COUPESARTE



NOTES sur COUPESARTE

Curva Sarta – S.Cireus de Corbesarte – S. Cireus de Curvaserta – Courbe Sartre – Coupe Sarte – Coupsartre. – Corba Sarta, Corbe Sarte.
Coupessard,- Couppesard, – Couppesartres, – Coupsartre. – Coupesarte.

COUPESARTE canton de Mézidon.
Courbe-Essart, 1198 ( magni roluli p.43 ).
Sanctus Cyricus de Corbesa)-le, (pouillé deLisieux, p. 48, note 5).
Curva Sarta, 1262 (ch. de l’hospice de Lisieux).
Curva Séria, 1571 (pouillé de Lisieux, p. 48, note 5).
Courbe Sartre 1579 (ibid. p. 49, n° 2).
Couppesard, Coupessard, 1585 (papier terrier de Falaise).
Coupe-Sarte, 1690;
Coupsartre, 1729 (pouillé de Lisieux, p. 49, n° 2).
Couppesertre, 1778 (dénomb. d’Alençôn).

Par. de Saint-Cyr,
patr. les Mathurins de Lisieux.
Dioc. de Lisieux,
doy. du Mesnil-Mauger.
Génér. d’Alençon,
élect. de Falaise,
sergent, de Saint-Pierre-sur-Dive..

Les fiefs de Bocqencey, de la Varende,de Catillon et de Beaumanoir avaient leur chef assis à Coupesarte.

Lieux-dits de COUPESARTE:
Barbotièrè (LA), h. – CHAMPS (Les),h. – Cour-de-l’Ile (LA), Fe, – COUR-DES-BOIS (LA), h. – Cour-des-Capelles (LA), Mon – Cour-Duret (La), Fe. – Dalinière (La), h – Froide-Rue (LA), h. – Lieu-des-Champs.(Le.), h – Manoir (Le), h. –

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Voir :
Statistique Monumentale Tome I p.340 (Amblie)
Chevillard 44.

BILLY Jacques, Haras et élevages de Normandie, Condé-sur-Noireau,¬ Corlet, 1984, 319 p., ill.
Haras du Lieu des Champs

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 1149.

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 510.

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET-ARCHEOLOGIE. Serv. dep. d’Archéologie. 1999 page 169.

PANNIER Arthème : voir Archives SHL, NE12, 1er carton.

Archives SHL : 1F324 : 27 février 1630 : Jehan Hommet de Coupesarte rend à Louis ¬du Rouil la somme de 50 livres tournois

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives:

Insinuations

Description de l’église par Pannier
Avec évocation du Manoir : Près de l’église est un beau manoir composé de deux bâtiments formant équerre. Ces bâtiments construits en bois avec briques entre les colombages, sont entourés de fossés emplis d’eau.

Deuxième description der l’église du 10 août 1853
Suit la mention suivante concernant le manoir :
Le Manoir est entouré de fossés profonds. Il est bâti en bois avec étages en encorbellement et entre colombages garnis de briques, disposées de manière à former des dessins variés. Il fait retour d’équerre et l’angle extérieur formé par la jonction des deux bâtiments, est flanqué d’une petite tourelle en bois, comme le reste, et posée en encorbellement.
Cette construction est évidemment du XVIe siècle.

Description de la cloche :
J’ay été bénie par François Lecamus, curé de ce lieu et nommée Marie par Messire Louis Antoine Leprévost, chevalier, seigneur et patron de Coupesarte de Boquensey etc. Haut Justicier d’Amblie et de Pierrefont, assisté de Noble Dame Marie de Magdeleine de la Luserne, son épouse, 1722.
Jonchon m’a faite.

1302 – Intronisation de Jourdain du Boscq, comme recteur de Coupesarte (Lechaudé n°163-58)

En 1463 Montfaut trouve à Coupesarte Guyon d’Anesy

En 1566, Nicolas de Maduel (noble homme) sieur de Chus né à Coupesarte diocèse de Lisieux. Il avait tué Pierre le Sauvage, avocat à Pont l’Evêque, qui lui avait intenté des procès où il avait été ruiné.
En 1562 il fit le siège de Rouen dans l’armée de Charles IX qui lui avait donné des lettres de grâce, mais il ne put les faire sceller. (Floquet – Privilèges de St Romain Tome II p.425)

Claude François Marguerye, marquis de Vassy, châtelain de Villiers et de Neuville sur port, épousa par contrat du 5 juin 1692 Louise Le Prévost dame de Reviers, fille aînée et héritière en partie de Louis, seigneur de Reviers, de DouMarais, Coupesarte, les Authieux et de Suzanne Castel de Saint Pierre. (Statistique Monumentale Tome III p.52)

Jacques Charles César Formage, poète et professeur au lycée de Rouen né à Coupesarte en 1749. Ses vers on été couronnés au … de Rouen ainsi que son discours sur le Réunion de la Normandie à la Couronne de France 1781 ; mort à Rouen en 18O8.

Recherche de 1666 :
Charles le Prévost, sieur de Coupesarte, ancien noble.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE LE MESNIL MAUGER.

Election de Falaise, sergenterie de St Pierre sur Dive
48 feux

Sous l’invocation de St Cyr

Patronage:
XVIe : Minister Lexoviensis
XVIIIe : Les Mathurins de Lisieux

Curé:
le Cherpin ou l’Echarpin 1760/1787

Carnets de Charles VASSEUR : – « Analyses et transcriptions … » 3e fascicule :
– page 117 – 1652 17 octobre
Ysaac de Maloysel, escuyer sieur de Bouttemont demeurant à Pontfol
Seignerie de Bosquencé à Coupesarte

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

Sanctus Ciricus ou Cyricus de Corbesarte, de Curvaserta, Courbe-Sartre, Coupe-Sartre, Coupe-Sarte, Coupsartre.

L’église de Coupesarte s’élève à 2 kilomètres environ de St-Julien, sur le bord du chemin de grande communication qui relie ce bourg à celui de Livarot.
La construction de cette église remonte au XIIIe siècle. Les murs étaient primitivement percés de fenêtres en lancette, avec large chanfrein. Presque toutes ces ouvertures ont été élargies et défigurées. Un chevet droit, percé de trois fenêtres en lancette bien conservées, termine le choeur à l’orient. Le portail a été modernisé.
L’inscription de la cloche a été lue et relevée ainsi qu’il suit par M. Pannier :

IAY ÉTÉ BENIE PAR Me FRANÇOIS LECAMVS CVRÉ DE CE LIEV ET NOMMÉE
MARIE PAR MESSIRE LOVIS ANTOINE LEPREVOST CHr SEIGr ET PATRON DE
COVPSARTE ET DE DOQVENSEY SEIGr ET PATRON HAVT IVSTICIER D’ANBLIE
ET DE PIERREPONT ASSISTÉ DE NOBLE DAME MAIRIE MAGDELAINE DE LA
LVSERNE SON EPOVSE. 1722.
IONCHON ME FECIT.

Le diamètre de celte cloche est de 77 centimètres.
Au milieu du choeur sont trois dalles sépulcrales qui recouvrent, dit-on, les dépouilles mortelles d’une même famille.
Dans le sanctuaire, à gauche de l’autel, se trouve une autre pierre tombale, également sans inscription.
Du côté de l’épître sont deux autres pierres tombales, couvertes d’inscriptions gothiques. Sur l’une de ces pierres est représenté un personnage. Elle porte la date MCCCCLIV (1454).
Au mur méridional du choeur est appendu un ancien tableau, portant la date 1621. Ce tableau, qui faisait partie d’une ancienne bannière, représente, d’un côté, la Sainte-Vierge ; de l’autre, sainte Judith et saint Cyr, second patron de la paroisse. (Le premier patron est saint Hermès.)
Sur le mur opposé on lit l’inscription obituaire suivante, dont M. Pannier a bien voulu m’envoyer la copie :

L’AN. 1651. LE. 7. IORV DE.
NOVEMBRE. IEAN. GASTEBLÉ.
A. FONDÉ. EN. CETE. EGLIZE.
6. GRANDE. MESSE. AVEC. DEVX.
OFFICE. DES. DFFVNCTS. A.
CELEBRER. LE. PREMIER. MERCREDY.
DAPRES. LA. FESTE. DE. TOVS
SATNCT. ET. LE. 13. AOVST. 1665
IOVR, DE. SON. DECEDS. AVEC. VN
LIBERA. TOVS. LES. DIMANCHE.
DE. LANNÉE. TOVT. A. LA. PLV5.
GRANDE. GLOIRE. DE. DIEV. ET.
AV. SALVT. DE. SON. AME.
AINSV. SOIT. IL.

On remarque, dans la nef, un ancien groupe en pierre (une Notre-Dame-de-Pitié) provenant du manoir de Coupesarte.
La voûte du choeur et celle de la nef sont en lambris, avec entraits et poinçons. Sur l’entrait placé dans le choeur on remarque deux écussons armoriés.
L’église est sous l’invocation de saint Cyr. Le patronage de Coupesarte appartenait aux Mathurins de Lisieux.
D’après les recherches de M. Vasseur, le patronage leur fut donné en 1207, en même temps que les deux tiers des grosses dîmes et un herbage, par Guillaume de Coupesarte. Son fils, Robert, souscrivit à la charte de donation, qui fut confirmée par les souverains pontifes et les évêques de Lisieux. (Voyez à ce sujet la notice sur la Maison-Dieu de Lisieux, par M. Vasseur, publiée dans le Bulletin monumental, t. XXX, p. 113.) Bocquencey est un fief situé sur le territoire de Coupesarte.
Il y avait encore la Varende et Castillon, donnés par Robert de Lamberville à la Maison-Dieu de Lisieux.
En 1566, nous apprend M. Ch. Vasseur, Nicolas de Maduel, sieur de Chus, né à Coupesarte, obtint le privilége de lever la fierte de saint Romain. Il avait tué Me Pierre Le Sauvage, avocat à Pont-l’Évêque, souche des seigneurs du Chesne de ce nom, qui lui avait intenté des procès ruineux ( V. Floquet, Privilège de saint Romain, t. II, p. 425). Aux XVII et XVIII, siècles, la famille Le Prevost devint propriétaire de Coupesarte, des Authieux, du Doux-Marais, etc. ; mais son principal établissement fut à St-Julien-le-Faucon.

Manoir de Coupesarte.
— Près de l’église existe un beau manoir, composé de deux bâtiments formant équerre. Ces bâtiments, construits en bois, avec briques entre les colombages, sont entourés de fossés remplis d’eau.
Coupesarte appartenait au doyenné du Mesnil-Mauger. Il était de l’élection de Falaise et de la sergenterie de St Pierre sur-Dive. On y comptait 48 feux (environ 240 habitants). Il n’y a que 105 habitants aujourd’hui.

Voir le site : Mézidon-Canon et son Canton Coupesarte, Grandchamp le château, Lécaude, Les Authieux Papion, Monteille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *