OUILLY LE VICOMTE



NOTES sur OUILLY LE VICOMTE – 14487.
et Boutemont (ou Bouttemont)

Ouilly-le-Vicomte, canton de Lisieux (1er section), commune accrue de la commune de Bouttemont en 1824.
Beata Maria de Oilleio, 1279 (chap. de Lisieux).
Maisnillum Vicecomitis, XIV° s’ (pouillé de Lisieux, p. 22).
Ouiller le Vicomte, 1469 (fiefs de la vicomté d’Orbec).
Ouillée le Vicomte, 1667 (carte de Le Vasseur).-
Oullée le Vicomte, 1694 (carte de Tolin).

1 – Bibliographie.
2 – Références historiques
3 – Autres archives SHL concernant Ouilly le Vicomte ou Boutemont
4 – Château et paroisse de Boutemont.
5 – Dossier Ouilly le Vicomte-Bouttemont (créé en 05-2004)

1 – BIBLIOGRAPHIE :

Archives SHL dossier « Lieux M à Z » : Château de Bouttemont, état des biens en 1792, (manuscrit) + Société d’archéologie et d’histoire de la Manche – Mélanges multigraphiés

BEZIERE, Monographies communales d’Ouilly-le-Vicomte; Rocques et Norolles, Ms. c. 1885, 12 p.,
= Arch. Départ. du Calvados, Br. 9457.
= Archives SHL NE000 2e carton (photocopie)

(Notes diverses sur Ouilly-le-Vicomte), CAF, XXXVIIe session, pp. 22-25

CAUMONT Arcisse de, Statistique monumentale du Calvados, Caen, 1867, t. V, pp. 2-11, ill. (Réédition FLOCH, tome 3 pages 2 à 16 pour OUILLY LE VICOMTE et BOUTTEMONT)

DETERVILLE Philippe : Ouilly-le-Vicomte, Le Manoir de la Planche aux Hards, CDMPA, pp. 113-114
Ouilly-le-Vicomte, Manoir des Mathurins, PGMPA, pp. 132-133; pavillons sur rez-de-chaussée de brique à harpes de pierre, étage à pan de bois avec traverse d’allège et croix de Saint-André pattées galerie sur poteaux à chapiteau et console perlée, épis de faîtages (?)

DESCOURS-DESACRES, Ouilly-le-Vicomte et Rocques in La Normandie Monumentale et Pittoresque, Le Havre, Le Male et Cie., réédit. Corlet, t. II, pp. 91-102
Manoir des Mathurins, Bouttemont)

DESCOURS-DESACRES, Ouilly-le-Vicomte et Rocques in La Normandie Monumentale et Pittoresque, Le Havre, Le Male et Cie., réédit. Corlet, t. II, pp. 91-102
(charité, méreaux d’argent, paix Renaissance)

DETERVILLE Philippe, Richesse des châteaux du Pays d’Auge , Condé-sur-Noireau, Corlet, 1989, 250 x 330, 301 p.; pp. 104-108

DEVILLE Etienne, « Excursion de l’association Normande le 28 août 1927 », AAN, 94e année, p. 174.

DORANLO Dr Raoul, « Essai d’inventaire des camps, retranchements, mottes et fortifications antiques du Lieuvin (arrondissement de Lisieux et de Pont-l’Evêque) BSHL, N° 26, 1924-1926 (1926), p. 6, 22.

Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 1061.

Firmin JANSON, « Notice sur quatre fieffes consenties par l’évêque de Condorcet en 1767 (la ferme de Cavaudon, Ouilly-le-Vicomte, Millière, Guérin, Dubois, les Bissonnets, les Buttes, Nouveau-Monde) « , BSHL, N° 23, 1918, p. 7

LEMAITRE Claude : une réussite sociale, Les potiers de Saint Désir et Ouilly le Vicomte ; Bulletin du Foyer rural du Billot n°77, page 9.

LEMAITRE Claude : Le déclin des ateliers de Céramique du Pré d’Auge Bulletin du Foyer rural du Billot, n°89, mars 2005

Alexandre MOISY, « Modifications apportées dans l’exploitation des terres », BSHL, N° 23, 1918, p. 1

MUSSET Lucien.- Normandie romane – I. Basse-Normandie, La Pierre-qui-vire, Zodiaque, 1967 (2e édit. 1975; 3e édit 1987. in-8°, 341 p., 145 pl., plans.; p. 15.
3e édit.

RUPRICH-ROBERT V., L’architecture normande aux XI° et XII° siècles en Normandie et en Angleterre, Paris, Lib. des imprimeries réunies, 1884-1889; Réimpression par Gregg international publishers LTD, 1 Westmead Farnborough, Hants, G-B., 2 vol., in fol. 340 et 176 pl. 36 £
(Beaumais; Ecajeul: p. 72; Friardel p. 59 abside semi-circulaire; Jort, Ouilly-le-Vicomte, p. 72; Saint-André-d’Hébertot, p. 99; Saint-Jean-de-Livet: p. 105, 112 – ouvertures triangulaires; Saint-Martin-de-la-Lieue: p. 105, 112, ouvertures triangulaires; Vieux-Pont: p. 72, 89, 100.

Souvenirs lexoviens. Memento de faits de toute nature – Résumés d’après les nouvelles parues dans le Journal le Lexovien depuis l’année 1835. Tome I Années 1835-1873, Lisieux, Imprimerie Morière, 1899. In-16, 291 p.

Jean-Pierre SUAU, « Les églises romanes de Normandie à fenêtres percées dans les contreforts », Connaissance de l’Eure, N° 19-20, Pâques 1976, pp. 4-48
Ouilly-le-Vicomte

Charles-Modeste VASSEUR, BSAN, t. II, p. 153; t. III, p. 180

Eglise d’OUILLY le VICOMTE :
ARCHITECTURE NORMANDE AU MOYEN-AGE. COLLOQUE DE CERISY LA SALLE 1994 – 2 volumes 24×32 – Ed Corlet 1997 – vol 2 p 18

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE. Serv. dep. d’Archéologie 1999. page 162, 355, 357, 390.

2 – REFERENCES HISTORIQUES :

1217
BUON XXIII
1217
Guillaume, fils de Raoul Le Charpentier, vend à l’abbaye, à l’Hôtel-Dieu et à la Léproserie, une terre à Ouilly.
Scellé d’un sceau disparu.
= AD. 14. Maladrerie, H suppl. III. B.1 Voir fichier « Xe au XVe siècle à 1217.

1292, mars – Lisieux
Lettre en latin passée devant le Doyen de Lisieux, faisant mention comme Jehan Le Vicomte, écuyer, bailla à fieffe à Messire Nicolas de Villedieu, Prêtre, un manoir assis en la rue Cadoc, le Manoir de la Licorne, rue au Chat, que tient à présent Jean Le Muet par 10 s. de rente ; en conséquence les droits seigneuriaux.
= Cartulaire lexovien, N° 32, f° 40 et 41 –
+ IND.: H. de FORMEVILLE.- Histoire, II, p. 321

1293
BUON CVI
1293, 17 février

Hugues Le Vicomte, tuteur des biens de ses enfants, affieffe à Nicolas de Villedieu, prêtre, un manoir qui appartenait à sa femme, entre la rue qui va de la poissonnerie à l’église Saint-Jacques, et la rue du Bailli.

Universis presentes litteras inspecturis, decanus Lexov., salutem in domino. Noveritis quod in nostra presentia constitutus Johannes dictus Vicecomes armiger, filius Hugonis dicti Vicecomitis militis et heres Aelicie quondam uxoris militis antedicti, minor, viginti quinque annis maior, tamen quatuordecim, cum auctoritate dicti militis curatoris, a nobis eidem necnon et tutoris Roberto, Aelicie, et Matillidi dicti Johannis coheredibus facta jure solempnitate que requiritur in premissis dati. Consessussint spontaneus cum auctoritate predicta se nomine suo et coheredum suorum tradidisse, concessisse et perpetuo feodasse, tradidit etiam concessit et coram nobis perpetuo feodavit Nicolao de Villa Dei presbytero, unum manerium cum omnibus edificiis ejusdem necnon libertate et usu, quos habet in furno Stephani Reyssent, situm in parochia Sancti Jacobi Lexov., inter vicum per quem itur de piscioneria apud ecclesiam Sancti Jacobi Lexov. ex uno capite, et vicum qui nuncupatur baaillie ex altero, inter domos Guillermi Le Petit, Petri Le Petit relicte et heredum Petri Quentin defun[c]ti, Guilleberti Le Cornier et dicti Stephani Reissent ex uno latere, et granchiam que quondam fuit Cadoc et manerium magistri Nicolay de Wallesmont clerici ex altero, prout se proportat in longum et latum, tenendum, habendum et jure hereditario in perpetuum possidendum dicto presbytero et ejus heredibus aut causam habentibus ab eidem de dicto Johanne et aliis coheredibus et heredibus eorumdem vel causam habentibus ab eisdem, bene, pacifice et quiete, salvo jure domini capitalis, reddendo exinde annuatim ab eodem presbytero et ejus heredibus vel ab eis qui causam habebunt quantum adhuc ab eisdem dictis Johanni et aliis coheredibus libere dicte Aelicie uxoris quondam militis antedicti, decem libras Turon. seu usualis monete, videlicet centum solidos ad Nativitatem, et centum solidos ad Nativitatem Beati Johannis Baptiste. Et juravit dictus Johannes pro se et aliis coheredibus dicte Aelicie uxoris quondam dicti militis cum auctoritate predicta quod ipsi dicto presbytero et ejus heredibus ac causam habentibus ab eisdem, et insuper heredes dictorum coheredum dictorum manerium cum omnibus edificiis libertate et usu predictis garantizabunt, defendent contra omnes ad usus et consuetudines Normannie, de omnibus redditibus acquitabunt per redditum supradictum versus decanum et capitulum, clericos de choro Lexovienses, predictum Petrum Le Petit et omnes alios quoscumque qui in dicto manerio possent redditum reclamare, vel valore ad valorem excambiabunt in hereditate propria eorumdem, et quod ratione minoris etatis nec alia quacumque contra conventiones predictas non venient in futurum, et quod dictus Johannes cum ad etatem devenerit, confirmabit, ratifficabit facietque et procurabit versus alios coheredes quod ipsi ratificabunt et confirmabunt feodationem predictam. Predictus autem miles, nomine curatorio dicti Johannis et aliorum coheredum predictorum curatorio, promisit et juravit, tactis sacrosanctis Evangeliis, quod ipse faciet et curabit quod predicti Johannes et alii coheredes de cetero rata et grata habebunt, tenebunt et fideliter observabunt omnia et singula que superius sunt expressa, et quod in nullo penitus contra ibunt, et se redditurum et resaraturum dicto presbytero et ejus heredibus ac causam habentibus ab eisdem omnia dampna et deperdita, que per defectum dictorum Johannis et coheredum suorum ac heredum suorum, suorum seu ipsius militis sustinuerint vel habuerint in premissis se et heredes suos et omnia bona sua mobilia et immobilia quo adhuc specialiter obligando et nostre juridictioni ordinariis supponendo. Nos autem, quia nobis constitit per sacramentum dicti militis, dictorum Johannis et aliorum coheredum, patris et aliorum fidedignorum predicta vergere inutalitatem, dictorum Johannis et coheredum premissis decretum nostrum interponimus et assensum ipsum Johannem nomine suo et coheredum suorum cum auctoritate predicta, et ipsum militem nomine quo super ad predicta omnia facienda, tenenda, observanda et adimplenda fideliter condempnans. In cujus rei testimonium sigillum curie nostre duximus litteris presentibus apponenda. Actum et datum anno Domini m° ducentesimo nonagesimo secundo, die martis post Sacros Cineres, de consensu predictarum.

Aucune indication sur le sceau.
= Cart. Thomas Basin, f° 15v°-16

1395, 17 mars
Information de Jean Le Lieur, vicomte de Pont-Authou et Pont-Audemer, pour la mise hors de garde noble de Colinet Le Vicomte, écuyer, qui était en garde la garde du roi à cause de la terre du Torquesne; il possédait aussi celle d’Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 7, p. 107.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVI, fasc. 1-2, 1967, p. 31.

1424, 28 may – Ouilly-le-Vicomte, Authieux-Papion
Item ung vidimus, fait sous le seel de la viconté de Rouen, l’an mil ccccxxiiije jour de may, faisans mencion que le Roy, nostre d. sire avoit donné temps aud. deffunt Pierre Surreau de bailler son denombremùent et faire son aveu des héritages qui furent aud. de la Varende, le Vicomte et Bouteiller, avec l’expedicion des seigneurs des comptes attachiée à icelles.
= FELIX J..- Inventaire de Pierre Sureau, p. 145.

1433, 23 septembre –
 » Item, un vidimus d’unes lettres royaulx, soubz le seel de la viconté de l’eaue de Rouen, le xxiije jour de sept. mil ccccxxxiij, icelles lettrers royaulx données le xxiiije jour d’octobre ccccxxij, par lesquelles le roi avoit donné aud. Surreau temps et terme de faire sa prisée des terres d’ouillie le Viconte, la Varende, la Bouteillerie, Sassie, OLendon, Beneauville, Bartoncelles, Montysembert (Bretonncelles, Montisembert.) et Chereperigne jusques à ung an ensuivant avec une expédicion des srs des comptes et trésoriers.
= FELIX J..- Inventaire de Pierre Sureau, p. 142.

1434, 2 juin – Ouilly-le-Vicomte
Item unes autres lettres royaulx, données à Rouen, le second jour de juing mil ccccxxxiiij, adréchantes à mesd. srs du Conseil, par lequel estpoit mandé que ilz lassassent joyr led. Surreau des héritages qui furent aud. Colinet le Viconte, avec ung mandement attachié à icelles, donné de messrs du Conseil, par lequel estoit mandé au sergent que il feist commandement aud. de la Planque que il laissa joyr led. Surreau desd. héritages avec une relacion de Denis Cotart, sergent en la vicomté d’Orbec, de l’exploit par lui sur ce fait.
= FELIX J..- Inventaire de Pierre Sureau, pp. 143-144.

1447, 24 mars – Lisieux
Ordre donné par l’évêque et Durant de Thieuville, lieutenant particulier du bailli de Rouen, (en la vicomté d’Auge et de Pont-Audemer) à Me Pingrenon (ou Pigrenon), commis à la recette des deniers ordonnés pour les travaux faits en la rivière de Touques de Lisieux à Touques pour la rendre navigable, de payer à Jean Mouton et Jean Sautin, pionniers, les travaux de dragage qu’ils ont faits de l’ancien cours de la rivière d’Ouilly entre le pont de Laprée et le pont du Perroy au prix de 60 s.t. la perche.
= B.N Mss. français 25968, 615.
+ IND.: NORTIER Michel, « Les Sources… Le fonds des nouvelles acquisitions française du département des manuscrits », Suppl. Ann. de Norm, Déc. 1959. p. 30.

1452, 29 octobre – Lisieux
 » Cy ensuivent les fieux, baronnies, haultes justices que l’évêque de Lisieux tient du Roi notre sire et les arrières fieux qui dudit évêque sont tenus (Cart. lexov., f° 12, verso) :

 » Premièrement.- La haulte justice de la ville et banlieue de Lisieux, avec les appartenances et appendances qui anciennement soulloient estre du ressort du bailliage de Rouen, en la vicomté et chastellenie de Pont-Audemer, et depuis, en celle de Pont-de-L’Arche, et de présent est en ressort du bailliage d’Evreux, en la vicomté et chastellenie d’Orbec, dont les fiefs et tenemens qui ensuivent sont tenus par hommage.
 » Guillaume de Cambernon, Escuier, tient à cause de sa femme, fille aînée de feu Collin le Vicomte, Escuier, tant pour lui quee pour ses parchonniers, demy fief de chevalier assis en la paroisse d’Ouillie le vicomte en la haute-justice dudit évêque. Lequel fieu Messire Guillaume de Saint-Cléoud soulloit anciennement tenir et depuis l’a tenu feu Colin le vicomte et est nommé le fieu d’Ouillie.

 » Robinet de la Rivière (Escuier) tien en ladite haulte justice, un quart de fief de chevalier nommé le fieu de Feneuvres (Fenèbre), assis en la paroisse de Saint-Didier de Lisieux (Saint-Désir), et le soulloit tenir ledit Saint-Cléoud à cause de sa dite femme et depuis Jehan Marmion, semblablement à cause de sa femme.

 » Richard Carbonnel, Escuier, tient en ladite haute justice, à cause de sa femme, fille de Jean Noirepel, Escuier, demi-fief de chevallier assis en la paroisse des Vaulx et es-parties d’environ, que tint anciennement Monsieur Guillaume Crespin, et depuis, la deguerpie Maistre Guillaume Noirepel, et est nommé le fieu de Beauffey  »

 » Guillaume, soubz aaige tient un quart de fieu de chevalier, nommé le hault Millouet, assis en ladite paroisse de Saint-Didier, en la haulte justice dudit Evesque, et le soulloit anciennement tenirMichel de Beaaumont à cause de sa femme.

 » Les enfant soubzage de feu Robert Osmont, tiennent en ladite haulte justice un quart de fieu de chevalier, nommé le bas Millouet, assis en ladite paroisse de Saint Didier (Saint-Désir) et le soulloit anciennement tenir Guillaume d’Asnières, Escuier (ou Desmares, selon l’aveu de 1561).

 » Jehan de Heudreville, Escuier, tient, pour lui et ses parchonniers, un quart de fieu de chevallier, nommé le fieu du Castellier, assis en ladite paroisse de Saint-Didier de Lisieux, en la haulte justice dudit Evesque, et le soulloit tenir anciennement Symon Bazire.

 » Jehan Bonnenffant (Bonnenfant), escuier, tient à cause de sa femme, fille de Pierre Bazire en ladite haulte justice, un demi fieu de chevallier nommé le Pont-Mauvoisin assis en la paroisse de Saint-Yppolite (Saint-Hyppolite) en environs, et le soulloit tenir feu Symon Bazire.

 » Ledit Evesque tient, en sadite haulte justice, ung VIIIe de fieu de chevallier que soulloit tenir Maistre Nicolle Baudry, nommé le fieu Trihen (Trihan) assis ès paroisses de Saint-Jacques et Saint-Didier de Lisieux.

Les enfant sobz aaige de feu Robin Osmont, et leurs parchonniers, tiennent en ladite haulte justice, un fieu de chevalier que soulloit tenir anciennement messire Richard de Creully, chevalier et depuis Guillaume de Croismare, WGuillaume de Barnobo et Jehanne de Beuvillier, chacun son tiers, nommé le fieu de Beuvillier, assis en la paroisse dudit lieu de Beuvillier et ès parties d’environ.

 » Jehan Bonenfant, escuier, rant pour lui que pour ses parchonniers, tient un fieu de chevallier, nommé le Fieu-de-Maignie assis en la paroisse dudit lieu de Magny-le-Freule ou bailliage de Caen, en la vicomté et chatellenie de Falloize.

 » Jean de Heudreville, escuyer, tant pour lui que pour messire Jehan de Mailloc, chevalier, et Pierre Baignard, escuyer, et ses parchonniers, tient ung fieu de chevalier assis ès paroisses de la Roque, Léaupartie et Formentin, au bailliage de Rouen, en la vicomté d’Auge et la chastellenie de Touques. Duquel fieu l’évêque de Lisieux soulloit tenir un quart de fieu, Jehan Osmont demy-fief et Guillaume d’Asnières, un quart « .

 » Jehan de Mailloc…

p. cccclv

 » Ledit évêque tient sept fiefs et demi de chavallier assis au bailliage de >Rouen, en la vicomté et chastellerie de Pont-Audemer, et anciennement avoient esté en ressort de la vicomté de Pont-Autou et chastellrie de du Pont-de-l’Arche qui soulloit estre du Pont-Audemer, desquels fiefs ledit Evesque tient ung en sa main assis en la paroisse de Bonneville-la-Louvet et environ que soulloit tenir Monseigneur d’Anjou nommé le Fieu de Bonneville.

 » Item. Costard, à cause de la demoiselle sa femme, en tient ung demy fieu, nommé le Fieu du Quesne, et le soulloit tenir Jehan Nollet.
p. cccclvj

 » Item. Lesdis Jehan et Estienne de Bienffaicte tiennent un quart de fieu nomméle Fieu de Mailloc. Et le soulloit tenir lediy Jehan de La Vallée.

 » Lesdis Jehan et Estienne de Bienffaicte en tiennent un quart de fieu de Brèvedent. Et le soulloit tenir Rogière La Seaunière.

 » Guillaume de Betteville, à cause de la damoiselle sa femme, et Messire Pierre Andrieu prestre en tiennent un demy fieu,qui anciennement soulloit être nommé le Fief Tesson et depuis le Fieu au Chevallerot, et de présent est nommé le Fieu de Heudreville. Et le soulloit tenir Robert de Pommereul et Thomas Andrieu.

 » Jehan Costard en tient, à cause de la demoiselle sa femme, un sixiesme de fieu, assis en la paroisse de Bonneville, Et le soulloit tenir Jehanne La Couière ».

 » Jehan Caires, escuier, en tient un fieu de chevallier assis es paroisses de Fresnes, Espreville et environ. Et le soulloit tenir Messire Robert de Brèvedent, chevallier.

Guieffroy de Bailleul, escuier en tient un fieu de chevalier, assis en la paroisse de Piencourt. Et le soulloit tenir Pierre Desmares, dit Alaary, et ses parchonniers.

 » Les enffans soubzaaiges de feu Colin Louvet et Jehan Louvet, son oncle, en tiennent un fieu de chevallier, assis en la paroisse de Fontaine-la-Louvet que soulloit tenir Ancel Louvet.

 » Le Prieur et le couvent de Sainte-Barbe tiennent dudit évêque un tiers de fieu de chevallier, assis en la paroisse du Mesnil-Eudes, en bailliage de Rouen, en la vicomté d’Auge, en la chastellerie de Touques.

 » Jehan de Heudreville, escuier tiens ung tiers de fieu de chevallier, assis e, ladite paroisse du Mesnil-Eudes, et que soulloit tenir Guillaume de Courcye.

 » Ledit Jehan de Heudreville tient en ladite paroisse de Mesnil-Eudes ung autre tiers de fieu de chevallier que soulloient tenir Jehan Osmont et la déguerpie Thibault de La Varende « .

 » L’Abbesse et le couvent de Notre-Dame de Lisieux tiennent tout le temporel quilz ont en ladite haute justice dud. évêque, de la fondation de leur abbaye, pour en faire à Dieu, prières et oraisons « .

« La baronnie de Thiberville, assise en ladite ville de Thiberville, de la Cappelle-Harenc, de Fontaine-la-Louvet et des Places et environs, au bailliage d’Evreux, en la vicomté et chastellerie d’Orbec, et anciennement devoit estre au bailliage de Rouen et vicomté de Pont-Audemer et en la chastellerie de Pont-de-l’Arche.

 » La baronnie de Gloz, assise en la paroisse de Gloz, de Cannappeville, (Saint-Aubin-de..), au doyenné de Vimoutiers et environ au bailliage d’Evreux, en p. cccclvij la vicomté et chastellerie d’Orbec et anciennement soulloit estre au bailliage de Rouen, en la vicomté dudit Pont-Autou et chastellerie de Pont-de-l’Arche. Ey d’icelle baronnie sont tenus deux fiefs et demy de chevallier, l’un assis en la paroisse de Lachon, au bailliage, vicomté et chastellerie de Caen, et fieu et demy en la paroisse de Courtonne-la-Murdrac, audit bailliage d’Evreux, vicomté et chastellerie d’Orbec. Lesquieux deulx fiefz et demy Geoffroy Patey, à cause de sa femme et ses parchonniers, soulloient estre tenans. Et de présent est en lieu dud. Patey, Guillaume de Ruppières, escuier. Ledit Evesque, pour luy et Jacques Le Jeune, Mons. Olivier de Vassy, pour feu Messire Jehan de Courtonne, en son vivant chevallier, led. Guillaume de Ruppières, pour Hue de Quesney, et les religieux de Saint-Cyr-de-Friardel, pour Jehan Dumont Poignant.

 » Item. De lad. baronnie sont tenus deulx autres fiefs et demy, asis en la paroisse de Livet-le-Baudouin et ès paroisses d’environ, en bailliage de Rouen, en la vicomté d’Auge et chastellerie de Touques, et sont tenus les hoirs de feu Colin Louvet et Jehan Louvel pour feu Ancel Louvet et autres leurs parsonniers. C’est assavoir: le Doïen de Lisieux; Maistre Thomas Tabouyer pour et en lieu de Guillaume de Sauquence (Soquence), Cardin d’Auge, en lieu de Collette, déguerpie de Colin de Belleaue et Guilbert Bardouf pour et en lieu de Raoul Bardouf.
.
= Cartulaire lexovien f° 12, v°, publié par Henri de FORMEVILLE, dans Histoire de l’Evêché-Comté de Lisieux, I, ccccliij.p. cccclv

1460, 27 juin – Ouilly-le-Vicomte
Transaction entre Thomas Basin, évêque de Lisieux et Guillaume de Cambernon, écuyer, seigneur d’Ouilly-le-Vicomte, à cause de Guillemette Le Vicomte, sa femme, au sujet des droits de l’évêché sur la seigneurie d’Ouilly-le-Vicomte. Copie collationnée de 1679.
= Arch. SHL. Ms. FB 144

1500, 21 mars – Norolles
Raillet Gardin mallade de leppre, demeurant en la paroisse d’Ouillie et malladrerie du lieu, baille à fieffe afin d’héritage à Jehan Gosset, de lad. paroisse d’Ouillie, une pièce de terre nommée le Camp Hubert, sise à Norolles, contenant une vergée ou environ près du doait au Roi moyennant 6 sols tournois de rente au terme de Saint-Michel
= Tabell. Lisieux – Analyse Et. Deville
(ndlr : aucune indication disant quel Ouillie.)

1517, 8 février – Rocques
Testament de Guillaume Gobie, de la paroisse de Rocques. Il donne 10 sols à l’église de Rocques; deux au trésor; deux à la confrérie Notre-Dame, deux à la confrérie de Monsieur sainct Ouen deux à la confrérie monsieur saint Fiacre et deux à la confrérie monsieur saint Gourgon. Item, 12 deniers à l’église d’Ouilly-le-Vicomté; 12 deniers à l’église de Norolles, 12 deniers à l’église des Vaux; quarante sols à Robert Levavasseur et Jehan Gruchet.
= Arch. SHL. 9F Dossier Rocques. Parch.

1526, 9 novembre – Lisieux
Noble homme Jehan Le Valloys, écuyer, seigneur de Putôt et Geffroy Vollart, trésoriers de Saint-Jacques de Lisieux, reconnaissnt avoir reçu de Germain Gosse, Guillaume Lesieur et Me Thomas Haymery, prêtre d’Ouilly-le-Vicomte, le racquit et franchissement de 31 sols de rente qu’ils étaient obligés faire aud. trésor par lettres du 16 décembre 1522.
= Tab. de Lisieux – Analyse Et. Deville

1529, jeudi 21 octobre – Ouilly-le-Vicomte
Bail du fief, terre et seigneurie d’Ouilly-le-Vicomte, par Jacques de Rupierre à Nicolas Mauduit, bourgeois de Lisieux, moyennant 1940 livres tournois

Noble homme Jacques de Rupierre, seigneur de Segne et d’Ouilly-le-Vicomte baille à ferfme manable pour le temps et terme de huit ans commençant à Noël prochain venant et finissant à semblable jour lesdits huit ans accomplis et revollutz, à Nicolas Mauduict, bourgeois de Lisieux, présent qui confessa avoir pris pour led. temps le fief, terre et seigneurioe dud. lieu d’Ouilly, tant en manoir, maisons, terres labourables et non labourables, prys, héritages, jardins, plants, domaine fieffé que non fieffé, rentes en deniers, grains, oeufs oyseaulx, reliefs et treizièmes sans de tout en rien retenir sauf que ledit seigneur fist retenue de sa court et usage et de la moictié desd. reliefs et treizièmes seulement. Et sera tenu, led. preneur paier les gaiges du seneschal, la dixme des héritaiges de lad. seigneurie, se deue est, et la rente que led. seigneur est tenu faire a lad. recepte du seigneur évêque et comte dud. Lisieux, à cause de sad. seigneurie durand ledit temps.

Cest bail et prinse fait pour tous les huit nans, par le prix et somme de dix neuf centz quarante livres tournois, dont led. seigneur bailleur se tint à content de la somme de huit cent quarante livres tournois et du reste et oultreplus montant à la somme de unze centz livres tournois, led. Mauduict, preneur par le moyen du présent bail sera tenu et promist en mectre et employer à l’acqyuit dud. seigneur la somme de mil livres tournois au racquit et franchissement de cent livres tournois de rente en deux parties que icelluy seigneur seigneur dit estre tenu faire aux enffans et héritiers de deffunct Jehan Mauduict fils Jehan et en faire par led. preneur led. racquit et paier les arréragespour l’advenir et en gardier icelluy seigneur, ses hoirs ou aians cause tant du principal que arrérages de toutes pertes et dommages. Et aussi moyennant le présent contract tous les baulx précédemment faits de ladite terre ou partie d’icelle sont et demeurent nulz et de nulle valeur, promettant led. seigneur bailleur, led. bail tenir et garantir vers tous et contre tous par ce que dit est. Et le reste du total prix dud. fermage montant à cent livres, led. preneur les paira aud. seigneur a la fin des dits huit ans.
Et a ce tenir et garantir obligèrent chacun leurs biens et héritages.
Passé à Lisieux en l’Hôtel dudit Mauduict. Présens messire Fouques Mahiet, prêtre, Gaston Vollart et Loys Tragin, tesmoings.
Lailler Delannoy
= Tabell. de Lisieux. Fonds Cailliau. Copie Et. Deville. Notes et documents Fonds Deville. 3. Environs de Lisieux.

1540 – Ouilly-le-Vicomte
Vente de terre, à Ouilly-le-Vicomte et Hermival, faites à Richard Couldrey par Pierre Thignart et Robin Mainfray. Autre acte du 6 mars 1542
= Arch. SHL. Ms. FB 196

1543, 10 novembre – Courtonne-la-Meurdrac
Par devant Michel Lailler et Pierre Delannoy, tabellions, Michel Desjardins, de Courtonne-la-Meurdrac, reconnaît avoir vendu à Guillaume Grieu, de Notre-Dame-de-Villlers, une pièce de terre à Courtonne, moyennnant 6 livres 10 sols. Témoins Michel Morin et Jacques Millaine, d’Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Analyse Et. Deville. Parch.

1571, Samedi 5 mai – Le Pré-d’Auge
Fut présent Jehan LOGRES, fils Andrieu, thuilier demeurant en la thuillerye de Val-Richer, lequel vend et promet fournyr, rendre et livrer, dessécher sur le four de lad. thuillerye dedans la Saint-Michel prochain venant à honneste homme Me Charles Levesque de la paroisse de Manerbe, présent achapteur pour et en nom de noble homme Joachim Gosselin, seigneur de Martigny et de Manerbe, duquel il est recepveur fermyer ne lad. seigneurie de MANERBE, le nombre de vingt milliers de thuille fournir bonne marchandise et loïalle, assavoir dix huit milliers du grand moule et deux milliers du petit moule; lesquels deux milles seront plombés par les boutz, moictié de vert, et aultre moitié de rouge, selon le poultrt et devys par led. seigneur faict faire et baillé aud. Logres. Ceste vente faite dud. nombre de vingt milliers de thuille, par le prix et somme de cent livres tournois, sur quoy par forme davance, led. Logres confesse avoir eu et receu dud. Levesque vint livres tournois, dont il s’est tenu et tient pour et a bien content. Et l’outreplus et reste montant) quatre vingtz livres tournois, icelluy Levesque gaige et promect paier aud. Logres ainsy que lad. livrée de thuille se faira, qui sera prinse et levée par led. Levesque ainsy qu’il sera advertypar icelluy Logres, de la cuisson d’icelle. Et pour ce que icelluy Logres disoit lad. thuille estre pour couvrir la maison naguère faict édiffier par led. seigneur en sad. seigneurie de Manerbe. S’il esconvenoit mpoins de thuille à lad. couverture, led. vendeur demeurera deschargé de l’exedent; et par le moïen de lad. vente et sans augmentation de prix, le vendeur promect bailler, fournir et livrer, oultre la fourniture de lad. thuille, tous les festiers et cormiers qu’il esconviendra pour lad. couverture de maison faire. Et a ce tenir, en obligèrent tous leurs biens et héritages présens et à venir. Passé à Lisieux, à l’escriptoire, présent Jacques Morin, fils Robert, d’Ouilly-le-Vicomte et hamon Le Roullier de Coquainvillier, tesmoing
Carrey.
= Arch. SHL. 9F Deville. B. 3 Dossier Manerbe.

1599, 27 juin – Ouilly-le-Vicomte
Vente d’un pré à Ouilly-le-Vicomte par les nommés Castel à Louis Leroy, sergent à Lisieux
= Arcg. SHL. Ms. FB 202

1608, 21 février – Le Pré-d’Auge
Colas MASSOT, de la paroisse du Pré-d’Auge, demeurant à Ouilly-le-Vicomte, continue et prolonge à Symon BOSQUET, tuilier de lad. paroisse du Pré-d’Auge le bail à lui fait ci-devant d’une pièce de terre en paturage nommée les Quesnots, sise au Pré-d’Auge, pour le temps de six ans. Passé en l’escriptoire, en présence de Jehan le Costentin et Jehan Olivier, de Lisieux.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. – Pré-d’Auge.

1616, 4 mars – Ouilly-le-Vicomte, Lisieux
Pascal Carrey, de la paroisse de Manerbe, à l’instance de Jean Cambremer, fils Jacques, demeurant en la paroisse de Coquainvilliers, consent et accorde aud. Cambremer, la jouissance, sa vie durant de deux pièces de terre en herbage, sises à Coquainvilliers, que led. Cambremer avait ci-devant données aud. Carrey, par contrat du 27 janvier 1615.
Passé avant midi, en la paroisse d’Ouillie-le-Vicomte, en la maison de noble homme maître Marin Le Bourgeois, peintre et valet du de chambre du roi. Témoins: Ursin Labey et Guillaume Ruffin, demeurant à Ouillie.
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Papier, 2 ff.

1651, 9 mai – Ouilly-le-Vicomte
Sentence rendue par Jean Morin, sieur du Boscautru, sénéchal et bailli vicomtal de Lisieux, entre Jean Foucques, curé de Notre-Dame-d’Ouillye et Jacques Buschard, apothicaire à Lisieux.
= Arch. SHL. BA 290.

1654, 18 juillet – Ouilly-le-Vicomte
Aveu rendu aux nobles enfants de Jean Le Pellerin, chevalier, seigneur de Gauville, la Charle, Bougy, le Saulcy et Ouilly-le-Vicomte, par Nicolas et Noël Fouques (Foucques ?), pour un tènement nommé le fief Baril, tenu de la sieurie d’Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Ms. FB 244

1687, 23 décembre – Ouilly-le-Vicomte
Echange entre les religieux de l’Hôtel-Dieu de Lisieux et Louis Le Liquerre, sieur du Désert, de pièces de terre à Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Ms. FB 288

1696, 9 août – Ouilly-le-Vicomte
Vente aux religieux de l’Hôtel-Dieu de Lisieux d’une pièce de terre à Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Ms. FB 284

1707. – archives SHL.
1F846 : 1707 : Ouilly le Vicomte : La Grande Praye : requête de Becquet avocat fiscal.

1710 – 1712-1717.
Archives SHL.
1F14 – Lectures de contrats par Surlemont, Blondel et Formage, notaires,tabellions, à l’issue des messes paroissiales de Saint-Jacques et Saint-Germain de Lisieux, Ouilly-le-Vicomte…
Cités: David, Regnoult, Mre François Lebas, chapelain…

1723-1846
Bail à ferme et accord pour les servitudes sur une propriété sise à Oyuilly-le-Vicomte, près le Bois-L’Evêque. Familles Haquelon, Haglon, Derme, Michel (bibliothécaire de la ville de Lisieux) et divers.
= Arch. SHL. 1 F 5,1

1723.
Archives SHL : 1F74 – 1723-1846
Bail à ferme et accord pour les servitudes sur une propriété sise Ouilly-le-Vicomte, près le Bois-L’Evêque. Familles Haquelon, Haglon, Derme, Michel (bibliothécaire de la ville de Lisieux) et divers.
1846 : Bail. à Ouilly le Vicomte.

1725, 27 juillet – Ouilly-le-Vicomte
Vente par Jacques Aubert à Guillaume Piquenot, d’une partie d’herbage à Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Ms. FB 374

1739, 3 juin – Ouilly-le-Vicomte
Vente au couvent des Trinitaires de la Rédemption des Captifs en l’Hôtel-Dieu de Lisieux par Pierre Coquerel, d’une portion de pré en la grande prairie de Lisieux, paroisse d’Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Ms. FB 371

1739, 8 juin – Ouilly-le-Vicomte
Remise par le couvent des Trinitaires de la Rédemption des Captifs en l’Hôtel-Dieu de Lisieux à Guillaume Coquerel, frère de Pierre, clamant à droit de lignage, de la portion de pré en la grande prairie de Lisieux, paroisse d’Ouilly-le-Vicomte qui leur avait été vendue le 3 juin 1739 par Pierre Coquerel.
= Arch. SHL. Ms. FB 371

1744, 10 juin – Ouilly-le-Vicomte
Vente par Jacques Aubert à Guillaume Piquenot, d’une partie d’herbage à Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Ms. FB 374

1744, 25 juin – Ouilly-le-Vicomte
Vente par Guillaume Coquerel à Guillaume Piquenot, d’une portion de pré en la grande prairie de Lisieux, paroisse d’Ouilly-le-Vicomte.
= Arch. SHL. Ms. FB 372

1744. – Archives SHL.
1F433 : 7 juillet 1744 : Jeanne Daufresne, veuve de Nicolas Pottier, demeurant à Lisieux, reconnaît avoir reçu d’Antoine Pollin son fermier à Ouilly le Vicomte la somme de 12 livres pour6 mois de fermage.

1747 – Archives SHL.
1F383 : 22 juillet 1747 : Jean Baptiste Paulmier et Jean Baptiste Surville baillent à Jean Aubert laboureur à Ouilly le Vicomte le droit de pêcher le long de la Touques.

1760. – Archives SHL.
1F858 : 1760 : OUILLY LE VICOMTE : copie de pièces du 16e siècle relatives à une portion de terre.

1785, 17 octobre
Subrogation de fieffe par Jean Janson, marchand demeurant en la paroisse d’Ouilly-le-Vicomte, ayant pris à fieffe de feu Monsieur de Condorcet, évêque et comte de Lisieux sur héritage dépendant du temporel de son évêché situé en la paroisse et campagne de Lisieux par contrat passé le 24 septembre 1767; ladite subrogation faite en faveur de Pierre Pinchon, marchand mercier en cette ville paroisse saint-Jacques.
= Arch. SHL. 1 F. 5.4

1787, 27 juin – Lisieux
Mémoire pour les communs et habitants de Lisieux, des paroisses Saint-Jacques, Ouilly-le-Vicomte, Roques, Les Vaux, St.-Hyppolite, opposants à l’enregistrement de l’arrêt du Conseil et des lettres des 9 janvier et 27 juin 1787, contre J.-F. Kalendrun et les sieurs Maire et échevins de Lisieux.
(Il s’agit d’un arrêté défendant d’établir aucun magasin de marchandises soumises au droit d’octroi, à moins d’une lieue de la ville, de changer les droits d’entrée en droits de vente).
= Arch. SHL. Imprimés, N° 8.

1792, 31 août – Ouilly-le-Vicomte
Libération d’un prêtre d’OuIlly-le-Vicomte:
Les Admeurs composants le Directoire du district de Caen
 » Nous avons l’honneur de vous adresser une expédition
= A.D. Calvados – série L. Districts – Caen – Police B.6.

c. 1792
Etat des biens sequestrés révolutionnairement dans les communes de Moyaux, Boutemont, la Chapelle-Hareng, Courtonnel, Courtonne-la-Meurdrac, Cordebugle, le Pin, Marolles, Saint-Michel-des-Monceaux, Mesnil-Simon, Ouilly-le-Vicomte, Saint-Germain-de-Livet, Saint-Hippolyte-de-Cantelou.
= Arch. SHL. Ms. J 96

1792. Archives SHL.
1F301 : 17 décembre 1792 : Jean Levasseur d’Ouilly le Vicomte reconnaît devoir à Marie Tréfouel de Lisieux la somme de 665 livres pour fermages.

1808-1809. Archives SHL.
1F539 : 1808-1809 : affaire concernant Thomas Derme des Prés Louis Costé ayant demeuré à Ouilly le Vicomte époux le Elisabeth Lampérière. (Hermival) (St Jacques de Lisieux)

3 – ARCHIVES SHL :

Par. de Notre-Dame
patr. le chanoine de la Pluvyère.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Moyaux.
Génér.d’Alençon,
élect. et sergent, de Lisieux.
Le pouillé de Lisieux mentionne la prébende du Val-aux- Vigneurs prebenda de Valle Vineatorum, qui tirait son nom du fief du Pré-de-la-Mare ou Val au-Vigneur, à Ouilly-le-Vicomte

Carnets de Charles VASSEUR :
« Banlieue de Lisieux »
III – OUILLY LE VICOMTE
(ouilleya, OUILLIE LE VICOMTE)

– Différents croquis et plans :
– dessin d’un pavé du Pré d’Auge
– 3 croquis de l’extérieur de l’église
– un plan de l’église
– 5 dessins du Manoir des Mathurins et détails
– Sous le vocable de Notre Dame
– Insinuations

Curés :
Jean Collet 1696;

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

Église.

— On ne peut donc pas s’étonner de trouver à Ouillie une des églises les plus anciennes de tout l’arrondissement de Lisieux. En préciser la date est difficile : elle présente cependant des caractères que l’on retrouve aux églises de Savenières, près Angers, de G-renoux, près Laval, de St.- Martin d’Angers, que l’on regarde comme des VII e., VIII e. ou IXe. siècles ; elle offre aussi de grands rapports avec celle de Vieux-Pont-en-Auge, que l’on reporte à ces siècles reculés. Cette église est située dans la vallée, sur les bords d’un ruisseau, non loin de la rivière de Touque. Elle fut assise sur l’ancien chemin de Pont-l’Evêque, que l’on a quelques raisons de regarder comme étant d’origine romaine, et dont le chemin de fer a usurpé l’emplacement dans un grand nombre d’endroits. Le plan fait voir sa disposition et ses proportions : la nef mesure 51 pieds sur 28 dans oeuvre; le choeur, y compris l’arc triomphal, 25 pieds sur 18. Cependant, si l’on distrait de ce dernier l’arc triomphal et le grand bandeau ou arc de décharge qui l’accompagne, on trouvera que la travée du choeur forme un carré presque parfait. Il est bon de faire cette remarque, car il en est ainsi dans toutes les églises romanes réputées les plus anciennes.
Le mur du nord de la nef est reconstruit à neuf. Il avait perdu son aplomb par suite de la destruction des poutres de la charpente apparente. C’est le résultat auquel il faut toujours s’attendre en pareil cas ; nous en trouverons bien d’autres exemples. Cette destruction est fort à la mode parmi les curés, malgré ses conséquences déplorables. Le portail, le mur du midi et le choeur tout entier ont conservé leur appareil primitif : c’est un blocage irrégulier; cependant on retrouve, dans la disposition des moellons, des réminiscences du petit appareil cubique des Romains ; quelques parties sont disposées en arêtes de poisson; mais ce qu’il y a de bien caractéristique, ce sont les nombreuses briques longues quel’on trouve dans tout cet appareil. Au portail et au mur latéral de la nef, leur emploi n’est pas régulier; mais, au choeur, c’est par lignes horizontales qu’elles sont disposées, comme dans les monuments romains. Si l’on veut supposer, contre l’antiquité de l’église, que ce sont des briques arrachées à quelque ruine du voisinage, il faut convenir néanmoins qu’à cette époque les ouvriers n’avaient point encore perdu les notions de construction introduites par les conquérants de la Gaule et que l’on voit continuées dans les grands monuments carlovingiens. Toutes les ouvertures sont modernes, excepté une petite fenêtre pratiquée dans le contrefort central du chevet, qui date de la construction primitive. La démolition de la sacristie, qui obstruait cette partie, a permis à M. Bouet d’en faire un dessin qui montre aussi le système bien caractérisé de la construction (Voir la page suivante). Comme indice de haute antiquité, on peut faire remarquer aussi le peu d’inclinaison des toits. On suit encore sur les pignons les traces de ses triangles obtus. C’est une disposition évidemment originaire du Midi, qui serait une cause de destruction des édifices dans nos pays dont les pluies et les neiges abondantes requièrent des toitures plus rapides. Aussi celles-ci ont-elles été exhaussées par la suite, vers le XVIe. siècle, je crois. Un porche considérable, de forme irrégulière, protégé la porte d’entrée, pratiquée dans le pignon occidental au XVIe. siècle seulement. Auparavant elle s’ouvrait à l’extrémité du mur du sud : on distingue encore dans la maçonnerie une partie des claveaux. Le porche est encore en partie pavé de carreaux émaillés.
Les fonts baptismaux, cuve octogone en pierre, datent du XVe. siècle; ils viennent d’être restaurés au moyen d’une
subvention de la Société française d’archéologie. Deux piscines sont pratiquées dans les murs : l’une date
du XIVe. siècle, l’autre du XVIe. Les trois autels datent de la fin du dernier siècle; ils sont fort convenables, sans avoir rien d’artistique dans leur exécution. En signalant deux statues d’évêques, qui remontent au moyen-âge, un saint Lubin et un saint Firmin, on en a fini avec le mobilier (1).

Une arcade romane à plein-cintre fait communiquer le choeur avec la nef. Il serait bien intéressant de constater si
ses claveaux sont formés de briques comme celles qui entrent dans la construction à l’extérieur; mais l’enduit qui la recouvre empêche de faire cette constatation. Derrière se trouve un second arc, plus large et plus élevé, dont on ne
s’explique pas tout d’abord la raison d’être : il est probable qu’il servait d’appui au porte-cloche qui a dû surmonter le gable. Le clocher, en charpente, se trouve encore présentement posé sur ce point, sans doute en souvenir de cette disposition primitive; car il ne me paraît dater que du XVIIe siècle. Cette arcade contribue aussi à donner un plan carré au choeur, qui est couvert par une voûte d’arête en maçonnerie.
Cette voûte fait partie de la construction originaire. C’est le seul exemple que l’on puisse citer dans l’arrondissement.

L’église d’Ouillie faisait partie du doyenné ou chrétienté de Lisieux. Le patronage en appartenait au chanoine prébendé de La Pluvière ( de Pelveria). Elle est sous l’invocation de Notre-Dame ; c’est l’Assomption qui est sa fête patronale.
Il y a une confrérie de charité, d’institution ancienne, dans cette paroisse; elle possède une croix d’argent massif, d’un travail remarquable, qui date du XVIe: siècle. Son ornementation accuse la Renaissance avancée. Sur le revers, on lit un nom : R. FOVQYES, et la date 1500. Le nom est celui de l’orfèvre auteur du travail. La famille Fouques était connue à Lisieux dès cette époque, et, depuis, elle a toujours exercé ce même art jusqu’à présent. Quant à la date, elle est erronée: il faut lire 1560 ou autre combinaison analogue, le style de la croix en fait foi.
(1) Depuis la rédaction de ces notes, M. le curé d’Ouillie a enrichi son église d’un beau tombeau d’autel à statuettes, de la Renaissance, et du curieux lutrin dont nous avons parlé à l’article de COQUAINVILLIERS (t. IV, p. 455).

Le 6 mai 1700 Robert Paulmier, nomme en remplacement de Jean Collet, décédé Monsieur Robert Lebrun. Celui-ci passa procuration et résignandum en faveur de :
François Selles le 12 octobre 1701,mais 4 jours après le 16 octobre 1701, le Sieur Lebrun révoquait sa procuration; donnait sa démission pure et simple entre les mains de Robert Paulmier qui nommait en conséquence le 20 octobre
Olivier Jumel prise possession le 22 octobre 1701, celui ci résigna en faveur de :
Adrien Jumel le 23 juin 1729, Décès 1744, remplacé par
Jean Deschamps, prêtre du diocèse de Lisieux 15 octobre 1744.
Cuen de 1772 à 1787 (figure dès 1764)

– Description de l’église, de son mobilier et du lutrin et de l’autel.
Croquis concernant les fonds baptismaux.
– A la suite de la description de l’église de 1853, il est indiqué qu’on ne connaît pas de manoir seigneurial quoique l’histoire ait conservé les noms de plusieurs seigneurs qui l’ont possédé. Ainsi l’Armorial Général de d’HOZIER mentionne une dame Françoise Jean, veuve de Jacques de la Lande, escuyer seigneur d’Ouilly à laquelle il donne un écu d’argent au sautoir de gueules. Les mémoires d’anonyme lexovien du 17e siècle nous apprennent que le 26 octobre 1696, Monsieur Adrien Bence, conseiller secrétaire du Roy, seigneur du Breuil Ouilly mourut en son Manoir du Breuil âgé de 73 ans.
– Description du Manoir dit Manoir des Mathurins :
Sur le chemin de Lisieux à Honfleur se trouve une sorte de manoir, dont on ignore la destination.
– De 1753, descriptions des églises de Savenières (près d’Angers) et de Grenaux (près de Laval)
– Description des cloches :

Le beffroi porte deux cloches antérieures à la Révolution.
Voici leurs inscriptions :

BENITE EN LHONNEVR DE LA SAINTE VIERGE AVR REGINA ANGELORVM
BENITE PAR MAISTRE OLLIVIER IVMEL Pbre.
CVRE DE LA DITE PAROISSE ROBERT MARTINT TRESORIER 1729.
A SIMONNOT N. BARET ET A. DE LA PAIX MONT FAITE.
1653 MSre ALEXANDRE DE PAISANT CHLr SGr ET PATRON DF. CE LIEV
MA FAICT FAIRE
FILIPE DE MIRE ECr Sr DES FORES F.T FLORENSSE DE BERNARD DAME
DE BOVTEMONT MONT
NOMMÉE
IEAN AVBERT
MA FAICTK.

Sur la panse est un blason chargé d’un sautoir.
Celle cloche vient de l’église de Bouttemont, dont le territoire a été réuni à Ouillie par ordonnance du 22 septembre
1824.
Une cloche est celle de Bouttemont, fondue par Jean AUBERT datée de 1653 (Jean Aubert demeurait à Ouilly le Vicomte);l’autre de 1729, bénite par Maistre Ollivier Jumel curé, faite par Simonnet, N. Baret, et A. de la Paix.

– Il est parlé d’Ouilly le Vicomte dans une charte de 1217 à propos d’une vente de terre faite par Raoul le Carpentier. L’Abbaye La Maison Dieu et aux Lépreux de Lisieux. Je crois que cette paroisse tire son surnom de Robert le Vicomte qui était Vicomte de Lisieux, vivant en 1178, ce Robert doit être la souche de la famille le Vicomte de Blangy.
Toujours est-il que la famille le Vicomte posséda Ouillie jusqu’à la fin du 15e S.. En 1469, aux Monstres du bailliage d’Evreux on voit comparaître Jacques de Rupière, seigneur du nom tenant des fiefs d’Ouillie Le Vicomte, Courtonne, MardilliI etc…
Ce Jacques de Rupière avait épousé Jeanne Grente, fille de Jean Grente et de Guillemette le Vicomte et c’est ainsi qu’Ouillie est entré dans la famille de Rupière. Elle l’a conservé pendant 4 générations jusqu’ au commencement du 17eS. Gabriel de Rupière mourut en 1567 ne laissant qu’une fille nommée Barbe Sa femme Marguerite de Berreau, sa veuve se remaria à Julien le Forestier qui se qualifiait de seigneur de Saint Lambert et d’Ouilly.
Les Pères Mathurins de Lisieux possédaient des terres à Ouilly, mais elles étaient tenues du Comte de Lisieux et non pas de la Seigneurie du lieu.
Description de la chapelle Saint Gatien qui ne date que du début du 18e siècle, et de la maison sise dans la même cour.
Il y a des pièces à reprendre dans le chapitre des litres funèbres.

Image Géoportail Chapelle St.Gratien

– « Analyses et transcriptions …. »
PARCHEMINS COMMUNIQUES PAR MONSIEUR PANNIER 27 mars 1860
– P.37 1623 26 avril
Noble Dame Françoise de la Vigne, dame de Fleurimont demeurant à la paroisse de Rocques
Olivier de la Reüe, sieur de Saint-Martin, escuyer, possédant des terres à Ouilly.
– P.42 1687 23 décembre
Echange entre Révérends Pères Joseph Dubois, ministre du couvent et Hostel Dieu de Lisieux, Claude Feron, vicaire dudit couvent, Louis de Villers, Anselme Anger, Jean-Baptiste de Bonnefonds, Paul Damance, Jacques Herbelin, Ambroise Thoumin et Maur Rocques, tous prestres religieux profetz diceluy couvent.
et Louis Lelicquerre, sieur du Désert, bourgeois de Lisieux, d’un verger tenu du comté de Lisieux, situé à Ouilly, contre 2 pièces de labours, tenues aussi du comté de Lisieux.

Achat du 11-02-2003.
Lot n° 24 LISIEUX (Calvados). (1 DOCUMENT, n° 205), Cinq « cahiers de lectures » : audiences de contrats de ventes (terres et rentes) passés par Jacques Daufresne, notaire à Lisieux, à la sortie des grands-messes paroissiales de Saint-Désir de Lisieux, Saint-Jacques, Saint-Germain, Beuvillers, Saint-Martin-de-la-Lieue, Les Vaux, Ouilly-le-Vicomte, Rocques. (1783-1790).
Titre clérical aux Vaux (25 février 1787).

Lot n° 70 PAYS D’AUGE, OUILLY LE VICOMTE (4 DOCUMENTS)
1) 16 minutes notariées, 1514, 1525, 1550, 1600, 1600, 1601, 1601, 1603, 1603, 1603, 1618, 1626, 1627, 1627, 1628, 1659, cette dernière concernant l’inventaire des meubles de feu Jacques Mérieult, secrétaire du Roi, maison et couronne de France, demeurant à Ouilly-le-Vicomte (plus de 1500 livres).

2) Cahier, copie vers 1780, 30 pièces. Arrêt de la Cour du Parlement de Rouen, du 27 mars 1715, qui fait défense aux habitants des paroisses d’Ouilly et de Saint Germain, riverains des prairies desdites paroisses de troubler les propriétaires d’icelles dans la possession de la seconde herbe des dites prairies (sauf le droit de banon suivant la coutume). Arrêt important contre divers particuliers en faveur de l’évêque de Lisieux, le chapitre, l’abbaye, les Mathurins et autres particuliers. Suivi de 2 consultations de 1780, favorables à l’arrêt de 1715.

3) Très importante liasse de pièces annexes à l’affaire précédente. Sentences de 1550, papier ; 1573, parchemin ; 1715, parchemin ; an II, papier.

4) 1/ 1543, vente d’une pièce de terre ; 2/ 1616, cession de jouissance de 2 pièces de terre ; 3/ 1661, bail ; 4/ 1740, fief d’une pièce de terre avec maison ; 5/ 1792, vente de la ferme dépendant de la chapelle Saint Gratien fondée à la cathédrale de Lisieux pour 29100 livres.

OUILLY-LE-VICOMTE. –

1° Eperon barré du Mont-Hélery ; l’énorme levée de terre qui en défend la base avait été considérée à tort comme un tumulus par A. Pannier (6) ;
Les Romains ont laissé des traces de leur passage sur le territoire de cette paroisse. On y voit encore, sur la rive
gauche de la Touque, un camp retranché dont il est fait mention en ces termes dans le Cours d’antiquités :
« Camp du Mont-Hélery, sur la Touque.-Le petit camp d’Ouillie, sur le bord de la Touque, à une lieue de Lisieux,
est construit d’après le même système que ceux de Castillon et d’Escures, près Bayeux. C’est une pointe escarpée, entourée de vallons de deux côtés et défendue, du côté des terres, par un fossé et un retranchement assez élevé. On domine de là sur toute la vallée jusqu’à Pont-l’Évêque, et l’on ne peut douter que ce poste n’ait été établi pour surveiller cette fertile contrée, qui devait être exposée aux incursions des pirates. a ( Cours d’antiquités monumentales, t. II, p.323. )

2° Motte entourée de fossés au Sud et tout auprès de l’église; elle est inédite et m’a été signalée (A.C) par MM. l’abbé Simon et Lahaye ;
3° sur l’emplacement du château de Bouttemont, ou dans son voisinage, on peut supposer l’existence d’un point fortifié plus ancien. Une voie romaine passait tout près de là.
(6) C. A. F., 1870, p. 22 ; contra: Caumont, Ibid., p. 24 et Cours, II, p 323; Bezière, Monogr, d’Ouilly-le-V., mss, Archiv. d’u Calv., sd, (vers 1885).

4 – BOUTEMONT :

BOUTTEMONT, commune réunie à Ouilly-le-Vicomte en 1824.
Botemont, 1198 (magnirotuli p. 5 1 ).
Boutemont, XVIII° s° (Cassini).
Par. de Saint-Lubin,
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Touque.
Génér. de Caen,
élect. de Lisieux, s
ergent. de May.
Fief mouvantde la baronnie de Roncheville.

Boutemont est aujourd’hui partie d’Ouilly le Vicomte après avoir appartenu à la paroisse de Norolles et avoir été une paroisse indépendante.

CHATEAU DE BOUTEMONT.
à Ouilly le Vicomte (Calvados, Canton de Lisieux II).

Boutemont était un fief important, un plein fief de haubert, qui relevait de la baronnie de Fauguernon. Il possédait une place forte, dont la motte se voit encore aujourd’hui, à peu de distance du château actuel vers le nord.

Cette motte, placée à la base du coteau, était une place forte de vallée, ce qui atteste sa haute antiquité. En effet, en Pays d’Auge, un très grand nombre de fortifications sont implantées au fond des vallées, c’était le cas de la place forte des Plainel à Moutiers-Hubert, placée au bord de la Touques, de la motte de Neuville sur Touques, également près de la Touques, des châteaux de Mailloc, Mesnil Guillaume, Saint Germain de Livet. Ces forteresses, ces châteaux avaient pour but de verrouiller les vallées.
(note : cette motte aurait été rasée à la fin du 20e siècle)

Celle de Boutemont commandait la basse vallée de la Touques, en aval de Lisieux.

Elle devait également assurer le contrôle de la voie de Lisieux à Pont-l’Evêque qui passait presque à sa base. Non loin de cette motte, tout près du château actuel, s’élevait l’église paroissiale de Boutemont dédiée à Saint Lubin.

Au temps de la Normandie ducale, nous trouvons un sire de Boutemont qui avait suivi le duc Robert Courteheuse en terre sainte; plus tard, au XIIe siècle, sous Henri II Plantagenet, nous relevons le nom de Jean de Boutemont; les rôles de l’échiquier de Normandie signalent un Hugues de Boutemont en 1180 et un Guillaume de Boutemont en 1195.

Le château actuel est probablement le prolongement aux XVIe et XVIIe siècles du premier logis seigneurial des châtelains de Boutemont.

La famille de Boutemont semble être restée à Boutemont jusqu’à la guerre de cent ans.

Elle y fut remplacée à la fin du XIVe siècle par la famille Servain.

Les Servain possédaient dès le XIIe siècle, la seigneurie de Manerbe et des terres dans la région de Vire. Ils avaient contribué largement à la fondation de l’Abbaye du Val Richer.

En 1405, Jehan Servain, écuyer, rendait aveu au roi pour son fief de Boutemont.

En plus des redevances en argent dues à la baronnie de Fauguernon, le seigneur de Boutemont devait fournir un homme d’armes pour garder la forteresse de Fauguernon durant 40 jours, mais seulement en temps de guerre ou quand il était convoqué par le roi.

Trente ans plus tard Boutemont est aux mains de la Famille Borel.

En 1434, Jehan Borel seigneur de Boutemont, présente à l’évêque de Lisieux, un prêtre chargé de desservir la Chapelle N.-D. de Boutemont.

En 1525, un Jehan Borel échange avec Philippe Paisant, écuyer, son château et sa terre de Boutemont. Celui-ci entreprit une reconstruction de l’habitation seigneuriale. Il fit construire, après 1538, le beau logis de pierre de taille qui occupe le côté sud-est de la cour d’honneur et sans doute les tours d’angle.

Ses successeurs sous le règne de Henri IV firent construire la poterne d’entrée et les deux bâtiments sans étage qui la flanquent.

Dès la fin du siècle, les Paisant furent remplacés à Boutemont par les Le Bas.

Les Le Bas étaient originaires de la région d’Orbec, ils occupèrent des charges judiciaires et administratives ce qui leur valut une rapide ascension sociale. Jean-Baptiste Le Bas entreprit de grandes constructions à Boutemont : il fit plaquer sur l’ancien logis du XVIe siècle, du coté de la cour d’honneur, une façade de briques et pierres décorée de pilastres. Il fit de même pour les bâtiments de service qui flanquaient la poterne et pour ceux qui se trouvaient au nord-est.

En même temps, pour jouir de la vue sur la vallée de la Touques, il fit abattre le mur qui limitait la cour d’honneur.

Son fils Gabriel-Pierre lui succéda. Sa fille épousa David Guéroult qui devint seigneur de Boutemont.

Monsieur et Madame Guéroult firent surélever le bâtiment des services situé sur le côté N.-O. De la cour d’honneur. La surélévation fut faite à pans de bois.

Leur fils David-Antoine émigra en 1791. Il fut le dernier seigneur de Boutemont.

Monsieur et Madame Drouilly sauvèrent le château de la ruine, aménageant les jardins, la pièce d’eau, mettant l’architecture en valeur et ajoutant leur nom à tous ceux qui au cours des siècles avaient construit et embelli Boutemont.

« la guerre de 1939-1945 est passée par là, Von Runstedt y séjourna. Le Dr Hautechaud (de Fervaques, mort en déportation) y subit son premier interrogatoire. Une ambulance chirurgicale y fut installée et des milliers (??) de blessés y souffrirent, y moururent  » (Le Pays d’Auge, août 1951.)

Le château de Boutemont appartient aujourd’hui à Monsieur et Madame Armand Sarfati.
Recopié de SOCIETE D’ARCHEOLOGIE DE LA MANCHE.- MELANGES.-ONZIEME SERIE (1982)

Résumé de l’article d’Henri Pellerin, publié dans le Pays d’Auge, septembre 1970. La commune de Boutemont a été réunie à Ouilly le Vicomte en 1824. L’église paroissiale Saint Lubin a été rasée.

Sur BOUTEMONT :

Arcisse de Caumont : Statistique monumentale du Calvados – réédition Floch – Livre III page 10. de Caumont écrit BOUTTEMONT avec 2 T; le texte est rédigé selon les notes de Charles Vasseur.
de Caumont consacre 6 pages de texte et de dessins à Bouttemont; il fait état de seigneurs du château connus en 1180 et ensuite..

Louis Du Bois : Histoire de Lisieux – situe le rattachement au 27 septembre 1824 livre VIII page 349, la motte aurait été citée par Formeville.

Revue « Le Pays d’Auge » n° 10 d’octobre 1970 – 20e année.

Renseignements sur Bouttemont figurant dans les archives de la SHL

1402, 11 décembre
Information de Jean Monnet, lieutenant de Guillaume de Longueil, vicomte d’Auge sur la valeur des fiefs de Boutemont (Bouttemont, canton de Blangy, commune de Norolles) et de Grandouet, pour lesquels Jean Servain, écuyer, est en la garde du roi comme héritier de sa mère Colette de Montfort, morte le 12 mai 1402.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 219-220.- Arch. nat. P 19091, 18929. + IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 12.

1404, 15 décembre – Pont-l’Evêque
Information de Massot du Boulay, vicomte d’Auge pour la mise hors de garde noble de Jean Servain, écuyer, seigneur de Boutemont (Bouttemont, canton de Blangy, commune de Norolles) et de Grandouet, né vers la Saint-Michel 1384, fils de Colette de Montfort, dame de Boutemont, morte le 12 mai 1402.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 6, pp. 245.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 15.

1540
RECHERCHE DES NOBLESDE L’ELECTION de LISIEIX
Faite en 1540…
p. 46 Norolles
113.- Philippe Paysant, sieur de Boutemont a fourni l’anoblissement à lui concédé par le Roi en Octobre 1522, moyennant 500 livres par lui payées, jouxte la quittance du dit an.=LABBEY de LA ROQUE.- Recherche faite en 1540, par les Elus de Lisieux des nobles de leur Election, Caen, Poisson, 1827, In-8°, 170 p.

1543 – Norolles
Philippe Paisant, écuyer, sieur de Boutemont et de Querville, demeurant à Norolles
Tabell. Lisieux par Et. Deville

1564 – Prêtreville
Michel Paisant, écuyer, demeurant à Querville, fils de feu Philippe Paisant, en son vivant écuyer, sieur de Boutemont et de Querville. François Paisant, sieur de Querville, frère dudit Michel
= Tabell. Lisieux par Et. Deville

1572, 13 mars – Norolles
Pièce relative à des biens sis
à Norolles appartenant à la famille Paisant, sieur de Boutemont
= Arch. SHL. 9F Deville. A. Minute, papier, 10 ff.

1675.;
Archives SHL : 1F647 : 1675 : N.-D. des Vaux :vente d’une pièce de terre par Picquot de St Lubin de Bouttemont à Nicolas Houlette.

1694 : archives SHL : Imprimés.
I J 26 : 1694 : Terre et fief de Bouttemont dépendant de la sieurie de Fauguernon ;
Monsieur Le Bas Conseiller à la Cour des Aides contre M. Bertout

1780. – archives SHL.
1F529 : 1780 : Succession Gohier, paroisse de Bouttemont.

c. 1792
Etat des biens séquestrés révolutionnairement dans les communes de Moyaux, Boutemont, la Chapelle-Hareng, Courtonnel, Courtonne-la-Meurdrac, Cordebugle, le Pin, Marolles, Saint-Michel-des-Monceaux, Mesnil-Simon, Ouilly-le-Vicomte, Saint-Germain-de-Livet, Saint-Hippolyte-de-Cantelou.
= Arch. SHL.

An X :
Archives SHL : IMPRIMES :
II J 5 : Mémoire pour le citoyen David- Gabriel Guéroult de Bouttemont, demandeur, contre le citoyen Triquerville fils : 7 thermidor an X. ex n°85

1er Empire : Archives SHL : Imprimés :
II J 12 : Précis pour M. Thomas Louis César Lambert de Frondeville de Paris contre M. Louis Fouques demeurant à Boutemont (1er empire)

Extrait des Carnets de Charles Vasseur : « Transcriptions.doc » :
– P.61 Note sur Pennedepie
Questions de dîmes – Procès – Réparation de l’Eglise
Robert Bertrand, baron de Roncheville et de Briquebec, avait donné en 1221 au prieuré de Beaumont, le tiers de la dîme des quatre fiefs qui relevaient de la baronnie de Roncheville dans les communes de Pennedepie et de Barneville. Ces fiefs étaient Pennedepie, Blosville, Meautrix et Bouttemont et dans une nouvelle charte de 1255 revenant sur ce qu’il avait précédemment accordé il donna aux religieux la totalité de la dîme sur les quatre fiefs.
– page 117 1652 17 octobre
Ysaac de Maloysel, escuyer sieur de Bouttemont demeurant à Pontfol
Seigneurie de Bosquencé à Coupesarte

Carnets de Charles Vasseur : « Doyenné de Touques ».

Faits historiques. — La paroisse d’Ouillie paraît tirer son surnom de Robert Le Vicomte, qui était en réalité vicomte de Lisieux en 1178, et qui paraît être la souche de la famille Le Vicomte de Blangy. Toujours est-il que les Le Vicomte la possédèrent jusqu’à la fin du XVe. siècle. En 1A69, Jacques de Rupierre, premier du nom, était tenant des fiefs d’Ouiller le- Viconte , Courtonne, Mardilli, etc. Il avait épousé Jehanne Grente, fille de Jehan Grente et de Guillemette Le Vicomte. C’est ainsi, je pense, qu’Ouillie entra dans la maison de Rupierre. Elle y resta pendant quatre générations, jusqu’au commencement du XVIIe. siècle. Gabriel de Rupierre étant mort en 1567, ne laissant qu’une fille, sa femme, Marguerite de Berreau, se remaria à Julien Le Forestier, qui se qualifia de seigneur de St.-Lambert et d’Ouillie.

Quelques années plus tard, la famille de Bence était en possession de cette terre; mais je n ai pu trouver comment
se fit la transmission de propriété. La terre seigneuriale d’Ouillie ne devait point être considérable, car le territoire de la paroisse était couvert de domaines ecclésiastiques. L’abbaye de St.-Désir, la Maison-Dieu et les Lépreux y reçurent une donation de Raoul Le Carpentier en 1217. Il y avait trois prébendes du Chapitre de Lisieux : la Pluvière, à qui appartenait le patronage, le Val-au-Vigneur, le Pré.

Je n’ai pu retrouver avec certitude la situation d’aucun de ces domaines, et l’on ne connaît aucun manoir ou constructions anciennes, si ce n’est un édifice assez singulier construit sur le bord de l’ancien chemin d’Honfleur, entre la ville et l’église. L’extérieur ne présente aucune ouverture ancienne ; c est un long mur construit en échiquier de pierres et de briques, jusqu’à l’étage supérieur qui est en bois. A l’intérieur, c’est-à-dire du côté du jardin, il se compose, comme le fait voir le dessin ( Voir la page suivante), de deux pavillons reliés ensemble par une galerie ouverte. Cette galerie comprend onze travées, soutenues par des piliers de bois taillés en forme de colonnes ioniques. Les pavilons sont en moellon au rez-de-chaussée, puis en bois avec tuiles formant dessins dans l’entre colombage. Sur l’une des lucarnes, comme à la pointe du grand comble, sont des épis de terre émaillée polychromes ; l’un d’eux se compose d’un vase de fruits surmonté d’une colombe ; l’autre représente des guirlandes et des bouquets de fleurs et de fruits entremêlés de croissants. Sans attacher une trop grande importance à la présence de ces croissants,
il est bon de remarquer cependant que cette construction paraît dater du règne d’Henri II ou d’une époque voisine. On
ne lui connaît point de nom. Des titres de 1595 parlent d’une chapelle de St.Gatien située à Ouillie. Elle existe encore, mais sa construction ne date que de la fin du XVIIIe. siècle. Elle est placée sur la rive gauche de la Touque, au haut des coteaux du Mesnil-Asselin.

31 – BOUTTEMONT –

Bouttemont réunie à Ouilly-le-Vicomte en 1824.
Botemont, 1198 (magni rotuli p. 51 ).
Boutemont, XVIII s° (Cassini).

Par. de Saint-Lubin,
patr. le seigneur.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Touque.
Génér. de Caen,
élect. de Lisieux, sergent. de May.
Fief mouvantde la baronnie de Roncheville.

Carnets de Charles Vasseur : « Doyenné de Touques ».

voir :
Bulletin Monumental 1863 p.798
Annuaire Normand 1869 p.129.
Extraits de la Ste Historique de Lisieux 42 – 131

Note sur Boutemont – Botemont – Bouttemont (1)
(1) Notes de M. Ch. Vasseur.

L’église et le château de Boutemont s’élevaient sur la rive droite de la rivière de Touque, au pied du coteau sinueux qui circonscrit la vallée.
L’église a disparu, il ne reste plus que quelques fragments de son mobilier épars dans les paroisses voisines. C’était d’ailleurs une construction fort peu importante car les pouillés du diocèse ne la mentionnent que comme chapelle, et si elle eut légalement le titre de paroisse ce ne fut que vers le 18e siècle.
Le patronage était laïque et appartenait au seigneur du lieu. L’église était sous la double invocation de Notre-Dame et de saint Lubin ; elle dépendait du doyenné de Touques : c’était, de tout ce doyenné, la plus rapprochée de Lisieux.
Comme circonscription civile, Bouttemontn’a pas non plus une grande antiquité. Aux XVe. et XVIe. siècles, c était une
annexe de la paroisse de Norolles; c’est encore au XVIIIe. siècle seulement qu’elle figure comme paroisse, dépendant
de la sergenterie de Moyaux, élection de Lisieux. On comptait 24 feux. Elle a perdu de nouveau cette prérogative,seulement c’est Ouillie et non Norolles qui s’est accru de son territoire. Les Rôles de l’Échiquier de Normandie nous ont conservé les noms de Hugo de BOlemont en 1180, Willelmus
de Botemont en 1195. Un sire de Boutemont avait suivi le duc Robert II en Terre-Sainte. Jean de Botemont est inscrit dans le Livre rouge de Henri II, comme possédant trois quarts de fief de haubert à Lisieux (Jommes de Botemont, 3 part. m. in Lexov.). Suivant le catalogue des seigneurs normands,publié par Dumoulin, Jean de Boutemon portait de noir à trois tourteaux d’argent (sic).
Les Olim du Parlement de Paris relatent, à la date de 1258, le résultat d’une enquête relative au rapt d’une Mahelnie
de Boutemont; mais je ne sais si cette dame était bien de la famille qui nous occupe.

Château. — Le château subsiste encore, du moins dans sa plus grande partie. Des fossés, qu’alimentaient autrefois
les eaux d’un petit ruisseau, forment une enceinte à peu près carrée. Les bâtiments étaient distribués de manière à laisser une cour intérieure. Ceux qui garnissaient le côté voisin de la vallée ont disparu. L’entrée regarde le nord.

C’est un gros pavillon dont la base est construite en pierre de taille ; l’étage supérieur est en briques avec chaînes de pierre. Un pont de maçonnerie, jeté sur le fossé, conduit à la porte cintrée, qu’accompagne une petite poterne fort étroite. Ce pont a remplacé un pont-levis, et l’on voit encore dans les murs les trois enrayures destinées au passage des chaînes. Une fenêtre assez large, entourée d’un encadrement de pierre mouluré, occupe le centre du pavillon; au-dessous, une grande pierre portait un blason totalement bûché. Le toit rapide, qui surmonte une corniche à machicoulis, est couvert de tuiles arrondies vernissées, rouges et noires ; une lucarne en pierre, ouverte en forme d’oculus, éclaire l’intérieur du comble.

A droite et à gauche s’étendent des bâtiments moins élevés, construits simplement en blocage sans ouvertures. Les angles sont occupés par deux tourelles cylindriques à toit conique.
La partie orientale, qui fait face au coteau, n’offre aucun vestige d’ornementation. Elle était longée autrefois par l’ancien chemin de Lisieux à Honfleur. La partie supérieure est en bois. Toutes les fenêtres ont été refaites a la moderne, sauf une fort petite, qui a pu conserver ses plombs disposés en imbrications, présentant ce qu’en blason on appelle le papelonné. Derrière, s’ajuste un petit volet sculpté, de la Renaissance, qui mériterait un dessin. Toutes ces constructions datent du XVI’. siècle.
Ce sont les bâtiments du midi qui, à l’extérieur, offrent le plus d’intérêt. Ils paraissent plus anciens que les autres peut-être pourraient-ils remonter jusqu’au XV°. siècle. Ils sont construits tout en pierre de grand appareil et font saillie sur le plan général. Trois larges corbeaux suspendent, au milieu de leur hauteur, des constructions supplémentaires servant de cabinets d’aisance. Ces pièces ont leur entrée dans la grande salle du château. Les seules fenêtres ouvertes dans ce corps-de-logis regardent la vallée. Leurs appuis sont garnis de moulures prismatiques, et comme elles sont larges et élevées, il est vraisemblable que des meneaux de pierre les divisaient en croix. ll n’en reste point de traces.
Les constructions qui complétaient ce côté du parallélogramme ont disparu, comme celles qui regardaient la vallée. Il en reste la petite tourelle d’angle, circulaire comme les deux premières et maintenant tout-à-fait isolée. Les façades de la cour intérieure ont beaucoup plus souffert de la diversité des modes introduites parla succession des siècles. La brique y domine, et le style accuse le règne de Louis XIV et de Louis XV. Seul, le pavillon d`entrée a conservé intact son aspect primitif. Sa partie haute est en bois: les principales pièces sont sculptées de larges feuillages ou de pilastres d’ordre classique, conformément au goût de l’époque.
On retrouve, au centre de la cour, le puits, d’un diamètre considérable, avec son armature en fer. Sa margelle ronde est formée d’une seule pierre creusée au centre.
Outre les anciens seigneurs du nom de Bouttemont, qui vivaient aux XII°. et XIII°. siècles, j’ai trouvé deux familles qui se sont succédé l’une la l’autre dans la possession de ce fief : la première vivait dans le XVI°. et le XVII°. siècle ; l’autre apparaît à la lin du XVIII°. Philippe Paysant, sieur de Bouttemont, fut anobli par le roi, en octobre 1522, moyennant 500 par lui payées. C’est un de ses descendants, dont le nom figure sur la cloche qui a émigré dans le clocher d’Ouilly-le-Vicomte. Il avait épousé damoiselle Florence de Bernard.
La Recherche de 1666 inscrit, sous l’article de la paroisse St.Lubin-de-Bouttemont: Jean et Alexandre de Paisant, sieurs de Baudrouet; Louis de Paisant , sieur de St.-Martin et Lenfrand de Paisant, sieur de Boutemont, tous anciens nobles, fils de Alexandre de Paisant, dont le nom est sur la cloche.
Suivant Chevillard, la famille de Paisant portait d’azur au sautoir d’or.
En 1751, dans la déclaration de son bénéfice , suivant un registre des Archives du Calvados, le curé de St.Lubin-de-Bouttemont, Mr. Anthoine Le Petit, reconnaît qu’il a pour patronne Mme. Françoise-Gabrielle d’Abos, épouse de David Guéroult, écuyer, sieur de Villers et de Bouttemont, et l’Armorial manuscrit de d’Hozier donne le nom de dame Catherine Le Maire, veuve de Henri-Siméon Guéroult, sieur de Bouttemont, qui portait d’azur au chevron d’argent chargé de trois glands de sinople. (1).
(1) Notes de M. Ch. Vasseur. ‘

Les pouillés des 14 e, 16 e et 18 e siècles donnent comme patron : dominus loci.
L’église était sous l’invocation de Notre-Dame et de St Lubin et se trouvait comprise dans le doyenné de Touques.
Une autre pièce des Archives du Calvados apprend que dans cette église il y avait une chapelle d’un revenu de 16 livres pour le titulaire qui était à la nomination du seigneur du Breuil.
Comme circonscription civile, Boutemont n’a pas une grande antiquité.
La recherche des Nobles de Montfaut (1463) n’en parle point, et celle faite par les Elus de Lisieux en 1540 en fait une annexe de la paroisse de Norolles.
C’est au 18e siècle seulement qu’elle figure séparément comme dépendante de l’élection de Lisieux et de la sergenterie de Moyaux, on y comptait 24 feux.
La Révolution, sans s’en douter, a rétabli les choses dans l’état où elles se trouvaient au Moyen-Age, en faisant redevenir la paroisse de Boutemont simple annexe de la commune de Norolles.
C’est à Oullie le Vicomte qu’elle fut remise par ordonnance du 22 septembre 1824.
Le nom de Boutement remonte haut dans l’histoire. Les rôles de l’Echiquier de Normandie nous donnent à l’année 1180 un Hugo de Botemont, en 1195 un Willelmus de Botemont, l’un et l’autre, seigneurs de ce fief. Plus tard un sire de Boutemont suivit le duc Robert II en Terre Sainte.
On trouve relater dans les registres des olim du Parlement de Paris à la date de 1258 le résultat d’une enquête relative au rapt d’une Maheline de Boutemont.
Diverses familles ont depuis lors possédé cette terre

Suit une description du château et autres bâtiments.

Puis on peut lire :
Nul document ne vient nous apprendre les noms des constructeurs ou restaurateurs de cette intéressante demeure.
Outre les anciens seigneurs du nom de Boutemont, qui comme on l’a vu, vivaient au 12e et au 13e siècle, on trouve deux familles qui ont succédé l’une à l’autre dans la possession de ce fief.
La première l’occupe dans le 16e et le 17e siècle, l’autre ne nous apparaît qu’à la fin du 18e siècle.
Philippe Paysant, seigneur de Bouttemont fut reconnu noble par les Elus de Lisieux en 1540. Le Roy lui avait conféré des lettres de noblesse en octobre 1522 moyennant 500 livres par lui payées.
En 1653, sur la cloche qui appartenait autrefois à l’église de Boutemont et qui se trouve maintenant dans le clocher de l’église d’Ouillye le Vicomte, on voit le nom de Messire Alexandre de Paysant, chevalier, et sur la faussure son écusson : d’azur au sautoir d’or (de S.Allais)
Ce même Alexandre fournit ses preuves lors de la recherche de 1666. Voici l’article St Lubin de Bouttemont :
Jean et Allexandre de Paisant, seigneur de Baudrouet, anciens nobles,
Louis de Paisant, seigneur de St Martin,
Lenfrand de Paisant ; seigneur de Bouttemont
Tous fils d’Allexandre anciens nobles.
En 1751 le curé Anthoine le Petit reconnaît pour patronne Madame Françoise Gabrielle Abos, épouse de David Guéroult, écuyer, sieur de Villers et de Bouttemont et l’Armorial de d’Hozier nous donne une dame Catherine le Maire, veuve de Henry Siméon Guéroult, seigneur de Boutemont, qui portait d’azur au chevron d’argent chargé de trois glands de sinople.

Registre de la Charité de Surville f°35
Guillé Borel, escuier, filz esné de Messire de Boustemont ce rendit à ceste Charité de ce jour de Toussaint mil cinq cens et dix cept et donna pour son entrée 10 deniers.

Registre de la Charité de Roques vers 1616
Les Francs – Noble Homme Allexandre de Paisant, escuyer, seigneur de St Martin de Boutemont.

Paisant, écuyer, seigneur de Baudrouet, St Martin Boutemont, Barneville, élect de Liz (Lisieux) : d’azur au sautoir d’or (Chevillard)

Curés de Boutemont :
Petit 1764
Bunel 1773-1787

An 1258 – Olim Tome I p.44
Texte en latin à Mahelinam de Boutemont.

De Bouttemont, conseiller à la Cour des Aides de Rouen, exilé le 4 octobre 1771 à Bouttemont (Hippeau – le Gouvernement de Normandie V -50)

Guéroult de Villers, conseiller du Parlement r Rouen, exilé le 27 septembre 1771 à Bouttemont (Hippeau – Gouvernement de Normandie V -47)

Mémoire pour le citoyen David Gabriel Antoine Guéroult de Boutemont, demandeur contre le citoyen Casimir Pierre Costé-Triquerviller ; fils de feu Pierre Gilles François Costé-Triquerville, décédé à Rouen le 7 thermidor an 10 et se disant son héritier sous bénéfice d’inventaire.-Curieuse question sur la capacité de tester d’un ancien émigré -.
(X27 pages in 4° Rouen F Baudry an XI)

5- Dossier Ouilly le Vicomte – Bouttemont

– Dossier extrait de « Lieux M à Z »
26 – Ouilly le Vicomte : Château de Bouttemont, état des biens en 1792, (manuscrit) + Société d’archéologie et d’histoire de la Manche – Mélanges multigraphiés , (déplacé et mis dans dossier Ouilly le Vicomte-Bouttemont)

– nouvelles pièces :
Récolement succinct des archives municipales.
Liste des propriétaires du château de Bouttemont de la Révolution à 2004.
Généralités, histoire et archéologie
Château, détails, expertise du 22-07-2002.
Histoire religieuse (paroisse Saint Lubin de Bouttemont)
Famille de Paysant.
Famille Le Bas – Famille Guérault.
Famille Nasse.
Charles-Victor Doisy – Visite du Duc de Broglie, famille Drouilly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *