MESNIL SIMON Le



NOTES  sur MESNIL-SIMON – 14425

En ce qui concerne la commune de  Mesnil-Simon, Michel COTTIN nous a laissé deux fichiers sous SPRINT,.MESNILSI.SPR et MESNSIVA.SPR.

1 – BIBLIOGRAPHIE
2 – NOTES sur LA VARENDE
3 – Ancien fichier MESNILSI.SPR. (Michel COTTIN).(note extraite de )
4 – PIECES JUSTIFICATIVES
5 – Notes : recherche de Monfaut, Maladrerie, Famille LAMBERT.
6 – Autres documents ou références. (dont « doyenné de Mesnil-Mauger »)

1 – BIBLIOGRAPHIE

Ms. 13905 f 115, 116, 117
Au crayon : B 174; 188; 189; 190 v°; 44; 117 hi; 77 ho : Calendre tenu dans l’église du Mesnil-Simon; 286 (?); 91 ha.

Arcisse de CAUMONT, Statistique monumentale du Calvados – Arrondissement de Lisieux, t. V, Caen, 1867, pp. 396-397
Arcisse de CAUMONT, Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome III page 392
« Le Mesnil-Simon en 1790 », P.A., 2, 12-1952

BSHL, 5, p. 57

Extraits de la SHL, 131
Georges BESNIER, Répertoire sommaire des documents antérieurs à 1800 con­servés dans les archives communale, département du Calvados, Caen, Delesques, 1912,In8°, XCIX-657 p.

Jean-Michel BOUVRIS, « Une famille de barons de la Normandie moyenne au XIe siècle, les seigneurs d’Aunou (le-Faucon) près d’Argentan », Annales de Norm., mai 1986, pp. 349-351 (résumé de communication)

Arcisse de CAUMONT, Statistique monumentale du Calvados – Arrondissement de Lisieux, t. V, Caen, 1867, pp. 396-397
Arcisse de CAUMONT, Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome III page 392

Philippe DETERVILLE, Le Mesnil-Simon, Le Manoir des Boves ou de Mesnil-Violaine in Le charme discret des manoirs du Pays d’Auge, Condé-­sur-

Noireau, Corlet, 1985, 250 x 330, 317 p. p. 200-206; brique et pierre  XVIIe siècle, lucarne à fronton triangulaire, chronogramme cadran solaire 1635, chronogramme four à pain 1786

Editions Flohic: le patrimoine des communes du Pays d’Auge page 1054.

HIPPEAU, Dictionnaire topographique du département du Calvados, Paris, Imp. Nationale, 1883, p. 190:
« Mesnil Simoni, 1148 (charte de Sainte Barbe, p. 7) – Mesnillum Symonis, XIVe (pouillé de Lisieux, p. 40)
Par. de Notre-Dame; patr. l’abbé du Bec. Chapelle de saint Jean et de saint Marc. Dioc. de Lisieux, doyenné du Mesnil-Mauger. Gén. de Rouen, élect. de Pont-L’Evêque, serg. de Saint-Julien le Faucoin.
Fief de la Maison des Douaires . »

Pierre LE FERON de LONGCAMP, « Une énigme éclaircie », in Bulletin des Amis de La Varende, n° 18, Juin 1981, pp. 71-73 – photocopie

Yves NEDELEC, Généalogie très provisoire de la famille Collet des Boves (Le Mesnil-Simon et Grainville-la-Campagne ), s.l.s.d. (multig., Arch. de la Manche, 1983), 210×297, 1 p. + 2; 3 tableaux généalogiques. (Archives SHL NE26)
Chanoine André POREE, Histoire de l’abbaye du Bec, Evreux, Hérissey, 1901, 2 vol.. In-8°, 664-676 p.; rééd. Bruxelle, Culture et Civilisation,1980 rééd.
PANNIER Arthème:  voir Archives SHL, NE12, 2e carton.
PAUMIER S. et H.: Le moulin de Rocques à Mesnil-Simon,,  BULLETIN DU FOYER RURAL DU BILLOT, N° 15 page 63.

Charles VASSEUR, Notes (au crayon: B 174; 188;189; 190 v°; 44; 117 hi; 77 ho : Calendre tenu dans l’église du Mesnil-Simon; 286 (?); 91 ha.
= Arch. SHL – Dossier Ch. VASSEUR, Doyenné du Mesnil-Mauger

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – NOTES sur LA VARENDE.  Ancien fichier  MESNSIVA.SPR.

MALADRERIE

Le Manoir de la Varenne [1], de La Varende[2] ou de la Varanne [3], est situé sur le territoire de la commune du Mesnil-Simon, en bordure d’un ruisseau dont il a tiré son nom. Cet hydronyme constitué sur le radical italo-celtique var a été identifié par M. BERTHOUD puis étudié par Albert DAUZAT [4] et selon cet auteur signifierait produit de l’eau, délaissé par l’eau.
Les fiefs du Mesnil-Simon
Sur cette paroisse existaient un certain nombre de fiefs ou de grandes propriétés, dont subsistent, outre celle-ci, les intéressantes constructions des Douaires, des Boves et le manoir situé à quelque distance de l’église [5]
Ceci peut s’expliquer par l’étude des mouvances féodales décelables dans les paroisses du Mesnil-Simon et avoisinantes où plusieurs grands seigneurs sont possessionnés: en premier lieu, le duc de Normandie, les Montfort, représentés par l’abbaye du Bec-Hellouin, mais aussi vraisemblablement les Stigand dont le prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge dut recueillir quelques propriétés.
La baronnie de Saint Julien-le-Faucon
Par le contrat de vente de 1755 [6], nous savons que le fief de la Varende relevait de la seigneurie de Saint-Julien-le-Faucon [7]. Le premier possesseur connu Foulque d’Aunou (est-ce de lui que la paroisse tiendrait son nom ?) puis, par succession, cette terre passa aux du Merle. dont l’un, Foulque, donna son nom, selon la tradition, au bourg de Saint-Julien-sur-Vie.
Après eux, la baronnie passa aux d’Hallenvillers, aux d’Anisy, aux Baratte, et enfin aux Le Prévost dans la famille desquels elle resta jusqu’à la Révolution [8]

L’abbaye du Bec-Hellouin

D’autre part, le patronage du Mesnil-Simon, de temps immémorial, appartenait à l’abbaye du Bec-Hellouin. La donation par Robert de Montfort de toutes ses églises d’Auge à cette abbaye[9] , est sans doute à l’origine de la présence de cet établissement dans notre région[10]. Aux XIIe et XIIIe siècles, les moines continuaient d’ailleurs à agrandir leur domaine, au dépens soit de particuliers[11] ou d’un établissement religieux.
Les biens de Sainte-Barbe-en-Auge
En troisième lieu, le prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge fondé par Odon Stigand qui démembra une notable partie de son domaine, y est également possessionné. Si la charte de fondation du prieuré [12] est muette sur des donations dans la paroisse qui nous intéresse [13], une transaction passée au XIIe siècle avec l’abbaye du Bec au sujet des dîmes du fief de Turouff de Magny [14] suffirait pour témoigner de leur présence, d’autant qu’une charte de 1148 [15] la confirme. Au demeurant, cette paroisse se trouve située pratiquement au cœur du domaine concédé par Odon STIGAND à Sainte-Barbe qui comprend entre autres : Saint-Pierre-ds-Ifs, La Motte, La Boissière, Lécaude, Les Monceaux, etc. [16]

Le plein fief de la Varenne
C’est d’ailleurs dans la charte de confirmation des donations d’Odon Stigand par Henri Ier roi d’Angleterre que paraît pour la première fois le nom de la Varenne avec le signum de Guillaume de La Varenne.
Ce nom, sous cette forme ou celle de Guarenne, revient fort souvent, entre 1066 et 1141, dans l’Histoire ecclésiastique d’Orderic Vital [17]. Le berceau de la famille des deux premiers personnages de ce nom, paraît être Bellencombre [18], près de Saint-Saëns [19]  mais les liens de Guillaumme III avec Galeran de Meulan, successeur d’Odon Stigand à Mézidon – Orderic Vital en fait le frère de Galeran de Meulan [20] fils de Robert de Meulan, lui-même fils de Robert de Beaumont [21] – nous rapprochent du Pays d’Auge où nous trouvons une famille de ce nom au XIVe siècle en la personne de Thibaut de La Varende, mentionné en 1393. Pour sa part, une Jeanne de La Varende est citée entre 1400 et 1490 [22]
Il faut bien entendu être fort prudent dans ce genre d’attributions, puisque, nous le savons par la présence du gisant qui se trouve dans l’église des Authieux-Papion – bien identifié par la longue inscription qui orne son enfeu.: « Cy devant repose le corps de noble homme Jean de la Varende escuier en son vivant seigneur dudit lieu de la Varende de Sassie et Bonneauville, patron de cette église lequel a eu la conduyte et faictz de guerre dont a eu charge continuelle en son vivant soubz nostre sire le Roy Charle septième lequel trespassa lan mil iiij lxiiij le xe jour de juillet. Priez Dieu pour luy pater nr. ave maria »- une famille de ce nom vivait dans cette paroisse [23]
Ce personnage, dont la fonction militaire ne fait pas de doute, peut vraisemblablement être confondu avec ce Jean de La Varende dont les biens, confisqués par l’occupant anglais furent donnés à Pierre Surreau, Receveur général de Normandie qui, entre 1423 et 1434 se fit confirmer par lettres royaulx à de multiples occasions, son envoi en possession [24]. Cette précaution n’était pas inutile, car il semblerait que les femmes des possesseurs spoliés aient tenté de récupérer les biens de leurs époux tandis que des groupes de brigands cachés dans les bois environnants mettaient en péril la vie et les biens des nouveaux propriétaires, qu’ils soient anglais ou ralliés[25]
En ce qui concerne ce fief de La Varende au Mesnil-Simon, il faut attendre le XVe siècle pour pouvoir établir avec certitude les premières filiations. et, à partir des documents qu’il avait pu étudier, M. FERON de LONGCAMP avait dressé la liste suivante des possesseurs du domaine :

– 1491 : Jean de Coursery
– 1534-1530 : Jean de la Fresnay époux de N. de Coursery
– 1531-1577 : Jean de Soubzmont à cause de sa femme
– 1577-1585 : Jean de La Luthumière à cause de Jeanne de Soubzmont, sa femme
– 1611 : Jean Lambert, Vicomte d’Auge et Robert Lambert, seigneur de Formentin, en vertu d’échange.
– 1658 : Charles Lambert
– 1684 : Robert Lambert.
– 1734 : Adrien Lambert.
– 1755 Gabriel-Auguste de Lyée de Belleau et M.-Ch. Labbey de la Roque,
– 1775-1806 : Jean-Baptiste-Louis-Auguste de Lyée de Belleau
– 1806 : Challemel de La Rivière
– 1859 : Marie-Théodore Lasne des Hayes, à cause de sa femme
– 1890-1906 : Joseph Lasne des Hayes
– 1906 : Georges Lasne des Hayes
– 1931 : Pierre de Longcamp, héritier de Georges Lasne des Hayes, son oncle

Cette liste ne nous paraît pas devoir être remise en question. Tout au plus, en l’absence de la connaissance des sources de M. FERON de LONGCHAMP, doit-on reconstituer, et peut-être compléter, les notices concernant les différents possesseurs.
Voyons donc cette liste dans le détail.

Famille de LA VARENDE

Un aveu rendu à l’évêque de Lisieux, en 1452, par Jean de Heudreville [26] précise qu’il tenait un fief situé à Mesnil-Eudes qui avait appartenu à Jehan Osmond et à la veuve de Thibault de La Varende [27]. C’est la seule mention que nous connaissions de ce personnage, mais nous pouvons penser qu’il s’agit peut-être de la famille qui nous intéresse.
Nous ne pouvons par contre établir aucun lien entre ce Thibault et Jeanne de La Varende mentionnée comme femme de Jean de Coursery: est-elle sa fille ou une parente, nous ne pouvons le dire mais en raison des relations ayant existé ultérieurement entre les Courséry et Mesnil-Simon, nous nous trouvons probablement ici devant le premier jalon  en rapport avec notre manoir.

Famille de Courséry

La famille de Courséry est la première dont nous sachions avec certitude qu’elle posséda ce manoir, mais les grands ouvrages de recherches généalogiques[28]  sont muets à son sujet. Il ne fait de doute cependant qu’il s’agisse d’une famille bien implantée dans notre région. Ainsi, Montfaut, en 1463 lors de sa Recherche des nobles, Montfaut releva dans la paroisse du Chesneun, un Michaut de Coursery, qui fut d’ailleurs renvoyé [29]
La première date rapportée par M. FERRON de LONGCAMP concerne Jean de Courséry signalé en 1491. Dans sa notice généalogique sur la famille Lambert, Henri de Frondeville[30] mentionne l’union de Pierre LAMBERT, fils de Guillaume, avocat au bailliage d’Orbec en 1503, élu de Lisieux, « ménager »de cette ville en 1516, 1517 et 1521 et receveur des deniers communs, assesseur des tailles en 1522, échevin de 1504 à 1530, avec Jeanne de Courséry, dont il eut trois fils. Là aussi, nous ignorons les liens entre ce Jean et cette Jeanne, mais c’est aussi la première fois que le nom des Lambert se trouve associé au Mesnil-Simon.
Le jalon suivant – 1534-1530 – est représenté par Jean de la Fresnay époux de N. de Coursery.

1531-1577 : Jean de Soubzmont à cause de sa femme
La famille de Soubmont nous est connue dans la région de Saint-Pierre-sur-Dives où elle possédait l’important fief de Mittois – il est taxé pour 800 livres – et semble-t-il une partie de l’honneur d’Ecajeul, un 1/4 de fief à Callevile.
Pour sa part, le fief du Mesnil-Simon est estimé à 100 livres. [31]

Vicomté de Fallaize

57.- Jean de Soubmons, sieur de Mittoys, est tenant du dict fief et du fief appelé le Pontollain vallant huict cens livres tournois de rente, pour ce                                                           VIIIc l.t.
Item, d’un autre fief nommé l’Honneur d’Escageul, assis en ladicte paroisse, valant quarante cinq livre tournois de rente              XLV l.t.
Item, du fief du Mesnil-Symon, en la vicomté d’Auge, vallant            C l.t.
Item, d’un quart de fief appelé le fief de Saheurs, assis à Calleville, comté d’Harcourt, valant trente livres tournois de rente, pour ce                         XXX l.t.
Item, du fief de la Boullengière, paroisse de Couvrigny, bailliage d’Allençon, valant vingt livres tournois de rente                                                  XX l.t.
Item, est tenant du fief de Cricqueville, assis en la paroisse du (sic) Thaon, vicomté de Caen, vallant                           VII l.t.

Les dictz fiefs vallant ensemble mille deux livres.
Le dict de soubmons a été excusé par pierre Rozé, lequel a dict qu’il estoit mallade en ceste dicte ville où il estoit venu pour faire sa monstre et à luy commandé faire scavoir au dict de Soubmons de soy tenir pest pour faire le service en personne.

1577-1585 : Jean de La Luthumière à cause de Jeanne de Soubzmont, sa femme
1611 : Jean Lambert, Vicomte d’Auge
et Robert Lambert, seigneur de Formentin,
Féron, qui dut posséder un document inconnu nous indique qu’il vint aux mains de Jean et de Robert Lambert en vertu d’échange.
En fait, depuis fort longtemps, la famille de Lambert a des liens avec le Mesnil-Simon.

1658 : Charles Lambert
1684 : Robert Lambert.
1734 : Adrien Lambert.
Sur cet Adrien LAMBERT, voir Henri de FRONDEVILLE, Les Conseillers du Parlement de Normandie de 1641 à 1715 . Recueil généalogique établi sur la base du Manuscrit Bigot de la Bibliothèque de Rouen, Rouen, Lestringant, 1970, p. 586 :
« Adrien LAMBERT, sr. de Formentin Lai (1708-1737)
Reçu le 2 août 1708 à la charge vacante par la mort de Hérout tombée aux parties casuelles.
Coûte toute expédiée la somme de 25.000 livres.

BIGOT, XIII, fin
« M. Rouault de la Vigne nous a signalé en 1928, dans le Journal de Rouen, Annonces, Affiches et Avis divers de la Haute et Basse Normandie du 30 janvier 1778, page 18, 5e feuille hebdomadaire une Elégie composée en l’honneur du vieux conseiller qui venait de s’éteindre: « C’est de notre part un faible tribut de reconnaissance pour l’estime dont il nous honorait. »
« Nous avons aussi une note de la main de FLOQUET, écrite d’après une noter autographe de M. P.-E.-M. LABBEY de la ROQUE:
« Adrien LAMBERT, Seigneur de Formentin mourut en 1777, après avoir joui de la terre de Formentin plus de soixante-dix ans . Ce dernier seigneur de Formentin était un homme de beaucoup d’esprit, très éclairé, très juste, très généreux, incapable de grever ses vassaux … aimant mieux sacrifier quelque chose de ce qui lui appartenait que de grever ceux–ci.
« Le mercredi 12 novembre 1777, le Parlement fit sa rentrée suivant l’usage. M. de Grécourt a prononcé un discours touchant et pathétique pour faire l’éloge de M. de Rouville et de Formentin. Celui-ci a rempli les devoirs de Conseiller pendant soixante-dix ans. Son zèle pour l’observation des lois, son amour pour la vraie piété, et son aménité toujours ingénieuse et enjouée dans la société ont fait les délices de tous »
(De la main de FLOQUET, également, copie d’un article du Journal de Rouen,  loc. cit.)

1755 Gabriel-Auguste de Lyée de Belleau
1755 Gabriel-Auguste de Lyée de Belleau et Marie Charlotte Labbey de la Roque, fille et héritière en partie de Catherine Lambert de La Janville, femme de Pierre-Elie Labbey de la Roque
1775-1806 : Jean-Baptiste-Louis-Auguste de Lyée de Belleau
1806 : Challemel de La Rivière
1859 : Marie-Théodore Lasne des Hayes, à cause de sa femme
1890-1906 : Joseph Lasne des Hayes
1906 : Georges Lasne des Hayes
1931 : Pierre de Longcamp, héritier de Georges Lasne des Hayes, son oncle

DESCRIPTION

La maison manable
Manoir de pierre du même type que le soubassement du manoir de Malicorne
Partie de bois de l’école lexovienne à guettes entrecroisées fin XVe – début XVIe
= Logis XVIIIe siècle avec panneaux d’allège à Y entrecroisés
= Une grande campagne de transformation a considérablement modifié l’allure générale de cette partie du manoir

Bâtiments d’exploitation, colombier
Grâce au contrat de vente du 1756, nous avons quelques renseignements sur le colombier. celui-ci porte tous les caractères de l’extrême fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle : tablette de couronnement portant sur des consoles, lucarnes à fronton triangulaire, typologie de la sculpture. Nous savons aussi par le contrat précité, qu’il possédait originairement un lanterneau dont le manque d’entretien entraînant la chute avait provoqué de grands désordres dans la toiture même. Il fut donc convenu que le nouveau propriétaire aurait la faculté, s’il le désirait, de ne pas le rétablir.  Il laissa donc les choses en l’état, aveuglé, selon la terminologie ancienne Voir notre article sur la question, condamnant de ce fait son utilisation comme colombier. Débarrassé de ses boulins il fut transformé, vraisemblablement, en grenier [32]

Essais de datation
Au vu des différents éléments rassemblés pour tenter de reconstituer l’histoire de ce site, on constate qu’à certaines périodes, il ne fut nullement le lieu d’habitat de ses propriétaires: c’est le cas au XVIIIe siècle pour les Lambert qui, occupant d’importantes charges de judicature à Rouen, y demeuraient, passant la belle saison dans leur château de Formentin ou des Lyée de Belleau qui habitaient leur château de Notre-Dame de Courson.
Ceci explique les hiatus constatés dans l’ensemble de ces constructions.
La partie centrale est peut-être due à ce Jean de La Fresnay qui avait épousé une demoiselle de Coursery. Pour autant que la date de 1504 soit certaine, rien ne s’oppose à une telle datation.

3 – Ancien fichier MESNILSI.SPR. (Michel COTTIN).(note extraite de )

Il existe sur le territoire de la paroisse du Mesnil-Simon, un lieu-dit la Cour Saint-Nicolas sur lequel se trouvait un manoir qui fut détruit lors des combats de la Libération en 1944. S’agissait-il d’un fief noble ? nous ne saurions provisoirement le dire. Les seuls personnages que nous ayons trouvé portant ce titre sont un membre de la famille de Brossard [33], un de la famille Le François [34]  mais l’un et l’autre n’ont aucun rapport avec la paroisse du Mesnil-Simon.

4 -PIECES JUSTIFICATIVES

1128 -Sainte-Barbe-en-Auge
Charte par laquelle Rabel, fils de Guillaume, chambellan Tancarville, qui avait épousé Agnès, héritière des biens du fondateur de ce prieuré, confirme cette fondation et donne à Sainte-Barbe toute la terre qu’il possédait au-dessus de la Dive. Cette donation est précédée de la charte de fondation, portant qu’elle est souscrite par les barons, ainsi que par Guillaume, duc de Normandie; Jean, archevêque de Rouen; Hugues, évêque de Lisieux; Michel, évêque d’Avranches; Durand, abbé de Troarn; Ainard, abbé de Sainte-Marie-de-Dives; Nicolas, abbé de Saint-Ouen; Roger de Montgommery; Roger de Beaumont et Guillaume Fitz Osbern de Breteuil. Cette charte paraît avoir été revêtue de deux sceaux, mais, ils ne subsistent plus. Elle porte une croix recroisettée pour signe de l’attestation d’Henri, roi d’Angleterre; une croix simple indique la signature de la reine, du comte de Glocester, de Guillaume de Varenne, de Robert, comte de Leicester, de Jean, évêque de Lisieux, de Toustain, archevêque d’York, ainsi que de celle de Guillaume Le Chambellan, et celle de Rabel, son fils.
= LECHAUDE-D’ANISY, A. « Les anciennes abbayes de Normandie « , MSAN, t. VII, pp. 92-93

XIIe siècle – Mesnil-Simon
Accord fait entre les chanoines de Sainte-Barbe et les moines du Bec au sujet des dîmes du fief de Turouff de Magny, dans la paroisse du Mesnil-Simon réglant que les moines recevront les dîmes à charge de donner aux chanoines un septier de blé et deux d’avoine.
= Arch. SHL – Charles VASSEUR, Notes et documents – Portefeuille « Doyenné du Mesnil-Mauger )

1134
« L »abbaye (du Bec-Hellouin) possédait de nombreux biens dans le diocèse de Lisieux, provenant en grande partie des dons de la famille Crespin. L’évêque Jean, dans une mettre donnée en 1134, du consentement de ses archidiacres et de son chapitre, les confirma solennellement. On remarque les églises suivantes: Saint-Philbert près Montfort, Saint-Etienne-l’Allier, Saint-Ouen-du-Bosc-Turstin [35], la chapelle Saint-Pierre [36], Saint-Georges-du-Vièvre, Beuvron, Blangy, Clermont-en-Auge, Livarot, Le Mesnil-Simon, Cernay, Drucourt, Bournainville, Folleville, Theuil-Nolent, Duranville, avec toutes les dîmes qui leur appartiennent, l’église du Bosc-Regnoult avec deux traits de dîme; la moitié de l’église du Feugueret, de Feuguereto [37], l’église de Cheffreville, avec la moitié
de la dîme. Toutes ces églises étaient à la présentation de l’abbé et des religieux; la dîme du tonlieu d’Orbec [38], de Livarot, de Beuvron, de Blangy, du pont de l’évêque d’Avranches, de ponte Episcopus Abricensis, etc. L’évêque de Lisieux accorda en outre aux religieux le libre passage à Lisieux et sur la Touque de toutes les marchandises destinées tant à la nourriture qu’aux vêtement, quae ad victulm et vestitum pertinent . En reconnaissance de cette concession, Boson et sa communauté, s’engagèrent, à la mort des évêques de Lisieux, à faire le service funèbre comme à la mort d’un religieux; pour chacun des chanoines, un obit, et pour tous en général, un office complet, le deux janvier de chaque année. Les noms des évêques seront inscrits parmi les noms des frères afin que leur service soit fait à perpétuité [39].
Voluntate et assensu fratrum nostrorum archidiaconorum et canonicorum, placuit praesenti pagina notificare ecclesiae catholicae fidelibus cinctis praesentibus et futuris, quod ego Joannes, dei gratia Lexoviensis episcopus, rogatus a reverendo patre Beccensis coenobii Bosone et fratribus ejusdem loce, concedo quidquid Beccense coenobium habet in eleemosyna in episcopatu Lexoviensi, in ecclesiis et decimis et aliis rebus videlicet, …
= B.N. lat. 12884, f° 188. Selon D. Jouvelin, cette charte serait de 1136 (lat. 13905, f° 18, v°)
EDIT.: partielle: POREE André, Histoire de l’abbaye du Bec-Hellouin, I, p. 353.
+ id°, pp. 352-354.

1260, 1er décembre – Mesnil-Simon
Guillaume dict Quesnel, de la paroisse du Mesnil-Simon vend aux religieux, abbé et couvent de Sainte-Marie du Bec-Hellouin, neuf sous et IIIIxx deniers (?) ts. sur le ténement qu’il a et tient par 8 deniers de rente annuelle avec les services dus en cette paroisse sur une masagio terra arabili et gardino contigu de cette masure contenant deux acres de terre bornée d’un côté le chemin et d’autre le doito qui dirinatur a molinendo eorum deum sitii ex utroque latera inter terras feodi domini de hotot pro quator libris turonensium
= Arch. SHL – Charles VASSEUR, Notes et documents – Portefeuille « Doyenné du Mesnil-Mauger « Extrait d’un feuillet 26e d’un cartulaire du Bec retrouvé par M. Z. Métayer servant de reliure à un livre en décembre 1859 – Lu par M. R. BORDEAUX  »

1260, 1er décembre – Mesnil-Simon
Richard, dit Le Carre de la paroisse du Mesnil-Simon vend concède à l’abbé, religieux et couvent du Bec-Hellouin la maison et jardin contigu contenant une vergée entre le chemin et le douet du Moulin. Pour cette vente il reçoit six livres tournois.
= Arch. SHL – Charles VASSEUR, Notes et documents – Portefeuille « Doyenné du Mesnil-Mauger « Extrait d’un feuillet 26e d’un cartulaire du Bec retrouvé par M. Z. Métayer servant de reliure à un livre en décembre 1859 – Lu par M. R. BORDEAUX  »

1423, juin –
« Item, une lettre royaulx, en double queue et cire jaune, données à Paris, le xxije jour de juing, l’an mil ccccxxiij, contenant que le Roy, nostre sire, avoit donné aud. feu Surreau, les terres desd. Jehan de la Varende, Colin le Viconte et Bouteiller, à la valeur de iijc l.t.
= J. FELIX, Inventaire de Pierre Sureau, p. 142.

1423, juin –
« Item, un vidimus, fait soubz le seel de la prévosté de Paris, l’an mil ccccxxiij, d’une lettres royaulx, donnée le xxxe jour de juing, l’an mil ccccxxiij, par lesquelles apparoit que le Roy, nostre sire, avoit donné aud. feu Surreau, les héritaiges desdits la Varende, le Viconte et Le Bouteiller, jusques à la valeur de iijc l.t. avec l’expédition de messieurs des comptes et finances, donnée le xxvije jour de juin et un mandement donné de Jehan Salvain, bailli de Rouen, le xe jour d’aoust ».
= J. FELIX, Inventaire de Pierre Sureau, p. 142.

1424, 10 juillet – Les Authieux-Papion
Item, unes lettres certificatoires de messieurs des comptes du Roy, nostre sire, lors à Caen, données le xe jour de juillet mil cccxxxiiij, par lesquelles appert que iceulx srs certiffient que ilz ont fait chercher et quérir ès registres des chartes de restitucions et dons faiz par feu le, nostre sire et cellui qui à présent est, savoir se il y avoit aucunes restitucions faiz des héritaiges Roy qui furent à feue damoiselle Agnès de la Varende, Agnès de la Planque et à Marguerite de la Planque dont aucune chose n’avoit este trouvé.
= FELIX J., Inventaire de Pierre Sureau, p. 144.

1424, 28 may – Ouilly-le-Vicomte, Authieux-Papion
Item ung vidimus, fait sous le seel de la viconté de Rouen, l’an mil ccccxxiiije jour de may, faisans mencion que le Roy, nostre d. sire avoit donné temps aud. deffunt Pierre Surreau de bailler son dénombrement et faire son aveu des héritages qui furent aud. de la Varende, le Vicomte et Bouteiller, avec l’expedicion des seigneurs des comptes attachée à icelles.
= FELIX J., Inventaire de Pierre Sureau, p. 145.

1430, 28 décembre –
« Item, un vidimus, fait soubz le seel de la viconté de Rouen, le xxviije jour de décembre ccccxxx, d’une lettres royaulx, faisans mencion que le Roy, nostre sire, avoit donné aud. feu Surreau, les héritaiges qui furent Jehan de la Varende, Colin le Vicomte et Jehan Le Bouteiller, en la valeur de vijc l.t. avec une attache à icellui, donné à messieurs des comptes et finances, l’an mil CCCCXXX, le xxije jour de février ».
= J. FELIX, Inventaire de Pierre Sureau, p. 142.

1433, 23 septembre –
« Item, un vidimus d’unes lettres royaulx, soubz le seel de la viconté de l’eau de Rouen, le xxiije jour de sept. mil ccccxxxiij, icelles lettrers royaulx données le xxiiije jour d’octobre ccccxxij, par lesquelles le roi avoit donné aud. Surreau temps et terme de faire sa prisée des terres d’Ouillie le Viconte, la Varende, la Bouteillerie, Sassie, Olendon, Beneauville, Bartoncelles, Montysembert  [40] et Chereperigne jusques à ung an ensuivant avec une expédicion des srs des comptes et trésoriers.
= FELIX J., Inventaire de Pierre Sureau, p. 142.

1458, 28 décembre – Mesnil-Simon
Bail à fieffe d’une pièce de terre sise en la paroisse du Mesnil-Simon, nommée loes Grands-Clos, consentie par l’abbaye du Bes-Hellouin à Jean Campion, de lad. paroisse de Mesnil-Simon, moyennant une redevance de 40 sols. rournois.
= Arch. SHL. 9F Deville. Dossier Le Bec-Hellouin – Analyse Et. Deville.

1452, 24 octobre – Lisieux
« Cy ensuivent les fieux, baronnies, haultes justices que l’évêque de Lisieux tient du Roi notre sire et les arrières fieux qui dudit évêque sont tenus (Cart. lexov., f° 12, verso ) :
« Ledit Jehan de Heudreville tient en ladite paroisse de Mesnil-Eudes ung autre tiers de fieu de chevallier que soulloient tenir Jehan Osmont et la déguerpie Thibault de La Varende « .
= Publié par H. de FORMEVILLE, Histoire de l’Evêché-Comté de Lisieux, t. I, pp. 453-458

1456, 28 décembre – Mesnil-Simon
Contrat de fieffe consenti par l’abbé et les religieuses (?) du Bec-Hellouin à un sieur Campion, du Mesnil-Simon
= BSHL, 5, p. 57 « Document communiqué par M. Ch. BESNOU »

1458, 28 décembre – Mesnil-Simon
Bail à fieffe d’une pièce de terre sise en la paroisse du Mesnil-Simon, nommée les Grands-Clos, consentie par l’abbaye du Bec-Hellouin à Jean Campion, de lad. paroisse de Mesnil-Simon, moyennant une redevance de 40 sols. tournois.
= Arch. SHL 9 FA. Fonds Et. Deville. Dossier Le Bec-Hellouin – Analyse Et. Deville.

1463, 10 juillet – Les Authieux-Papion
Inscription lapidaire sur l’enfeu de Jean de La Varende – Eglise
« Cy devant repose le corps de noble homme Jean de la Varende escuier en son vivant seigneur dudit lieu de la Varende de Sassie et Bonneauville, patron de cette église lequel a eu la conduiyte et faictz de guerre dont a eu charge continuelle en son vivant soubz nostre sire le Roy Charle septième lequel trespassa lan mil iiij lxiiij le xe jour de juillet. Priez Dieu pour luy pater nr. ave maria
= Arcisse de CAUMONT, Statistique monumentale, t. V, p. 503

1517 – Mesnil-Simon
Dans un acte de 1552, on trouve que Jacques Fleury était administrateur de la Malladrerie de Saint-Jean en 1517.
= Tab. de Lisieux. Etude Delarue. Analyse Et. Deville.

1544, lundi 29 décembre – Mesnil-Simon
Inventaire des biens meubles appartenant à Geoffroy Collet, escuier, demeurant en la paroisse de Mesnil-Simon, estant en sa garde et saisine sur ses héritages et maisons scituez aud. lieu, et vente de ces biens à noble homme François de Defedebry, seigneur du Buchet, demeurant en la paroisse du Chesne.
= Arch. SHL. 9 FA. Fonds Et. Deville. Minute papier, 2 ff. – Analyse Et. Deville.

1548 – Mesnil-Simon
Noble homme Jehan de la Chaulle, sieur du lieu, demeurant à Mesnil-Simon
– Notes de Et. Deville extraites du Tab. de Lisieux

1552 – Mesnil-Simon
Dans un acte de cette date, on trouve mention  que Jacques Fleury était administrateur de la Malladrerie de Saint-Jean en 1517.
= Notes de Et. Deville extraites du Tab. de Lisieux.

1554 – Mesnil-Simon
Mention de Germain Amyot, curé.
= Notes de Et. Deville extraites du Tab. de Lisieux.

1571 – Mesnil-Simon
Mention de Michel Piperey, curé.
= Notes de Et. Deville extraites du Tab. de Lisieux.

1578 – Mesnil-Simon
Mention de Michel Piperey, curé, chanoine et pénitencier de la Cathédrale de Lisieux.
= Notes de Et. Deville extraites du Tab. de Lisieux.

1580 – Mesnil-Simon
Noble homme Me Guillaume Lusson, docteur régent en la Faculté de médecine en l’Université de Paris, conseiller et médecin ordinaire de Monseigneur, frère unique du Roi et Me Jehan Lusson, notaire du roi en son Châtelet de Paris, son frère, vendant à Lambert Hurel, de Saint-Julien-le-Faucon, tous les biens et héritages provenant de la succession de leur père Jehan Lusson, aux paroisses de Mesnil-Simon, Lessart et Grandchamp, moyennant 633 écus d’or sol. Passé aud. Lisieux, en la maison du Cheval Blanc.
= Tab. de Lisieux – Analyse Et. Deville

1581, vendredi 23 juin – Mesnil-Simon
Vénérable personne Me Georges Leproulx, prêtre, curé du Chesne, demeurant aud. lieu, remet ès mains de Guillaume Huchon, du mestier de brouderye, et Nicolle Bourg, sa femme, de la paroisse de Saint-Germain-de-Lisieux, deux pièces de terre en un tenant, l’une nommée la Court et l’autre la Pepinière, assises en la paroisse de Mesnil-Simon, au Hameau ès Huchons, que led. curé avait acquise desd. mariés, par le prix de 80 livres, le 30 décembre 1574.
= Tab. de Lisieux – Analyse Et. Deville.

1599, 30 juin – Mesnil-Simon
Jehan de Cordey, sieur de la Rocque, de Magny, demeurant au Mesnil-Simon, vend à Jacques Pipperey, chanoine pénitencier, la somme de 80 livres tournois de rente.
= Arch. M.C. Fonds Et. Deville – Minute, 2 ff. papier – Analyse Et. Deville.

1601, 16 juillet – Mesnil-Simon
Michel Leproulx, du Mesnil-Simon, ayant acquis de Jacques Ricquier, deux pièces ou portions de terre aud. lie, s’engage à payer les rentes attachées à ces terres.
= Tab. de Lisieux – Minutier 29 – Analyse Et. Deville.

1601, 18 septembre – Mesnil-Simon
Accord entre Guillaume Patey et Eustache Macquerel, bourgeois de Lisieux, au sujet d’un emparquement sur une pièce de terre au Mesnil-Simon.
= Arch. M.C. – Fonds Et. Deville – Minute papier – Analyse Et. Deville.

1602, 14 novembre – Mesnil-Simon
Nicolas Pierre, marchand, bourgeois demeurant paroisse Saint-Jacques à Lisieuxvend à Denis Le Candemier, du Mesnil-Simon, trois pièces de terre aud. lieu.
= Arch. M.C. – Fonds Et. Deville – Minute papier – Dossier Abbaye Notre-Dame-du-Pré – Analyse Et. Deville.

1607, 15 janvier – Mesnil-Simon
Accord entre Jacques Canu, Louis Ler Veneur, Michel Campion et Jacques Huard, tous de la paroisse du Mesnil-Simon, au sujet de la perception de la taille dans cette paroisse .
= Arch. M.C. – Fonds Et. Deville – Minute papier – Analyse Et. Deville.

1607, 21 septembre – Mesnil-Simon
Richard Le Cavellier, sieur du Mesnil-Simon, et damoiselle Anne de Serres, sa femme, constituent leur procureur.
= Arch. M.C. – Fonds Et. Deville – Minute papier – Analyse Et. Deville.

1609,  24 mars – Mesnil-Simon
Succession de Pierre Poullart, entre Marguerion Leprévost et Martin Nicolle, à cause de leurs femmes Marguerite et Héléne Poullart.
= Arch. M.C. – Analyse Et. Deville

1611, 16 septembre – Mesnil-Simon
Accord entre Geoffroy Huard, receveur de la terre et sieurie du Mesnil-Simon, Jean Lambert, écuyer, Robert Lambert, sieur de Formentin, François Leproulx et Guillaume Huchon, au sujet des biens et aînesses au Mesnil-Simon
= Arch. E.D. 2 ff. papier

1634, 8 mars – Mesnil-Simon
Henri et François Le Roullier, frères, de la paroisse des Monceaux, héritiers de feu Gilles Le Routier, leur père, vendent à damoiselle Charlotte de Mogères, veuve de Me Jehan Carrey, en son vivant conseiller du Roi, lieutenant en la vicomté d’Orbec, demeurant  en la paroisse de Saint-Jacques de Lisieux, en qualité et comme tuteur et gardien de Antoinette Carrey, sa fille, unique héritière dud. défunt, plusieurs biens et héritages au Mesnil-Simon, tenus de la sieurie dud. lieu.
= Arch. M.C. – Fonds Et. Deville – Minute papier 2 ff.- Analyse Et. Deville.

1655, juin – Mesnil-Simon
Jeanne Baptiste Dubois, veuve de François Pipperey, remet à François Collet, écuiyer, du Mesnil-Simon, une pièce de terre aud. lieu.
= Tab. de Lisieux – Minutier n° 813 – Analyse Et. Deville.

1668-1676 – Mesnil-Simon
Généalogie des COLLET des BOVES présentée pour l’enquête de noblesse en 1676 .
= AD14 – Fonds LE COURT. F 5065 (2 pièces )

1677-1683 – Mesnil-Simon
Plaids et gages-pleiges du fief du Mesnil-Simon, appartenant à l’abbé du Bec, tenus sous la porte du presbytère de Mesnil-Simon par le sénéchal de ladite seigneurie. Tenanciers: Jean-Baptiste Lambert, écuyer, sieur d’Argence et Robert Lambert, écuyer, sieur de Formentin, frères et héritiers de feu Charles Lambert, écuyer, sieur du Mesnil-Simon; François Le Cavelier, sieur du Breuil et Jean Le Cavelier, sieur de Launey; Thomas Desgenetz, curé du Mesnil-Simon; les héritiers de feu Richard Le Picard, sieur de Saint-Cosme, les représentants de Jean-Baptiste Mallet, écuyer, sieur de Neuville; Robert Mallet, écuyer, sieur des Douaires  »
= A.D. Eure . Fonds de l’abbaye du Bec-Hellouin – H. 57 – Analyse G. BOURDON in Inv. sommaire … série H, p. 11

1745, 31 janvier – Mesnil-Simon
Marc-Antoine Bertaut, chanoine de Rouen, remet à Louis Pommeraye, écuyer, la ferme de la Tosterie, sise à Grandchamp et Mesnil-Simon.
= Arch. M.C. Fonds Et. Deville – Minute papier 2 ff.- Analyse Et. Deville.

1755, 8 janvier – Le Mesnil-Simon
Par devant Louis Questel Notaire, tabellion royal au Bailliage d’Auge pour le siège de Cambremer Crévecoeur
Fut présent Messire Adrien Lambert Chevalier, Seigneur de Formentin et autres Lieux, Conseiller au Parlement de Normandie, demeurant à Rouen, Paroisse Saint Patrice, maintenant en son Château de Formentin.
Lequel a par ces Présentes Vendu et Promis Garantir
A Messire Gabriel Auguste de Lyée, Chevalier Seigneur de Belleau, Cropus et la Christinière, demeurant En sa terre de Belleau, paroisse de Notre-Dame de Courson, acquéreur pour luy, ses hoirs ou ayant cause
La terre Noble Du Mesnil-Simon qui Est un plein fief de haubert Entier, nommé le fief du Mesnil-Simon et S’étend ledit fief Tant en ladite Paroisse qu’en celle du Chesne De Lessard et des Monceaux, et Consiste tant en domaine fieffé, Rentes, Seigneuriales et droits seigneuriaux, qu’en domaine non fieffé, Sur lequel il y a Manoir Seigneurial, plusieurs autres maisons un Colombier et un Moulin à Bled.
La dite Terre Du Mesnil Simon en toutes Circonstances et Dépendances et et sans par ledit Seigneur vendeur S’en Rien Réserver ny Retenir
A la Charge par ledit Seigneur acquéreur De tenir ledit fief du Mesnil Simon a foy et hommage siuriaux de la Baronnie de saint Julien le Faucon et de Payer au Chapitre de Lisieux chaque année Six Livres et Trois Chapons de Rente en Deux Parties de la nature de quatre Sous, desquelles Rentes ledit seigneur acquéreur déchargera a l’avenir et dès les Premiers Termes à Echoir ledit Seigneur Vendeur En Sorte qu’il n’en soit Inquiété, et au surplus Ledit fief  et Terre du Mesnil Simon franc et quitte de toutes autres Rentes.
Et Comme Ledit Seigneur Vendeur n’entend se Retenir aucune des Terres qu’il Possède dans ces dites Paroisses, si quelques Parties d’Icelles Se Trouvoient ne pas faire Partie du Domaine non fieffé dudit fief du Mesnil Simon, elles seroient également comprises dans la Présente vente.
Comme aussy sont Compris dans La Présente Vente Toutes les Tonnes et Tonneaux Etant dans les maisons de la dite Terre – Et même les meubles et matériaux actuellement repostés sur Icelle qui se Trouveront être de l’appartenance dudit Seigneur Vendeur
a la Charge Par ledit Seigneur acquéreur de la tenir Relevante des Seigneurs qui Justifieront par titres Valables En avoir La Tenure.
Cette vente aux charges Cy dessus Est faite en outre par le Prix de quarante Cinq Mille Livres, francs, deniers Venant aux mains dudit Seigneur Vendeur.
Sur et en diminution de laquelle Somme ledit Seigneur acquéreur a Présentement Payé audit Seigneur Vendeur, à vue de mondit Tabellion et Tesmoins Cy après nommés en Espèces d’or et d’argent Et autres monnayes ayant Cours Celle de Vingt deux mille Livres.
Et S’oblige ledit Seigneur acquéreur de Payer les Vingt Trois mille livres Restant audit Seigneur Vendeur au plus tard dans un an de ce jour, avec l’intérêt au denier Vingt du jour de noël dernier Jusqu’au jour du Payement, à Ce moyen ledit Seigneur acquéreur Joüira des objets vendus Comme du jour de noël dernier, ledit Seigneur Vendeur devant Toucher les fermages, arrérages Treizièmes et autres Revenus des objets Vendus Jusques et Compris L’année Echue – Ledit jour de noël dernier et Mêmes les Rentes Reculées d’Icelle qui ne Seroient par alors exigibles.
Ledit Seigneur acquéreur Entrertiendra les Conventions faites avec les fermiers des Biens Vendus en sorte que ledit Seigneur Vendeur n’en soit Inquiété.
Convenu que la Clause de Garantie Cy-dessus Stipulée ne S’étend pas aux Rentes Seigneuriales, aux droits Seigneuriaux, ni à l’étendue dudit fief des quels Trois objets Seulement ledit Seigneur Vendeur ne Sera Point Garant.
Ledit Seigneur de Belleau a déclaré que la Somme de Vingt deux mille Livres par luy Cy dessus Payée provient des deniers qu’il a reçus pour la Dot de Noble dame Marie Charlotte Labbey de la Boissière Son Epouse par quittance Papier Devant les notaires de Cambremer Le Vingt avril mil Sept Cents Cinquante et le jour d’hier.
Et a pareillement ledit Seigneur acquéreur déclaré qu’en Considération du droit de Retrait qui appartient a ladite Dame Sa femme Sur lesdits Biens vendus à titre de Parenté avec ledit Seigneur Vendeur il Entend Retenir lesdits Biens en vertu du Droit de Retrait appartenant à la dite Dame son Epouse au Cas Seulement que la dite Terre fut Clamée par toutes autres Personnes dont le droit de Retrait ne Seroit pas Preferable à Celuy de Sa ditte femme,, Par ce quand i Cas Seulement, que Sa ditte femme Devienne Propriétaire de La dite Terre elle Confondra les deniers de Sa dot Employée à L’acquisition d’icelle.
Au moyen de tout Ce que dessus Leidt Seigneur Vendeur a Transporté audit Seigneur acquéreur Tous les droits de Propriété, qu’il avoit ou Pouroit avoir Sur lesdits Biens Vendus, dont il s’est en Sa faveur dessaisi, Le Subrogeant à tous ses droits, noms, Raisons et actions
Pour par lui En joüir, et Disposer a l’avenir comme Vray Propriétaire et a cet Effet il luy Remettra Toutes fois et quantesd Les Titres et Papiers Concernant les dits Biens
Et D’autant qu’il y a plusieurs réparations à faire aux maisons de ladite Terre et Notamment au Toît du Colombier dont ledit Seigneur Vendeur a fait démolir La Lanterne dans l’Intention de ne la pas faire Retablir attendu qu’elle Est Inutile et que C’est elle qui a Occasionné La Ruine dudit Toît, Ledit Seigneur acquéreur Est autorisé a faire faire lesdittes Reparzation et même à Retablir le Toît dudit Colombier Sans Replacer La ditte Lanterne et d’Employer aux dites Reparations Jusqu’à la Somme de Deux mille Livres Prendra pour Cet Effet Ledit Seigneur acquereur les Bois necessaires Sur le lieu au moins de dommage que faire Ce Pourra, parce qu’en Cas de Clameur, Icellui acquereur Seroit du tout Remboursé Sur mles quittances et mémoires qu’il Representeroit Tant d’achat de materiaux, que Du Travail des ouvriers, lesquelles Seroient Crues Sur Sa Simple affirmation, Sans quil Sois obligé de faire faire aucun devis, ni Procès Verbal pour Constater Letat actuel des dittes maisons et Colombier.
Sera Expedition du Present Dellivré par ledit Seigneur acquéreur a Ses frais et Depens En forme Executoire audit Seigneur Vendeur Toutes fois Et quantes.
Ainsi Sont les dittes Parties Convenues et Demeurés D’accord, Promettant Icelles Respectivement Tout le Contenu Cy dessus Tenir et Entretenir Sous L’obligation de tous leurs Biens meubles et Immeubles Presents Et avenir. Ce fut fait et Passé au Chateau de Formentin le dix huit janvier avant midi Lan mil sept Cens CinquanteCinqPresence de Pierre Vaullard demeurant Parroise de Glaus (sic) Sur Risle et farci Le Roy menuisier demeurant à Beaumont maintenant en ce lieu Tesmoins qui ont avec les Parties Et Ledit Me Quetel, Lecture faitte Signé La minute des Présentes, en marge de laquelle Est Ecrit Controlé et Insinué a Cambremer au folio Vingt Trois Verso article Premier et deux Ce vingt Trois Janvier mil Sept Cens Cinquante Cinq Recu Six Cens quarante Six livres sept Sols Sept deniers Signé fouquet avec Trait.
La Présente Expédition qui Seroit Parfaitement Conforme à Sa minute Sans les qualifications Nobiliaires En Matières féodales que nous avons Barrés au terme de la Loy du mois de Pluviose an huit a Eté Délivrée a Monsieur de la Rivière Propriétaire demeurant à Falaize qui La ainsu Requise, Par nous henry Noël notaire Impérial à Cambremer, arrondissement de Pont L’Evêque, département du Calvados Soussigné Ce Dix Juin mil huit cens neuf
Noël
Reçu de M Gosset Sept francs soixante six centimes
Pour Tous les droits de la Présente Exped.
= Arch. M. de Longcamp – MC photocopie.

1756, 14 août – Mesnil-Simon
Par devant Jacques Louis Daufresne, acte donnant à fieffe au Sr Martin laboureur au Mesnil Simon une pièce de terre inculte dite la Maladrerie … à charge d’une rente perpétuelle de 12 livres et de charges et faisance seigneuriales, à savoir : en mouvance de la seigneurie de Saint-Julien : 12 deniers chaque année à la Saint-Michel de chaque année avec foi hommage, reliefs, treizièmes, service de prévôté, aides coutumières, comparance aux plaids et gage-plège, cours et usages de ladite Baronie, réparer la motte une fois pendant la vie du seigneur après qu’il en aura fait faire la première perche, corvées de bêtes tirantes à harnois; régissantes sur les fiefs deux fois l’an aux saisons accoutumées; aider à mener le tournant de la meule du moulin de ladite baronnie, suivre la banalité d’icelui, aider à réparer les deux grands ponts de la rivière de Vie. Témoins Pierre Guerniel huissier du Grenier à Sel Jacques Le Singlais praticien.
= Arch. SHL – Dossier Ch. VASSEUR, Doyenné du Mesnil-Mauger

1780, 29 juin – Mesnil-Simon
Nicolas Le Boucher, fils de feu Eustache et de Marie Leproux, demeurant à Beuvillers, donne en fieffe à rente à Thomas Le Boucher, son frère, demeurant à Mesnil-Simon, le quart à lui appartenant de la succession de ses. père et mère, consistant en quatre pièces de terre sises à Mesnil-Simon
= Arch. M.C. Fonds Et. Deville – Parch. 2 ff.- Analyse Et. Deville.

1780, 29 juin – Mesnil-Simon
Jean Le Boucher, fils et héritier pour un quart de feu Eustache et de Marie Leproux, demeurant en la paroisse de Saint-Ymer (Saint-Hymer ), fieffe à rente à Thomas Le Boucher, son frère, demeurant à Mesnil-Simon, le quart à lui appartenant de la succession immobilière de ses. père et mère, moyennant une rente de 26 livres 2 sols 11 deniers à Noël
= Arch. M.C. Fonds Et. Deville – Parch. 2 ff.- Analyse Et. Deville.

1783, 4 février – Mesnil-Simon
Charles et Joseph Perette, frères, demeurant tous deux en la paroisse de Mesnil-Simon, constituent une rente pour se libérer envers Gilles Guillaume Descretes, maître tailleur d’habits demeurant au Havre, paroisse Notre-Dame, époux de Marie-Madeleine Perette .
= Arch. M.C. Fonds Et. Deville – Parchemin 2 ff. – Analyse Et. Deville

1792
Etat des biens séquestrés révolutionnairement dans les communes de Moyaux, Boutemont, la Chapelle-Hareng, Courtonnel, Courtonne-la-Meurdrac, Cordebugle, le Pin, Marolles, Saint-Michel-des-Monceaux, Mesnil-Simon, Ouilly-le-Vicomte, Saint-Germain-de-Livet, Saint-Hippolyte-de-Cantelou.
= Arch. SHL. Ms. J 96

1805 – Mesnil-Simon
Inscription de la cloche :
LAN 1805 JAI ETE BENITE PAR Me FRANCOIS HUE DESSERVANT DU MESNIL-SIMON NOMMEE LOUISE-AIMEE PAR Mr FRANCOIS AMABLE BARDEL LANOS ET Mde LOUISE MARGUERITE SEVESTRE PIERRE AMABLE DUVAL -// FRANCOIS CHERIOT FONDEUR
Diamètre 0.75
= Arch. SHL – Dossier Ch. VASSEUR, Doyenné du Mesnil-Mauger

5 – Notes Annexes:

5a- recherche de Monfaut,
5b- Maladrerie,
5c- Famille LAMBERT.

5a – Recherche de Monfaut:
« Montfaut trouva deux gentilshommes au Mesnil-Simon : Jacques de la Ceaule (ou de la Chaule) et Guillot Collet. Ce Guillot ou Guillaume Collet eut un fils du nom de Thomas, qui à son tour eut un fils nommé Geoffroy qualifié sieur des Boves, qui fut assis à la tailles par les Elus de Lisieux en 1540 faute de production suffisante.
« Les Boves, marquées sur Cassini avec chapelle, doivent offrir de l’intérêt. En 1540 vivaient aussi noblement au Mesnil-Simon Guillaume et Pierre de Cordey fils de Jean de Cordey. Ils n’ont aucune qualification de terre.
« Au commencement du XVIIe siècle, la terre du Mesnil-Simon appartenait au baron de la Luthumière qui la vendit par devant les notaires de Valognes, le 22 novembre 1608 à M. Le Sens de Rucqueville, qui n’en jouit pas un an, car par contrat du 25 septembre 1607, il la revendit à Jacques Dunot, seigneur de Campigny-Berville (69 g 2 )
« On trouve vers le milieu du XVIIIe siècle Charles de Margeot, écuyer, seigneur de Saint-Ouen-Le Haut et du Mesnil-Simon. Il épousa Françoise le Normand, la 7e des enfants de Gabriel Le Normand, sr du Buchet, et de Marie du Pommeret (48 g 1 ).
« Quelques années après, Gabriel-Auguste de Lyée (18 septembre 1749 ), mari de et de la Roque, prenait le titre de Seigneur de Belleau et du Mesnil-Simon, Cropus et lz Crétinière (76 g1 ). De son mariage sortirent sept enfants. L’aîné; seul fils; Jean-Baptiste-Louis-Auguste, chevalier, mousquetaire du Roi, fut seigneur de Belleau, Mesnil-Simon, la Crétinière et autres lieux (87 h )
=Arch. SHL- Charles VASSEUR .- Notes et documents – Portefeuille « Doyenné du Mesnil-Mauger )

