BAVENT



NOTES sur BAVENT – 14

Accrue de ROBEHOMME


A – BAVENT.

Bavent (Calvados)
Canton actuel : Cabourg Arrondissement actuel :Caen
Code INSEE : 14046
Histoire administrative : Bavent fusionne avec la commune de Robehomme par l’arrêté du 7 décembre 1974.

Chartier Guy. De l’étymologie de certains noms de communes normandes
1 – Bavent, et. de Cabourg, Calvados
– Bavent, 1059 ; Badvento, 1063 ; Batvent 1066 ou antérieurement(2).
Si ce nom se réfère à un moulin à vent cela implique l’apparition de tels moulins en Occident un siècle plus tôt qu’on ne l’admet
communément. Cela, après tout, n’est pas impossible mais nous pensons tout de même plus probable que « Bavent » désigne seulement
un « endroit battu des vents »(3).
(2) J. Adigard des GAUTRiESet F. Lechanteur, « Les noms des communes de Normandie », Annales de No rmandie, octobre 1961 à juin 1969.
(3) Lettre de Monsieur F. de Beaurepaire à l’auteur.

Les noms des communes de Normandie – IV Jean Adigard des Gautries, Fernand Lechanteur
211. — Bavent (T
roarn, C.) :
Bavent 1059 ; Bavent et [abl.] Badvento (varL

Bavent, canton de Troarn.
Badventum, 1077 (ch. de Saint-Etienne de Caen).
Badvent, Batvent, 1082 (cart. de la Trinité).
Batventum, 1134 (ch. d’Eudes, abbé de Saint-Étienne: de Caen).
Baventum, 1234 (parvus liber rubeus Troarn.).
Bavan, XVIII (Cassini).

Hameaux de BAVENT:
Arbre-Martin (L’), [Béneauville Abeneauville, 1316 (parv. lib. rub. Troarn. p. 36). Abeneauville, 1389 (preuves de la maison d’Harcourt, t. III,p. 748)], Bois-De-Bavent, Bourgneuf (Le), Bruyère (LA), Butte-du-Mesnil (LA), Champs(Les),[Chef-de-Rue, Caput Vici, 1283 (ch. de Saint-Étienne de Fontenay n° 168)], Croix (LA), Maison-de-Venoix (La) chât, Mont (LE), Moulin-des-Prés (LE), Petit-Plein (LE), Plain (Le Grand et Le Petit), Prieuré (LE), Ritachère (LA), Robehomme (chaussée De), [Roncheville, Ronceivilla XIV° siècle (livre pelut de Bayeux)], Rue (La), Saint-Laurent, Trois-Coins (Les), Val (LE), Venoix.

Rôle des Fiefs de la vicomté d’Auge 1620 – 1640:
Le fief de Bavent, assis au bailliage de Caen, possédé par le sieur Dolleanson.
N° 83. – Le fief Bavent , assis à Illeville, tenu par Bérenger, vicomte de Beaumont.

Recherches nobiliaires en Normandie.
Extrait:
12 juin 1599. — LE MAISTRE : Claude Le Maistre , fils Jean puîné, fils Robert, fils Jean, anobly par la charte des Francs-fiefs de l’an 1470 , demeurant à Bavent, sergenterie de Varaville , élec tion de Caen, a pour fils Robert ; Veu lad. charte et sa descente, «jouira (du privilége de noblesse).

Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie.
Extraits:
– Les pensionnés, les oblats, que nous désignent les documents de Troarn, étaient des célibataires, des clercs, des vieilles filles, des ménages sans enfants, etc. D’ailleurs, les laïcs faisaient concurrence aux églises et constituaient, eux aussi, des pensions viagères. Voici un exemple :
Guillaume Tierry, de la paroisse de Bavent, pour lui et establissant et faisant fort pour Guillemine, sa femme, promettant, etc., et lui faire ratiffier et obliger, lequel se donna lui et sa dite femme et tous leurs biens meubles et héritages, rentes, revenus, etc., à Philippin de Touchet, escuyer. sieur de Béneauville, par ainsy que ledit escuyer sera tenu trouver esdits mariés tous leurs nécesseres de boire, mengier, vestir, canchier, feu, lit et hostel, leur vies durantes, et en laffin de leurs jours a chacun d’eux lx. sous tournois pour les faire mettre en terre et en sépulture humaine, et en cas que ledit Tierry yroit de vie à trespas avant que sadite femme et icelle femme se voulloit departir d’aveques ledit escuyer ou de qui auroit sa cause, ladite femme le pourra faire et aura son lit, sa huche et deux pers de draps de lit et sa vesteure avecques xx s. t. pour faire a sa vollenté; par ainsy que se lesdits mariés estoient d’une novelle messe, d’unes neupces ou feste d’une femme de gésine, ledit escuyer. ou qui auroit sa cause, leur seroit tenu bailler pour chacune foiz vj. bretons pour faire leur présent. Etc (Archiv. Calvados, E. Tabellionage d’Argences. Registre de Jean Eudes,1429-1459,fol.1488. Acte du 8 décembre 1455.)

– Lettre d’Amaury, comte d’Evreux, adressée à son vicomte de Varaville et à tous ses barons et préposés de l’honneur de Bavent, par laquelle il ordonne que la terre et les hommes de Saint-Martin-de-Troarn soient affranchis et libres de tous droits dans l’honneur de Bavent. Cette charte, qui n’a qu’un pouce de large sur cinq de longueur, était revêtue de son sceau, qui est maintenant brisé..

– Quittance, datée du 30 août 1431 donnée par Yves abbé de Saint-Julien-de-Tours au révérend frère Yves Doignel, prieur de Roncheville paroisse de Bavent, pour une somme de 36 saluts. qu’il devait pour la ferme de Roncheville, que son abbaye possédait en Normandie. Cette quittance est vidimée par le notaire apostolique de Bayeux.
Richard Torcapel, prêtre donne en fieffe en 14344, a Eliot Durand la moitié d’une maison ainsi qu’une pièce de terre à Ronchevilie paroisse de Bavent, dans le fief du prieur, qui dépendaient de Saint-Julien-de-Tours le tout a charge de rente et d’hommage.

– Main-levée donnée, en 1434par Jean Rubersart, maître enquesteur des eaux et forêts, pour les
bois et marais de Bavent, appartenant à l’abbaye de Troarn. (Le sceau en cire rouge en partie brisé.)
– Diverses petites donations faites en 1444. et 144S, dont les sceaux sont brisés.
Main-levée des bois de Bavent, appartenant à l’abbaye de Troarn, donnée; eu 1446, par Richard Tursin enquesteur deseaux et forêts.

Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie.
Extraits:

– Cette même année 1682, D. Pierre de Mabrey, ancien religieux de ce monastère, résigna le prieuré de Bavent, en faveur de Frère André Olivier, et celui d’Audrieu, dépendant de l’abbaye de Vendôme, en faveur de Frère Pierre Thibaut, tous deux religieux de notre Congrégation.

– Le château de Beneauville (commune de Bavent, Calvados) (Quenedey : op. cit., p. 324.), porte l’inscription suivante : Ce bâtiment a été commencé à fonder le mercredy xvn jour d’avril 1589 par Richard Gobey, de la paroisse d’Amblye, maistre masson, conducteur de ce bâtiment, l’aiant fondé alentour dessous l’assiette des fondements jusque dessus la première bande de pierre de taille, XI à XII pieds de Roy de haulteur, dont voici ta longueur du pied marqué.
Le capitaine de Touchet a bien voulu nous mesurer avec précision le pied figuré sur le château de Beneauville : il compte exactement 0m325. Ainsi, près d’un siècle avant la soi-disant réforme de 1667, le pied de roi avait en Normandie la même longueur qu’au XVIII° siècle (20).

HAUTEVILLE (Madame d’), château de Béneauville, Bavent (Calvados) .

Il existait à Bavent deux prieurés : l’un (Roncheville), appartenant à l’abbaye de St-Julien de Tours, lequel avait été fondé par Guillaume de Saint-Brice, vers l’an 1063 (Voir la charte dans l’histoire de la maison de Touchet, par Laroque); l’autre, qu’avaient fondé Guillaume , comte d’Ëvreux Odon de Rie , et quelques autres seigneurs normands, pour l’abbaye de St-Etienne, de Caen. Ils sont indiqués l’un et l’autre sur la carte de Cassini : l’un , sous le nom de Roncheville l’autre, sous celui de Prieuré de Bâvent.
L’église de Bavent vient d’être reconstruite en grande partie ; la nef seule est ancienne, et remonte probablement au XIe siècle.
Tout près de l’église paroissiale, à l’est, se trouve le château de Bavent.Ses pavillons a toits élevés, ses lucarnes, ses cheminées et les autres caractères qu’il présente, annoncent
la première moitié du XVII° siècle.
Il a succédé à un château plus ancien, qui devait être entouré de fossés.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie

Pétition présentée par les maires et habitants des communes de Bavent, Robehomme et Petiville, contre le citoyen H.-F. Neuville et ses joints, Caen, an IX, In-4°, 45 p.
= B.M. Pont-Audemer

CAUMONT Arcisse de : Statistique départementale de Calvados, Tome I, page 445 de Réédition FLOCH.

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 359.

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE. Serv. dép. d’Archéologie. 1999 pages 32, 144, 382.

Deux prieurés: l’un, nommé le prieuré de Roncheville, dépendait de l’abbaye de Saint-Étienne de Caen; l’autre, le prieuré de Saint-Julien de Bavent, dépendait de l’abbaye de Saint-Julien de Tours.
Léproserie de l’Arbre Martin, sous l’invocation de sainte Madeleine. Leproseria de Arbore Martini, XIV s° (liv. pelut de Bayeux).

Bavant, seigneurie, 1455 (arch. nat. P. 271, n° 65); fief et seigneurie du boys et buisson de Bavent, 1482(arch. nat. P. 272, n° 37). Le fief de Bavent relevait du bailliage de Caen, 1455, et s’étendait sur Varaville, Petiville, Gonneville et Merville; de ce fief dépendaient le fief au Curé et le fief Louvet. Le fief Saint-Clément, plein fief de haubert, avait son chef assis à Bavent. Le fief de Beneauville, paroisse de Bavent, relevait de la baronnie de Beaufou, 1414 (aveu de C. de Touchet).

2 – Pièces Justificatives.
1063
Avant 1063
« Le duc bannit Adam de Saint-Brice et confisqua son petit fief de Roncheville, à Bavent, qui fut aumôné à l’abbaye de Saint-Julien-lès-Tours en 1063 ».
+ Voir L. DELISLE, Actes de Henri Ier, p. 17; cité par NAVEL, 1951-1952

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de
Lisieux

249. — Le 28 févr. 1784, .Mesr. Thomas-Louis-Anloino Desmarest, chev., seigr et patron de Montchaton, Bavent et autres lieux, consr.
du roy, sous-lieutenant général au bailliage et siège présidial de tentin, séant à Coutances, où il demeure en son hôtel, rue St-Martin,
pairr. St-Nicolas, constitue 130 livres de rente en faveur de M. Pierre Lefèvre, acolyte de N.-D.-du-Hamel, Me ès-arts en l’Université de
Paris, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur la terre et seigneurie de Montchaton, prés Coutances, et garantie par Mes. Léonor-Honoré-François Démons, chev., seigr. de Carantilly, Camprond et autres lieux, demeurant on son hôtel, cloitre
N.-D. parr. St-Nicolas de Coutances; .Mes. Jean-Charles Demons, et Mesr. Pierre Robichon de la Guérinière, Esc., demeurant aussi en leur
hôtel, gande Rue et parr. St-Nicolas. Fait et passé à Coutances.

375.— Le 12 sept. 1715, vu l’attestation du Sr. Boarse (?), curé de Triqueville, dispense de bans pour le mariage entre Jacques de Mecllet (?), Esc, Sr.de la Ruette, fils de feu Jacques, Esc., et de noble
dame Marie Coeurdoux, de Lad. parr.de Crcqueville, d’une part, et damll Jeanne Delafosse, fille d’Ursin Delafosse, bourgeois de Caen, et de Marie-Anne de Marbrey, demeurant à Bavent, diocèse de Baveux.

467. — Le 3 mars 1716, dispense de bans pour le mariage entre Mre. Guillaume-Anne de Clerel, chev, seig. de la Roulière, fils de Mre. François de Clerel, Esc, seig, de Rampan, et de noble dame Marie du Roml(?), de la par, de Vieux-Pont, d’une part, et noble dame Marie-Anne-Thérèse Cauvin, vve de Robert-Louis Mallet, Sr des Douaires, fille de Cauvin des Longchamps et de damll. Marie de Chantelou, de la parr, de Bavent, diocèse de Bayeux.

.3 – Archives ShL:
1F403 : 7 janvier 1701 : Jacques Bavent de Biéville a transigé avec de Me Duclos Baril pour les arrérages dus pour une terre dite « La court Bavent ».

Par. de Saint-Hilaire,
patr. le seigneur et le prieur de Bavent.
Dioc. de Bayeux,
doy. de Troarn.
Génér. de Caen,
sergent, de Varaville.

Voir les sites :
Monographie communale BAVENT – Archives du Calvados.

-j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *