ANGERVILLE



NOTES sur ANGERVILLE – 14012

ANGERVILLE OU Angerville-en-Auge canton de Dozulé.
Ansgerii Villa, 1079 (Orderic Vital, t. II, p. 312).
Angervilla, 1230 (parv. lib. rub. Troarn. n°12 ).
Angiervilla, 1234 (ibid. n° 18).
Ansgervilla, 1269 (cart. norm. n° 767, p. 173).
Angerville-l’Auricher, 1320 (rôles de la vicomté d’Auge).
Angovilla, XVI° siècle (pouillé de Lisieux, p. 5 a).

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

De CAUMONT Arcisse : Statistique monumentale du Calvados réédition FLOCH, tome IV, page 80.
Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Calvados, page 699.
Voir :
Beaurepaire – Agriculture p.165 – 294
Congrès Archéologique 1870 p.102

Voir :
Beaurepaire – Agriculture p.165 – 294
Congrès Archéologique 1870 p.102

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Angerville, Ansgerivilla, Hansgerivilla.

L’église d’Angerville se compose d’une nef et d’un choeur plus élevé et plus étroit qu’elle, avec chevet rectangulaire.
La nef est peu caractérisée ; les fenêtres ont toutes été refaites à diverses époques, les unes carrées, les autres cintrées.
Une tour en bois avec une petite flèche couverte d’ardoises s’élève à l’extrémité occidentale, portée sur le mur de façade et sur une charpente dont l’étendue, à l’intérieur, correspond à la première travée. Je suppose que la porte
qu’on voit à l’ouest, et qui est moderne, n’existait pas dans l’origine, car un contrefort a été coupé pour l’établir.
Peut-être entrait-on du côté du sud, quoique l’on ne voie pas de traces de cette entrée dans les murs.
Le choeur a, de chaque côté, deux fenêtres ogivales. assez grandes subdivisées en deux baies par un meneau bifurqué ; une fenêtre arrondie et beaucoup moins ancienne, car elle a motivé le raccourcissement du contrefort central, existe au milieu du chevet.
Peut-être le choeur peut-il remonterj usqu’au XIVe. siècle ou la fin du XIIIe. Quant à la nef, elle doit être un peu plus ancienne dans ce qui reste des murs primitifs au milieu des retouches qu’on y a faites.
La voûte de la nef est en merrain ; on a plâtré celle du choeur. Deux autels se trouvent entre le choeur et la nef, près de l’arc triomphal Un d’eux a été refait, il y a quelque temps, en marbre blanc, pour la somme de 900 fr. On doit regretter une pareille dépense.
Les fonts baptismaux me paraissent anciens; ils se composent d’une cuve cylindrique portée sur un piédestal de même forme, d’un diamètre un peu moins considérable ; quelques- moulures, du reste fort simples, ornent le pourtour de la cuve au point où elle repose sur le piédestal.
On voit une certaine quantité de tableaux dans l’église d’Angerville. Le curé actuel, M. l’abbé Gaugain, en attribue plusieurs à un de ses prédécesseurs nommé Perrée, qui vivait au commencement du XVIIIe. siècle. Un autre tableau beaucoup meilleur, et dont on ne connaît pas l’auteur, représente l’Annonciation.

L’église d’Angerville dépendait du doyenné de Beaumont; elle est sous l’invocation de saint Léger. Le duc de Normandie nommait à la cure au XIVe. siècle. Plus tard, le roi, puis le chapitre de Cléry eurent ce privilége.
Il y avait 2 feux privilégiés et 39 feux – taillables à Angerville. La paroisse faisait partie de la sergenterie de Dives et de l’élection de Pont-l’Évêque.
On remarque dans le cimetière un assez bel if, du côté du sud, à la hauteur du choeur.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

2 – Pièces Justificatives:

1260, (n. st.) février – Paris
Concession par le roi Saint Louis, au prier de Beaumont-en-Auge pour 200 livres 54 sous 6 deniers tournois de plusieurs terres et revenus en fiefferme, dans les paroisses d’Angerville, la Thillaye, Beaumont, Blainville, etc.
= AD 76. 14 H 797
EDIT. DELISLE, Cartulaire normand, n° 641.
1303 – 1771.- Le Brévedent
Note informe concernant la filiation des seigneurs du Brévedend : Faveril, seigneur de Brévedend, mort en 1288 ; Michel Faveril, fils de Guillaume et son petit-fils seigneur dudit fief, mort en 135 ; en 1390, on trouve Jean et Rogier de Brévedend ; en 1459, Richard Vainel, chevalier au droit de Marie Lempereur, sa femme ; en 1600, Thomasse Paré (Parey), fils d’Abel et épouse de Gabriel Lebouteiller, écuyer, sieur de Lécausde ; en 1627, Jacques Lebouteiller, écuyer, seigneur du Brèvedent ; en 1660, Nicolas de Mire, baron d’Angerville et seigneur de Brèvedent ; en 1686, Françoise de Mire, comtesse de Fauguernon, baronne d’Angerville, dame du Brèvedent, épouse de Louis-Jacques Lecomte, marquis de Piencourt.
= AD14 – Baronnie de Creully. E 874
1394 – Angerville
Lettre de Louis, duc d’Orléans, portant réduction de la ferme d’Angerville en faveur des religieux de Beaumont (copie)
= Cité in Suzanne d’HUART.- Archives de la Maison de France (Branche d’Orléans) Tome I – Fonds de Dreux (300 AP I, 389), Paris, 1976, p. 174.
1691.- Le Brèvedent
Acte accordé par Jean Lecourtois, docteur et professeur de droit français en l’Université de Caen, sénéchal de la baronnie de Creully, à Louis Vauquelin, écuyer, sieur de la Brosse, procureur de Françoise de Mire, marquise de Pierrepont, comtesse de Fauguernon, baronne d’Angerville, etc., veuve de Louis-Jacques Lecomte, seigneur et marquis de Pierrecourt, de l’aveu rendu du fief du Brèvedent.
= AD14 – Baronnie de Creully. E 874
VASSEUR Charles : voir « Transcriptions. Doc » ou le carnet « Analyses et transcriptions »
AVEUX DE FIEFS : Angerville. :
– 3 octobre 1391
Philippe d’HARCOURT chevalier et seigneur rend aveu du fief entier d’Angerville acquis de Robert des YLLES chevalier
-1455, 7 juin
Jehan de HARCOURT escuyer rend aveu du fief d’Angerville acquis de ses antécesseurs
– 20 juin 1486
Jacques de HARCOURT
– 6 septembre 1494
Guillaume VIPART chevalier rend aveu du 1/4 du fief de Lambert d’AURECHIEN (?)
– 8 novembre 1498
Noble et puissant seigneur Charles de HARCOURT rend aveu du fief entier d’ANGERVILLE
– Page.40 -1663 14 juillet
Aveu rendu à haut et puissant seigneur Louis Jacques Lecomte, Chevalier Seigneur, Marquis de Pierrecourt, Louis, Beteville, Le Coudrey, Beteville en Caux, Moudrainville, Malou, Vicomte et Chastelain de Fauguernon, Baron d’Angerville, seigneur de Forges, le Beschet, Bois Ravenot, la Coeurie, la Pintherie, Brévedent, Carsis? Sourdeval et autres lieux, par François Godart pour 2 pièces de terre Saint-Philbert-des-Champs, sur le chemin de Moyaux à Pont-l’Evêque, dépendante de la terre de la Coeurie
– Page 143 : 1741 18 juin
Messire Marc Anthoine de Angerville, chevalier et seul seigneur de Gonneville-sur-Dives, patron de la première et seconde portion dudit lieu
– 23 juin 1763
Messire Louis de Bailhache, escuyer, sieur de Longueval, seul seigneur de Gonneville-sur-Dives, et patron de la première et seconde portion du bénéfice cure dudit lieu, ayant épousé Noble Dame Catherine d’Angerville fille et héritière de feu Messire Marc Anthoine d’Angerville, domicilié ledit seigneur de Longueval ordinairement en son manoir seigneurial de Gonneville-sur-Dives
– page 146 1757 20 juillet
Jacques de Percaval, escuyer, sieur de la Bouffardière, demeurant en la paroisse d’Angerville
– page 197 1760 20 octobre
Jacques de Percaval, escuyer, demeurant à la paroisse d’Angerville
– page 213 : 1723 11 avril
Lettre signée de Madame Clacy d’Angerville reprochant à un avocat d’avoir laissé prendre défaut contre son père
– 1823 n° 580 9 février
Monsieur Antoine Buphile de Brancas, autrefois propriétaire des terres voisines du presbytère des Authieux-sur-Calonne
Vente par contrat du 17 décembre 1822 à Robert Mariette, percepteur par Monsieur François Aimé de Touchet, ancien officier de cavalerie, chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint Louis, et Madame Marie Félicité d’Auvrecher d’Angerville, son épouse, demeurant en la paroisse de Ranville, de la terre de Saint Cloud appartenant à ladite dame comme héritière de Monsieur Thomas Robert Nicolas D’Auvrecher d’Angerville, son père, décédé à Caen il y a 21 ans (prix 67.000 f)
– n° 615 19 octobre
Le 9 avril 1823, Monsieur Louis Victor Dauvrecher dAngerville, escuyer, chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint Louis, ancien capitaine de cavalerie, demeurant à Bréville, arrondissement de Caen, cède à bail à rente, la ferme du Colombier, sise à Douville. Il avait pour épouse la dame Julie Housset
– page 223 : 1765 11 octobre
Messire Louis Jacques François d’Angerville d’Aurcher, chevalier seigneur de Grainville, contre Noble dame Françoise Catherine Elisabeth d’Angerville de Gonneville, épouse de Louis de Baillehache escuyer, sieur de Longueval.
– 1743 22 janvier
Noble dame Marie Geneviève de Glacy veuve de Monsieur d’Angerville
Insinuations:
Insinuations du Prieuré du Mont Bottin
Richard d’Angerville, archidiacre de Lisieux entre 1082 et 1101
Traité du Ban et Arrière Ban
1236 Loys d’Angerville
Thomas d’Angerville
Guerre de la Marche en 1242
Loys d’Angerville la femme de feu Thiébaut d’Angerville
Montfaut 1463
Non noble : Richard Genaut d’Angerville en Auge
Prieuré Mont Bottin : Bulletin Monumental 1860 p.17
Motte féodale dans la vallée au nord de la route de Caen à Pont l’Evêque, ancienne construction de château en bois du Xe ou XIe siècle. (Caumont Bulletin Tome III p246)

Motte féodale près l’église (Bulletin Monumental 1860 p.19)

3 – Archives ShL

Charles VASSEUR « Doyenné de Beaumont en Auge »

Election de Pont l’Evêque
Génér. de Rouen
sergenterie de Dives

2 feux privilégiés, 39 feux taillables
Sous l’invocation
de St Léger
auj. de Saint-Martin
Patronage:
XIVe siècle duc normandia
XVIe Rex
XVIIIe chapitre de Caen
Curés:
Hebert 1764
Mieré 1771/1787
Chapelle du mont Bottin (prieuré)

le duc de Normandie, puis le chap. de Notre-Dame de Cléry. Dioc. de Lisieux, doy. de Beaumont.

Plein fief de chevalier, mouvant de la vicomté d’Auge et ressortissant à la sergenterie de Dive.
Auricher, autre fief tenu du roi, acquis d’Henri des Ylles par Philippe d’Harcourt; vavassorie mouvante
de la vicomte d’Auge, ainsi que le fief dit le fief Colin, i’i55 (Brussel). Fief Blesmare et moulin
de Troussey relevant du fief de Pré-d’Auge..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *