CHAPELLE YVON La


NOTES sur La CHAPELLE YVON

accrue de Le BESNERAYE – Benneray

Adigard des Gautries Jean, Lechanteur Fernand. Les noms des communes de Normandie – XIV.
679. — La Chapelle-Yvon (Orbec, C), accrue du Besneray en 1825 :
Capella Yvonis 1252 n. st. : Cartul. Friardel, n° 47, fol. 10 v°.
Le déterminatif est le n.h. Y von (du francique Ivo).

Chapelle-Yvon (LA), canton d’Orbec, accrue de Benneray en 1825. Capella Yvonis, 1233 (ch. de Friardel).
Par. de Notre-Dame,
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Bernay.
Gêner.. d’Alençon,
élect. de Lisieux,
sergent. d’Orbec:

Lieux-dits de La CHAPELLE YVON:
Bois-Yvon (Le) Boi Yvo. Le Bois-Yvon., fief tenu du roi en la vicomté d’Orbec.
Boscus Yvonis, I203 (magni rotuli, p. 94).
Beaupoulain, Butte-des-Bois (LA), Chêne (LE), Cour-de-Douville (La), COUR-DU-BEAU-POULAIN (La), Douville, Fontaines (Les), Friche (LA), [Manoir (LE), f. et chat.], MARES (LES), Meulle (LA), [Mont-Houre (LE), Mont-Hour, 1845 (Simon)], Moulin-Chicane (LE) usine, Moulin-Guernet (LE), usine, Moulins (LES), Rabottière (LA), Rifaudière (LA), Vastines (Les),

La Chapelle- Yvon, – Hue de Saint-Fenest y tient deux quarts d’un membre de fief, prisé 28 livres ;
La La Chapelle-Yvon. – Guillaume Labbé y tient un quart de fief ;
La Chapelle-Yvon, 80 feux
La Chapelle-Yvon appartenant à Christophe de-Mailloc.

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

– Bibliographie :

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome III page 822.
CHAPPET Alain : Avec ceux de Lisieux et alentours dans les Armées de premier Empire ; BSHL N°55, Décembre 2003 (Jean-Baptiste DESHAYES)
Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 1223.
FOURNIER Dominique : les références à la justice dans la toponymie et l’anthroponymie noirmandes ; BSHL n°61, décembre 2006. p 38.
PANNIER Arthème : voir Archives SHL, NE12, 1er carton. (Le Besnerey)
PAUMIER Henri : Pour l’histoire du papier. Les moulins des papetiers du Pays d’Auge. Bulletin du Foyer rural du Billot, n°82, juin 2003.
ROSENPLÄTER Johannès : Trois villages du Sud Pays d’Auge : (La Chapelle Yvon, La Cressonnière et La Croupte), étude démographique, sociale et économique. Mémoire de Maîtrise CAEN, 1999.
SICOT A., Monographie communale de la Chapelle-Yvon, Ms. 1886, 156 p.
= Arch. Départ. du Calvados, Br. 9408

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
La Chapelle-Yvon, Capella-Yvonis.
Le seigneur qui a donné son nom à cette église, dont il fut sans doute le constructeur, n’a pas trouvé place dans l’histoire.
Il est probable que c’est son oeuvre qui subsiste encore aujourd’hui, car, dans son ensemble, l’église de la Chapelle-Yvon appartient à la période romane.
Le pignon occidental montre, dans le plein des murs soutenus par deux contreforts plats, l’appareil bien caractérisé en feuilles de fougère. La porte a été percée seulement au XVIe siècle. L’entrée primitive devait exister au centre du mur méridional, où sont restés, au milieu des reprises postérieures, quelques claveaux sculptés d’étoiles. Une partie du mur avec un contrefort appartient aussi à l’époque romane.
On y voit des briques longues, semblables aux briques romaines, mais plus grossièrement modelées. Le surplus, parementé en grand appareil, date seulement du XVIe siècle avec les deux fenêtres cintrées qui y sont pratiquées. Les deux autres ouvertures consistent en une grande baie moderne et en une fenêtre ogivale à tracerie flamboyante. Le mur latéral du nord, comme toujours, est resté mieux caractérisé.
Deux contreforts plats le soutiennent; mais les ouvertures sont modernes.
Le choeur ne date que du XVe siècle, il est à chevet droit ; une seule fenêtre mérite d’être signalée, c’est l’ogive subdivisée par un meneau qui s’ouvre dans le mur du sud.
De ce côté s’élève la tour, disposée entre choeur et nef et faisant saillie de moitié environ de son diamètre. C’est une construction rectangulaire assez massive, composée d’un blocage de silex non taillé et de grison. Deux contreforts buttent le mur méridional ; un seul est apparent à l’ouest et à l’est. La corniche se compose d’un quart de rond avec une plate-bande. Un clocher en charpente du XVe siècle couronne cette tour. Il est octogone, revêtu d’essente, avec des lucarnes sur quatre des faces. La seule ouverture de la tour est une fenêtre cintrée à deux rangs de claveaux de pierre blanche extradossés. Une tête sculptée en haut-relief forme clef à la première rangée. Cette tour est, sans aucun doute, contemporaine de la nef.
L’intérieur, affligé d’un bain de badigeon criard, n’offre rien de remarquable. Les voûtes sont en merrain avec charpentes apparentes. L’arc triomphal date du XV » siècle; il consiste en une ogive à moulures prismatiques soutenue par deux piliers semi-cylindriques. Les trois autels sont insignifiants.
On voyait autrefois, au retable de l’Épître, un tableau représentant saint Biaise, peut-être sans grand mérite artistique ; mais, au bas, était un blason de donateur qui lui donnait une valeur historique. Ce blason était de gueules au chevron d’argent accompagné de 3 merlettes de même. A la place, on a pendu une toile moderne, due à la munificence du baron André Despériers.
Aux fenêtres ogivales restent quelques fragments de vitraux, bordures de la Renaissance, cartels entourés d’amours et autres motifs, et un petit sujet fort décoloré qui représente le martyre de saint Blaise.
Diverses statues méritent d’être signalées, surtout une Vierge de la Renaissance avec l’Enfant-Jésus vêtu d’une longue robe, pressant dans ses mains une colombe.
Le clocher renferme deux cloches anciennes : l’une vient du Besnerey, et j’en réserve l’inscription pour l’article de cette paroisse. L’autre porte les lignes suivantes :

LAN 1788 IAI ETE BENIE PAR Me IOSEPH PHILIPPE LE MONNIER DE
LA MAITRÉE CURE DE CE LIEU ET NOMMEZ MAGDELEINE PAR TRES HAUT ET
TRES PUISSANT SEIGNEUR ANTOINE FRANCOIS DE QUITRY BRIGADIER DES
ARMÉES DU ROY ET PAR TRES HAUTE ET TRES PUISSANTE DAME MAGDELEINE
CHARLOTTE DE RIQUEL DE CARAMAN EPOUSE DE TRES HAUT ET TRES PUISSANT
SEIGNEUR VICTOR IACQUES GUI GEORGE HENRY DE CHAUMONT MARQUIS
DE QUIIRY.
LE Sr PIERRE LECUIER TRESORIER COMPTABLE. IEAN COPIE MA FAITE.

L’église de la Chapelle-Yvon est sous-l’invocation de Notre Dame. Elle faisait partie du doyenné d’Orbec. Les pouillés du XIVe siècle indiquent, comme patron, le seigneur du Besnerey; ceux des siècles suivants portent simplement le seigneur du lieu : dominus loci.
La chapelle-Yvon était un plein fief de haubert. En 1562, il appartenait à maistre Pierre des Hayes ; en 1581, à Jacques des Hayes, sieur de Gassart. Au XVIIe siècle et jusqu’à la Révolution, on le trouve en la possession des Chaumont de Quitry, barons d’Orbec.

2 – Pièces Justificatives:

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux

284. — Le 22 janv. 1782, la nomination à la cure de la Chapelle-Yvon, appartenant au seig. du lieu, noble dame Marie-Victoire de Margeot, Vve de haut et puissant seig. Jacques-Guy-Georges-Henry de Chaumont, marquis de Guitry, ancien chef de brigade des gardes-du-corps du roy, mestre-de-camp de cavalerie, chevalier de l’Ordre royal et militaire de St-Louis ; tutrice honoraire de ses enfants mineurs, barons d’Orbec et de Bienfaite, seig. et patrons de Tordouet, les Roncerés, la Chapelle-Yvon, les Noës, Monney et autres lieux en Normandie, barons de Lecques, seigneurs fonciers en toute justice de St-Michel de Caillo, Saussan, Pignan, Fabrègues et autres lieux en Languedoc ; donataire de Monsieur frère du roy, de la garde-noble de ses enfants mineurs, ainsi que des patronages de bénéfices-cures dépendant de leurs fiefs, demeurant au château de Bienfaite, nomme à lad. cure de la Chapelle-Yvon, vacante par la mort de M. Pierre Branley, dernier titulaire, la personne de M. Jacques-Augustin Maris, pbre, curé de Druval. Fait et passé à Lx, en la maison canoniale de M. de la Cauvinière, chanoine de Lx et conseiller de grande chambre au parlement de Normandie, demeurant parr. St-Germain, « au coin des rues du Bouteiller et du Cerf. »
Le 4 mai 1782, le seig. évêque donne aud. Sr. Maris la collation dud. bénéfice.
Le 21 oct. 1782, le Sr.Maris prend possession de la cure de la Chapelle-Yvon, en présence de Me Jean-Baptiste-Robert Armenoult, pbre, desservant lad. parr., et autres témoins.

8. — Le 28 nov. 1782, M. Jacques-Augustin Maris, pbre, curé de Druval et de N.-D. de la Chapelle-Yvon,demeurant à Druval, résigne purement et simplement lad. cure de la Chapelle-Yvon entre les mains du seig. évêque, afin qu’il y soit pourvu par qui do droit. Fait et passé à Lx.
Le 4 décembre 1782, la nomination à la cure de N.-D. de la Chapelle-Yvon appartenant au seig. du lieu, haute et puissante dame Marie-Victoire de Margeot, Vve de Mes. Jacques-Guy-Georges-Henry de Chaumont, marquis do Guitry, ancien chef do brigade des gardes-du-corps du roy, mestre-de-camp de cavalerie, chevalier de l’Ordre royal et militaire de St-Louis, lad. dame tutrice honoraire de ses nobles enfants mineurs, barons d’Orbec et de Bienfaite, seig. et patrons de Tordouet, les Roncereys, la Chapelle-Yvon, les Noes, Monnay et autres lieux en Normandie, barons de Lecques, seig. fonciers en toute justice de St-Michel, Gailhan, Saussan, Pignan, Fabrègucs on Languedoc et autres lieux, demeurant au château de Bienfaite, nomme à lad. cure de la Chapelle-Yvon, la personne de M. François-Charles Deshayes de Bonneval, Esc. pbre du diocèse de Lx, chanoine prébende non distributif d’Ecajeul en la Cathédrale de Lx. Fait et passé à Lx, au palais épiscopal.
Le même jour, le seig. évêque donne aud. Sr. Deshayes de Bonneval la collation dud. bénéfice.
Le 11 déc. 1782, le Sr.Deshayes de Bonneval prend possession de la cure de la Chapelle-Yvon, en présence do M. Jean-Baptiste-Robert Armenoult, pbre, desservant lad. parr. et autres témoins.

327. — Le 23 décembre 1784, Mesr. François-Charles Deshayes de Bonneval, pbre, curé de la Chapelle-Yvon et de St-Cyr-des-Roncerés, résigne purement et simplement lad. cure de la Chapelle-Yvon entre les mains du seig. évêque, afin qu’il y soit pourvu par qui de droit. Fait et passé au château de Bienfaite en la demeure de Madame la marquise de Guitry, eu présence de Mes. Pierre Le Petit de Montmirel, garde du-corps de Monsieur, demeurant à Versailles à l’hôtel des gardes-du-corps, et de Mesr. Gabriel-Charles Hauvel, conseiller-secrétaire du roy, Maison et Couronne de France en la chancellerie près le parlement de Dijon, demeurant en sa terre, parr. de St-Germain-de-la-Campagne.

4. — Le 23 déc. 1784, la nomination à la cure de N.-D. de la Chapelle-Yvon appartenant au seig. du lieu, haute et puissante dame Marie-Victoire de Margeot, Vve de haut et puissant seig. Jaques-Guy-Georges-Henry de Chaumont, marquis de Guittry, tenant de Monsieur, frère du roy, la garde noble de ses enfants mineurs et agissant en leur nom et au sien, nomme à la Lad. cure vacante parla démission de Mrs. Francois-Charles Deshayes de Bonneval, pbre, chanoine prébende d’Ecajeul, curé des Roncerés et dernier curé de la Chapelle-Yvon, personnelle M. Joseph-Philippe Le Monnier de la Haitrée, pbre de ce diocèse, vicaire de Pennedopie. Fait et passé au château de Bienfaite, en la demeure de Madame la Marquise et en présence de M. Pierre Le Petit de Montmirel, garde-du-corps de Monsieur, présentement au château de Bienfaite, et de Mes. Gabriel-Charles Hauvel, conseiller-secrétaire du roy. Maison et Couronne de France en la chancellerie près le parlement de Dijon, demeurant on sa terre, parr. de St-Germain-la-Campagne.
Le 30 décembre 1784, M. Collignon, vic. Gl, donne aud. Sr. de la Haitrée la collation dud. bénéfice.
Le 9 janv. 1785, le Sr Le Monnier de la Haitrée prend possession de la cure de la Chapelle-Yvon, en présence de plusieurs habitants de la parr.

161. — Le 25 janv. 1786, Nicolas Benoit, marchand, demeurant à la Chapelle-Yvon, constitue 150 livres de rente en faveur de M. Pierre
Montoure, acolyte du diocèse de Lx, (parr. de St-Pierre de Mailloc), afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Fait et passé à Orbec, en l’étude de M.Gueslin

140 — Le 20 octobre I788, dispense de bans pour le mariage entre Mes. Antoine-Adrien-Charles Le Bas, Esc. Sr. du Rouvray, veuf de demll. Elisabeth-Antoinette Levasseur, et fils de M. Adrien Le Bas et de demll. Charlotte Levallois, demeurant ordinairement à Rouen et résidant depuis plus d’un an à la Chapelle-Yvon, d’une part, et demlle. Marie-Augustine-Julie do Grecy, fille mineure de M. François Philibert Esc. Sr. des Linières, originaire de la parr. de N.-D. de la Couture de Bernay et demeurant aussi depuis quelques mois en celle de la Chapelle-Yvon.
Suit la dispense de parenté du 3° degré obtenue en cour de Rome par les parties.

Curés.- P. Branley – F.C. Deshayes de Bonneval – J.Ph. Le Monnier de la Haitrée.
Prêtre desservant J.-B-R Armenoult
Patron. — le seigneur du lieu.— M.-V. de Margeot Vve de Chaumout-Guitry
Seigneur et notable X. Benoist – A.-A.-C. le Bas du Rouvray

– Deux descriptions de l’église dont une du 17 octobre 1853 et l’autre du 21 octobre 1858
– Dessin d’un écusson sur un tableau de St Nicolas dans l’église de la Chapelle Yvon.
– Mention sur la cloche : L’an 1788 j’ai été bénie par Messire Joseph Lemonnier de la Haitrée, curé Magdelaine par Très Haut et Puissant Seigneur Antoine Anne François de ….
– Etat des fiefs de 1559 : illisible
– Recherche de 1524 : néant
– Arrière-ban de 1562 : Olivier de St Ouen, seigneur de Tordouet et de la Courdoville (note la Courdoville fief à la Chapelle Yvon d’après Monsieur Rioult de Neuville) Maistre Pierre des Hayes écuyer seigneur de la Chapelle Yvon.
6 juillet 1581 : aveu rendu à Noble Homme Jacques Deshais, sieur de Gassard et de la Chapelle Yvon
– Henry de Chaumont, chevalier, seigneur et baron de Lesques, St Michel et Tordouet, maître de camp d’un régiment de 20 compagnies et à cause de Haute et Puissante Dame Louise de Boucquetot, son épouse, seigneur et baron d’Orbec, Bienfaite et la Chapelle Yvon. 18 juillet 1639, 29 juillet 1648, janvier 1664, 8 février 1666.
– Jacques Anthoine de Chaumont, chevalier seigneur marquis de Guitry, baron d’Orbec, Bienfaite, Tordouet, Lesques, St Michel en Languedoc, Coudehards, la Chapelle Yvon et autres lieux.
– 25 juillet 1722, 3 juillet 1723, 19 décembre 1732, 1er février 1734, 7 mai 1734, 26 mars 1734,
– 9 avril 1721 et 17 octobre 1722.
– Anonyme du Fay veuve et héritière de Jacques de Chaumont, marquis de Guitry, tutrice de ses enfants mineurs 3 septembre 1739.
– Jacques Guy Georges Henry de Chaumont, marquis de Guitry, maître de camp de cavalerie, chevalier de St Louis, baron d’Orbec, Bienfaite, seigneur et patron des paroisses de Tordouet, le Ronceray et la Chapelle Yvon, baron fossier de St Michel, seigneur de Lesques, Fabrèges, Gailhan, Saussan, et Pignan en Languedoc. 23 juin 1771, 12 août 1771.
– Le marquis de Guitry avait épousé Haute et Puissante Dame Marie Victoire de Margeot suivant un acte du 17 octobre 1774.

1562
p. 68 13 – Olivier de Saint-Ouen, écuyer, seigneur de Tordouet et de Courdoville (La Courdouville, fief à La Chapelle-Yvon. Note de M. Rioult de Neuville.) LVI l.
= P.-F. LEBEURIER, Rôle des taxes de l’arrière-ban du bailliage d’Evreux en 1562 avec une Introduction sur l’histoire et l’organisation du ban et de l’arrière-ban, Evreux-Rouen, Huet-Lebrument, 1861, In-12, 167 p.

1565, jeudi 26 avril – Tordouet
Noble personne Me Loys Duboys, chanoine de Lisieux et curé de Cambernon, demeurant à Lisieux, rend et remet ès mains de noble homme Olivier de Saint-Ouen, seigneur de Tordouet, le fief, terre et seigneurie de Monnay, assis et situé aux paroisses ded. lieu de Tordouet, Saint-Cyr-du-Ronceray, La Chapelle-Yvon et environs et en état que led. Duboys l’a eu et acquis de noble personne Me Guy de Saint-Ouen, curé de Saint-Martin-de-l’Espinay-Tesson, de présent demeurant à Lisieux, lors seigneur dud. fief et seigneurie de Monnay, oncle dud. seigneur de Tordouet, duquel ledit fief est tenu. Selon les lettres du 18 août dernier led. Duboys avait acquis led. fief moyennant la somme de 500 livres.
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville.

1704 27 janvier
Vente faite par Jean Montoure, marchand bourgeois d’Orbec à Pierre Bardel de Saint-Julien-de-Mailloc, de diverses pièces de terres situées en la paroisse de la Chapelle-Yvon et de Saint-Pierre-de-Mailloc, tenues en partie de la seigneurie dudit lieu de la Chapelle-Yvon, en partie de la seigneurie de Courthonne, et la pièce située en la paroisse de Saint-Pierre-de-Mailloc relevant du Marquisat de Mailloc
En marge est écrit : reçu le treizième du présent contrat ce 25e d’août 1705
signé : Alexandre de Belleau

1761
Archives SHL 1F62 1761, 20 septembre_
François Nehoux, blatier, demeurant en la paroisse de Besnerey, vend à Jean Lenormand, fils Jacques, laboureur demeurant en ladite paroisse, une pièce de terre en pasture située sur la paroisse de la Chapelle-Yvon.

1773 – Archives SHL.
1F410 : 29 juin 1773 : Marie Conard de La Chapelle Yvon, vend à Michel Héribel, tisserand de St Martin de Mailloc, une pièce de terre et bâtiment à St Martin.

14… Le Besneray (réuni à La Chapelle Yvon)
NORTIER Michel, Contribution à l’étude de la population en Normandie au bas moyen âge (XIVe-XVIe siècles). Inventaire des rôles de fouage et d’aide. Sixième série: Rôles de fouage paroissiaux de 1518 à 1533 dans Répertoire périodique de documentation normande, N° 14; « , Cahiers Léopold Delisle, XXXIX, 1990, pp. 1-127
Le Bennerey (Le Besneray), 85;
Archives SHL : Carnets de Charles Vasseur :

« Analyses et transcriptions … »
– p.27 – 29 juillet 1648
contestation de terrain de diverses pièces de terre entre Messire HENRY de CHAULMONT chevalier et baron de LECQUES, BENFAITE, LA CHAPELLE-YVON et TORDOUET et Monsieur Maistre François de MOGES seigneur de Préaux et du Besneray
p.9 -11 mai 1452
Guillaume FOUQUET le Jeune, escuyer seigneur de la VESPIERE, confesse avoir reçu de Guérodin de FRANCQUEVILLE la somme de 8O livres tournois formant le capital d’une rente due par le dit FRANCQUEVILLE à Jehan LE ROY de MONSTALLART seigneur de la REUE, pour son fief du BESNEREY afin d’en être déchargé.

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles Vasseur :
Voir « analyses et transcriptions «
– p.27 – 29 juillet 1648
contestation de terrain de diverses pièces de terre entre Messire HENRY de CHAULMONT chevaler et baron de LECQUES, BIENFAITE, LA CHAPELLE-YVON et TORDOUET
– 2e fascicule – p.16 – 6 juillet 1581
aveu rendu par Jullian PYGNERAY de 7 pièces de terre en herbe tenues de la seigneurerie de la CHAPELLE-YVON de noble homme Jacques DESHAYS sieur de GASSART
-3e fascicule – P.18 1704 27 janvier
Vente faite par Jean Montoure, marchand bourgeois d’Orbec à Pierre Bardel de Saint-Julien-de-Mailloc, de diverses pièces de terres situées en la paroisse de la Chapelle-Yvon et de Saint-Pierre-de-Mailloc, tenues en partie de la seigneurie dudit lieu de la Chapelle-Yvon, en partie de la seigneurie de Courthonne, et la pièce située en la paroisse de Saint-Pierre-de-Mailloc relevant du Marquisat de Mailloc
En marge est écrit : reçu le treizième du présent contrat ce 25e d’août 1705 – signé : Alexandre de Belleau voir « Doyenné d’Orbec ».

– Insinuations
– Sous l’invocation de Notre Dame ;
– Curés:
Fleury 1764
P.Branley 1774
Jh.Ph.Le Monnier de la Haitrée 1784-1787.
F -O. Deshayesde Bonneval
Prêtre desservant: J.-B-R Armenoult
Patron. le seigneur du lieu M.-V. de Margeot Vve deChaumont-Guitry
Seigneur et notable. X. Benoist – A.-A.-C. le Bas du Rouvray

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *