SAINT GEORGES EN AUGE



NOTES sur SAINT-GEORGES-EN-AUGE – 14580
LE-TILLEUL
fut réunit à Saint Georges en Auge en 1833.

S.Georgius in Algia

1 – Bibliographie.
2 – Références Historiques.
3 – Archives ShL

1 – Bibliographie.

BELLIER Almir : Cahier de doléances à Saint Georges en Auge Bull Foyer Le Billot n°53 mars 1996

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition Floch, tome III, pages 601 et 602.

Editions FLOHIC : Le Patrimoine des communes du Calvados page 1378,

FOURNEE Dr Jean, Les deux saints Jacques en Normandie. Première partie: Etude topographique dans Cahiers Léopold Delisle, t. XXXVIII, fasc. 3-4

FOURNIER Dominique : « Donation de Pierre Lefèvre et Philippe Yver en Faveur de l’abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives. (Saint-Georges-en-Auge, 1297) », BULLETIN DU FOYER RURAL DU BILLOT,, N° 8, Décembre 1984, pp. 44-48
FOURNIER Dominique : « Anciens lieux-dits à Saint-Georges-en-Auge »,) », BULLETIN DU FOYER RURAL DU BILLOT , N° 37, pp. 63-69
texte concernant la foire de Saint-Georges et le droit de construire des maisons
FOURNIER Dominique : Notes de toponymie normande. Autour du Vaucery. Bulletin du Foyer rural du Billot n°99 , septembre 2007. page 55.
FOURNIER Dominique : Une Vente. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 47, page 52
FOURNIER Dominique : Les artistes en campagne. . Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 49, page 63.

FREMONT Pierre : Isidore Blais ou le non-engagement politique., Bulletin du Foyer rural du Billot, n°89, mars 2005

Saint-Georges-en-Auge , Le Manoir des Buttes, CDMPA , pp. 180-183

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE. Serv. dep. d’Archéologie 1999. page 124, 289.

MANEUVRIER Jack : « Flânerie par le ‘Chemin Vert’ autour du Billot. Communes de Montpinçon, Montviette et Saint-Georges-en-Auge », PAR, 32, N° 11, Novembre 1982, pp. 11-13
MANEUVRIER Jack : « Saint-Georges-en-Auge: Deux mille ans d’histoire rurale », PAR, 34, N° 3, Mars 1984, pp. 3-5
MANEUVRIER Jack : Saint-Georges-en-Auge. Deux mille ans d’histoire et de traditions populaires. Catalogue de l’exposition organisée à la mairie de Saint-Georges-en-Auge, 21 Avril-1er Mai 1984.
MANEUVRIER Jack : « Emplois et professions à Saint-Georges-en-Auge à l’époque révolutionnaire », BULLETIN DU FOYER RURAL DU BILLOT, , Mars 1993, N° 43, pp. 59-60
MANEUVRIER Jack : promenade de la SHL, juin 1996 :Chateau du Tilleul, Malherberie, Formanel. BSHL n°36 Sept 1996
MANEUVRIER Jack : Déclaration du curé de Saint Georges en Auge, des biens et revenus de sa paroisse 1751. Bull Foyer Le Billot n+51 Sept 1995
MANEUVRIER Jack : Le mariage sous l’ancien régime. – Bulletin du Foyer rural du Billot n° 98, Juin 2007…
MANEUVRIER Jack : Graffiti. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 23, page 58.
MANEUVRIER Jack : l’école de Saint Georges en Auge. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 17,page 55.
MANEUVRIER Jack : Revenus de la cure de Saint Georges en Auge. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 40, page
MANEUVRIER Jack : Saint Georges en Auge. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 5, page 3
MANEUVRIER Jack : Les saints réputés guérisseurs du canton de Saint Pierre sur Dives. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 91, septembre 2005.

MANEUVRIER Christophe : La seigneurie du TILLEUL. Bulletin du Foyer rural du Billot, n° 29, page

PAUMIER Solange et Henri, « Les chiffonniers du Pays d’Auge. XVe – XVIIIe siècles », BULLETIN DU FOYER RURAL DU BILLOT, Décembre 1993, N° 44, pp. 11-13, ill.
fournisseurs de « drapeaux »: Thomas Dufresne, 27 janvier 1602 (tab. de Saint-Georges-en-Auge)

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT

St-Georges-en-Auge, ecclesia Sancti Georgii in Algia.
L’église St-Georges est rectangulaire avec des transepts peu saillants. Quelques parties des murs et des contreforts peuvent remonter au XIIIe siècle, ce qui, du reste, est très-incertain ; mais toutes les ouvertures ont été modernisées; toutes les fenêtres sont carrées ; les murs du transept nord sont plus anciens que ceux du transept sud, qui paraissent avoir été refaits à une époque assez récente.
La tour, avec flèche en bois de forme ordinaire, couverte d’ardoises, occupe la partie occidentale de la nef. La sacristie est accolée au chevet. Les anciennes voûtes en bois ont été remplacées par du plâtre.
Cette église est sous l’invocation du saint dont elle porte le nom. L’abbé de St-Pierré-sur-Dive nommait à la cure0

2 – Références Historiques:

1344 , décembre ou 1345 , janvier
Vidimus, confirmation et transformation en don perpétuel du don viager fait par le roi le 22 août 1343 à Thibaut de Mathefelon, son chambellan, des biens provenant de la forfaiture d’Olivier de Clisson dans le bailliage de Caen, même si leur valeur réelle dépasse l’évaluation qui en fut faite alors par le bailli de Caen, à tenir en hommage du roi ou du duc de Normandie, à savoir le manoir du Thuit et ses dépendances: les minières de fer de Beaumont, des droits en forêt de Cinglais, l’église de Mutrécy, les revenus de la foire de Saint-Laurent-de-Condel et les hommages rendus par les seigneurs de Clinchamps et Fauguernon, par le seigneur de Tilly pour un fief à Mutrécy, par jean Marmion pour des fiefs à Bretteville, Cailloué, Amayé, Feuguerolles et Maltot, par Guiot Chèvre pour un fief au Tilleul, par Aubry de Pierrefite pour un fief à Pierrefitte-en-Cinglais , par le seigneur de Dampierre pour un fief à Maisoncelles-sur-Ajon, par le seigneur de Vaucelles pour un fief à Bayeux, par le seigneur de Carville pour Carville, par Robert Rougemer pour Cramesnil, par Pierre Blondel à Franqueville et pour les fiefs de Versainville, Vacogne, Villy et Damblainville (cl. inj.: Chambre des Comptes, bailli de Caen) (fol°. 72, N° 141 fr.) Par le Roi, Chambelan. Collacion faite avec l’original des lettres dessus encorporées. Sine financia. Justic(e)
= A. N. JJ 5676, cité dans: Registres du Trésor des Chartes. Règne de Philippe de Valois. Deuxième partie. JJ 70 à 75.. Inventaire analytique par Jules VIARD et Aline VALLEE , Paris, Archives Nationales, 1979.

1708 , 7 février – Montpinçon , La Chapelle-Haute-Grue
 » Du traité de mariage qui sera fait et célébré en l’église apostolique et romaine entre Jacques Gaultier escuyer seigneur et patron des Authieux, fils de Jean-Baptiste Gaultier, écuyer, seigneur de Mesnilval et autres lieux et de noble dame Anne Poulain ses père et mère, d’une part et de Damoiselle Elisabeth Dufour, fille de Gratian Dufour seigneur et patron de La Chapelle et de Caudemonne, conseiller du Roy, président en l’élection d’Argentan et de noble dame Elisabeth de Marescot, ses père et mère, d’autre part, les pactions suivantes. C’est à scavoir: que ledit Sr de Caudemonne s’est obligé de donner aux futurs mariés la somme de six cents livres de rentes annuelles en rente ou fond a deue estimation et d’autant que l’intention desd. futurs époux est de demeurer chez led. Sr de Caudemonne, il lui sera déduit sur lad. somme de six cents livres celle de cinq cents livres tant pour la nourriture desd. futurs mariés que pour celle d’un valet de chambre, d’un laquais, d’une fille dee chambre et de deux chevaux par chacun an tant qu’ils demeureront ensemble et le surplus montant de cent livres sera donné aux futurs mariés par led. Sr de Caudemonne à prendre sur un fermier bon et solvable, s’oblige en outre led. sr de caudemonne d’habiller lad. Damoiselle sa fille selon sa condition et aussy de lui donner une chambre garnie à sa discrétion en cas que lad. futur mariée ne puisse compatir avec led. Sr de Caudemonne et qu’ils fussent obligés de se séparer et a esté stipulé qu’en cas que ledit Sr de Caudemonne vint à se remarier à une femme d’un âge propre à avoir des enfants, il s’oblige à payer à lad. Damoiselle sa fille la somme de vingt mille livres qui sera exigible au jour de son second mariage et qu’en cas qu’il arrive que led. sr de Caudemonne mourut sans enfants vivan,ts et que lad. Damoiselle sa fille mourut aussy sans enfants avant led. Sr des Authieux, led. futur époux aura pour don mobil la somme de six mille livres à prendre sur le bien paternel. Et de la part du Sr de Menisval il a donné aud. Sr son fils en faveur dudit présent mariage par avance de succession la joissance de la terre de Mesnilval en toutes les circonstances et dépendances, exemptes de toutes charges, promettant aussy de donner un carosse avec deux chevaux à lad. Damoiselle future épouse à laquelle led. futur a gagé plein douaire du consentement dud. Sr son père sur tous ses biens tant présents qu’à venir et a esté stipulé qu’en cas que led. Sr de Mesnilval mourut avant lad. Dame de Mesnilval son épouse lad. Dame se contentera pour tout droit de dot et douaire et autre qu’elle pourrait demander à la somme de six cents livres de rente annuelle qu’elle pourra prendre sur tel bien de la succession; renonçant à en demander plus outre il lui sera délivré par avance une somme de trois cents livres sur les meubles restant de la succession, avec une chambre garnie et ses bien parafernaux, aussy a esté accordé qu’en cas que led. Sr des Authieux mourut avant lad. Damoiselle future épouse elle remportera sa chambre garnie et ses parafernaux et son carosse.

Fait en présence dud. seigneur de Mesnilval et de la Dame son épouse père et mère dud. Sr futur époux et de Michel Gautier escuyer Sr de Clermont son oncle et dud. Seigneur de Caudemonne père de lad. Dammoiselle future épouse; de François de Marescot, escuyer son oncle; de la Dame de Marescot son épouse et de la Dame du Tilleul sa tante, le 7 février 1708″.
= Tabell. de Montpinçon – Transcription de J. Maneuvrier.

3 – Archives Sh:

Carnets de Charles VASSEUR : « Doyenné de Mesnil-Mauger »

Recherche des Nobles de Lisieux p.138
Histoire de St Pierre sur Dives par l’Abbé Denis p.183-184

Sous l’invocation de Saint Georges

Patronage:
XIVe, XVIe et XVIIIe : abbas S. Petre super Dyvam

Chapelle en l’église de St Georges
Patron : le plus proche du fondateur
Revenu : 22 livres

Noms des curés:
Fouquet Jean 1691
Guillaume Aubert vivant en 1739 avec
Jean Jacques Manoury vicaire
Secard 1764
Manoury 1774
Le Comte 1774 à 1787

Insinuations:

Arrêt du Conseil privé du Roi du 31 mars 1691 portant défenses de poursuivre au parlement de Rouen un appel comme d’abus interpellé de l’ordonnance du Monseigneur l’Evêque de Lisieux, rendue sur le déplacement de deux bancs dans l’église de St Georges en Auge lors de la visite de l’Archidiacre d’Auge le 9 juillet 1674
Ces deux bancs, celui de droite empêchant le prêtre de faire des encensements à l’autel St Jean, l’autre appartenant à la demoiselle de Malfilastre, et empêchant le passage à la chapelle de la Vierge.
Monsieur Jean Fouquet était curé. (Mémoires du clergé Tome III p.1450 à 1454)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *