BEUZEVAL



NOTES sur BEUZEVAL

BEUZEVAL
Archives Calvados:
Houlgate (Calvados)
Canton actuel : Cabourg
Arrondissement actuel :Lisieux
Code INSEE : 14338
Histoire administrative : Beuzeval-Houlgate est dénommée Houlgate par le décret du 21 janvier 1905.

BEUZEVAL,canton de Dozulé.
Boseval, 1077 (ch. de Saint-Étienne de Caen). ).
Bosa Vàllis, 1180 (magni rotuli, p. 3o, 2).
Bosseval, Bueseval, 1283 (ch. de Saint-Étienne).
Beuzval, 1320 (rôle des fiefs de la vicomte d’Auge).
Beuseval, XIV.
Beusevallis, XVI siècle (pouillé de Lisieux, p. 53).
Beuzeval, 1585′ (papier terrier de Falaise)

Capella de Beusevalle
BEUZEVAL aujourd’hui : Houlgate.

Par. de Saint-Aubin, auj. Notre-Dame;
patr. le duc de Normandie, puis le chapitre de Cléry.
Dioc. de Lisieux,
doy. de Beaumont.
Génér. de Rouen,
élect. de Pont-l’Evêque,
sergent, de Dive.

– Quart de fief relevant de la seigneurie de Brucourt.
– Fief d’Héricourt, assis à Beuzeval et relevant de Dozulé, 1620 (aveux de la vicomté d’Auge).
– Fief de Beuzeval ou de Morsan, 1620 (aveux de la vicomte). Le fief de Beuzeval, qui fut Morsan, quart de fief assis à Beuzeval, possédé par Gabriel de Clinchamps, Ecuyer, sieur de Donnay.
– Le fief Manetot, assis audit Gonneville, Beuzeval et Trousseauville, possédé par ledit M. Guillaume de Dramard, (8″ de fief).

Hameaux de BEUZEVAL:
[Caumont, Calvus Mons, 1234 (lib. rub. Troarn. p. 14))], Guesdon, Houlgate, (quartier), Manoir (Le),[ Morsan, fief.de Beuzeval, dépendant de la vicomté d’Auge.], VALLÉE (LA),

Caumont-sur-Dive (à Beuzeval. Calvados, canton de Dozulé)

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

Voir : Bulletin Monumental Tome XX p.69
Monsieur Bouet a dessiné la façade de Beuzeval , précédée d’un porche couronné d’une balustrade flamboyante en pierre
D’Hozier 398
Delisle – Echiquier p.159 n°703 la note
Histoire du Val Richer p.56
Catalogue de la Ste Historique de Lisieux 1874 p.9 n°36 et 37

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Notes de M. Ch. Vasseur.
Beuzeval, Bosavallis., ecclesia de Beusevallis, Boseval.

