PUTOT EN AUGE




NOTES sur PUTOT EN AUGE

1 – Bibliographie.
2 – Pièces Justificatives.
3 – Archives ShL.

1 – Bibliographie:

CAUMONT Arcisse de : Statistique monumentale du Calvados, réédition FLOCH Tome IV, page 122.

Editions Flohic : Le Patrimoine des communes du Calvados, page 739.

L’EXPLOITATION ANCIENNE DES ROCHES DANS LE CALVADOS : HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE. Serv. dep. d’Archéologie 1999. page 167.

MAYER Jannie, Ministère de la Culture et de la Communication Direction du Patrimoine. Catalogue des Plans et Dessins des Archives de la Commission des Monuments Historiques – Tome I, Basse-Normandie: Calvados, Manche et Orne. Introduction de Françoise Berce, Caen, Lafond, 1980, 167 x 250, VII, 367 p., ill. couv. ill.

Voir le site: j.y.merienne.pagesperso Villes et villages du Calvados

STATISTIQUE MONUMENTALE DU CALVADOS PAR ARCISSE DE CAUMONT
Putot-en-Auge, Putot.

L’église de Putot est une de celles qui présentent de l’intérêt dans la contrée. Le choeur appartient au roman du XIIe. siècle ; il est orné d’arcatures au milieu desquelles s’ouvrent les fenêtres latérales. Deux autres fenêtres existaient dans le chevet, qui a été masqué par l’établissement d’une sacristie à pans coupés. Une belle porte placée du côté du sud donnait accès à ce choeur; les archivoltes en sont ornées de moulures assez bien traitées, parmi lesquelles on distingue des têtes-plates alternant avec une moulure que la figure ci-jointe fera mieux connaître qu’une description. Au-dessus règne un rang de ces têtes monstrueuses aplaties- que nous voyons assez souvent
dans l’ornementation du XIIe. siècle. Le tout est bordé d’une garniture de palmettes et d’une frise conduite en zigzag.
Le tympan, polylobé à son pourtour, offre des figures en bas-relief représentant la Passion. Le Christ est sur la croix.
Près de lui, deux personnages représentent, probablement, la Sainte Vierge et saint Jean ; dans deux autres on reconnaît saint Pierre à ses deux clefs, et un évêque crossé et mitré, du côté opposé.
La nef a peu de caractère, mais les murs latéraux en sont garnis de contreforts ; on remarque, entre cette nef et le choeur, une tourelle carrée qui se termine par un toit en pierre à quatre pans, garnis de crochets sur les angles (Voir la figure). Une petite tour en bois, couverte en ardoise, surmonte la première travée du choeur ; la forme qu’elle affecte est très commune dans le diocèse de Lisieux.
Saint Pierre était un des patrons de cette église, dont la cure se divisait en deux portions au XIVe. siècle ; l’une à la présentation du Duc de Normandie, l’autre à la présentation de Jean Bardoul, seigneur du lieu (Voir le Pouillé de Lisieux).
On voit à l’échiquier, en 1391, un Robert Bardoul, seigneur de putot, qui, selon toute apparence, était le fils de celui que mentionne le Pouillé. Plus tard, au XVIe. siècle, le patronage du Duc était au Roi, et au XVIIIe. siècle, le seigneur et les chanoines de Cléry nommaient alternativement à la cure.
Putot faisait partie du doyenné de Beuvron. On y comptait 8 feux privilégiés et 23 feux taillables.

Motte de Putot.
— Dans le bois qui couvre les coteaux, à l’est de l’église, on voit, à l’extrémité d’un promontoire de sable vert faisant partie de la chaîne de collines qui existe dans cette direction, une motte en terre rapportée entourée d’un fossé et ayant une entrée, puis une esplanade étroite du côté des terres, s’allongeant un peu vers l’ouest et se terminant en ovale en face du passage et de l’extrémité du cap sur lequel elle est située. La pente naturelle défend assez bien, de tous côtés, cette motte intéressante dont j’ai levé le plan; elle n’a
pas plus de 50 pieds de diamètre au sommet, et la partie la plus large de la cour qui l’entoure n’a pas 60 pieds d’étendue.

PUTOT-EN-AUGE. – Motte avec enceinte annexe dans les bois à l’extrémité d’un éperon barré situé à 2 kil. environ au S.-E. de l’église (8).
(8) Caumont, Stat, mon IV, p. 129 ; Cours, V, p. III ; C. A.. F., 1870, p. 102 ; Doranlo, Camps, p. 808 .

2 – Pièces Justificatives:

1409, 28 février
Information de Jean Le Coutelier, lieutenant de Benoît Le Coutelier, vicomte d’Auge, sur la valeur des biens des enfants mineurs de Robert Bardouf, chevalier, seigneur de Putot(-en-Auge) mort le 14 janvier 1406 et de Marie de Corvalain: fief de Putot.
= Arch. nat. Dom Lenoir, 5, p. 395.
+ IND. M. NORTIER, Cahiers L. Delisle, XVIII, fasc. 3-4, 1969, p. 25.

1457, 17 mai – Putôt
Michel de Maussigny, écuyer, sieur de la Motte, ayant acquis par échange de Jean Emangard, écuyer, la tierce partie de la terre et seigneurie de Putôt, qui piéça fut et appartint à défunt Robert Bardou, en son vivant, chevalier, seigneur dudit lieu de Putôt, de toutes ses appartenances, rentes, revenus, dignités, vend et transporte à Jacques Labbé, sieur d’Ecots, tout le droit qu’il avait dud. Emengard, de ladite tierce partie d’icelle terre de Putôt, moyennant 500 livres tournois.
= Tabell. Lisieux. – Analyse Et. Deville

1460, 3 août – Putôt
Jacques Labbé, écuyer, sieur d’Ecots, reconnaît avoir reçu de Charlot Chastelain, receveur de Mgr. le duc d’Orléans, pour et en la décharge de Michel de Maussigny, la somme de 500 livres tournois, qui naguère avaient été mises en main de justice par led. de Maussigny, pour le retrait de la terre et seigneurie de Putôt que icelui de Maussigny avait vendue aud. Labbé.
= Tabell. Lisieux – Etude Delarue. Analyse Et. Deville.

1527 – Lisieux
Michel Le Valloys, seigneur de la Rozière, vend et transporte à Jean Le Valloys, écuyer, seigneur de Putot et de Gouvis, son frère, tout et tel droit pouvant lui appartenir es manoir, maisons, court, jardin, héritage et pourpris où pend pour enseigne lymage Notre-Dame, assis en la paroisse Saint-Germain, jouxte d’un cote, les seigneurs du Chapitre et Gaultier Boullon, d’autre côté, la veuve Guillaume Laillier, d’un bout la rivière d’Orbec ; et d’autre bout, la rue.
= Etienne DEVILLE.- « Actes relatifs à des immeubles lexoviens (Image Notre-Dame – Image Saint-André – Image Saint-Georges – Manoir du Marton – Maison rue du Bouteiller – Maison de la Fleur de Lys) », BSHL, N° 24, 1919, pp. 16-18

1540, 1er août – Lisieux, Hermival
Jehan Le Valloys, seigneur de Putôt et de Gouvis donne à François Dubosc, seigneur d’Hermival, le droit de retraire de ses mains une maison, sise à Lisieux, paroisse Saint-Germain que son frère Estienne Dubosc, prêtre, curé de Hermival lui avait vendue.
= = Arch. SHL. 9F Deville. A. Minute papier.

1540 RECHERCHE DES NOBLES DE L’ELECTION de LISIEIUX
Faite en 1540…
128 – Jean Le Valois, Sr de Putot, tant pour p. 52 lui que pour son fils, l’un des dits Elus, a produit un anoblissement à lui donné par le roi en février 1522, pour 600 l. pour sa part, par lui payée, jouxte la quittance.
= LABBEY de LA ROQUE.- Recherche faite en 1540, par les Elus de Lisieux des nobles de leur Election, Caen, Poisson, 1827, In-8°, 170 p.

1835. – archives SHL.1F873 :
1835 : BEUVRON : route de Dives à St Pierre sur Dives.¬concerne aussi Putot en Auge.

Voir FONDS CARTULAIRES… années : 1409, 1457, 1460.
Voir FONDS CARTULAIRES… années : 1509.

Recherches de nobles en 1540
Noms cités:

Jean le Valois
Jean Mauvoisin
Mlle de Bauquemare

Description de l’Eglise, de l’ancien château (motte féodale)

– Insinuations
– « Analyses et Transcriptions.
– 3e fascicule – P.119 1757-1758
intérêt relative à des réparations devant être exécutées au presbytère de Putot-en-Auge, par Me Louis Désert, prêtre des Authieux-sur-Corbon, comme héritier du dernier bénéficiaire de la première portion de la cure de Putot.

ARCHIVES SHL : Achat du 11- 02-2003. Lot n° 71
9) PUTOT, 1/ 1519, papier, reçu de 120 livres ; 2/ 1614, papier, procuration ; 3/ 1751, vente d’une terre et maison ; 8 p. 210€

3 – Archives ShL:

Carnets de Charles VASSEUR –
DOYENNE DE BEUVRON – 14

Sous l’invocation de Saint Pierre

Noms des curés:
1 portion:

Vasse 1764
Dubois 1765-1785

2 portion:
Surirey 1764
Le Roux 1774
Becquemont 178O-178

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *