ROBEHOMME



B – ROBEHOMME – rattachée à BAVENT.

Raimberti Holmus, Raimberthome, Ribehomme,

Robehomme, canton de Troarn.
Raimberti Hulmus, 1083 (ch. de Roger de Montgommery pour Saint-Étienne de Caen, n° 3).
Ramberti Hulmus, 1149 (livre blanc de Troarn).
Robbehomme 1490 (lib. rub. Troarn. n° 169).
Reimbertihome,1190 (ibid.).
Raimberthome 1190 (charte de Saint-Etienne de Caen).
Villam et insulam quoe dicitur Reimberhome, 1210 (cartul. de Troarn. n° 305).
Reimbehurnus, 1230 – (lib. rub. Troarn. f°11).
Reubehome, 1231 (ibid. p. 11).
Raimbehome, 1297 (enquête sur les chaussées).
Ribeliomme 1371 (assiette de la vicomté de Caen).
Robeaume, 1675 (carte de Petite).
Robehomme, 1694 (carte de Nolin).

Par. de Notre-Dame,
patr. l’abbé de Troarn.
Dioc. de Bayeux,
doy. de Troarn.
Gêner, et élect. de Caen,
sergent, de Varaville.
Salines données par Roger de Montgommery
l’abb. de Troarn.

Hameaux de ROBEHOMME:
BRECQUEVILLE, [Couture-au-Chapelain (Là) Cultura Capellani, 1234 (lib. rub. Troarn.)], Froide-Rue (LA), Grand-Plain (LE), [Homme (Le) Hosmus, 1321 (llb. rub. Troarn. n° 17)], Lieu-des-Longues.-Terres (Le), – Londe (LA), h. –

Fief de Robehomme, 1 234 (lib. rub. Troarn. p. 117)1 fief de la vicomté d’Auge ressortissant à la sergenterie de Beuvron. Huitième de fief relevant de la seigneurie de Dozulé, 1620 (fiefs de la vicomté d’Auge).

POUPART (FIEF Au),sis à Robehomme, 1234 (lib. rub. Troarn. p. 133 v°).

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome I, page 444.

Pétition présentée par les maires et habitants des communes de Bavent, Robehomme et Petiville, contre le citoyen H.-F. Neuville et ses joints, Caen, an IX, In-4°, 45 p.
= B.M. Pont-Audemer

FOURNIER Dominique : Quelques traces franciques, anglo-saxonnes et scandinaves dans la toponymie augeronne. BSHL N°55, Décembre 2003.

Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux – Michel Béziers, Gaston Le Hardy.
Robehomme (Notre-Dame de). Sergenterie de Varaville, élection de Caen, 45 feux, 1 70 habitants, notariat de Varaville.
Cette paroisse contient dans son territoire environ 400 acres de terre, du nombre desquelles il n’y en a pas plus de 40 en labour ; les autres sont en herbages. Elle forme une butte ou éminence en ovale qui a trois quarts de lieue de circonférence et un quart de lieue de traverse. L’église est située à peu près au milieu de la plate-forme de cette butte; les maisons sont presque toutes placées aux deux extrémités de l’éminence tant au midi qu’au nord. La partie qui est au midi s’appelle improprement le hameau de Bricqueville ; l’autre qui est au nord, porte le nom du Homme ; il n’y a qu’une ferme détachée de la butte, on la nomme la ferme de la Londe. Cette singulière paroisse est située sur la rivière de Dive qui coule le long d’icelle au levant, en serpentant beaucoup entre les herbages de Robehomme, et ceux de Saint-Clair-en-Auge, et sépare le diocèse de Bayeux de celui de Lisieux. Au couchant, elle est située sur le bord d’un long et large marais commun entre elle et les paroisses de Bavent et de Petiville. Elle est bornée d’un bout, vers le midi, par le fossé ou fled de la Grippe qui partage les herbages et marais de Robehomme d’avec ceux de Bures, et de l’autre bout par le fled de la Londe qui partage les herbages de Petiville et de Varaville d’avec les marais et herbages de Robehomme. Pour mieux concevoir l’idée de la butte de Robehomme qu’on a érigée en paroisse, on n’a qu’à se représenter une grosse taupinière un peu en ovale au milieu d’un pré, et qui, pour les trois quarts de l’année est une île entourée d’eau d’un quart de lieue, et à perte de vue par les deux bouts, dont on ne peut sortir qu’avec de petits bateaux qu’on appelle au terme du pays : Ecaudes. L’église est si simple qu’il n’y a point de chœur : les 2 cloches sont dans des fenêtres. L’abbé de Troarn, seigneur de Robehomme présente à la cure. La grosse dîme appartient, moitié à ses religieux, moitié au curé. J’oubliais à remarquer que la butte est entourée d’un fossé plein d’eau d’environ 15 pieds de largeur. Il n’y a dans ce lieu qu’une belle maison qui s’appelle le manoir de M. l’Abbé. Il en est fait mention dans la bulle du pape de l’année 1210 pour l’abbaye de Troarn : Maneria de Raimbhomme cum tota insula. (Les manoirs de Raimbhomme avec toute l’île.)
Elle est à 3 lieues et demie du bourg de Troarn et une lieue et demie de la mer.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.