L’église de Beuzeval est située sur la croupe des coteaux qui enserrent dans leurs nombreuses sinuosités la petite vallée qui porte ce nom, et qui se terminent à la mer par deux falaises fort élevées d’où l’on jouit des plus beaux points de vue.
Elle remonte, pour la plus grande partie de sa construction, à la fin du XIIe. siècle ; mais elle a subi différentes retouches.
Ainsi, le mur du nord de la nef est évidemment de deux époques, quoiqu’il soit recouvert d’un épais crépi. La moitié de la première travée, y compris le contrefort, ne date que du XVII. siècle. Les cinq autres contreforts doivent dater de la fin du XIIe. siècle, quoiqu’ils soient un peu saillants.
L’appareil des murs doit être en blocage. La troisième et la dernière travée sont percées, chacune d’une fenêtre carrée sans aucun caractère.
Du côté du midi, la première travée, tout entière, est construite en pierre de taille et le .contrefort angulaire est saillant, avec une moulure en doucine à sa base. Les autres contreforts, placés à faux à-plomb, n’ont pas de caractère.
Le mur qu’ils sont destinés à butter a été probablement refait : du reste, un épais crépi empêche de voir l’appareil. Les fenêtres sont d’époques différentes. Celle de la première travée est une grande fenêtre ogivale sans subdivisions, du XVe. siècle. La’ suivante est également ogivale, mais subdivisée par un meneau, avec sculptures flamboyantes.
Puis viennent une porte et une fenêtre modernes.
Le portail est construit tout entier en pierre de taille, flanqué de quatre contreforts que précède un porche en pierre, voûté en ogive, surmonté par une galerie en pierre, à compartiments flamboyants : deux clochetons au pied desquels sont deux gargouilles accompagnent cette galerie. La porte, ornée de moulures prismatiques, est en accolade, surmontée d ‘un amortissement et garnie de feuilles frisées.
La baie est en arc surbaissé, et le triangle, laissé plein par cette disposition, est couvert par un petit écusson aux trois fleurs de lis de France.
Le clocher est moderne, avec une calotte sphérique.
Le choeur est en retraite sur la nef. Au midi, comme au nord, trois contreforts assez plats, de la fan du XII,. siècle, buttent des murs nouvellement crépis. Cinq fenêtres modernes, sans caractères, et une porte répandent amplement la lumière à l’intérieur.
Le chevet droit, soutenu par trois contreforts, a conservé plus de cachet et semble indiquer pour le choeur, comme pour la nef, la fin du XIIe. siècle. Le contrefort du milieu sépare deux fenêtres étroites, cintrées, évidemment romanes, et au-dessus. s’ouvre une autre fenêtre du même style, mais un peu plus large.
L intérieur de l’église n’a rien de remarquable. Le principal autel a un haut retable. Je n’ai pu deviner le sujet du tableau. Au bas, à gauche, on lit le nom du peintre:
St. -Martin pinxit ; Et à droite, cette mention : Ex dono Joannis Mottay. rectoris hujus Ecclesiae 1689.
La voûte du choeur est plâtrée ; celle de la nef est lambrissée, avec entraits et poinçons fort grossiers et presque bruts.
L’arc triomphal n’est pas ancien. Les deux petits autels qui l’accompagnent sont insignifiants.
On peut remarquer, dans le choeur, une statue de saint Aubin, du XVI. siècle, ayant à ses pieds un petit personnage agenouillé,
peut-être un donateur.
C’est saint Aubin qui est le premier patron de l’église; saint Antoine, le second (Il existe, dans la vaste prairie qui s’étend au-dessous de l’église, une fontaine dédiée à ce dernier saint, et qui est l’objet d’un pèlerinage encore assez suivi..).
Au bas de la nef est un autel à haut retable, soutenu par deux colonnes torses, avec un tableau représentant Jésus-Christ chez Simon-le-Lépreux,ayant à ses pieds la Madeleine.
Cet autel provient de la chapelle du manoir de Beuzeval.
Les cloches ne datent que de 1813; elles n’ont rien d’intéressant et vont être refondues.
La paroisse de Beuzeval dépendait du doyenné de Beaumont, de la sergenterie de Dives et de l’élection de Pont l’Évêque.
Le patronage a appartenu, au XIVe. siècle, au duc de Normandie ; au XVIe. siècle, au seigneur de Cléry, et au XVIIIe., au Chapitre de Cléry (Voir le pouillé du diocèse de Lisieux, publié par MM. A. Le Prévost et de Formeville, dans le tome XIII.. des Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie.)

Manoir de Beuzeval.
— Le manoir de Beuzeval n’a rien d’intéressant, et ne doit pas remonter au-delà du XVIIe siècle. La chapelle ne paraît pas plus ancienne que le reste ; elle est surmontée d’un petit clocheton carré recouvert d’essente.
Une tradition assez curieuse, c’est que ce château, demeure féodale du seigneur de Beuzeval, se trouvait, avant la Révolution, dans la circonscription de la paroisse de Gonneville.
C’est peut-être pour ce motif que fut érigée la chapelle mentionnée dans les pouillés, dès le XIVe. siècle, comme bénéfice à la nomination du Roi.
Toutes ces constructions sont élevées sur la contrescarpe des fossés d’une belle motte féodale, qui n’a pas moins de deux cents pas de circonférence à son sommet. Elle est à peu près circulaire, aplanie au sommet, et élevée au-dessus du fond des fossés de 12 pieds environ : on n’y a pas trouvé de vestiges de constructions ; mais de l’autre côté du fossé, vers le midi, on voit encore un massif de maçonnerie qu’on dit avoir été la pile d’un pont destiné à franchir le fossé que remplissaient les eaux d’un petit ruisseau dont la source est quelques pas plus loin, et que retient le barrage d’un moulin.
Les falaises des Vaches-Noires sont, depuis long-temps, renommées pour leurs productions paléontologiques et les couches superposées qu’on peut y étudier.
Ces falaises, dont nous donnons une esquisse page 42, règnent sur une étendue de 7 kilomètres, entre Beuzeval et Villers.
Depuis quelques années, des maisons ont été construites sur la plage, au centre du vallon de Beuzeval, et une société nombreuse de baigneurs s’y réunit; un grand hôtel vient d’être terminé. On y a également élevé une chapelle à l’usage de la colonie.

2 – Pièces Justificatives:

Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l’ancien Diocèse de Lisieux

545. — Le 15 juillet 1702, Me. Jean Mottay, pbfë, curé de St-Aubin de Beuzeval, doyenné de Beaumont-en-Auge, ancien habitué en l’église collégiale de N.-D. de Cléry, résigne sa cure en faveur de son frère, Me. Michel Mottay, pbfë, curé de N.-D deTocquevilIe, diocèse de Rouen, et aussi ancien habitué en lad. collégiale ; et led. Sr. Michel Mottay résigne aussi sa cure on faveur dud. Sr. Jean Mottay, le tout pour cause de mutuelle permutation. Fait et passé à Caen, en présence de Me. Pasquier Auvray, pbrë, curé d’Auberville, Me. Jean Lecoq, pbre,
curé de Villers (sur-Mer), et Me. Jean Dubois, pbrë, curé de Vauville.
Le 15 sept. 1702, le Chapitre de Cléry, dont les chanoines sont patrons présentateurs de la cure de Bouzeval, admet la démission faite par Me. Jean Mottay en faveur de Me. Michel Mottay, et présente celui-ci au seig. évêque de Lx pour qu’il soit pourvu dud. bénéfice.
Le 22 sept. 1702, le seig. évêque donne aud. Sr. Michel Mottay la collation de la cure de Bouzeval.
Le 27 sept, le Sr. Mottay prend possossion du bénéfice-cure de Beuzeval, en présence de Me. Jacques Auvray, pbrë, vicaire dud. Beuzeval, et autres témoins.

6. — Le 19 sept. 1703, Me. Michel Mottay pbfë, curé de St-Aubin de Beuzeval, d’une part, et son frère, Me. Jean Mottay, pbrë, cy-devant curé de lad, parr, représenté par Me. Pasquier Auvray, pbrë, curé d’Auberville, constituent procureur pour faire reconnaître en cour de Rome la rente annuelle de 300 livres que Me. Michel Mottay devra servir a Me. Jean Mottay par suite de la permutation qu’ils ont faite de leurs bénéfices. Cette rente a pour but de subvenir aux besoins du sr Jean Mottay, à raison de son age, qui est de 61 ans, et des infirmités qui l’empêchent de faire aucunes fonctions, on sorte qu’il a été obligé de remettre, sans méme avoir pu en prendre possession, le bénéfice de Tocqueville, diocèse de Rouen, que son frère lui avait cédé. Led. Sr.Jean Mottay avait été curé de Beuzeval pendant 32 ans.

601 — Le 19 oct. 1708, Me. Jacques Blalerne, pbrë du diocèse de Lx, plus ancien habitué en la collégiale de Cléry, requiert des Sr. chanoines de lad, église, d’être nommé comme plus ancien habitué de leur église à la cure de Beuzeval, vacante par la mort de Me. Michel Mottet, dernier titulaire dud. bénéfice dont ils sont présentateurs. Les sieurs chanoines, suivant leur coutume, cherchent par de mauvais prétextes à refuser la nomination. Seûls le doyen el te Sr. de Chavoy
soutiennent qu’il n’y a pas lieu de repousser lad. réquisition et déclarent que, pour eux, ils nomment, autant qu’ils le peuvent, aud. bénéfice de Beuzeval la personne dud. Sr. Malerne.
Le Sr Malerne demande au Chapitre un congé de quinze jours pour vaquer a ses affaires, Sa demande est rejetée, sauf par les deuxechanoines qui lut ont été favorables dans sa promière réquisition.
Le 29 oct. 1708, le Sr. Audran, vicaire général de Lx, donne aud, Sr. Malerne la collation de la cure de Beuzeval en consêquence de la réquisition qu’il en a faite aux Sr. chanoines de Cléry.
Le 31 oct. 1708, le Sr. Malerne prend possession de la cure de Beuzeval, en présence de Me. Jacques Auvray, pbrë, desservant lad. pair, et autres témoins,

606. — Le 26 oct. 1708, la nomination à la cure de St-Aubin de Beuzeval appartenant au chapitre de Cléry, les Sr. chanoines de lad. collégiale nomment à cette cure, vacante par la mort de Me. Michel Mottey, pbrë, dernier titulaire, la personne de Me. François Robert Fondimare pbrë du diocèse de Rouen et ancien habitué de leur église,
Le 8 nov. 1708, Me. Pierre Audran, pbrë, vicaire général de Lx, donne aud, Sr. Fondimare la collation dud. bénéfice adconservationem juris,
Le 19 nov, 1708, le Sr. Fondimare prend possession de la cure de Beuzeval, en présence de Me. Jacques Auvray, pbrë, desservant lad. parr ; Me. Robert Leroux, prieur de la chapelle de St-Marc deTouques, et maître de musique, demeurant à Lx

Curés,— B. Gamare — J. Mottay – M. Mottay – J. Malerne
Vicaire.- J. Auvray.
Prêtre desservant. — J. Auvray.
Patron.— Le chapitre de Cléry.
Seigneur. F, de Seran.

Curés.— J. Malerne. — C. Montfort.
Vicaire. — A. Maugard.
Prêtre desservant. — J. Auvray.
Notable. — R. Lechartier.

329. — Le 7 févr. 1749 Me. Pierre Ledanois, pbrë, curé de Beuzeval et chapelain de la chapelle simple de St-Pierre de la Tour en l’église collégiale de Cléry, donne sa procuration pour résigner lad. chapelle, qui requiert la résidence, entre les mains de N.-S.-P. le pape en faveur de Me.Nicolas-Auguste Trinité, pbrë du diocèse de Lx et habitué en lad. collégiale. Fait et passé à Lx.

30. — Le 10 févr. 1765, dispense de bans pour le mariage entre Pierre Renaut, chirurgien, fils de Pierre et de feue Magdeleine Duparc, originaire de St-Thomas-de Touques et demeurant à Dives, d’une part, et Marie-Françoise Jourdel, fille de Jacques, de la parr. de Beuzeval.

Curés. — C. Montfort — P. Ledanois.
Clerc. — G.-A. Lamidey.
Patron. — Le chapitre de Cléry.
Notable. — R. Duval.

319. — Le 11 janv. 1774, Me. Pierre Ledanois, pbrê, curé de Beuzeval, constitue 150 livres de rente en faveur de Me. Simon-Pierre Ledanois, acolyte de la parr. de Lieurey, afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée, entre autres, sur la cour Guersan, sise à Lieurey, le long « de la sente du bourg de Lieurey au village du Ramier », et appartenant aud. Sr. constituant. Fait et passé au manoir presbytéral de Beuzeval, par le ministère de Me. Robert Duval, notaire à Auberville, en présence de Me. Mathieu-François Hubert des Acres, pbrë, et Jean Collard, demeurant aud. lieu de Beuzeval.
Led. Sr. acolyte, fils de Simon Ledanois et de Marie-Marguerite Dulong,
fut remplacé dans cet acte par Jean-Léon-Pierre Ledanois, son frère, demeurant aussi à Lieurey.

Le 3 sept. 1777, le Sr Ledanois, pbre, vicaire de Beuzeval, fait signifier par procureur ses noms et grades au seig. abbé de Grestain, en parlant à Louis Delamare, garde-chasse dud. seig.

128.— Le 25 juillet 1777, la nomination à la cure de St-Aubin de Beuzeval appartenant au chapitre de N.-D.de Cléry, les sieurs chanoines nomment à cette cure, vacante par la mort de Me. Pierre Ledanois, pbr, dernier titulaire, la personne de Me. Jean-Baptiste Hallais, pbfë du diocèse d’Avranches, l’un des habitués de lad. collégiale.
Le 25 août 1777, Mr. Despaux, vic. Gl, donne au J. Sr. Hallais la collation dud. bénéfice.
Le 26 décembre 1777, le Sr. Hallais, chapelain de là chapelle Ste-Anne en l’église collégiale de Clery, diocèse d’Orléans, et pourvu de la cure de Beuzeval, dont il n’a pas encore pris possession, demeurant à Cléry, cloître de lad. église, parr. St-André, résigne sa cure en faveur de Mr. Pierre Baudry, curé de N.-D. de Tirepied, diocèse d’Avranches ; et led. Sr. Baudry, résigne aussi sa cure de Tirepied en faveur dud. Sr. Hallais, le tout pour cause de mutuelle permutation. Fait et passé à
Avranches, en l’étude du notaire apostolique.
Le 31 décembre 1777, le seig. évêque de Lx donne aud. sr. Baudry la collation dud. bénéfice.
Le 3 janv. 1778, Le Sr.Baudry prend possession de la cure de Beuzeval, en présence de Mr. Claude-Simon Delaquèze, pbrê du diocèse de Lx, desservant lad. parr., et autres témoins.

227. — Le 8 mars 1782, la nomination à la cure de St-Aubin de Beuzeval appartenant au chapitre de N.-D. de Cléry, les sieurs chanoines de cette collégiale nomment à lad. cure vacante parla mort de Me. Pierre Baudry, pbfë, dernier titulaire, la personne de Me .Mathieu Le Roux de Ste-Paix, pbfë du diocèse de Lx, l’un des habitués de lad. Eglise de Cléry.
Le 23 avril 1782, le seig. évèque donne aud. Sr. Le Roux la collation dud. bénéfice.
Le 18 juin 1782, le Sr. Le Roux prend possession de la cure de Beuzeval, en présence de Me. Robert Guernier, pbfë du diocèse de Bayeux, desservant la. parr. : Me. Gilles Lefrère, pre, curé de Villers-sur-Mer, 2e portion ; Me. Philippe Garnier, pbre, curé du Theil, demeurant au manoir presbytéral de Fourneville.

150. — Le 27 févr. 1786, dispense de bans pour le mariage entre Me. François Ledanois, veuf de dame Magdeleine-Jeanne-Marguerile-Honorîne Lefrançois, et fils de feu M. François Ledanois et de dame Marie-Suzanne Vannier, de la parr. de Beuzeval, d’une part, et demll. Marie-Thérèse-Adélalde Simon, fille de M. Adrien et de dame Marie-Thérèse Fortier, de la parr de St-Herblanc de Rouen.

Curés. — P. Ledanois — J.-B. Dallais — P. Baudry — M. Le Roux de Sainte-Paix.
Vicaire. — S.-P. Ledanois.
Prêtres de la paroisse. — M.-P. Hubert des Acres — R. Guerrier — O.-S. De Laquèze.
Patron. — Le chapitre de Cléry.
Notables.—J Collard — F.Ledanois — P. Ledanois.

Transciptions
1759 5 janvier
Assignation donnée à la requête Monsieur Guillaume François Boistard de Prémagny, conseiller du Roy, Maître en sa Cour des comptes, Aides et Finances de Normandie, seigneur de Vauville, Beuzeval et autres lieux demeurant ordinairement en la ville de Rouen, rue Saint Romain, à Jean Dazeville, pour faire clore un passage qu’il avait pratiqué dans sa haie, afin de passer par un herbage, qu’il bornait, nommé la Crotte, situé à Beuzeval et appartenant audit seigneur.

La Normandie monumentale et pittoresque… Calvados
Aux XVIe et XVIIe siècles, un membre de la famille Le Marays de Beuzeval portait le titre de sieur de Caumont, et les de Beaumont, de Gonneville-sur-Dives, celui de sieur de Houlgate (État civil de Beuzeval; généalogie de la famille Le Court, mss.).

BEUZEVAL (St Aubin)
Curés. — P. Ledanois.
J.-B. Dallais — P. Baudry.
M. Le Roux de Sainte-Paix

Vicaire. — S.-P. Ledanois.
Prêtres de la paroisse. — M.-P. Hubert des Acres. – R. Guerrier. — O.-S. De Laquèze.
Patron. — Le chapitre de Cléry.
Notables.— J. Collard. — F. Ledanois— F. Ledanois. fils, XL. 150 ; M.-J.-M.-H Lefrançois – M.T.A. Simon.

Insinuations:
Description de l’église du 26 août 1856
Description du château de Beuzeval

État des anoblis en Normandie, de 1545 à 1661
295. L. d’an. d’Helie le Prevost, sieur de Lenclos, paroisse de Beuzeval pres Dyves, fils de feu Richard et de Marie Faucon, ses père et mère, don. a Poictiers le 4 octobre 1577, ver. ch. le dernier juin 1578, et c. le 16 juin 1899; du 15 vol., fol. 35; finance 4,000 l.

Nobiliaire de Normandie:
Extraits:
ACHÉ DE MAMEUF. Chevalier, seigneur d’Aché, Baron de Larrey, etc. Eudes Aché , Ecuyer, seigneur de Beuzeval, vivant en 1415, a épousé damoiselle Marie De Tournebu, dame de Marbeuf.
XV.-Louis D’Ozouville, Escuyer, SieurdeBeuzeva!, épousa, en premières noces, en 1678, demoiselle Françoise DE BAZAN, fille de François de Bazan, sieur de la Souhardière, dont il n’eut pas d’enfants, et, en secondes noces, le 6 aout 1681, demoiselle Françoise DE LANËEZ, dont il eut le fils unique qui suit:
XVI. Robert D’Ozouville, Ecuyer, Sieur de Beuzeval, marié, le 31 octobre 1722, à demoiselle Frauçoise HEUZÉ, fille de Jacques Heuzé. Sieur de Brëfontaine, dont il eut, entre autres enfants
1° Jacques D’Ozouville, lieutenant au régiment de Biron, mort jeune et sans postérité;
2° Robert, dont l’article suit
XVII.-Robert D’Ozouville, Ecuyer. Sieur de Beuzeval, épousa, le 8 août 1756, demoiselle Jeanne-Gabrielle DE CHÉRENCES. De ce mariage sont issus:
1° Jeanne-Félicité, mariée, le 28 Juillet 1785, à Léonor-Jean-Louis LE TRESOR De LA ROQUE, Chevalier de Saint-Louis;
2″ François-Robert, qui suit
3° Jacques-Anténor D’Ozouville, Garde du pavillon de la marine, mort aux Indes, le 11 juillet 1782.
XVIII. François-Robert D’Ozouville, Sieur de Beuzeval, Capitaine des frégates du Roi, Chevalier de Saint-Louis, épousa, le 7 février 1789, Anne Constance DE TRÉMIGON, dont il eut les quatre enfants .

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE BEAUMONT – 14

Election de Pont l’Evêque – Sergenterie de Dives
2 feux privilégiés – 60 feux taillables
Sous l’invocation de St Aubin

Patronage:
14e Dux Normania
16e Dominus de Cléry
18e Chapitre de Cléry

Capella de Beusevalle –
patronage au 14e siècle : Dominus Rex

Curés:
Le Danois 1764/1774
Le Roux 1782/1787

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *