerum, quos nobis faciebat et reddebat annuatim Johannes Heloin alias dictus Riquete pro quadam domo et platea quam tenet et possidet de nobis in parrochia Sancti Desiderii Lexov., in feodo abbatisse predicte, que sita est inter masuram Thome de Bona ex una parte et masuram Radulphi Le Rous ex altera, pro triginta sex solidis Turon. quos nobis premanibus numeravit et de quibus tenemur nos pro pagatis nomine emptionis. Et nisi dictus Johannes aut heredes sui statuto dicto dictum redditum annuatim dicte Petronille vel cuicumque dare, concedere aut elemosinare voluerit, reddiderint, licebit eidem Petronille in dicta domo et platea pro redditu supradicto, de assensu nostro et voluntate et abbatisse, quo[ti]enscumque necesse fuerit suam justiciam plenariam exercere. Hanc autem venditionem et concessionem nos, predicti Thomas et Mabilia aut heredes nostri, tenemur et debemus dicte Petronille vel cuicumque dare, concedere aut elemos[inare vo]luerit, contra omnes ad usus et consuetudines Normannie bona fide [ga]ran[tizare] et defendere, et [excambiare si nece]sse fuerit in hereditate nostra ubicumque [ha]beamus valore ad valor[em compe]tenter. Et quod hoc robur [fir]mitatis in futuris optimeat predicta abbatissa sigillum suum una cum sig[illis no]stris presenti carte ad petitionem nostram appone dignum duxit. Actum anno Domini m° cc° nonag[esimo men]se novembris die dominica ante festum Sancti Clementis.

Pas de trace de sceau (charte abimée)
= AD. 14. Saint-Désir, Hnc. 139

1294
BUON CIX 1294 , 29 mars
Thomas de Pont-de-l’Arche et sa femme Mabille, avec l’accord de Nicole, abbesse de Lisieux, vendent à Jeanne Viterel, moniale, une rente sur une maison et place à Saint-Désir, sur le fief de l’abbesse.
Noverint universi presentes et futuri quod nos, Thomas de Ponte Arche et Mabilis uxor mea, de assensu et voluntate Nicholae monasterii Beate Marie Lexov. humilis abbatisse, vendidimus et concessimus domine Johanne Viterel monasterii predicti moniali quinque solidos Turon. annui redditus, percipiendos et habendos dicte Johanne vel cuicumque dare, concedere et elemosinare voluerit ad feriam Prati Lexov., quos nobis faciebat et reddebat annuatim Johannes Heloin alias dictus Riquetee, pro quadam domo et platea quam tenet et possidet de nobis in parrochia Sancti Desiderii Lexov. in feodo abbatisse predicte, que sita est inter masuram Thome de Bona ex una parte, et masuram Radulphi Le Rous ex altera, pro quadraginta quinque solidis Turon. quos nobis premanibus numeravit nomine emptionis et de quibus tenemus nos pro pagatis. Et non dictus Johannes aut heredes sui statuto termino dictum redditum annuatim predicte Johanne vel cuicumque dare, concedere aut elemosinare voluerit reddiderint, licebit eidem Johanne in dicta domo et platea pro redditu supradicto de assensu nostro et voluntate et abbatisse quotienscumque necesse fuerit suam justiciam plenariam exercere, salvo tamen jure capitalium dominorum. Hunc autem venditionem et ven (sic) concessionem, nos predicti Thomas et Mabilia aut heredes nostri tenemur et debemus predicti Johanne vel cuicumque dare, concedere aut elemosinare voluerit contra omnes ad usus et consuetudines Normannie bona fide garantizare et deffendere, et excambiare alibi si necesse fuerit in hereditate nostra ubicumque habeamus valore ad valorem competenter. Et ut hec venditio et concessio firma et inconcussa futuris temporibus habeatur abbatissa predicta sigillum suum una con sigillis nostris presenti carte ad petitionem nostram apponere dignum duxit. Actum anno Domini m° cc° nonagesimo tertio die lune post Letare Ierlium mense martii. Teste parrochia predicta.
Scellé de trois sceaux disparus.
= AD 14. Saint-Désir, Hnc. 133

1291
1292 , mars – Lisieux
Lettre en latin passée devant le Doyen de Lisieux, faisant mention comme Jehan Le Vicomte, écuyer, bailla à fieffe à Messire Nicolas de Villedieu, Prêtre, un manoir assis en la rue Cadoc, le Manoir de la Licorne, rue au Chat, que tient à présent Jean Le Muet par 10 s. de rente ; en conséquence les droits seigneuriaux .
= Cartulaire lexovien , N° 32, f° 40 et 41 –
+ IND.: H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 321

1293
BUON CVI 1293 , 17 février
Hugues Le Vicomte, tuteur des biens de ses enfants, affieffe à Nicolas de Villedieu, prêtre, un manoir qui appartenait à sa femme, entre la rue qui va de la poissonnerie à l’église Saint-Jacques, et la rue du Bailli.
Universis presentes litteras inspecturis, decanus Lexov., salutem in domino. Noveritis quod in nostra presentia constitutus Johannes dictus Vicecomes armiger, filius Hugonis dicti Vicecomitis militis et heres Aelicie quondam uxoris militis antedicti, minor, viginti quinque annis maior, tamen quatuordecim, cum auctoritate dicti militis curatoris, a nobis eidem necnon et tutoris Roberto, Aelicie, et Matillidi dicti Johannis coheredibus facta jure solempnitate que requiritur in premissis dati. Consessussint spontaneus cum auctoritate predicta se nomine suo et coheredum suorum tradidisse, concessisse et perpetuo feodasse, tradidit etiam concessit et coram nobis perpetuo feodavit Nicolao de Villa Dei presbytero, unum manerium cum omnibus edificiis ejusdem necnon libertate et usu, quos habet in furno Stephani Reyssent, situm in parochia Sancti Jacobi Lexov., inter vicum per quem itur de piscioneria apud ecclesiam Sancti Jacobi Lexov. ex uno capite, et vicum qui nuncupatur baaillie ex altero, inter domos Guillermi Le Petit, Petri Le Petit relicte et heredum Petri Quentin defun[c]ti, Guilleberti Le Cornier et dicti Stephani Reissent ex uno latere, et granchiam que quondam fuit Cadoc et manerium magistri Nicolay de Wallesmont clerici ex altero, prout se proportat in longum et latum, tenendum, habendum et jure hereditario in perpetuum possidendum dicto presbytero et ejus heredibus aut causam habentibus ab eidem de dicto Johanne et aliis coheredibus et heredibus eorumdem vel causam habentibus ab eisdem, bene, pacifice et quiete, salvo jure domini capitalis, reddendo exinde annuatim ab eodem presbytero et ejus heredibus vel ab eis qui causam habebunt quantum adhuc ab eisdem dictis Johanni et aliis coheredibus libere dicte Aelicie uxoris quondam militis antedicti, decem libras Turon. seu usualis monete, videlicet centum solidos ad Nativitatem, et centum solidos ad Nativitatem Beati Johannis Baptiste. Et juravit dictus Johannes pro se et aliis coheredibus dicte Aelicie uxoris quondam dicti militis cum auctoritate predicta quod ipsi dicto presbytero et ejus heredibus ac causam habentibus ab eisdem, et insuper heredes dictorum coheredum dictorum manerium cum omnibus edificiis libertate et usu predictis garantizabunt, defendent contra omnes ad usus et consuetudines Normannie, de omnibus redditibus acquitabunt per redditum supradictum versus decanum et capitulum, clericos de choro Lexovienses, predictum Petrum Le Petit et omnes alios quoscumque qui in dicto manerio possent redditum reclamare, vel valore ad valorem excambiabunt in hereditate propria eorumdem, et quod ratione minoris etatis nec alia quacumque contra conventiones predictas non venient in futurum, et quod dictus Johannes cum ad etatem devenerit, confirmabit, ratifficabit facietque et procurabit versus alios coheredes quod ipsi ratificabunt et confirmabunt feodationem predictam. Predictus autem miles, nomine curatorio dicti Johannis et aliorum coheredum predictorum curatorio, promisit et juravit, tactis sacrosanctis Evangeliis, quod ipse faciet et curabit quod predicti Johannes et alii coheredes de cetero rata et grata habebunt, tenebunt et fideliter observabunt omnia et singula que superius sunt expressa, et quod in nullo penitus contra ibunt, et se redditurum et resaraturum dicto presbytero et ejus heredibus ac causam habentibus ab eisdem omnia dampna et deperdita, que per defectum dictorum Johannis et coheredum suorum ac heredum suorum, suorum seu ipsius militis sustinuerint vel habuerint in premissis se et heredes suos et omnia bona sua mobilia et immobilia quo adhuc specialiter obligando et nostre juridictioni ordinariis supponendo. Nos autem, quia nobis constitit per sacramentum dicti militis, dictorum Johannis et aliorum coheredum, patris et aliorum fidedignorum predicta vergere inutalitatem, dictorum Johannis et coheredum premissis decretum nostrum interponimus et assensum ipsum Johannem nomine suo et coheredum suorum cum auctoritate predicta, et ipsum militem nomine quo super ad predicta omnia facienda, tenenda, observanda et adimplenda fideliter condempnans. In cujus rei testimonium sigillum curie nostre duximus litteris presentibus apponenda. Actum et datum anno Domini m° ducentesimo nonagesimo secundo, die martis post Sacros Cineres, de consensu predictarum.
Aucune indication sur le sceau.
= Cart. Thomas Basin, f° 15v°-16

1294 19 septembre
BUON CX 1294 , 19 septembre
Drouet Jozienne vend au prêtre et aux Lépreux des rentes sur diverses propriétés situées à Rocques et aux Vaux. (rentes payables à la Foire du Pré)
A touz ceus qui ces lettres verront et orront, le senescal de Luysees, saluz. Sachiez que par devant nos fus present Drouet Jozienne, qui confessa et requenus de sa bone volente sanz contraignement de nul que il avoit vendu et ocroie et deu tout en tout delessie pour luy et pour ses hers au prestre et as malades de Luysees et ad lour successors, quatre souz et uit deniers que li fesoit et estoit tenu a ferre chascun an danuel rente Gautier Jozienne et quatre souz que li fesoient et estoient tenuz a feire chascun an danuel rente Colin Jozienne a la ferre deu Pre de Luysees, par la reison de toute sa partie de deus mesons o le funz de la terre et les apartenanches dicelles, et de toute sa partie de deus gardins, assises toutes les choses desus dites en la parroesse de Saint Oein de Roques, et par la reison dune pieche de terre assise en la parroesse des Vaus, lesquelles choses le dit Drouet a baillie en feu et en herite pour luy et pour ses hers a diz Gautier et Colin et a sa fame pour la rente desus dite, pour quatre livres et sept sous de Tornois desqeus ledit prestre et les malades ou lor quomandement li avoient feit gre, et desqeus le dit Drouet se tint pour paye, laquele rente lesdiz Gautier et Colin pour eus et pour lour hers sobligierent a rendre et a paer chascun an dore avant au terme desus dit audit prestre et a malades, et veut et ocroia le dit Drouet pour luy et pour ses hers que le dit prestre et les malades et lour successors tiengent et poursient la dite rente dore en avant bien et empes, franchement et quitement, sanz reclamanche deux ne de lour hers dore en avant a feire, sauf la droeture a chiers seignors, et confessa le dit Drouet que luy et ses hers estoient tenuz audit prestre et a malades et a lour successors la dite rente garantir et defendre contre touz ad us et a coustumes de Normendie, ou eschangier aillors en lour propre heritage ou que il soit value a value se mestier en estoit souffiesamment. Et jura le dit Drouet de sa bone volente sanz nul contraignement sus les saintes evangiles que james nira encontre la tenor de ceste lettre par reison de non aage ne par nulle autre reison quele que elle soit. Et que cen soit ferme estable en tens qui est a venir, nos avon mis a ceste presente letre le seel de la baillie de Luysees o les seaux propres a diz Gautier, Colin et Drouet. Cen fu donne en lan de grace mil deu cenz quatre vinz et quatorze en jor de dimemche dapres lexsaltacion Sainte Croiz. Celui Jozienne (quatre fois).
Scellé de quatre sceaux disparus.
= AD 14. Maladrerie, H suppl III.B.2

1295.
BUON CXI 1295 , 28 mars
Josse de Milloel, écuyer, donne aux Jacobins tous les droits de seigneurie dont il disposait sur le pré à eux vendu par Guillaume Le Parquier.
A touz ceus qui ces lettres verront et orront, le senescal de Luysees, saluz. Sachiez que par devant nos fu present Joscet de Milloel escuier qui confessa et requenut de sa bone volente sanz contraignement de nul que il avoit donne a Deu et a Nostre Dame Deupre et a freres preeschoors et a lour successours, pour le salu de [sa] fame, de son pere et de sa mere, de ses anchesours, tout le droit, toute laution que il avoit et povoit et devoit avoir quel quei fust, en un pre assis en la parroesse Saint Didier de Luysees, lequel pre fu Guillame Le Parquier, et veut et ocroia ledit escuier pour luy et pour ses hers que les diz freres et lour successors tiengent et poursient dore en avant tout le droit, toute laution et toutes les rentes et touz les services que il avoit et povoit avoer en dit pre par quele cause que cen fust. Et confessa le dit Joscet que luy et ses hers estoient tenus a diz freres et a lour successours toutes les choses desus dites garantir et deffendre contre touz ad us et a coustumes de Normendie, ou eschangier aillors en lour propre heritage ou que il soit, value a value se mestier en estoit souffiesamment, sauf le droit a chiers seignors. Et les diz freres et lour successours fus les choses desus dites garder sanz damage. Et que cen soit ferme et estable en tens qui est avenir, nos avons mis a ceste presente lettre le seel de la baillie de Luysees ole seel propre audit Joscet, sauf [le] droit monseignor leveque et autrui. Cen fu donne en lan de grace mil deucenz quatre vinz et quatorze en jor de lundi dapres le diemenche que len chante Ramos palmarum.
Scellé de deux sceaux disparus.
= AD 14. Jacobins, Hnc.4/2

1295
1296
1297 , Le Mardi après Misericordia Domini – Royal-Pré

Donation par devant l’official de Lisieux faite par Yves Varin, de la paroisse d’Angoville et Agnès sa femme de tous leurs biens meubles et immeubles aux sieurs et couvent de Royal-pré, à la charge de les loger leur vie durant et de leur fournir la nourriture leur vie durant.
= Arch. Nat. L.997, dossier 7 – Original parchemin, sceau perdu

1297
Chartre de Robert bertran touchant plusieurs servittudes auxquelles le prieuré luy estoit redevable et desquelles il delivre et affranchy led. prieuré en 1297
+ IND. AD 76. 14 H 797 A revoir !!!!!

1298 mai
BUON CXII 1298 , mai
Guillaume d’Alençon père, Robert Le Roux, clerc, Nicolas Roux son fils, et Guillaume d’Alençon fils, procureur de Nicolas Roux, vendent aux religieuses de Lisieux une rente sur une maison et jardin, près de la léproserie.
Notum sit omnibus presentibus et futuris quod nos, Guillermus dictus Dalenchon senior, Robertus dictus Rou clericus, Nicholaus dictus Rou filius et heres Roberti Rou, et Guillermus dictus Dalenchon junior procurator Nicholai dicti Rou in rem suam constitutus prout in litteris procurationis presentibus hiis annexis plenius continetur, unanimi assensu et voluntate, vendidimus, concessimus et omnino dimisimus dominabus religiosis abbatisse et conventui Beate Marie Lexov., quindecim solidos monete currentis annui redditus quos Guillermus dictus Clericus junior et Mathilda de Bona ejus uxor nobis tenebantur reddere annuatim hiis terminis, videlicet octo solidos ad Natale Domini et septem solidos ad Natale Beati Johannis Baptiste, ratione cujusdam domus et gardini, que domus et gardinum sita sunt in parrochia Sancti Desiderii Lexov., versus leprosarum Lexov., inter domum et gardinum heredum Johannis Senee ex una parte et viam communem per quam itur ad Bonam ex altera, tenendos et habendos antedictos quindecim solidos annui redditus et jure hereditario possidendos et recipiendos terris antedictis predictis religiosis et earum successoribus a predictis hominibus predictam domum et gardinum possidentibus vel heredibus suis, libere, pacifice et quiete, salvo jure capitalium dominorum, sine aliqua reclamatione et contradictione nostrum vel heredum nostrorum de cetero facienda. Et sciendum est quod de redditu supradicto decem solidi Turon. annui redditus empti fuerunt de denariis viri venerabilis et discreti domini Henrici de Castellione presbyteri quod nobis dedit intuitu caritatis pro redditibus emendis ad pitancias faciendas pro salute anime sue et amicorum suorum ad anniversario suum quolibet anno faciendos. Et pro ista venditione et concessione predicte abbatissa et moniales nobis dederunt nomine emptionis sex libras et quindecim solidos Turon. de quibus nos tenemur penitus pro pagato, et quilibet insolidus. Et nos predicti Guillermus, Robertus, Nicholaus et Guillermus nomine procuratorio et heredes nostri, tenemur et debemus predictis religiosis et earum sucessorum predictos quindecim solidos annui redditus garantisare, deffendere contra omnes et ab omnibus impedimentis deliberare, vel etiam excambiare alibi si necesse fuerit in hereditate nostra ubicumque sit ad usus et consuetudines Normannie valore ad valorem. Et quod firmum hoc sit et stabile imposterum presenti carte sigilla nostra dignum duximus apponenda. Actum anno Domini m° cc°nonagesimo octavo mense maii. Teste parrochia antedicta.
Scellé de quatre sceaux disparus.
= AD 14. Saint-Désir, Hnc.133

1299
12.. – Hôpital de Lisieux.
Hugues de Torquesne fait une donation à l’hôtel Dieu, confirmée par Hugues de Montfort son suzerain. Témoins: Guillaume de Montfort, Raoul de Bailleul, Guillaume de Bonnebosc, Hugues chapelain de St Hymer, Rober Bertran et alii.
= Charles VASSEUR, 1864. p.15

1300 ….
1301
1302
1303 – 1771 .- Le Brèvedent
Note informe concernant la filiation des seigneurs du Brèvedent : Faveril, seigneur de Brèvedent, mort en 1288 ; Michel Faveril, fils de Guillaume et son petit-fils seigneur dudit fief, mort en 135 ; en 1390, on trouve Jean et Rogier de Brèvedent ; en 1459, Richard Vainel, chevalier au droit de Marie Lempereur, sa femme ; en 1600, Thomasse Paré ( Parey ), fils d’Abel et épouse de Gabriel Lebouteiller, écuyer, sieur de Lécausde ; en 1627, Jacques Lebouteiller, écuyer, seigneur du Brèvedent ; en 1660, Nicolas de Mire, baron d’Angerville et seigneur de Brèvedent ; en 1686, Fraçoise de Mire, comtesse de Fauguernon, baronne d’Angerville, dame du Brèvedent, épouse de Louis-Jacques Lecomte, marquis de Piercourt.
= AD14 – Baronnie de Creully . E 874

1303 – Le Brèvedent
Arrêt de l’Echiquier de Rouen qui maintient Henry de Creully, écuyer en la garde du fief de Brèvedent par préférence au roi
= AD14 – Baronnie de Creully . E 874

1304
1305
1306
1307
BUON CXVIII 1307 , 15 décembre

Richard Alain, prieur des Dominicains, autorise Nicole La Parquière à ouvrir une porte sur la voie des Jacobins. En échange, elle doit réparer sa maison qui menace de s’écrouler sur le pont des religieux.
Comme frere Richart Alain prior du couvent des freres predicatours de Luisices, pour lui et en non du couvent, de sa volente et de courteisice, eust ocroie a Nichole La Parquiere que elle puisse fert ou fert fere en son mur un uysset en tele maniere que elle et sa gent puissent entrer et eissir par ledit uysset hors, tant comme aura pleu audit prior et couvent ou plera sanz ce que ladite Nichole ne ses hoirs y puissent rien reclamer a heritage ne mettre empeechement contre la volente des dis freres, sachent touz que en lan de grace mil ccc vii le vendredi devant la saint Thomas apostre, par devant monsieur Guillaume de la Chapele prestre tenant le lieu pour Geoyffroi de Jerponnille seneschal de Luisices, en presence ladite Nichole La Parquiere qui, a la requeste de f[r]ere Jehan du Moustier frere dudit couvent pour ledit prior et couvent dessus dis, obligeat et permist pour soy et pour ses hoirs a tenir en estat la chambre de la meson de son manoir, laquelle chambre et meson est assise empres le pont des dis freres en tele maniere que se ledit pont en estert endamagie ne emperie ou que ladite meson chaist soudenement, laquele est desya mout emperie, que ladite Nichole serert tenue a restorer a desdamagie en toutes manieres les dis freres ou leur commandeur portant ces lettres. A toutes les choses dessusdites ladicte Nichole sobligeat. Donne lan et le jour dessus dis.
Scellé d’un sceau recousu et non visible.
= AD 14. Jacobins, Hnc.4/2

1308 – Préaux-Saint-Sébastien
 » L’abbaye de Friardel ne garda pas longtemps le patronage de l’église de Saint-Sébastien-de-Préaux. Les moines furent pratiquement dépossédés de ce droit une vingtaine d’années après par d’habiles maneuvres de l’évêque de Lisieux. Ce dernier eut recours à une tierce personne, un prêtre nommé Osbert Halbout, qui sans doute proposa aux chanoines de Friardel une somme très importante si on lui cédait le patronage de Préaux. Les religieux se laissèrent gagner, et la cession eut lieu vers 1308. Osbert Halbout dévoila immédiatement ses batteries, et, il remit ce patronage tant convoité à l’évêque de Lisieux »
= Histoire manuscrite de l’abbaye de Friardel , AD 14. Fonds de le Friardel, f° 28, r° . Cité par H. PELLERIN,  » Histoire de Préaux », PA , 10, N° 11, Novembre 1960, p. 15.

1308-1309 , 3 Janvier.
C’est la lettre de la partie monsieur Guillaume Bertran, seignour de Fausguernon, et monsieur de Fontenay.
A tous ceus qui ces lettres verront ou orrunt Jehan Carville, clerc, garde seel de la visconté de Caen, salut. Comme noble homme monsieur Guillaume Bertran, chevalier, seignour de Fauzguernon, soit venu par devant nous, et nous ait donné a entendre quil avoit baillé a Robert Bertran, escuier, son frere, par fin de partie de leritage qui fut monsieur Guillaume Bertran, jadis chevalier, lour pere, le fieu de la visconté de Fontenay le Marmion o toutes ses appartenances, et le fieu du Mesnil Patri o toutes ses apartenances, et noble dame madame Jehane, jadis fame dudit monsieur Guillaume, lour pere, mere des diz monsieurs Guillaume et Robert, ait et tienge du fieu de la dite viconté de Fontenay le Marmion, tant par douaire que par eschange de son mariage que le dit monsieur Guillaume, jadis son mari, pere des diz freres, avoit donné a ses filles a lour mariages, qui furent et estoient suers des diz freres, sachent tous que le dit chevalier present par devant nous, dune partie, et le dit Robert dautre, le dit chevalier congnut de tant comme a luy pet et doit apartenir, faire au dit Robert recompensation de cen que la dite madame Jehane a a tenir du dit bien de la visconté de Fontenay par raison de son douaire, au dit et a lourdenance de nobles hommes monsieur Olivier Paenel, chevalier, seignour de la Haie Paenel, et de Robert Bertran, escuier, seignour de Briquebec. Et sera tenu le dit monsieur Guillaume Bertran tenir, fornir et enterigner, quant que en sera dit, fait et ordené par euls, sanz cen que il puisse aler en contre en nulle manere, les quiex en pourront dire lour dit et lour ordenance quant euls voudront et la ou euls voudront, sanz cen que nulle des parties puisse aler en contre. Et le dit Robert cognut ensement quil est tenu prendre et acepter en eschange du dit douaire, a la vie dicele dame tant seulement, tele recompensation comme par les diz monsieurs Olivier et Robert Bertran, seignour de Briquebec, sera dit, fet et ordené sanz cen que il en puisse plus demander. Et ne pourront les diz monsieur Oliveir et Robert Bertran, seignour de Briquebec, condapner le dit monsieur Guillaume fors a la vie de la dite dame pour tant comme a lui puet et doit apartenir segon la quantité de cen quil a de leritage qui fut au dit monsieur Guillaume, lour pere. Et empres le decez de la dite dame, la recompensation qui sera faite au dit Robert du dit monsieur Guillauem pour le dit douaire par le dit et lourdenance des diz monsieurs Olivier et Guillaume Bertran, seignour de Briquebec, revendra au dit monsieur Guillaume et a ses heirs sans empeechement du dit Robert, frere du dit monsieur Guillaume. Item ledit monsieur Guillaume cognut et confessa devant nous quil doit et est tenu pour tant come a lui puet et doit apartenir, segon la quantité fere eschange et recompensation a la dite madame Jehane, lour mere, de cen quelle tient at a de la visconté de Fontenay pour la recompensation de son mariage qui fut donné as dites filles suers des diz monsieurs Guillaume et Robert a lour mariages. Et tenu le dit monsieur Guillaume delivrer et descombrer au dit Robert envers la dite madame Johane, lour mere, tant comme a lui puet et apartenir, segon la quantité de cen quelle tient de la visconté de Fontenay en recompensation de son mariage. Item ledit Robert cognut et confessa devant nous que il est tenu de paier et rendre sa part de toutes les detes que il devoient a la saint Clerc derainement passée, de tant comme apartenir lour pouroit et devroit audit et a lordenance des diz monsieurs Olivier et Robert Bertran, seignour de Briquebec. Et voudrent et otroierent les diz freres, chascun pour soi et pour lour heirs, que les diz freres, chascun pour soi et pour lour heirs, que les diz et les ordenances des diz monsieurs Olivier et Robert Bertran, seignour de Briquebec, soient tenuz, fournis et enterignez entre euls et lour heirs en la forme et en la manere que euls les diront et ordeneront sus les choses dessus dites, sanz cen que nul deuls puisse aler encontre en nule manere. Et a touz ces convenanz tenir, garder et enterigner, les diz freres obligerent par devant nous, chascun pour soi, lour cours a prendre et a tenir en prison et lour heirs et touz lour biens moebles et heritages presens et a venir ou que il soient metans les en la main le Roy, aprendre, a lever, a vendre et a despendre doffice de justice, sans nul plet ordené, jusqua tant que les convenances dessus dites soient enterignée, gardées et aemplies en la manere que dessus est dit les uns as autres, et les couz et les damages qui soient eus, fais et soutenus par la deffaute de cen renduz et restaureiz. Et renonchent les diz freres, chascun de soy, pour euls et pour leur heirs a tout fait de droit, a toute costume et a toute grace du Prince, otroiée ou a otroier, au droit disant general renunciation non valer et a toutes autres exceptions par quoy les convenances dessus dites ou aucunes dicelles pourroient estre retargiés ou empeechés en tout ou en partie. Et jurent les dis monsieurs Guillaume et Robert Bertran sus les saintes evveangiles et pourmistrent par lour foy, quil niront contre les choses dessus dites par euls ne par autre en nul manere en temps avenir. Et nous, en tesmoing de cen, avons mis a ces lettres le seel de la visconté de Caen, a la requeste des parties, sauf le droit le Roy et autri. – Cen fut fait lan de grace mil ccc et oyet, le vendredi devant la Tisphanie.
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 75-77.

1308-1309 , 5 Janvier.
C’est la partie monsieur de Fausgernon et monsieur de Fontenay.
A tous ceuls que ces lettres verront ou orront, Jehan Carvill, clerc, garde du seel de la visconté de Caen, salut. Sachiez que noble homme monsieur Guillaume Bertran, chevalier, seignour de Fauxguernon, present par devant nous, dune partie, et Robert Bertran, escuier, son frere, dautre, et recognu le dit monsieur Guillaume quil a baillié et delessié, a fin de heritage pertpetuel au dit Robert, par le conseil de lour amis, pour fin de partie de leritage qui fut a noble homme monsieur Guillaume Bertran, chevalier, lour pere; cest assavoir, tout le fieu de la visconté de Fontenay le Marmion o toutes ses apartenances, et le fieu du Mesnil Patri o toutes ses apartenances, a tenir et a aver et a pourseer a fin de heritage perpetuel les diz deuz fieux o toutes lour apartenances au dit Robert et a ses heirs sanz contredit, en pur et franc partaige du dit monsieur Guillaume et de ses heirs, franchement, noblement et quitement, sauve la droiture es chevelx seignours. Et des deux fieux o lour apartenances le dit Robert se tint pour bien paié par devant nous, pour lui et pour ses heirs, de tout le heritage qui fut au dit monsieur Guillaume Bertran lour pere, et les acepta pour fin de partie de leritage qui fut au dit monsieur Guillaume, jadis pere des diz frere. Et tout lautre heritage, qui fut au dit monsieur Guillaume, frere dudit Robert; a tenir a aver et a porseer affin de heritage perpetuel au dit monsieur Guillaume et a ses heirs, excepté le fieu du Bourc Touroude o ses apartenances, et le fieu du Rouge Monstier o ses apartenances, que le dit monsieur Guillaume a baillié a Guiffrei Bertran, son frere, pour partie de leritage qui fut au devant dit monsieur Guillaume Bertran, lour pere, si comme il disoit. Eissi que le dit monsieur Guillaume retient pour lui et pour ses heirs en cen que il a baillié a ses diz freres avoir y lour droit deschaance, se einsi estoit que euls morussent sans heirs, et en chescun diceuls; et le dit Robert retint autresi son droit deschaance pour lui et pour ses heirsen leritage qui demoure au dit monsieur Guillaume, son frere, et en celi que le dit monsieur Guillaume a baillié et assigné au dit Guiffrey, lour frere, a avoir y lour droit deschaance se les diz monsieurs Guillaume et Guiffrey mouroient sanz heirs ou daucun deuls. Et a ces convenanz tenir et garder pour le temps avenir, les diz monsieurs Guillaume et Robert Bertran freires obligerent par devant nous, chascun pour soy, lor cors a prendre et a tenir en prison et lour heirs et touz lour biens moebles et heritages, ou quil soient,presens et avenir, metans les en la main le Roy, a prendre, a lever, a vendre et a despendrepar la justice le Roy dessi a tant que les convenanz devisés en ceste lettre soient tenus et gardez, enterignés et lour heirs, et que les couz et damages soient rendus et restoreiz qui seroient euls par deffence des diz convenanz tenir et garder dicelui qui yroit encontre et a celui qui les tiendroit. Et renoncherent pour euls et pour lour heirs, a tout fait de droit, a toute coustume, a toute grace de Prince otroiée ou a otroier, au droit disant general renonciation non valoir, et a toutes autres exceptions par quoy les dites convenances ou aucune diceuls pourroient estre retargiez ou anichillées. Et jurerent les diz monsieurs Guillaume et Robert Bertran sus saintes evvangiles et promistrent par leur foys que eus niront encontre ces convenances en nule manere, par euls ne par autres, des ore en avant. Et nous, entesmoing de cen, avons mis a ces lettres le seel de la visconté de Caen, sauf le droit le Roy et autri. – Cen fut fait lan de grace mil ccc et oiet, le vendredi avant la Typhaine.
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 78-79.

1309
1310
1311
1312
p. 35
(14) Du moulin Gybellene qui soulloit estre compté oles dis cens et eschaiètes que Monsr Johan de Bruiecourt tient fe pour moitié….. xxj l. (Le moulin Gibelin se trouvait au Coudray-Rabut, au nord de Pont-L’Evêque. Cf. Strayer, p. 208.
La maison de Brucourt a possédé d’assez noimbreux fiefs dans la Vicomté d’Auge. Sous Philippe-Auguste, Henri de Brucourt tenait deux fiefs à Brucourt, Asseville et saint-Martin-le-Vieil et un fief au Torquêne, dans la Baronnie de Coquainvilliers. Hugues de Brucourt tenait un 1/7e de fief au Ham dans la baronnie de Beaufou. Jean de Brucourt tenait de l’évêque de Bayeux cinq fiefs à Crèvecoeur ( MSAN , XV, p. 185, 186 et 188.).
En 1364, Robert de Brucourt, évêque d’Evreux, donna à l’abbaye du Val-Richer la terre de Rumesnil et cette donation fut ratifiée par Jean de Brucourt, frère aîné dudit évêque, ainsi que par Jeanne de Brucourt, femme de Gérard de Tournebu, seigneur d’Auvillars (G. Dupont, Histoire de l’abbaye du Val-Richer , p. 128, et Ch. Fierville, Histoire de la Maison de Tournebu dans MSAN , XXVI, p. 211).
Plus tard, le moulin Gibelin fut affermé par la famille noble du Mesnil qui le tint avec son fief noble du Coudray (A.N. P 19223 , n° 46.535). En 1396, Pierre du Mesnil, écuyer, obtint du duc d’Orléans une modération de fermage (B.N. Mss. Coll. de Bastard, n° 272). Le 5 juillet 1443, Delle Guillemette d’Anfernet, veuve de Jean du Mesnil, écuyer, ayant la garde des enfants sous-âgés de feu Pierre du Mesnil, son fils, et de Jeanne Le Chambellan, femme de celui-ci, obtint du roi d’Angleterre une remise de quatre ans d’arrérages dus par eux sur la fiefferme du Moulin Gibelin, sis au Coudray, qui était des propres du Mesnil, et sur les près de Bonneville qui étaient des propres Le Chambellan (Voir l’art. 144 de ce compte) (A.N. P. 19142 , nos 28.237 à 239). En 1461, le Moulin Gibelin est toujours aux du Mesnil et la rente est la même qu’en 1312.) .

p. 38
(36) De la terre du Torquesne que Robert Trihan tien fe, pour tout l’an ………………………………………………….V s. Le Torquesne, paroisse de la Sergenterie de Beuvron, au Nord de la route de Lisieux à Annebaut. Cette ferme fut ensuite tenue par Colin de Grainville, Colin Le Vicomte, puis, en 1461 par Thomas Moulin.- Les Trihan possédaient à Douville un fief mouvant de la Baronnie de Roncheville. Dans l’aveu que Colin Le Vicomte fit au roi le 15 juin 1395 du fief entier du Torquesne, il est mentionné que l’hommage en est réclamé par Pierre Trihan à cause de sa seigneurie de Douville et qu’il y a procès (A.N. P19221 , n° 46.229).
p. 39
(43) D’uns esperons de fer délessiés au rey par Gieffroy de Roes que Jehan Le Flament tient, pour tout l’an …………………. viij d* (La famille noble de Reux a possédé un fief noble de ce nom, dans la sergenterie de Pont-L’Evêque jusqu’à la fin du XVIe siècle (Aveux au roi par Renaut de Reux en 1375 et 1386. Arch. nat. P 2771 ).) .
p. 51
(153) De la terre sus le mès Girart ………………… iiij s viij d. (C’est le chalmp nommé « Sus-le-mès-Guérard, un acre de terre anvers Vierval » (Villerville ?) en 1266 (Strayer, p. 220), avec la mention « le seigneur prist tout ». Ce champ devait en effet intéresser les seigneurs de Roncheville, puisque, si aucun tenant n’est mentionné en 1312, nous voyons qu’en 1461 il est tenu par Michel d’estouteville, chevalier, à cause de sa femme, succédant à guillaume de Criquebeuf, à Guillaume lespec, à la dame de Rais et de Roncheville et à Guyon de la Roche, chevalier.) .
p. 52.
(165) De la prévosté de Pennedepie, pour tout l’an…………… C s. (La fieffe de cette prévôté est sans variation de 1266 à 1461 (Strayer, p. 219). En 1461, elle est au seigneur de la Rocheguyon et de Roncheville au nom de la dame de Rais, comme successeurs de Robert Bertran, chevalier. L’année suivante, elle est tenue par Michel d’Estouteville, chevalier, à cause de sa femme Marie de la Rocheguyon et en 1476 par Bertin de Silly, second mari de cette dame.) .
= Henri de FRONDEVILLE, Le Compte de Gautier du Bois, vicomte d’Auge pour la Saint-Michel 1312 in Mélanges publiés par la Société de l’Histoire de Normandie, 15e série, p. 35.

1313 – Vicomté d’Auge
Copie d’une charte de Philippe le Bel constituant une rente aux abbés et religieux du Bec
= Citée in HUART Suzanne d’ .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389)

1314
1315 – Fauguernon
Partage entre Robert Bertran, seigneur de Briquebec et Guillaume son frère, des biens partenels et maternels, en vertu duquel, Guillaume reçoit Fauguernon, Fontenay-le-marmion et autres terres.
A tous ceulx qui ces lettres verront, Guillaume bertran, escuier, mon chier frere et mon ainzné, et jeu, par le conseil de nos amis, pour ce que descort ne peust nestre entre nous, avon fet ensemble une aimiable concordance de toute partie de heritage que je pouvois et pensoie demander a lui ou a ses hers en temps a avenir par la reson de nostre pere et de nostre mere, en teille maniere que le devant dit mon segneur Robert, mon frere, ma donné et ottroié a pourseoir en perdurable heritage, pour fin de toute partie de heritage, a tenir de luy et deses hers en parage, si comme puisné doit tenir de son ainzné par la coustume de Normendie, cest assavoir le manoir et la terre de Fonteney le Marmion (…..) De rechief, le manoir et la terre de Fausguernon, ovec toutes les appartenances et ovec toutes les segnouries a pourseoir apres le deces de nostre mere, ainsi que ge ne mes hers ne pourron fere justice sur les hommes monseignour Robert Bertran, mon frere, manaz (sic) hors de la seignourie de fausguernon, pour le reparage de la mote de Fausguernon ne pour le herichon, ains en sera la justice faite par la main du devant dit mon seignour Robert, mon frere, ou par la main de ses hers les en aurion requis en lieu qui portast accort, il veut et ottroie que je et mes hers en fachon la justice tant soulement pour le reparage de la motte de Fausguernon et pour le herichon sanz contredit de luy et de ses hers. ……
= ED: SAIGE G., Additifs au Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion, 1895, n°3, p.177-179

1316 (n. st.), 2 février – Barneville, Fauguernon, Honfleur
A tous ceuls qui ces presentes lettres verront et orront, Raoul de Barneville, salut. Savoir fez a touz que comme descort fust meu entre noble homme monseignour Guillaume Bertran, chevalier, seignour de Falgernon, dune part, moy de lautre, sus la court et lusage de fieu de Saint Nicol appelle le fieu de Pntif, jouxte Honnefleu, du quel fieu le dit chevalier disoit la dite court et usage a lu devoir apparetenir, et pour cen ledit chevalier y eust mis ou fet metre sa main, je, devant dit Raoul, opposant et disant au contraire moy et mes presdecesseurs estre et aver esté dancienneté en la possession de la dite court et usage pour eson su dit fieu, que je tien et doy tenir par le septiesme dun fieu de haubert du dit chavalier en foy et hommage, et en certaine redevance de trois souls et sis deniers daides, fesant chascun an. Et encore maintien je estoie en possession de prendre et de lever touz les treziesmes du dit fieu, toutes les foiz que le cas si offroit; je, devant dit, Raol, apres plusours debas et oppositions eus sur cen dune partie et dautre, a la parfin, diligence, information par bones genz dignes de foy sus ce fete, bien et loiaument toutes choses considerées et resgardées, tant pour le droit du dit chevalier, comme pour moy et pour mon droit, voulant eschiver touz travauz et despens, et pour mentente plus tost consvié, ay offert a donner et ay donné de certaine science et de mon bon gré au dit chevalier trente soulz de rente perpetuelment, avecques la rente ancienne a luy et a ses hers et successours et a ceus qui de lui aront cause, a prendre sus le fieu devant dit. Et le dit chevalier, en sus ce consel, deliberation et resgart as choses devant dites, delesse et a delessié a moy et a mes hers et a mes successours, et a ceus qui de moy aront cause, la devant dite court et usage, ovecques touz reliez, treziesmes et autres choses et appartenances qui au dit fieu pevent et doivent appartenir a touz jours mes, en paiant et rendant la dite rente chascun an au dit chevalier, a ses hers et successours et a ceus qui de lui aront cause; cest assavoir, la moitié a Noel et la moitié a Pasques. Et vuil, otroy et consent pour mey, pour mes hers et successours, et pour ceus qui de moy aront cause, que le dit chevalier, ses hoirs, ses successours et ceus qui de lui aront cause, facent et puissent dre en avant fere lour planiere justice sus tout le dit fieu pour la dite rente, se len ne lour ara paiée planierement as diz termez; a tenir, a aver, a posseer par droit heritage la dite rente au dit chevalier, a ses hers et successours, delivrement, quitement et en pez, sanz empeechement que je, mes hoirs et successours, ou ceuls qui de moy aront cause, y puissent dore en avant metre. Et pour cen tenir, garder et aver ferme et estable en temps, sanz aler encontre, jay confermé et seelé ces presentes lettres de mon seel, qui furent faites lan de grace mil trois cens et quinze le jour de la Chandelour.
= SAIGE G., Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion , 1895, n°LXXXI, pp.109-110

1316
1316 , 25 septembre
C’est la lettre du mariage monsieur Robert Bertran seigneur de Fontenay.
A tous ceuls qui ces lettres verront ou orront, Henri le Gay, clerq tenant le lieu au baillif de Caen, salut. Sachez que par devant nous furent presens noble homme monsieur Jehan de Tilly, chevalier, signour de Tyllie et noble dame madame Jehanne de Beau Fou, fame dudit monsieur Jehan, et congnurent et confesserent de lour bones volentés avoir promis, doné et otrié en pur et franc mariage a monsieur Robert Bertran, chevalier, seignour de Fontenay le Marmion, oveuques damoisele Jehane, leur fille, pour fere le mariage desiz monsieur Robert et damoisele Jehane; cest assavoir siz vins livrées de rente, de laquelle rente la moitié sera assise en bley et en demaingnes apresagiés a bley a l’ancienne assete: cest assavoir sexante de forment a la mesure de Caen, pour diz sols, et autres bleys et oyseaux se il y estoient a la value, segon ceu qui est acoustumé anciennement, et lautre moytié de ladite rente dera assise en deniers. Et est aissi que les sexante livres de rente desus sites seront assises sus la terre de ladite dame, exepté la baronnie de Beau Fou. Et oveques ceu, ledit monsieur Jehan de Tyllie, en fesant ledit mariage, a donné audit monsieur Robert siz cens livres de tornois pour muebles a paier as termes qui sen suient: cest assavoir a Neel prochain a avenir deuz cens livres et deuz cens a la Saint Michel ensuiant emprès; et les uatres deuz cens a lautre Saint Michel ensuiant emprès. Et voudrent et sacorderent les diz monsieur Jehan et madame sa fame tenir en leur ostel les diz monsieur Robert et damoiselle Jehane et trouver lour couz et despens en boire et en manger souffizamment un an accompli. E t a toutes ces choses fut present monsieur Guillaume de Mortemer, chevalier, fils aisné et hoir de la dite dame qui vout et sacorda que lassiete des sexante livrées de rente desus diz soit fait en la terre de ladite dame sa mère, excepté la baronnie de Beau Fou, ci comme dessus est dit. Et pourmist ledit monsieur Guillaume de Mortemer avoir ferme et agreable assiete dessus dite, en la maniere que elle sera fete, sans cen que il puisse aler encontre en aucune maniere, ne reprendre en de rien les diz chevalier et dame, et que les diz monsieur Robert et damoiselle Jehane et les hoirs y essanz deulsles tiegnent et aient a fiu et a heritage aperpetuelment. Et oveques cen, ledit Guillaume vout et sacordapaier et rendre deuzcens livres des deniers dessus diz, en delivrant en ledit monsieur Jehan et ses hoirs envers ledit monsieur Ribert: cest assavoir les deuz cens livres qui doivent estre paiez de la Saint Michel qui vient en un an, si comme dessus est dit, et restoreir les couz et les damages que il auroit par la deffaute destre en delivre. Et est en telle maniere que se il avenoit quil eust aucun descort en ladite assiete, fesant de toute la rente dessus dite, le cler seroit assis, et le descort, se descort y avoit, sera adreché par nobles hommes, monsieur Robert Bertran, seignour de Briquebech, et monsieur Olivier Painel, seignour de la Haiye Painnel, qui y metront et pourront metre tel adrechemnt comme il verront que bien sera tout a leur volenté, sanz cen que les diz chevaliers et dame, ou autre avant cause deuls, puissent aler encontre en aucune manière. Et quant a toute la rente dessus dite asseer et a paier tous les deniers dessus diz, as termes dessus nommez et a toutes les autres choses dessus dites et chascune dicelles tenir, fornir, aemplir, et enterignier sans deffaut az diz monsieur Robert et damoiselle Jehane et a tous avans cause deuls, les diz monsieur Jehan et madame sa fame et chascun pour le tout, obligent euls et leurs hoirs et tous keurs biens muebles et heritages, ou quils soient, presens et avenir, a vendre, leveir et despendre pour la justice le Roy, sans procheis de pleit, tant que toutes les choses dessus dites soient fornies, enteringnées et les couz et damages renduz et restoreizqui seroient fais ou soustenus par loccasion de cen. Et ensement ledit monsieur Guillaume de Mortemer sobliga a cen de tant comme a lui en peut apartenir, tant de lassiete que des deniers. Et voudrent ensement que le portoour de ces lettres en puisse requerre et faire faire lexecution sans autre actorisation ne proculatour, toutes fois que mestier en sera. En jura madame Jehane, o lauctorité dudit monsieur Jehan son mari, sus saintes euvangiles, que james encontre des choses dessus dites nira ne demandera riens en ladite assiete quant fete sera. Et renonchent les diz chevaliers et dame a tous les privileges de croix prinse et a prendre, a toutes barres et dilations, a toutes indulcences quelles quelles soient, otriées et a otrier, et a toute autre chose de fait et de droit et de coustume qui la tenour de ceste lettre en tout ou en partie pourroit empeecher. et especialement les diz chevaliers et dame renonchent au droit disant general renonciassion non valoir. Et nous, en tesmoin de cen, avon mis a ces lettres le seel de la visconté de Caen, pour l’absence du seel de la baillie. – Ce fut fait lan de grace mil ccc seze, le samedi avant la Saint Michel en septembre.
= Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 30-32.

1317 , 30 Juillet
C’est l’accord de monsieur de Fontenay et de l’abbé et du couvent de Barberie.
A tous ceuls que ces presentes lettres verront ou orrunt, Robert Recuchon, baillif de Caen, salut. Comme descort fust meu entre noble homme monsieur Robert Bertran, seignour de Fontenay le Marmion, dune part, et religious hommes labbé et le couvent de Barberie, dautre, sur plusours justices que ledit chevalier avait fetes ou fait faire es fieus desdiz religious a Bardberie, a Breteville sur Laise, a Fresnay le Pucheus, a Fontenay le Marmion et en plusours autres lieus, tant par raison de sa seignourie que par son viscontage, les diz religiuous disans et maintenans que faire ne le povait: Sachez tous que, a la parfin, les dites parties presentes devant nous le samedi avant la Saint Pierre as lians, lande grace mil ccc dis et sept, cest assavoir ledit chevalier, dune part, et ledit abbé pour soy et Guillamue Lengrez, procureur audit couvent dudit lieu, si comme nous veismes estre contenu dans une procuration scellée du seel des diz abbé et couvent dautr, lesquelles parties, par le conseil de bonnes gens, cognurent avoir fait pais et acort en la forme et en la maniere qui ensuit: Cest assavoir que ledit chevalier, pour lui et pour ses heirs et pour tous ceuls qui pourroient avoir cause de lui, vout et otria pour Dieu et pour le calu de same et de tous ces ancesours et amis que lesdiz religiours et lour successours tiengnent et posseent paisiblement dorénavant en pure, franche et perpetuel aumosne toutes les choses que ils ont et qui deuls sont tenues es parroisses de Barberie, de Breteville sus Laise, de Fraisney le Pucheux, de Fontenay le Marmion, et en tous les fieus et arriere fieus de Fontenay le Marmion en quel lieu que il soient ou quelles que elles soient, tant enrentes, en hommes, en terres, en bois, en diesmes et en autres choses quelles que elles soient ou puissent estre, sanz reclamance, justice destrece, seingnourie, franchise, viscontage ne autre chose quelle que elles soient que ledit chevalier ne ses hers ne autre avant cause deuls y puissent james demander ne reclamer par quelle raison que ce soit ou puist estre, en aucune maniere, en temps avenir, fors en la maniere que en leurs lettres est contenu, excepté le viscontage que il a sus les hommes des diz religious resseans en la parroisse de Fontenay le Marmion, de Saint Germain du Quemin, et sur les tenements et demaines des diz hommes en ladite prroisse, tant soulement; et nauront ledit chevalier ne ses heirs point de viscontage es domaines que tiengnent les diz religious excepté cen que ledit chevalier au jours de son marchié pourra justicier partout es metes dudit marchié, si comme coustume le deuve pour les droitures et les coustumes de son marchié, tant soulement et non pour autre cause. Et vout et otroia ensement pour luy et pour ses heirs et pour ceuls qui de luy auront cause que les diz religious et lour successours soient quites de toutes coustumes deuez a cause de vendre et de achater en tous les diz fieus et arriere fieus en la maniere que il est convenu en lour lettres de lour fondement que ainsi se commanchent:
In nomine Patris et filii et spiritus sancti, amen. Robertus Marmion, omnibus sancte matris Ecclesie filiis tam presentibus quam futuris in domino salutem. Noverint universa generatio presens et futura Robertum Marmion patrem meum, divini inspiratione consilii abbatiam, et cetera…
Et ainssi se definent:
Preterea constituo et confirmo quod in prefate abbatie cimiterio ego et uxor mea et heredes mei sepulturam habebimus. Ut autem omnia predicta rata permaneant in perpetuum et inconcussa, pagina presenti ipsa volumus annotari et sigillo nostro muniri. – Actum est hoc anno ab incarnatione domini M° centesimo octogesimo primo, mense octobris, testibus hiis: domino Henrico, Baiocensi episcopo, Radulpho de Gouviz, Roberto clerico, Vallerammo archidiaconi (sic), Willelmo presbytero de Fonteneto et Hugone nepote ejus, Josleno monacho, Alexandro monacho, Henrico clerico, Unfrido de Bohon, Ricardo Bigot, Roberto de Moe, Unfrido Potier, Gullelmo Marmion, Johanne de Liveto, Godefrido Aguillon, Simone clerico, Thoma priore, Guillelmo de Brisco, Guillelmo de Dovro, Guillelmo Locart, Renaldo de Cimay ?, Gilleberto de Liveto, et multis aliis.
Et especiaument des lettres monsieur Guillaume Berthran dont la tenour de la première est telle:
Sciant omnes presentes et futuri quod Guillelmus Berthran, miles, dominus de Fonteneto le Marmion et de Faus Guernon, pro salute anime mee et animarum antecessorum omnium et heredum meorum, volo et concedo et ratas et gratas habeo, sine molestatione mei vel heredum meorum, in puram et perpetuam elemosinam et quietam, ab omni molta et ab omni servitio et consuetudine et actione seculari et districtu et justicia, omnes elemosinas et donationes Deo et abbatie Beate Marie de Barbereyo et monachis ibidem Deo servientibus factas et omnes acquisitiones ab eisem monachis acquisitas in feodo quod fuit quondam Roberto Marmion de Fonteneto le Marmion, militis, cum omnibus libertatibus et dignitatibus quas dictus Robertus Marmion dicte abbatie concessit et donavit. Tamen sciendum est quod homines dictorum monachorum residentes apud Fonteneto le Marmion, in feodo quod fuit quondam Roberti Marmion venient et molent ad molendinum meum, sicut alii mei moltarii. Et pro defectu molendini, tantummodo licebit mihi et heredibus meis super dictos homines justiciam exercere, sed nichil aliud in predictis homnibus poterimus de cetero reclamare ratione vel occasione elemosinarum vel rerum ad dictos monacos pertinentium; salvo tamen mihi jure vicecomitatus mei et communie de Fonteneto in homnibus supradictis. Preterae sciendum est quod dicti monachi in feodo meo de Fonteneto sine assensu mei vel heredum meorum terras vel redditus de cetro emere non poterunt. Tamen quicquid eis datum fuerit gratis in elemosina pro Deo, liceat eis accipere et bene et pacifice et sine molestatione aliqua mei vel heredum meorum possidere, ita tamen quod pro elemosinis que de cetero eisdem dabuntur, redditus mei et servicia mea nullatenus minuantur, et in elemosinis suis dicti monachi se poterunt augmentare. Et hec omnia vite eterne remuneratione ego et heredes mei tenemur et debemus predictis monachis contra omnes gentes deffendere et garantizare tanquam domini capitales. Et ut hec omnia, sicut divisa sunt, rata et stabilia permaneant imperpetuum, predicte abbatie hac presente carta et sigilli mei testimonio confirmavi. Actum anno domini M° CC° octogesimo octavo, die martis post festum Sanct Jacobi apostoli, in assisiis Falesie, in mense julii.
Et la seconde est tele:
Universis presentes litteras inspecturis et audituris, Guillelmo Berthran, miles, dominus de Fonteneto le Marmion et de Faus Guernon, salutem; noveritis me vidisse et diligenter inspexisse litteram compositionis face inter religiosum virum abbatem et conventum Beate Marie de Barbereyo et bone ac pie memorie Johannam, dominam de Thurie, aviam meam, que talis est:
Universis presentes litteras inspecturis et audituris, Johanne, domina de Thureyo, filia Rudolphi Taysson salutem in Domino. Noverities quod cum inter viros religiosos abbatem et conventum beate Marie de Barbereyo, ex une parte, et me, tempore viduitatis mee, ex altera, occasione cujusdam molendini quod vocatur Quevreoul, siti in parrochia de Fresnay le Pucheus contentio verteretur super tribus articulis inferius annotatis: primo ex eo quod dicebam me et heredes meos debere molere sine solutione moute in dicto molendino quando apud Fontenetum le Marmion residenciam faceremus, alternatim tamen ad molendinum de Moye et ad molendinum superius nominatum; secundo ex eo quod dicebam molendinarium nostrum debere partiri moutam totam et primo capere partem nostram antequam dicti religiosi aliquid caperent in mouta predicta; tercio, ex eo quod dicebam me et heredes meos habere justiciam dicti molendini pertinentem tam ad partem nostram quam ad partem dictorum religiosorum; que omnia et singula mihi et heredibus meis dicti religiosi penitus denegabant, tandem super hoc amicabiliter convenimus in hunc modum: videlicet quod nec ego, nec heredes mei poterimus nec debebimus de cetero molere molendino quin moutam debitam persolvamus; item, nec ego nec heredes mei nec molendinarii nostri habebimus de cetero prerogativam nec aliquod avantagium nec dominium in percipiendo vel capiendo moutam in dicto molendino; item in possessionibus dictorum religiosorum et in possessionibus hominum suorum ubicunque sint in toto feodo de Fonteneto le Marmion, ego et heredes mei, ratione molendini predicti non poterimus nec debebimus de cetero aliquam justiciam exercere, nec eciam reclamare; immo dominium, districtus, dangerium, placita et emende omnium predictorum dictis religiosis penitus remanebunt cum pertinenciis justiciarum, placitorum, et etiam emendarum sine aliqua reclamatione et molestatione mei et heredum meorum de cetero faciendis. Et sciendum quod predicti religiosi de cetero habebunt medietatem tocius porcionis quam in molendino superius nominato et ejusdem pertinenciis habebamus. Ipso vero religiosi, pro bono pacis, medietatem tocius porcionis quam habebant in dicto molendino et ejusdem pertinenciis mihi et heredes meis concesserunt. Sciendum eciam quod ipsi ex una parte, et ego et heredes mei, ex altera, erimus pares de cetero et equales, medietate ad medietatem, in capiendo omnes moutas ad dictum molendinum pertinentes, tam siccas quam alias, percipiendo et alternatim recipiendo. Erimus eciam de cetero ipsi et nos pares et equales in dictum molendinum, cum necesse fuerit, faciendo,reparando, reficiendo, jura predicti molendini pariter deffendendo et omnes redditus ratione predicti molendini debitos acquitando, et in omnibus aliis ad dictum molendinum pertinentibus salvis que superius sunt expressa. Et sciendum quod portiones nostre debent dividi per monnarios nostros utrique parti juratos dictum molendinum servantes. Preterea inter nos ordinatum extitit et concessum quod ullus nostrum poterit sibi accrescere in dicto molendino et pertinenciis ejus, quocunque modo, quin alia pars habeat medietatem tocius illius accrementi, parti tamen accrescenti pro medictate precii vel valoris competenter primitus satisfacto. Et si contingerit aliquid justicie nostre in aliquo deficere quod de jure ad predictum molendinum, tam ratione dicti molendini quam pertinenciarum, facere teneatur, nos tenemur, ad peticionem dicti monnarii dictorum religiosorum ita libere et ita fideliter sicut ad petitionem nostri proprii monnarii dictis religiosis et nobis facere penitus dampnam reddi. Et ad hec omnia et singula nobis et nostris monnariis dicti religiosi modo consimili obligantur. Que omnia et singula esse imperpetuum rata et stabilia approbavimus. Ego jam dicta Johanna et ego Robertus Berthran et ego Guillelmus Berthran, filii ejusdem domine et heredes nostri et fideliter et unanimiter concessimus et a nobis et heredibus nostris, absque reclamatione et contradictione aliqua a nobis vel ab ipsis de cetero faciendis, firmiter et integre omnibus futuris temporibus volumus observari. In quorum omnium et singulorum testimonium perpetuitatem firmiorem et confirmationem majorem presentem cartam roboravimus nostrorum munimine sigillorum. – Actum anno domini M° CC° sexagesimo secundo.
Quam compositionem ego predictus Guillelmus ratam et gratam habeo et ipsam presente carta confirmo et ad hujus compositionis seu carte observationem et perpetuitatem firmiorem ego obligo me et heredes meos imperpetuum, aliqua alia littera non obstante. Insuper volo et confirmo quod homines residentes in feodo Auber, seu tenentes ab eodem, illi tamen qui temporibus retroactis ad predictum molendinum de Quevreoul molere seu siccas moutas solvere consueverint, de cetero, sine molestatione et impedimento mei vel heredum meorum, ad dictum molendinum de Quevreoul molant et siccas moltas et alis facant et persolvant et dicti religiosi omnia predicta hene et pacificie possideant in futurum. Et ut hoc firmum et stabile permaneat et ut omnia et singula, sicut superius divisa sunt, permaneant rata imperpetuum, hac presente carta et sigilli mei testimonio confirmavi.- Actum anno Domini M° CC° octogesimo octavo, mense augusti, die dominica ant festum Beati Laurencii martyris.
Et pour cen que en la seconde a certaines retenues dont il fait mention en la premiere doivent estre les conditions des deuz lettres gardées bien et loiaument en la maniere que de dens est contenu; et especiaument la condition de la derraiene lettre, oveques la declaration du viscontage, si comme au dessus des dites lettres est contenu, seront gardées. Et ensement vout et otroia ledit chevalier due les diz religious et lour successours prengnent et aient cescun an, a la Saint Michel en septembre, qutre sextiers dorge a la mesure de Fontenay le Marmion en son muolin de Moe et dix et huit soulz chascun an de rente a la feste de Touz Sainz, en la partie du marchié de Breteville sus Laise, en la maniere que il est contenu es lettres que les diz religious ont de cen; lesquels quatre sextiers dorge et diz et huit souls de rente les diz religious avoient et prennoient es diz lieuz et as diz termes, si comme il est contenu es fais diceuls de qui ledit chevalier represente la personne. Et est assavoir que les acquisitions faites es fieus ou es arriere fieus dudit chevalier, depuis les confirmations faites par son pere, ne sont de rien en cest acort, et demeurent sur cen les raisons dudit chevalier toutes sauves, et ensement les raisons et deffenses des diz religious quant a cen toutes sauves. Et pour ceste pais et acort les diz religious pour leur travail, mises et depens que il peussent avoir pour loccasion du descort de susdit et pour pais et amour nourrir entre euls, lour seisine tenans, en ont donné audit chevalier cent livres de monnoie courante, des quiels deniers euls len ont paié quatre vins diz livres, et diz livres lour a descomptez sur les arrierages de quatre sextiers dorge; et des dix et huit souls de rente dessus dis, et se plus en avoit levé, les dis religious len quitierent. E quant as choses dessus est dit e divisé, sanz venir en contre dorenavant en aucune manere, ledit chevalier obligia soy et ses heirs et tous lour biens muebles et heritages presens et a venir, ou que il soient, a prendre, vendre, lever et despendre par la justice le Roy, doffice, sanz ordre et proces de plet, se einssi estoit que ledit chevalier ou ses heirs alassent de riens encontre les choses dessus dites ou aucune de cels. Et renuncha ledit chevalier, pour luy et pour ses heirs et pour tous avans cause de celuy a tout privilège de croix prise et a prendre, a toutes graces et indulgences de Pape et de Prince otroieez et a otroier, a tout droit escript et non escript, et au droit especiaument disant general renunciation non valoir, et a toutes autres choses et exceptions de fait, de droit et de coustumes, barres, deffense et dilations quelles que elles soient ou puissent estre, par quoy lacort dessus dit pourroit estre empeeschié, encombré ou retargié et la tenour de ceste lettre en tout ou en partie. Et nous, en tesmoing de cen, a la requeste desdites parties, avon lis a ces lettres le seel de la baillie de Caen. – Donnez lan et le jour dessus diz. = Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, pp. 41-48.

1317.
BUON CXIX 1317 , 4 novembre
Colin Le Couturier, Alice, sa femme, veuve de Guillaume Vesdiee, et Jeanne, fille dudit Guillaume, vendent au prêtre et aux Lépreux un hébergement avec des maisons, des arbres, un clos entouré de fossé et d’autres clos adjacents, situés entre le chemin du Val-Richer et celui qui va de Bourguignole à la Farinière.
Universis presentes litteras inspecturis, decanus Lexov. judex ordinarius civitatis et banleuce Lexov., salutem in Domino. Noveritis quod in jure coram nobis personaliter constitutis, Colinus dictus Le Coustour et Aelicia quondam relicta Guillermi Vesdiee nunc uxor dicti Colini, cum auctoritate ipsi mariti sui eidem prestita prout decet, et Johanna quondam filia dicti Guillermi cum auctoritate dicti Colini curatoris sui sibi a nobis dati facta primitus juris solennitate que super hoc a jure requiritur confessare fuerunt et in ventate recognoverunt cum auctoribus predictis pro se et suis heredibus quitasse et perpetus dimississe presbytero et leprosis leprosarum Lexov. suisque successoribus, quoddam herbergamentum cum domibus et arboribus quibuscumque in eodem excrescentibus una cum quodam clauso et fossatis et aliis clausuris eidem adjacentibus, sicut continentur in longum et latum, situm in parrochia Sancti Desiderii Lexov., inter campum heredum Petri Torel ex uno latere et campum heredum Olivarii Le Bollengier ex alio, et haboutat ad queminum quod ducit apud Vallem Richerii ex uno capite et ad viam per quam itur de Bourgaignoles ad Fabrarina ex alio, pro sexaginta decem et novem solidis Turon. de quibus dictus Colinus et ejus uxor predicta cum auctoritate ipsi pro rata sua de predictis herbergamento clauso et aliis, et pro sexaginta decem et septem solidis Turon. de quibus dicta Johanna cum auctoritate predicta pro rata ipsum contingente de premissis se tenuerunt ab eisdem presbytero et leprosis plenarie pro pagatis, tenendum, habendum et jure hereditario possidendum de cetero eisdem presbytero et leprosis eorumque successorum absque reclamatione aliqua super premissis ab ipsis conjuconibus et Johanna suisque heredibus de cetero facienda. Et juraverunt dicta uxor et Johanna cum auctoritibus predictis tactis sacrosanctis evangelie, dicta vidua uxor quod in premissis amodo nichil reclamabit seu reclamari faciet per se vel per alium ratione dotis, dotalis, donationis, propter nuptias aut alia ratione quacumque, dictaque Johanna quod ratione minoris etatis vel alias contra quitationem et dimissum premissorum per se vel per alium non veniet in futurum, et quod ipsos presbyterum et leprosos non molestabunt seu molestari facient coram aliquo judice ecclesiastico vel etiam stla(ta)ri? occasione premissorum. Et nos ipsos uxorem et Johannam cum auctoritibus predictis ad omnia premissa tenenda penitus et implenda eisdem presbytero et leprosis suisque successoribus et ad juramentum suum prestitus in premissum observanda in hiis scriptis comdempnes in quorum omnium et singulorum testimonium sigillum curie nostre una cum sigillis ipsorum conjugum ac Johanne presentibus litteris duximus apponendum. Actum anno Domini millesimo tricentesimo decimo septimo die veneris ante hiemis festum Sancti Martini, qua die nos ad requisitionem et supplicationem dicte Johanne dedimus dictum Colinum quo ad premissum eidem Johanne curatorem facta primitus juris solennitate que super hec regnum itur et ea die dictus Colimus prestitit auctoritatem uxori sue predicte ad premissa Actum ut supra.

Scellé de quatre sceaux disparus.
= AD. 14. Maladrerie, H suppl. III.B.1

1318 , 14 juin – Druval
 » C’est la lettre de mariage monsieur Robert Bertran, chevalier, seigneur de Fontenay – Comme noble et puissant monsieur Jehan de Tilly, chevalier, seigneur dudit lieu, et noble dame madame Johanne de Beau Fou, fame, eussent donné et otroié à noble homme monsignor Robert Bertan, chevalier, sire de Fontenoy le Marmion, ovec madame Jehanne sa femme, fille dudit monsieur Jehan et de ladite Jehane sa fame, en contract et es convenanz den mariage ; c’est asavoir sis vinz livres de rente a asser et assigner moitié en la terre dudit monsieur Jehan et moitié en la terre de ladite madame sa fame … pour lassiette de la rente dessus dite, toutes les choses qui ensuivent ….
Itm, a Boissey et environ : premierement en la main Jehan des Eiz, trente solz, une geline, dix oez, deux deniers ; par la main Richard de Fourquette à la Saint-Michel, cinq solz ; par la main Richard de la Court, à la Saint Michel pour vingt deux acres de terre vint soulz ; par la main Thomas le Franchois, pour sept acres de terre, cinq sols, une mine daveine trois capons, trois deniers, trente oez, trois den,iers à la Saint Michel ; par Denis Pinchon, pour Richars Gosce, pour une masure, cinq solz ; par Thome Alechire, pour une acre de terre, deux solz… ( la suite de l’acte concerne également Boissey )
Item a Heauville…. ( = Hiéville ? )
Item pour les choses qui sont assises en la terre de la fame dudit monsieur Jehan : premièrement en le fieu de Mouieaux ( Moyaux ) que ledit monsieur Jehan et lasdite dame sa fame, ont baillé, solz et assigné audit monsieur Robert et a ladite dame …
Item à Druval, par Guillaume Lenglois, poiur iii acres et demi de terre, II sextiers, II quartiers d’aveine, II gelines, II deniers, XX oez, II deniers ; par Johan le Boutcour, pour III acres et demi, pour une vavassourie, xii sols viii deniers…. ( la suite de l’acte concerne en partie Druval !!! )
= Gustave SAIGE .- Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, Imprimerie de Monaco, 1885, in-4°, XXXIX-230 p.; pp. 165 sq.

1319
1320
Fiefs de la Vicomté d’Orbec en 1320 :
p. 387
SERGENTERIE d’ORBEC
N° 9 – Fervaches , p. 18 v°
N° 10 – Bellou et Bellouet , p. 19, Fiefferme
p. 389
Arrières-fiefs de la Sergenterie d’Orbec
N° 7 Préaux – Halbout, prêtre, y tient du seigneur de la Lande, un demi membre de fief estimé à 20 livres de rente.
p. 390
N° 12 Tordouet – Robert de Monnay y tient un sixième de fief;
N° 13 Prestreville – F. de Pois y tient de Henri de Corthonne un quart de fief;
N° 14 Farvaches – Robert de Brucourt y tient un membre de haubert du seigneur de (sic)
N° 15 Courchon – Henri de Courtonne y tient un fief de haubert du seigneur de Fenet
N° 16 Lyvarrouty – Guillaume Vipart tient de Robert de Neufbourg un fief de haubert – Robert de Neuville y tient une partie de fief.
N° 17 – Pont-Alery – Guillaume de Menubeville et autres y tiennent de Robert de Neufbourg un membre de fief.
N° 18 Tonnencourt – Guy de Tonnencourt y tient un quart de fief et Robert Buttey y tient un quart de fief.
N° 19 Sieffreville ( Cheffreville) – (Robert de) y tient un membre de fief.
N° 20 Auquainville – Henri de Lortier y tient du seigneur de Ferrières un quart de fief.
N° 24 Bellou – Guillaume de Friardel y tient un demi-membre de fief de Jehan de Mehedey.

LA SERGENTERIE de MOYAUX
en ladite Vicomté d’Orbec
Nobles fiefs de la Sergenterie de Moyaux
Qui sont tenus du Roy notre Sire, qui en aurait la garde si le cas s’offrait
p. 396
N° 11 – Le Mesnil-Guillaume – Guyot de Moyad tient un quart prisé valoir 30 livres par an
Item, ledit écuyer donne l’église du lieu qui vaut 40 sous.
= Fiefs de la Vicomté d’Orbec en l’année 1320 in H. de Formeville , t. II , p. 388 ( Extrait du Ms. suppl. f° 4, 2797, Comté de Beaumont, à la B.N.)

1320 – 1325 – Lisieux
Vidimus du 30 août 1454 de deux lettres en latin, de 1320 et 1325, comme Mgr Guy, évêque de Lisieux, bailla à fieffe à Agnès La Déspensière, ung manoir (mesnagium) assis en la Grande-Rue, que tient à présent Regnault Le Mire, par 8 livres de rente et un capon, un denier « .
= Cartulaire lexovien , N° 21, f° 34
+ IND.: H. de FORMEVILLE, Histoire, II, p. 320

1321
BUON CXXIII 1321 , 17 juillet
L’évêque, pour mettre fin aux litiges, acquiert toutes les rentes qu’avait en commun le chapitre dans la ville et la banlieue de Lisieux. En échange, il leur assigne 165 livres 26 deniers tous les ans à prendre sur la prévôté de Lisieux.
Universis presentes litteras inspecturis, Guido permissione divina Lexoviensis episcopus, decanusque et capitulum ejusdem ecclesie, salutem in Domnino. Cum viri ecclesiastici litibus in servire non debeant per quas odia, scismata et discordie quam plurimum procurantur, quia non nisi in pace bene colitur pacis actor, verecundaque cogitacio ejus qui lites execratur non sit vituperanda et ejus factum precor non improbat, qui vult potius re carere, quam pro ea sepius litigare. Que et si inter personas extraneas locum habeant, multo forcius in his que unum corpus efficiunt et unius debent existere voluntatis, ut juxta verbum Apostoli, omnes unanimes et uno ore laudemus Dominum et Patrem Domini Nostri IHU XPI. Nos que prefatus episcopus ac predecessores nostri ex una parte, et nos decanum (sic) et capitulum prefati ac nostri predecessores ex altera, super quibusdam redditibus, domibus, pratis, terris et nonnullis aliis temporalibus possessionibus in civitate et banleuca Lexoviensi extra prebendas et dignitates ejusdem ecclesie existentibus nominatim inferius annotatis. Necnon et super jurisdicione temporali eorumdem plures lites, discordias et controversias sustinuerimus temporibus retroactis, in dampnum nostrum et Lexoviensis ecclesie prejudicium non modicum et scandalum plurimorum, verissimileque sit instigante diabolo, hujusmodi lites et controversias inter nos et successores nostros frequenter futuris temporibus dampnabiliter suscitari, nisi pacis et concordie celeri remedio sit provisum. Ideoque ex preteritis edocti qualiter in futuris sit cavendum, dampna et scandala nostre Lexoviensis ecclesie maxime inter caput et membra inquantum possumus cum Dei adjutorio amovere, volentes perpensata diu et diligenter utilitate nostre prefate ecclesie multas que post vias et varias proloquias que non fuerunt sortite effectum prosperum et optatum (ou eptatum), demum nobis prefatis episcopo et decano ac capitulo Lexoviensi et nostrum singulis placuit consensu unanimi et concordi, quod nos decanum (sic) et capitulum predicti prefatos redditus, domos, terras, et alias possessiones temporales quas in civitate et banleuca [Lexoviensi], extra prebendas et dignitates obtinemus nominatim et expresse inferius exprimendas, videlicet:
In parrochia Sancti Jacobi Lexoviensi, in domibus que fuerunt Fulconis de Vieta, quas tenent Hugo de Vieta et Guillermus Sansonis, juxta domos Thome Le Selier, dicti Guillermi Sansonis et Radulphi Inguerranni ex una parte, et quamdam domum dicti Hugonis ex altera, quatuor libras septem solidos. In domo Henrici Lisnel ratione uxoris sue, sita in Lormeria, juxta domum Johannis Fergant, quinquaginta octo solidos Turon.. In domo Johannis Fergant in Lormeria, juxta domum dicti Henrici Lisnel, viginti septem solidos. In domo heredum Johannis Marcade, juxta domum Ricardi Le Mesnier in vico Lormeria, quadraginta solidos. In domo que fuit Johannis Fauquet, juxta domum Guillermi Sansonis, sexaginta octo solidos. In domo heredum Johannis Marcade, juxta domum Ricardi Le Mesnier in vico Lormerie, quadraginta solidos. In domo que fuit Guillermi de Esquemevilla in eodem vico, videlicet in medietate a parte domus heredum predicti Johannis Marcade, quadraginta solidos. In domo que fuit ejusdem Guillermi, juxta domum ejusdem predictam, septem solidos. In domo Guillermi de Fonte, juxta fontem civitatis et domum que fuit Viviani de Glos, centum solidos. In domo que fuit Johannis Aurifabri, juxta domum Guillermi Sansonis prope muros claustri capituli, quadraginta solidos. In domo Guillermi Sansonis, juxta muros claustri, decem solidos. In domo seu platea que fuit Johannis de Cullo-Loco quam tenet Ricardus Coul, juxta domum que fuit Reginaldi Gaudin, quinquaginta solidos. In domo dicti Ricardi que fuit Reginaldi Gaudin, ante fontem civitatis, quiquaginta solidos. In domo magistri Symonis de Sancto Laurencio, juxta domum que fuit Johannis dicti Le Noir, quatuor solidos. In domo quam tenet Johanna La Despensiere, que fuit magistri Johannis Le Melle, juxta domum que fuit Johannis Le Noir, quatuor libras. In domo que fuit Durandi Baudri, juxta domum que fuit Guillermi de Bosco ex uno latere, et domum magistri Guillermi Douzaine ex altero, viginti solidos. In manerio Yvonis Le Merchier ante curiam officiali Lexoviensi, per dominum Johannem Vicecomitem militem, viginti solidos. In domo heredum Durandi Baudri, sita ante curiam officiali Lexoviensi, juxta domum dicti Yvonis, quinque solidos. In manerio et curia officiali Lexoviensi in vico Cadoc, quadraginta solidos. In domo magistri Guillermi Baston in vico Cadoc, juxta domum seu plateam Guillermi de Fonte ex uno latere, et domum que fuit Christiane La Verriere7 ex altero, decem solidos. In domo ejusdem magistri Guillermi que fuit Christiane La Verriere, in eodem vico, octo solidos. In manerio heredum Auberede La Saymere, ante piscinariam, juxta domum Guillermi de Bosco, tresdecim solidos. In domo que fuit Rogeri Corbelin ultra portam Rothomag., juxta domum heredum Guillermi Basin, quatuordecim solidos. In domo heredum Guillermi Le Meletier, juxta domum Radulphi de Fonte prope fontem, sex solidos. In domo ejusdem Radulphi de Fonte, super fontem contiguam predicte domui heredum Guillermi Le Meletier, quinque solidos. In domo Hugonis de Vieta, ante stalla sutorum, juxta domum Jaqueti de Monasterio, decem et octo solidos. In domo Colini Anvilaribus?, et in domo que fuit Garini Gamans?, juxta domum heredum Ricardi Lisnel ex una parte, et domum Guillermi Le Forbeor ex alia, triginta quatuor solidos. In domo Guillermi dicti Opinel, juxta domum Petri Dorbigny, quadraginta solidos. In domo que fuit Ricardi Dorbigny, juxta domum predictam dicti Opinel, quatuor solidos. In domo Johannis dicti Carissime, juxta domum Radulphi Griset, sex libras. In domo ejusdem Radulphi Griset, juxta domum dicti Carissime, quadraginta solidos. In domibus Thome Le Marqueant, juxta domum Petri Couenere, decem solidos quinque denarios. In platea que est Philippi, Ricardi et Colini dictorum Noel, juxta domum Thome Le Marqueant, duos solidos sex denarios. In domo que fuit Guillermi Episcopi, juxta domum Rogeri de Alneto, quinque solidos. In domo Petri Le Mulot aliter Couenere, juxta domum Thome Le Marqueant, duos solidos sex denarios. In domo et gardino Radulphi dicti Le Conte, juxta heredes Guillermi Galopin, viginti solidos, unum caponem, unum denarium, viginti ova, unum denarium. In quadam pecia terre quam tenet Guillermi de Grainvilla prope forestam Restouini, juxta Oliverum de Hors-la-Porte, quatuor solidos, unum caponem, unum denarium. In terris et gardinis quas tenent Colinus et Johannes dicti Medici, juxta Eude Locum-Festu, quinque solidos. In terris quas tenet cappelanus prime misse ad altare Beate Marie, juxta Fontem de Fenis, decem solidos. In gardino Oliveri Le Doys, juxta Colinum Garbes, octo solidos, unum caponem, unum denarium, decem ova, unum denarium. In prato Gregorii de Alneto, erga vadum Reginaldi, juxta prata Bineti Bordon, quinque solidos. In masura Guillermi de Roca, juxta Robertum de Parco, viginti duos solidos. In masura cum gardino Guillerme relicte Johannis de Pinu, juxta Robertum de Parco, septem solidos. In duabus peciis terre cum masura quas tenent Colinus et Johannes dicti Falese, quarum quedam sita est juxta terram Ricardi Germani ex utraque parte, et altera juxta prata de Logiis ex una parte et rippariam de Touqua ex altera, decem solidos. In pratis episcopi Lexoviensi, videlicet in pratis de Logiis et de Quartu, quatuor libras. In quadam pecia prati quam tenent Blasius de Busseria et Belotus Blasii, vocati gallice Le-Prey-Guermont, septem libras. In quadam pecia terre apud Grez, de qua tenet Robertus de Valeta dimidiam acram, Petrus et Colinus dicti Flori unam virgatam, et Robertus Broquet unam virgatam, unum sextarium advene. In duabus peciis terre quas tenet Guillermus Le Boucher alias de Balla, quarum quedam situata est juxta terram Roberti Maquerel, et alia juxta terram Ricardi Le Saunier, quindecim busselos frumenti. In duabus peciis terris quas tenet Philippus Cabochart, juxta predictas duas pecias terre, decem et septem busselos frumenti. In terris que fuerunt Petri Le Petit quas dictus Episcopus tenet, unum sextarium frumenti.
Item in parrochia Sancti Germani Lexoviensi, in domo Ricardi dicti Le Grant in Calceya, juxta domum Johannis Le Diacre, quinquaginta tres solidos. In domo Johannis Le Diacre, juxta domum dicti Ricardi ex una parte, et domum Herveu (sic) Le Potier ex altera, quinquaginta quinque solidos. In domo Herveu Le Potier, juxta predictam domum dicti Johannis Le Diacre, triginta solidos. In tenemento as Frogeus in Calceya, quatuor libras. In domo Johannis Le Parquier que fuit Corbigny, in Calceya, octo solidos. In domibus Thome Le Blanqueis et heredum Johannis de Haya, juxta domum ejusdem Thome ex una parte, et Johannis Le Potier ex alia, duodecim solidos, unam galinam, unum denarium. In domo Johannis Le Potier, juxta domum heredum Bertandi Le Verrier ex una parte, et domum que fuit Roberti Le Bouvier ex altera, sexdecim solidos. In domo Johannis Tricot, juxta manerium capituli ex una parte, et domum heredum johannis Fauquet ex altera, undecim solidos. In domo ipsorum heredum, juxta domum Johannis Tricot ex una parte, et domum Matillide La Fauquecte ex altera, sexdecim solidos. In domo Guillermi Le Caucheys, juxta domum Roberti Le Diacre, quindecim solidos. In domo Johannis Tricot que fuit Colini de Calceya, juxta domum Johannis Le Bel, duodecim solidos. In domibus magistri Petri Le Merchier in Calceya, juxta domum Johannis Le Bel, duos solidos. In domo domini Thome Dorenge que quondam fuit Ricardi Gouhier, juxta domum Ricardi Bestil presbyteri, decem solidos. In alia domo dicti domini Thome que quondam fuit domini Ricardi Le Pele alias dicti Lofficialet, juxta domum domini Guillermi de Hamello presbyteri, quatuordecim solidos. In domo domini Ricardi Bestil, juxta domum ejusdem Bestil ex una parte, et domum domini Thome Dorenge, viginti solidos. In domo domini Guillermi de Hamello, juxta domum domini Thome Dorenge ex una parte, et domum domini Johannis Le Perdrieur ex altera, decem et octo denarios. In domo dicti Johannis Le Perdrieur, juxta domum Guillermi de Hamello, quindecim solidos. In domo Dyonisii Le Franceis, juxta domum heredum Thome Caruel, in vico Auboutillier, viginti tres solidos, duos capones, duos denarios, quadraginta ova, duos denarios. In domo Roberti dicti Basin, juxta domum Clementionis Belhoste, viginti solidos. In domo Coleti de Rothomag. in vico Sancti Germani, videlicet in medietate a parte domus Roberti Le Conte, quindecim solidos. In domo Henrici de Fougeyo, juxta manerium magistri Guillermi Baston, duos solidos. In manerio magistri Guillermi Baston, juxta domum Henrici de Fougeyo, tres solidos. In manerio magistri Petri Aude, juxta manerium quondam magistri Guillermi Baril defuncti, quadraginta solidos. In domo Johannis Tison que fuit dicti Robyot, juxta domum Blesoti de Busseria, quinque solidos. In domo Petri Le Tellier aliter Le Moustardier, juxta domum Thome Moton, novem solidos Turon.. In domibus Stephani de Roquis presbyteri et Rogeri Cabot, juxta domum penitenciarii, tresdecim solidos. In domibus Guillermi Engeren alias dicti Poteret, juxta domum Penitenciarii ex una parte et manerium capituli, quod tenet magister Galterus de Fonte, quatuor libras et quindecim solidos. In domo Guillermi de Doito alias Degaugy, juxta domum Johanne de Firfoul ex una parte, et caminum episcopi ex altera, sexaginta solidos. In domo Johannis Huberti, juxta domum Thomassie Guerout, decem solidos. In domo Gilleberti de Quesa, juxta domum cappelani Sancti Stephani, viginti solidos et duos capones. In domo Ricardi de Vasouit super pavimentum, juxta domum magistri Ricardi Anglici, quindecim solidos. In domo Rogeri Asce, juxta domum Roberti de Firfoul, decem solidos. In domo heredum Johannis Goupil, juxta domum eorumdem ex una parte, et domum Petri Alexandre ex altera, septem solidos. In domo Blesoti de Busseria ante hallas pannorum, decem solidos. In domo Colini et Johannis les Mieres, juxta hallam (sic) pannorum ex una parte, et heredes Nicolai de Mara ex altera, viginti solidos. In domibus Johannis Torquetil, Arnulfi Le Large, Ricardi Cousin et Guillermi Viret, duos solidos. In domo Roberti de Glocio ratione uxoris sue in Cultura, juxta domum Roberti de Alneto, viginti tres solidos. In domibus Guillermi Le Cordier, Johannis Le Gignet, Petronille relicte Guillermi de Auquainville et Colini Vaudon in Cultura, quinque solidos.
Item in parrochia Sancti Desiderii, in Campo Hellouin quem tenet episcopus apud Cornoulu, decem solidos. In manerio relicte Nicolai Trop as Feines, juxta heredes Johannis Fauquet apud Coquerel, decem solidos. In duadus peciis terre quas tenet Robertus Baril, quarum una est juxta Rogerum Cabot ex una parte, et viam publicam ex altera, et alia juxta Johannem Fevrier ex una parte, et viam publicam ex altera, sexdecim solidos. In domo Philippi de Vallemont, juxta molendina ad bladum, viginti unum solidos. In quodam clauso super carrerias, retro manerium in quo moratur Radulphus Faitnient, octo solidos. In manerio domini Roberto de Asceyo militis, quondam Johannis de Millouel, apud Millouel, quatuor solidos. Super feodo du Castelliez, centum solidos. In quodam pecia terre vocata La Heugetere, quam tenet Henricus Le Roy ratione uxori sue, juxta clausum Harel, decem solidos. In quadam pecia terre continente quatuor acras, quas tenent Johannes de Mara, Colinus de Coquerel et Petrus de Masuyer, situatas juxta terram Guillermi Le Parquier, unum sextarium frumenti et duas gallinas.
Item in parrochia de Ouilleya, in feodo domini Johannis Le Vicomte militis, per manum prepositi sui, viginti solidos et unum sextarium frumenti. In quadam pecia terre continente tres acras, quas tenent Matheus Berthe, Petrus du Noir et Guillermus Saudemer ratione uxoris sue, juxta terram heredum Roberti Galteri, sexaginti solidos. In quadam pecia terre et gardino, juxta cursum aque de Touqua, per manum Roberti Le Mareschal, viginti solidos. In quadam pecia terre et gardino quas tenent Johannes Philippi et ejus participes, juxta terram Guillermi Cruquen, et terram heredum Petri Le Gendre, sexdecim solidos. In quadam pecia terre quam tenent Thomas Le Caron et Johannes Lami, juxta terram Roberti Rou, viginti solidos. In quadam pecia terre quam tenent Johannes Osberi et ejus participes, juxta terram Johannis de Oulleya, vocata Le Camp-du-Pertus, tres solidos, duas capones, viginti ova. In quadam porprisio quod tenent heredes Durandi Baudri, et quod fuit Aus-Vigneours, et in quadam domo eidem contigua, quindecim solidos. In gardino Guillermi Sansonis, juxta terram domini Roberti de Alenconio ratione capelle sue, sexaginta solidos. In quadam pecia terre quam tenent Henricus et Radulphus Les Feivres, juxta prebendam domini Roberti Bleteron, quindecim solidos.
Item in parrochia de Roquis, in quadam pecia terre quam tenet Radulphus de Fonte, juxta terram Ricardi Le Masle, sexdecim solidos. In feodo Radulphi de Gardino, per manum Thome Le Selier et ejus participes, viginti solidos. In quadam pecia terre quam tenent Georgius Le Breton et ejus participes, juxta terram Radulphi Le Gros, viginti solidos. In domibus, terris et gardinis heredum Ricardi, Colini et Guillermi Les Potiers, quinqueginta quinque solidos. In quadam pecia terre vocata Le-Camp-des-Noes, quam tenent Guillermus Le Bouvier et Johannes Berengier, juxta terram Ricardi Pillon, octo solidos. In quadam pecia terre quam tenet Martinus Laurence, juxta heredes Hugonis Le Rous, duos solidos. In tribus peciis terre et gardini quas tenet Guillermus Ospinel, que fuerunt Henrici Sutoris, sexaginta solidos. In masura guillermi Noblet, juxta queminum episcopi, decem et septem solidos. In quadam pecia terre et gardini quam tenent Vincentius Hardi, Ricardi de Roquis et eorum participes, juxta prebendam de Roquis ex una parte, et terram Radulphi Maseline ex altera, quatuor solidos, unum anser, tres capones, sexaginta ova, tres denarios. In quadam pecia terre vocata Le-Camp-Cadoc quam tenent Radulphus Le Gras et heredes Guillermi de Crael, juxta Robertum Enguenont, unam minam frumenti.
Item in Parrochia de Vallibus, in quatuor peciis terre de vavassorie Aubute quas tenent Johannes Priour et ejus participes, octo busselos frumenti, duos busselos avene, duos cappones et dimidium, duos denarios et obolum, viginti duo ova, duos denarios, obolum. In quadam pecia terre cum gardino et masura quas tenet Guillermus Pinam, juxta heredes Guillermi Aliane, unum sextarium frumenti.
Item in parrochia Sancti Ypoliti, in quadam pecia terre et gardini quam tenet Martinus Vallee, juxta queminum episcopi, sexaginta solidos.
Item in parrochia Sancti Martini, in quadam tenemento continente sex acras, de feodo domini Roberti Vicecomitis militis, quod tenent Guillermus Guillotus, Robertus Thomas et Stephanus de Cathena, triginta solidos.
Item in parrochia de Beuvillaribus, in quadam pecia terre continente dimidiam acram, in feodo de Cortona, quam tenebat Robertus Hugonis et sui participes, quatuor busselos frumenti.
Solvenda hec omnia suprascripta de cetero domino episcopo Lexoviensi terminis hactenus consuetis, necnon et juridictionem temporalem omnimodam cum expletis quibuscumque que nos habuisse et habere in dictis bonis et locis asserimus, que omnia estimata sunt decem libras annui redditus, que premissa omnia et singula usque ad summam octies viginti et quinque libras et viginti sex denarios Turon. ascendunt legitime estimata, in prefatum dominum Lexoviensem episcopum et ejus successores nomine predicte Lexoviensis ecclesie permutationis titulo transferamus et ex nunc transferimus, ea omnia et singula a nostro et capituli nostri dominio quantum in nobis est totaliter abdicantes. Et nos predictus episcopus nostro nostreque ecclesie predicte ac successorum nostrorum nomine, dictis decano et capitulo ac eorum successoribus, ex causa permutationis, et in veram et legitimam recompensationem premissorum, summam octies viginti quinque libras et viginti sex denarios Turonenses, annui et perpetui redditus illius, scilicet monete quam dominus Rex pro suis antiquis redditibus recipiet, capiendam et recipiendam de nostra prepositura Lexoviensi, in puram et liberam et perpetuam elemosinam assignamus et jus dicte summe in puram, liberam et perpetuam elemosinam infra scripto modo percipiende transferimus in eosdem, quam summam assignamus per solvendam eisdem vel habenti quo ad hoc certum mandatum ab ipsis terminis qui sequntur, videlicet quinquaginta quatuor libras quatuordecim solidos et unum denarium in festi Beate Martini Hyemali, quinquaginta quatuor libras quatuordecim solidos unum denarium ad mediam Quadragesimam, et quinquaginta quinque libras quatuordecim solidos ad quindenam festi Beate Marie Magdalene, a prepositis qui pro tempore fuerint nostram preposituram tenentibus seu ab aliis secundum distinctionem inferius annotatam. Et si forte prepositus qui pro tempore fuerit seu alii qui secundum distinctionem infra scriptam solvere tenebuntur in solutione dicte pecunie seu partis ejusdem in singulis terminis cessaverit, volumus quod pro qualibet septimania qua fuerit cessatum post eventum cujuscumque termini loco, dampnorum et interesse deffectus solutionis hujusmodi prepositura nostra et prepositis qui pro tempore fuerit dictis decano et capitulo ac eorum successoribus, in triginta solidos Turonenses illius, scilicet monete quam dictus dominus Rex pro suis antiquis redditibus recipiet teneantur. Et ad hoc preposituram ipsam et tenentem seu tenentes eam specialiter quo supra nomine obligamus et perpetuo volumus obligari, volentes et concedentes nichilomninus quod si nos seu successores nostri nostram predictam preposituram Lexoviensem ad firmam vel alio modo tradiderimus, et prepositus ipsam preposituram recipiens ad firmam vel alias de dicta prepositura seu membris ejusdem usque ad valorem quadringentarum librarum in manu sua retinuerit, dicti decanus et capitulum auctoritate propria per se vel per alium seu alios habentem seu habentes mandatum super hoc ab eisdem et quitacionis litteras sigillo decani Lexoviensis sigillatas, deferentes absque impedimento quolibet a nobis seu a successoribus nostris aut aliis nostro nomine de cetero apponendo ob deffectum solutionis pecunie predicte seu partis ejusdem, tam principalis debiti quam quantitatis adiecte ratione dampnorum et interesse prepositum ipsum in bonis prepositure in manu ipsius retente usque ad valorem predictam quadragintarum librarum, necnon et quibusque bonis aliis ejusdem prepositi et in membris, videlicet que usque ad valorem predictam duxerint eligendum, valeant pignorare libere sicut nos pro jure dicte prepositure prepositum nostrum possumus pignorare absque eo quod post electionem valeant variare illa vice nisi per modum inferius annotatum pignoraque propter dictam causam capta valeant vendere seu distrahere vel distrahere facere consuetudine tamen super distractione pignorum observata. Si vero dictus prepositus preposituram a nobis tenens, ipsam per membra singula seu partes ad firmam aliis tradiderit in tantum quod in manu sua de ipsa non retineat usque ad valorem quadringentarum librarum, prefati decanus et capitulum pignorare poterunt modo predicto tenentes membra seu partes ejusdem prepositure usque ad valorem quadringentarum librarum et non amplius, quos seu quas elegerint illa vice, non excluso preposito, nec prepositura parte, seu partibus apud cum retentis, postquam electionem semel factam, si prefati tenentes sint ad conveniendum faciles et ydonei ad solvendum pro quantitate sibi debita in illo termino non poterunt variare et pignora propter hec capta poterunt distrahere, seu distrahere sicut promissum est absque contradictione qualibet a nobis seu nostris successoribus quomodolibet facienda. Si vero contigerit quod nos aut successores nostri qui pro tempore fuerint nostram preposituram predictam in manus nostras levare et expletare faciamus, et de membris ejusdem usque ad valorem quadringentarum librarum uni vel pluribus firmariis tradiderimus, dicti decanus et capitulum ob defectum solutionis quantitatis sibi debite, tam ratione principalis debiti quam apposite quantitatis ratione interesse in membris seu partibus predictis a nobis ad firmam traditis usque ad valorem quadringentarum librarum duntaxat, quas ut promissum est elegerint, postquam electionem non poterunt illa vice nisi sicut predictum est variare, necnon et in bonis ipsorum firmariorum poterunt pignorandi justitiam sicut nos jure prepositure predicte possumus exercere, alioquin si membra dicte prepositure ad firmam tradita usque ad valorem predicte quantitatis quadringentarum librarum, videlicet non ascendant, predicti decanus et capitulum modo et forma predictis tam in membris seu partibus a nobis ad firmam traditis et in bonis ipsorum firmariorum seu tenentium, quam in aliis membris in quibus sub modo et forma predictis elegerint penes nos et in manu nostra retentis usque ad predictam quantitatem duntaxat membris ad firmam traditis computatis poterunt pignorandi justitiam exercere, dum tamen sint ad conveniendum habiles et solvendum. Nec est intentionis nostre seu alicujus nostrum, quos per permutationem predictam in bonis aliis non expressis in presenti carta specialiter in manus dictorum decani et capituli singulorum que canonicorum et dignitatum remanentibus jus aliquod plus solito nobis Lexoviensi episcopo seu nostris successoribus quomodo libet acquiratur, sed omnia ipsis decano et capitulo quo ad bona illa non expressata in eodem statu remaneant, in quo erant ante permutationem predictam: hoc adjecto quod in domo quondam defuncti Guillermi Le Cesne, juxta domum que fuit Fouquont; in platea Guillermi de Bosco, juxta dictam domum Fouquont; in quadam pecia terre quam tenet Ricardus Coul; in quadam domo ministri et fratrum domus Dei Lexoviensis, juxta portam eorumdem; in domibus Roberti Le Diacre, Colini Le Goulu et Colini Sassey in Calceya; in manerio Philippi de Valmont prope pontem Caprarum; in gardino heredum Guillermi Le Fort apud Coquerel; in terris que fuerunt Guillermi Le Monnier; in terra que fuit Colete La Monniere; in terra que fuit Guillermi de Monasterio; in masura que fuit Stephani Le Nevou quam tenet Ricardus Silvain; in quibus locis dicti decanus et capitulum certos redditus asserunt se habere. Item et in bosco de Sancto Frogento que loco non sunt expressa superius, nec ex causa permutationis domino predicto episcopo predicta assignata, dictus dominus episcopus et ejus successores nomine Lexoviensis ecclesie omni modam justitiam soli et in solidum poterunt de cetero libere exercere absque impedimento per nos decanum et capitulum supradictos aut nostros successores de cetero apponendo, et nos decanus et capitulum supradicti census et redditus nostros et quecumque alia jura in proprietate quam in possessione in premissis proxime nominatis et quolibet eorum nobis competentia retinemus et pro eis nostram poterimus pignorandi pro nostris redditibus et redevanciis nobis debitis aut debendis in eisdem justitiam exercere. Et nos decanus et capitulum predicti prefatos redditus, domos, prata, terras et alias possessiones temporales in civitate et banleuce Lexoviensi una cum nostra juridictione temporali que nobis in eisdem competebat competere poterat et debebat quos in prefatum Lexoviensem episcopum ac ejus successoribus nomine Lexoviensis ecclesia causa permutationis ut promissum est contulimus eidem episcopo et ejus successoribus, garantizare promisimus et defendere secundum patrie consuetudinem, nos et successores nostros ac bona ad nos ratione Lexoviensis ecclesie spectantia specialiter obligando, et nos Lexoviensis episcopus predictam quantitatem annui redditus quam dictis decano et capitulo recipiendam de nostra prepositura Lexoviensi per manus prepositorum sine firmariorum predicte prepositure vel per manus nostras seu gentium nostrarum si nos dictam preposituram in manus nostras contigerit retinere secundum quod superius est distinctum, in puram, liberam et perpetuam elemosinam ut premissum est assignavimus et etiam assignamus percipiendam et habendam dictis decano et capitulo una cum adjecta quantitate pro damnis et interesse et cum justitia pignorandi prout superius est expressum, promittimus bona fide garantizare et defendere secundum patrie consuetudinem nos et successores nostros ac omnia bona ecclesie nostre quo ad hoc specialiter obligando in quorum omnium et singulorum testimonium ad perpetuam rei memoriam, nos memoratus Lexoviensis episcopus sigillum nostrum necnon et nos decanus et capitulum prefati sigillum nostri capituli presenti carte duximus apponenda. Datum et actum anno Domini millesimo trecentesimo vicesimo primo, die veneris ante festum Beate Marie Magdalene.

Aucune indication sur les sceaux.
= Cartulaire de Thomas Basin, ff. 16-20; AD. 14, G. 312 (copie XVIIIeme siècle d’un exemplaire conservé à l’abbaye de Saint-Désir); AD. 14, G 303 (vidimus de 1447 de la confirmation faite par Charles IV en août 1322)

1321 (n. st
Bertran, chevalier: acquisition d’une rente de 4 setiers d’avoine.
= A.D. 14. 2 E 64.

1322
1323
1324
Devis des travaux à faire en la vicomté d’Auge. Fragment concernant le château de Bonneville-sur-Touques; adjudication faite par Nicole Le Loquetier et Jehan Herpin commis sur ce.
= B.N Fr. 25994, 327
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1962, n° 68.

1325
Compte de travaux dans les vicomté d’Auge et de Pont-Audemer.
= B.N Fr. 25994, 341-342
¸ EDIT.: FAWTIER R., Comptes royaux de 1285 à 1314. nos 7298-74002 (Introd. n° 39)
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1962, n° 68.

1326
1327
1328
1329
1330
1331.
1332
Magneville .- Abbas Sancti Audoeni Rothomagensis est patronus ecclesie de Magnaville. Taxata est ad sexaginta libras. Rector solvit pro capa episcopi quatuor solidos et pro circata tres solidos. Abbas Beate Katherine Rothomagensis percipit in decima circa viginti octo libras. Prior de Bello Monte in Algia percipit in decima quadrinta libras ».
=¸ LONGNON, 1903, p. 303 AB.

1332
Patronages appartenant à la famille Bertran:
Briquebec , Dominus Robertus Bertran (p. 312 F et G) Pouillé de 1332.
Breuville Dominus Robertus Bertran (p. 313 D). Pouillé de 1332
Quettetot Dominus Robertus Bertran (p. 313 G et 314 A) Pouillé de 1332
= LONGNON Auguste, Pouillés de la province de Rouen , Paris, Imprimerie nationale, 1903, In-4°, LXXV-600 p.

1332 , 8 mai
Lettre du roi au bailli du Cotentin, touchant une rente de 20 livres sur la terre du Hommet, appartenant à la succession de Thomas de Villers.
« il te appert que les vint libvres tournois par an que ledit Thomas , en temps qu’il vivoit par soi ou par autre levoit et esploittoit sur la terre du Hommet par la main Guy de Bruecourt (Brucourt), chevalier ou de ses gens, à cause de la terre du Hommet, que ledit chevalier tenoit à ferme…
= Léopold DELISLE, Actes normands de la Chambre des Comptes , p. 49.

1332
Briquebec .- Dominus Robertus Bertran, miles, est patronus ecclesie de Briquebec. Rector precipit terciam partem grossarum decimarum in antiquis terris, et in novalibus medietatem. Prior de Bello Monte in Augia percipit duas garbas in antiquis terris et in novalibus medietatem, et percipit in lino et canabo duas partes in terris antiquis et in novalibus medietatem, et totum aliud altalgium spectat ad rectorem. Rector habet manerium presbiteratus in elemosina, continens tam in domibus quam in gardino tres virgatas terre vel eo circa. Rector percipit annuatim per manus thesaur[ariorum] viginti tres solidos, et propter hoc invenit candelam ad majus altare in celebratione missarum. In parrochia sunt tres capelle quarum una est in manibus domini de Briquebec et percipit capellanus dicte capelle offertoria in eadem. Dicta capella taxata est ad decem et octo libras. Alie due capelle sunt in foresta domini de Briquebec. Rector solvit pro capa episcopi octo solidos et pro circata duos solidos. Ecclesia taxata est ad sexaginta libras.
= LONGNON, 1903, p. 312 FG.

1332
Breuville .- Dominus Robertus Bertran, miles, est patronus ecclesie de Berrevilla. Rector percipit omnes grossas decimas et minutas, et totum altalagium; habet manerium presbiteratus continens septem virgatas terre et debet facere custoriam. Taxata est ad sexaginta quinque libras. Solvit pro circata duos solidos et pro capa episcopi tres solidos.
¸ LONGNON, 1903, p. 313 D.

1332
Quettetot .- Dominus Robert Bertran, miles est patronus ecclesie de Quetetot, quantum ad duas vices, et ad terciam vicem spectat ad dominum Thomam de Lenguetot, presbiterum. Rector percipit omnes grossas decimas et minutas, et habet manerium presbiteratus et tres acras terre elemosine juxta cimiterium, et tenetur facere custoriam. In parrochia est quedam capella cujus jus patronatus spectat ad heredes Galteri de Silleyo. Rector percipit omnia offertoria in eadem, et solvit pro capa episcopi quatuor solidos, pro circata duos solidos. Taxata est ad sexaginta libra turonensium.
=¸ LONGNON, 1903, p. 313 G et 314 A.

1332
Le Vrétot .- Abbas Sancti Audoeni Rothomagensis est patronus ecclesie de Ouvritot. Rector percipit terciam partem decime bladorum et lini et canabi, et totam decimam fructuum pomorum; et habet manierum de novo acquisitum continens quatuor virgatas terre sub dominio domini de Briquebec, qui voluit et concessit per susas patentes litteras quod manerium amodo remaneat dicto rectori et successoribus suis pro viginti solidis turonensibus, quos rector et ejus successores solvent dicto domino annuatim. Rector acquivisit quatuor perticas terre in quibus fecit quamdam domum fieri ad usum presbiteratus, et solvit pro eisdem unum bussellum frumenti ad mensuram de Briquebec. Item acquisivit unam virgatam terre cum septem perticis, pro quibus solvit tres bussellos frumenti ad predictam mensuram. Taxata est ad triginta sex libras. Solvit pro circata duos solidos et pro capa episcopi sex solidos. Prior de Bello Monte in Algia percipit duas garbas decime.
¸ LONGNON, 1903, p. 314 BC.

1333 , 13 juin – Ernes
Cest la lettre de la vente de Jehan de Millouel et de Johenne sa fame – Vente par Jehan de Millouel et Jehanne sa femme à Robert Bertran, seigneur de Fontenai le Marmion, d’une rente de quatre setiers d’orge à la mesure de Fontenay qu’ils avaient droit de prendre sur Robert de la Planque, à Saint-Michel en septembre.
= Gustave SAIGE .- Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, Imprimerie de Monaco, 1885, in-4°, XXXIX-230 p.; pp. 165 sq.

1334
1335
1336
1337
De 1338 , 2 octobre à 1343 , 31 juillet
Compte de jean du Moustier, enquêteur des eaux et forêts de France et de Normandie, rendu par sa veuve le 2 octobre 1343. Concerne les hayes et garennes d’Arques et la forêt de Touques.
= B.N Fr. 25997, 365. Deux peaux mutilées
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1962, n° 171.

1339

1340
BUON CXXXIV 1340 , 5 juillet
Traduction et résumé d’un texte pris sur une transcription moderne. L’évêque Guillaume cède au chapitre des propriétés aux Vaux, à Saint-Hyppolite et à Ouilly, promises par Guy de Harcourt, son prédécesseur pour son obit.
A tous ceux qui ces lettres verront ou orront, Guillaume par la grace de Dieu evêque de Lisieux, salut. Comme nous fussions tenus et obligés par une composition faite entre puissant et redouté seigneur Jean comte de Harcourt et vicomte de Chastelaynie, hoir et exécuteur du testament de bonne memoire jadis Guy de Harcourt notre prédécesseur, et nous, sur le débat des acquets faits par icelui en temps que il fut évêque d’icelui lieu, baillés en bonne assiette Ó honorables hommes et discrets le doyen et le chapitre d’icelui lieu, trente livres de rente es dits acquets, pour faire certains obits ordonnés pour le dit notre prédécesseur par ledit comte, sachez que nous, voulant accomplir ce que dit est, avons baillé et assis aux dits doyen et chapitre es dits acquets pour eux et leurs successeurs les rentes qui ensuivent. C’est assavoir: sur Guillaume de La Balle, fils Guillaume de La Balle boucher, 20 boisseaux de Froment, huit deniers à la Saint Michel, et 2 chapons à Noel, à prendre sur une pièce de terre assise en la paroisse de Notre-Dame des Vaulx, jouxte la terre Colin Baudry d’une part et Jean Heber d’autre, aboute Ó la terre Pierre Goupil. Sur Robin Barbe hoir Guillaume Barbe, 20 boisseaux 3 quarterons de froment, 12 boisseaux d’avoine, 8 deniers Ó la Saint Michel, 3 chapons Ó Noel, par raison de certains heritages assis en la paroisse dessus-dite, entre la terre Martin Inqier d’une part et la terre Jehan Inqier d’autre, aboute aux rues de Roustel et à Thomas Inqier. Sur les hoirs Guillaume Henqier, 20 boisseaux 3 quarterons de froment, 15 deniers Ó la Saint Michel, et 3 chapons à Noel. Sur Jean Heber et sur ses parsonniers, 20 boisseaux 3 quarterons de froment, 8 deniers à la Saint Michel, et 4 chapons à Noel, par raison de certains heritages assis en ladite paroisse entre la terre Guillaume de La Balle d’un côté et la terre Robin Poterie d’autre, aboute à la terre Jean Mignon d’un bout et à la terre des hoirs Rogier et Jehan de Beauffay d’autre. Sur Robin Poterie, 20 setiers 3 quarterons de froment, 8 deniers à la Saint Michel et 2 chapons à Noel, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte la terre Jehan Heber d’un côté, abouté à la terre Jehan Mignon. Sur Guillaume Hendry, 1 setiers 3 quarterons de froment, 8 deniers Ó la Saint Michel, et 2 chapons Ó Noel, par raison de certains heritages assis en ladite paroisse, jouxte Richard Priours d’un côté et Pierre de La Balle d’autre, aboute sur la terre Belot Garin. Sur Jean Inqier, 8 boisseaux de froment et 24 boisseaux d’avoine à la Saint Michel, et 2 chapons à Noel, par raison de deux acres de terre assises en ladite paroisse, jouxte Robin Barbe d’une part et les hoirs Le Prince d’autre, aboute aux terres Jehan Mignon. Sur Pierre de La Balle, 20 setiers 3 quarterons de froment, 8 deniers à la Saint Michel, et 2 chapons à Noel, par raison de certain heritage assis en la dite paroisse, jouxte Jehan Inqier d’un côté et la terre aux hoirs Pierre Le Prince d’autre, aboute à la terre aux hoirs Guillaume Huigue dit Pelletier. Sur Richard Priours, 8 boisseaux 20 quarterons et demie de froment, 4 deniers à la Saint Michel, et 1 chapons à Noel, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte la terre aux hoirs Guillaume Huigue dit Pelletier d’un côté, et la terre Guillaume Hendry d’autre, aboute à la terre Belot. Sur Jean Bouffaer, 14 boisseaux de froment à la Saint Michel, à raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte la voie commune du moulin et Jean Inqier d’un côté et d’autre, aboute à la rivière d’un bout et à Guillaume Le Francoys d’autre. Sur Thomas Moustier et sa femme et sur leurs parsonniers, 10 sous, dix boisseaux de froment à la Saint Michel, et 13 sous 6 deniers à la Nativité Notre Seigneur, par raison de certains heritages assis en ladite paroisse, jouxte Belot Bouffaer d’un côté et guillaume Thorel d’autre, aboute au clos Guillaume Pynam. Sur Pierrée fille Michel Inquier et ses parsonniers, 6 boisseaux de froment à la Saint Michel, par raison de certains heritages assis en ladite paroisse en plusieurs lieux. Sur Guillaume Gousselin, 8 boisseaux de froment à la Saint Michel, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte Thomas Roue d’un côté et la voie commune d’autre, aboute à la terre de l’Omosne. Sur Jehan Pycon et ses parsonniers, 31 boisseaux de froment, 19 sous à la Saint Michel, 10 sous 11 deniers à la Saint Andrieu, 4 sous, 5 chapons et 3 gelines à Noel, 60 oeufs, 3 deniers à Pasques, et 9 sous 5 deniers à la Saint Jean-Baptiste, par raison de certains heritages assis en plusieurs lieux en la paroisse susdite et plusieurs pièces: la première est appelée Leucel Tyrel, la seconde jouxte les Riies de Roustel, la tierce jouxte Richard du Quemin, et la quatrième jouxte la terre de Monseigneur Robert Noirepiel. Sur Richard du Quemin, 22 sous 3 deniers à ladite Saint Michel, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte les riies de Roussel d’une part et Le chemin qui mène de Lisieux à Ouillye-la-Ribaude, aboute Ó la terre Simon Turgis d’un bout et à la terre deguerpie par Guillaume Barbe d’autre. Sur Simon Le Saunier, 2 sous 4 deniers à la Saint Michel, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte la terre dudit Simon qu’il tient de feu Jean Le Melle d’une part et Colin Baudry d’autre, aboute au chemin royal. Sur les hoirs Colin Baudry, 4 setiers d’avoine à la Saint Michel, et 3 chapons à Noel, à raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte la parsonne des Vaux d’un côté et la terre Philippe Morin d’autre, aboute à la terre Jouenne La Butesse d’un bout et au chemin de l’Hostellerie d’autre. Sur Guillaume Pynam et Colin Baudry, 7 boisseaux et demie de froment, 31 boisseaux et demie d’avoine à la Saint Michel et 3 chapons à Noel, pour raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte Guillaume Rohes d’une part et la terre Raoul Heber d’autre, aboute à la terre Jehan Le Prince. Sur Guillaume Tyrel, 4 boisseaux de froment à la Saint Michel et 1 chapon à Noel, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte Thomas Roue d’un côté et la terre dudit Tyrel d’autre, aboute au chemin royal. Sur Guillaume Rohes, 1 setier de froment et 2 deniers à la Saint Michel, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse, jouxte Guillaume Pynam et Colin Baudry d’un côté abute à la terre Jehan Le Prince. Sur Guillaume Berout, 1 setier de froment à la Saint Michel, par raison d’une pièce de terre assise en la paroisse de Saint Ypolite, appellée les Sablonnes, jouxte Guillaume du Saucey d’un côté et la voie commune d’autre. Sur Raoul Vyman, 17 sous audit terme, par raison de certain heritage assis en ladite paroisse de Saint Hypolite, et par exprez sur tout l’heritage qu’il tient du bail de feu Henry Hamelin. Sur Richard de la Barberie, 50 sous à la Saint Michel, par raison d’une pièce de prés assise en la prairie d’Ouillye, jouxte le chemin de la prairie d’un côté, aboute au prés de l’abbesse de Lisieux et au couvent d’un bout. Et sur Robert de la Porte, 35 sous à la Saint Michel, c’est assavoir 5 sous par raison de l’allée allant de son manoir situé dans la paroisse Saint Jacques de Lisieux à la Sainctoir, et 30 sous pour un prés assis en ladite prairie, jouxte le chemin dessus-dit d’un côté, et la voie du moulin d’autre, aboute au prés des religieuses. Ces rentes sont données au doyen et au chapitre, garanties par l’evêque, sauf s’il apparaît qu’elles doivent lui rester; celui-ci garde sa haute justice, mais les chanoines n’auront pas à faire d’hommage pour ces droits. Cela fut fait l’an de grâce mil trois cent quarante, le cinquième jour de juillet.

Aucune indication sur un éventuel sceau.
= AD 14. Chapitre, G 305

1341
1342
1343 , 11 mai
Ordre de faire une enquête sur l’âge de Guillaume Bertran.
Les gens des comptes nostre sire le roy à Paris, au baillif de Caen ou à son lieutenant, salut. Comme la terre et seigneurie du Molay Bacon, et de leur appartenances, de nostre amé Guillaume Bertran, escuier à cause de demoiselle Jehanne sa femme, aient esté tenuz en la main de monseigneur le duc de Norm(endie), et ledit Guillaume nous ait présenté lettrres par les queles le dit monseigneur le duc li a de grace donné un an d’age, en le réputant pour agié, et mandé que sa dicte terre li soit delivre ou cas qu’il ne li faudrait que un an d’aage, et pour ce que lesdictes lettres ne autrement ne nous a appert de l’aage du devant dit Guillaume, et que nous en voulons estre certefiez à plain avant que delivrance li soit faite de sa dicte terre et segnoirie, nous vous mandons et commettons que diligemmant et tost enquerez et sachez la certenité de son dit aage et que trouvé en arez envoiez nous senz demeure, feablement, sous vostre scel. Donné à Paris le xie jour de mai, l’an M CCC XLIII
=¸ EDIT. Léopold DELISLE, Actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois (1328-1350) , Rouen, A. Le Brument, 1871, pp. 285-286

voir aussi à 1344 ??

1343
BUON CXLI 1343 , 30 mai
Richard Louvel vend à Giret de La Sauxée un manoir et un jardin, route de Caen, entre la voie de Bourberry et le Merderet.
A touz ceuls qui ces lettres verrunt ou orrunt, Colin de Saint Laurent seneschal de Lis[ieux], salut. Sachies que par devant Guillaume Dubusc clerc notre tabellion jure et de par nous establi quant a ce fere, fu present Richard Louvel qui de sa bonne volente sans nul contraingnement congnut pour lui et pour ses hers avoir vendu, quitie, ocroie et du tout en tout a fin deritage delessie a Gires de la Sauxee pour lui et pour ses hers, tout le droit, action, seigneurie et propriete que il avoit et avoir povet et devoit en un manoir ole fons de la terre et ole jardin derriere, assis en la parroisse Saint Didier de Lis[ieux], entre la maison Jehan des Marez, le chemin de Bourberry et la voie du fieu de Lornolu dun coste, et la maison Jaquet Masset, le doit courant et plusours voisins dautre, abboute au jardin madame labeesse et couvent de Lis[ieux] dun bout et au chemin de Caen dautre, par le pris de trente livres Tournois dont il se tint pour bien paie par devant ledit tabellion. Et permist ledit Richard pour lui et pour ses hers ladite rente audit Girot et a ses hers ou au porteur de ces lettres contre touz et envers touz garder, delivrer et deffendre de touz empeccheemens as us et as coustumes du pais, ou aillours eschanger en son propre heritage value a value suffisament se mestier en estoit par la somme dargent dessus dite. Et avec ceu voult et acorda que ces lettres soient leues et puoplees lui absent ou present, et que ledit Girez pour lui et pour ses hers en ait saisine et possession par main de justice ou sans justice, et que ce soit dauxi grant value en son absence comme en sa presence. Et quant a ce tenir et acomplir et pour rendre et restorer touz coux, damages et depens qui seroient eus ou soustenus en deffaute de ce acomplir, dont le porteur de ces lettres sera creu par son serment au resgart de justice, ledit Richard pour lui et pour ses hers obligea son corps a tenir prison, et touz ses biens meubles et heritages presens et avenir ou que il soient a prendre et a vendre par main de justice sans plet ordene tant que toutes les choses dessus dites soient accomplies en la maniere que dit est. En tesmong de ce nous avons mis a ces lettres le seel de ladite seneschausie, sauf autri droit. Ce fu fait lan de grace mil ccc quarante et trois le vendredi avant Penthecouste.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD 14. Saint-Désir, Hnc.133

1343 , 9 octobre (Saint-Denis)
Travaux faits au moulin de Neuville(-sur-Touques) et au Sap, sur l’ordre du vicomte d’Orbec, par Jehan du Bois-Bernard, fermier de la ferme de Neuville et de la prévôté du Sap.
= B.N Fr. 25996, 177
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1962, n° 175.

1343 , 13 novembre – Saint-Germain-en-Laye
Jean, fils aîné du roi de France, duc de Normandie, comte d’Anjou et du Maine, demande au bailli de Rouen de verser à Gieffroy de Meullent, prieur de Montbotin (à saint-Léger-du-Bosq), 20 l.t. pour la réparation du prieuré à prendre sur les marchandises de bois de « noz forez de Touque ».
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, n) 14 et 17.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 30.

1344 (v. st.) , 14 février –
Don fait par le roi aux habitants de Marolles pour réparer leur église.
Philippe, par la grâce de Dieu, roi de France , au receveur de Beaumont le Roger, ou à son lieu tenant, salut. Nous avons donné et donnons ceste fois de grace especial, pour Dieu et en aumosne, as habitans de la paroisse de Marolles, cinquante livrées de boys pour convertir en la repracion de leur égkise, laquele a esté arse par cas d’aventure … Donné à Espiers, XIIIIe jour de février l’an de grace mil ccc quarante et quatre, souz nostre scel nouvel
= EDIT. Léopold DELISLE, Actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois (1328-1350) , Rouen, A. Le Brument, 1871, p. 325.

1344 , 11 mai Paris
Ordre de faire une enquête sur l’âge de Guillaume Bertran
= B.N Fr. 25997, 398
+ EDIT.: DELISLE, Actes normands , 1871, n° 163 ( sous la date de 1343)
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1962, n° 182.

1344 , 8 juillet – Bonneville-sur-Touques
Lettre de Robert Bertran, sire de Bricquebec, à Robert de Pistres, vicomte d’Auge, lui mandant de garnir d’hommes et de munitions le château de Bonneville-sur-Touques. De Beaumont-en-Auge, 8 juillet 1344. Sceau de cire rouge.
Arch. SHL. A. 6.

1344 , décembre ou 1345 , janvier
Vidimus, confirmation et transformation en don perpétuel du don viagerr fait par le roi le 22 août 1343 à Thibaut de Mathefelon, son chambellan, des biens provenant de la forfaiture d’Olivier de Clisson dans le bailliage de Caen, même si leur valeur réelle dépasse l’évaluation qui en fut faite alors par le bailli de Caen, à tenir en hommage du roi ou du duc de Normandioe, à savoir le manoir du Thuit et ses dépendances: les minières de fer de Beaumont, des droits en forêt de Cinglais, l’église de Mutrécy, les revenus de la foire de Saint-Laurent-de-Condel et les hommages rendus par les seigneurs de Clinchamps et Fauguernon, par le seigneur de Tilly pour un fief à Mutrécy, par jean Marmion pour des fiefs à Bretteville, Cailloué, Amayé, Feuguerolles et Maltot, par Guiot Chèvre pour un fief au Tilleul, par Aubry de Pierrefite pour un fief à Pierrefitte-en-Cinglais , par le seigneur de Dampierre pour un fief à Maisoncelles-sur-Ajon, par le seigneur de Vaucelles pour un fief à Bayeux, par le seigneur de Carville pour Carville, par Robert Rougemer pour Cramesnil, par Pierre Blondel à Franqueville et pour les fiefs de Versainville, Vacogne, Villy et Damblainville (cl. inj.: Chambre des Comptes, bailli de Caen) (fol°. 72, N° 141 fr.) Par le Roi, Chambelan. Collacion faite avec l’original des lettres dessus encorporées. Sine financia. Justic(e)
= A. N. JJ 5676, cité dans: Registres du Trésor des Chartes. Règne de Philippe de Valois. Deuxième partie. JJ 70 à 75.. Inventaire analytique par Jules VIARD et Aline VALLEE , Paris, Archives Nationales, 1979.

1345
1346
1347 , avril
Jean du Bosc vend au prieuré de Saint-Hymer une géline de rente annuelle à prendre sur une demie-acre de terre en bois du fief de Millouet.
= Charles BREARD .- Les Cartulaires de Bricquebec et de Saint-Ymer-en-Auge , Rouen-Paris, 1908, p. 73

1347-1348
Compte de Pierre Auzeré, trésorier de Normandie (Mars-Novembre 1348)
F° 8 ( des notes de H. de F.):
Derspense faite par Pierre Auzere le jeune, trésorier de Monsr. le duc de Noremendie et de Guyenne à cause de ce que ledit trésorier a mis et paié pour et en en la quict. dudit seigneur depuis le vendredi vije jour de mars l’an xlvij que y celui Pierree fut fait trésorier du dit seigneur ensuivant…

F° 9: …
Deniers paiés à plusieurs prsonnes par mandement de Monsr. le duc …:
– à Monsr. de Garancières, à Guillaume Mauvoisin, etc
– Item pour deniers paiès o Jehan Pierres pour l’escripture de VIIxx et VIII paires de lettres pâtentes, scellées des sceaux de Mons. le Comte d’Harcourt, et d’Aubemalle et Mons. Robert Bertran, sire de Briquebec
= EDIT. Alfred COVILLE, Les Etats de Normandie. Leurs origines et leur développement au XIVe siècle , Paris, Imprimerie Nationale, 1894, In-4°, VII-422 p.; p. 347-351
+ B.N. Fr. 6.738. Cité par Henri de FRONDEVILLE, Notes , 16 F, 7

1348 , avril
Robert Dorberne donne au prieuré de Saint-Hymer, trois acres et demie et six perches de terre situées au fief de Millouet avec les maisons, et 29 sous 1 den. et un chapon de rente, en conséquence de la donation par lui et par sa femme de la moitié de leurs acquêts et meubles.
= Charles BREARD .- Les Cartulaires de Bricquebec et de Saint-Ymer-en-Auge , Rouen-Paris, 1908, p. 74.

1348
1349 , 24 janvier – Rocques
Jehan Durant, demeurant en la paroisse de Roques confesse que Richier de Biéville lui avait laissé afin d’héritage 70 soulz d’annuel rente, dus et rabatus sur six livres qu’il devait pour les héritages dont il est tenant.
= Arch. SHL 9f Dossier Rocques. Parch.

1349

BUON CXLVII 1349 , 24 août
Les religieuses affieffent à Etienne Le Caron une maison et le jardin derrière, situe entre le chemin de Saint-Laurent-de-la-Pommeraye et le Merderet, et qui aboute devant l’abbaye. Les moniales disposaient de cette propriété par défaut de paiement.
A tous ceulz qui ces lettres verront ou orront, Jehanne par la permission divine humble abbeesse de labbeie de Notre Dame de Lisieux et tout le couvent dicel lieu, salut. Scachiez que nous abbesse et couvent dessus dis, dun meismes acort et assentement, pour nous et pour nos sucesseures, pour le grant profit de notre ostel, avon baille en fieu et emperpetuel heritage a Estienne Le Caron et a ses hers une maison et un jardin deriere, si comme il se pourporte en lont et en lay avec le fons de la terre et oles arbres dessus croissans portant fruit ou non, laquelle maison ou manoir avec le jardin par deriere nous avon en propre pour la deffaulte de paiemens de la rente qui deue nous en estoit chascun an, assise en la parroisse Saint Didier de Luiss[ieux], en notre fieu, jouxte la maison as hers Jacquet Masset, Henry Le Gardiniez, la riviere de Merderel dun coste, et de lautre a la maison des hers Jehan des Mares, le chemin qui maine a Saint Laurent de La Pommeree, et la terre qui fu a la fame Henry Le Roy, et abboute ledit manoir au grant chemin devant notre ostel dun bout, et de lautre bout avec le jardin par deriere a la sente qui est en bout de notre coulture qui nest appelle le chief de la ville, lequel manoir avec le jardin et le fons de leritage nous lui avon baillie par le pris de sexante diz souls de rente chascun an a nos mains venans, avec les fessanches et redevanches de notre dit fieu, laler et le venir a notre fontaine et les rentes [deues] a monsieur de Luiss[ieux], a estre paiez en notre non et de nos successeures sans ce que notre dite rente dessus [dite] en apetiche, a payer les sexante dit soulz a nos mains venans a ces termes, cest assavoir xxxv souls a la fere du Prey de Luiss[ieux], et xxxv soulz a Pasques ensuivant. Et sommes et seron tenues nous et nos successeures dore en avant ladite fieufe audit Estienne et a ses hers ou au porteur de ces lettres contre tous, envers tous garantir, delivrer, deffendre et meitre hors de tous empeschemens as us et as coustumes du pais, ou aillours eschanger en notre propre heritage value a value suffisament si mestier en estoit, et sur lobligation de nous, de nos successeures et des biens de notre dit moustier a estre pris et vendus pour enterignier ce qui dit est, et pour rendre et restorer tous coux, damages, misses et depens que ledit Estienne ou ses hers pourroient avoir en deffaut de garantir. Et voulons que toutes fois que ledit Estienne ou ses hers pourroient avoir en deffaut de garantir, et voulons que toutes les fois que ledit Etienne pourra trouver xxxv sous de rente bien assis en notre bien, que il [les] nous baille en eschange en descharchans de la rente dessus dite. Et nous promet ledit Estienne pour lui et pour ses hers amender ladite fieufe dedens trois ans pronchain de la value de xx livres par raison de contre pleige, et tenir en estat sans nul emperement. En tesmong de ce nous abeesse et couvent dessus dis avons mis a ces lettres nos propres seaux dont nous uson en telles choses, sauf autri droit. Ce fu fait lan de grace mil ccc xlix le xxiiiime jour du mois de aoust.
Aucune indication sur le sceau.
= AD. 14. Saint-Désir, Hnc.140/1 (pris sur un vidimus de 1435)

1349 19 décembre (samedi avant Noël) à 1350 , 26 janvier (mardi avant la Chandeleur)
–  » Esgrevreul  »
Travaux faits aux moulins des Moutiers-Hubert et de Neuville-sur-Touques sur l’ordre d’Yves de Cleder, receveur de Beaumont, par Jehan du Bois-Bernard, fermier.

1350 , 7 janvier (Jeudi après Tiphaine)
Guill. Martel, châtelain de Pont-Audemer, sergent d’armes du roi et du duc de Normandie, donne quittance au vicomte de Pont-Audemer de 240 l. 12 s. 6 d. pour ses gages de 1348 et 1349.

1350 , 30 janvier
Ordonnance de Jean le Bon sur la Police du Royaume
Titre XLV
De l’échange de l’étain neuf avec le vieux.

 » 221. Nul faiseur de pots et d’escuelles d’estain, ne pourra prendre ne changer le mac vieil avec le neuf, à l’oeuvre de Paris, que le tiers plus qu’ils soulloient avant la mortalité, et denrées d’autres pays a l’advenant; et de ce qu’ils vendront neuf, sans changer, ils prendront gain à l’advenant du prix de change : et ne pourront vendre nulle oeuvre d’estain si elle n’est faite à Paris; et les marchands qui les apportent à Paris, les porteront pour vendre à la halle dessus dite, et non ailleurs. Et ne pourra nul acheter à Paris oeuvre d’estain ouvré audit lieu, pour y revenfdre, sur peine de perdre le mestier, et d’amende volontaires porteront
= ISAMBERT , IV, p. 617

1350 Terme de Pâque
Rôle des amendes des forêts de la vicomté d’Auge taxées par Regnault Le Prévost, lieutenant du verdier (forêt de Bonneville et hayes du Theil-en-Auge) et de Honfleur.
= B.N Fr. 25998, 5791 et 2
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1962, n° 257

c. 1350
Droits d’usage du prieur de Saint-Arnoul en la forêt de Bonneville-sur-Tou¬ques.
= B.N Fr. 25999, 42
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 278

c. 1350
(On a placé dans ce recueil Français 25999 à la date de 1350, toute une série de pièces sans date que l’on estimait au premier abord remonter « au milieu du >XIVe siècle ». En fait certains éléments permettent de donner à quelques uns de ces actes une date plus précise qui peut être fort éloignée de 1350, tel par exemple le compte n° 50 à reporter entre les années 1394-1399. Nous laissons à cette place de 1350 les documents dont nous n’avons pu retrouver la date tout en sachant bien qu’ils peuvent se situer bien avant ou après 1350.)

Fragments de cinq comptes différents de la vicomté de Caen. Revenus des domaines suivants:
1)Brouay et sergenterie de Préaux et de Villers-Bocage.
2) Langrune
3) Louvigny et sergenterie d’Evrecy.
4) verson.
5) Terre de Guéin de Glpion à Anisy et sergenteries de Creully et d’Ouistreham.
= B.N Fr. 25999, 12, 13, 14, 15, et 16.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 279.

1350
Patronages appartenant à la famille Bertran et à quelques autres familles peut-être alliées:
– Saint-Germain-du-Crioult R. Bertran, dominus de Fauguernon (p. 105)
– Notre-Dame-du-Vivier à Fontenay-le-Marmion (Una capella nova in manerio . Roberti Bertran) (p. 116 E)
– Barbeville , Robertus Bertran, miles ( p. 119 B)
– Fumichon , Dominus de Fomuchon (p. 249)
– Le Pin , R. de Vassié (id)
– Saint-Pierre-de-Canteloup , G. de Fumichon
– Ouilly-la-Ribaude , R. de Brucourt
– Jouveaux , Roger Bacon (p. 250)
– Saint-Philbert-des-Champs , Dominus de Fagernone (p. 254)
– Fauguernon , Dominus de Faguellon
– Norolles , Dominus de Faguellon
– Saint-Benoît-d’Hébertot , Dominus R. Bertran (p. 254)
– Saint-Etienne à Honfleur , Dominus R. Bertran (p. 255)
– Rumesnil , G. de Brucourt (p. 258)
– Léaupartie , Dominus G. de Brucourt
– Saint-Nicolas-de-Corbon , Dom. Johannes Tesson
– Corbon , Dominus Johannes Tesson
– Cricqueville , Th. de Silleyo (p. 260)
= LONGNON Auguste, Pouillés de la province de Rouen , Paris, Imprimerie nationale, 1903, In-4°, LXXV-600 p.

1351 , 18 juin (samedi avant la Saint-Jean)
Inventaire des biens meubles de feu Gieuffroy Tibout, mercier, naguère « justicié » à Pont-Audemer, dressé par Jehan Le Viel, sergent de la Londe en présence de plusieurs personnes de Bourgtheroulde; lesquels biens, affaires de mercerie contenues dans un panier, furent vendues pour 40 s. à un mercier nommé Ricard de Saint-Jouen, le lundi après la Saint-Gilles suivant (3 septembre)
= B.N Fr. 25999, 115.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 303.

1351 , Terme Saint-Michel
Fragments d’un compte de la vicomté de Pont-Audemer. Dépenses: 1) pour transport d’argent et en cour d’église; 2) pour envoi de messages; 3) des commissaires envoyés à Lisieux; pour loups et aigles et vivres de prisonniers; 4) pour frais de justice.
= B.N Fr. 25999, 116. Quatre peaux mutilées.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 310.

1352 , 11 février
Raoul de Vaux, écuyer, seigeur de Merville, et Jehanne, sa femme, cèdent à Raoul Sennon, écuyer, de Merville, les sergenteries d’Argences dites sergenteries Baart, tant en royauté qu’en comté, à tenir du roi et du comte en hommage ou par « feuté », en échange du fief et des biens que Raoul avait dans cette paroisse et dans celle de Gonneville.
= B.N Fr. 25999, 127.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 326.

1352 , 31 mars
Me Gilles Verrier, de Rouen, donne quiitance au vicomte de Pont-de-l’Arche, de la somme de 11 l.t. à lui due pour 27 pieds et 1/2 de verre vigneté posé en quatre chassis en la chambre du roi au château du lieu, au prix de 8 s. le pied avec, au centre de chaque panneau, un « dorncement » ((=ornissement, ornementation).
Acte de Robert d’Espretot, garde du sceau aux obligations de la vicomté de Pont-de-l’Arche, signé « Granetel » ,
= B.N Fr. 25999, 127.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 128.

1352 , 19 mai
Colin de Saint-Amand et Jehan du Mont donnent quittance au vicomte d’Auge de la somme de 40 l.t. en doubles noirs de 2 d.t. à valoir sur ce qui leur est dû pour trois tâches à eux confiées par Me Gilles Millet, maître des oeuvres de charpenterie au baillage de Rouen, inscrites à son compte du terme de Pâques dernier, à savoir:
1) couvrir de bonnes tuiles l’appentis de la grande salle du château de Bonneville par devers la forge (35 l.t.)
2) « paumeer » (GODEFROY, Dictionnaire de l’anc. franç. n’a pu retrouver le sens de ce mot (voir paumoier 2).) la maison du cellier de la geôle de Pont-L’Evêque (32 l.t.)
3) faire la cheminée de la salle toute neuve où demeure le verdier de bonne espèce de plâtre (15 l.t.)
Acte de Jehan Target, garde du sceau des obligations de la vicomté d’Auge à la relation de Colin Orient, tabellion pour Robert du Mont.
= B.N Fr. 25999, 145. (id° 165: paiement supplémentaire de 32 l. le 20 juillet 1352)
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 341.

1352 , 22 mai
Michaut Morin et Guillaume Maaille, donnent quittance au vicomte d’Auge pour eux et leurs compagnons de la somme de 40 l.t. à valoir sur ce qui leur est dû pour quatre tâches a eux confiées par Guillaume Millet, maître des oeuvres de charpenterie au bailliage de Rouen, à savoir:
– pour poser 20 milliers d’essendes (= escandes, tuiles) au château de Bonneville-sur-Touques (20 l.)
– pour poser 1 millier de lattes (40 s.t.)
– pour poser 40 milliers d’autres essendes audit château (40 l.)
– pour 10 milliers d’essendes au manoir du roi où demeure le verdier (10 l.t.)
Acte de Jehan Target, garde du sceau des obligation de la vicomté d’Auge.
= B.N Fr. 25999, 147. (id° 161, Quittance semblable pour le complément restant du, 32 l. (10 juillet 1352)
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 343.

1352 , 26 mai
Mahieuhet du Galchet et Jehan Le Conte donnent quittance au vicomte d’Auge des sommes ci-après à eux dues pour divers travaux:
– 40 s.t. « pour tournoier et freer la hambergerie » du château de Bonneville-sur-Touques;-
– 30 s.t. « pour nettier et haussier les chemins »
– 40 s.t. (dus au second seulement) pour redresser et refaire à neuf les praux (?) du château;
– 40 s.t. (au second seulement) pour redresser et refaire à neuf.
Acte de Jehan Target.
= B.N Fr. 25999, 148.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 345.

1352.
BUON CXLIX 1352 , 20 juin

Simon et Durand Baudri, chanoines, et leur frère Nicolas, donnent le jardin de Charnille aux Jacobins. En échange, les religieux autorisent l’inhumation d’Alice de Saint-Laurent, mère des donateurs, dans leur chapitre. En outre ils s’engagent à célébrer une grande messe annuelle et des messes basses tous les jours dans leur église pour l’âme d’Alice et de son mari Durand, citoyen.
Universis praesentes literas inspecturis, Simon et Durandus dicti Baudri Lexoviensis canonici, et Nicolaus Baudri eorum frater, salutem in Domino. Attendentes quod inter mendicantium ordinis fratrum praedicatorum Deo placida pluribus de causis religio (sic) virtuosis operibus illustrata odore pollenti per mundi, climata famosissime diffunditur, eorum qui prope proelucida et salutaria documenta universalem illustrant Ecclesiam, virtutibus decorant, et moribus informant per ipsos, namque totius corpus Ecclesiae, tamque sidus irradiat matutinum, et praecipue ad domum ordinis praedicatorum Lexoviensis, et fratrum ibidem Deo famulantium specialem affectionem gerentes cum inibi vitam religiosam Deo, et toti populo gratam gerant, et licet praesertim his diebus pluribus anxietatibus implicatam, nocte tamen, dieque divino servitio laudabiliter mancipatam priori et conventui dictae domus eorumque successoribus in dicta domo, manerium quondam Guillermi de Capravilla sicut se extendit, situm in parochia Sancti Germani Lexoviensis, cum insula ad dictum manerium pertinente, sicut aqua currens ipsum dividit, et eo modo quo a me prefato Durando ab haerede dicti Guillermi nuper fuerat acquisitum, et etiam gardinum quondam dicti Guillermi prout aqua haereditagium dictorum prioris et fratrum et fossatum seu cursus aquae antiquus nunc occupatus ipsum circuire vel dividere videntur, cum omni jure et dominio ad nos quomodolibet pertinente, de bonis a Deo nobis collatis ad augmentationem divini cultus, et suae domus elargiendum ambitum in piam elemosinam caritatis intuitu nos et nostrum quilibet condonamus, et eorum successores quidquid juris in eis habemus et habere possumus, transferimus per praesentes ab eis et eorum successoribus in perpetuum possidenda. Dicti vero prior et conventus, ad requestam et preces nostras, sui gratia unanimiter, concesserunt corpus Aeliciae de Sancto Laurentio matris nostrae, uxoris quondam Durandi Baudri civis Lexoviensis patris nostri, ad ecclesiasticam in sua prefata domo recipi sepulturam ipsumque corpus in suo capitulo laudabiliter tumularunt. Ibidem, perpetuo remansurum insuper ex uberiori dono gratiae, de suis bonis spiritualibus pro se et suis in dicta domo successoribus liberalius, concesserunt quod unam missam de requiem cum nota die obitus dictae Aeliciae, videlicet tertia octobris ad majus altare, et unam sine nota singulis diebus annorum futurorum in capella contigua suo capitulo a parte sinistra, celebrandas pro animabus Durandi et Aeliciae praedictorum in perpetuum celebrabunt. Et hoc debite et absque defectu bona fide facere liberaliter promiserunt, et cum hoc praefatorum nostrorum parentum animas in suis quibuscumque benefactis, elemosinis et procibus esse participes voluerunt. In quorum testimonium sigilla nostra propria praesentibus literis duximus apponenda. Actum et datum anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo secundo die vigesima mensis junii.
Scellé de trois sceaux.
= AD. 14, Jacobins, Hnc.1 (copie XVIIIeme siècle)

1352 , 18 juillet
Johen Caste donne quittance au vicomte d’Auge de la somme de 50 l.t. à valoir sur ce qui lui est dû pour trois tâches de charpenterie à lui confiées par Guillaume Millet, maître des oeuvres de charpenterie au bailliage de Rouen, à savoir:
– pour faire le comble d’une maison « travessaine » (poutre transversale) toute neuve sur l’arête, en la géôle de Pont-L’Evêque (40 l.t.)
– pour poser 1 millier de lattes (40 s.t.)
– pour faire des sièges tout autour de la cohue de ladite ville (40 l.t.)
– pour faire un pont appelé « le pont de Caplonne » (50 l.t.)
Acte de Jehan Target, garde du sceau des obligation de la vicomté d’Auge.
= B.N Fr. 25999, 163
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 350.

1352 , 17 novembre
Me Gilles de Paris, verrier, demeurant à présent à Rouen (voir l’acte du 31 mars 1352), donne quittance au vicomte de Pont-de-l’Arche de la somme de 37 l 3 s.t. lui restant due sur les 87 l. 3 s.t.0 pour verre mis en la salle du Vaudreuil au-dessus des chassis.
= B.N Fr. 25999, 192. Acte de Robert d’Espretot, garde du sceau des obligations de la vicomté de Pont-de-l’Arche, signé « Granetel » ,
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1962, n° 366.

1352 .- Le Brèvedent
Désistement devant les gens tenant les Grands Jours à Beaumont-le-Roger, pour Philippe, fils du roi de France, duc d’Orléans, comte de Valois et de Beaumont, par ses procureur et receveur, de la garde noble du fief du Brèvedent, qui fut Michel Faveril, au profit de Henry de Creully, de Villiers, écuyer, au droit de ses ancêtres. (Vérification par le vicomte de Bayeux, 1364)
= AD14 – Baronnie de Creully . E 874

1353 , 16 février
Me Gilles Le Verrier (ou Gilles de Paris voir l’acte du 31 mars 1352), donne quittance au vicomte de Pont-de-l’Arche de la somme de 27 l 15 s.t. lui due pour 37 pieds de verre (à 15 s. ler pied) mis en deux pignons à la chapelle de la reine, au Vaudreuil, « lequel verre est ouvré de ymagerie ».
= B.N Fr. 26000, 207. Acte de Robert d’Espretot, garde du sceau des obligations de la vicomté de Pont-de-l’Arche, signé « Granetel » ,
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 374.

1353 , 4 mars
Jehan Le Bel, huchier, donne quittance au vicomte de Pont-de-l’Arche de la somme de 7 l.t. pour ses travaux de lambris au château du Vaudreuil.
= B.N Fr. 26000, 213.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 379.

1353 , 23 octobre (vendredi après le Pardon Saint-Romain)
Jean Peullevé donne donne quittance au vicomte de Rouen de la somme de 14 l. à lui due pour avoir charrié une maison qu’avait fait faire feu Jehan de Gaiac, jadis vicomte de Rouen (Jehan de Gaiac ne figure pas dans la liste des vicomtes de Rouen établie dans la Gallia regia , t. V, pp. 175-176).) en la paroisse Saint-Martin de Quevillon (commune de Duclair) jusqu’au « val des Beus », plus 10 l.t. pour l’avoir emmenée ensuite de là jusqu’aux quais de Rouen.
= B.N Fr. 26000, 242. Acte de Philippe de Magneville, garde du sceau des obligations de la vicomté de Rouen, à la relation de Guillaume Osmont, tabellion.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 399.

1354 , 20 juillet
Inventaire fait par Raoul Labbé, sergent de Pont-L’Evêque des biens meubles vendus ce jour pour 60 s.t. ayant appartenu à Huet Chary, pendu et traîné pour avoir corrompu une fille de 14 ans qui en était morte.
= B.N Fr. 26000, 280.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 408.

1354 , 24 juillet – Pont-L’Evêque
Inventaire fait par Jean du Bois Regnoult, sergent d’Honfleur, des biens meubles vendus 6 l. 5 s.t. de Jehan de Rouen et de sa femme « mis és appeaux du roi (=recherchés) pour souspechon d’avoir naié en hable de Honnefleu Ricart de Mortemer ».
= B.N Fr. 26000, 281.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 409.

1354 , 22 septembre
Inventaire fait par Robin Lescot, sergent de Touques, des biens meubles meubles de Jehan de Maliavalla dit Bon Ami, qui s’était pendu, vendus pour 37 l. 7 s. 4 d. sans compter un écu de Philippe, deux de Jehan, deux gros tournois du temps de saint Louis et 3 plombs à faire menu sel que le vicomte se proposait de faire fondre avec le vieux plomb des gouttières du château de Bonneville.
= B.N Fr. 26000, 297.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 418.

1354 , Terme Saint-Michel
Rôle des impositions affermées de la vicomté de Falaise (Incomplet du début. Concerne les recettes des sergenteries de Falaise -en partie -de Thury, de Saint-Pierre-sur-Dives – en partie – Jumel es Bruns , de Montagu, de Bretteville-sur-Laize, puis les dépenses.
= B.N Fr. 26000, 299-302.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 408.

1355 , Terme de Pâques
« Compte des amendes des habitants » de la vicomté de Pont-Authou taxées par le bailli de Rouen ou son lieutenant aux assises de Pont-de-l’Arche des 29 octobre et 10 décembre 1354 et 21 janvier 1355.
= B.N Fr. 26000, 317
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 427.

1355 , 2 juin
Eslacre des Mares, châtelain et capitaine du château et ville de Caen, ordonne au vicomte du lieu de régler les achats de planches faits par Th. Ferrant, maître des oeuvres du château, se montant à 32 l. 12 d.t.

Détail ; à Rânes: 3 douzaines et 10 planches pour 54 s.
à La Ferté-Macé, 15 douzaines à 10 s. l’unité soit 7 l. 10 s.
à Chamsecret: 9 douzaines à 16 s. l’unité
6 douzaines et demi à 10 s.
2 douzaines de hêtres à 16 s.
7 douzaines de chênes à 12 s.
2 douzaines de 10 pieds de long soit 10 s.t.
à Joué-du-Bois: 3 gouttières, soit 70 s.
à Lignières-la-Doucelles (Mayenne) 1 gouttiere à 20 s.
= B.N Fr. 26000, 337.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 439.

1355 , 9 juin
Ricart Beauvallet donne quittance au vicomte de Caen de la somme de 46 s.t. à lui due: 16 s.t. pour 8 charretées d’argile fournie pour le château de Caen et 30 s.t. pour les deux journées de transport.
= B.N Fr. 26000, 343. Acte de Guillaume du Teil, garde du sceau de la viconté de Caen, à la relation de Philippot Le Petit
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Juin 1963, n° 441.

1355 , 1er juillet
1) Montre de Jean de Graville, écuyer et de trois autres de sa compagnie, Bardin de graville, Jehan Malet, Jehan du Hamel.
2) Lettre d’envoi.
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville 198, n° 11 (4 et 5).
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 33.

1355 , 13 juillet
1) Montre de messire Perceval de Verenes et de trois écuyers de sa compagnie, Gilet Le Viconte, Thevenin Dacilli, Bertaut de Chartres (servant sous le comte de Tancarville)
2) Lettre d’envoi.
3) Ordonnancement
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville 198, n° 11 (6, 7 et 8).
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 34.

1355 , 5 septembre
Thomas Palet, couvreur de pierre, donne quittance au vicomte de Caen de la somme de 60 s.t. pour 8 journées de travail de lui-même et de son valet (au taux respectif de 5 s. et 2 s. 1/2) passées à recouvrir la chambre du bailli de Caen, la chapelle de son manoir et la salle du petit château là où c’était nécessaire.
= B.N Fr. 26000, 465. Acte de Guillaume du Teil, garde du sceau de la viconté de Caen, à la relation de Philippot Le Petit
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 519

1356 (n.st.) 10 janvier
Lettre de l’amiral certifiant que les équipements énumérés ont été remis pour partie à Vincent du Homme, garde du clos des galées, et pour partie à plusieurs écumeurs de Seine et de Somme

Orig. scellé. Bibl. nat., ms. P.O 2089, Nanteuil n° 6.

Nous frère Jehan de Nantuil, prieur d’Acquitaine et admiral de France, faisons savoir à tous que certains estorements des nefs et coques que Robert de Heaumet, vivonte de Monstiervilliers, à achetees en Flandrez pour le roy nostre seigneur, estans a Harefleur dedans la maison de Jehanne Le Courtois, assavoir est: 42 pos de cuivre, 31 caudiere, 12 gredils, 7 andiers, 1 trevet, 3 molles, 40 lanternes, 2 arbamlestez a haucheié, 4 arballestez de cor, 33 arballestez à pié, 13 baudrés, 2 ars, 2 trompes, une huche paine de saietez et viretons, 5 coffres ou il a viretons, 1 bachin laveur et 1 pot, 4 saussiers d’estain, 8 escuelles et 21 que pos que pintes, 205 estus de doués, 3 canons, 80 plates, 58 que bachins que capeaux de fer, 26 gorgierez de coton, 66 guisarmez, 33 haches à bec, 2 dolleures, une tille, 30 tarelles, 2 sarpes, 6 caennnes, 3 grapins, 2 hoquereaux, 7 marteaux, 24 plons et lines, une pièce de toille de palenche, 1 petit fardel de parchaintes, 26 douzaines de longues lanches, 80 douzaines de peetites lanches et une huche pleine de happes, ont este par nous et de nostre commandement baillés et livrés à Vinchent du Homme, garde du clos des gallées de nostre dit seigneur à Rouen et l’autre à plusieurs escumeurs, tant de Seine que de Somme. En tesmoing de ce que nous avons mis a ces lettres nostre seel duquel nous usons en dit office. Ce fut fait le 10e jour de janvier l’an 1356.
= Anne MERLIN-CHAZELAS, Documents relatifs au Clos des Galées de Rouen et aux armes de mer du roi de France de 1293 à 1418. Recueillis et analysés par … , 2 vol., Paris, Bibliothèque Nationale, 1977-1978, 160×243, pp.145-146.

1356 , 28 avril
Jehan Codasne donne quittance au vicomte de Caen de la somme de 36 s.t. à lui due pour 24 pierres de « festeuree » (à 18 d. pièces) fournies pour les travaux du château de Caen.
= B.N Fr. 26001, 549. Acte de Guillaume du Teil, garde du sceau de la viconté de Caen, à la relation de Philippot Le Petit
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 559.

1356 , 28 avril
Thomas Ferrant, charpentier juré des oeuvres du duc de Normandie au bailliage de Caen, donne quittance au vicomte de Caen de la somme de 24 s.t. à lui dus au taux de 6 s.t. par jour, pour être allés deux fois de Caen au bois de Rupierre (à Saint-Pierre-du-Jonquet) pour compter des pièces de bois achetées pour les travaux du château de Caen et les faire amener à pied d’oeuvre.
= B.N Fr. 26001, 550. Acte de Guillaume du Teil, garde du sceau de la viconté de Caen, à la relation de Philippot Le Petit
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 560.

1356 , 24 mai
Amaury de Meulan, chevalier, sire du Neubourg, lieutenant du duc en (Basse-)Normandie, envoie au receveur général Aymar Bourgoise és bailliage de Caen et de Cotentin des impositions et gabelles, la montre du Guillaume Patry , chevalier, avec 3 écuyers, reçue ce jour.
= B.N Fr. 26001, 569. (id° 568: montre correspondante)
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 574.

1356 , 20 juin
Bertaut d’Outreleau, châtelain et capitaine du château de Caen, mande au vicomte de Caen de payer à Lucas Goiet, de La Motte-Fouquet somme de 13 l.t. pour la fourniture de 26 douzaines d’ais de falaise commandés par Me Thomas Ferrant, charpentier, maître des oeuvres du château.
= B.N Fr. 26001, 574.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 590.

1356 , mardi avant la Saint-Clair (28 juin ?)
Quittance donnée par Lucas Goiet, de La Motte-Fouquet, pour les 13 l.t. de l’acte précédent (26001. 574) ainsi que pour 9 l.t. à lui ordonnacées par eslacre des Mares, précédent châtelain, pour la fourniture d’une douzaine d’ais de chêne.
= B.N Fr. 26001, 686. Acte de Guillaume du Teil, garde du sceau de la viconté de Caen, à la relation de Philippot Le Petit.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 590.

1357 , 2 juillet
1) Montre de 7 hommes d’armes et de 8 arbalétriers de la garnison du château de Touques servant sous Jehan Malet, sire de Plasnes, châtelain.
2) Lettre d’envoi.
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville 198, n° 16.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 37.

1357 , 4 juillet
Guillaume Le Prévost, charpentier, donne quittance au vicomte de Pont-de-L’Arche de 10 l.t. pour lui et ses deux frères à valoir sur ce qui leur est dû pour avoir fortifié ‘ »gariter ») la grosse tour du château du lieu.
= B.N Fr. 26001, 604. Acte passé sous le sceau de Robert d’Espretot, garde du sceau des obligations de la vicomté.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 592.

1356 , 8 juillet
Jehan Taverne, charpentier du duc, certifie au vicomte de Pont-de-L’Arche qu’il a mesuré la grosse tour du château du lieu, et qu’il y a trouvé 7 perches et 10 pieds à garnir de guérites; il a adjugé le travail à régler à 8 l. la perche à Guillaume lLe Prévost pour deux perches, à Geoffroy Malingre pour 3 perches et 10 pieds, e à Jehan des Mons pour 2 perches.
= B.N Fr. 26001, 607.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 594.

1356 , 23
Ordonnancements en faveur du trésorier des guerres des sommes suivantes:
1) 10.500 l.t. pour les gens d’armes convoqués à Pont-Audemer pour la défense du pays.
2) 120 l.t. pour plusieurs gens d’armes envoyés vers le Duc.
= B.N Fr. 26001, 625 et 626. Signés: J. de la Roche
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 605.

1356 , 27 septembre
Les généraux députés sur le fait du subside mandent à Kehan d’Orliens et à Jehan Le Villain, trésoriers dudit subside (és bailliages de Rouen, Caux et Gisors) de bailler à guillaume de Brunval, bailli d’Evreux et à Jehan Le Bigot, chevalier, 25 l.t. pour un voyage entrepris sur l’ordre du duc dans les bailliages d’Evreux et de Rouen afin d’y faire armer les gens.
= B.N Fr. 26001, 643. Signé J. de La Roche.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 630.

1356 , septembre
Jehan Helleboust donne quittance au vicomte de Rouen de la somme de 34 l. 19 s.t. à lui due pour avoir coupé en la forêt de Roumare 101 trentaines et demie de bois pour les oeuvres du château de Rouen et 9 trentaines de courbes pour les moulins du château.
= B.N Fr. 26001, 666. Acte de Philippe Mangneville à la relation de Jehan Le Caretier, tabellion.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 632.

1356 , 2 octobre
Quittance donnée au vicomte de Falaise par:
1) Robert de Lasalle, de Falaise,: 20 s.t. pour 6 pelles et 6 « sailles » (seaux) fournies pour apporter l’eau et faire le mortier nécessaire aux ouvrages de maçonnerie entrepris au château de Falaise.
2) Maître Robert Avisse, charpentier: 50 s.t. pour avoir redressé les barbacanes qui étaient tombées des créneaux dans les fossés et réparé les autres abîmées par le vent depuis la fête de Pâques.
3) Maître Jehan Voisin, fèvre: 70 s.t. pour 20 paires de couples ou pentures de fer destinées à fixer les guérites et barbacanes.
= B.N Fr. 26001, 668. Acte de Guillaume Bérenguier, garde du sceau de la vicomté de Falaise, à la relation de Robert de Montfort, tabellion.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 645.

1356 , 19 octobre
Crestien de Couloigne, messager, donne quittance à Aymar Bourgoise receveur général du subside, de 100 s.t. à lui données pour porter de Caen à Paris à Robert de Clemront, lieutenant du duc és bailliage de Caen et de Cotentin, des lettres l’informant « que les ennemis chevauchaient et qu’ils allaient lever le siège de Pont-Audemer ».
= B.N Fr. 26001, 675. Acte passé sous le sceau de Guillaume du Teil, à la relation de Gieffroy Le Honnestre.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Octobre 1963, n° 645.

1357 , 8 juin
Yon de Garencières, chevalier, donne quittance à Gilles de Jumièges, recteur de Crestot (Eure) de 10 écus remboursable à la Saint-Matthieu prochaine.
= B.N Fr. 26002, 726.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 671.

1357 , 6 juillet
Pierre Le Coustour donne quittance au vicomte de Bayeux de 15 l. à lui dues pour avoir abattu dans le parc de Bur 40 chênes et 2 hêtres, les avoir coupés, mesurés par charretées et « exbochiés » (dégrossis).
= B.N Fr. 26002, 731. Acte de Aubry Crépon, garde du sceau des obligations de la vicomté de Bayeux, à la relation de Jehan Gervaise.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 675.

1357 , 10 juillet – Rouen
Les généraux des aides pour la Normandie mandent aux receveurs généraux Jehan Le Villain le Jeune et Eude Climent de faire bailler à Michel du Fresne, curé de l’église de Vienne, commis à la levée et à la recette des aides accordées par les gens d’église du diocèse de Lisieux, 30 l.t. pour subvenir aux frais qu’il à engagés, notamment pour adresser aux doyens copie des bulles du pape compte tenu qu’ils n’ont encore rien perçu.
= B.N Fr. 26002, 734. Fragments des sceaux des trois élus.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 677..

1357 , 31 août
Engueren Quieret, amiral de France, informe le vicomte d’Auge qu’il est en mer devant Honfleur en vue de résister aux ennemis du roi et qu’il lui mande de lui envoyer « toutes les garnisons de boire » qu’il pourra trouver.
= B.N Fr. 26002, 746.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 688.

1357 , 26 septembre
Pierre Roussignol donne quittance au vicomte de Rouen de 10 l.t. à lui dues pour des travaux de plâtrerie et de couverture faits au château de Moulineaux au mois d’août dernier.
= B.N Fr. 26002, 752. Acte sous le sceau de Ph. de Mangneville, à la relation de Philippot Le Petit, tabellion.
¸ Charles BREARD, Essai historique sur Moulineaux , p.j. n° 9, p. 144.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 694.

1357 , Terme Saint-Michel
Compte des versements faits par le vicomte de Montivilliers à Jehan Souvain, bailli de Caux, lors capitaine det châtelain de Pont-Audemer, des amendes perçues par les vicomtes du bailliage au terme de Saint-Michel 1357 dont le produit a été assigné par mandement du Duc de Normandie donné à Bellosanne le 22 mai dernier jusqu’à la concurrence de la somme de 1 426 l. 4 s. 2 d.t. pour ses gages et ceux de sa compagnie (un autre chevalier, 22 écuyers et 25 sergents à pied) depuis le 31 décembre 1356 jour où le château a été remis à l’obéissance du roi jusqu’au 31 mars suivant.
= B.N Fr. 26002, 755.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 701.

1358 , 24 février (samedi après la Saint-Pierre à la chaire) – Caen
Le vicomte de Caen donne quittance à Robert Le Breton, de Boulon (commune de Bretteville-sur-Laize) des 10 l.t. qu’il aurait dû payer à Thibaut de Machefelon, chevalier, seigneur du Tuit (à Boulon), au terme de la Chandeleur pour trois moulins tenus par lui en fief à présent en la main du duc.
= B.N Fr. 26002, 813. Vidimus du 9 avril 1362 du garde du sceau des obligations de la vicomté de Caen. Ce vidimus transcrit aussi des actes des 31 janvier et 18-25 février 1359.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1963, n° 715.

1359
1360
1361
1361 , 20 janvier

Quittance donnée au receveur des 13e des vins à Lisieux par Jehan Biendroit pour un voyage faiit sur l’ordre des élus de Lisieux pour porter au vicomte de Falaise les instructions pour faire crier ladite aide dans sa vicomté.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., T. I, ms. 1460, 49. Acte de Guillaume Verron, garde du sceau des obligations de la vicomté de Pont-Audemer, à la relation de Gilles Le Peletier, tabellion (pièce mutilée)
= IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 100.

1361 , 1er février – Lisieux
Lettre de Coquerel, subject à fournir la poterie de Monseigneur l’Evêque de Li-sieux à son entrée.
A tous ceux etc. Michel Leconte, sénéchal de Lisieux, salut. Sachent que par devant Guille le Prévost, clerc, notre tabellion juré et estably … furent présens Robinet Guernin et Guillette sa femme, de la paroisse de Prédauge, qui donnèrent ensemble et confessèrent que pour le prix de 45 florins de Royal de bon or et de bon prix que eux congurent avoir reçu … devant ledit tabellion ils avaient vendu … à fin de perpétuel héritage … à Robert Delamare et à ses hoirs cest assvoir tout et tel droit, propriété seygneurie et pocession comme les dits mariez avoient … à cause de ladite Guillette en la ville et banlieue de Lisieux, pour raison du mestier de Pottier avec toutes les rentes droitures telles comme iceux mariez avoient accoustumé de prendre et avoir de révérend père en Dieu Monseigr l’Evêque de Lisieux et de ses gens pour leur mestier de Potterye. Laquelle chose ledit Robert sera tenu trouver audit seigneur et à sa famille en la matière accoustumée. Et aussi avec toutes les autres rentes, revenus, conditions et franchises au ditz mariez appartenantz. Les quelles franchises sont telles que nul ne pourra de quelque condition et estat qu’il soit vendre mestier de Potterye en gros ne en détail en ladite ville et banlieue à nul jour ne à tel temps de lan excepté à la foire franche de Lisieux nommée de la foire St Ursin, commenchant la vigille d’icelle feste à heure de Nonne et tout le jour d’icelle à heure de soleil recoussant de laquelle venduz etc. cosnsentent les ditz mariez que les dites lettres soient leues en lieu public aux présens et absens … obligeant tous leurs biens … et jura ladite Guillette sur les saintes âmes … de Dieu et par la foi de son corps … que en ladite vendue aucune chose ne demandera par raison de dot de deniers de conquets, ne de mariage encombré … En témoin de ce à la relation d. tabellion avons mis le scel de la sénéchaussé du dit lieu. Ce fut fait, l’an 1361 le 1er février. Lesdittes lettres lues ès paroisses de Snt., St. Germain et saint Désir de Lisieux le 20 février, présence de … tous témoins.
Henry de FORMEVILLE .- Histoire de l’évêché-comté de Lisieux , t. I, pp. clxiij – d’après l’original aux AD. du Calvados (?)
26 mars 1361. Lisieux, Dives, Annebault
Archives SHL : 1F65 – 26 mars 1361 :
Les élus du roi à Rouen pour l’aide de la délivrance du roi mandent aux élus de Lisieux que Robert de la Tillaie, fermier de l’imposition de Dive, d’ Annebault et de la Chapelle-Hainfray, ¬s’étant vu ôter l’imposition du pain qu’il payait 700 livres et ayant souffert bien 50 livres de pertes qu’il avait avancées à lui causées pour la foire de Dive par les ravages des Anglais, ¬ils lui remettent 250 livres sur le prix de sa ferme qui était de 518 livres

1362 , 20 janvier
Les élus de Rouen mandent aux élus de Lisieux de faire remise de 36 l. 13 s. 4 d.t. aux fermiers de la saunerie de Lisieux sur les 220 l. qu’ils doivent pour ladite ferme: celle-ci avait été prise en temps de « bonne paix » et les revenus biens perçus jusqu’au 17 juillet, jour où les ennemis « vindrent en la ville, coururent et pillèrent icelle et pristrent le marché et quantité dez bonnes gens – et le sénéchal dudit lieu et (les) menèrent en leur fort et depuis ont approché ladicte ville à quatre lieues et courut icelle ». Les élus ont été empêché de faire eux-mêmes l’enquête demandée, car « somptuose chose seroit faire venir les tesmoings par deçà » et en ont chargé la vicomte de Pont-Authou.
= B.N Fr. 26004, 1302. Par Mons. l’evesque de Meaulx . Signé J. Magneville . Jadis scellé de sceaux.
+ IND.: FRONDEVILLE Henri de, Recherches sur la vicomté d’Orbec , p. 30, mention des 2 d. perçus au profit de la ville.- NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1971; 967.

1362 , 1er
Robin Le Conte, dit Robinet donnet quittance à Colart Decroix, connétable du château de Touques, de la somme de 30 florins d’or royaux pour des charrois de bois destinés à la fortification du château.
Actes de Jehan Lengleis, curé de Saint-Mélaine, garde du sceau des obligations de la vic. d’Auge, passé devant Colin Enout, tabellion
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29 nos 196, 197.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 40.

1362 , 29 juillet – Rouen
Les élus du diocèse de Rouen mandent au vicomte de Pont-Authou de faire remise à Thomas Enguelier de 80 l.t. sur les 540 qu’il doit comme fermier de l’imposition du 13e des cidres au détail à Lisieux, et de 20 l.t. sur les 100 qu’il doit comme fermier de l’imposition de la draperie et de la friperie en gros dans la même ville; il avait pris ces deux fermes le 1er février 1361 en période de paix. Mais le 30 juillet, la cité avait été envahie, des maisons arses et des tonneaux pleins de cidre bus, défoncés ou gâtés; peu après, le 5 août, les Anglais avaient pénétré dans Lisieux; si bien que le commerce avit été par la suite très restreint.
= B.N Fr. 26005, 1370.
+ IND.: NORTIER Michel,  » Les Sources … Le fonds français du département des manuscrits  » , Suppl. Ann. de Norm , Décembre 1973; 1008.

1363

1364 – Montgommery
Robert Du Roy, de la paroisse de la Brévière, reconnaît en 1364, qu’il doit à l’abbaye de Falaise dix boisseaux de froment de rente, mesure de Vimoutiers, pour des héritages situés à Montgommery.
= LECHAUDE d’ANISY – in MSAN, VII, 1835, p. 348

1365 – Lisieux
Estienne du Moustier, huissier d’armes du roi et capitaine de Harfleur.
= Léopold DELISLE .-  » Notes sur une collection de titres normands  » , Bull. mon. XX, 1854, p. 438

1366 – Bienfaite
Fieffe par Jean de Bienfaite à Raoul Petit.
Arch. SHL. FF. 94

1367 , 13 avril – Lisieux – Paris
1) Charles V mande aux génbétaux des aides de faire payer 100 francs d’or par an à Rogier le Masurier, capitaine du château de Bayeux, en plus de ses gages ordinaires de 100 francs par an.

2) Mandement correspondant des généraux des aides à Estienne du Moustier, huissier d’armes du Roi, général élu dans les diocèses d’Evreux, Lisieux, Dées, Bayeux, Coutances et Avranches.

Vidimus du 12 mai 1367 de Raoul Roillart, garde du scel des obligations de la vicomté de Caen, traces de sceau, ancienne cote L 5, N° 46. . Au dos, mandement d’Estienne du Moustier à Jean Vauchis, receveur des aides à Bayeux pour lui demander de payer ses 100 francs sur sa recette.
– Voir DELESLE … Charles V , n° 305 et 754.
= François de BEAUREPAIRE , Sources médiévales de l’histoire de Normandie dans les bibliothèques de Bayeux , pp. 4-5. Cf. égalt. n° 2128 5.

1368 , 20 juin
Quittance de 6 francs 1/4 pour gages d’élu donnée par Robert Du Mont, élu du Diocèse de Lisieux sur le fait des aides à Guillaume Chacet, receveur desdites aides
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N° 403

1368 , 13 octobre
Mandement du captal de Buch, lieutenant du roi de Navarre, de tenir compte à Jean Lefranc, vicomte d’Orbec, des sommes par lui dépensées lors du passage du captal et de ses gens à Bernay.
= Coll. Mancel, 1 , 103.

1369

1370 , 6 juin
Henri de Trousseauville, chevalier du roi de France et capitaine de Ferrières (Saint-Hilaire), en son nom, donne quittance à Jehan Le Franc, vicomte d’Orbec et la somme de 16 francs d’or pour la garde du fort de Ferrières depuis mai précédent suivant mandement du Conseil du roi de Navarre.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. III, n° 55.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 46
+ IND. IZARN, Compte … du roi de Navarre , p. 226, par. 2.

c. 1370
Sergenterie de Mouard (Moyaux ?)
Fierville, Le Fauq, Saint-Jean-de-Lyvet (Saint-Jean-de-Livet), Brévedent, Esparfontaines (Eparfontaines), Saint Ligier d’Ouillie (Saint-Léger-d’Ouilly), Fierfol (Firfol), Fumichon, Hermival, Saint Martin d’Ouillie, Asnières, Saint-Denis-du-Val-d’Orbec, Saint Pierre, Saint Hippolyte de Canteloup, Saint Léger de Glatigny, Fontenelles, Fauguernon, Nouerolles (Norolles), Saint-Philbert-des-Champs, Escorcheville, Sainte-Croix de Cormeilles, Saint-Seveistre de Cormeilles, Mouard (Moyaux), Le Pin, L’Ostellerie (L’Hôtellerie), Saint-Martin-de-la-Lieue
= BN Fr. 26.010, N° 1087
+ IND. AD 76 16 F 7. Fonds de FRONDEVILLE.

1371 , 25 avril – En notre chastel du Louvre
Charles V rend à « notre aimée et féale Philippe Bertran, dame de rays et de Ronceville », et à « notre aimé et féal Claude Gerard, sire de Rais, son fils et hoir principal, » la seigneurie qu’ils pouvaient avoir en la ville de « Honfleu ». (Honfleur)
Par le Roy
J. de Remis
= B.N. Copie, collection Fontanieu, portef. 92-93, n° 75.
+ IND. Léopold DELISLE, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380) , Paris, 1874, p. 397, n° 771

1371 , 1er octobre – Saint-
Lettre d’envoi de Henri, sieur de Thiéville, commis par les maréchaux de France à recevoir les montres du Connétable de France et des siens concernant la montre de Johan Bacon, chevalier et de deux écuyers reçue ce jour.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. III, n° 62.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 47.

1372 , 14 juin
Jullien Cappon, écrivain de la galée de messire Renier de Grimaldi (« de Grimaude ») reconnaît avoir reçu de Richart de Cormeilles, panetier du roi, pour deux mois de ravitaillement: 28 queues pleines de biscuit pour la nourriture des marins attendant le départ à Rouen, 200 quintaux de biscuit, 3 douzaines d’écuelles, 2 douzaines de plats et 4 gallons, le tout d’étain, 15 aunes de canevas pour faire des sacs, 25 aunes de canevas pour faire des voiles, 6 cents de suif, 1 chaudière d’airain, 1 chaudron d’airain, 1 pelle de fer, 1 cuiller de fer, 1 lampe de fer, 2 « frisis » d’acier, 14 trépied de fer, 1 gril de fer, 1 croc à chair, 1 hache, 1 grand couteau de cuisine, 50 écuelles de fût, 2 grandes jattes de fût, 1 mortier de fût, 1 « pestel », 2 pelles de fût, 4 seilles de fût, 2 grands paniers d’éclisse d’osier, 12 hanaps, 12 chandeliers de fût, 4 lampes de « voirre », 2 « quemies vergnies », 3 douzaines de grandes aiguilles pour coudre les voiles et 6 queues vides pour l’eau douce.
Acte de Philippe de Mangneville (Acte passé devant devant Nicolas le Mestre, tab. à Rouen ?).
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. III, n° 67.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 48.

1373

1374
1375 , 22 janvier – Pont-L’Evêque
Information de Robert Assire, vicomte d’Auge, pour savoir si Jean de La Tillaie, écuyer, est bien au droit de sa femme héritier de Philippot du Mont, mort en 1374, alors qu’il était en la garde du roi à cause d’un fief assis à Tourgéville.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 315.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 13.

1376

1377 , 18 janvier
Information de Guillaume Charles, lieutenant de Jean Le Dyacre, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde noble d’Agnès de Villerville, fille de feu Raoul de Villerville, femme de Jean Grente, écuyer.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 322.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 13.

1378 – Lisieux
Le roi donne aux bourgeois et habitants de la forteresse et ville de Lisieux, deux deniers des douze deniers de l’imposition de douze deniers pour livre ayant cours en lad. ville et forobours d’icelle pour convertir ès fortifications et emparements de ladicte ville et forteresse
= L. DELISLE .-  » Sur une collection de titres normands provenant de la Cham¬bre des Comptes « , Bull. mon. , XX, 1854, p. 438

1378
Fragment de l’Assiette d’une aide levée en 1378 en diverses vicomtés de Normandie. Partie de la vicomté d’Orbec (la seule subsistante)
C’est l’assiette de la somme de quinze mille cent quatorze livres six soulz tournois …
Sergenterie de Moyaux
La paroice de la Chappele Harenc pour partie (Chapelle-Hareng) ij franc
Saint Martin de Courtonne xx s
Nourolles (Norolles) xx f.
Firfol xxiiij f.
Coutonne la Murdent pour partie (Courtonne-la-Meurdrac) xxvj f.
Foumiçon (Fumichon) l f.
Faux guernon (Fauguernon) xxvj f.
Marolles en partie xxiiij f.
Saint Philbert des Champs lxx f.
= BN Fr. 26.015, N° 2380
+ IND. AD 76 16 F 7. Fonds de FRONDEVILLE.

1379 , 26 janvier
Les gens des comptes du roi étant à Evreux pour l’audition des comptes des terres du roi de Navarre demandent à Jehaan Le Franc, commis à recevoir les revenus de celles-ci, de verser au prieur de saint-Hymer-en-Auge, suivant sa supplique, la somme de 11 l.t. 12 s. 1 d. ob. t. à prendre sur les arrérages baillés à lever à Ricart du Rouil au titre de ses comptes de vicomté.
Signé: Broichier
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville , 217, n° 14.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 56.

1379 , 19 mai
Jehaan Desuillot et Pierre de Cracint, maîtres des oeuvres de charpenterie et maçonnerie du roi en la vicomté de Rouen, attestent devant le bailli de ladite ville qu’à la requête du vicomte d’Auge ils ont vérifié les rôles et l’état des travaux faits au château de Touques et à la cohue de Danestal.
= Arch. nat. KK 1338, n° 39.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 42.

1379 , 28 octobre
Information de Jean Le Grant, vicomte de Caen, pour mettre hors de garde noble Robinet Le Valoys, né à Caen, qui était en la garde du roi pour des biens sis en la vicomté de Pont-Audemer.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 143.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 16.

1380 , 10 mai
Information de Jean des Wys, vicomte de Pont-Audemer, pour savoir su feu Jean Douville, de Martainville-en-Lieuvin, qui tint la ferme de la sergenterie du Mesnil, avait suivi le parti du roi de Navarre.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 147-148.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 16.

1380 , 27 mai
Information de Guillaume du Gardin, maître des eaux et forêts, sur la valeur des bois enlevés sur les biens du Baudrain de La Heuse à Bourneville, pour les travaux du siège du château de Pont-Audemer.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 169.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 16.

1380 , mai
Information de Jean des Wys, vicomte de Pont-Audemer, pour savoir si les fiefs du Camp-Héroult, à Bosbénard-Commin et de Flancourt doivent être mis en la main du roi à cause de la forfaiture de Jean de Trousseauville, partisan du roi de Navarre.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 149.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 16.

1380
« Le compte de Jean de Wys pourrait faire supposer qu’au début du règne de Charles VI il y avait fusion complète au point de vue administratif entre les vicomtés de Pont-Authou et de Pont-Audemer. En réalité, rien n’est moins certain. La Bibliothèque Nationale possède en effet deux fragments de compte qui remontent l’un aux environs de l’année 1380 (Frnç. 26017, n° 68) et l’autre au mois d’août 1382 (Franç. 26019, n° 344) La distinction entre les deux vicomtés y est nettement établie. Dans le compte de 1382, le plus complet, qui s’intitule: Compte de l’aide ordonnée a estre levée sur les menus breuvaiges et les draps en Normandie , la vicomté de Pont-Authou se compose des sergenteries des arrières-fiefs de Moyaux, de l’exemption de Bernay, de saint-Evroult, des arrières-fiefs de Préaulx et de Montfort; dans la vicomté de Pont-Audemer sont rangées les sergenteries du Mesnil, de Préaulx et d’Epaignes. Le compte de 1380, complet pour la vicomté de Pont-Authou, est entièrement conforme au compte de 1382. On voit que l’un et l’autre présentent de notables différences avec le compte de Jean de Wys et les fragments des comptes de 1495-1496. Dans le même ordre d’idée, il convient de signales un mandement de Richard de Houdetot, bailli de Rouen, et de Gisors, adressé au vicomte u Pnt-Authou et daté de Rouen, le 14 mars 1388 (n. st.). Le bailli fait remarquzer que le bailliage de Pont-Audemer, récemment enclavé dans celui de Rouen, en a été de nouveau séparé, et il ordonne au vicomte de ne plus rzenir à Montfort les plaids de la sergenterie de Romois et de la Londe, mais d’n reporter le siège au Bourachard, où il était fixé précédemment (B.N. Franç. 26022, n° 1158. Original).
= dans M. LE CACHEUX, Compte de la vicomté de Pont-Authou pour la rançon d’Olivier Du Guesclin dans Mélanges publiés par la Société de l’Histoire de Normandie, 6e série, 1906, pp. 307-330

1381 , 21 juin – Lisieux
Les « gouverneurs généraux et conseillers en la province de Rouen sur le fait de l’aide nouvellement octroyée par le roi pour la provision et défense du royaume », déclarent qu’étant informés par chevaliers et écuyers « fréquentant les armes » que Pierre Ferry est noble et procréé de noble lignée s’est armé et arme de présent continuellement ès propres guerres du Roy, ils mandent aux élus du diocèse de Lisieux de tenir ledit Pierre quitte et paisible dudit aide.
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N° 402

1381 , 1er décembre
Information de Michel Jourdain, lieutenant de Guillaume Mauvinet, bailli de Caen, et de Regnaut Bigaut, vicomte de Falaise, sur la diminution de valeur des biens tenus en fiefferme par Henri de Thiéville: moulin d’Ouville-la-Bien-Tournée et bois Frémin Le Picart en la sergenterie de Saint-Pierre-sur-Dives.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 159.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 17.

1381

« Dans un procès au Parlement de Paris, Philippe Bertran, fille du maréchal Robert de Bricquebec, produisit en 1381, la descendance des Clisson de Guillaume Bertran, seigneur de Thury et de Tuit. Cette note contient des inexactitudes, elle omet notamment un degré, celui du père du maréchal, elle mérite pourtant d’être reproduite ici:
« Cest la déclaration baillée en gros et en substance par Jehan de Bethisy, procureur de madame Phe Bertran, dame de rays et de Roncheville, à maistre Nicolas de Lespoisee,procureur de M. le comte d’Alençon.
« Fu messire Raoul Tesson, sire de la Roche Tesson, de Tuit, Tury, Fontenay le Marmion et d’autres terres, ot III filles;
« L’aisnée fu mariée au fils du sire de Hambye;
« La IIe fu mariée à messire Robert Bertran et lui furent donnés en mariage les terres de Tuit, Tury et Fontenay le Marmion.
« La IIIe fu mariée à J. de harcourt.
« De messire Robert Bertran et la seconde fille yssire messire Robert et messire Guillaume, chevaliers;
« Dudit IIe messire Robert yssi messire Robert bertran mareschal de France;
« Dudit messire Robert, mareschal yssi la dicte madame Philippe, sa fille et héritière;
« Du dit messire Guillaume Bertran, fils dudit premier Robert Bertran, yssirent III filles dont l’aisnée fu mariée à messire Guillaume, sire de Clisson, et lui fut donnée en mariage la terre de Tuit;
« Dudit messire Guillaume de Clisson et de la dite fille yssi messire Guillaume, sire de Clisson et de Tuit;
« Dudit IIe Guillaume, sire de Clisson yssi messire Olivier, sire de Clisson et de Tuit;
Dudit messire Olivier de Clisson yssi messire livier de Clisson, qui a present vit.
« Tradita curie XXVII julii anno Domini M CCC octogesimo primo. »

= A.N. Xic 43
=¸ EDIT. Gustave SAIGE, Cartulaire de la seigneurie de Fontenay-le-Marmion provenant des archives des Matignon publié par ordre de S.A. le Prince de Monaco , Monaco, 1885, note 3, p. XXX.

1382 – 13 janvier – Formentin
 » La lettre de 26 livres de rente, pour la fiefferme de Fourmentin que paie de présent Pierre Baignard, écuyer, sieur de la Roque « .
= Cartulaire lexovien , N° 22, f° 20 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 317

1382 , 4-10 juillet
Information de Regnault Bigaut, vicomte de Falaise pour la mise hors de garde de Robinet du Neubourg, écuyer, né en 1362, fils de Bidault du Neubourg, chevalier, mort à Saint-Pierre-sur-Dives en 1362.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 165-166.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 18.

1382 , 4 septembre – Lisieux
Le vicomte de Pont-de-L’Arche, sur l’attestation des collecteurs de cette vicomté, certifie que Pierre Ferry, écuyer, n’a rien payé de la somme de 6 sols 8 deniers pour laquelle il avait été porté sur le rôle de l’aide levée pour la défense du royaume ( cf. acte du 21 juin 1381).
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N° 402

1382 , 21 septembre
Information de Robert Assire pour savoir si lors de l’information du 27 mai 1380, la valeur des bois enlevés sur les domaine de Baudrain de La Heuse à Bourneville, n’a pas été surestimée.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 169-170.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 18.

1382 , 1er décembre
Transaction entre l’abbaye de saint-Ouen de Rouen, et Philippe Bertran, dame de Rais et de Roncheville au sujet de la nomination du prieur de Beaumont-en-Auge
= AD 76. 14 H 798

1383
1384 , 24 avril
Information de Regnault Bigaut, vicomte de Falaise sur la valeur des biens qui appartinrent à Colin Agnelley, dit Taquet, écuyer, condamné vers 1358 pour crime de lèse-majesté, sis à Ecots, Vieux-Pont, Mittois, Boissey, Saint-Pierre-sur-Dives et Courcy.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 183.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 19.

1384
Amendes de la verderie des bois d’Orbec, depuis Pâques jusqu’à la Saint-Michel 1384.
= Coll. Mancel, 1 , 104.

1385 , Saint-Laurent-du-Mont
Information de Guillaume Le Dyacre, vicomte d’Auge, pour savoir à quel titre Fouquet du Val-Aubry possède un clos tenu du roi à Estrées-en-Auge.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 189.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 20.

1385 , 16 décembre
Information de Guillaume Le Dyacre, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde noble de Jean Le Chambellenc, de la paroisse de Saint-Thomas de Touques, né à Touques en 1365.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 193.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 20.

1386 , 16 mai
Information de Jean des Wys, vicomte de Pont-Authou, sur la valeur des biens et du revenu des enfants mineurs de Robert Capperon, chevalier, mort au retour des Flandres: fief de « la Gayerie », à Lieurey, du « Blohyouly » à Bois-Hellain, de la Capperonnière, à Bonneville-la-Louvet, de la Vallée à Hecmanville, de la Cour-du-Bosc à Pierrefitte-en-Auge.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 197-199.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 20.

1386
1387 – Lisieux

Titre justificatif de la perte de la plus grande partie des titres de l’évêché de Lisieux. 1387 – 1456 – 1475 – 1612; Copie collationnée sur les originaux.
= Arch. SHL – 11 FA 34.

1388 , 20 mai
Information de Guillaume Le Diacre, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde noble de Jean de Gerrots, écuyer, sieur de Gerrots, né à Gerrots en 1367.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 219-220
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 22.

1389.- Le Brèvedent
Acte accordé, au seigneur, baron de Creully, de sa réclamation de la tenure et mouvance du fief du Brèvedent.
= AD14 – Baronnie de Creully . E 874

1390 , 26 août – Rocques
Guillaume Le Potier, de Rocques, gaige à Messire Raoul Descamps, curé de Rocques, une somme de 72 sols tournois
= Tabell. Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1390 , 16 octobre – Rocques
Guillaume Le Potier, et Guilette sa femme, de la paroisse de Rocques, vendent à Messire Raoul Descamps, curé de Rocques, une pièce de terre à Rocques, moyennant VIII livres tournois
= Tabell. Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1390.- Le Brèvedent
Mandement du bailli de Caen, obtenu par le baron de Creully, concernant la réunion des fiefs et héritages relevant de la baronnie par défaut d’aveux.
= AD14 – Baronnie de Creully . E 874

Information de Guillaume Le Diacre, vicomte de Falaise, sur l’âge de Colin Bonnechose, écuyer, pour la mise hors de garde noble de sa femme Jeanne de Guisay, née à saint-Pierre-sur-Dives en 1366 ou 1367, qui était avec sa soeur en la garde du roi à cause du fief de Hiéville.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 21
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 26.

1391 , 12 octobre – Rocques
Messire Raoul Descamps, curé de Rocques, baille à rente à Robert Maseline, une pièce de terre à Rocques.
= Tabell. Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1391 , 17-18 octobre
Information de Guillaume Le Diacre, vicomte de Falaise, pour la mise hors de garde noble de Raoul du Merle, écuyer, né à Messei en 139, fils de Jean du Merle, chevalier, seigneur de Messei qui était en la garde du roi à cause du fief de Saint-Julien-le-Faucon.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 21-22.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 26.

Information de Guillaume Le Diacre, vicomte de Falaise, pour la mise hors de garde noble d’Yves de Vieux-Pont, seigneur de Vieux-Pont, né à la Ferté-Ernault (Eure-et-Loir) en 1367, fils de Jean de Vieux-Pont, chevalier, qui était en la garde du roi à cause de la seigneurie de Vieux-Pont venue aux mains dudit Jean en 1370.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 23.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 26.

1391 , 4 novembre
Information de Nicolas Marie, vicomte de Caen, su la valeur des héritages échus à Guillaume de Vierville, chevalier et à Marie de Creully, sa femme, de la succession de Louis de Creully, mort en Barbarie, qui avait été en la garde du roi: baronnie de Creully, seigneuries de Monthuchon et du Mesnil-Bis, rentes à Basseneville, Saint-Clair-en-Auge et Goustranville, à la Boissière, à Ingouville, à Octeville, à Saint-Jouin (S.-Mme).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 25-27.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 26.

1392 , 9 juin – les Vaux
Fut présent Guillaume de Grannullier, des vaux, qui gaiga à Mess. doyen et chapitre la somme de XXV soulx pour cause de certaine euvre de carpenterie qu’il devoit faire au moustier des Vaux, à paier à la saint Jehan prochain venant .
= Tabell. Lisieux ( détruit ) . Analyse Et. Deville

1392 , 16 juin – Rocques
Jehan Le Petit, dit Godin, de la paroisse de Rocques, qui congnut que pour la somme de 60 sols ts. il avait vendu à Messire Raoul Descamps, prestre, curé de Rocques, 5 sols ts. une gueline de rente par chacun an, les 6 sols à la Saint Jehan et la gueline à Noël sur une pièce de terre à Rocques.
= Tabell. Lisieux. Analyse Et. DEVILLE

1392 , 15 septembre
Information de Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde noble de Jean Gosse, écuyer, fils de Colin Gosse, écuyer, mort en 1377, et sur la valeur de son revenu: fief de Caudemuche (commune de Cresseveuille), de Victot et de Héroussard, à Saint-Jouin.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 47-48.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 27.

1393 , 16 février – Paris
Les généraux conseillers des aides assignent à Philippot Périer, grénetier du grenier à sel de Pont-Audemer, sur sa recette, la somme de 8 l.t. (à raison d’une l.t. par jour) pour ses frais d’être venu à Paris apporter 300 l.t. en blancs de 10 d.t. et fixent une indemnité de 60 s.t. au voiturier, ainsi qu’à l’homme chargé d’assurer la sécurité du transport.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., T. I, ms. 1460, 118. Scellé de deux sceaux plaqués
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 102.

1393 , 21 juillet
1) Montre de Yon de Garencières, chambellan du roi, châtelain et capitaine du châyeau de Caen, et de 6 écuyers: Henry de Mailloc, Richart de Mailloc, Aymeri de la Pallu, Jehan de la Pallu, Guillaume de la Bigne, Charles le Trays, prise par le lieutenant général du bailli de Caen.
2)Lettre d’envoi de ce dernier à l’adresse d’Aubert Levesque, « reveveur de certain somme de fiance ordenée estre cueillie et lmevée sur pluseurs ville de la chastellerie de Caen pour estre exempte du guet dudit chastel ».
Lettre d’envoi signée Hardeville .
= Bibl. mun. de Rouen, Martainville 119 , n° 6 (19-20)
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 73

1393 , 4 février – Pont-Authou
Information de Jean des Wys, vicomte de Pont-Authou, suer la valeur d’un hôtel sis à Lisieux, appartenant à Richard de Chaulieu, écuyer, et que le vicomte veut mettre en la garde du roi.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 51.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 28.

1393 , 4 juin – Harfleur
Information de Billart Le Vavasseur, lieutenant de Jean Godin, vicomte de Montivilliers, sur la valeur de la ferme de 4 deniers pour livre sur les « marchandises traites hors du royaume des villes et prévôtés de Harfleur et de Leurre, par les Castellans, Portugalois et Espagnols et des …marchandises par eux vendues esdites prévôtés.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 21-22.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 27.
! commerce avec l’extérieur

1393
Transaction entre Jeanne de Rais et de Roncheville et Bertrand Paynel, chevalier, au sujet de la terre de Sahurs.
= A.D. 14. 2 E 64.

1394 , 27 février
Information de Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde noble de Jean du Mont, écuyer, fils de Robert du Mont, écuyer, mort en 1380.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 81.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 29.

1394 , 29 mars
Information de Richard de Cormeilles, vicomte de Rouen, pour savoir si le bailli de Rouen avit le droit de modérer l’amende infligée par Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge, à Guillaume du Haussay, laboureur, coupable d’avoir, au sortir d’une taverne, crévé l’oeil gauche d’Ernoul Le Lainier.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 145.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 29.

1394 , 8 novembre
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Orbec, pour la mise hors de garde noble de Jean de Mailloc, écuyer, fils de Jean de Mailloc, écuyer.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 95.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 30.

1394 – Angerville
Lettre de Louis, duc d’Orléans, portant réduction de la ferme d’Angerville en faveur des religieux de Beaumont (copie)
= Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389), Paris, 1976, p. 174.

1395 , 17 germinal
Information de Jean Le Lieur, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, pour la mise hors de garde noble de Colinet Le Vicomte, écuyer, qui était en garde la garde du roi à cause de la terre du Torquesne; il possédait aussi celle d’Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 107.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 31.

1395 , 8 avril – Touques, Pont-L’Evêque
Information de Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge, pour savoir si une maison et un pré sis à Pont-L’Evêque et qui avaient appartenu à feu Jean Guérin, ont été mis mal à propos en la main du roi.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 81.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 31.

1395 , 7 juillet
Information de Thomas Noël, lieutenant du vicomte de Caen, pour la mise hors de garde noble de Roger d’Ecajeul, écuyer, de la paroisse de Merville.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 113.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 32.

1395 , 7 juillet – Cormeilles
Information de Jean Le Lieur, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, sur l’assiette des terres et revenus de Richard de Cormeilles, désire transférer à son fils aîné Guillaume à l’occasion de son mariage: biens à Cormeilles, Saint-Pierre et Saint-Sylvestre de Cormeilles, Quetteville, et au Faulq; fief de Quetteville, fief de Grangues à Quetteville, fief de Norolles.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 115.116.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 32.

1395
Information de Jean Le Lieur, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, pour faire savoir que le fief de Beaumont et la fiefferme de la Bataille, à Bourneville, sont échus en la garde du roi à cause de la minorité des enfants de Jean de La Heuse, chevalier, mort à Touques le 2 octobre 1391, après la mort à Rouen, le 1er mai 1393, de leur grand-père Le Baudrain de La Heuse.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, pp. 101.102.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 33.

1396 , 2 mars – Touques
Information de Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge, sur les sergenteries fieffées de la forêt de Touques pour savoir si celle que tient Colin Cavelier est entière ou seulement une portion de sergenterie.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 279.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 33.

1396 , 14 avril
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Orbec, pour connaître la mouvance des terres et du manoir tenus à Drucourt par Simon Belin.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 287.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 33.

1396 , 11 décembre – Lisieux
Information de Jean Le Lieur, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, pour la mise hors de garde noble de Guilbert Louvet, écuyer, né en septembre 1375, fils de Jean Louvet, écuyer. Il possède du chef de son père les terres de Fontaine-la-Louvet, de Livet (Calvados) et de Bosc-Roger (Eure, commune de Barquet) et de celui de sa mère les fiefs de Cantelou (Saint-Hippolyte) et de « Sernay », en la vicomté de Pont-Authou.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 297.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 34.

1396 , 26 décembre
Information de Robin de la Bouverie, lieutenant du vicomte de Pont-Authou, sur la consistance et la mouvance de la vavassorie de Launay, sise à Ticheville, pour savoir si Gillaume de Launay la tient à bon droit.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 299.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 34.

1396
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Orbec pour la mise hors de garde noble de Jean du Bois Gencelon, écuyer, seigneur de Fontenelles, né à Fontenelles le 29 juin 1374, fils de Jean du Bois Gencelin, écuyer, mort le 30 novembre 1376, qui était en la garde du roi à cause de sa seigneurie.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 277.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 35.

1397 , 20 mars
Guillaume Dabelon reçoit de Billart Lambert, receveur d’Harfleur, 35 s.t. pour avoir abattu avec ses compagnons charpentiers et bûcherons, 32 chênes en la forêt de Touques, ce bois devant être employé aux travaux du port et des écluses d’Harfleur.
= Arch. nat. KK 1338, n° 46
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 43.

1397 , 27 septembre
Information de Jean Bourreau, vicomte de Vire, pour la mise hors de garde noble de Jean Bacon, écuyer, né à Ondefontaine (canton d’Aunay) en 1375, fils de Guilbert Bacon, chevalier, mort en nov. 1387.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 307.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 36.

1397 , 18 novembre
Information de Jean Le Lieur, vicomte de Pont-Authou, pour la mise hors de garde noble de Jeanne Caillouel, demeurant au Favril, femme de Thomas Auber et fille de Jean Caillouel, mort à Borbour (Nord) en Flandres.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 309
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 35.

1397 22 novembre
Information de Nicolas Potier, vicomte de Caen, pour savoir à quel titre Girot Dajon et Thomas Le Brohon ont hérité du fief de Basseneville (canton de Dozulé), qui depuis près de 50 ans était en la garde du roi.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 309-310.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 36.

1397-1398 – Vicomté d’Auge
Nomenclature des droits à payer à la prévôté de Pont-L’Evêque et à Guillaume de Longueuil, vicomte d’Auge, par les marchands pendant les foires et marchés des villes et bourgs de la vicomté
= Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389), Paris, 1976, p. 174.

1398 , 4-21 janvier – Bolbec
Information de Jean Huvé, vicomte de Caudebec pour la mise hors de garde noble de Guillemin d’Esmalleville, écuyer, né et baptisé en la « paroisse de Saint-Martin de Villers oultre Seyne » (Villers-sur-Mer), fils de Guillaumet d’Esmalleville, chevalier qui était enla garde du roi depuis la mort de son aïeul Guillaume d’Esmalleville, chevalier, arrivée le 9 août 1379.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 313-314.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 36.

1398 , 16 janvier
Johan du Mont, écuyer, donne quittance à Marot le Grant receveur du duc d’Orléans dans les vicomtés de Caen, Vire, Falaise et Auge, d’une remise de 16 l.t. accordée par le duc sur le 64 l.t. dues pour la pêcherie de Roncheville, au terme de Pâques et de Saint-Michel 1397.
Acte de Jehn Letournel, garde du sceau des obligations de la vicomté d’Auge, passé devant Guillaume Philippe, tabellion en la vicomté. Scellé.
= Bibl. mun. de Rouen, Y 29, t. I, n° 104.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 76.

1398 , 4-21 janvier – Bolbec
Information de Jean Huvé, vicomte de Caudebec pour la mise hors de garde noble de Guillemin d’Esmalleville, écuyer, né et baptisé en la « paroisse de Saint-Martin de Villers oultre Seyne » (Villers-sur-Mer), fils de Guillaumet d’Esmalleville, chevalier qui était enla garde du roi depuis la mort de son aïeul Guillaume d’Esmalleville, chevalier, arrivée le 9 août 1379.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 313-314.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 36.

1398 , 31 janvier
Guillaume de Cormeilles, écuyer, fils de Richart, écuyer, donne quittance aux exécuteurs testamentaires d’Aubert Levesque, jadis receveur du duc d’Orléans dans les vicomtés de Caen, Vire, Falaise et Auge, d’une remise de 10 l.t. 10 s.t. due au terme de Saint-Michel 1393 pour la terre qui fut Guillaume Malesmains au Vieux-Bourg.
Acte de Guy de Tieuville, garde du sceau des obligations de la vicomté de Pont-Authou et Pont-Audemer, passé devant Roger de Corneville, clerc sous Guillemin Guérart, tabellion à Cormeilles. Scellé.
= Bibl. mun. de Rouen, Y 29, t. I, n° 105,
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 76.

1398 , 20 février
Information de Jean du Bus, vicomte de Conches pour la mise hors de garde noble de Charles de Gauville, né à Orbec le 10 novembre 1376, fils de Guy de Gauville, chevalier, mort en décembre 1381, et de Marguerite d’Arly; il possède la terre d’Amfreville-la-Campagne.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 323-324.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 37.

1398 , 3 mars
Information de Jean des Wys, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, sur la valeur des biens appartenant aux enfants mineurs de Jean de Brucourt dont la jouissance leur est refusée comme ayant été possédés par Etienne de Brucourt, partisan du roi de Navarre, tué à la bataille de Cocherel; fief d’Infreville (Eure).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 315-316.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 37.

1398 , Echiquier de Pâques
Rôle des amendes prononcées en l’Echiquier « en tant qu’il en appert à la recepte du vicomte d’AUge »,
= Bibl. mun. de Rouen, Y 29, t. IV, n° 11.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XIII, fasc. 2, 1964, p. 78.

1398 , 7 août
Le vicomte de Falaise alloue à Jean Marinier, dit Boutery, 20 s.t. pour charrois de tuiles et matériaux de Falaise au moulin de Sonbeuf et au moulin Le Conte, appartenant au roi.
= Arch. nat. KK 1338, n° 50.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 44.

1398 , 20 septembre
Information de Jean le Lieur, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, pour la mise hors de garde noble de Jean Martel, écuyer, sieur de la Poterie-Mathieu, né en 1377, fils de Jean Martel, chevalier, mort le 18 septembre 1393.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 333-334.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 38.

1398 , 22 septembre
Information de Jean L’Estournel, lieutenant de Jean de La Tuile, bailli de Rouen, sur certaines rentes que le vicomte d’Auge déclare être de non valeur.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 25. p. 339.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 38.

1398 , 15 décembre
Information du vicomte d’Orbec pour la mise hors de garde noble de Thomas d’Asnières, fils de Jean d’Asnières.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 339-340.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 38.

1398 – Cormeilles
Robert (Le Brument) abbé de N.-D. (et de Saint-Pierre) de Cormeilles, certifie que le vicomte d’Orbec, qui, à la demande de Jehan Osmont commis de Guillaume Du Boys, commissaire sur le fait des nouveaux acquêts faits depuis 40 ans, avait sais le fief de Morainville (près Lieurey) appartenant à l’abbaye, n’a rien levé sur ce fief, puisqu’il a été prouvé que celui-ci avait été acheté par l’abbaye depuis plus de 70 ans au titre de retrait de marchie de bourse et comme tenu de nous et en nos fiefs.
= Cité par Michel NORTIER .- Documents normands du XIVe siècle conservés à la bibliothèque de l’Arsenal in Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Bouard , II , Caen, 1982, p. 464.

1399 , 28 février
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Orbec, pour la mise hors de garde noble de Jean de Lombelon, écuyer, seigneur du Favril, né vers 1376, fils de Robert de Lombelon, écuyer, mort vers 1384.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 377.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 39.

1399 , 5 mars
Information de Robert du Val, lieutenant de Jean Baillet, vicomte de Beaumont-le-Roger, sur la valeur des terres et du revenu des enfants mineurs de feu Mouis de Thibouville, seigneur de Thibouville qui étaient en la garde du roi: château de la Rivière.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 351.352.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 39.

1399 , 24 mai
Information du vicomte de Falaise pour la mise hors de garde noble de Colin de La Fontaine, né au Mesnil-Mauger le 28 septembre 1377, fils de Raoul de La Fontaine, qui était en la garde du roi à cause de la sergenterie de Breteuil en la vicomté de Falaise.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 322.-323.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 40.

1399 , 11-17 juillet
Information de Guillaume Le Diacre, vicomte de Falaise pour la mise hors de garde noble d’Henri de Querville, écuyer, né à Querville (commune de Biéville-¬en-Auge), le 19 juin 1378, fils de Guillaume de Querville, écuyer, mort à Querville le 5 décembre 1391, et pour évaluer ses biens sis à Airan, Estrées-¬en-Auge, Hérouville, Ranville, Beuzeville-sur-le-Vey, Auvers et Saint-Pellerin (Manche), Fortmoville, Angerville-l’Orcher et Gonneville-la-¬Martel (S.-Mme.).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 373-374.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 41

1399 , 4 octobre – Orbec
Reçu par Pierre de Nvrre, du vicomte d’Orbec, de 250 l. t. pour partie de sa provision.
= Coll. Mancel, 1 , 105.

13.. ?
Rôle d’exploit de justice où il est fait mention de messire Jehan de Bailleul, Richard d’Houdetot, Pierre de Hotot, Pierre de Sintot, Jean de Varenne, Robert de Fresne, etc. ( Pièce sans date – XIVe siècle)
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie – N° 109

13..
Tableaux des trois ordres de la nation consultés dans des assemblées représentatives du royaume…
– Noblesse
Bailliage de Rouen

Jean de Tournedu
le sieur de Duclair
Louis de Marigny, chev.
G. de Maulévrier
Mouton de Blainville
Le sieur de Thibouville
Jean de gaillon
Robert Bertran chevalier
Le sire d’Harcourt
Les iure de Ferrières
le sr. de Préaux
le sieur de Briquebec
Robert de Tournebu, chevalier
La dame de Puissois
Amaury de Meulan
Aubert de Hanhest
Guillaume de Mortemer
Roger Bacon
Le sieur de Tilly
la bailli de Rouen
= d’après Henri HERVIEU, Recherches sur les premiers Etats Généraux reproduit dans Henri de FRONDEVILLE, Notes AD 76, 16 F, 7.

139. (?)
Liste des hôtels-Dieu, hôpitaux et maladreries étant à la collation du roi et ceux étant à la collation du grand aumônier de France.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., Ms. 1440. Copie du XVIe siècle d’un registre remontant vraisemblablement à la fin du XIVe siècle. Cahier de 13 fts. plus les couvertures.
= IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 97.

1400 , 14 mai
Fouquet et Colin Paynel donnent quittance de la somme de 100 francs d’or que le duc d’Orléans leur avait accordés en récompense de leurs services.
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie – N° 110

14.. – 16.. –
Brucourt, Cambremer et Saint-Julien-sur-Calonne: fragments de registres
= A.N. 300 AP I 666. Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 665), Paris, 1976, p. 231.

1401
1402 , 1er août
Information de Jean Le Chien, vicomte de Coutances, pour la mise hors de garde noble de Guillaume Paynel, sire d’Hambye, né au château d’Hambye le 24 juillet 1380, fils de Guillaume Paynel, seigneur d’Hambye, mort le 19 février 1402.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 13, pp. 445-447
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 10.

1402 , 1er août
Information de Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde noble de Jean d’Asnières, écuyer, seigneur de Courbépine, de Launay (Orne, commune de Gacé), et de la Saussaye (S-M, c. Yerville), né à Chaimont, le 30 avril 1380, fiels de Jean d’Asnières, écuyer, mort en octobre 1382, et de Jeanne d’Aunay.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 205-206.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 10.

1402 , 2 septembre
Aveu de la seigneurie de la Bouteillerie rendu à Guy de La Roche, chevalier, seigneur de La Rocheguyon et de Roncheville, chambellan du roi, par Geoffroy Le Bouteiller.
La sergenterie s’étend sur Saint-Cloud(-sur-Touques), Roncheville, Honfleur, briqueboe (?), Tourgéville et Saint-ETienne-la-Thillaye et est tenue par un 1/3 de fief de chevalier avec le Moulin Morel, moyennant le service de la boiteillerie du seigneur.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., Ms. 1462, t. III, 108.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 109.

1402 , 11 décembre
Information de Jean Monnet, lieutenant de Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge sur la valeur des fiefs de Boutemont (Bouttemont, canton de Blangy, commune de Norolles) et de Grandouet, pour lesquels Jean Servain, écuyer, est en la garde du roi comme héritier de sa mère Colette de Montfort, morte le 12 mai 1402.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 219-220.- Arch. nat. P 19091, 18929.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 12.

1402 , 30 décembre
A Jean Mauprime, couvreur de tuiles de la vicomté d’Arques paye 4 l. 15 s.t. pour travaux de couverture au manoir du roi : vérifications faites par Regnault Basiron, maître juré des oeuvres de maçonnerie du roi au bailliage de Caux.
= Arch. nat. KK 1338, n° 56
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 44.

1402-1789 – Vicomté d’Auge
Compte de recette de la terre de la terre de Saint-Clair–en-Auge (1473-1477)
Comptes du domaine du roi en la vicomté d’Auge (1527-1531); Livres des plaids de la sergenterie de Saint-Clair-en-Auge apparteant à Madame d’Estouteville (1528 et 1537-1543); Lettres de Marie, duchesse de Longueville, et de Léonor, duc de Longueville concernant Saint-Clair et Barneville (1564-1567) Livre des assises de la vicomté d’Auge, relevant du duc de Longueville, pour son droit de présentation à des églises (1565); Gage-pleige du fief de Saint-Clair (1570); Journal de recette du domaine d’Auge (1585); Livres des plaids de Pont-L’Evêque et déclaration de fiefs (1666); Bordereaux pour servir au paiement des fermes des domaines et marais de la vicomté d’Auge (1689); Journal des recette des fermes du domaine d’Auge (1691-1695); Aveux de Daenétal (1736) Administration d’Herval: état des rentes domaniales, pièces justificatives de la régie du domaine d’Auge, fournitures et travaux pour les prisons des bailliage de Honfleur (1751-1783) Beuvron, Honfleur, Saint-Julien-sur-Calonne – Jean-Philippe-Antoine Herval – Saint-Clair-en-Auge, Roncheville, Valsemé, Goustranville, Valsemé, Clarbec, Danestal, Darnétal, Cambremer, tabellionnage de Saint-Julien-le-Faucon, sergenterie de Bonnebosq, Saint-Clair-en-Auge, Barneville, Devoitine, Le Pelletier
= Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 383 à 388), Paris, 1976, p. 171-174

1402 – 1463 – Coquainvilliers
Terre et seigneuiries de Coquainvilliers : censier -terrier ( sans date, 2e moitié XVe siècle ) copies de déclaration seigneuriales
= AD14 – Fonds LE COURT Don 1922 – F 5103 ( 1 vol. relié )

1403 , 22 décembre – Tordouet
Collation pour Guillaume du Buisson, clerc, de la cure de Tordouet, vacante par le décès de Symon Harel, prêtre, dernier possesseur, sur la présentation de noble dame Isabelle Cardonnel, dame dudit lieu. Délivrée par les vicaires généraux, l’évêque Guillaume d’estouteville étant « a suis civitate et dioc notorie nunc absentis ».
= « Original parchemin aux archives de la baronnie d’Orbec acquis en février 1858. Sceau arraché » cité dans BSHL , N° 1-2, 1869, p. 6.

1404 , 15 mars – Tillières
Information de Jean Guillier, lieutenant de Rbert Blondel, vicomte de Breteuil, pour la mise hors de garde noble de Guiot Le Baveux, écuyer, fils de Robert Le Baveux, chevalier, mort vers 1397 au voyage Hongrie, qui est en la garde du roi à cause de la baronnie de Tillières.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 232.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 13.

1404 , 17 juin – Pont-L’Evêque
Information de Massot du Boulay, vicomte d’Auge, sur la diminution de valeur de certains héritages, sis à Saint-Gatien et à Fourneville qui sont chargés de rentes envers le duc d’Orléans.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 233-234. Arch. nat. P 19092 , n° 18952.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 14.

1404 , 1er novembre
Information de Jean Martel, lieutenant de Jacques Poingnant, vicomte de Pont-AUthou et de Pont-Audemer, au sujet du fief de Vannecrocq (canton de Beuzeville), récemment venu en la main du roi pour diminution de fief et donné ensuite à Jean Le Bigot, chevalier.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 241. Arch. nat. P 19092 , n° 18959 bis.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 14.

1404 , 15 décembre – Pont-L’Evêque
Information de Massot du Boulay, vicomte d’Auge pour la mise hors de garde noble de Jean Servain, écuyer, seigneur de Boutemont (Bouttemont, canton de Blangy, commune de Norolles) et de Grandouet, né vers la SaintMichel 1384, fils de Colette de Montfort, dame de Boutemont, morte le 12 mai 1402.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 245.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 15.

1405 , 12 octobre
Information de Jacques Poingnant, vicomte de Pont-Authou et de Pont-Audemer, pour la mise hors de garde noble de Guillaume de Béthencourt, écuyer, né en décembre 1383 et baptisé à Firfol, fils de Guillaume de Béthencourt, qui est en la garde du roi depuis le décès de son aïeul Hue de Béthencourt, mort le 17 décembre 1401 et inhumé dans l’église de Saint-Georges-du-Mesnil (Eure)
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 251
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 15-16.

1406 , 13 janvier
Information de Jacques Poingnant, vicomte de Pont-Authou et de Pont-Audemer, pour la mise hors de garde noble de Guillaume de Béthencourt, écuyer, né en décembre 1383 et baptisé à Firfol, fils de Guillaume de Béthencourt, qui est en la garde du roi depuis le décès de son aïeul Hue de Béthencourt, mort le 17 décembre 1401 et inhumé dans l’église de Saint-Georges-du-Mesnil (Eure)
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 251
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 15-16.

1406 , 10 janvier
Procuration de Hue d’Oinville, seigneur de Jambeville, chargé par Gui de la Roche-Guyon, baron de Roncheville, d’élire à sa place un prieur de Beaumont-en-Auge
= AD 76. 14 H 798

1406 , 10 janvier
Thomas Potier, couvreur de pierre de Vassy, reçoit du vicomte de Vire 63 s.t. pour travaux faits « à la plederuie de Vaacy », à raison de 3 s.t. par jour.
= Arch. nat. KK 1338, n° 58
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 44

1406 , 13 janvier – Pont-L’Evêque
Information de Durant de Thieuville, lieutenant de Massot du Boulay, vicomte d’Auge pour la mise hors de garde noble de Jean Méry, écuyer, seigneur du fief de Criqueboeuf-sur-Mer (Calv. canton d’Honfleur), né à Bonnebosq vers 1384, fils de Jean Méry,mort en août 1401
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 257
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 16.

1406 , 19 août
Information de Jean de Saint-Ouen, vicomte d’Orbec, pour la mise hors de garde noble de Jean du Doit, écuyer, né en 1384, fils de Jean du Doit, mort vers 1402.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 265
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 18.

1407 , 24 mars – Beuzeville
Information de Robert d’Escalles, lieutenant du bailli de Rouen, et de Jean Petit, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, sur la valeur des biens de Jean de la Vallée, écuyer, fils mineur de feu Guillaume de la Vallée et petit-fils de Jean de la Vallée: fief de Sainte-Marie au Theil-en-Auge, fief d’Heudreville, à Tourville, fief des Mottes, Maillot, du fauq (Faulq), et de Brèvedent à Bonneville-la-Louvet.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, pp. 343-344.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 19.

1407 , mars – Saint-Cyr-du-Ronceray – Tordouet
Lettres de présentation par Odon de Saint-Ouen, écuyer, seigneur de Tordoit et de Sainct Sir des Roncherez, au droit de sa femme – de maistre Olivier du mont, pour la cure dudit lieu de S. Cir, vacante par le trépas de messire Jehan Legrix, prêtre, derrain curé
= « Original en parchemin. Des Archives de la Baronnie d’Orbec. Communiqué par M. Ch. Vasseur, le 7 septembre 1869. »

1407 , 9 juin
Information de Jacques Poingnant, vicomte d’Orbec, pour la mise hors de garde noble de Jean de Bienfaite, écuyer, seigneur de Bienfaite, né en aoûtt 1386 et baptisé au Mesnil-Guillaume, fils de Robert de Bienfaite, chevalier, mort en août 1390, qui est en la garde du roi à cause de ladite seigneurie et possède aussi les fiefs de la Halboudière et de la Chaussière (Eure, canton de Rugles, commune de Juignettes)
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, pp. 351-352.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 19.

1407 , juin – Saint-Cyr-du-Ronceray
Collation pour Guillaume Le Cesne, prêtre, de la cure de St. Cir des (Roncerez) vacante par le décès de Guill. du Bosc, prêtre, dernier possesseur, sur la présentation de noble dame Ysabelle Cardonnel, veuve de feu Henry (du Bysson) (du Buisson), chevalier.
Délivrée par les vicaires généraux, l’évêque Guillaume d’Estouteville, étant « a suis civitate et dioci notorie nunc absentis »
= « Original en parchemin d’une bonne écriture. Sceau arraché. Des Archives de la Baronnie d’Orbec. Communiqué par M. Ch. Vasseur, le 7 septembre 1869. »

1407 , 11 septembre
Information de Guillaume Le Diacre, vicomte de Falaise, sur l’âge de Guillaume Le Gras, né à Sainte-Marie-aux-Anglais vers 1378, pour la mise hors de garde noble de sa femme Perrote de Forges,née vers 1382-1383, fille de Roger de Forges, dit Becquet, chevalier mort au dernier voyage de Flandres, qui est en la garde du roi comme héritière de ses frères et possède les fiefs d’Olendon, de sassy, de Ranville, de Launay (commune de Blangy-le-Château), une fiefferme à Banneville (canton de Villers-Bocage), deux vavassories à Rouvres et une maison à Caen.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, pp. 359-360.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 21.

1407 – Le Pré-d’Auge
Ensuit le Roule du fouage de la parr. du prédauge lan iiiicc et sept

Guill hebert
pierre brusse
le fils housseq
la desg. Jehan troupelin
jouachim guenier
pierre painel
les fils Joh. peinel
la veuve Toufflet (?)
la veuve huchon
Simon du Boscaige
la mère dudit Simon
le Valet dudit Simon
Guill. le Cher
..aut de ..aumme
le valet dudit faut fer..
Roger le Roux
Guill. le Roux
Guill. Manam
Giess deshaiez
Thomin Inger
micl Sainct
laurens sainct
le fils au Routier
Guill. Le Clerisse
Henri dit quie..
Jehandu Boscaige
Jehan Le vesc
Colin fils Jeh. Me Mechier (?)
Jehan Le Marcz
Robt. Pelhestre
fouquet faroult
Volin gueroult
henri le cout..
Guillot brusse
Pierre brusse
Colette brusse
colin beusse
thom. la drou..
Guill. hermier
Jehan Le Court
La mère Jehan Le suffleur
Jehan Troppelin
la mère dud troppelin
Johanne Troppelin
la mère joh. Le Roy
Jouen painel
Rob. tropelin
Johan aum..
Robert huart
Nicolas le fou..
Colin quesnel
guill. Satis
Thom huart
Guill. Corquetot
Robert Le gonhe..
Jehan Le Roy
Jehan huart
la veuve pierre huart
Robert Le Roy
le fils dud Le Roy
Johan Levesque
Johan le fevre (?)
Jehan le fevre (?)
guill. le marignier
ùjehan de corquetot
Robert levesque
gosset levesque
le fils jehan levesque
Jehan levesque
thomas de baussement…(?)
joh. Sevestre
pierre thibault
pierre donadieu
colin lo…
jehan le bouquin
guill. le bouquin
jouenn masquacheys
jehan de montagne valet riviere
Le valet Jehan dict avoir paié à manerbe
jehan le suffleur disant estre exempt par son mestier de cordier
guill. regnier prévost de silly
sauf à rabattre les non payants
= Bib.nat. Ms. franç. 29505, f° 620

1407-1762 – Environs de Pont-L’Evêque
Recueil de pièces concernant Le Mesnil-en-Vimeu, Saint-André de Clarbec, Notre-Dame de Goustranville, Saint-Gabriel de Valsemé, Saint-Clair, en la vicomté de Pont-L’Evêque ….
= Bibl. Nat. Ms. franç. 5383

1408 , 16 février
Information de Guillaume Fouachet, lieutenant de Jean Germé, vicomte d’Arques, sur la valeur du fief de Nesle (S.-Mme., commune de Nesle-Hodeng) appartenant à Jacques d’Aurichier, écuyer, né le 13 juin 1394, au droit de sa femme Jeanne d’Aunou, née vers novembre 1394, fille de Robert d’Aunou, chevalier, mort vers Noël 1400, et héritière de sa mère Amisse du Lion, morte le 7 janvier 1408: outre le fief de Chaumont, il y a des héritages à Occagnes (Orne) et à Bellouet.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 375. – Arch. nat. P 19093 , 18988.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 22.

1408 , 21 mars
Les trésoriers du roi informent le vicomte de Pont-Authou qu’il aura à envoyer au vicomte de Rouen la portion assignée sur sa recette des gages des seigneurs qui tiendront l’Echiquier ordinaire de Normandie la quinzaine de Pâques suivant, soit 140 l.t.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., T. II, ms. 1461, 374. Scellé de deux sceaux plaqués
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 105.

1408 , 13 mai
Information de Guillaume Bauchen, lieutenant de Jean Germé, vicomte d’Arques sur la valeur des biens de Robinet de Vasouy, fils mineur de feu Michel de Vasouy et de Béatrix Martel: fiefs de Bretteville-en-Caux, de Beauville à Bretteville et de Vasouy (Calvados), fief au Despensier à Canville (-les-Deux-Eglises, S.-Mme.).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, pp. 381-382
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 23.

1408 , 5 juin
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, sur la valeur de la seigneurie de Vasouy appartenant à Robinet de Vasouy, écuyer, fils mineur de feu Michel de Vasouy et de Béatrix Martel.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, pp. 383-384
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 23.

1408 , 13 septembre – Paris, vicomte d’Orbec, St Samson sur Risle.
Les trésoriers du roi mandent au vicomte d’Orbec de payer à son clerc Jehan Blancbaston 10 l.t. pour les 20 jours à compter du 28 août où il est demeuré à Paris pour attendre des instructions sur l’emploi des 228 l.t. restant à recouvrer du compte de la régale de la terre de Saint-Samson-sur-Risle, en la vicomté de Pont-Audemer, dépendant de l’évêché de Dol (vacant par suite du décès en mai 1405 de Richard de Lesmenez).
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., T. II, ms. 1461, 374. Scellé de deux sceaux plaqués
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 105.

1409 , 24 février
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde noble de Jean d’Anfernet, écuyer, seigneur de saint-Cloud-en-Auge (commune de Saint-Etienne-la-Thillaye), né en 1385, fils de Jean d’Anfernet, chevalier, mort audit lieu de Saint-Cloud en septembre 1399 ou 1400.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 387.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 25.

1409 , 28 février
Information de Jean Le Coutelier, lieutenant de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, sur la valeur des biens des enfants mineurs de Robert Bardouf, chevalier, seigneur de Putot(-en-Auge) mort le 14 janvier 1406 et de Marie de Corvalain: fief de Putot.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 395.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 25.

1409 , 21 mars – Hôtel des Ifs, à Saint-Taurin-sur-le-Bec (Bosrobert, 27)
Information de Jean Petit, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, sur la valeur du fief des Ifs vendu vers 1394 par feu Guillaume Landigoys et la dame des Ifs, sa femme, à Hue de Béthencourt, mort vers 1401, venu ensuite aux mains de Guillaume de Béthencourt, fils de Guillaume de Béthencourt et petit-fils dudit Hue, qui le céda par traité à Etienne de Sahurs et à sa femme.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 395
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 25.

1409 , 8 avril
Le roi Charles VI commet Guillaume de Vaulx, écuyer, à la garde de tous les fiefs nobles ayant appartenu à feu Jehan de Carrel, chevalier, neveu dudit Guillaume, lesquel fiefs botamment celui de Carrel, et le fief au Mirouel, sont en la main du roi jusqu’à la majorité des enfants du dit chevalier.
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N° 404

1409 , 24 avril
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, sur la valeur des biens laissés à ses enfants mineurs par Robert Bardouf, chevalier, seigneur de Putot(-en-Auge) mort le 14 janvier 1406.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 392. et 25, p. 415.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 25.

1409 , 27 mai
Information de Nicolas Potier, vicomte de Falaise, sur la valeur du fief de Canivet dit fief de Chaumont (commune de Villers-Canivet) appartenant à Jacques d’Aurichier, écuyer, au droit de sa femme Jeanne d’Aunou, fille de Robert d’Aunou, chevalier, mort vers Noël 1400, et héritière de sa mère Amisse du Lion, morte le 7 janvier 1408: outre le fief de Chaumont, il y a des héritages à Occagnes (Orne) et à Bellouet.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 397
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 26.

1409 , 14 juin
Information de Jacques Poingnant, vicomte d’Orbec pour la mise hors de garde noble de Guillaume de Longpré, écuyer, né vers 1370, fils de Geoffroy de Longpré, mort en septembre 1372 ou 1373, qui est encore en la garde du roi à cause du fief de Longpré à saint-Denis-d’Augerons
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, pp. 397-398.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 26.

1409 , 15 juin
Information de Jacques Poingnant, vicomte d’Orbec sur la valeur des biens des fils mineurs de feu Jean de Friardel, écuyer, et d’Isabel de Bigars: fiefs de Friardel, de Bellouet et d’Heudreville-sur-Eure.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, pp. 401.-402.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 26.

1409 archives SHL. 1F97 – 26 juin 1409 : Orbec
Fieffé d’une place masurée sise à Orbec par Jehan D’Orbec¬ seigneur de Bienfaite à Jean Tuillois demeurant à Orbec.
SHL 1F97

1409 , 25 juillet
Information du vicomte d’Orbec sur la valeur des biens appartenant à Jacques d’Aurichier, écuyer, au droit de sa femme Jeanne d’Aunou, fille de feu Robert d’Aunou, chevalier, qui est en la garde du roi: fief de Chaumont (commune de Capelle-les-Grands) (voir actes du 16 février 1408 et 27 mai, 25 juillet 1409, 6 mai 1411).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 375. – Arch. nat. P 19093 , 18988.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 22.

1409 , 28 octobre
Information de Jacques Poingnant, vicomte d’Orbec pour la mise hors de garde noble de Jean de saint-Aubin, écuyer, fils de Jean de Saint-Aubin dit Hurtault, qui tient la seigneurie de Bois-Simon et la fiefferme de Castillon, à Moyaux, au droit de sa femme Jeannette de la Boullaye, fille de Jean de la Boullaye, écuyer, mort en Hongrie en 1395.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 11-12.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 28.

1410 , 6 mars – Lisieux
Mandement de Charles VI aux généraux des aides, d’allouer dans les comptes de Guiot Lachère, garde de la chambre à sel de Lisieux, une somme de cent francs, que le roi lui avait donnée sur sa recette. ( Parchemin)
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N° 405

1410 , 24 août – Ecajeul
Information de Nicolas Potier, vicomte de Falaise, sur la valeur des biens des enfants mineurs de feu Guillaume de Combray, chevalier qui sont en la garde du roi depuis le décès de leur grand-père Guilbert de Combray, chevalier, mort le 17 mars 1410: fief d’Ecajeul.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 29-31
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 29.

1410 , 11 septembre
Information de Nicolas Potier, vicomte de Falaise, pour la mise hors de garde noble de Jean de Fribois, fils de Jean de Fribois et de feue Jeannette Jumel, qui était en la garde du roi à cause du fief de Clibec à Ernes.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 31
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 30.

1410 , 11 septembre
Information de Nicolas Potier, vicomte de Falaise, sur la valeur des biens des enfants mineurs de feu Guillaume de Combray, chevalier, et de Marguerite de Vendôme, qui sont en la garde du roi depuis le décès de leur grand-père Guilbert de Combray, chevalier, sire d’Ecajeul, mort le 19 mars 1410: honnneur d’Ecajeul, seigneurie de Sacey (Manche), fief de Say, à Quettreville-sur-Sien¬ne, de Boussentier (Manche) et de Saint-Georges-de-Rouelley (Manche).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 37.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 29.

1410 – Lisieux
Le grenier ou chambre à sel est établi à Lisieux
= L. DELISLE .-  » Sur une collection de titres normands provenant de la Cham¬bre des Comptes « , Bull. mon. , XX, 1854, p. 438

1411 , 28 janvier
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde de Jean de la Rivière, écuyer, seigneur du fief Trihen (Trihan), né en 1396, fils de Jean de la Rivière.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 39-40.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 30.

1411 , 29 avril
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, pour la mise hors de garde de Jean d’Ancre, écuyer, seigneur de Brucourt, baptisé en mars 1388 en l’église de Brucourt, fils de Thomas d’Ancre, chevalier, mort en octobre 1400.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 43.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 31.

1411 , 6 mai – Ecouché
Information d’Hervieu Le Bec, lieutenant de Nicolas Potier, vicomte de Falaise sur la valeur des fiefs tenus par Jacques d’Aurichier, au droit de sa femme Jeanne d’Aunou: fief de Chaumont à Occagnes (Orne), de Chaumont (commune de Capelle-les-Grands) et de Chaumont à Villers-Canivet (voir actes du 16 février 1408 et 27 mai, 25 juillet et 21 août 1409)
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 43-44.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 31.

1411 , 30 août
Information sur l’âge de Jean de Bigars, écuyer, pour la mise hors de garde noble de sa femme Isabelle de Poix, née à Prêtreville le 26 février 1398, fille d’Henri de Poix et d’Agnès morts en juillet 1404 et héritière de sa soeur aînée feue Jeannette de Poix; fiefs de Poix et de la Rivière, à Prêtreville, fiefs d’Auge et de Fisemont (Phisemont).
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 51-52
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 32.

1411 , 1er novembre
Dymence, 1er jour de novembre mil iiiic et unze, Marchié fait entre le maistre de l’oeuvre de S. Ouen de Rouen, et Perrin cordie, quarreur, demourant à S. Leu de Cherens (Saint-Leu-d’Essérent), c’est assavoir: que led. Cordier doit livrer au kay de Rouen, pour l’oeuvre dud. lieu S. Ouen, le nombre de cent tonneaulx de pierre dont il faut xxx toises de quartier qui montent LX pierres de III piés et demy en un sens, et III piès en l’autre sens, et de XIII poux de hault; et le sourplus de quartiers, jusqu’au nombre de C tonneaux, seront de quartier de III, IV et V piés de long, de II piès et de II piés et demy de teste, d’un pied au menu bout et de la hauteur dessus dicte, pour le prix de X s. pour le pesant d’un tonnel de lad. pierre; et sera toute lad. pierre assemilliée bien et deuement, et sera toute lad. pierre du blanc vergelé, sur lequel marchié led. Cordier doit livrer lad. pierre ay plustost que faire se pourra raisonnablement, en la présence de maistre Gille (sis) de Baieux, Gille Moinet, Robert du Pont Gueroult et Jean de Baieux, obligeant corps et biens. présent à ce Colart Deluen, machon, demeurant à senlis, qui jusques à la somme de VIII l. tant seulement le plus obligea biens , etc. ». Le maître de l’oeuvre mentionné dans cet acte était un des religieux chargé par ses confrères de la surveillance des travaux et du paiement des ouvriers…
= Charles de BEAUREPAIRE, Marché pour la livraison de pierre au monastère Saint-Ouen de Rouen. Marché relatif à une fourniture de pierre pour le bâtiment du nouveau Palais de Rouen dans Derniers mélanges historiques et archéologiques , Rouen, 1909, pp. 51-52

1412 , 10 mars – Lisieux
Information de Côme de Bavery, lieutenant de Jacques Poingnant, vicomte d’Orbec, pour la mise hors de garde noble de Jean de Bellemare, écuyer, né en mai 1391, et de Jeanne de la Quèze, qui est en la garde du roi à cause des fiefs de Bosguérard (Bosguérard-de-Marcouville), de Conches, au Thuit-Signol, de la Quèze et de Reux, à Duranville.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 61
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 33.

1412 , 29 avril – Bernay
Information de Guillaume Gillain, commissaire de Pierre d’Hellenvilliers, bailli d’Evreux, sur les pertes subies par Guillaume Le Huchier, fermier de la sergenterie du Sap en raison de l’activité des gens d’armes du comte d’Alençon.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 25, p. 421.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 33.

1412 , 8 juin – Conches
Information de Colin de la Musse, lieutenant de Pierre d’Hellenvilliers, bailli d’Evreux, sur les pertes subies par Etienne Hervieu, bourgeis de Breteuil et prévôt de la prévôté de ladite ville; depuis juin 1411 les gens d’armes de Jean d’Alençon en garnison à Dreux et à Verneuil font des incursions dans le pays. Ils ont pillé et commis des destructions à Breteuil et à Conches, provoquant la disparition des marchands de Touraine et du Maine qui trafiquaient avec Rouen.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 77.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, pp. 34-35.

1412 , 13 juillet
Information de Nicolas Potier, vicomte de Falaise, sur les pertes subies par Pierre du Pont, fermier du tabellionnage de Falaise, du fait des gens d’armes de Jean d’Alençon, établis à Argentan, Trun et Louvières dont les pillages éloignent les marchands depuis la saint-Michel 1411.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 81
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 35.

1412 , 18 août – Préaux-Saint-Sébastien
Dans l’aveu rendu par Jean de La Lande pour son fief de la Lande, à Cerqueux, il déclare que Jean de Saint-Aubin tient le fief de Saint-Sébastien-de-Préaux, tenu à cour et usage de la seigneurie de Lande.
= AN P. 308, LXXIX. Cité par Henri PELLERIN, PA , 11, N° 10, p. 11.

1412 , 6 septembre – Saint-Pierre-Azif
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, sur la diminution de valeur de la fiefferme qui fut Guillaume et Jean Espec, sise à Vauville, tenue maintenant par Jean Grente, écuyer, qui désire l’abandonner, les mortalités l’ayant dépeuplée.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 93
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 36.

1412 , 30 décembre
Information de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, sur la valeur des fiefs de Formentin et de Cambernart (Cambénard) à Auvillars appartenant à Jean de Mailloc, écuyer, fils mineur et principal héritier de feu Jean de Mailloc et d’Isabelle d’Asnières.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, p. 115.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 39

1412-1696 – Vicomté d’Auge
Comptes, livres de plaids des sergenteries de Pont-L’Evêque, Bonneville et Ca¬napville et de la baronnie de Roncheville, gage-pleige de Saint-Clair-en-Auge
= Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 524), Paris, 1976, p. 207.

1413 , 14 mai – Lisieux
Accord entre Robert Reboult et Jehan Verel, de Saint-Jacques de Lisieux pour le paiement d’une rente annuelle de 9 sols 10 deniers ts. et deux chapons au prébendier de la Prébende de painel sur deux pièces de terre à saint-Jacques de Lisieux, naguères prins en fieffe de Clément de la Came
= Arch. SHL. 9F Deville. B. 1 – LISIEUX, Maisons à Lisieux – 3 – Notes sur la construction, 4

1413 , 27 décembre – Paris
Jeh. Piquet, écuyer, conseiller du roi, commis au gouvernement des deniers pour la dépense des hôtels du roi, de la reine et du duc de Guyenne, mande à Guillaume de Grau, receveur des aides à Lisieux, de payer à Regnault Brisser (?), venu porter à Paris les 1400 l.t. à valoir sur l’assignation faite sur sa recette pour l’hôtel de la reine pour les mois d’octobre et novembre derniers, 10 l.t. pour 10 jours de voyage à compter du 16 décembre; de même à Pierre de Lespiney, son adjoint, 3 l. 10 s. pour 7 jours à 10 sols; de même à Jehan du Manoir, voiturier à deux chevaux à bât, 60 s.t. par cheval: soit en tout 19 l. 10 s.
= Bibl. nat. ms. frranç. 26288 (Coll. de Villevieille, vol. 26, n° 276.
+ IND. M. NORTIER, Répertoire périodique de documentation normande , 2e série, n° 2, p. 40, n° 120.

1414 , 19 novembre – Saint-Martin-de-Mailloc/Glos
Girot de la Quèze, écuyer, demeurant à Glos-sur-Lisieux, avoue tenir du roi un huitième de fief à Saint-Martin-du-Val-d’Orbec, nommé le fief d’Auge, à cause de sa femme, Colette de Pois.
= cité par Henri de FRONDEVILLE , Le compte de Jean Le Muet pour la Saint-Michel 1444 dans Etudes lexoviennes , IV, 1936, p. 267

1414-1791
Pièces relatives à la baronnie de Vieux-Pont-en-Auge.
Aveux et dénombrements, gage-plège, beaux, accords, succession de Jean-Alexandre Dunot de Saint-Maclou, baron de Vieux-Pont. Aveux et denombrement du fief de Damblainville (Antoine-Marc-Philogène de Beaurepaire).
= Bibl. mun. de Rouen. Ms. g 2021-72
+ IND. J. DUPIC, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 61.

1415

1416 , 20 mars – Rocques
Robert Osmont, escuier, vend et transporte à Robert de Boessay, ecuyer et à ses hoirs, les rentes qui ensuivent: 50 sous sur Richart Durant de la paroisse de Rocques; item 30 sous sur les cabocles d’icelle paroisse; item les deux pars d’une livre de poivre, sur Guillaume de Chirieul, de Lisieux, sur la maison où il demeure; item 7 sous ts. sur Robert Pinchon, sur la maison où il demeure, lesquelles rentes estre assise en fieu nommé Bonne Orme. La venter faite par 30 livres tournois.
= Arch. SHL. 9f Dossier Rocques. Parch.

1416 , 22 mai
Guillaume Bellouin, charpentier donne quittance au vicomte de Beaumont-le-Roger de 50 l.t. (dont 10 l. pour le transport des matériaux) à lui dues pour avoir posé deux fûts, l’un lavendier, l’autre granier (trémie de moulin) au moulin Vion. (Détails du travail indiqués)
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., Ms. 1462, t. III, 121.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 110.

1417 – Courtonne-la-Meurdrac
Lettres patentes de Charles VI, roi de France, pour mettre fin à un procès pendant au parlement, entre Pierre, évêque de Lisieux, d’une part, et Guillaume d’Estouteville, chevalier, seigneur de Torcy et de Blainville, héritier de feu Guillaume d’Estouteville, ancien évêque de Lisieux, ainsi que N…. Estouteville, abbé de Fécamp, exécuteur testamentaire dudit Guillaume, évêque, d’autre part, au sujet du fort et chastel de Courtonne, mis en sa garde à cause des guerres avec les Anglais. Ensuite, l’arrêt de la dite cour de parlement, portant « que les meubles et ustenciles étatnt présentement en icelui chastel seront baillés par manière de pension en garde sous la main du roi, à l’évêque de Lisieux, et à ses périls »
= LECHAUDE D’ANISY .- Abbayes du Calvados in MSAN , 1834, VIII, n° 63, p. 21

1418 , 27 avril – Lisieux
A tous ceux … Loys Despasam sobz sénéchal de Lisieux pour haut et puissant prince Monsgr le Duc de Clarence, le temporel de l’évêché étant en régale, salut, savoir faisons que aujourd’hui … les plès des meubles séans en la cohue de Lisieux, se présenta Guillaume dit Coquerel, tuteur de ses enfants … héritier à cause de leur mère de de Jean Le Maryer, aux quels il appartient à héritage le mestier de Postier de la ville et Banlieue de Lisieux et exhiba en jugement une cédule contenant leurs obligations de ce qu’ils doivent trouver et fournir à l’Evesque et aussy de leurs franchises … lesquelles pièces sont: que le potier de la ville et banlieue est tenu trouver Potterye à Monsgr de Lisieux en son tinel en la ville et banlieue et pour ce faire doit avoir es bois dudit evesque hors le parc chacun un hestre à Nouel pour son chauffer. Item le dit Potier se doit de comparoir devant ledit Evesque en la grant Eglise Saint Pierre de Lisieux à la grant messe, à chacune de ses festes. C’est assavoir Pasques, Pencouste, St Pierre, Snt Paul et à Nouel avec les autres serviteurs du d. Evesques, et à chacune d’icelle doit avoir son digner au tinel du dit Evesque ou douze deniers pour ledit digner en cas qu’il ne tienne tinel. Item ledit potyer doit avoir chacun an dudit Evesque le Dimence devant Karème prenant le tiers d’une Penne de lart.- Item, Il doit avoir au tinel, le jour Saint Martin d’iver, son digner ou un pot de vin.- Item, il doit moudre franchement es moullins dudit Evesques et desguerner tout homme qui serait enguerné excepté le bled dudit Evesques ses sergens ou officiers.- Item, il doit être franc aux six foires et marchés d. dit Eesque en vendant ou achatant, et de tous servages, aulnages, mesurages, pasnages d’aller aux veux, aux Enquestes et franc de guet.- Item, il est paroissien de la grant église Saint Pierre de Lisieux, et par les vicaires doit lui estre administré son sacrement au jour de Pasques, et ses enfans baptisés es fons de ladite Eglise.- Item, de son mestiernul ne peut ne ne doit vendre icelles poteries de terre en nul temps en la ville ne Banlieue sinon lui, fors que à la foire Saint Ursin qui commence la vigile … que ledit potier ne puisse prendre deffault et forffaitz à luy … Item, se ledit potier trouve ung cheval apportant pot de terre pour vendre à ladite ville, il peut prendre comme forffaict à luy … Item, quand l’Evesque vient et il fait sa feste audit lieu de Lisieux, ledit potier est tenu trouver toute la poterie de terre que y es convient et pour ce doit digner lui et ses gens à la dite feste, et la feste passée tout le vin qui demeure en pots et panhiers, il peut prendre et mettre à son proufit. Et sy lui doit len trouver lui pour recueillir et mettre ses pots. Et nous frequerans que sur ce nous voulissions faire information afin que sur ce il était trouvé que ils deussent jouir des dicts droicts et franchises que ils en puissent jouir pour le temps advenir. Laquelle cédule nous fîmes lire en jugement, et en sur ce en Délibération avec les conseuls, fismes venir devant nous plusieurs notables personnes de la ville et Banlieue étant est dite plès, lesquelles furent pare nous jurez et examinez sur le contenu en ladite cédullesur laquelle déposition nous trouvasmes que lesdits enfans à cause du mestier de Postier ont accoustumé et doivent avoir les droicts, franchises et libertés dessus declarez de telle et si long temps qu’il n’est mémoire du contraire. Donné en l’an dessus dict Pour ce lui en donnons congé de jouir desdites franchises … »
= Henry de FORMEVILLE .- Histoire de l’évêché-comté de Lisieux , t. I, pp. clxiij-clxiv – d’après l’original aux AD. du Calvados (?)

1418 , 31 juillet
Le pénultième juillet 1418, respit à Lancelmot de Lisle, escuyer, jusques à la Saint-Michel, de la seigneurie de Nonant et dépendances qui furent Jean Legris, et messire Hutin Le Baveux, chevalier, à lui données par le roy, dont il a fait hommage le 23 dudit mois .
= Cité in G. VAULTIER .- Extrait du registre des dons, confiscations, maintenues et autres acters faits dans le duché de Normandie pendant les années 1418, 1419 et 1420, par Henry V, Roi d’Angleterre , Paris, A Lord Byron, 1818, In-16, 173 p. ; p. 34

1418 , 15 novembre – Estrée
N° 237 –
Rex omnibus, etc, salutem. Sciatis quod de gratia nostra, dedimus dilecto armigero nostro Caryot Carbonnel, etc., ac etiam terram et dominium de Lestre, cum omnibus aliis hereditatibus domine Lucie de Brucourt, vidue Willelmi Gomeul, dicti Moradas chivaler defuncti, pertnentes de valore centum et triginta coronarum per annumhabend. et tenend. prefato Caryoy et heredibus suis, etc., procreatis, de nobis et heredibusnostri per servicia inde debita, etc. Reservata sempernobis et nostria alta et suprema justicia et omni eo quod ad nos in hac parte poterit pertinere, etc. In cujus, etc.. Teste ut supra , XVe, die novembris. Per breve de privato sigillo.
= Coll. Bréquigny – Normandie. Vol. III – Rot. Norm. memb. 7. C. 269 dans MSAN , t. XXIV, p. 39

1418 , 15 novembre – Estrée
N° 238 –
Rex omnibus, etc, salutem. Sciatis quod de gratia nostra, etc, dedimus et concessimus dilecto armigero nostro Cayrot Carbonnel terras hereditates et posssessiones quascumque Johannis de la haye, chivaler domini d’Arrodville, valentes communibus annis exoneratas de deveriis ducentas et sexaginta coronas, ac etial teram et dominium de Lestrée (Election de Pont-L’Evêque.) cum omnibus aliis hereditatibus domine Lucie de Brucourt, vidue Willelmi Gomeul, dicti Moradas chivaler defuncti.
= Coll. Bréquigny – Normandie. Vol. III – Rot. Norm. memb. 7. dans MSAN , t. XXIV, p. 39

1419 , 29 avril
N° 498 –
Rex omnibus, etc, pro, etc, quod dilectus nobis Johannes Doyssie (Doëssay, C.), chivaler, nobis,etc., concessimus et hereditates redditus et posssessiones, que fuerunt Johanne de Brucourt, vidue absentis, etc., habend. et tenend., etc., prefato Johanni, etc., usque ad valorem ccc librarum turonem, per annum, etc., per homagium ac reddendo nobis, etc., apud castrum nostrum de Caen, unum gladium pro armis ad festum Sancti Johannis, etc. Teste Rege, ut supra .
= Coll. Bréquigny – Normandie. Vol. IV – Rot. Norm. memb.47. C. 305. dans MSAN , t. XXIV, p. 85.

1419
Délai d’un mois à Jean Le Baveux, escuyer dont l’hommage fait le 12 février précédent mandé au bailly d’Evreux et aux vicomtes d’Evreux et Conches laisser jouir .
= Cité in G. VAULTIER .- Extrait du registre des dons, confiscations, maintenues et autres acters faits dans le duché de Normandie pendant les années 1418, 1419 et 1420, par Henry V, Roi d’Angleterre , Paris, A Lord Byron, 1818, In-16, 173 p. ; p. 49

1420 , 14 mars
Lettre de réspit que portait madame Jeanne La Baveuse, âgée de 30 ans, veuve de feu Robert, seigneur d’O, chevalier, occis à la journée d’Azincourt, et fille de messire Hutin Le BAveux, seigneur de Maillebois, disant qu’elle et son fils Robin, âgé de 5 ans sont à la charge de l’évesque d’Orléans, son cousin germain, furent expédiées …
= Cité in G. VAULTIER .- Extrait du registre des dons, confiscations, maintenues et autres acters faits dans le duché de Normandie pendant les années 1418, 1419 et 1420, par Henry V, Roi d’Angleterre , Paris, A Lord Byron, 1818, In-16, 173 p. ; p. 153

1420 , 17 octobre
Mandement de Jean, sire de Grey, capitaine du château et ville d’Argentan, au receveur du roi en la châtellenie, lui enjoignant de payer à Martin Laisné, couvreur de tuile, adjudicataire des travaux à faire château pour le prix de 15 l.t. la moitié de cette somme (réparations au donjon); l’autre moitié sera payée après l’achèvement des travaux.
= Arch. nat. KK 1338, n° 74.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 46.

1421 , 21 septembre
Robin Fere, plombier, reçit 40 l.t. du vicomte d’Arques, pour avoir fait des travaux à la grosse tour et à des terrasses du château dudit lieu: 70 livres d’étain, au prix de 6 s. 8 d. la livre; vérification faite par maître Jean Durdent, maître des oeuvres de charpenterie du roi au bailliage de Caux.
= Arch. nat. KK 1338, n° 75.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 46.

1422 , 2 mai
Fragment d’un compte de la baronnie de Briquebec qui jadis fut et appartint à Foulques Painel (Paynel) donnée par Henry d’Angleterre à Guilaume de Suffolk (lettre de donnation 1418)
Victor HUNGER, Quelques actes normands des XIVe et XVe siècles , Troisième fascicule, Paris, Champion, 1911, pp. 110 sq.

1423 , avril , après Pâques –
 » Item, un extrait d’un chartrier de la chambres des comptes faisant mencion que le Roy avoit donné à Marin de la Planque les héritages qui furent audit Colin le Viconte à la valeur de ijc l.t. en l’an mil ccccxxiij après Pasques on moins d’avril.
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 142.

1423 , juin –
 » Item, une lettres royaulx, en double queue et cire jaune, données à Paris, le xxije jour de juing, l’an mil ccccxxiij, contenant que le Roy, nostre sire, avoit donné aud. feu Surreau, les terres desd. Jehan de la Varende, Colin le Viconte et Bouteiller, à la valeur de iijc l.t.
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 142.

1423 , juin –
 » Item, un vidimus, fait soubz le seel de la prévosté de Paris, l’an mil ccccxxiij, d’une lettres royaulx, donnée le xxxe jour de juing, l’an mil ccccxxiij, par lesquelles apparoit que le Roy, nostre sire, avoit donné aud. feu Surreau, les héritaiges desdits la Varende, le Viconte et Le Bouteiller, jusques à la valeur de iijc l.t. avec l’expédition de messieurs des comptes et finances, donnée le xxvije jour de juin et un mandement donné de Jehan Salvain, bailli de Rouen, le xe jour d’aoust ».
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 142.

1424 , 28 may – Ouilly-le-Vicomte, Authieux-Papion
Item ung vidimus, fait sous le seel de la viconté de Rouen, l’an mil ccccxxiiije jour de may, faisans mencion que le Roy, nostre d. sire avoit donné temps aud. deffunt Pierre Surreau de bailler son denombremùent et faire son aveu des héritages qui furent aud. de la Varende, le Vicomte et Bouteiller, avec l’expedicion des seigneurs des comptes attachiée à icelles.
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 145.

1424 , 28 mai
Mariage entre Jean Cordonnel, fils de Jean et de Robine de Tonnencourt, et Blanche de Grengues, veuve Haultemer, et donation en faveur de ce mariage. Robert de Voessay, Donnebaut (Annebault), Bonetos (Bonnebosq), Briteuille, Maussigny, Vipars.
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie – N°117

1424 , 10 juillet – Les Authieux-Papion
Item, unes lettres certificatoires de messrs des comptes du Roy, nostre sire, lors à Caen, données le xe jour de juillet mil cccxxxiiij, par lesquelles appert que iceulx srs certiffient que ilz ont fait chercer et quérir ès registres des chartes de restitucions et dons faiz par feu le, nostre sire et cellui qui à présent est, savoir se il y avoit aucunes restitucions faiz des héritaiges Roy qui furent à feue damoiselle Agnès de la Varende, Agnès de la Planque et à Marguerite de la Planque dont aucune chose n’avoit este trouvé.
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 144.

1424 , 4 décembre
Jean Cariot, verrier de Vernon, reçoit du vicomte de Gisors 62 s. par lui dus pour livraison de verre blanc, par marché fait avec Jean de la Rivière, maître des oeuvres de charpenterie du roi au bailliage de Gisors (travaux à l’oratoire de la chapelle du roi et à celui de la reine au château de Vernon)
= Arch. nat. KK 1338, n° 77
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, pp. 46-47

1424 , 18 décembre – Lisieux
Quittance de Zanon, évêque de Lisieux, à Michel Durant, vicomte de Rouen, pour 12 livres 10 sous 8 deniers, pour la dîme des ventes de bois à Rouvray, et pour les amendes 37 sous, et pour le pâturage 27 sous, et pour le passage, 60 sous.
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N° 406

1425

1426 , 22 juin
Item ung deffault n par par led. Surreau sur led. Marin en la court du Conseil, narratif de leur descort et procès donné en l’an mil ccccxxv, le vje jouir de juillet avec une relacion de Henry Torel, sergent, le xxije jour de juing mil ccccxxvj, attachié ausdites letrres .
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 144.

1427 , 25 janvier n. s.) – Prêtreville . Paris
Rémission à Jehan de Bienfaite, chevalier, de la garnison du château de Courtonne, pour avoir frappé mortellement de son épée, dans le bois de Glos, un certain nommé Guillaume Morel, avec lequel il s’était pris de querelle en revenant de l’hôtel d’Henri de Querville, écuyer, où l’on tenait taverne… »
= AN JJ 173, p 586, fol. 290 v°. Edit.: Paul LE CACHEUX , Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435) , Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1907, 2 vol., In-8°.; Prêtreville, II, 16 – Querville, I, 28; II, 14.

1427 , 18 juillet
Rémission pour Jean de Manneville, chevalier et Jacqueline Le Baveux sa femme, et restitution de tous leurs biens, après être revenus à l’obéissance d’Angleterre, ledit chevalier demeuré d’une maladie débilité de son sens et entendement .
= Cité par R. de la Bretonnière in G. VAULTIER .- Extrait du registre des dons, confiscations, maintenues et autres actes faits dans le duché de Normandie pendant les années 1418, 1419 et 1420, par Henry V, Roi d’Angleterre , Paris, A Lord Byron, 1818, In-16, 173 p. ; p. 7

1428

1429

1430 , 17 février – Rouen
Mandement du duc de Bedford au trésorier et gal gouverneur des finances de son cousin le sire de Wylughby, retenu pour un an le 5 nov. dernier capitaine de Pontoise avec 80 hommes d’armes (dont lui-même et 4 chevaliers) et 240 archers à cheval. Le capitaine a fait ses montres le 14 nov. avec 2 chevaliers, 58 hommes d’armes et 162 archers puis fut envoyé à Abbeville avec la duchesse de Bedford, et depuis avec d’autres capitaines est allé à Beaumont-le-Roger, à Bernay et en d’autres places pour les recouvrer et les demolir. Lors de ses montres à Bernay le 6 décembre, il avait avec lui 19 hommes d’armes et 56 archers; il faut lui payer ses gages de ces derniers pour un trimestre à compter du 14 novembre.
= Bibl. nat., Nouv. acq. franç. 1482 , n° 71.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 69, n° 71.

1430 , 2 novembre – Lisieux
 » à Colin Pelone, pour sa paine et salaire d’avoir fondu un canon : 12 sous  »
= Armand BENET .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 39

1430 , 28 décembre –
 » Item, un vidimus, fait soubz le seel de la viconté de Rouen, le xxviije jour de décembre ccccxxx, d’une lettres royaulx, faisans mencion que le Roy, nostre sire, avoit donné aud. feu Surreau, les héritaiges qui furent Jehan de la Varende, Colin le Viconte et Jehan Le Bouteiller, en la valeur de vijc l.t. avec une attache à icellui, donné à messieurs des comptes et finances, l’an mil CCCCXXX, le xxije jour de février ».
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 142.

1431

1432

1433 , 22 et 23 avril – Lisieux
Record fait par M Beautry ( Bavery ), sous-sénéchal en conséquence des ordres de M. Cauchon évêque, des droits de coutume de travers, appartenans au comté de Lisieux .
 » Pour ce que par mutation de temps, inadvertance ou aultrment les mémoires des constitutions anciennes …
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, pp. 1 sq.

1433 , 23 septembre –
 » Item, un vidimus d’unes lettres royaulx, soubz le seel de la viconté de l’eaue de Rouen, le xxiije jour de sept. mil ccccxxxiij, icelles lettrers royaulx données le xxiiije jour d’octobre ccccxxij, par lesquelles le roi avoit donné aud. Surreau temps et terme de faire sa prisée des terres d’ouillie le Viconte, la Varende, la Bouteillerie, Sassie, OLendon, Beneauville, Bartoncelles, Montysembert (Bretonncelles, Montisembert.) et Chereperigne jusques à ung an ensuivant avec une expédicion des srs des comptes et trésoriers.
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , p. 142.

1433 , 30 novembre – Lisieux
 » C’est assavoir que ledict fossé, contenant de large unze toises et de¬mie par les deux bouts à prendre tout à ligne par dehors vers lesdicts ma¬noirs que l’en dit canoniaux et de long vers ledit manoir épiscopal depuis le coin d’icelluy en allant vers le lieu où soulloit estre la chapelle Nos¬tre-Dame jusques seulement à certain autre coing du mur de la closture dudict manoir épiscopal au droit, par dedans icelluy manoir épiscopal, de certain petit mur en forme de braies venant du long dehors ladicte églize derrière la cha¬pelle Saint-Martin …seroient prinses deux toises que mondict seigneur l’évesque sera tenu laisser et demourront pour mectre et faire appliquer au chemin ou voye pour faire une rue de deux toises de large tout du long aller ladicte voye depuis les murs de ladicte ville jusques à l’héritage advisé pour reffaire et asseoir ladicte chapelle Nostre-Dame et les brays d’icelle au droit du coing du petit mur venant de derrière ladicte chappelle Saint-Martin, passant par derrière ladicte chappelle en travers ladicte voye qui soulloit estre allant du long depuis ladicte croisée d’icelle églize au lieu où soul¬loient estre lesdictz manoirs canoniaux … aboutissant sur ladicte voye par derrière jusques à la Grant-Rue pavée devant la halle à la poessonnerie « .
= Publié par Charles ENGELHARD .- Une forteresse épiscopale pendant la Guerre de Cent Ans – Le Fort de Lisieux , Rouen, Léo Gy, 1911, p. 9

1434 , 2 juin – Ouilly-le-Vicomte
Item unes autres lettres royaulx, données à Rouen, le second jour de juing mil ccccxxxiiij, adréchantes à mesd. srs du Conseil, par lequel estpoit mandé que ilz lassassent joyr led. Surreau des héritages qui furent aud. Colinet le Viconte, avec ung mandement attachié à icelles, donné de messrs du Conseil, par lequel estoit mandé au sergent que il feist commandement aud. de la Planque que il laissa joyr led. Surreau desd. héritages avec une relacion de Denis Cotart, sergent en la vicomté d’Orbec, de l’exploit par lui sur ce fait.
= FELIX J. .- Inventaire de Pierre Sureau , pp. 143-144.

1434 , 19 juin – Courtonne-la-Meurdrac
Copies collationnées de pièce du 14 juin 1434, 5 octobre 1662, 8 juin 1613, ayant trait à des biens dépendant de la seigneurie de Courtonne-la-Meurdrac, familles du Houllay et Desjardins.
= Arch. SHL. Papier, 2 ff. Analyse Et. Deville.

1434 , 20 octobre – Lisieux
Endenture avec le duc de Bedford et Thomas Reddon, écuuier, capitaine de la ville de Lisieux
= L. DELISLE .-  » Sur une collection de titres normands provenant de la Cham¬bre des Comptes  » , Bull. mon. , XX, 1854, p. 438

1435 , 26 juillet – Tordouet
Le vicaire général de Lisieux confère la cure de Tordouet à Robert du Buisson, vacante après le décés de Guillaume du Buisson (Guillelmi de Dumo) sur présentation de noble homme Henrico de Dumo scutifero , seigneur temporel du fief terre et seigneurie dudit lieu de Tordouet
= Arch. SHL GC 152. Publié par Jean LESQUIER , « Les plus anciens textes de la Société Historique », BSHL, 1914-1915, N° 22, pp. 49-50.

1435 , 26 juillet
Henri VI informe les gens des comptes à Paris, les gouverneurs généraux des finances de France et de Normandie et les baillis de Rouen, Caux, Caen et Evreux qu’il a accordé un délai d’une demie-année pour faire son dénombrement à Guillaume Crafford, chevalier, auquel il a donné les terres de Jehan de Trousseauville, chevalier, Robin de Bailleul, seigneur de Glos, estienot d’Anesy (Anisy), Olivier de Malou, Jehan de Capvale, écuyers et de leurs femmes, y compris les rentes acquises par la dame de Beuville lesquelles terres sont situées en pays « très dangereux » fréquentés par les « brigands », et qui est lui-même très occupé. Le roi se réserve la garde des mineurs et les patronages d’église.
Donné: Par le Conseil signé Piquet .
= Bibl. nat., Nouv. acq. franç. 1482 , n° 130
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 80, n° 130.

1435 , 30 novembre – Tordouet
Collation pour Robert du Buisson, clerc acolyte, de la cure de Saint-Michel de Tordouet, en tant que besoin, par suite du jugement rendu aux Assises de Rouen, relativement au patronage entre le Procureur du Roi et Henri du Buisson, écuyer qui l’avait présenté, et qui reconnaît le droit de ce dernier. Délivré par les vicaires généraux, l’évêque Pierre Cauchon « a suis civitate et dioci lexovien. notorie nunc absentis et in remotis partibus agentos ».
= « Original parchemin, sans sceau, des Archives de la baronnie d’Orbec. Communiqué par M. Ch. Vasseur, le 7 septembre 1859″ cité dans BSHL , N° 1-2, 1869, p. 6. ( Ce document ne figure pas parmi ceux analysés par Jean LESQUIER)

1435 – Rouen
Inventaire de Pierre Surreau
p.52 :
 » Item deux plats d’estain doubles pesans viij livre ou environ, p. xij s.t.
p. 85
 » En la cuisine dud. hostel, Premièrement ung galon de trois choppines, deux galons de ij chopines et deux de chacun un pot à ences, pesans ensemble xxxviij l. app. chacune livre à xviij d., valent liiij s.t.
« Item, quatre potz d’estain, trois choppines, iij demions et ung moutardier pesans xxxvi l. valent aud. pris xxxix s.t.
« Item xxvj plas d’estain, tant grans, moyens que petiz, pesans ensembles lxxvj l. P. aud. pris valent cxiiij s.t.
« Item xlv escueilles et cinq saussiers, pesans lxix l. valaent aud. pris de xviij d.t. la livre ciij s. vj d. t.
« Item, cinq candeliers à deux toues et xij à pouche, p. à xliij s. vj d. t.
= Cité in Inventaire de Pierre Surreau receveur général de Normandie suivi du testament de Laurens Surreau et de l’Inventaire de denise de Foville . Publié pour la peemière fois avec Notes et Glossaire par J. FELIX , Rouen-Paris, Lestringant et Picard, 1892, in-8°, XII-444 p. ( Soc. de l’Histoire de Normandie )

1436-1437
Recherches sur les tabellions et notaires établis dans le ressort du département du Calvados ( XIIIe – XVIIIè siècle . Notes sur les collations de bénéfices.
= AD14 – Don Larue 1939 . F 5858 , 1 reg.

1437-1438 – Lisieux
Comptes – Dépenses
… achat de Guillaume Chanu, fondeur, d’une serpentine et 3 bouetez et 3 autres bouetez à couleuvrine ; à Jean Chanu, fondeur, pour achat de deux serpentines garnies chacune de 3 chambres
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 150

1439 , mai – Tordouet
Le doyen d’Orbec certifie avoir installé Pierre Bouquet dans la cure de Tordouet.
= Arch. SHL GC 152. Publié par Jean LESQUIER , « Les plus anciens textes de la Société Historique », BSHL , 1914-1915, N° 22, pp. 51-52.

1439 – Lisieux
Jean Stanlawe, escuier, trésorier général, gouverneur des finances du roy en Normandie et capitaine de Lisieux .
= L. DELISLE .-  » Sur une collection de titres normands provenant de la Cham¬bre des Comptes  » , Bull. mon. , XX, 1854, p. 438

1440 , 16 juillet – Saint-Cyr-du-Ronceray
Collation par Jean Legris, prêtre de la cure de St. Cir de Roncherez, vacante par décès de Guill. le Cesne, sur la présentation du Roi de France et d’Angleterre, à cause de la garde des enfants de feu Henry du Bysson (du Buisson) . Délivrée par le vicaire général de Pierre Cauchon, absent.
= « Original en parchemin, le sceau arraché. Des Archives de la Baronnie d’Orbec. Communiqué par M. Ch. Vasseur, le 7 septembre 1869. »

1440 , 29 novembre
Montre de 10 lances à cheval et 30 archers de la garnison de Fresnay-sur-Sarthe du nombre de 600 hommes d’armes à cheval et des archers ordonnés sous messires de Talbat de Faucomberge et de Scales pour servir contre les adversaires occupant Louviers et Conches, reçue ce jour à Pont-Audemer par Henry Norbury, chevalier et Souliès Eyton, écuyer, commissaires.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., T. I, ms. 1460, 6.
= IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 99

1440 – 1441 – Lisieux
Recette des deniers ordonnés par le Roi, suivant lettres données à Rouen le 7 décembre 1439 …de 5 d. par franc de l’aide de la dinanderie et estaynerie vend. en lad. ville, 24 l. 4 s.
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 90

1440 – 1441 – Lisieux
Dépenses … à Guillaume Chanu fondeur de cloches, pour vente et livraison d’une couleuvrine garnie de 3 bouettes, 30 s.
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 92

1441 , 17 janvir (n.st.) – Lisieux
Esclabor (sic) Le Bouteiller, « lance à cheval » de la retenue de Simon Morbier, chevalier, donne quittance de ses gages et de ceux de Guillaume Pont, « lance à cheval », et comme lui faisant partie des quatre cents lances et archers ordonnés sous M. de Talbot, maréchal de France, pour résister aux courses et autres entreprises des ennemis et adversairs du roi (d’Angleterre), à Louviers, Conches et ailleurs. A Lisieux le 17 janvier 1440 (1441)
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie – N° 79

1442 , 16 janvier ( n. st.)
Jehan de Xaincoins, secrétaire et receveur général des finances donne quittance d’une portion de l’aide de 200.000 livres tournois « mis sus par le roi en son pays de langue d’oil, pour le fait de son armée de Normandie, à l’encontre des Anglois, et l’entretenement des gens d’armes estans à Louviers, Conches et Pontoise ».
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie – N° 80

1442 , 28 septembre
Jean de Senlis, verrier de Rouen, reçoit du vicomte 27 l. 18 s. 5 d. pour travaux de verrerie au château de Rouen, par ordre du duc d’York.
= Arch. nat. KK 1338, n° 100
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 49.

1443 , 24 décembre
Jehan de Drosay, notaire et secrétaire du roi, donne quittance au recveur gén,éral de Normandie de la somme de 50 l.t. à lui donnée par lettres du roi du 20 décembre, « pour l’exercice du fait de l’audience de la chancellerie de France, pour avoir baillé en icelle audience les lettres royaux, … et avoir escript es marge des lettres des dons de terres t autres … des quittances faites par Guy de La Villecte pour les oeuvres du palais de Rouen comme controleur, et (pour) tout ce qu’il a fait en l’absence de Me Eustace Lombart, notaire, secrtaire et audiencier du roi », depuis le 3 juin dernier.
= Bibl. nat., Nouv. acq. franç. 1482 , n° 168.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 87, n° 168

1444 , 22 juillet – Lisieux
A tous ceux …. jehan Gillain garde du scel des obligations de la senechaucee de Lisieux Salut Comme nagueres monsr pasquier ….eust baille a fieffe por luy et ses successeurs evesques a jehan marie bourgeois dudit lieu et a ses hrs. une place avec tel ediffice quil avoit dessus assis en la parroesse sait. jaque de lisieux contenant sept perques (Nous ignorons si la perche en usage à Lisieux était une perche de 18 p., celle de Paris ; de 22 p. ou des eaux et forêts, ou bien de 24 p., avec des valeurs respectives de 6 m., 7 m. 33 et 7 m. 92 LESQUIER ( Jean )  » Les Fortifications de Lisieux au XVe Siècle « , Etudes lexoviennes , p. 224 .) neuf pieds et demy de terre ou envir. jouxte d’un coste aux murs de la closture dentour la chapelle nostre dame de nouvel ediffie en leglise sact. pierre de lisieux . dautre si coste a certaine aultre place que a puis naguere fieffe pierre marie de mondit sr dun bout aux murs de la closture du jardin de l’hostel episcopal de mondit seigneur et dautre bout au chemin tendant de la grand rue a aller aud hostel episcopal de mondit sgr derriere ladicte chapelle nostre dame Et eust ledit bail este faict par la soe. de cinqte sous tournois de rente chacun an en la recepte de mondit sr a deulx termes lan par moitie pasques et saint michel avecques les droits de ville…. ( Confirmation et reconnaisance par Jehan marie le 18 mars 1453 )
= Arch. mun. de Lisieux – Cartulaire de Thomas Basin – f° xxxivo et xxxii r

1444
Compte de Jean Le Muet
pp. 128-129 (10) – De rente achettée sur le tènement au seigneur de Tordoit par Henry du Buisson pro toto anno xxiij l.
( » Tordouet était un fief fief entiier dont le chef se trouvait dans la paroisse du même nom et qui s’étendait sur celle de la Chapelle-Yvon et des Roncerets. Henri du Buisson, écuyer, rendit aveu au roi pour ce fief le 8 octobre 1413. Il était fils de Henri du Buisson, chevalier et d’Ysabeau Cardonnel, qui étatait veuve dès 1397; son frère Thomas devint seigneur de Friardel (à Préaux) par son mariage avec Jacqueline Le Breton. Henri du Buisson dut solliciter du roi Henry VI des lettres de rémission à la suite d’une rixe qu’il eut en mars 1432 avec un dénommé Massot Hébert, habitant de Tordouet, qui mourut sous ses coups; elles lui furent accordées le 5 septembre 1432 ( A.N. JJ, 175, N° 143. Chancel. Henry VI , t. II, p. 201) Il mourut vers 1440, laissant des mineursd. Sa fille devint dame de Tordouet et épousa Odon de Saint-Ouen, écuyer, qui rendit aveu au roi pour ce fief le 8 juin 1452.
Leur postérité possédait encore ce fief au milieu du XVIe siècle ».)

p. 139 (18) – Du fief de Prestreville , par Guillaume Davoust. Pour moictié …… xviij d. (Il y avait au moins quatre fiefs à Prêtreville:
a) – le fief dit de Prêtreville , dont Pierre de Neuville, écuyer fit aveu au roi lles 2 octobre 1408 et 3 novembre 1453 (A.N. P. 308) et pour lequle il obtint souffrance d’un an du roi d’Angleterre, le 6 novembre 1425 ( B.N. F. fr. 26.048, n° 502) et décembre 1436 ( B.N. p.0 2101, Neufville n° 11.)
b) les fiefs de Querville et du Couldray , tenus de la baronnie de Ferrières par la famille de Querville, et
c) .- le fief de Poix, qui dépendait autrefois du fief Henri de Courtonne ( cf. l’article 6) et qui était en 1444 dans la main du roi (cf. l’article 135) Il semble bien que la rente dont il est ici question est due sur ce dernier fief ».
= FRONDEVILLE Henri de, Le Compte de la Vicomté d’Orbec pour la Saint-Michel 1444. Jean Le Muet, Vicomte et receveur dans Etudes lexoviennes , IV, p. 139.

p. 144 (40) – D’un pièce de terre assise en la verderie des Moutiers Hubert , par Noël Gambedorge. Pour moictié à ce terme. ij s. vj d. (Sur la verderie des Moutiers-Hubert, cf. l’art. 294.)

(41) – D’une pièce de terre fieffée à Blaize hardy, que tient Jehan Branche. Pour moictié iiij s. vj d. (En 1320, Blaise hardy et ses parchonniers tenaient aux Moutiers-Hubert une pièce de terre nommée La Héroudière , contenant 48 acres.)

(47) – De la fiefferme , terre et seigneurie de Saint-Ouen-le-Lohoult qui fut Jean Cardonnel, que soulloit tenir Robert Berengier par xl s. t. de rente par an et depuis fut fieffée à Guillot Regnoult par xl L. t. de rente par an moictié à Pasques et moictié à la saint-Michiel, comme il appert par le decrept sur ce fait en l’assise d’Orbec, rendu à court sur le terme Saint-Mihiel IIIc IIIIxx et XII, et de présent laditte terre est en la main du Roy nostre sir avec tout l’éritaige dudit Guillaume que baillé en avoit en contre pleige, parceque icelui Guillaume c’est absenté par povretté et ne peult l’en trouver personne qui l’ait voulu prendre prendre pour lesdittes xl L. t. de rente par an, mais est icelle terrre baillée afferme à Jehan Hamelin, comme il est dit sur le compte du terme de Pasque mil IIIIcXLI par xj L. t. de ferme par an qui est pour moictié lx s s. et l’outreplus de la dite somme de vj L. t. est reprins en deniers rendus et non receuz en la despence de ce présent compte et, ce nonobstant, est cy rendu. Pour moictié desdites xl L. t. xx L. t. (Voir les articles 3 et 201. – Sur la fiefferme de Saint-Ouen-le-Hoult ancienne dépendance de la baronnie des Moutiers-Hubert, on peut consulter: de Caumont, Statistique monumentale du Calvados , T. V, p. 662. En avril 1415, Guillaume Regnoult fut autorisé à abandonner cette fiefferme sans être inquiété, à condition de payer tous les arréragages arriérés qu’il devait et laisser au roi les héritages qu’il avait affectés à son contrepleige (A. N. P. 19132, n° 23125). On tr’ouvera aussi d’intéressants détails sur cette ferme au registre P 19121 de la chambre des Comptes aux Archives nationales (14 janvier 1473/4).
Elle était tenue en 1608 par Pierre Rioult, procureur du roi en la vicomté d’Argentan, et par Eustache de la Haie (Aides chev.).)

p. 145. (49) – De la rente que doit Jehan de Friardel, escuier, hoir de feu Robert de Friardel, jadis chevalier. Pour ce pour moictié. vj L. t. (Cf. les art. 31 et 357. Guillaume de Friardel, devait au comte de Beaumont une rente annuelle de 12 livres pour la fiefferme qu’il trenait à Bellou et >Bellouet. Cette fiefferme dépendait de l’ancienne baronnie des Moutiers-Hubert et, comme elle, avait été incorporée au domaine royal lors de la confiscation des biens de Hugues Paynel par Philippe-Auguste. A Bellouet, comme à friardel, on trouve les de Cintray, successeurs de la fmille de Friardel après la libération de la Normandie.)

p. 150 (72) – De xxvj s. t. de rente , venus et escheus à Jourdain Louvet, bastart, lequel alla de vie à trespassement sans hoirs yssans de lui, laquelle rente est faicte et paiée par Estienne Durant, de la paroisse des Moustiers-Hubert. Pour moictié à ce terme xiij s.

p. 151 (79) – De Robin de La Fosse, pour xx s.t. de rente qu’il soulloit faire à Jehan Cappet, bastart à cause d’une masure assise en la paroisse des Moustiers -Hubert , qui fut audit Cappet, comme il est dit ès compte précédent. Pour ce à ce terme x s.

p.162. (126) – De la terre de Cirfontaine (Cirfontaine est une ancienne paroisse partagée aujourd’hui entre les communes de Marolles et de Courtonne-la-Meurdrac.
Jehan de Saint-Germain , écuyer, céda à l’évêque de Lisieux, le 20 novembre 1405, moyennant six sols, un pré sis « près de la Planche au Tremble », à Courtonne-la-Meurdrac (Cartulaire de Thomas Basin). C’est lui, sans doute, qui épousa avant 1417 une demoiselle de Béthencourt qui reçut en dot le fief d’Herbigny, à Victot (vicomté d’Auge) tenu de Dozulé (A.N., P. 305, Aveu de Dozulé du 4 février 1417). On voit dans les aveux de Friardel que Jehan de Saint-Germain possédait en 1406 un quart de fief à Courtonne, dit ls Essards, et qu’en 1437, Olivier de Saint-Germain lui avait succédé. Celui-ci avouait tenir du seigneur de Friardel le fief d’Ouville, quart de fief à Friardel que tenait avant lui Colin de Béthencourt (A.N., P. 308.) Cf. l’art. 357.
Un Jehan de Saint-Germain, chevalier fit la montre de sa retenue à Touques, le 2 septembre 1415 (Clairambault, Titres LIII.n° 28.). Jehan de Saint-Germain, écuyer, fut un des défenseurs du Mont-Saint-Michel (O. de Poli, n° 450.)
Quant à Laurent de la Haie, il était (au moins depuis 1438)substitut du procureur du roi en la vicomté d’Orbec (Cf. Lesquier:L’administration des finances à Lisieux de 14213 à 1448 dans Etudes lexoviennes , t. II, pp. 37-175.). Cf. les art. 195 et 421.
Il sollicita et obtint, suivant lettres des 22 octobre 1442 et 21 juillet 1447, modération de son fermage de la terre de Cirfontaine « pour ce que à l’occasion de la guerre les hommes et tenants d’icelle s’en sont allés ailleurs ». (A.N., P. 19132 , n° 24.481 et B.N., F. fr. 26.1076, n° 5.780.).) , que soulloit tenir messire Jehan Costard, chevalier et depuis Jehan de Saint-Germain. Et à présent en est tenant Laurent de la Haie. Pour deux tiers à ce terme xxij L.

p. 163
(129) .- Du Mesnil-Godemen par jehan de la Quèze, ungs esperons dorez. Pour tout l’an à ce terme …………………………… xx s(Le Mesnil-Godemen était un plein fief tenu du roi, sis dans l’ancienne paroisse de Fontenelles (aujourd’hui hameau de Fontaine-la-Louvet). Il est mentionné dans le dénombrement de Beaumont en 1320 et est alors tenu par Pierre de Boisgencelin. Jehan de Boisgencelin, écuyer, en rendit aveu le 20 novembre 1396; il y déclara notamment, qu’il était tenu de faire et payer au roi, en sa recette d’Orbec, un éperon doré au terme Saint-Michel avec la foi et l’hommage et les aides coutumières quand elles échoient.
Il y avait au XIVe siècle des La Quèze étaient établis dans la paroisse voisine de Duranville; les de Bellemare furent leurs héritiers.) .

(130) .- Du fief de Fontenelles , par Jehan de Boisgencelin, ungs esperons dorez. Pour tout l’an à ce terme ………………………..xx s.

(131) .- De partie de la terre Philippe Basset appelée la fiefferme de Chastillon , que soulloit tenir Guillaume de Bois-Simon, et à présent en est tenant la déguerpie de feu Jehan de la Boullaye, par Jehanne de la Boullaye, héritière de ladite déguerpie. Pour moictié…………………. xij L. x La fiefferme de Castillon était située à Moyaux (Aides chev. 1608).
Le 10 janvier 1420, Jean de la Boulaye, écuyer, et Jeanne, sa p. 164 femme avaient obtenu du roi d’Angleterre la restitution de leurs biens situés en Normandie (Bréquigny, n° 1.262). Cf. à l’art. 423 la réduction accordée sur le prix de cette ferme. D’autres réductions de fermages lui furent consenties par le duc d’York, le 5 octobre 1446 et 25 octobre 1448. (B.N. F. fr. 26.075, n° 5.569 et 26.078, n° 6.017).
Il y a encore aujourd’hui dans la commune de Moyaux une ferme de Boissimon…

(132) .- De la vente Michel Deschamps , faicte à Monseigneur Robert d’Artoys, chevalier, à cause du Manoir du Val-Hébert pour le bois-Morin, que soulloit tenir Robert du Bois-Morin et depuis la tinct messire Jehan de Briosne, jadis chevalier et à présent en sont tenans Robert Deschamps et sa femme héritière en partie de Jehan du Bosc.
Pour ce, pour moictié……………………………… vij L x s (Le Val-Hébert , situé à Ouilly-du-Houlley. Le Bois-Morin est mentionné en 1608 à Hermival (Aides chev.).
Jean VII d’Harcourt , baron de Brionne en 1388. Tué à la Azincourt..) .

(133) .- Du Bois-Constentin , en la paroisse de Saint-Philbert-des-Champs, que tint Simon Pinot et à présent en est tenant Jehan Le Mire, à cause de sa femme
Pour moictié …………………………………………… xviij s Un Jean Le Mire était parmi les hommes d’armes du Château de Touques qui obtinrent un sauf-conduit du roi d’Angleterre le 10 août 1417 (Magn. Rot. , p. 216).

La famille Le Mire est restée fixée à saint-Philbert-des-Champs et au Pin, où elle a possédé les fiefs du Béchet, d’Angerville et de la Pinterie. Lefèvre-Pontalis signale dans son étude sur la Guerre de partisans, que Guillaume Le Mire, écuyer du parti anglais, âgé de 20 ans, en mai 1427, frappa mortellement un Français dans une rixe à Fauguernon.

Les Le Muet, c’est-à-dire la famille du vicomté d’Orbec qui établit le présent compte, habitaient aussi saint-Philbert et leur héritière s’allia aux Le Mire (Voir l’introduction de ce travail, p. 128).

C’est Jacques Le Mire, SZr du Béchet, qui tenait le Bois Constentin en 1608. (Aides chev.)..

p. 165 (136) – De la revenue d’une maison assise en la paroisse de Saint Jacques de Lsieux , jouxte d’un côté Guillaume de Monnaigre, d’autre côté Guillaume du hamel, d’un bout les hoirs Jehan Bonnet, d’autre au pavement du Roy nostyre sire sur la grant rue de Lisieux, laquelle fut Colin de La Fresnaye, fieffée à Colin du Manoir, bourgeois de Lisieux comme il est dit plus à plain sur le compte Saint-Michel CCCCXXXIIII en semblable partie, par xl s.t. de rente par an a paier pour tout l’an au terme Saint-Michel, les lettres de ladite fieffe, adjudicacion et obligacion dudit du Manoir et de Guillaume de Longprey, demourant à Lisieux, lequel, comme il appert par icelle obligacion est constiyué pleige d’icelluy Colin, rendues sur le terme Saint Michel IIIIc XXXIIII ou chapitre des terres tenues en la main du Roy nostre sire par confiscation et forfaicture, Et pour ce que audit terme Saint Michel IIIIc XXXIIII et XXXV fut ordonné par messeigneurs des Comptes que d’illec en avant cste partie soit escripte et mise en ce présent chappaitre, en entretenant icelle ordonnance, icellui viconte la rend cy.
Et pour ce, tout l’an à ce terme ……………………….xl s. (Colin de la Fresnaye, qui possédait dans la même paroisse Saint-Jacques un autre immeuble dit la « Blanche Maison » et aussi une maison dans la paroisse Saint-Germain, était resté fidèle au parti du roi de France et l’administration du roi d’Angleterre avait saisi ses biens et ceux de sa fille Clémence (Voir les art. 138 et 336).
Guillaume de Monnaigre, Guillaume du Hamel, Jehan Bonnet, Colin du Manoir et Guillaume du Longprey, sont des notables et officiers de Lisieux qu’on trouve plusieurs fois mentionnés dans l’étude de Lesquier sur l’administration et les finances de cette ville de 1423 à 1448. (Op. laud , Etudes lexoviennes , t. II.)
La maison dont il s’agit ici pourrait être cette hôtellerie que tenait Jehan du Manoir, où Sommerset, gouverneur de Normandie fut logé, le 7 février 1440 aux frais de la ville et où descendait le bailli de Rouen lorsqu’il vint à Lisieux à l’occaion de la prise de possession du siège épiscopal de Thomas Bazin (1447).) .

p. 183 (196) – De la ferme des Moustiers Hubert par Guillaume Le grain. Pour les deux pars à ce terme, ije derrain paiement xxi L vj s. viij d. (En février 1432 (n.st.) avait eu lieu une information sur la valeur de cette ferme à la requête de Pierre Loret, de Meulles, pleige de Jehan du Mesnil, naguère fermier. Elle conclut à la modération p. 184. du fermage qui était alors de 120 l. t. (A.N. P. 19102 et 19141, n° 24794).
Plusieurs fractions de l’ancienne baronnie des Moustiers-Hubert ont été mentionnés au domaine fieffé de la sergenterie d’Orbec. Elle avait été incorporée au domaine royal par la confiscation que Philippe-Auguste en fit sur Hugues Paynel; les diverses terres qui la composaient en 1320 sont mentionnées dans le dénombrment du Comté de Beaumont que nous avons souvent cité; on trouvera le détail de ces parcelles dans l’état des rotures du domaine d’Orbec (Aides chev. 1608)
Le 3 septembre 1444 cette ferme fut adjugée à Robert Le Sec, écuyer pour 9 ans au prix de 50 l. par an et à charge d’en reconstruire le moulin. (A.N., P. 19142, n° 28.703).
En 1524, elle avait été prise à bail pour 267 livres 10 sols l’an. En 1542, le bail fut pris pour trois ans par Guillaume Le Marchand au prix de 222 livrers, « non compris le fief du Quesnay, engagé ».
En 1575, un certain nombre de parcelles étaient affermées à part et l’ensemble des rentes qui subsistait était pris à bail pour 232 livres 10 sols par Claude du Bosc.)

p. 208
(273) .- De la garde des enffans soubzaigés de feu Robert de Bellemare , entant qu’ul y en a en ceste viconté, par Jean Louvet, escuier. Pour moictié à ce terme ……………………………………..xl s(Les Bellemare étaient originaires de saint-Denis-du-Bosc-Guérard et le mariage de Robert de Bellemare avec Jeanne de La Quèze, à la fin du XIVe siècle les avait mis en possession des fiefs de La Quèze à Duranville et du Bosc-Renoult à Folleville. Parmi les sous-âgés ici mentionnés, se trouvait sans doute Jean de Bellemare, qui fut maintenu dans sa noblesse en 1463 par Montfaut et dont la nombreuse postérité vécut à Duranville et à Saint-Cyr-de-Salerne. Une autre branche, les Bellemare de la Pelletière, vivait dans la sergenterie de Moyaux dont Jean de Bellemare, écuyer, était sergent fieffé en 1416 et en 1453 (A.N. P. 305). Sur jean Louvet, voir l’article 156.).

pp. 211-212 (283) .- De la garde des enfants soubaagiés et hoirs de feu Henry de Trousseauville, en son vivant escuier, venus en la garde du Roy nostre sire pour leur minorité d’aage par le trépas de leursdis père mère, par damoiselle Marguerite de Tournebeuf, mère desdits soubzaagiés, iiij L. ij s. t. dont lxj s. vj d. t. à la recepte de ceste viconté et xx s. vj d. t. à la recpte de la vivonté de Verneuil aux terùmes de Pasques et saint Michel, pour moictié. Pour ce, à ce terme pour moictié par ladite damoiselle…. xxx s. ix d.

p. 212 (284) .- De la garde des enfants soubzaaigés de feu Henri du Buisson, en son vivant écuyer, et de la demoiselle sa femme, venus en la garde du Roy, nostre sire par le trespas de leurdits père et mère, par Jean de Vippart le jeune. Pour moictié à ce terme…… Cv s.

p. 216

… (292) .- D’un autre tiers et dangier d’une troche de bois séant ou treffons Mathieu Go , escuier, seigneur d’Ouillie-la-Ribault, icelle troche jouxte d’un costé le chemin d’Ouillie teannt au chemin de Vaulx, d’autre costé aux Coustures de Lauffarie tendant à hermival et d’un bout le chemin qui descent du moustier de Fiefol au moustier d’Hermival, et d’autre bout la sente descendant de Fierfol à la carrière du Mont Hamet, par Thomas Le galloys. Pour moictié à ce terme, ije vje paiement ………………….. lxxj s
La seigneurie d’Ouillie-la-Ribaud était un membre de la seigneurie de Tillières qui appartenait en 1413 à Guy Le Baveu, chevalier et qui fut plus tard partagée entre ses trois filles (A.N. P. 308. Vicomté de Conches). Pendant l’occupation anglaise cette baronnie était tombée entre les mains de Los Bourgoys, chevalier, puis, par don royal, entre celles de Hue de Launoy, chevalier, qui la céda à Mathieu Goth en 1430, avec la baronnie de Coulonces (A.N. JJ 175, n° 107). Ce fameux capitaine anglais, après avoir participé à la prise de Louviers, de mai à octobre 1431, reçut les terres de Robert de Cramesnil, de Jehan d’Epinay et de Robert du Val (JJ 175, nos 92 et 295p. Mathieu Goth , écuyer, seigneur d’Ouillie. fut chargé le 24 janvier 1446, de rassembler cent hommes d’armes et 300 archers à prendre parmi les bandes indisciplinées qui campaient autour de Bernay et de les emmener dans le Maine (A.N. K. 68, n° 121). On le retrouve en 1448 à la tête de la garnison de Bellême, qui dut ouvrir ses portes le 20 novembre au duc d’Alençon. Il prit part à la bataille de Formigny et, après la déroute des Anglais, alla s’enfermer dans Bayeux (Lange, Ephémérises normandes ). Obligé de capitules le 16 mai, il rentra en Angleterre, où il combattit à la bataille du Pont de Londres aux côtés du sire de Scales (Hunger, Les Capitaines de Vire , p. 99).

Après la libération, la seigneurie d’Ouillie-la-Ribault revint pour une part à Philippe de Manneville, écuyer, et pour la partie située à Saint-Léger-d’Ouillie, à Catherine Le Baveux, une des filles de Guy, qui était en 1462, veuve de Louvel Lestandart, écuyer; son fils, Pierre Lestandart tenait cette partie de fief dès 1455 (Aveu de la baronnie de Tillières, du 20 novembre (A.N., P. 308).

En 1467, c’est Jeanne Filleul, veuve de Pierre Lestandart, qui possède cette fraction (Arch. Calv. coll. Danquin, n° 253).

Le Mont Hamel désigne sans doute l’éperon situé au sud de la rivière Paquin, qu’on retrouve sur la carte de Cassini, sous la forme « Mont Hamel », dans la paroisse d’Hermival »..

p. 217 (294) – Des amendes et explois du verdier d’Orbec et des Moutiers-Hubert , tauxées à ce présent terme Saint Michiel par Jehan des Planches, lieutenant de GJehan Puillois, verdier desdits lieux, comme par le rolle cy rendu appert lxxvij s. t. (Au XVe siècle les recettes de l’administration des eaux et forêts étaient prises en compte par les vicomtes receveurs suivant des états qui devaient être remis par les verdiers cinq semaines avant chacun des termes de Pâques et de la Saint->Michel. Tout le fonctionnement de l’exploitation et de la surveillance des forêts à la fin du Moyen Age est décrit dans l’étude de S. Beck, L’administration des forêts dans le domaine royal en france au XIVe et au XVe siècles (Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, année 1922).
Il y avait deux verderies dans la sergenterie d’Orbec, l’une pour le massif boisé de Meulles et des Moutiers-Hubert, et l’autre pour celui qui s’étendait au Nord-Ouest d’Orbec. ces forêts ont eu tantôt deux verdiers différents, tantôt un seul verdier. Au dénombrment du Comté de Beaumont en 1320, les bois d’Orbec sonrt évalués à 209 livres de revenu annuel et ceux des Moutiers-Hubert à 120 livres, non compris les amendes et exploits estimés à 100 sols par an pour les premiers et à 50 sols pour les seconds. En 1335, Pierre de gascourt était verdier des Moustiers-Hubert et Hennequin de Holingres, verdier d’Orbec; leurs appointements étaient de 2 sols par jour plus 100 sols par an pour la robe (L. Delisle, Actes normands de la Chambre des Comptes , p. 121). En 1379, le verdier des Moutiers-Hubert, Jehan Le Boulenger , et celui d’Orbec, Pierre de La Rue , ayant pris le parti du roi de Navarre, leurs offices leur furent enlevés et le roi Charles V les donna tous deux à son sommelier, Jean Vaillant (L. Delisle, Mndements de Charles V , n° 1831). Pierre de Paissy , chevalier lui succéda en 1384 (Caen, Coll. Mancel, n° 1, 104). Pendant le XVe siècle, les verdiers dont les noms nous sont parvenus, furent: Raoul Mellin (B.N. F. fr. 26.041, n° 5.172, avril 1417), Colin Raison (Coll. Bréquigny, n° 1.009, Lettres de provision du 7 août 1421), Pierre de la Mondière , (Coll. Bréquigny, n° 1.085, Lettres de provision du 23 février 1422.- En fonctions le 2 janvier 1426: Arch. du Calvados. Coll. Danquin, n° 251), Jean Puillois (en fonctions au moins de 1444 à 1447) (B.N. F. fr, 26.077, n° 5.867, 22 décembre 1447 et P. O 2.138, Oldhalle, 20 juin 1445). Les gages de Jean Puillois sont les mêmes que ceux des verdiers de 1335.
Il existe encore des comptes des verdiers d’Orbec: Pâques 1397, B.N., F. fr, 26.022, n° 1.012. – Pâques 1408, B.N. F. fr. 26.036, n° 4.083. – Amendes de la verderie d’Orbec: Pâques 1384. Bibl. de caen, Coll. Mancel, n° 1, pièce 104). Pâques 1417 (B.N. F. fr. 26.042, n° 5.172).
Jehan Puillois avait été clerc tabellion àOrbec au moins de 1409 à 1416 (B.N. P. O. 2.465, Le Renvoisié; P.O. 339, Bienfaite, et A.N., P. 308, aveu du fief du Vivier). Il possdait en 1448 le fief de la Fosse, voisin de celui de Gouvisq à Marolles (B.N. P.O. 1380, Gouvis). En compensation de la perte qu’il avait subie à cause de la démolition de maisons lui appartenant à Conches et à Orbec, maisons qu’il avait dû raser pour établir des fortifications, Jean Puillois obtint en octobre 1449 de fieffer la sergenterie d’Orbec au prix de 20 livres par an. Il fut mis en possession de son office le 17 novembre (A.N., P. 19151 , nos 30.732 et 30.733).
Jehan des Planches était tabellion à Vimoutiers (cf. l’art. 262). On trouve en 1455 un lieutenant du bailli d’Evreux en la vicomté d’Orbec, du même nom (A.N., P. 308, Aveu de La Lande).)

pp. 263-264 ( 360 ).- Thomas Sauxon, escuier anglois capitaine de Fauguernon, pour la forfaicture des biens meubles de feu Guillaume Mausey , lequel s’estoit nagaires pendu, lesquielz biens icelui Sauxon, comme fermier du seigneur dudit lieu de fauguernon, au don de son maître, avoit alors applicquez à son prouffit, sur quoy il avoit esté mis en cause vers le procureur du Roy ès assise d’icelle viconté, duquel procès icelui Sauxon est encheu et mis en amende vers ledit procureur, laquelle amende, montant lx s. est rendue cy devant ou chapitre d’amendes sur la partie des amendes d’assise rendue illec. Et cy, pour ladicte forfaicture, pour l’appréciation faite desdits biens par le sergent de la querelle, en présence de gens report ès assises d’Orbec, ainsi que par le roulle desdites assises rendu cy devant apert.
Pour ce ………………………………………………… xx L. V s (La baronnie puis Vicomté de Fauguernon qui relevait du Comté de Tancarville, avait appartenu au Moyen Age aux Bertran, barons de Briquebec et de Roncheville. Guillaume Bertran, second fils de Robert V, connétable de Normandie, et d’Alix de Taancarville fut vicomte de Fauguernon en 1274. De son mariage avec l’héritière de Fontenay-le-Marmion, il eut un fils Robert, vicomte de Fauguernon et de Fontenay cité dans un acte de 1338. Celui-ci épousa une Tilly, dame de Druval, et eut pour héritière sa fille Marie, épouse d’Yves de Garancières. Fauguernon fut donc à elle, puis à sa fille, Jeanne de Garancières, qui de son second mariage avec Jean de Montenay, eut un fils, Guillaume de Montenay, vicomte de Fauguernon en 1417. C’est sur celui-ci, qui avait vaillamment contribué à la défense de Honfleur et à celle de Caen, et qui périt à Verneuil en 1424, que le roi Henri V confisqua la terre de Fauguernon. Il la donna à Walter Hungerford, sénéchal de sa maison qui la possédait encore en 1448. Echiquier de Normandie. Reg. de 1448, f° 472.).

La garnison anglaise fut maintenue à Fauguernon pendant l’occupation. Le premier capitaine anglais fut John St-Alban; nous voyons ici qu’en 1444 c’était Thomas Sauxon. On sait que c’est à Fauguernon que l’évêque de Lisieux, Thomas Basin, négocia et signa la reddition sans combaat de sa ville épiscopale aux Français le 16 août 1449.

Après la libération, la vicomté de Fauguernon revint aux Montenay. jean de Montenay, chevalier, baron de Garencières, en était seigneur en 1463 (Cf. Et. Deville, Le Château de Fauguernon , Journal de Rouen , 19 août 1928).
Du château de Fauguernon, dont A. de Caumont a encore pu décrire les ruines en 1867 (Statist. monumentale du calvados , t. V, p. 33), il ne reste aujourd’hui que quelques pierres envahies par les ronces ».) .

p. 254 (346) – De Thomas Kirkeby, escuier anglois pour une maison, masure et jardin qui furent à maistre Jehan Racine que l’on disoit estre echeut au Roy nostre sire par forfaicture qui est jouxte d’ung costé un jardin qui fut audit Racine et d’unbout la rue à l’Official de Lisieux, qui avoit esté audit Kirkeby et à lui demourée par décret ès assises d’Orbec par xvj L.t. de rente par an, moictié à ce terme, moictié au terme des Pasques,ainsi qu’il est dit sur le terme Saint Michiel CCCCXXXXIIII, auquel s’opposa Pierre racine, pour lui et attourné de maistre Michel Racine, son frère, disant avoir droit d’icelle maison, masures p. 255 et jardin en usufruit à cause du transport a eux fait par demoiselle Blanche de la Bouessaye, qui en ceste parite avoit le droit au roy nostre dit sire à les tenir sa vie durant. Par laquelle opposicion, tout fut sequestré au droit du Roy nostredit seigneur et desdits opposant, jusques à ce que autrement en feust ordonné. Néanmoins, depuis ce , Richart Ruaust et et Richrt carbonnel, mieutenant de Raoul d’Estampe, commissaires réformateurs sur le fait du demaine, ont fait mettre lesdits hérétages en la main du Roy, disant que non obstant ladite opposition, Richart Ros, à présent mary de ladite Blanche, ne pourroit sans congie et licence du Roy nostredit seigneur faire transport dudit viagé audit Racine … ( (346) Pierre Racine , bourgeois de Lisieux, fut receveur du grenier à sel de cette ville pendant quelques mois, en 1438 ( Lesquier , Adminis. et finances de Lisieux , p. 146 ) . Il avait fieffé de l’évêque Pasquier de Vaux une place située sur l’emplacement des anciennes fortifications du Palais épiscopal par 40 sols de rente . ( Cartulaire de Thomas Basin ) . En 1448, il était en procès devant l’Echiquier contre un autre habitant de Lisieux, Perrot du Manoir . ( Reg. de l’Echiquier de Normandie ). ) ..

p. 267 (367) – Aux moines de Farvaques , pour moictié à ce terme par quittance servant pour ix termes v s.
L’abbaye du Val-Richer (Vicomté d’Auge) possédait un fief qui s’étendait sur Fervaques et lLa croupte. L’aveu de son temporel du 29 avril 1452 s’exprime ainsi: « Item nous tenons et pure et franche omosne noblement et franchement à court et usaige en basse justice ung fief ou membre de fief assis ès paroisses de la Croutte, Farvaques et illec ou environ en la vicomté d’Orbec ouquel nous avons manoir, demaines, terres labourables et non lababourables, pasturaiges et plusieurs fons déritage avecques deux pièces de oys l’une nommée le bois de Sédouit et lautre le bois de Mongnerie, lesquelles , se vendues estoient sont à tiers et danger du Roy nostre dit seigneur. Et en icelui fief ou p. 268 membre de fief avons prévost hommes, hommaiges, rentes, revenues et plusieurs devoirs de fiefs. Item nous prenons et avons droit de prendre par chacun an x sols sur la recepte de ladite viconté dudit lieu d’Orbec (A.N. P., 305, Auge, f° 23 v°).

p. 268 (370) – Au prieur des Houllettes , pour moictié à ce terme lxx s. (Le prieuré de Notre-Dame-des-Houllettes, qui relevait de l’abbaye d’Hambie, était au Moutiers-Hubert, en lisière de la forêt où il avait drit de laisser paître 12 vaches et un taureau. Il avait étét fondé par un Paynel. Le prieuré et sa chapelle ont été détruits à la Révolution (Caumont, Statistique monumentale du calvados , T. V, p. 740).)

p. 277
POUR PRINSE DE LOUPS ET AIGLES..

p. 278 (396) .- A Rogier Sauxon , demourant à Fauguernon, V s. t. pour avoir prins ung lous ès bois Dennels à force de gens, chiens et fille et icelui avoir apporté par devers justice, ainsi que par quictance passée par devant ledit Masuyer le vije jour de janvier oudit an cy rendue appert.
Pour ce …………………………………………………….V s.

pp. 291-292 (424) .- A Jehan Vippart le jeune , tenant à tiltre de garde les héritaiges appartenant aux enfants soubzaaigés de feu Henri du Buisson, en son vivant écuyer, et la demoiselle sa femme, subgets chacun an à ceste recepte, c’est assavoir au terme Saint-Michiel pro toto anno en la viije partie de la sergenterie d’Orbec xxiij L.t. de rente à cause de ladite garde aux termes de Pasques et à la Saint Michiel par moictié comme il est dit cy devant en recepte ou chappitre de gardes en x L. X s. t. Pour deniers à lui déduitz par ledit viconte en obtempérant aux lettres patentes du Roy nostre sire et expédition d’icelles rendues sur le compte du terme de Pasques derrain passé, par lesquelles icelui seigneur a quitté audit Vippart la moictié de tout ce qu’il doit, tantr à cause desdites rentes que de ladite garde pour les termes Saint Michiel CCCXLI et Pasques CCCCXLII et oultre pour trois ans ensuivans par paiant pour chacun d’iceulx trois ans c’est assavoir pour ladite rente xxiij L. x S. Pour ce, pour ce présent terme dudit rabais au regart de ladite rente …… xiij L. x s.
Et Pour cedit présent terme au regart de ladite garde pour moitié iii° vj) terme dudit rabais lv s.

= EDIT.: Henri de FRONDEVILLE , Le Compte de la Vicomté d’Orbec pour la Saint-Michel 1444. Jean Le Muet, Vicomte et receveur dans Etudes lexoviennes , IV.

1444-1445 ( v.st. ) – Lisieux
Dépenses … à Pierre Le Loutrel, estaynier, pour avoir fait un conduit de plomb sur l’arche d’entre la tour de la porte de Paris et le pont dormant et pour avoir ressoudé led. conduit 10 s. pour avoir ressoudé le  » tuel  » de la fontaine d’entre la maison Cardot Bellier et la fontaine bouillante et pour avoir coupé la bouette de la petite fontaine d’au dessus et trois des conduits d’icelle, laquelle bouette et conduits étaient rompus 27 s. 6 d.
Pour avoir fait 2 conduits neufs mis entre la porte de Paris au dedans de la ville et la fontaine auprès l’hôtel Jehan Le Fèvre, et pour avoir fait un tuel propre issant au dehors de lad. fontaine et pour avoir fait une muselière en la cuve auprès la maison Jehan Le Muet afin de lui bailler eau par l’ordonnance des bourgeois et pour avoir garni les palliers du pont de la porte d’Orbec, 30 s.

… A Colin Martin fondeur de cuivre et de plomb, pour 18 l. de plomb de soudure compris 4 l. d’étain à 2 s. pour livre, 36 s. pour 12 l. de plomb, 12 s., journée d’ouvrier 3 s.
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 128-130

1444 , Saint-Michel – Lisieux
 » De Thomas Kirkeby, escuier anglois, pour une maison,, masures et jardin qui furent à maistre Jehan Racine, que l’en disoit estre escheuz au Roy nostre sire par forfaicture, qui est jouxte d’un costé un jardin qui fut aud. Racine et d’un bout la rue de l’Official de Lisieux, qui baillée avoit esté aud. Kirkeby et à lui demourée par decret ès assises d’Orbec par xvj L.t. de rente pae an, moctié à ce terme et moictié au terme de Pasques, ainsi qu’il est dit sur le terme saint Michel CCCCXXXIIII, auquel s’opposa Pierre Racine (Pierre Racine , bourgeois de Lisieux, fut receveur du grenier à sel de cette ville pendant quelques mois, en 1438 ( Lesquier , Adminis. et finances de Lisieux , p. 146 ) . Il avait fieffé de l’évêque Pasquier de Vaux une place située sur l’emplacement des anciennes fortifications du Palais épiscopal par 40 sols de rente . ( Cartulaire de Thomas Basin ) . En 1448, il était en procès devant l’Echiquier contre un autre habitant de Lisieux, Per¬rot du Manoir . ( Reg. de l’Echiquier de Normandie ) .) , pour lui et attourné de maistre Michiel Racine, son frère, disant avoir droit d’icel¬le maison, masures et jardin en usufruit, à cause du transport à eux fait par damoiselle Blanche de la Bouessaye, qui en ceste partie avoit le droit du Roy nostredit seigneur à les tenir, sa vie durant . Par laquelle oppsicion, tout fut sequestré au droit du Roy nostredit seigneur et desdis opposans, jusques à ce que autrement en feust ordonné . Néanmoins depuis ce, Richart Ruaust Richard Ruaust fut élu de Lisieux de 1434 à 1437 au moins ( F. fr. 26.061. n° 2.892 .- Archives de Lisieux, CC7 ), avocat du roi en la vicomté d’Orbec en 1436 ( Arch. du Calv. série G., fonds de l’Evêché de Lisieux ) et commissaire réformateur du domaine du roi ( 16 octobre 1434 ( V. Hunger , Quelques actes , t. II, p. 63 ) . Un procès en hérésie fut intenté contre lui en 1440 ( Arch. S.-Inf. G. 1.167 ) . Il est peut-être distinct d’un Richard Ruaust, qui fut vicomte d’Argentan et d’Exmes, et qui reçut en don les fiefs de Fresnes et de Neuville-sur-Touques, saisis sur Robert et Jehan de Boisbé¬nart ( B.N., F. fr. 26.077, n° 580 ).- A.N., K 68, n° 2712 ) et Richard Car¬bonnel (On voit dans l’aveu du temporel de l’évêché de Lisieux, en date du 29 octobre 1452, que Richard Carbonnel, écuyer, tenait alors le fief de Baufay, sis à Vaux, à cause de sa femme, fille de Jehan Noirepel, écuyer ( Formeville , L’Evêché-Comté de Lisieux , t. I, p. 454 ) . Le 24 juin 1459, l’aveu du fief des Authieux-en-Auge fut présenté par Guillaume de la Rivière à cause d’Hélène Carbonnel, sa femme, fille ainée et héritière de Richard Carbonnel, écuyer,  » insensé  » ( A.N. P. 307 ) ) , lieutenant de Raoul d’Estampes (Richard d’Etampes fut successivement lieutenant du vicomte de Caen ( 1419 ), vicomte de Caen ( 1420 à 1427 ), vicomte du Pont-Authou et du Pont-Audemer ( 1427 à 1431 ), receveur général du domaine en 1434 ( Hunger, Quelques actes , t. I, p. 62 ( note 3 ) et Cartulaire de Louviers ( t. II, 2e partie, p. 119 ) . Nous voyons ici qu’il fut aussi commissaire réformateur du domaine .) , commissaires réfor¬mateurs sur le fait du demaine, ont fait mettre lesdits héritages en la main du Roy, disans que, non obstant ladite opposition, Richart Ros, à présent mary de ladite Blanche, ne porroit sans congié et licence du Roy nostredit seigneur faire transport dudit viagé ausdis Racine, et lui ont empesché le jouissement d’iceulx héritages et dit et prétendu qu’ils en soient saisis, pour laquelle cause ils ont prins et levé doléance . Pourquoy le procès soit sorty devant messeigneurs tenant à Rouen le Conseil du Roy nostre sire, commissaires d’icelui seigneur en ceste partie, où lesdites parties ont lon-guement procédé, et tant que, en fin et conclusion, a par mesdis seigneurs esté dit et prétendu et sentencé que à bonne cause lesdis racine avoient prins et levé ladite doléance, elle sortiroit son effet et par conséquent lesdis Racine seroient et demoureroient en la saisine et pocession desdis héritages pendant la vie seullement de ladite Blanche de Bouessaye, selon son don et patent, et ledit Kirkeby condempné en amende et à rendre les levées par luy receues ou ce que lesdis héritages povoient valoir de louage à estimacion rai-sonnable sans despens, comme ces choses apparent par sentence de mesdis sei¬gneurs, rendu sur le compte du terme saint Michiel CCCCXXXVII, et au regart de ce que icelluy viconte est chargé enseigner se icelle damoiselle est encore vivante, icelle damoiselle est encore en vie, comme par certificat cy rendu appert . Pour ce …. Néant

= H. de FRONDEVILLE .-  » Le Compte de Jehan Le Muet « , Etudes lexoviennes , IV, 1936, pp. 254-255

1445 , 25 mai – Lisieux – Rue du Bailli
A tous ceux qui ces lettres verront ou orront Jehan Gillain, garde du scel des obligations de la sénéchaussé de Lisieux, salut, Savoir faisons que par devant Thomas lecarpentier tabellion juré et commis sous fralin Anfrie clerc tabellion juré en ladidite sénéchaussé fut présent Jehan Le Muet, escuier, seigneur de Forges et de Canesis, lequel de sa bonne volonté confessa avoir baillé à rente affin de héritage tant pour luy comme pour ses hoirs à vénérable homme et discret maistre Mahieu Poingnant, prêtre seigneur de Her¬mival pour luy ses hoirs ou aians cause cest assavoir une maison assise sur la rue de Baillye, ainsi comme elle se pourporte en long et en lay en la ville de Lisieux et paroisse Saint-Jac¬ques jouxte d’un bout Colin Leboctey, d’autre bout Guillaume Leforestier, d’un costé lad. rue et d’autre led. escuier . Ce présent bail à rente fait par le pris et somme de vingt soulz tournois de rente par an que ledit maistre Mahieu en promist faire et poier aud. escuier, ses hoirs ou aians cause, au terme de Noel pour toutes rentes, sauf drois de ville . Et ne pourra led. maistre avoir aucunes veue eudit hostel pardevant ledit escuier synon à une fenestre qui de present y est à une saillie en icel¬le maison laquelle sera close de verre dormant et avecques ce ledit maistre Mahieu poia presentement audit escuier la somme de soixante livres tournois et vingt soulz en vin dont icellui escier se tint pour bien content devant ledit commis… Presens à ce Guiillaume de monnesgre et perrin Ferey tesmoings .
= Copie in : SHL. 9F Deville. B. Notes et documents. 1 – LISIEUX, Maisons à Lisieux – 3 – Notes sur la construction, 4

1445 , 13 juillet – Lisieux
Jean Le Muet et Guillot Guibert, prirent à rente de Mgr de Lisieux deux celliers sous la cour à l’Official pour 60 s. de rente .
= Cartulaire lexovien , N° 40, f° 47 v° – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 321

1445 – 1446 – Lisieux
Copies des lettres d’Henri VI sur requête de l’évêque,et des doyen, chapitre, gens d’église, bourgeois, manants et habitants de lad. ville et cité, consors en ceste partie que comme par lettres patentes données à Rouen le 14 décembre 1442 il leur eut octroyé certain aide jusqu’à 3 ans à lever sur eux mêmes et chacun d’eux de quelque état que ce soit et pour ce qu’il leur a semblé lesd. aides être trop excessifs, ils supplient et requièrent être modérés à la moitié en aucunes parties, savoir … …de 2 d. obole par franc sur ferronnerie, dinanderie et estainerie
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 151

1444-1445 ( v.st. ) – Lisieux
Recettes des aides … ferronnerie, dinanderie, estainerie, 17 l.
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 128-130

1446-1447 ( v.st. ) – Lisieux
Dépenses … à Colin Martin, fondeur, travaux à la fontaine de la cuve de la porte de Paris (?), 3 s. par jour .
= BENET ( Armand ) .- Les Comptes de la Ville de Lisieux pendant l’occupation anglaise ( 1423-1449 ) analysés par …, p. 162

1447 , 12 janvier – Orbec – Evreux
Mandement du lieutenant du bailli d’Evreux, au vicomte d’Orbec, pour faire crier les réparations à faire aux étaux d’Orbec selon le devis de Jean Blanchet, maître des oeuvres du duc d’York partie de sa provision.
= Coll. Mancel, 1 , 105.

1447 , 27 février – Rouen
Henri VI informe le trésorier général des finances qu’il a chargé son secrétaire Jean de Drosay d’accompagner le chancelier de France Thomas Hoo au colloque de Verneuil où il doit rencontrer les délégués du roi de France pour discuter des trêves conclues antérieurement et résoudre les difficultés survenues par suite des divers « attentats » commis de part et d’autre. Le secrétaire touchera une avance de 50 l.t. à valoir sur une indemnité de 4 l. par jour.
Donné: Par le Roy à la relationde messrs les commis au gouvernement de France et Normandie et autres gens du grant Conseil. Signé: Burdin .
= Bibl. nat., Nouv. acq. franç. 1482 , n° 1484
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 90, n° 184

1447 , 24 mars – Lisieux
Ordre donné par l’évêque et Durant de Thieuville, lieutenant particulier du bailli de Rouen, (en la vicomté d’Auge et de Pont-Audemer) à Me Pingrenon (ou Pigrenon), commis à la recette des deniers ordonnés pour les travaux faits en la rivière de Touques de Lisieux à Touques pour la rendre navigable, de payer à Jean Mouton et Jean Sautin, pionniers, les travaux de dragage qu’ils ont faits de l’ancien cours de la rivière d’Ouilly entre le pont de Laprée et le pont du Perroy au prix de 60 s.t. la perche.
= B.N Mss. français 25968, 615.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Déc. 1959. p. 30.

1447 , 28 mars – Lisieux
Ordre donné par l’évêque et Durant de Thieuville, lieutenant particulier du bailli de Rouen, (en la vicomté d’Auge et de Pont-Audemer) à Me Pingrenon (ou Pigrenon), commis à la recette des deniers ordonnés pour le payement à Roger Rotro et à ses 3 compagnons pionniers la somme de 230 l.t. et 20 l. suivant marché fait plus une indemnité supplémentaire pour les travaux de dragage faits tant dans le cours de la rivière (pour la rendre navigable de Touques à Lisieux) que sur les berges depuis la pêcherie de Roncheville jusqu’au pont de Perroy près Lisieux, soit 4 lieues.
= B.N Mss. français 25968, 616.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Déc. 1959. p. 30.

1447 , 23 mai – Rouen
Thomas Hoo, chancelier de France, Pasquier de Vaux, évêque de Lisieux, président de la Chambre des Comptes du roi à Rouen, Simon Morhier et >Jehan Salvain, chevaliers, Jehan Stanlawe, écuyer, conseillers du roi font savoir aux élus de Mortain et au vicomte du lieu qu’ayant reçu du roi, par lettres données à Windsor le 3 février dernier – pouvoir de faire lever toutes sommes nécessaires au cas où les Etats seraient réticents, ils ont imposé – les Etats n’ayant voté que 40.000 l. alors que les conseillers en demandaient 100.000 pour une demie-année à compter du 1er avril – un subsidde complémentaire de 10.000 l.; de la part de la vicomté de Mortain (sans la sergenterie de Tinchebray) se monte à 172 l. et 114 l. 13 s. 4 d. pour les deux termes de paiement.

Jadis scellé de cinq sceaux plaqués dont il ne reste que des fragments. Signé: Dufour .
= Bibl. nat., Nouv. acq. franç. 1482 , n° 185
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, pp. 90-91, n° 185.

1447 , 12 juin
Ordre de préparer une décharge portant sur la somme de 30 l.t. payée au receveur général par Pierre Leudet, vicomte de Montreuil et Bernay, sur la recette de 10.000 l.t. nouvellement imposée en Normandie, pour frais de l’ambassade envoyée par le roi de France.
= B.N Fonds des Nouv. acq.fr., Tome II, ms. 1461, 442.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Juillet-Septembre 1973; p. 107.

1447 , 26 juin – Lisieux
Ordre donné par l’évêque et Durant de Thieuville, lieutenant particulier du bailli de Rouen, (en la vicomté d’Auge et de Pont-Audemer) à Me Pingrenon (ou Pigrenon), commis à la recette des deniers ordonnés pour le payement à Jean Mouton et Jean Sautin de la somme de 24 l.t. en remboursement des frais de charrois de 12 milliers de fagots qui ont été nécessaires pour rendre la Touques navigable de Touques à Lisieux).
= B.N Mss. français 25968, 617.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources … Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm , Déc. 1959. p. 30.

1447 , 31 août – Lisieux
Richard, duc d’York, comte de la Marche, etc., autorise le remboursement des sommes payées par son receveur des fiances deça la mer à des poursuivants d’armes qui ont porté en divers lieux de Normandie des lettres intéressant « ses propres besognes et affaires ». Une de ces lettres est relative à l’exécu¬tion de feu Récvérend Père en Dieu maistre Pasquier, en son vivant evesque de Lisieux; une autre somme se rapporte à certaine dépense faite « à cause du droit que le duc d’York prétendait avoir au chastel de Courtonne, que tenoit ledit evesque » (autres détails curieux) (Rouen, le 31 août 1447)

= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N°407

1448
1449 , 9 juin – Lisieux
A tous ceulx qui ces lectres verront ou orront jehan gillain garde du scel aux obligations de la senechauce de lisieux salut . Savoir faisons que par devant Jehan le masuyer clerc tabellion jure en la dicte senechauce fut present messe Henry Lenonnel prestre Cure de nostre dame de Courson lequel de sa bonne voulente sans contraincte congneut et confesse avoir prins à rente affin dhert. perpetuel pour luiy et ses hoirs de reverend pere en dieu monsr. Thomas par la permission divine evesque et conte de lisieux une piece de terre ainsy quelle se contient en long et en lay assise en la parroisse saict jaque de Lisieux es faubours de la porte de paris joux. dun coste aux hoirs qui fut feu Symon du manoir . dautre costé aux hoirs de feu guill. potier et de jacquet le core. ( le conte ) dun bout leritage qui fut iceux conngnt (?) Et dautre bout le chemin de la croix saint ursin . laquelle piece de terre fut et appartint A guill. le tousay en son vivant prestre cure dudit courson et auparavant à Henry Cadoc …
= Arch. mun. de Lisieux , Cartulaire de Thomas Basin , f° xxviii
( voir autre acte de 26 sept. 1455 – f° xlii .

1449 , 11 décembre – Lisieux
 » Mémorial d’assises mentionnant comment Jean Le Muet avait fait faire une justice manuelle sur l’ostel Thomas Randon, pour les arrérages de 40 sols tournois de rente dont ledit Muet, ou plutôt ses garants fut mis en amende, et s’en alla le procureur de l’Evêque hors de cour .
= Cartulaire lexovien , N° 9, f° 27 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 318

1450 , 8 avril – Rouen, Saint-Pierre
Vidimus par l’official de Rouen d’une bulle du pape Nicolas V réglant un différent entre l’abbaye et le curé de saint-Laurent de Rouen au sujet de la dîme que réclame ce dernier pour 3 vergées de terre sises dans sa paroisse, hors les murs, au lieu-dit le Val de la Gatte. ( vidimus du 14 janvier 1451) (Concerne également le prieuré de Beaumont-en-Auge ?)
= AD. 76. 14 H 798.
+ IND. LE CACHEUX, 1938, p. 252.

1450 , 18 août – Courtonne-la-Meurdrac
Tassin Luce délaissa certains héritages qu’il tenait de la seigneurie de Courtonne en la main de Mgr. pour être déchargé des rentes et de ce fait furent baillés et fieffés à Jehan Le Cauchois par 40 sols de rente.
= Cartulaire lexovien , f° 169 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II , p. 334 .

1450 , 23 septembre – La Chapelle-Haute-Grue
 » Ce que tient et advoue tenir à foy et homaige Roger Bardoul …. de Caudemonne de haut et puissant seigneur Guill. de Harcourt comte de Tanquarville Seigneur de Mongommery et Vinas C’est a scavoir un fieu de chevalier entier assis en la paroisse de la Chapelle Haute Grue tenu franchement et noblement a court et usaige et en icelluy fieu a plusieurs Revenus rentes faisances et aultre dignitez a noble fieu appartenant avec …. le patronnage de leglise de la chapelle haute grue et en est tenu faire ledit escuier a mondit seigneur foy et hommage reliefs XIIIe et autres coust ….Me Guillaume de la pallu senechal tenant les ples.
= A.D. Orne . A. Montgommery III.8

1450 , 21 décembre – Lisieux
Fieffe par Guillaume Le Vallois ( Valloys ) à Perrin Hamel d’une maison et jardin, sis paroisse Saint-Germain, moyennant une rente de 60 sols ts. ( cf. acte de franchissement du 4 avril 1459 )
= Tabell. Lisieux – Analyse et. Deville –

1451 , 14 juillet – Roncheville
Aveu rendu à la baronnie de Roncheville, et à Guy de la Roche-Guyon, vicomte et baron de ce fief pour un pré à Roncheville.
= Arch. SHL. FL 7.

1452 , 20 janvier – Rocques
Robin Gobie et Colette sa femme, confessent avoir pris à fieffe de Guillaume Legrant une pièce de terre sise à Rocques, jouxte d’un côté les hoirs Thomas de caumont, d’autre côté la voie tendant de Caumont à la Maroserie, et d’autre bout plusieurs. Cette vente faite par 10 sous tournois et ung cappon de rente par an, l’argent au terme Saint Michel, le chapon à Noël, un boisseau d’avoine, un chapon, dix oeufs de rente allans à Monseigneur de Lisieux.
Témoins Pierre Dupont, Guillaume Durant et Michel Lepelletier.
= Arch. SHL. 9f Dossier Rocques. Parch.

1452 , 11 mars
1) Traité entre noble homme Jean Crespin, seigneur de Mauny, du Bec-Crespin et d’Aurichier, maréchal héridital de Normandie, et nobme dame Anne de Bueil, femme de feu messire Pierre d’Amboise, chevalier, seigneur de Chaumont-sur-Loire, assisté de messire Pierre Brézé, comte de Maulévrier, grand sénéchal de Normandie, à l’occasion du mariage du dit seigneur de Mauny avec mademoiselle Marguerite d’Amboise, fille de la dite dame. La future apporte une dot de 6.000 écus et le futur lui promet une rente de 800 livres t. (acte de la cour du roi, à Tours)
2)Renonciation des époux à la succession des seigneurs et dame de Chaumont (acte de la chancellerie du duc de Bourbonnais du 11 juillet 1452)
Les deux actes dans un vidimus de Guillaume Duval, tabellion à Rouen sous le sceau de Jean Gouel)
= A.M. de Rouen, Fonds Martainville Y 29, t. V, n° 7.

1452 , 5 avril
Thomas Aubert, maître ès-arts, lieutenant en la vicomté de Verneuil de Robert Postel, écuyer, sieur de Brattes, bailli d’Alençon, attribue la garde de Jean et Pierre d’O, enfants mineurs de feu Robert d’O et de Margueritee Blosset, à Jean de Vendôme, chevalier, vidame de Chartres, à Guillaume Blosset, seigneur de Saint-Pierre, et à Pierre Letandanrt, seigneur des Hanches; ceci avec l’accord de dame Jeanne La Baveuse, veuve de feu Robert d’O, dame d’O et de Maillebois, de noble homme Guillaume de Vieux-Pont, de Philippe Le Veneur, sieur du Homme et de Tillières,de Jean de Silly, seigneur de la Fortinière et de Jean de la Rivière, écuyers, de Jean Barré, conseiller en cour laïque, de sire Guillaume Godefroi, maire de Verneuil, et de Guillaume Le Verrier.
= A.M. de Rouen, Fonds Martainville Y 102, carton 56 (dossier d’O)

1452 , 29 octobre – Lisieux
 » Cy ensuivent les fieux, baronnies, haultes justices que l’évêque de Lisieux tient du Roi notre sire et les arrières fieux qui dudit évêque sont tenus ( Cart. lexov., f° 12, verso ) :
 » Premièrement .- La haulte justice de la ville et banlieue de Lisieux, avec les appartenances et appendances qui anciennement soulloient estre du ressort du bailliage de Rouen, en la vicomté et chastellenie de Pont-Audemer, et depuis, en celle de Pont-de-L’Arche, et de présent est en ressort du bailliage d’Evreux, en la vicomté et chastellenie d’Orbec, dont les fiefs et tenemens qui ensuivent sont tenus par hommage .  » Guillaume de Cambernon , Escuier, tient à cause de sa femme, fille aînée de feu Collin le Vicomte, Escuier, tant pour lui quee pour ses parchonniers, demy fief de chevalier assis en la paroisse d’Ouillie le vicomte en la haute-justice dudit évêque . Lequel fieu Messire Guillaume de Saint-Cléoud soulloit anciennement tenir et depuis l’a tenu feu Colin le vicomte et est nommé le fieu d’Ouillie .
 » Robinet de la Rivière ( Escuier ) tien en ladite haulte justice, un quart de fief de chevalier nommé le fieu de Feneuvres (Fenèbre), assis en la paroisse de Saint-Didier de Lisieux ( Saint-Désir ), et le soulloit tenir ledit Saint-Cléoud à cause de sa dite femme et depuis Jehan Marmion, semblablement à cause de sa femme .
 » Richard Carbonnel, Escuier, tient en ladite haute justice, à cause de sa femme, fille de Jean Noirepel, Escuier, demi-fief de chevallier assis en la paroisse des Vaulx et es-parties d’environ, que tint anciennement Monsieur Guillaume Crespin, et depuis, la deguerpie Maistre Guillaume Noirepel, et est nommé le fieu de Beauffey  »
 » Guillaume, soubz aaige tient un quart de fieu de chevalier, nommé le hault Millouet, assis en ladite paroisse de Saint-Didier, en la haulte justice dudit Evesque, et le soulloit anciennement tenirMichel de Beaaumont à cause de sa femme .
 » Les enfant soubz aaige de feu Robert Osmont, tiennent en ladite haulte justice un quart de fieu de chevallier, nommé le bas Millouet, assis en ladite paroisse de Saint Didier ( Saint-Désir ) et le soulloit anciennement tenir Guillaume d’Asnières, Escuier ( ou Desmares, selon l’aveu de 1561 ) .
 » Jehan de Heudreville, Escuier, tient, pour lui et ses parchonniers, un quart de fieu de chevallier, nommé le fieu du Castellier, assis en ladite paroisse de Saint-Didier de Lisieux, en la haulte justice dudit Evesque, et le soulloit tenir anciennement Symon Bazire .
 » Jehan Bonnenffant ( Bonnenfant ), escuier, tient à cause de sa femme, fille de Pierre Bazire en ladite haulte justice, un demi fieu de chevallier nommé le Pont-Mauvoisin assis en la paroisse de Saint-Yppolite ( Saint-Hyppolite ) en environs, et le soulloit tenir feu Symon Bazire .
 » Ledit Evesque tient, en sadite haulte justice, ung VIIIe de fieu de chevallier que soulloit tenir Maistre Nicolle Baudry, nommé le fieu Trihen ( Trihan ) assis ès paroisses de Saint-Jacques et Saint-Didier de Lisieux .
« Les enfant sobz aaige de feu Robin Osmont, et leurs parchonniers, tiennent en ladite haulte justice, un fieu de chevaaliier que soulloit tenir anciennement messire Richard de Creully, chevallier et depuis Guillaume de Croismare, WGuillaume de Barnobo et Jehanne de Beuvillier, chacun son tiers, nommé le fieu de Beuvillier, assis en la paroisse dudit lieu de Beuvillier et ès parties d’environ .
 » Jehan Bonenfant, escuier, rant pour lui que pour ses parchonniers, tient un fieu de chevallier, nommé le Fieu-de-Maignie assis en la paroisse dudit lieu de Magny-le-Freule ou bailliage de Caen, en la vicomté et chatellenie de Falloize .
 » Jean de Heudreville, escuyer, tant pour lui que pour messire Jehan de Mailloc, chevalier, et Pierre Baignard, escuyer, et ses parchonniers, tient ung fieu de chevalier assis ès paroisses de la Roque, Léaupartie et Formentin, au bailliage de Rouen, en la vicomté d’Auge et la chastellenie de Touques . Duquel fieu l’évêque de Lisieux soulloit tenir un quart de fieu, Jehan Osmont demy-fief et Guillaume d’Asnières, un quart « .
…..
 » Jehan de Mailloc …
…..
p. cccclv
 » Ledit évêque tient sept fiefs et demi de chavallier assis au bailliage de >Rouen, en la vicomté et chastellerie de Pont-Audemer, et anciennement avoient esté en ressort de la vicomté de Pont-Autou et chastellrie de du Pont-de-l’Arche qui soulloit estre du Pont-Audemer, desquels fiefs ledit Evesque tient ung en sa main assis en la paroisse de Bonneville-la-Louvet et environ que soulloit tenir Monseigneur d’Anjou nommé le Fieu de Bonneville.
 » Item . Costard, à cause de la demoiselle sa femme, en tient ung demy fieu, nommé le Fieu du Quesne , et le soulloit tenir Jehan Nollet .
….
p. cccclvj
 » Item. Lesdis Jehan et Estienne de Bienffaicte tiennent un quart de fieu nomméle Fieu de Mailloc. Et le soulloit tenir lediy Jehan de La Vallée.
 » Lesdis Jehan et Estienne de Bienffaicte en tiennent un quart de fieu de Brèvedent. Et le soulloit tenir Rogière La Seaunière.
 » Guillaume de Betteville, à cause de la damoiselle sa femme, et Messire Pierre Andrieu prestre en tiennent un demy fieu,qui anciennement soulloit être nommé le Fief Tesson et depuis le Fieu au Chevallerot, et de présent est nommé le Fieu de Heudreville. Et le soulloit tenir Robert de Pommereul et Thomas Andrieu.
 » Jehan Costard en tient, à cause de la demoiselle sa femme, un sixiesme de fieu, assis en la paroisse de Bonneville, Et le soulloit tenir Jehanne La Couière ».
 » Jehan Caires, escuier, en tient un fieu de chevallier assis es paroisses de Fresnes, Espreville et environ. Et le soulloit tenir Messire Robert de Brèvedent, chevallier.
« Guieffroy de Bailleul, escuier en tient un fieu de chevalier, assis en la paroisse de Piencourt. Et le soulloit tenir Pierre Desmares, dit Alaary, et ses parchonniers.
 » Les enffans soubzaaiges de feu Colin Louvet et Jehan Louvet, son oncle, en tiennent un fieu de chevallier, assis en la paroisse de Fontaine-la-Louvet que soulloit tenir Ancel Louvet.
 » Le Prieur et le couvent de Sainte-Barbe tiennent dudit évêque un tiers de fieu de chevallier, assis en la paroisse du Mesnil-Eudes, en bailliage de Rouen, en la vicomté d’Auge, en la chastellerie de Touques.
 » Jehan de Heudreville, escuier tiens ung tiers de fieu de chevallier, assis e, ladite paroisse du Mesnil-Eudes, et que soulloit tenir Guillaume de Courcye.
 » Ledit Jehan de Heudreville tient en ladite paroisse de Mesnil-Eudes ung autre tiers de fieu de chevallier que soulloient tenir Jehan Osmont et la déguerpie Thibault de La Varende « .
 » L’Abbesse et le couvent de Notre-Dame de Lisieux tiennent tout le temporel quilz ont en ladite haute justice dud. évêque, de la fondation de leur abbaye, pour en faire à Dieu, prières et oraisons « .
« La baronnie de Thiberville, assise en ladite ville de Thiberville, de la Cappelle-Harenc, de Fontaine-la-Louvet et des Places et environs, au bailliage d’Evreux, en la vicomté et chastellerie d’Orbec, et anciennement devoit estre au bailliage de Rouen et vicomté de Pont-Audemer et en la chastellerie de Pont-de-l’Arche.
 » La baronnie de Gloz, assise en la paroisse de Gloz, de Cannappeville, (Saint-Aubin-de.. ), au doyenné de Vimoutiers et environ au bailliage d’Evreux, en p. cccclvij la vicomté et chastellerie d’Orbec et anciennement soulloit estre au bailliage de Rouen, en la vicomté dudit Pont-Autou et chastellerie de Pont-de-l’Arche. Ey d’icelle baronnie sont tenus deux fiefs et demy de chevallier, l’un assis en la paroisse de Lachon, au bailliage, vicomté et chastellerie de Caen, et fieu et demy en la paroisse de Courtonne-la-Mur¬drac , audit bailliage d’Evreux, vicomté et chastellerie d’Orbec. Lesquieux deulx fiefz et demy Geoffroy Patey, à cause de sa femme et ses parchonniers, soulloient estre tenans. Et de présent est en lieu dud. Patey, Guillaume de Ruppières, escuier. Ledit Evesque, pour luy et Jacques Le Jeune, Mons. Olivier de Vassy, pour feu Messire Jehan de Courtonne, en son vivant chevallier, led. Guillaume de Ruppières, pour Hue de Quesney, et les religieux de Saint-Cyr-de-Friardel, pour Jehan Dumont Poignant.
paroisse de Livet-le-Baudouin et ès paroisses d’environ, en bailliage de Rouen, en la vicomté d’Auge et chastellerie de Touques, et sont tenus les hoirs de feu Colin Louvet et Jehan Louvel pour feu Ancel Louvet et autres leurs parsonniers. C’est assavoir: le Doïen de Lisieux; Maistre Thomas Tabouyer pour et en lieu de Guillaume de Sauquence (Soquence), Cardin d’Auge, en lieu de Collette, déguerpie de Colin de Belleaue et Guilbert Bardouf pour et en lieu de Raoul Bardouf.
……
 » Item. De lad. baronnie sont tenus deulx autres fiefs et demy, assis en la = Cartulaire lexovien f° 12, v°, publié par Henri de FORMEVILLE, dans Histoire de l’Evêché-Comté de Lisieux , I, ccccliij .p. cccclv

 » Ledit évêque tient sept fiefs et demi de chevallier assis au bailliage de Rouen, en la vicomté et chastellerie de Pont-Audemer, et anciennement avoient esté en ressort de la vicomté de Pont-Autou et chastellrie de du Pont-de-l’Arche qui soulloit estre du Pont-Audemer, desquels fiefs ledit Evesque tient ung en sa main assis en la paroisse de Bonneville-la-Louvet et environ que soulloit tenir Monseigneur d’Anjou nommé le Fieu de Bonneville.

1452 – Lisieux
Guillaume Le Vallois, conseiller de ville (de Lisieux)
= Henri de Formeville , Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux , T. I, p. DCIII

1453 , 15 mai
Ecrou donné à Guillaume Mignot, grenetier du grenier à sel de Lisieux, pour 180 l. t. à verser à Martin Fauvel, receveur des deniers communs de la ville de Rouen, au titre des 2.500 l. t. ordonnées en faveur de la ville par le roi en remboursement de 30.000 l. t. prêtées par les bourgeois de Rouen lors du siège d’Harfleur.
= A.M. de Rouen, Fonds Martainville Y 29, t. V, n° 6, signé Launay

1453 , 21 juin
Traité entre Jeanne La Baveuse, dame d’O et de Maillebois, veuve de Robert d’O et Guillaume de Montfaucon, chevalier, seigneur de Saint-Mesmin, à l’occasion du mariage des ses petits-fils Jean d’O avec Jeanne de Montfaucon de Pierre d’O avec Catherine de Montfaucon. Dot de 2.000 écus pour chacun des deux futures.
= A.M. de Rouen, Martainville , Y 102, carton 56 (d’O). Copie du XVIIIe siècle

1453 , 10 août – Saint-Martin-de-Mailloc
Jean Quesnel, écuyer, rend aveu au roi pour le fief d’Auge, à Saint-Martin-du-¬Val-d’Orbec.
= A.N., P. 308, cité par Henri de FRONDEVILLE , Le compte de Jean Le Muet pour la Saint-Michel 1444 dans Etudes lexoviennes , IV, 1936, p. 267

1453 , 8 octobre –
Es ples ordinaires de lisieux Tenus aud lieu par nous (?) Jehan Vippart sous senbechal lisieux dud lieu le viii jour doctobre Lan de grace mil quatrecents cinqte trois apres la veue faicte et tenue pourfaicte entre jehan le monnier procureur de reverend pere en dieu monsr. levesque de lisieux et jehan lefeuvre dautre . et douze hommes presens en jugement passec sans faon entre lesdictes parts. En la presence desqueuex lesd. pacte eut dict et propose que les lieux veuz et monstrez en iceux que e Ung manoir e maisons o lefons de leritaige sur quoy ils sient qui fut et appartinct a feu jehan le feuvre assis en la bourgoisie de lisieux en la paroesse de saint jaque aupres de la porte de paris jouxte d’un coste aux murs de la fortifficacon de la dicte ville dautre coste a guillemot du manoir dun bout au doien de lisieux . et dautre bout au pavement de la grant Rue dudict lisieu Subject a mondit sr levesque de lisieux a raison de sa conte et seigneurie temporelle dudict lieu de lisieux entre aultres choses et drois de ville Come masurage fumage tavernage Corbillonnage preage hasnaige et asnaige selon lusaige de ladicte ville et que pour les arreages coustumiers cheuz au devant du terme sainct michel derrain passe ledict procureur audit faict faire Just. aud manoir veu et monstrer pour la somme de quinze deniers tournois pour lesdictes trois ann. dud droict du masuraige qui est pour chacune mas. cont. de vingt quatre à vingt cinq pies de ley sur Rue cinq deniers pour chune. annee . Et pour le droit de fumage de la somme de douze deniers tournois qui est pour chacun an quatre deniers pour chune. personne ten. lieu et faist. feu audit hostel . Contre laquelle justice led. le feuvre avait fait delivrance a simple gaigepll. en la main de pierre mallet sergent quyi a ce lavoit receu et escondui (?) dicelle avoit demande la veu et sur ce avoit ete faicte et tenue pour faicte comme dict est . Concluant vers ledit le feuvre se par lur son propos estoit congneu vrai et bonne cause la justice et atore la ficte delivrance avoit este fcte . il devoit dicelle faire amende et ledit herit. veu et monstre a ce dessus desclaire par bouts et costes demourer subget au temps advenir a mondit soigneur et a ses successeurs es des drois de ville deus ou mis en doubte que ainsi ne feust et ne voulloit de son dit propos faire vray tant et sy aidant que ssuffire deuvoit po. venir a entente . Contre lequel propos et ledit feuvre en sousten. lesdictes maisons et heritage estre tenu du fief de millouel eust pretendu a deffence disant le lieu non estre subget esdit dris de ville . Surqouy les parties de leurs raisons proposes et respons dune partie et dautre se mestrent en jugement . duquel fut present. demandes aux assis tenus en ladicte court par lopinion desqueux co. accordablement il fut pro noe mgre (?) pour & alencontre dudit dudit (sic) pane.( procureur ?) de mondict sr levesque et contre ledit jehan lefeuvre qui ne le voulloit amender mais en appela coe. de mal juge . Et pour ce que lors dudit appel il ne bailla aucun plesge de sond. apel poursiat mais dit quil feroit son devoir ledit procureur requist et callenga que au cas ou icelui fevre ne bailleroit sondit plesge dedens temps deu quil fust mis et demourast lors come de present en deffault coe. en pnce. et par icelui deffault en amende par jugement et p lamende avoir actaint effet de cause quil ..veue faicte et tenue po. faute …. avant faire sa callenge ainsy quil apnvrend raison quelle chose luy fut accordee en la prsence dud le feure non condtredisant donne comme dess. …
= Arch. mun. Lisieux – Cartulaire de Thomas Basin , f° xxviii-xxix

Cité :
 » A ces deux extrémités, vers la Porte de Paris et vers celle de Caen, comme au milieu, elle conservait ce nom. Ainsi, d’une part, dans une sentence du 8 octobre 1453 ( f° 28 ), il est question « d’ung manoir … assis en la bourgeoisie de Lisieux, en la parroesse de Saint Jaque, auprès de la Porte de Paris; jouxte d’un costé aux murs de la fortification de ladicte ville, d’autre costé à Guillaume du Manoir, d’un bout au doyen de Lisieux, et d’autre bout au pavement de la grant rue dudit Lisieux  »
+ IND. Charles PUCHOT, « Notes pour servir à l’histoire de Lisieux au XV° siècle », BSHLx , N° 5, 1874, p. 51

1453 , 14 octobre
Fieffe de terres à Bernières-d’Ailly par Guillaume de Courcy, chevalier, baron du lieu, à Gira de la Follye et à son frère Etienne
Acte de Jean Anzeray, écuyer, vicomte de saint-Sylvain et le Thuit, passé devant Jean droulin, tab. à Saint-Sylvain, signé Rouxel
= A.M. de Rouen, g 209 (2)

1453 , 17 octobre
Accord entre l’abbé de Saint-Ouen et dom Jean Hellebout, religieux de l’abbaye au sujet de la nomination de ce dernier au prieuré de Beaumont-en-Auge.
= AD 76. 14 H 798

1453 , 6 novembre
Fieffe de terres à Bernières-d’Ailly par Guillaume de Courcy, chevalier, sieur du lieu.
= A.M. de Rouen, g 209 (2)

1453 – Lisieux
Gens de guerre de la grant ordonnance logiés sus la mer tant à Touque, Dyve, Beaumont que ès parties d’environ.
= Léopold DELISLE .-  » Notes sur une collection de titres normands  » , Bull. mon. XX, 1854, p. 438

1454 , 12 janvier – Courtonne-la-Meurdrac
Lettre Raoulin Halbout de Courtonne, fieffa de Mgr. une pièce de terre nommée le Camp de Courtonne contenant trois acres par 20 sols de rente, 3 capons 2 d. de rente.
= Cartulaire lexovien , f° 179 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II , p. 334 .

1454 , 16 février – Lisieux
Lettre obligataire comme Gervais Toustain prit et fieffa de Mgr , trois pièces de terre qui furent au Gros par 4 livres 6 sols 4 deniers de rente ( ténement des hoirs Bertaut Piel, du fief de Launoy ) .
= Cartulaire lexovien , f° 77 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 325

1454 , 20 mars – Lisieux
Lettre d’appointement fait entre Mgr et Regnault Le Myre, sur un procès et débat des places et maisons que tient à présent Colin Moriquet ; le dit Myre reconnaît le droit de Mgr et se départit du procès .
= Cartulaire lexovien , f° 81 et 82 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 325

1454 , 24 mai – Courtonne-la-Meurdrac
Lettre Pierre des Mous fieffa de Mgr. de Lisieux une pièce de pré par 8 sols de rente.
= Cartulaire lexovien , f° 168 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 334 .

1454 , 27 mai – Courtonne-la-Meurdrac
Lettre Guibert de Montgoubert, écuyer, seigneur de Courtonne fieffe à Denis de Cairon, une masure assise à Courtonne par 25 d. une géline de rente.
= Cartulaire lexovien , f° 168 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 334 .

1454 , 30 août – Lisieux
Vidimus de deux lettres en latin, de 1320 et 1325, comme Mgr Guy, évêque de Lisieux, bailla à fieffe à Agnès La Déspensière, ung manoir ( mesnagium ) assis en la Grande-Rue, que tient à présent Regnault Le Mire, par 8 livres de rente et un capon, un denier  »
= Cartulaire lexovien , N° 21, f° 34 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , II, p. 320

1454 , 30 novembre – Glos
Lettre devant Le Masuyer, comme Guilaume de Trousseauville fieffa de Mgr de Lisieux, une pièce de terre en pré assise à Glos par 40 sols de rente.
= Cartulaire lexovien , f° 153 – Cité par H. de FORMEVILLE .- Histoire , t. II, p. 334

1454 et 1484 , 14 octobre – Roncheville
Extraits des registres de l’Echiquier contenant les convocations des ecclésiastiques nobles et officiers du bailliage de Rouen, en tête desquels figure le baron de Roncheville.
= Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389), Paris, 1976, p. 175.

1454 , 10 ou 14 décembre – Courtonne-la-Meurdrac
Thomas Basin, évêque de Lisieux, baille à Jehan Lequien, une pièce de terre à Courtonne-la-Meurdrac (4 acres de terre nommées l’eurie par 55 sols et 3 chapons de rente et une autre pièce contenant 4 perches par 4 d. de rente ( Cart. de Thomas Basin , f° 168 )
= Arch. SHL. 9 FA. Fonds Et. Deville. Cf. Henri de FORMEVILLE, dans Histoire de l’Evêché-Comté de Lisieux , II. p. 354 .

1455 , 1er août
Quittance par les hommes préposés à la garde de Touque sur le commandement de Jean Carbonnel, à Thomas de Loraille commis à faire le paiement des gens de guerre, de la somme de 900 l. t. pour leurs gages et soldes du second trimestre de l’année 1455.
= Victor HUNGER, Quelques actes normands des XIVe et XVe siècles , Troisième fascicule, Paris, Champion, 1911; p. 51.

1456 , 28 décembre – Mesnil-
Contrat de fieffe consenti par l’abbé et les religieuses (?) du Bec-Hellouin à un sieur Campion, du Mesnil-Simon
= BSHL , 5, p. 57  » Document communiqué par M. Ch. BESNOU »

1454 , 3 mai – Courtonne-la-Meurdrac
Guillaume Duhamel, barbier demeurant à Courtonne-la-Meurdrac, vend à Nicolas Le Boctey, conseiller en court laie une rente annuelle de trois boisseaux de froment, mesure de Thiberville, moyennant 60 sols tournois.
= Tabel. de Lisieux. Analyse Et. Deville.

1457 , 17 mai – Putôt
Michel de Maussigny, écuyer, sieur de la Motte, ayant acquis par échange de Jean Emangard, écuyer, la tierce partie de la terre et seigneurie de Putôt, qui piéça fut et appartint à défunt Robert Bardou, en son vivant, chevalier, seigneur dudit lieu de Putôt, de toutes ses appartenances, rentes, revenus, dignités, vend et transporte à Jacques Labbé, sieur d’Ecots, tout le droit qu’il avait dud. Emengard, de ladite tierce partie d’icelle terre de Putôt, moyennat 500 livres tournois.
= Tabell. Lisieux. – Analyse Et. Deville

1457 – Trun
Sentence recevant à l’appel Jehan Gaste de Trun qui se plaignait de la saisie d’un pot d’étain
= AD 61 – H. 422 – Analyse L. DUVAL

1458 , 13 juin
Montre de 95 hommes d’armes et 186 archers sous la charge de Pierre de Brézé, grand sénéchal de Normandie, reçue à Lisieux et Cormeilles par Guillaume de Bigars, écuyer, commissaire du Maréchal de Lohéac.
Suivie de la quittance de 8.468 l. t. donnée à Thomas de Louraille, commissaire du roi pour leurs gages du 2e trimestre établie par Julien Courtin.
= A.M. de Rouen, Martainville , 198, n° 8

1458 , 14 juin
1) Montre de 97 hommes d’armes et 190 archers, de la grande ordonnace du roi, sous la charge de Robert de Floques, dit Floquet, bailli et capitaine d’Evreux, reçue à Evreux, Honfleur et Pont-L’Evêque par Guillaume de Bigars, écuyer, commissaire du Maréchal de Lohéac.
Suivie de la quittance de 8.460 l. t.
2) Montre semblable reçue à Evreux, Beaumont, Conches, Honfleur et Verneuil (septembre 1460)
= A.M. de Rouen, Martainville , 198, n° 4 (2), 6, la seconde pièce mutilée.

1458 , 12 septembre
Guillaume Vipart, substitut en la vicomté d’Auge du procureur du roi au bailliage de Rouen, atteste que Martin Le Rat, menuisier, et ses compagnons, ont reçu 9 l.t. pour plusieurs travaux aux écritoires du vicomté à lisieux (àdouble serrure) et à des écritoires de la juridiction.
= Arch. nat. KK 1338, n° 117
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVII, fasc. 1-2, 1968, p. 51.

1458 , 28 décembre – Mesnil-Simon
Bail à fieffe d’une pièce de terre sise en la paroisse du Mesnil-Simon, nommée loes Grands-Clos, consentie par l’abbaye du Bes-Hellouin à Jean Campion, de lad. paroisse de Mesnil-Simon, moyennant une redevance de 40 sols. rournois.
= Arch. SHL. 9F Deville. Dossier Le Bec-Hellouin – Analyse Et. Deville.

1459 , 5 septembre – Blangy-le-Château ?
Montre de 40 hommes d’armes et 80 archers de la grande ordonnance du roi, sous la charge de messire Pierre Louvain, chevalier, vicomte de Berzy, reçue par Guillaume de Bigars, commissaire du Maréchal de Lohéac.
Suivie d’une quittance de 3.555 l. t. pour leurs gages du 2e trimestre 1459.
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville 198, n° 2

1459 , 10 novembre – Chinon
Ordre donné « De par le roi » au bailli de Rouen de faire convoquer six notables aux Etats de Normandie prévus pour le 1er décembre, soit une personne noble, une d’église et quatre de « l’estat commun ».
Signé Charles, Chalignant. Copie dans une lettre adressée le 21 novembre par le bailli de Rouen au vicomté d’AUge pour lui demander de faire élire une personne de « l’estat commun ».
Au dos quittance du 30 novembre donnée par Robin Le Masuyer et 4 autres messagers à Gilles Grieu, vicomte d’Auge, pour la somme de 10 s. donnée à chacun pour avoir porté les lettres dudit vicomte, aux sergents de Pont-L’Evêque, Dives, Cambremer, Touques et Honfleur (établie par Nicolas Sandret, tabellion en la vicomté d’Auge)
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. V, n° 13

1459 .- Le Brèvedent
Aveu rendu à Philippe de Vierville, baron de Creully, par Richard Vainel, du quart de fief de Brèvedent à cause de Marie Lempereur, sa femme.
= AD14 – Baronnie de Creully . E 874

1460 ( n.st.) , 29 mars – Touques
Thomas Basin, évêque de Lisieux, baille à rente à Colin de Viquesy, de Saint-Thomas de Touques, deux pièces de terre sises à Touques, la première contenant vergée et demie, chargée d’une rente de cinq boisseaux de froment, la seconde contenant une vergée, chargée d’une rente de huit boisseaux d’avoine, que soulloit tenir Richard Dallet, sise près du moulin de l’évêque . Pour la première pièce, lad. rente plus cinq boisseaux de froment, mesure de Touques, et la seconde pièce par huit boisseaux d’avoine payable chaque année en la recette de la baronnie de Touques.
= Tabell. Lisieux (détruit)
+ IND. Analyse Et. Deville

1460 , 4 avril ( n. st. ) – Lisieux
Guillaume Le Vallois ( Le Valloys ), bourgeois de Lisieux reconnaît avoir reçu de Me Jehan Trotin le Jeune, la somme de 20 l. ts. pour le franchissement d’une rente de 20 s. ts. restant d’une rente de 60 sols que led. Le Vallois avait droit de prendre chacun an sur une maison et jardin sise paroisse Saint-Jacques que led. Le Valloys avait naguère fieffé à Perrin Hamel par acte du 21 décembre 1450 .
= Tabell. Lisieux. – Analyse Et. Deville

1460 , 26 avril – Lisieux
Jehan Blaisot, l’aîné, de Saint-Jacques, vend à Guillaume Le Vallois, bourgeois de Lisieux, 24 sols à prendre sur tous ses biens
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville – I – 79

1460 , 27 mai – Mesnil-Guillaume
Guillaume Guéroult, fabriquier de l’église cathédrale de Lisieux, baille à rente à Thomas Frian, prêtre, curé du Mesnil-Guillaume, deux pièces de terre sises aud. lieu, à lad. fabrique appartenant, la première nommée les Vignes, jouxtes le chemin d’Orbec, ; la seconde nommées les Ylles en pré; jouxte l’eau courant de Orbec à Lisieux, moyennant 4 livres de rente par an.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1460 , 3 juin – Touques
Girot Pirain, de Saint-Thomas de Touques, prend à rente de Thomas Basin, évêque de Lisieux, une pièce de terre, contenant une acre, sise à Saint-ierre de Touques, moyennant 16 boisseaux d’avoine et 2 chapons .
= Tabell. Lisieux. – Analyse Et. Deville

1460 , 27 juin – Ouilly-le-Vicomte
Transaction entre Thomas Basin, évêque de Lisieux et Guillaume de Cambernon, écuyer, seigneur d’Ouilly-le-Vicomte, à cause de Guillemette Le Vicomte, sa femme, au sujet des droits de l’évêché sur la seigneurie d’Ouilly-le-Vicomte. Copie collationnée de 1679.
= Arch SHL. Ms. FB 144

1460 , 3 août – Putôt
Jacques Labbé, écuyer, sieur d’Ecots, reconnaît avoir reçu de Charlot Chastelain, receveur de Mgr. le duc d’Orléans, pour et en la décharge de Michel de Maussigny, la somme de 500 livres tournois, qui naguére avaient été mises en main de justice par led . de Maussigny, pour le retrait de la terre et seigneurie de Putôt que icelui de Maussigny avait vendue aud. Labbé .
= Tabell. Lisieux – Etude Delarue. Analyse Et. Deville

1460 , 13 juillet
Guillaume de Prunelé, seigneur d’herbaut, bailli de Caux, Colin le Barrier et Guillaume de Boutigni, écuyers, âgés de 70 ans, certifient que noble dame Jeanne La Baveuse, dame de Maillebois et de Blévy, est veuve de Robert d’O, chevalier, tué à la bataille d’Azincourt (« Guincourt »), et ne s’est pas remariée.
Acte de Richar Garadas, garde du sceau des obligations de la vicomté de Verneuil et ressort français…
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. V, n° 13
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 12, n° 622.

1460 , 18 novembre – Lisieux
« M. Etienne Deville a lu et commenté le texte d’un appointement survenu le 18 novembre 1460, entre Guillaume Inger, chanoine de Lisieux, et Etienne de la Rivière, prêtre, à propos d’une construction en pierre, entreprise par ce dernier, rue de la Chaussée, près du manoir canonial de Guillaume Inger. Il est assez difficile de préciser la nature du différent survenu entre les deux personnages, simple question d’alignement ou d’abornement, objet d’une clameur de haro. Toujours est-il que la construction entreprise par Etienne de la Rue, fut édifiée en partie, et il ne serait peut-être pas hors de propos de la rapprocher de la tour carrée qui s’élève encore aujourd’hui à l’entrée de cette voie, actuellement rue Paul-Banaston. ».
= Etienne DEVILLE ,  » Appointement pour la construction d’une maison de pierre – Rue de la Chaussée – 1460″, BSHL , N° 23, 1918, pp. 9-10.

1461 , 24 avril – Lisieux
Vénérable et discrète personne maître Jacques de Rinel, chanoine de Rouen et Lisieux, Philippe de Rinel, greffier des Esleuz à Caen, et Louis de Rinel, licencié-ès-lois et seigneur de Bracheul, frères, enfants et héritiers de défunt Me Jean de Rinel (Les deux Rinel avaient une soeur du nom de Jeanne qui avait épousé Jean de Croixmare, seigneur de Saint-Jean-du-Cardonnay (Voir tab. de Rouen, 15 décembre 1461).) , avoient vendu à Jean de Gouvis, docteur ès-lois, archidiacre de Rouen, une place ou masure sise en la paroisse Saint-Jacques de Lisieux, rue de la Boucherie. » Pierre Cauchon en avait fait l’acquisition de messire Pierre Orieult, le 7 octobre 1436.
= Charles de BEAUREPAIRE, Note sur une maison de plaisance, sise à Sotteville, près Rouen, appartenant à Pierre Cauchon dans Derniers mélanges historiques et archéologiques , Rouen, 1909, pp. 49-50

1461 , 1er septembre – Paris
Charles VII informe les gens des comptes et les vicomtes de Rouen et d’Evreux qu’il a reçu foi et hommage de Nicolas Gosset, chevalier pour le fief de la Tillaye dans le château de Breteuil et les fiefs de Boisselin et du Fossé-¬Lieury, à Saint-Etienne-l’Allier, dans la châtellenie de Montfort-sur-Risle et qu’il lui en demande aveu.
Vidimus du 18 juin 1464 de raoul saffrey et cardin Lesveillé, tabellions en la sergenterie de Folleville, sous le sceaau de Jean Eschallart, garde du sceau des obligations de la vicomté d’Orbec.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 17
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 12, n° 17

1462 , 3 mars (n.s.) – Saint-Martin-de-Mailloc
Robert Poupelin, de saint-Martin-du-Val-d’Orbec, vend à Guillaume Le Licquerre, prêtre, curé dud. lieu de saint-Martin, une vergée de terre, sise aud. lieu, moyennant 8 livres ts.
= Tabell. Lisieux. Etude Delarue. Analyse Et. Deville.

1462 , 23 mars ( n. st. ) – Lisieux
Me Pierre Dumans, curé de Fumichon, vend à Guillaume Le Valloys, bourgeois de Lisieux, 20 sols ts. en deux parties que led. prêtre avait droit de prendre chacun an sur Jehan Roger et ses hoirs 10 sols et 10 sols sur Colin Diesme et sa femme, moyennat 25 livres ts.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1462 , 18 mai – Fauguernon
Pierre Parey, bourgeois de Lisieux, à présent demeurant à Fauguernon, vend à Huet Boulloie, de Saint-Désir, une maison avec le fonds d’héritage cour et allée à ce appartenant sise aud. lieu de saint-Désir, au bourg l’abbesse, jouxte d’un côté et d’un bout led. Boulloie, d’autre côté Gosset Le Prudhomme et une place vide moyennat 50 écus d’or .
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1462 , 24 mai
Louis d’estouteville, grand sénéchal de Normandie, reçoit foi et hommage de Jean de Heudreville, écuyer, pour le fief de Fontaine -la-Louvet (Eure) et pour celui de Feugueray, à saint-Germain-la-Campagne en la chât. d’Orbec.
Vidimus du 19 jun 1464 de Denis de la Bouque, tab. à Lisieux et de son commis, Jean Le Saunier, sous le sceau de Jean Eschallart, garde des sceaux de la vic. d’Orbec.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 26
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 12, n° 637.

1462 , 5 juillet – Assises d’Orbec
Sentence de Jean des Planches, lieutenant
du bailli d’Evreux, relative à la seigneurie d’Ouilly-la-Ribaude, tenue en parage par Philippe de Manneville, écuyer, de Philippe Le Veneur, baron de Tillières, à la suite du décès de Jean Le Veneur, écuyer, fils aîné de Robert Le Veneur, baron de Tillières et d’Ouilly (signé J. Saonnière )
Vidimus de Colin Rogeron, tabellion à l’Hôtellerie, pour la sergenterie de Moyaux, et de son adjoint Ernoul de Bavery, clerc commis par justice audit tabellionnage sous le sceau de Jean Eschallart, garde du sceau de la vic. d’Orbec.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 23
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 12, n° 639.

1462 , 4 novembre – Préaux-Saint-Sébastien
Aveu rendu par Pierre de la Lande: « le fief de Préaux a cour et usage, manoir, domaine, rentes et toute noblesse de fief à fief noble appartenant… Doivent faire vingt jours de garde au château d’Orbec, en temps de guerre et quand ce château est en estat « .
= AN P. 2951 , XXII. Cité par Henri PELLERIN dans: PA , 11, N°9, 1961, p. 9

1462 , 5 novembre – Les Vaux
Jehan de saint Laurent, écuyer, vend à Guillaume Couture, de la paroisse des vaux, une pièce de terre sis aux vaux, près du chemin royal et d’une voie tendant à la maison Heudry, moyennant 32 sols 6 deniers et 5 sols pour le vin .
= Tabell. Lisieux ( détruit ) – Analyse Et. Deville

1463 , 2 janvier – Lisieux, Saint-Germain-la-Campagne
Jehan Le Vallois demeurant en la Valloiserie, paroisse Saint-Germain-la-¬Campagne, vend à Guillaume Le Valloys, bourgeois de Lisieux, son oncle, une pièce de terre avec arbres dessus, sise à Saint-Germain-la-Campagne, jouxte d’un côté et d’un bout led. achepteur, d’autre côté Me Robert du Buis¬son, prêtre, d’autre nbout plusieurs, laquelle pièce de terre labourable led . Le Vallois avait eu et acquise de Guillaume Dubuisson, comme il appert par lettres du 13 décembre 1461 moyennant le prix de 18 livres ts.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1463 , 11 janvier (n.s.) – Saint-Martin-de-Mailloc
Massot Germain, de Saint-Martin-du-Val-d’Orbec, vend à Me Guillaume Le Licquerre, prêtre, curé dud. lieu de saint-Martin, une vergée de terre en pré, sise aud. lieu, près du chemin du roy, moyennant cent sols ts.
= Tabell. Lisieux. Etude Delarue. Analyse Et. Deville.

1463 , 25 janvier – Assises d’Orbec
Sentence de Jean des Planches, lieutenant du bailli d’Evreux, relative à la seigneurie d’Ouilly-la-Ribaude, tenue en parage par Philippe de Manneville, écuyer, de Philippe Le Veneur, baron de Tillières, à la suite du décès de Jean Le Veneur, écuyer, fils aîné de Robert Le Veneur, baron de Tillières et d’Ouilly (signé J. Anquetin )
Vidimus de Colin Rogeron, tabellion à l’Hôtellerie, pour la sergenterie de Moyaux, et de son adjoint Ernoul de Bavery, clerc commis par justice audit tabellionnage sous le sceau de Jean Eschallart, garde du sceau de la vic. d’Orbec.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 23
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 12, n° 639.

1463 , 5 décembre – Rouen
Louis, seigneur d’Estouteville, gouverneur général pour le roi en Normandie, grand sénéchal de Normandie, et capitaine de Rouen, informe les baillis de Rouen et d’Evreux et le vicomte d’Orbec qu’il a reçu foi et hommage de Guillaume de Neufville, écuyer, pour les 2/3 d’un fief à Prêtreville.
Par mondit seigneur d’Estouteville, lieutenant, gouverneur et grand seneschal deNormandie , signé Picart.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. IV, n° 26
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 16, n° 645.

1463 Recherche de Montfaut
p. 22
LISIEUX. NOBLES
En l’élection de Lisieux, ensuivent les personnes qui ont esté,par le rapport des Elus, trouvés gens nobles et extraicts de noble lignée, et non assis à la taille, et par le rapport d’aultres, à leurs âmes et consciences.

NOBLES PERSONNES
Sergenterie d’Orbec
1. Robert de Liée (Lyée), Tonnancourt (Tonnencourt)
2. Jean Amyot, Ocainville (Auquainville)
3. Pierre de la Lande, Serqueux
4. André de saint-Ouen, Tordouet
5. Jean de Haultemer (Hautemer), Fervacques (Fervaques)
6. Jean le Rouyl, Les Loges
7. Guillaume de Neuville
8. Pierre du Mesnil
+ 9. Jean Amyot, Orbec
10. Jean du Vieu, R. et d. a v.
11. Jean Cuillier, R. et d. a v.
12. Thomas Eusr-tache, Saint-Paul-de-Courtonne
13. Jean de Belleau, Cheffreville
* 14. Guillaume Fouquet, La Vespière
15. Ancelot de Neuville, Courson
16. 16 Jean d’Orbec, Bienfaite
* 17. Colin Le Sec, la Cressonnière

p. 23
18. Jean Amyot, Cheffreville
19. Cardin le Forestier, Sernay (Cernay)

Sergenterie de Moyaux
20. Jean Borel, Norolles
21. Guillaume Bonnechose, Notre-Dame-de-Villers
* 22. Jean Le Muet, Saint-Philbert-des-Champs
23. Jean de Fourneaux
24. Me Jean de Fourneaux,
25. Mre Jean de Montenay, cher, Fauguernon
26. Jean de Bienfaite, l’aîné, Moyaux
27. Jean de Bienfaite le jeune,
28. Jean d’Anezy, Le Pin (Jean d’Anisy)
29 Jean Brèvedent,
*30 Richard Brèvedent
31. Geoffroi de Bienfaite, Moyaux
32. Jean de Lombellon
33. Guillaume Bonnechose,
34. Guerrodin de Franqueville, Glos-sur-Lisieux
35. Cardin d’Auge, Saint-Martin-de-la-Lieue
36. Philippe de Bigards, Piencourt,
37. Pierre de Bailleul,
38. Richard Baudry,
39. Renaud de Grandouet
40. Robin de Grandouet, son frère

p. 24
41. Robin de Loys, Blangy
42. Guillaume de Rupierre, Courtonne,
43. Mre Jean de Bouquetot, cher , le Breuil,
44. Jean du Quesney, Prestreville (Prêtreville)
45. Henry de Querville
46. Richard de Querville
47. Jean de Farcy, Bonneville-la-Louvet,
48. Pierre d’Asnières, Saint-Léger-la-Louvet
49. Jean de Longchamp, Fumichon
50. Jean de Bellemare,
* 51. Philippe de Bellemare, Firfol (Selon l’ex. de T. Manque dans plusieurs.),

p. 28
Sergenterie de Touques
126. Robert du Mesnil, Manneville-la-Pipard
127. Richard Nollent, Saint-Benoît-de-Hébertot
128. Louis de Ségrie, du Mesnil sur Blangi
129. Guillaume Carrel
130. Jean Carrel, son neveu, saint-Pierre-sur-Touques
131. Robin Saint-Pierre, bâtard de la maison de Blosset, Saint-Pierre-de-Tou¬ques
132. Jean du Mesnil, du Couldray
133. Robert de Saint-Pierre, de Saint-Julien
134. Jean de la Porte, Manneville-la-Pipart (En 1540, les Elus de Lisieux, trouvèrent au dit lieu de Manneville, un Richard de la Porte, petit-fils de Jean, anobli par les francs-fiefs, en 1470.) .

= P.A.M. LABBEY de LA ROQUE .- Recherche de Montfaut , Caen , 1818, in-8°.

1463 (n.st.) , 24 janvier – Prêtreville
Jacques Labbé, écuyer, donne assiette à Richard de Querville, seigneur du Couldray, trente livres tournois de rente, conformèment au contrat de mariage dud. écuyer avec damoiselle Jehanne Labbé.
= Arch. SHL. 9F Fonds Et. Deville. minute papier 2 ff.

1464 , 18 mai
Robert Violle, sergent en la forêt de Touques pour la garde de la Haye du Theil, donne quittance de 11 l. 12 s. 6 d. au vicomte d’Auge pour ses gages dus au terme de Pâques à raison de 15 d. par jour.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 2, signé
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 14, n° 650.

1464 , 12 septembre
Guieffroy de Bailleul, écuyer, rend aveu au roi du fief de Bailleul sis à Bailleul-la-Vallée, Saint-Gervais-d’Asnières et Saint-Pierre d’Heudreville, en la vic. d’Orbec.
Acte de Guillaume Laillier, atb. 0 Thiberville, dans une collation de la Chambre des Comptes, du 17 septembre 1464.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 22
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 14, n° 654

1464 , 26 novembre – Assises d’
Sentence de Jean des Planches, lieutenant du bailli d’Evreux, relative à la seigneurie d’Ouilly-la-Ribaude, tenue en parage par Philippe de Manneville, écuyer, de Philippe Le Veneur, baron de Tillières, à la suite du décès de Jean Le Veneur, écuyer, fils aîné de Robert Le Veneur, baron de Tillières et d’Ouilly (signé Trouvé )
Vidimus de Colin Rogeron, tabellion à l’Hôtellerie, pour la sergenterie de Moyaux, et de son adjoint Ernoul de Bavery, clerc commis par justice audit tabellionnage sous le sceau de Jean Eschallart, garde du sceau de la vic. d’Orbec.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 23
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 12, n° 639.

1465 , 29 février
Eliz de Murdrac, prêtre, seigneur de Reux, pour lui et son frère Jean de « Murdrac » donne quittance à Gilles Grieu, naguères commis de la vic. d’Auge de la somme de 200 l. t. représentant les revenus de la terre de Reux lorsqu’elle fut mise en la main du Roi. Sur ces 200 l.t. 100 sont imputées sur le compte de Saint-Michel 1457 de Pierre Courtois, vic. d’Auge et les 100 autres sur le compte de Saint-Michel 1458 de Pierre Feularde, son successeur.
Acte de Colin Rogeron, tab. à l’Hôtellerie pour la sergenterie de Moyaux et de son adjoint, Ernoult de Bavery.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 25
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 18, n° 660

1465 – Rouen
Inventaire de Denise de Foville prieure de Saint-Paul-lès-Rouen:
p. 230
 » Item, ung plat, une chopine, i ssallière, deux escuelles, i saulcier, i garde nappe d’estain pesant ix livres d’estain, à iis vi d. la livre, valant xxij s. vi d.
 » Item un post d’estain pesant iij livres à ij s. vid. d. la livre, valant viij s. iij d.
p. 233-234
Item il estoit demouré de l’estaimerie comme est savoir ung post, une chopine, ung grand plat, iiij petis, ix escuelles, xij saulciers d’estain pesans ensemble xxxvj l. à ij s. vi d. valant iiij l. x s.
« Item, une demye pincte et un petit garde nappe pesant iij l., à ij s. vi d. vij s. vj d.
= Inventaire de Pierre Surreau receveur général de Normandie suivi du testament de Laurens Surreau et de l’Inventaire de Denise de Foville . Publié pour la première fois avec Notes et Glossaire par J. FELIX , Rouen-Paris, Lestringant et Picard, 1892, in-8°, XII-444 p. ( Soc. de l’Histoire de Normandie )

1466 , 24 janvier
Mélaigne Hainffroy, lieutenant du bailli de Rouen en la vic. de Pont-Authou, mande au vicomte du lieu de Payer 30 s.t. à Guieffroy Ducastel qui est allé hâtivement la nuit de Noël de Pont-Authou à Rouen porter aux bourgeois de Rouen une lettre du Roi qui séjournait alors à Honfleur.
Signé Fortin , partiellement déchiré. Au v+ quittance du 4 février.

1465 , 29 février
Eliz de Murdrac, prêtre, seigneur de Reux, pour lui et son frère Jean de « Murdrac » donne quittance à Gilles Grieu, naguères commis de la vic. d’Auge de la somme de 200 l. t. représentant les revenus de la terre de Reux lorsqu’elle fut mise en la main du Roi. Sur ces 200 l.t. 100 sont imputées sur le comùpte de Saint-Michel 1457 de Pierre Courtois, vic. d’Auge et les 100 autres sur le compte de Saint-Michel 1458 de Pierre Feularde, son successeur.
Acte de Colin Rogeron, tab. à l’Hôtellerie pour la sergenterie de Moyaux et de son adjoint, Ernoult de Bavery.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. V, n° 28
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 19, n° 663

1466 , 26 août – Les Authieux-sur-Corbon
Vérification de l’aveu au roi du sieur de la Rivière curateur de donné par justice de Robert Carbonel, escuier, pour son fief terre et seigneurie des Autieulx-sur-Corbon, assis en la vicomté d’Auge, tenu et mouvant d’icellui seigneur à cause dicelle vicomté.
= Arch. SHL. 9 FB – 6 – Familles. Copie Et. DEVILLE.

1467
1468
1469 , 31 mai

Fieffe de terres par Guillaume de Courcy, chevalier, baron du lieu, Jean Santon, de Mittois.
Acte de Guilbert Charles, garde du sceau des obligations de la vicomté de Saint-Sylvain, passé devant Guillaume Troterel et Jean Guerpin, tabellions à Saint-Pierre-sur-Dives.
= Bibl. mun. de Rouen. g 209 (2)
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle

1469 , 9 juin
Dom Pierre Le Maignen, bailli de l’abbaye du Val-Richer, fieffe à Colin Huet, de Corbon, une demie acre à Notre-Dame-d’Estrée joignat le chemin allant « au vieu des vallos », moyennant rente annuelle de 20s., une géline et demie, 10 oeufs et 1 denier.
Acte de Guillaume Lambert, vicomte d’Auge, passé devant Jean Thorel et Jean Faroult, tabellions (signé Thorel et Lemonnier )
= Bibl. mun. de Rouen. p. 165, n° 6.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, 3-4, p. 219, n° 680

1469 – Fauguernon
 » La famille de Parey possédait bien antérieurement (à 1705) le fief de Combray. Dans les Monstres de la Noblesse du Bailliage d’Evreux de 1469 , on trouve que « Pierre Parey, seigneur du fief de Combray, présenta pour lui et en son nom Denis Faye, en abillement de vougier armé et monté suffisamment ».
= A. de CAUMONT .- Statistique .. t. IV, p. 422

1470
1471 , 27 avril
Guillaume de Trousseauville, seigneur de Guerquesalles, donne quittance au receveur général de Normandie de la somme de 200 l.t. pour sa pension de l’année en cours.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, y. II, n° 40
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 23.

1471 , 5 mai
Autorisation donnée par Louis XI à Henri garin, grenetier du grenier à sel de Lisieux et sommelier de l’échansonnerie du roi « continuellement occupé en notre service alentour de notre personne pour raison de son dit office de sommelier »de faire exercer son office de grènetier par « personne suffisante et ydoine » jusques à ung an prochain venant
= Victor HUNGER, Quelques actes normands des XIVe et XVe siècles , Troisième fascicule, Paris, Champion, 1911, pp. 76-77

1471 , 9 mai – Lisieux
A tous ceulx qui ces présentes lettres verront ou orront Jehan Couvel, garde du scel des obligacions de la viconté de Rouen, salut . Savoir faisons que par devant Guillaume Le Roux et Jehan Lesage, tabellions jurez pour le Roy notre sire en ladicte viconté fut présent en sa personne vénérable et discrète personne maistre Mahieu Poingnant, curé Deffreville demourant en la paroisse saint … de Rouen, lequel de sa bonne volonté, congnut et confessa avaoir vendu quictié et delaissé afin deritage à … tant pour luy comme pour ses hoirs à vénérable et discrette personne messire Guillaume Toustain, prestre chappelain de la chapelle sainte Katherine fondée en l’église saint pierre de Lisieux, absent, acquisiteur pour luy ses hoirs et ayant cause, cestassavoir une maison édiffiées le tout délivré ainsi comme le tout se pourporte en long et en lé, en haut, en bas assis en la paroisse Saint Jacques dudit lieu de Lisieux, sur la rue du Bailly, d’un costé aux hoirs Jehan Le Muet, d’autre costé lad rue de Bailly, d’un bout Colin Leboctey et d’autre bout aux hoirs ou ayant cause de feu messire Guillaume Leforestier prestre ; laquelle maison et héritage ledit maistre Mahieu avait piéca eu et acquis à tiltre de fieffe de deffunt Jehan Le Muet par vingt soulz tournois de rente à héritage par an jouxte les lettres de fieffe sur ce faictes passés devant Thomas Lecarpentier tabellion commis soubz Fralin aussi tabellion … Ceste vendue, quittement transport et delais fait pour le pris et somme de trente escus dor ayans à présent cours pour vingt sept soulz six deniers tournois par sous monnoye avec vingt soulz tournois pour le vin de ce présent marchié …… Présens messires Richart Le rat et Robert Toustain ..
= Copie in = Arch. SHL. 9F Deville. B. 1 – LISIEUX , Maisons à Lisieux – 3 – Notes sur la construction , 5

1471 , 15 juillet
Fragment d’un arrêt du parlement de Paris relatif à Alain et Olivier de Coëtivy.
= Arch. SHL. A 174.

1471 – Tonnencourt
 » En 1471, Anne de Lyée, fille de Robert de Lyée, seigneur de Belleau, de la Fosse-du-Bois et de Tonnancourt, et de Catherine de Querville, épousa Guillaume de Guerpel, sieur des Loges, Montchauvel et Avernes, lieutenant à Exmes ».
= DUBOURG .- Les Guerpel . Cité par Henri PELLERIN , PA , 12, N° 5, Mai 1962, pp. 10-11

1472 , 21 février
Jean Le Sens, commissaire en Normandie de la duchesse d’Orléans certifie qu’en janvier 1471, le cours de l’écu d’or était de 31 s. 6 d.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, y. II, n° 46
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 23., n° 694

1473 – Le Pré-d’Auge
Cest le Roulle du Fouage de la paroisse du prédauge eschue au terme Saint Jehan mil iiiicc lxxiij

Robin Lescornard Collecteur
Robin du Boscaige  »
Laurent Le Roy
Guill. Lecloustel
Masson daubin
phill tropelin
colin le bourquin
Raoul Lebourquin
Colin Le Marnier
Laurens Le Routier
Jehan paynel
Jehan huard
Jehan Le Marnier
guill. Campion
Jehan Le Heribel
Jehan Levesque
denis hesbert
jehan Labbey
Jehan corquetot (?)
yauchim Varier
jehan brusse (?)
Guillot Le Roy
Jehan Huchon
Jehan renoulin
Loys Lebarbier
Jehan Brusse
Jehan Guillar
pierre tropelin
Jehan Levesque
Guill. Regnault
Estienne Satis
Jehan de Riviere
Robin hermine
Rene (?) Sevestre ( ou Raul)
Michel Lemoigne
notin (?) painel
mychault Levesque
Colin du Boscaige
Jehan paynel
( incomplet)

Cest les non payant

Guill. Campion prévost du sr. de l’Espée
Jehan Lesuffleur prévost du Valricher
Jehan … dict le Brument osmone dud. Valricher
Jehan Lesuffleur osmone dud. lieu
Pierre vatier ….c pauvre
= Bib. nat. Ms. franç. 25916, f° 201

1474 , février – Paris
Lettres de noblesse accordées à Jean de Nollent de la paroisse de Beuzeville. moyennant finance.

p. 3 (note Et. Deville) : « Je possède une autre copie de ces lettres, portant à la suite du texte: … Collation faicte à l’original en parchemin sayn et entier en escripture, scel et signature par Charles Duval et Perrin Donnet tabellions royaux à Beuzeville le mardi quinziesme jour de Décembre l’an mil Vc soixante douze instance de noble homme Guy de Nollent, sr0. de Lachy, Nicolas, Claude, dits de Nollent, Pierre Duchesney et de Hellier de Nollent escuier, et la prészente copie a été baillée et led. original rendu aud. Guy de Nollent, sieur de Lachy… »
= Arch. SHL 9 FB – 6 – Copie Et. DEVILLE

1474 , 20 mars – Paris
Quittance de 40 écus d’or délivrée à Jean de Nollent par la chambre des Comptes du Roi pour les lettres de noblesse à lui accordées pour lui et sa postérité
= Arch. SHL 9 FB – 6 – Copie Et. DEVILLE

1474 , 1er septembre – Aux plaids d’Orbec
Jehan le Sénéchal, lieutenant général du vicomte d’Orbec, adjuge à Cardin Aupois, au prix de 60 s. l’arpent une vente de bois à « Abernon » (Abenon).
Signé Auffrey et Buisson , fragment de sceau, ancienne cote L 19, n° 7.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 51.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 25, n° 703.

1474 , 21 novembre
Nicolas de Fréville, lieutenant de Jean de Saint-Mard, vicomte de Blosseville, enquêteur des eaux et forêts, mande au vicomte d’Orbec de faire de nouvelles enchères, pour une vente de « menu boys à faucillon » à Abenon, précédemment adjugée à Robin Durant (mention de Robert de la Mondière, lieutenant général du verdier d’Orbec et des « Monstiers Aubery » (Moutiers-Hubert)

Signé et scellé, ancienne cote L 19, n° 8.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 52.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 25, n° 705.

1474, 1478 et 1492 – Saint-Benoît-d’Hébertot
Titres de propriété à Saint-Benoît-d’Hébertot, faisant mention de Richard Nollent, seigneur de Bellengerville (Bellengreville ??) de Guillaume Vipart, seigneur de Launay, et de la maladrerie du Hutrel.
= Arch. SHL. FL 16. 3 pièces.

1475 à 19e siècle
Archives SHL 1F484 : 1475 à 19e siècle : Famille de Neuville, extrait de ¬généalogie.

1475 , 30 avril
Georges de Vissipac, dit le Grec, conseiller et chambellan du Roi, capitaine de la nef du Roi, donne quittance au vicomte d’Orbec de la somme de 200 l.t. pour partie de 2.000 l.t. qui lui ont été assignées par le Roi par lettres aux trésoriers de France du 16 avril.
Acte de Guieffroy Vallée et Robert Violle, tabellions à Honfleur.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 61.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 26, n° 710.

1475 , 17 mai
Jehan Pellouyn donne quittance au vicomté d’Orbec de la somme de 10 l.t. pour moitié de 200 l.t. assignées à son profit par le Roi.
Acte de Jehan Anquetin et Pierre Toustain, tabellions à Orbec. Anciennement coté L. 8, n° 11.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 63.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 26, n° 711.

1475 , 6 octobre
Cédule ordonnant à Charlot Castellain (Chastelain), « receveur du lieu d’Auge » (pour la duchesse d’Orléans) de payer 70 s.t. à Mathelin Le Boutillier relieur pour avoir relié les comptes de la recette d’Auge depuis 1451 jusqu’au terme de Saint-Michel 1474 non compris.
En la chambre des Comptes de la duchesse d’Orléans , signé Filleul .
Suivi de la quittance correspondante (signée Hellebout )
= Bibl. mun. de Rouen. Leber 5881
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 26, n° 715.

1475 – Lisieux
Nicolas Ier Le Vallois ( fils de Guillaume) fait une fondation en l’église Saint-Jacques en 1475 ) possesseur des seigneuries du Mesnil-Guillaume, de Putôt, de Bonneville-la-Louvet, et de la Rosière.
= G. HUARD – essai de topographie lexovienne , p. 53

1476 – Lisieux
A tous ceulx qui ces lettres verront ou orront Robert Vipart (?) escuier lieutenant general de noble homme Jean de fatouville seigneur du lieu conseiller et maistre royal ordinaire du Roy nostre sire son bailli et cappitaine … Comme naquères Colette veufve de deffunct jehan levesque et jacques levesque de la paroisse de saint jacques de lisieulx se fussent obliges a deffunct laurens leprince en vingt cinq sols de rente en trois parties…
= AD.14. 2E 653 ( très belle pièce parch. avec sceau)

1477 , 4 juin – Rocques
Guillaume Legrant, de la paroisse de Rocques, vend à Guillaume Le prévost, avocat et conseiller en court laie, dix sols tournois et un cappon de rente que icelui vendeur disoit avoir droit de prendre sur Robin Gobie et sa femme à cause de la prise par eux faicte dud. Legrand d’une pièce de terre à Roques. La vente faite par 110 sols 7 deniers. Témoins Charlet >Fortin et Guillaume Legrant fils dudit vendeur.
= Arch. SHL. 9f Dossier Rocques. Parch.

1477 , 1er novembre – Rouen
« Treize plas, XXIIII saussiers et XVIII escuelles, 1 escuelle à oreille, VII pos, II pintes, II chopines, deux demions, II sallieres, ung moutardier, ung benestiers et III garde nappes pesant in toto C VI l. estain, à II s. pour livre ».
= Charles de BEAUREPAIRE, Recepte de deniers et biens vendus d’icelz apparteant à Monsr (le cardinal d’Estouteville, abbé de Saint-Ouen) par le décès et trespas des religeiux de cette abbaie… dans Derniers mélanges historiques et archéologiques , Rouen, 1909, pp. 60-61

1477 – Lisieux
Première mention des armoiries de Lisieux dans le registre de délibérations de la ville, pour l’année 1477
= Note Et. Deville

1478 , 1er décembre
Guillaume Le Perchié donne quittance à Charles Le Chastelain, écuyer, receveur du duc d’Orléans en la vicomté d’Auge, de la somme de 60 s.t. pour ses gages de l’année échue au terme de Saint-Michel.
= Bibl. mun. de Rouen. Y. 29, t. II, n° 76.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 26, n° 710.

1479 , 18 juin
Fieffe de terres par Guillaume de Courcy, chevalier, à Jean Bedel, de Bernières
= A.M. de Rouen, g 209 (2)

1480 , 12 juin – Courtonne-la-Meurdrac
Robert Gouscelin, de la paroisse de Glos, vend à Jehan Le Boctey, écuyer, 10 sols tournois de rente à prendre sur Colin Bouteiller, de Saint-Denis-du-Val-d’Orbec..
= Arch. SHL. 9 FA. Fonds Et. Deville.

1480 , 5 juillet – Prêtreville
Jehan Deshaies, de Saint-Germain-la-Campagne, vend à Laurent Le Normand, fils de Jean, de la paroisse du Besneray, une pièce de terre, sise à Prêtreville, près le chemin tendant à Glos et Saint-Jean-de-Livet, moyennant 30 livres tournois.
= Tabell. Lisieux. Analyse Et.

1480 , 18 septembre – Beuzeville
A la relation de Jehan Nollend, prêtre, curé de Jouvaux et de Guillaume Nollend, escuier, ses beaux frères, accord entre la veuve de Guillaume Nollend, fils et héritier aisné de deffunct Jean Nollent et ses fils Elyer et ses frères et soeurs au sujet de son douaire.
= Arch. SHL 9 FB – 6 – Copie Et. DEVILLE

1481 , 5 mai – Roncheville
Adjudication de la garde noble des enfants mineurs de Robert du Mont, écuyer, tenant du fief de heulland, dit de Silly, mouvant de Roncheville.
= Arch. SHL. FL 8.

1481 , 26 juin – Les Vaux
Jehan Ynger, dit Guillet, de la paroisse des Vaux, vend à Me Guilbert Duhoux, curé des Vaux, pour et au nom de ladite cure, à lui et à ses successeurs, une pièce de terre contenant sept vergées ou environ sise aud. lieu, près le chemin tendant de Lisieux à Cormeilles .
= Etude Me Delarue . Tabell. Lisieux ( détruit ) – Analyse Et. Deville

1482 , 11 mars – Lisieux
Accord entre les habitants de Lisieux et Colin Le Valloys pour la fourniture et approvisionnement pendant huit ans du grenier à sel de Lisieux
= Arch. mun. Lisieux – CC 276 – Parchemin – Copie

1482 , 2 octobre
Testament de dame jeanne La Baveuse, fille de Hutin Le Baveux, chevalier et de Jacqueline de Vieuxpont, veuve de Robert d’O.
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville, Y 102, carton 56 (d’O) (Copie XVIIIe s.)
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 36, n° 777

1483 , 23 octobre – Saint-Etienne-la-Thillaye, Clarbec, Cresseveulle
Titres concernant des fonds à saint-Etienne-la-Thillaye, Clarbec, Cresseveulle et les familles Prunier, Gallot, Auber, Crevin, Le Cordier, Cordier de Genneville, et autres. Autres actes 18 novembre 1584; 4 août 1591; et 1723-1726.
= Arch. SHL. FL 483. 10 pièces.

1484 , 12 février – La Chapelle-Haute-Grue
Es plé de Montgommery pour noble et puissante dame Jehanne de harcourt contesse de tanquarville et de mongommery vicomtesse de meulan tenus par nous Pierre le François … noble homme maistre Geoffroi monnier escuier senechal dud. lieu le douz. jour de février l’an mil IIIIc quatre vingt et sept fut pnt. noble homme Jehan Bardoul escr sr du fief noble de caudemonne tenu pour un fief entier de chevallier dont le che est assis en la paroisse de La Chapelle haute grue.
= A.D. Orne . A. Montgommery III.8

1484 , 10 juillet – Les Authieux-sur-Corbon
Du Roy nostre sire confesse et adveue à tenir par foy et par hommaige Guillaume de la Rivière mary de ellaine Damolle, sa femme, fille aisnée et héritière de deffunct Richard Carbonel, en son vivant escuier, un sixiesme de fief de chevallier nommé le fief des Ostieux, assis en la vicomté d’Auge, sergenterie de Cambremer, icellui fief tenu noblement à court et usaige ……. en deniers quarante cinq livres ou environ en grains, six boisseaux d ‘avoine soixante pièches de poullailles, cinquante et cinq deniers ou environ, quatre cens vingt sept oefs, quarante deniers ou environ, quatre ouez. En quel fief a quarante acres de terre ou environ tant labourable en plant quue en pres. Et sy y a une acre de bois en diesme. Enquel fief a court usaige, hommes, hommages, reliefs, XIIIes , service de prévosté, service de repparacion de moitie ( motte ?) et de hérichon, place de coullombier et autres services et dignités à noble fief appartenant Duquel fief je suis tenu de faire service dost en telle porcion de tant comme fief entier y est tenu et subjet sauf a plus avant bailler sil vient a ma congnoissance. En tesmoins desquelles choses j’ay scelle de mon saing cy mis le Xe jour de Juillet lan mil CCCC quatre et vingtz et quatre.
= Arch. SHL. 9 FB – 6 – Familles. Copie Et. DEVILLE.

1484
Recettes :
De Raoullin Vallet en lieu de Guill Le Coq pour une place de maison au bourgaige du pontlev.( ?) d’un coste les enfans Charles Castellain est d’un bout le lieu du moulin, d’autre bout le pavement xs

Dépences :
– Paié au serrurier pour la refachon de lauloge viijs vjd
– Paie au serrurier pour une serrure et une clef xs
– Paie pour un cent de corniers xxxs iiid
– Item pour deux cens trente tuille xvs
– Paie pour une somme de caux iis vjd
– Paie pour le sablon xviijd
– Paie pour la latte et le clou allate et clou anorom (?) ixs
– Paie pour le boys de lagoutiere xxvs

– Pour avoir cjhnage les escuelles du luminaire
notre dame et saint sebastien cs
= AD 14 . G. 1164

1484 , (n.st.) , 9 janvier – Lisieux
Guillaume Dupuys, garde du scel aux obligations de Lisieux, fait savoir que par devant Henry Cavelier et Pierre Belot clers tabellions jurés établis en lad. sénéchaussée, furent presents Jehan Carrey, Conseiller en court laye, Guillaume Lefevre, Guillaume Le Valloys, Guillaume Aubert, Guillaume Aubert fils Colin, Guillaume Ledoulx, Guillaume Selles, Guillaume Debanville, Guillaume Lechat, Guillemot Jehan, Geffroy Duhoulx, Richard Jehan, Crespin Trinité, Pierre Lefévre, Jehan de La Reue, Guillaume Hébert, Simon Panier, Vincent Duval, Jehan Louaisel, Etienne De La Reue ., tous bourgeois, ma¬nants et habitans de lad. ville de Lisieux, faisans et représentans le corps et conseil d’icelle, lesquels non contraints, nommèrent, ordonnèrent, cons¬tituèrent, établirent leur procureur général et certain messager espécial Colin Le Valloys, bourgeois dud. Lisieux, auquels ils donnèrent et donnent par ces présentes pouvoir et autorité d’obtenir et pourchasser au nom d’iceulx habitans en la court du Roy notre sire, lectres de de confirmation, conti¬nuation ou prolongement du droit de marchant pour fournir le grenier à sel de cested. ville, dont iceux habitans avaient eu don du Roy deffunct qui leur disoit encore durer du premier jour de Fevrier prochainement venant en ung an ou don tant du droit dud. marchand fournissant led. sel a tel temps qu’il plaira au Roy notre sire . Et mesmes obtenir poix pour la vente et distri-bution du sel de present estant aud. grenier et faire les circonstances et deppendances tout ce que procureur general deubment commis et estably peut et doit faire selon raison et la coustume du pays et come en la mesmes feroient ou faire pouvaient se presens en leur personnes y estoient ….

En tesmoing de ce nous, à la rellation desd. tabellions avons mis es lettres le scel des obligations sauf aultrui droit . Ce fut fait l’an mil CCCC quatre vingt trois, le neuf jour de janvier presens Jacques Regnart Jehan Bezault, Girot Bunel et aultres temoins .
Cavelier Belot
= Arch. mun. Lisieux – CC 266 – Parchemin scellé sur simple queue, sceau de cire verte en partie mutilé, l’écu porte les clefs en sautoir et les étoiles sans le chef de France . Légende illisible . Copie Et. Deville .

1484 – Soquence (rattaché à Ecajeul puis Mesnil-Mauger)
Aveu fait à la Cour des Comptes de Rouen
« Au Roi notre souverain seigneur à cause de sa vicomté de Falaise au bailliage de Caen je, Florentin de Chaumont, écuyer, confesse et avoue tenir en plein fief de haubert nomme le fief de Soquence assis en icelle paroisse de Soquence et illec environ et s’étend icelui fief es paroisses de Perchie (Percy) Vielfume (Vieux-Fumé) Mésidon (Mézidon) et Vieuville.
Auquel fieu ai près, bois, pâtures, terres labourables, jardins rentes en deniers, grains, oeufs, oiseaux, services, corvées, honneurs, hommage, reliefs, treizièmes, aides coutumiers, place de colombier et tout ce qui a noble fief appartient.
Et tout ledit fieu en deniers communs vaut 20 livres tournois, en froment un boisseau, en avoine quatre-vingts boisseaux, en poulaille quatre-vingts pièces ou environ
Item en près 12 acres ou environ, item 30 acres ou environ en bois déserts qui à présent sont en pâturages dont les deux parts sont sujettes à dîmes et le tiers en danger, en terres labourables 25 acres ou environ, item en jardins, en bois, en haies et garennes et le tout en dîmes 20 acres ou environ.
Lequel ave j’ai baillé ainsi au Roi notre sire sauf à plus avant bailler, déclarer ou diminuer si métier est. En témoin de ce, j’éi scellé ledit aveu de mon scel d’armes et signé de ma main, le sixième jour d’octobre mil quatre cent quatre vingt et quatre ».
= Charles FOUQUES , « Les chanoines de Sainte-Barbe-en-Auge et les seigneurs de Soquence », PA , 38, N° 9, Septembre 1988, p. 26.

1485 , 23 novembre – Saint-Hymer
Echange concernant des fonds à saint-Hymer.
= Arch. SHL. FL 175.

1485 , 27 décembre – Lisieux , rue du Bailli
A tous ceulx qui ces lettres verront ou orront, Jehan Defrenille, garde du scel aux obligacions de la viconté du Pontautou et Pontaudemer Salut . Savoir faisons que par devant Nicollas Toustain et Georget Levachey clers, tabel¬lions jurés pour le Roy notre sire à Lisieux Fut présente Guillemette Lefores¬tier veuve de feu Cardot de La Reue, de la paroisse de Saint Jacques dudit Lisieux laquelle de son grey, non contrainte, vend à héritage tant pour elle que pour ses hoirs à vénérable et discréte personne maistre Jehan Lebaigneur, prestre curé de Grandoit, demourant en lad. paroisse Saint Jacques dud. Li¬sieux, pour luy ses hoirs ou aians cause, c’est assavoir une maison et lerita¬ge sur quoy elle siet, assise en ladite paroisse Saint Jacques, en la Rue de Bailly ainsi que elle se pourporte, en long et en lay jouxte dun costé les hoirs Jehan Pennier, escuier, d’autre costé lad rue de bailly, dun bout Jehan Boctey et d’autre Bout Robert regnoult ; el laquelle maison lad veufve disoit avoir acquise par clameur de marchié de bourse de messire Guillaume Toustain prebtre jouxte les lettres de ce faites quelle bailla aud prebtre pour estre entre ses mains de force vertu . La vente faite par le pris et somme de trente sept livres dix sols tournois et dix sols de vin dont le tout lad veuve se tint à contente . Promettant icelle veufve tant pour elle que pour ses hoirs aud curé … lad. maison et héritage garantir … par en faisant et paiant par led. prebtre et ses hoirs vingt solz tournois de rente chacun an allans aux héritiers dud Jehan le Muet et droits de ville pour toutes rentes et charges …. Présens messire Guillaume Boessel prebtre et Jehan Dugardin tesmoings .
( Grandouet -)
= Copie in NOTES et DOCUMENTS , FONDS Et. DEVILLE , 1 – LISIEUX , Maisons à Lisieux – 3 – Notes sur la construction, 6

1485 – Pont-L’Evêque
… Ensuit la despence faicte par alphonse de
paradet tresorier de lad. eglise pour la reparation
faicte en la tour de leglise que auxi en autre choses
necessaires pour ladite eglise la soe. xxxiii# xviijs xd

De laquelle recepte et mise est faicte plaine
declaration … papiers dud alphonse
= AD 14 – G. 1164 – Dossier 3

1486.- Le Brèvedent
Extrait des assises d’orbec, concernant la demande de droits seigneuriaux, faite aux propriétaires du fief de Brèvedent, par Artur de Vierville, baron de Creully.
= AD 14 – Baronnie de Creully . E 874

1486-1781 – Formentin, Manerbe, Notre-Dame-de-Courson
– Le Lièvre à Caen, Cahagnolles, Formentin, Manerbe, Notre-Dame-de-Courson, Saint-Martin-de-Mailloc; Saint-Cornier-des-Landes, Orne
= AD 14 2E 551 (8 p.)

1486.- Le Brèvedent
Procédure aux Assises d’Orbec entre Artur de Vierville, seigneur et baron de Creully et Jean d’Anisy, seigneur du Pin, concernant la possession du fief de Brèvedent.
= AD14 – Baronnie de Creully . E 874

1486 – Pont-L’Evêque
Comptes des recettes et dépenses du trésor de Pont-L’Evêque
Despences
Deuvres et reparations
– A Jehan adam pour un cent de pierre de sa carriere xvijs vjd
– A Perrin Le Coq pour le chariage dud cent de pierre jusq. au cymetiere pour paine et despence xxxs
– Pour ung cordel a pendre la courtine du maistre hotel ijs
– A Pierre Durant pour avoir relié et repare le grand manuel de lad eglise xvs
– pour ung millier de brique plonbée dont le … a ete paie vj# xs pour millier xs pour le charriage xxx pour les sinne (?) vs pour portage … sablon a icelluy asseor viij# xbs
– au serrurier pour deux crappons et une serrure au coffre aux livres et pour une clef a lhuys des hogues (?)
– A Maitre Mathieu Ostelin pour le service de la croix tant pour luyi que pour les clercs qui ont fait led sygne a lintencion de feu jehan du Val lxs
= AD. 14 G. 1164 – Dossier 4

1487 , 18 février – Rouen
« 9 escuelles, 2 pots, 1 chopine, 1 demyon, 1 demyart, 4 plats, 1 moutardière, le tout d’estain ».
= Charles de BEAUREPAIRE, Transaction au sujet d’un mobilier dans Derniers mélanges historiques et archéologiques , Rouen, 1909, pp. 60-61

1487 , 3 juillet – Hermival
Nicolas Le Valois ( Le Valloys ), bourgeois de Lisieux, demeurant paroisse Saint-Jacques, vend quitte et délaisse à Guillaume Le Prévost, conseiller en court laie, demeurant à Lisieux, le fief, terre et seigneurie de Hermival, avec ses appartenances, terres, revenus, dignités, reliefs, treizièmes et toutes choses aud. fief appartenant qu’il avait acquis le 16 juin dernier de Thomas De la Reue, moyennant la somme de 1051 livres tournois .
= Tabel. de Lisieux – Analyse Et. Deville

1487 – Pont-L’Evêque
Comptes des recettes et dépenses du Trésor de Pont-L’Evêque

Recettes :
Dons et laiz fais au tresor pour icelle anee .
De la demoiselle vuve Jehan Duval par les mains de Robert poesson pour le synne de La Croix dit par le maistre et enffans de lescolle ainsi que led feu du Val lordonna en son vivant
lxsts
Despences
– Au platrier qui a platré le cadran pour deux journees de sa paine paie vjs (?) vjd
– Item pour la despence de lui et un aide iijs vjd
– Item pour deux journées desd aides qui a servi led plastrier
– Pour quatre candelabre et pour avoir un pie a la croix domine le toput pesant xxxiij t et demye qui vallent au pris de iijs viijd
chacune livre six livres deux sols six deniers – Item pour un encensier quil a convenu avoir pour ladite eglise paie xvijs vjd
– Item pour celuy qui a este querir lesd candelabres et croix paie xs vjd
– Item a laurent bense pour avoir coupe les barres de fer paie ijs iijd
– Item pour la despence des machons quand jehan vindred veoir la besongne de leglise xviijd
– Item pour avoir change les ampolles vsts
– Item pour cique once et demye dargent que les ouvriers qui ont fait le galice ont mis en faisant led galice et pour la facon et dorure diceluy x# xs
– Item a Robert posson qui a ete querir led galice a Lisieux paie ijsts ijd
– Item a Robert collet pour avoir porte largent dud galice aud Lisieux ijsts
– Item pour avoir dore la pate du galice xsts
– Item pour lologier de lisieux pour avoir appoincte le cadran et lorloge x#
– Item pour deux chopines quil a convenu avoir a leglise vjsts
– Item pour clou et gons pour le cadran paie a michault menart xviijd
– Item pour une corde quil a convenu avoir pour la cloche vjsts
– Item pour le serrurier qui a fait deux clez aux ogres pan (?) xviijsts
– Item pour deux peaulx de parchemin pour aud couche le devis de loeuvre de leglise iijsts
( par comparaison, le parchemin pour le compte de 1487 qui comporte 16 pages couta iiijsts )
– Item pour le paintre qui a paint le cadran de lad Eglise xvsts
– Item a Messire pierre touppelin pour ses paines et vacations davoir vacque a lorloge que pour lentretenement dicelle paie lxsts
AD. 14 – G.1162 – Dossier 5

1487 , 3 juillet – Hermival
Nicolas Le Valois, bourgeois de Lisieux, paroisse Saint-Jacques, vend, quitte et délaisse à Gyuillaume Leprévost, conseiller en court laie, demeurant à Lisieux, le fief, terre et seigneurie de Hermival, avec ses appartenances, terres, revenus, dignités, reliefs, treizièmes et toutes choses audit fief appartenant qu’il avait acquis le 16 juin dernier, de Thomas de La Reue, moyennant la sommes de 1058 livres ts.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1488 , 21 janvier
Jean de Bellemare, écuyer, lieutenant du bailli de Rouen, accorde 13 s. 4 d. à Richard >Le Tenneur, geôlier des prisons du roi à Point-L’Evêque, pour avoir gardé pendant 42 jours Jean Roussel, barbier, condamné à la pendaison.
Signé Dehaussay . Au dos quittance du même jour.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 35
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 44, n° 834

1488 , 18 mars – Les Vaux
Me Guilbert Duhoulx, prêtre, curé des Vaux, demeurant à Lisieux, vend et transporte à Me Jehan Mallart, prêtre, demeurant à Lisieux, vingt cinq sols tournois et une gueline de rente qu’il avait droit de prendre chacun an savoir vingt sols de l’obligation de Jehan Delannoy, des Vaux et les autres cinq sols et la gueline qu’il avait acquis dud. Delannoy .= Etude Me Delarue . Tabell. Lisieux ( détruit ) – Analyse Et. Deville

1488 ,
Jean de Bellemare, écuyer, lieutenant du bailli de Rouen en la vicomté d’Auge, ordonne au vicomte d’Auge de payer 45 s.t. à Guiillaume Blondel, messager à cheval pour avoir apporté à Pont-L’Evêque un mandement du lieutenant général bailli de Rouen convoquant les nobles et sujets à l’arrière-ban devant le bailli et le commissaire du roi.
Signé Poitevin , fragment de sceau; quittances correspondantes devant Guillaume Mauvoisin et Nicolas Le Parmentier, tabellions jurés, en date du 14 octobre 1489.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. V, n° 65.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 47, n° 849

1489 , 22 octobre
Rôle des amendes et exploits de la forêt de Touques au terme de Saint-Michel 1489, taxés par Robin Gobin, verdier (gardes du Mont-Saint-Jean, de la Haye-du-Theil, Herier, de Jean de La Haye, du Breul et Helluin, de Dibdalle). Total: 334 l.t. 11 s. 7 d.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. V, n° 155
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 47, n° 850

1488 , 11 novembre – Lisieux
Robin Borel et Michault Lorence demeurant en la paroisse Saint-Jacques, gagent et promettent payer, dedens neuf ans du jour Saint-Michel, à vénérable et discrète personne maistre Jehan Filleul, prêtre, curé de Notre-Dame-de-la-Cousture, à Bernay, tuteur des enfants de feu Guillaume Filleul, en son vivant bourgeois de Lisieux, la somme de livres 10 sols tournois pour vendue et livrée de quatre boeufs de poil rouge, une jument de poil noir du prix de six livres tournois et une charette ferrée avec un bancel du prix de 24 sols .
= = Arch. SHL. 9F Deville. A. Papier , 2 ff.

1489 , 16 novembre
Guillaume Gaufray, commis par le Roi à la recette générale des terres du duc d’Orléans, des seigneurs de Dunois, d’Albret et de Lescun et du Maréchal de Rieux, de présent en la main du Roi, ainsi que de la gabelle perçue par le duc d’Orléans, donne décharge à Hélye Chastelain, commis la recette d’Auge, de la somme de 800 l.t. versée au comté (Jean) de Foix et à son épouse Madame Marie d’Orléans pour partie de la pension annuelle de 2.500 l.t. donnée par le Roi.
= Bibl. mun. de Rouen. Y 29, t. II, n° 152.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 47, n° 851

1489-1786 – Vicomté d’Auge
Copies de lettres-patentes, mémoires et arrêts du Parlement, relatifs à la vicomté d’Auge ( imp. et ms.)
= Cité in Suzanne d’HUART .- Archives de la Maison de France ( Branche d’Orléans ) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389), Paris, 1976, p. 175.

1490
Archives SHL 1F448 : 1490 : Arrêt du Conseil de l’Echiquier de Normandie¬ renvoyant à une prochaine session l’affaire entre frère Léon de ¬Roussillon et Guillaume de Noe prêtre.

1490 , 13 juin – Troyes – Touques, La Haye du Theil
 » Charles, par la grâce de Dieu, roy de France au maistre des eaux et forests parch. mutilé … son lieutenant salut. humble supplication de notre bien amé Apparoc, escuyer, seigneur du fief de sainte Marie … avons recue contenant que à cause de son fief dont le manoir et principal hostel est situé et assis près de nostre forêt de Touque et Haye du Teil, il a droit de prendre et avoir certaines droictures, en lad. forest et Haye du Theil, et à cause de ce nous est redevable chacun an en dix sept sols de rente. Et combien que icelle rente ait esté toujours paiee par lui et ses predecessuers en encore continué chacun an a la recepte de la viconté d’Auge ce nonobastant pour ce que les propriétaires dudit fief cappables de ledit de Compiengne qui tenoient le party et obéissance de notre tres cher seigneur et ayeul le roy Charles que Dieu absoille durant le temps que les Angloys nos anciens ennemys occupoient notred. pais et duchié de Normandie avoient habandonné le pais et la joissance dud fief et droiz dicellui et depuis la reducion de notred pais et nont, sesd prédécesseurs, fait demeure ne residence aud. manoir jusques naguères que led. suppliant est venu à la joissance dud. fief par quoy lesd. droictures ont esté discontinuées et pource que ledit suppliant doubtoit que nos officiers vousistent faire aucune difficulté de lui souffrir la joissance de sesd. droictures pour le terme à venir soubz umbre de la discontinuité depuis aucun longtemps neantmoins et quil vouqs en face et paie a raion dicelle droicture lesd. xvij s. de rente …  » Le roi autorise le suppliant à user de ses droictures moyennant le paiement de la rente .= Arch. SHL 9FB – 3 Fonds Et. Deville – Copie, dossier Achats, échanges. Doc. vu par lui dans les Arch. du Manoir le Mire , à Canapville.

1490 – Pont-L’Evêque
Compte des recettes et dépenses du Trésor de Pont-L’Evêque

Despences :
Oeuvres et reparations
– A Robert de la port escuier pour boys achap de lui pour le dessin de reparation qui a este faite a laditte eglise en lieu auunfouez (?) les goutieres iij#
– A Richart ferey et Symon Paulmier cheretier pour le charoys p eulx fait dud boysn iiijs
– A Jehan picot pour sa paine et despence davoir fait led ediffice et repparation et avoir abattu led boys pour paine et despence vis
– A Michault Rufin pour cinq cens de latte employe a la couverture dud ediffice pour chacun cens ijs vid
– Pour grant clou de xx l a coustre a clouster les chevrons et pour ving cinq de clus et corniers iiijs vjd
– Pour sept milliers de clous a lapt et a essendre chacun millier …. xxviijs jd
– Pour lxxiv noes et cornets employesz à lad couvertur xiiijs vid
– A Thomas aroagon pour deux cens de tuylle acete a luy pour parfaire a la reparation qui a ete necessaire a la couverture du portail de lad eglise pour chacun cent iiijs vid
– A Noel Hermier pour sa paine et despence d’avoir fait led ediffice et reparations et avoir reparele coste de la couverture de la nef par devant le cymetiere et … porche, iiij#

1491 , 10 février – Lisieux
Mandement de Thomas de La Reue lieutenant général de honorable homme et saige Pierre Cardonel, sous sénéchal de Lisieux, Georges Lavacher, tabellion juré en la sénéchaussé dud. Lisieux. De la part de Jehan … il vous a été exposé que le XXIIIe jour d’avril après Pasqu oultre certain contrat hérédital passé devant vous et Jehan Levavasseur, à présent deffunt entre ledit Lesconart d’une part et Thomas Thibout et sa femme d’autre, dont la lecture a esté aussi faite par elle et par … de feu Mallegarde ou autrement a esté perdue ou adérée qui est un grand … dudit Lesconard requeste lui a esté sur ce pourveu en justice pourquoi nous vous mandons qui se il vous appert led. contrat avoir été passé devant vous vous des… trouves contenus aud. contract faictes et bailliez lettres aud. Lesconart sans y … si non stille commun en faisant mencion que lad. lettre a esté refaicte par auctorité de justice
= Ar ch. SHL. 9 FA Deville. Parchemin Cf. égalt. 9 FB – 6 – Famille: Copie.

1491 (n. st.), 3 mars
…. Charles par la grâce de Dieu, Roy de France à noz amez et féaulx les généraulx conseillers par nous ordonnez sur le fait et gouvernement de toutes nos finances, salut et dilection. Comme pour l’entretement, garde, deffence, ecquippaige de nos grnds naviresss, nefs et aultres basteaulx et vaisseaulx de mer estant sur les ports et havres de notre pays et duchié de Normendie, que avons ordonné faire ecquipper et mectre suz pour resister aux entreprinses de nos ennemis et afdversaires nous avons puis naguere fait choisir et mectre sus ès ellections de Rouen, Caudebec, Monstievillers et Lisieux, le nombre de cinq cens hommes de guerre à pié, c’est assavoir: en ladite ellection de Rouen, cent cinquante trois hommes; en ladite ellection de Monstivilliers, soixante douze hommess; et en ladite ellection de Lisieux, trois cent quarante huit hommes. Et voullu et ordonné qu’ils soient francz quictez et exemptz de la contribuction et paiement de noz tailles et aultres deniers mis sur cette présente armée sic commencée le premier jour de janvier dernier passé à ce quilz soient plus envieux et enclins à nous bien loyaument et soigneusement servir …
= cité par Charles BREARD et Philippe BARBEY, Documents relatifs à la marine normande aux XVe et XVIe siècles dans Mélanges publiés par la Société de l’Histoire de Normandie, 6e série, 1906, pp. 232-233

1492 , mars
Jean Mannoury, chevalier, seigneur du Mont-de-la-Vigne (à Monteille), capitaine du château de Bayeux, concède à Jean de Pattey, l’office de receveur des gages, pensions ordinaires et deniers de guet des ville et château de Bayeux.
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville , Y 102, carton 52 (de Mannoury)
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 44, n° 868.

1492 , 12 mai
Le pape Innocent VIII informe Jean Buresard, chanoine de Besançon, qu’il autorise le mariage de Jean de Ferrièrs, prêtre du diocèse de Lisieux, avec Aymard Joffrée, du diocèse de Vienne.
Copie du XVIIe siècle d’un vidimus du 7 juin du Parlement du Dauphiné appartenant alors à M. de Caumartin
= Bibl. mun. de Rouen. Martainville Y 102, carton 31 (de Ferrières)
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 44, n° 869

1492 – Saint-Désir-de-Lisieux
Constitution et transport de rente faits à la maladrerie de Saint Clair par Jehan Le Valloys pour les héritages tenus par Richard Le Valloys.
AD Calvados Série H supplément Hôpital de Lisieux. H Supplément 521. III, B.2.

1493 , 18 août
Bail fait par Richard de saint-Gervais et Pierre Le Maignen, prieur et sous-prieur de l’abbaye du Val-Richer, à Jean Philipes, natif de « Criseveulle » (Cresseveuille).
Acte passé devant Jean et Louis Thorel, tabellions à Cambrmer.
= Bibl. mun. de Rouen. p 165, n° 6
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle , XVI, fasc. 3-4, 1967, p. 50, n° 873

1493 – Fauguernon – Saint-Philbert-des-Champs
Copies d’aveux rendus à Christophe de Cerisay, seigneur de Villy, baron de la Haye-du-Puits, vicomte et seigneur de Fauguernon, bailli de Cotentin, par Robert Le Cordier, de la vavassorerie tenue par Simon Deschamps, sise à Saint-Philbert-des-Champs – Copie collationnée sur l’original représenté par Chaudru, receveur de la vicomtesse et chatelaine de Fauguernon ( 1688 )
= in Armand BENET , Inventaire …, 1891, H. Suppl. 58.- B.55, p. 19

1494 ( au crayon ) – Pont-L’Evêque
Compte des recettes et dépenses du Trésor de Pont-L’Evêque

Despences
… Pour une serrure a lhuys de la tour iiijs
– Pour la chayne de benestier a louvet xviijd
– A Messire Pierre Touppelin pour faire sonner lologe lxs
– Au chalonnes (?) pour avoir empli de terre le pavement de losteldieu et pour le charriage des marches iijs
– A Bosquet pour huit cens de brique assise (?) a l’église lxxvs
– Pour avoir portez la terre a aassoir lesd brique iijs
– Pour les despens dud bosquet et de jehan menard pour avoir assis le demourant de la brique vs
– Pour leurs despens ijs vjd
= A.D. 14 – G. 1164 – Dossier 3 ( parchemin très mauvais état )

1495
1496 , 28 mars – Saint-Désir de Lisieux
Es ples ordinaires de Lisieux tenus par nous Robert (?) Duval lieutenant commis de honorable homme pierre cardonnel soussénéchal du lieu le vingt huitiesme jour de mars mil iiijct iiiixx et saize apres ce qui ensuit est accotumz et informez que par venerable et discrete personne messire thomas houssaye pretre cure de la pomeraye a la requeste des tuteurs des enfants soubz. de deffunct thomas levesque en son vivant de st desir de lisieux … estre faict saisir par lui en faist. saisie p. le proffict des grdes. messes paroissiales dud. lieu de la pommeraye dictes a leglise dud. lieu par plusieurs dymenches dont le dernier fut dymenche desrain passé que le bail a ferme des héritages et maisons desd. enffans dont la declaration ensuit Une piece de terre nomme les champs conten. troys acres ou viron jouxte d’un coste les hoirs jehan vatier dun bout le chemin tendant a la maison Rene (?) Vatier Item une autre pièce de terre nommée le gardinet de l’hostel avecq. une maison dessus estant en ce compris pour de la court ainsi quelle contient en long eten lay jouxte dun coste colin levesque dautre coste nollas levesque dun bout colin levesque en ce non compris la moitie de la court duy fermier qui la tient item une aut. maison a usage de grange et une petite estable a coste dicelle et de la court a ce appartient en tant quil appartient ausdits enfans souages tel droit quils ont au pressoir et lusage de cinq tonneaux et troys queues a la charge de les entretenir et puis rendre lesd. fust a la fin dud. tempss es passeroit (?) aud. ples au plus offrant et dernier encherisseur pour six ans commenchant a pasques prochain nenant finissant a semblable jour a la charge de paier par les preneurs les rentes et faisances desdits heritages contenus de condamner et houarnet (?) les maisons du lieu les hayes de closture chefouir les pommes a presser a prendre au lieu de faire lesd. heritages pour une fois et de mectre sur les maisons dud. lieu la tuille que lesd. enffans ou tuteur leur baillerons Ce que nous ensuivt. fait fe. cesd. ples sebL; crie que dessus Et comparu Colin Levesque lequel appres plusieurs encheres par luy … mises sur lesd. heritages lesd. mist et enchery au prix et somme de cent sols ts. de fruict chacun an aud. prix dessus lesdit charges et subjections dessus dictes que iceluy Colin sera tenu fe. et paier les cent sols ts. de fruict chacun an au terme de st michel …
= AD.14. 2E 653

1497 .-
Acte concernant Haultemer du Fournet – Hautemer
= AD14 , F 6241

1498

1499 , 6 novembre – Le Pré-d’Auge
Lots et partage des héritages qui furent et appartindrent à défunt Colin BOCAGE, situés et assis en la paroisse du Pré d’Auge, iceux héritages eschus à deux filles, l’une nommée Guillemette, femme de Jehan LEFRANC, demeurant à Saint-Germain de Lisieux, et l’autre nommée Robine, femme de Jehan LE VIEIL, de Saint-Jacques de Lisieux, partables en deux lots entre icelles femmes, filles et héritières légitimes dud. défunt.
= = Arch. SHL. 9F Deville. A. – Pré-d’Auge.

1499-1502 – Daubeuf-la-Campagne
Abbaye Saint-Ouen de Rouen. Baronnie de Daubeuf: affaires diverses.- Procédure contre les habitants de Vraiville
= AD. SM. 14 H 1358

14.. ?
Aveu de la vavassorie de la Praonne à Jeanne d’Harcourt, comtesse de Tancarville, dame et baronne de Montgommery et par hommage en sa noble terre et seigneurie de Montgommery en siège de la Bovinière par Michel Chevalier, aisné à cause de sa femme…
= Arch. SHL. 9 FB – 6 – Familles. Copie Et. DEVILLE

14..
Fragment d’une enquête par témoins, de laquelle il résulte qu’un certain fief en Bauxtais relève de la baronnie de Varenguebec, et que le fief de Milleville relève de l’abbé de Grestain.
= Catalogue des Archives du Collège héraldique de France – Normandie, N°408

1500 , 21 mars – Norolles
Raillet Gardin mallade de lepre, demeurant en la paroisse d’Ouillie et malladrerie du lieu, baille à fiedffe afin d’héritage à Jehan Gosset, de lad. paroisse d’Ouillie, une pièce de terre nommée le Camp Hubert, sise à Norolles, contenant une vergée ou environ près du doait au Roi moyennat 6 sols tournois de rente au terme de Saint-Michel
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville

1500 , 30 décembre – Lisieux
Contrat de mariage entre Jacques Debray, d’une part, et damoiselle Jacqueline Le Boctey, fille de deffunct Nicolas Le Boctey, en son vivant écuyer, seigneur de Marolles . Parmi les témoins figurent : Colin Nicolle, Jehan Dubus, Vigor de Saint-Gabriel, conseiller en court laye, Messire Jehan Le Liquerre prêtre, maistre Hamon Debray, vénérable et discrète personne Messire Jehan Rocques, curé de Glos .
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Minute papier