5b – Maladrerie

Le plus ancien texte où je la trouve mentionnée est l’Arrêt du Parlement de Normandie du 1er décembre 1698 qui enregistre l’édit de réunion des 11 maladreries ou léproseries à l’hôpital général de Lisieux.
Dans la déclaration des biens de cet établissement fourni à la Chambre des Comptes le 20 avril 1721, on lit cette seule mention :
« Mesnil-Simon : Une pièce de terre en pâturage sur laquelle était une chapelle sur le chemin de Lisieux à Saint-Julien (102h) « Il n’en restait plus rien alors.
« Une déclaration des administrateurs au marquis de Saint-Julien, seigneur du Mesni-Simon, nous apprend que la chapelle était sous l’invocation de Saint-Jean et saint-laurent. Elle dût disparaître peu de temps après le réunion (29hoo) . Le terrain resté longtemps inculte fut donné à fieffe, le 14 août 1756 à un nommé Martin pour 12# de rente perpétuelle et en outre les charges féodales envers le seigneur de saint-Julien, savoir foi, hommage et réparer les mottes une fois pendant la vie du seigneur après qu’il en aura fait faire la première perche, corvées, aides à réparer les deux grands ponts de la rivière de Vie ».
= Arch. SHL – Charles VASSEUR .- Notes et documents – Portefeuille « Doyenné du Mesnil-Mauger; cité in MSAN, XXVIII, p. 131, d’après Statistique

5c – Famille LAMBERT:

II.- Pierre LAMBERT, avocat au bailliage d’Orbec en 1503, élu de Lisieux, « ménager »de cette ville en 1516, 1517 et 1521 et receveur des deniers communs, assesseur des tailles en 1522, échevin de 1504 à 1530, marié à Jeanne de Courséry, dont il eut trois fils:
1.- Robert, qui suit

III.- Guillaume LAMBERT, sr de la Motte (près Lisieux), second fils de Pierre, élu à Lisieux, et de Jeanne de Coursery, échevin de Lisieux de 1527 à 1532, mort avant mars 1548, épousa Jeanne Le Liquerre, fille d’un bourgeois de cette ville. Elle partagea avec ses fils divers biens sis à Lisieux en août 1555. Ils eurent deux fils et une fille, dont :
IV.- Robert LAMBERT, sr d’Herbigny (à Victot, vicomté d’Auge), receveur du temporel de l’évêché de Lisieux et des décimes du clergé, commis à la recette des aides de l’élection, contrôleur des deniers communs de Lisieux, capitaine quartenier, né vers 1525, anobli sans finance en mars 1586, mort vers 1595, épousa, vers 1550 Antoinette Borel, morte avant 1561, fille et héritière en partie de François Borel, écuyer, sieur d’Hiéville et d’Herbigny, et de Jeanne Hesbert. Ils eurent deux fils et une fille, dont:
V.- François LAMBERT, sieur d’Herbigny et du Mont-Saint-Jean (Honfleur), né vers 1560, secrétaire du roi en 1581, avocat au Grand Conseil en 1588, lieutenant civil et criminel du bailli de Rouen en la vicomté d’Auge en 1591, charge qu’il exerça pendant plus de trente ans, mort à Pont-L’Evêque le 19 mars 1644 et inhumé dans l’église Saint-Michel. Il avait épousé vers 1590 Jeanne Amidieu, dame de Saint-Mars (à Manerbe), fille de Jacques Amidieu, sieur des PArcs, échevin de Lisieux, et(probablement) de N? du Moulin (celle-ci, proche parente de Jeanne du Moulin, femme de Jean de Longchamp, gouverneur de Lisieux. Leurs enfants furent: 1.- François, qui suit; 2.- Joachim, baptisé à Pont-L’Evêque le 15 décembre 1595, mort en bas âge; 3.- Jean baptisé à Pont-L’Evêque le 15 avril 1599, mort jeune, après 1606; 4.- Philippe, baptisé à Pont-L’Evêque le 20 janvier 1601, mort jeune; 5.- Pierre; 6.- Marie, née le 20 janvier 1606,baptisée à Pont-L’Evêque le 7 février, morte à Audrieu le 27 décembre 1682, mariée par contrat du 9 juin 1633 à Gilles de Séran, sieur et baron d’Audrieu, capitaine de cavalerie; 7.- Marguerite, baptisée à pont-L’Evêque le 12 juin 1611, morte jeune
VI.- François LAMBERT, sieur d’Herbigny et du Mont-Saint-Jean, né à Pont-L’Evêque en 1591, conseiller du Grand Conseil en 1614, au Parlement de Paris le 13 avril 1616, maître des requêtes le 5 avril 1621, conseiller d’Etat en 1628, mort en 1652. Il épousa à Paris (Saint-Germain-l’Auxerrois), le 20 février 1615, Jeanne de Mesmes, morte à Paris le 18 juin 1631 et inhumée à Saint-Nicolas-des-Champs.

6 Autres documents ou références.

– La motte féodale de Saint-Julien nous est connue par une charte mentionnée par de Caumont (3)
(3) Caumont, Stat. nwn., V, p. 397 ; Doranlo, Gmnps, p. 807.
Archives SHL:
Voir FONDS BOUDARD :
2FA121 : 1786-1791 : terres des Douanes à Mesnil-Simon ayant appartenu à Monsieur de Saint Cyr

Voir Archives SHL. Fonds Michel COTTIN.
11 FA – 34 – Divers – Roisrenoult, Delamare, à Beaumont-le-Roger. Imprimés.;
Mesnil-Simon, Poussin, bouilleur de cru; Prospectus inauguration
route du cidre, 1975.; Prières pour le roi, ms.;
PANNIER Arthème:  voir Archives SHL, NE12, 2e carton.

Carnets de Charles Vasseur: Doyenné de Mesnil-Mauger « Doy ; de Mesnil-Mauger.doc »

MESNIL SIMON LA VARANNE (27)

Voir:
Bulletin de la Société Historique n°5p.57
Extraits de la Ste Historique de Lisieux 131
Mémoires des Antiquaires de Normandie Tome XXVIII p.131
MSS 13905 f°115-116-117Election de Pont l’Evêque, sergenterie de St Julien le Faucon

4 feux privilégies
42 feux taillables
Sous l’invocation de Notre-Dame

Patronage:
XIVe, XVIe et XVIIIe: abbas de Becco

Curé :
Hue 1764/1787

Insinuations
Il y avait dans cette paroisse une chapelle de St Jean et St Marc qui probablement n’existait plus au moins comme bénéfice au XVIIIe siècle, peut-être était-ce celle de l’ancienne maladrerie de Mesnil Simon, touchant laquelle il existe des titres aux archives de l’Hôtel Dieu de Lisieux
Messire Louis Armand de Scudéry, diacre du diocèse de Coutances, titulaire de la chapelle St Jean, dans le Mesnil Simon diocèse de Lisieux, député du Clergé en 17O2.
Curé du Mesnil Simon: d’or à 3 cœurs enflammés de gueules (d’Hozier 336)

Note sur la Maladrerie du Mesnil Simon
Le plus ancien titre où je la trouve mentionnée est l’arrêt du Parlement de Normandie du 1er décembre 1698 qui enregistre l’édit de réunion de 11 maladreries ou léproseries à l’Hôpital général de Lisieux.
Dans la déclaration des biens de cet établissement fournie à la Chambre des Comptes le 20 avril 1721 on lit cette seule mention:

A peu de distance de l’église dans la vallée est une maison en bois du XVIe siècle construite en encorbellement et éclairée encore par une fenêtre cruciforme. Le toit est surmonté d’une grande lucarne festonnée. Cette vieille maison n’est pas sans intérêt ; elle appartenait avant le Révolution à un ancien chanoine de Lisieux. Aujourd’hui elle est la propriété d’un sieur Nicolas.

Description de la cloche
L’an 1805 j’ai été bénite par Mr Francois Hue desservant du Mesnil Simon, nommée Louise Aimée par Mr Jean François Aimable Bardel Lanos et Mademoiselle Louise Margueritte Sevestre Pierre Aimable Duval …
François Thériot, fondeur.

Un texte en latin extrait d’un feuillet d’un cartulaire du Bec retrouvé par Monsieur L. Metayer, servant de couverure à un livre en décembre 1859 (lu par M. Bordeaux)
Acte du 14 août 1756 donnant à fief au sieur Martin, laboureur à Mesnil Simon, une pièce de terre inculte, dite Maladrerie de Mesnil Simon, appartenant aux Hospices de Lisieux, représentés par les administrateurs:
Messire J.B Lambert, chevalier seigneur de Feauville et de Bellouet,
Monsieur François Mignot, écuyer, conseiller du Roy, auditeur en sa cour des Comptes, Aides et Finances de Normandie, a charge d’une rente perpétuelle de 12 livres et des charges et faisances seigneuriales, à savoir,  en mouvance de la seigneurie de St Julien: 12 deniers à la St Michel de chaque année, avec foi, hommage, reliefs, treizième, service de prévôté, aides coutumiers, comparence aux plaids et gage plèges, cours et usages de ladite Baronie, réparer les mottes une fois pendant la vie du seigneur, après qu’il en aura fait faire la première perche, corvées de bêtes tirantes à harnois, régissantes sur les fiefs deux fois l’an aux saisons accoutumées, aider à mener la meule tournante du moulin à la   dite Baronie, suivre la banalité d’icellui, aider à réparer les deux grands ponts de la rivière de Vie.
Par devant Jacques Louis Daufresne, notaire royal à Lisieux ; témoins: Pierre Guerniel, huissier du grenier à sel, Jacques le Singlois, praticien.
Accord fait entre les chanoines de Sainte Barbe et les moines du Bec au sujet des dîmes du fief de Turould de Magny dans la paroisse de Mesnil Simon, réglant que les moines percevront la dîme à charge de donner aux chanoines un septier de blé et deux d’avoine (XIIe siècle)
Le patronage du Mesnil Simon avait été donné à l’Abbaye du Bec par Foulques d’Auney.

1463 – Montfaut trouva deux gentilshommes au Mesnil Simon : Jean de la Céaule (ou de la Chaule) et Guillot Collet.
Ce Guillot ou Guillaume Collet eut un fils du nom de Thomas qui a son tour eut un fils appelé Geoffroy qualifié Sieur des Bofves, qui assis à la taille par les élus de Lisieux en 1540 faute de production suffisante. Les Boves, marqués sur Cassini avec une chapelle doivent offrir de l’intérêt.
En 1540 vivaient aussi noblement au Mesnil Simon Guillaume et Pierre de Cordey, fils de Jean de Cordey. Ils n’ont aucune qualification de terres.
Au commencement du 17e siècle, la terre du Mesnil Simon appartenait au baron de la Luthunière qui la vendit par contrat passé devant les notaires de Valognes le 28 novembre 16O6 à Monsieur le Sens de Rucqueville qui n’en jouit pas un an, car par contrat, du 25 septembre 1607, il la revendit à Jacques Dimot, seigneur de Campigny-Berville.
On trouve vers le milieu du 18e siècle. Charles de Margeot, écuyer, seigneur de St Ouen le Hoult et du Mesnil Simon. Il épousa Françoise le Normand, la 7e des enfants de Gabriel le Normand, seigneur du Buchet; et de Marie du Pommeret
Quelques années après Gabriel Auguste de Lyée, mari (le 18 septembre 1749) de Marie Charlotte Labbey, la 3e des quatre enfants de Pierre de Labbey, seigneur d’Ecajeul et de la Roque, prenait le titre de Seigneur de Belleau et du Mesnil Simon, Cropus et la Crétinière. De son mariage sortirent 4 enfants. L’aîné seul fils, Jean Baptiste Louis Auguste, chevalier, mousquetaire du Roi, fut seigneur de Belleau, Mesnil Simon, la Crétinière et autres lieux.

Note détaillée sur les Douaires
Le registre de la paroisse de Lécaude fournit les noms de Honorable homme Jean Mallet sieur des Douayres, 20 octobre 1586. Le 2 janvier 1603, il fut parrain d’un manant de Lécaude avec Noble Homme Thomas Duval, conseiller au Parlement de Rouen. Sa femme fut marraine d’un autre enfant avec le seigneur de Lécaude et Guillaume Lambert de la Chapelle le 27 avril 1600.
On ne donne point les noms.
Jehan Mallet était procureur fiscal du bailliage vicomtal de Lisieux et fut anobli. Il était décédé le 6 août 1647.Il paraît avoir laissé 3 fils.
Le premier Jehan Mallet sieur des Douayres
Le deuxième Jean Baptiste Mallet Seigneur de Neufville qui épousa Damoiselle Françoise de la Reue, veuve de Jacques Carrey seigneur de Firfol, président de l’élection de Lisieux.
Le troisième Messire Adrien Mallet, chanoine de Lisieux.
Jean Mallet, deuxième seigneur des Douaires, eut un fils nommé Jean Baptiste Adrien, écuyer, aussi seigneur des Douayres, qui vivait en 1685.
Au 18e siècle, la maison des Douayres vint en la possession de la famille Jamot. Jean Jamot seigneur des Douayres vivait en 1745. Il était tuteur de la fille de Guillaume de la Vigne et la mit en pension au couvent de Pont l’Evêque 4 juillet 1746. Il demeurait sur la paroisse d’Estrees .On ne le voit nulle part qualifié de noble homme ou d’écuyer. Il vivait encore en 175O.
On trouve dans l’Armorial de d’Hozier, François Jamot, écuyer de la Garde du Roy, – d’azur à 3 fleurs de lys d’argent malordonnées au pied( ?) nourri et 1 épée de même en pointe couronnée d’or.
Le même mentionne aussi Adrian Fréard, écuyer seigneur des Douayres: de gueules à un chevron d’or surmonté d’une étoile d’argent et accompagné de 3 fers de flèche de même 2.1.
Pierre Fréard, receveur des Tailles au pont l’Evêque, paroisse de Gonneville sur Dives, fut anobli par lettres de janvier 1597 vérifié en 1610.
Jean Baptiste Adrien Mallet, sieur des Douaires, cidevant conseiller en la cour des Aides, fut confirmé dans sa noblesse en 1700 (Farin)
Le chemin des Angnières (des Aniers) allant à la Corne (paroisse du Mesnil Simon).

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Notes de M. Pannier

Le Mesnil-Simon, Mesnillum Symonis.
L’église Notre-Dame du Mesnil-Simon s’élève sur le penchant d’une colline qui domine un charmant vallon, traversé par le chemin de grande communication de Lisieux à St-Pierre-sur-Dive.
La partie la plus ancienne de cette église est la nef, qui appartient au style roman. Le mur méridional est flanqué, vers l’extrémité orientale, de deux contreforts plats; à l’extrémité opposée s’élèvent deux contreforts saillants qui datent du XVe ou XVIe siècle. On remarque, de ce côté, une petite fenêtre romane sans moulures qui a été bouchée.
Une fenêtre en forme de lancette, à moulures rudimentaires, du XIIIe ou XIVe siècle, et une autre fenêtre sans caractère éclairent la nef.
Le mur septentrional ne présente qu’un seul contrefort plat. Deux autres contreforts, du XVI, ou XVIe siècle, sont
placés vers l’extrémité occidentale. Ce mur est percé de deux fenêtres sans caractère. Il n’y avait primitivement aucune ouverture de ce côté.
Un porche en bois, du XVI, siècle, précède le portail occidental, soutenu par quatre contreforts dont les glacis sont très-inclinés. La porte qui donne accès dans la nef présente une ogive obtuse formée d’une moulure torique reposant sur une colonnette, dont le chapiteau simplement épannelé et la base indiquent les premières années du XVe siècle. Cette porte est surmontée d’un oculus du même temps.
Au-dessus du gable s’élève un clocher en charpente, recouvert en essente. Ce clocher renferme une cloche qui porte la date de 1805. Voici son inscription :
L’AN 1805 IAI ÉTÉ BENITE PAR Mr FRANÇOIS HUE DESSERVANT DU
MESNIL-SIMON, NOMMÉE LOUISE AIMÉE PAR Mr IEAN FRANÇOIS AMABLE
BARDEL LANOS ET Me LOUISE MARGtte SEVESTRE PIERRE AMABLE DUVAL
FRANÇOIS THERIOT FONDEUR.
Les murs de la nef offrent les vestiges d’une litre funèbre.
Le choeur est faiblement en retraite sur la nef. Deux contreforts saillants, du XVe ou XVI, siècle, soutiennent le mur méridional qui est percé de deux fenêtres ogivales dont l’une affecte la forme d’une lancette. Celle fenêtre, étroite
par rapport à sa hauteur, a probablement remplacé une autre fenêtre, du XIIIe siècle, ou peut-être cette dernière aura-t-elle été seulement retouchée. L’autre ouverture date de la dernière période ogivale.
Au mur septentrional du choeur est accolée une chapelle seigneuriale, dont la construction remonte au XVII, ou XVIIIe siècle. Plusieurs pierres, formant saillie, portent les traces d’un écusson armorié appartenant au seigneur qui a fait ériger cette chapelle. Le mur septentrional est percé de deux fenêtres cintrées. On remarque à l’intérieur de cette
chapelle, qui sert actuellement de sacristie, une fenêtre carrée à tracerie flamboyante qui éclairait autrefois le choeur.
Le chevet est droit et percé d’une fenêtre ogivale trilobée, du XVe ou XVIe siècle. Deux contreforts du même temps sont placés aux extrémités.

L’arc triomphal qui sépare, à l’intérieur, le choeur de la nef est dans le style ogival tertiaire.
Les voûtes sont en merrain.
On remarque dans le choeur, du côté de l’épître, une piscine surmontée d’une accolade, qui date de la dernière période de l’ogive.
Le maître-autel est accompagné d’un beau retable et d’un élégant tabernacle dans le style Louis XIII.
A l’entrée du choeur s’élèvent deux petits autels dans le style Louis XIV.
Nous signalerons aussi une belle lampe, du XVIIe siècle (1ère moitié).
Et parmi les vases sacrés, un calice en argent massif, du siècle dernier.
On a relégué dans la sacristie un très-beau siège seigneurial à haut dossier, qui date de la fin du XVe siècle ou des premières années du XVII. Le dossier est formé de deux panneaux ornés de dessins flamboyants. Les montants du fauteuil se terminent par des espèces de clochetons.
Le patronage de l’église appartenait, au XIVe siècle, à l’abbé du Bec (abbas de Becco).
Sous le rapport administratif, le Mesnil-Simon faisait partie, avant la Révolution, de l’élection de Pont-l’Évêque.
On y comptait 4 feux privilégiés et 42 feux taillables.
La terre ainsi que le patronage de l’église appartenaient à l’abbaye du Bec, qui en avait été gratifiée par Foulques
d’Aulney(…. Ex dono Fulconis de Alneto et hominum suorum , manerium de Mesnillo Simonis cum ecclesia et omnibus ecclesioe et manerii pertinentiis ). Aussi, pendant tout le cours du moyen-âge, ne trouve-t-on aucun seigneur du Mesnil-Simon.
Les moines finirent par aliéner, au moins en partie, leur domaine.
Au commencement du XVIIe siècle, la terre du Mesnil-Simon était possédée par le baron de La Luthumière, qui la vendit, par contrat passé devant les notaires de Valognes, le 28 novembre 1606, à M. Le Sens de Rucqueville.
Celui-ci n’en jouit pas un an. Par contrat du 25 novembre a 1607, il: la revendit à Jacques Dunot, seigneur de Campigny-Berville. On ne voit point dans la généalogie de cette famille, ajoute M. Charles Vasseur, qu’il l’ait transmise à ses enfants.
Vers le milieu du XVIIIe siècle, continue M. Vasseur, Charles de Margeot était seigneur de St-Ouen-le-Hoult et du Mesnil-Simon. Il avait pour femme Françoise Le Normand,
la septième des enfants de Gabriel Le Nomand, sieur du Buchet, et de Marie du Pommeret.
Quelques années après, Gabriel-Auguste de Lyée prenait le titre de seigneur de Belleau, du Mesnil-Simon, Cropus et la Crétinière. Il épousa en secondes noces, le 18 septembre 1749, Marie-Charlotte Labbey de La Rocque, qui lui donna quatre enfants. L’aîné, seul fils, Jean-Baptiste-Louis-Auguste de Lyée, chevalier mousquetaire du roi, fut seigneur de Belleau, Mesnil-Simon, la Crétinière et autres lieux. Il habitait ordinairement son château de Courson.

Maison des Douaires.
— Tout près de la route de St- Julien s’élève une maison, appelée dans le pays la Maison des Douaires.
La façade principale, qui regarde l’orient, est construite en pierre et brique et date de la fin du XVIII, siècle. Elle
est flanquée, à l’une de ses extrémités, d’un pavillon carré. Les arêtes du toit sont couvertes de corniers émaillés, jaunes et verts. L’autre pavillon a été détruit.
– La façade occidentale, construite en bois, paraît plus ancienne. M. Charles Vasseur ne pense pas que la maison des
Douaires ait été un fief noble. Elle a appartenu à des personnages assez notables.
Les registres de la paroisse de Lécaude font mention de honorable homme Jehan Mallet, sieur des Douayres, à la date du 20 décembre 1586. Il était procureur fiscal au bailliage vicomtal de Lisieux, ce qui lui valut plus tard des lettres de noblesse.
II paraît, dit M. Charles Vasseur, avoir laissé trois fils, dont l’aîné, nommé Jean comme son père, fut aussi sieur des Douaires. Le second fut sieur de Neufville et s’allia à la famille de La Reue; le troisième entra dans les ordres et devint chanoine de Lisieux.
Jean Mallet eut un fils, nommé Jean-Baptiste-Adrien, qualifié escuyer, sieur des Douaires, dans les actes de 1685.
Au XVIII, siècle, la maison des Douaires passa en la possession de la famille Jamot. Jean Jamot, sieur des Douaires, vivait entre 1745 et 1750. On ne le voit nulle part qualifié de noble homme ou écuyer.
L’Armoriai manuscrit de d’Hozier mentionne le nom d’Adrian Fréard, écuyer, sieur des Douaires. Il descendait
probablement de Pierre Fréard, receveur des tailles au Pont-l’Évêque, anobli en 1597.

Ferme de la Varanne.
— Au fond d’un étroit vallon que domine la route de Lisieux à St-Julien, est située l’ancienne ferme féodale de la Varanne. Cette ferme appartenait, lorsque nous l’avons visitée, à M. Deshayes., alors conseiller à la Cour impériale de Caen.
La maison, construite en bois avec encorbellement, remonte au XVIe siècle.
A l’entrée de la cour s’élève un très beau colombier en pierre, dont le toit offre trois jolies lucarnes décorées de
sculptures variées.
A peu de distance de la maison se développe un magnifique étang. L’eau qui s’échappe de cet étang forme plusieurs cascades et fait mouvoir, un peu plus loin, la roue d’un moulin qui dépend aussi de la ferme.

Maladrerie.
– Le Mesnil-Simon possédait une maladrerie qui fut réunie, en 1698, à l’hôpital général de Lisieux. La chapelle était sous l’invocation de saint Jean et de saint Laurent. D’après un acte de 1721, elle n’existait déjà plus alors.
Le terrain sur lequel cette chapelle était bâtie, après être resté longtemps en friche, fut fieffé, le 1 4 août 1756,
à un sieur Martin, laboureur, moyennant 12 liv. de rente perpétuelle, outre les charges féodales parmi lesquelles figure celle de réparer les mottes, du château de St-Julien une fois pendant la vie du seigneur, après qu’il en aura fait faire la première perche.

[1] Il s’agit là d’un toponyme assez courant dans le Calvados. On le rencontre sous cette forme à Bellou; sous celle de Varannes à Bourgeauville; sous celle de Varende, à Clécy, Saint-Lambert, Saint-Vigor-des-Mézerets, C. HIPPEAU .- Dictionnaire topographique du Calvados, Paris, Imp. Nationale, 1883, p. 291.
[2] Sur cet hydronyme devenu patronyme, voir : Albert DAUZAT .- Dictionnaire des noms de famille et prénoms de France, Paris, Larousse, 3e éd., 1951, p. 586.
[3] Arcisse de CAUMONT .- Statistique monumentale du Calvados – Arrondissement de Lisieux, t. V, Caen, 1867, pp. 396-397
[4] Albert DAUZAT .- La Toponymie française, Paris, Payot, 1946, pp. 155-156; François de Beaurepaire .- Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, Picard, 1979, p. 3.
[5] Il est plausible, au vu des chartes de 1261, que celui-ci était assis sur le fonds de l’abbaye du Bec. Voir ci-dessous.
[6] Cf. pièces justificatives.
[7] D’après Auguste GUILMETH .- Bourg de Livarot, s.l., s.d., pp. 10-11. au Xe siècle ce territoire aurait appartenu en propre au duc Richard Ier qui, en vue de doter sa nièce lors de son mariage avec Osmont de Centvilles, aurait détaché cette terre de son domaine avec celles d’Aunou et de Livarot. Cette assertion reprise par Camille Asse est formellement démentie par Stéphane LE TORTOREC, L’occupation du sol dans l’est du canton de Mézidon au Moyen Age à travers la toponymie et diverses sources anciennes Mémoire de Maîtrise sous la direction de M. André DEBORD, Université de Caen, 1987-1988.
[8] Camille ASSE .- En Pays d’Auge – Saint-Julien-le-Faucon et ses environs , rééd., s.l.s.d. (Saint-Pierre-sur-Dives, Bescond, 1981) ..
[9] Marie FAUROUX, Recueil des actes des ducs de Normandie – 911-1066, in MSAN, XXXVI, 1961, pp. 364-365.
[10] Selon la table de Henri de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, I, p. civ – cette abbaye aurait aussi possédé en Pays d’Auge, les cures de Beuvron, Hôtot-en-Auge, Druval, Saint-Ymer, Livarot, Les Mesnil-Germain, Cheffreville et les Bosc-Renoult. Reste à vérifier que toutes ces églises aient appartenu aux Montfort.
[11] Voir entre autres deux actes mentionnés dans un fragment de Cartulaire conservé aux A.D. de l’Eure – H. 91 cité par G. BOURDON, Inv. sommaire … série H, p. 15.
[12] Marie FAUROUX, op. cit., pp. 421-425.
[13] Dans le Répertoire numérique de la Série D. (Université de caen) – Prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge, Collège des Jésuites de Caen, de Beaumont-en-Auge, etc. Académies des belles-lettres de Caen, Caen, Bigot, 1942, in-4°, 52 p., publié par R.N. SAUVAGE, il n’est fait aucune mention des biens du prieuré dans cette paroisse.
[14] = Arch. SHL – Charles VASSEUR, Notes et documents – Portefeuille « Doyenné du Mesnil-Mauger )
[15] Citée par C. HIPPEAU, op. cit.
[16] Henri de Formeville, op. cit. p. cv.
[17] Ed. Le Prévost
[18] Voir entre autres l’article de Melle Marie-Josêphe LECACHEUX, « Histoire de l’abbaye de Saint-Amand de Rouen – Des origines à la fin du XVIe siècle « , BSAN, XLIV, 1936 (1937 ), pp. 5-289; pp. 23 .
[19] Ce Guillaume Ier est cité parmi les premiers personnages du duché, dans l’ordre laïc, entre le dapifer et le grand échanson, dans le cercle des familiers conseillant le duc Guillaume à l’occasion des préparatifs de la conquête – Orderic VITAL, op. cit., II, p. 121 – ou après Hugues de Grentemesnil, lors de la bataille d’Hasting – id°, p. 148 – Guillaume ayant confié le royaume nouvellement conquis à Guillaume fils d’Osberne et la ville de Douvres et tout le pays de Kent à son frère… le roi leur adjoignit Hugues de Grandmesnil, Hugues de Montfort, Guillaume de Varenne et d’autres braves soldats « – id°, 167 . Ce Guillaume de la Varende ayant épousé Gondrède soeur de Gherbod, se vit confier le comté de Surrey – id°, p. 221 – au temps de Guillaume le Roux – III, p. 317 note. Selon cette note, Gondrée ou Gondrède, son épouse aurait été la fille de la reine Mathilde.
[20] Orderic VITAL, id°, V, 128 .
[21] id°. op. cit. . III, 338, 427.
[22] Pierre LE FERON de LONGCAMP – « Une énigme éclaircie « , in Bulletin des Amis de La Varende, n° 18, Juin 1981, pp. 71-73, auquel nous ferons un certain nombre d’emprunts
[23] En novembre 1988, Madame O. GALLIER a présenté à ses collègues de la Société Historique de Lisieux, une communication – restée inédite à ce jour – sur cette famille
[24] Inventaire de Pierre SUREAU Publié par J. FELIX, Rouen-Paris, 1892, p. 142.
[25] Voir à ce sujet l’intéressant travail concernant tout particulièrement notre région dû à Louis de NEUVILLE.- « De la résistance à l’occupation anglaise dans le pays de Lisieux de 1424 à 1444 « , BSAN, t. XVI et t. à p. Caen, Delesques, 1893, in-4°, 48 p. et l’ouvrage de Henri de FRONDEVILLE, La Vicomté d’Orbec pendant l’occupation anglaise (1417-1449) – Compte de Jean Le Muet, vicomte d’Orbec, pour la Saint-Michel 1444 . Préface de M. le Chanoine Simon in Etudes lexoviennes, t. IV, 1936, Gr. in-8°, XIV-328 p., carte. .
[26] Celui-ci possédait également un fief à Formentin qui reviendra aux Lambert. Sur ce personnage voir notre article sur « Le Château de Formentin », à paraître. (note 12/2001: voir Formentin.doc)
[27]  – 1452, 24 octobre – Lisieux:
« Cy ensuivent les fieux, baronnies, haultes justices que l’évêque de Lisieux tient du Roi notre sire et les arrières fieux qui dudit évêque sont tenus (Cart. lexov., f° 12, verso ) :
« Ledit Jehan de Heudreville tient en ladite paroisse de Mesnil-Eudes ung autre tiers de fieu de chevallier que soulloient tenir Jehan Osmont et la déguerpie Thibault de La Varende « .
= Publié de FORMEVILLE, Histoire de l’Evêché-Comté de Lisieux, t. I, pp. 453-458.
[28] DE LA CHESNAYE-DESBOIS ou, plus près de nous ARNAUD.
[29] Deux nobles sont signalés au Mesnil-Simon: Jean de la Ceaule – sans doute de la Chaule – et Guillot Collet. .
[30] Henri de FRONDEVILLE, Les Présidents du Parlement de Normandie 1499-1790,, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1953.
[31] Cf. Emile TRAVERS, Rôle du ban et de l’arrière-ban du bailliage de Caen en 1552, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1901, in-8°, xvij-399 p.; pp. 18-19:
[32] D’autres à la même époque, tel celui du Manoir du Bais, à Cambremer furent aménagés en demeure.
[33] 1666 – Montpinçon: Nicolas de Brossard, sr de Saint Nicolas; Olivier de Brossard, sieur de Rouval; Renvoyés au Conseil. = Recherche de de Marle.
[34] Jacques, sieur de Saint-Nicolas, à Echauffour, et Nicolas Le François, sieur de la Plesse, à Saint-Germain-de-Montgommery, portent d’argent à trois palmes de gueules (maintenus).
= GRAVELLE-DESULIS, « Recherche de la noblesse d’Alençon faite par de Marle », Annuaire de l’Orne, 1865, pp. 285-296; 1866, pp. 254-309; 1867
[35] C’est le nom ancien de la Noë-Poulain, canton de Saint-Georges-du-Vièvre.
[36] Sans doute la chapelle de Saint-Pierre-du-Vièvre. Nous n’avons pas retrouvé la trace de cette chapelle en l’église Saint-Pierre-du-Vièvre mentionnée dans la lettre d’Arnoul, en 1147.
[37] Est-ce la chapelle de la Feugerie, canton de Gacé (Orne) qui faisait autrefois partie du diocèse de Lisieux?
[37] Jacques, sieur de Saint-Nicolas, à Echauffour, et Nicolas Le François, sieur de la Plesse, à Saint-Germain-de-Montgommery, portent d’argent à trois palmes de gueules (maintenus).
= GRAVELLE-DESULIS, « Recherche de la noblesse d’Alençon faite par de Marle », Annuaire de l’Orne, 1865, pp. 285-296; 1866, pp. 254-309; 1867
[37] C’est le nom ancien de la Noë-Poulain, canton de Saint-Georges-du-Vièvre.
[37] Sans doute la chapelle de Saint-Pierre-du-Vièvre. Nous n’avons pas retrouvé la trace de cette chapelle en l’église Saint-Pierre-du-Vièvre mentionnée dans la lettre d’Arnoul, en 1147.
[37] Est-ce la chapelle de la Feugerie, canton de Gacé (Orne) qui faisait autrefois partie du diocèse de Lisieux?
[38] Il est à remarquer que d’après cette confirmation de 1134, l’abbaye n’a plus que 10 sols à recevoir sur l’église de Bienfaite et autant sur celle d’Orbec; cependantt, le patronage et la dîme entière lui avaient été donnés par Richard de Bienfaite, fils de Gilbert, comte de Brionne (lat. 13905, f° 11115). L’abbaye recouvra plus tard son droit de patronage sur l’église d’Orbec.
[39] Cette fondation est reprise par D. Jouvelin, B.N. lat. 1208, f° 108 v°..
[40] Bretonncelles, Montisembert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *